NEWS OFF AMERICAN COMPANY INTERNET COUNCIL - DIACONESCO.TV in English, French, Italiano 06.32.17.36.33 * 07.89.44..23.80

21 novembre 2017

DISPARITION DE MON AMI L’INGÉNIEUR INVENTEUR DE L'INTERNET EN FRANCE PHILIPPE VACHEYROUT

HOMMAGE A MON AMI PHILIPPE VACHEYROUT L'UN DES GRANDS PIONNIERS DE L'INTERNET EN FRANCE DISPARU CETTE ANNEE 2017

028b

C' est avec la plus grande tristesse que j'apprends seulement aujourd'hui la disparition de mon ami Philippe VACHEYROUT par l'intermédiaire de l'un de mes amis les plus proches. Pour toute sa famille ainsi que pour ses proches recevez toutes mes plus sincères condoléances attristées.

Philippe et moi nous nous connaissions de longue date en tant que "PIONNIERS" de l'INTERNET en France, et à plusieurs occasions durant ces dernières années nous nous sommes rencontrés ou communiqués par téléphone et mails.

Sa disparition subite est un choc pour moi et pour nous tous les "PIONNIERS" de l'INTERNET, car Philippe restera l'un des Inventeur-promoteurs les plus prestigieux des nouvelles technologies de l'information et de la communication avec INTERNET pour son invention révolutionnaire de sa carte "CAPUCINE" dont malheureusement à ce jour les autorités et les politiques ne s'en sont guère intéressé du temps de son vivant !

Je renouvelle ici à ses proches et sa famille mes plus sincères condoléances attristées.

Gérard DIACONESCO

**********************************************************

LA CARTE CAPUCINE DANS LE MONDE AVEC PHILIPPE VACHEYROUT SON CONCEPTEUR

0021wwm3fowwdnq4

08 JUIN 2009

LA CARTE A PUCE CAPUCINE DANS LE MONDE AVEC PHILIPPE VACHEYROUT SON CONCEPTEUR

Capucine.net aux 2èmes rencontres parlementaires sur la SECURITE

CARTE_CAPUCINE_LOGO 

MAISON DE LA CHIMIE – Jeudi 9 Avril 2009Communiqué de presse du 13 avril 09

Capucine.net présente la CVE

 

Capucine.net rêve d'une carte verte universelle permettant l’accès à un réseau de confiance numérique.

Lors de ces 2émes rencontres parlementaires, les nouvelles mesures pour renforcer les fonctionnalités du passeport et de la carte d’identité électronique ont été longuement exposées ainsi que les dispositions de déploiement au niveau national et européen, notamment avec l’exemple des les 3 cartes d’identité belges qui sont présentées par leurs initiateurs comme couvrant l’ensemble des besoins au niveau Européen. Philippe Vacheyrout Pdt. Capucine.net

Lors des débats, l’association Capucine.net est intervenue pour faire part de son point de vue sur les attentes des utilisateurs en matière d’usages d’Internet relatifs à l’identité numérique, la propriété intellectuelle et la protection des données personnelles.

Elle signale notamment des solutions innovantes dans le cadre de Recherche et Développement du Pôle de compétitivité Elopsys en Limousin dans le domaine des « Réseaux Sécurisés » qui permettraient de mieux maîtriser les usages d’Internet en créant une économie de services, dans un climat de confiance, en s'appuyant sur des "standards techniques et normes sociales" dans une démarche de liberté associée aux biens communs.

Le concept de Capucine.net repose sur la mise en oeuvre d’une authentification forte telle qu’elle est recommandée par le site du Premier Ministre, la DDM et par Le consortium Liberty Alliance

Reprenant l’exemple cité par la société SFR sur l’usage de la carte SIM et la dématérialisation des documents à valeur probante, l’association Capucine.net rêve d’une carte verte universelle, permettant l’accès à un réseau de confiance numérique pour tous, permettant de développer une économie de services dans l’intérêt général et dans le cadre d’une coopération européenne. Dès lors le citoyen-consom-acteur pourrait accéder à tout service par Internet de façon authentifiée et anonyme ou en déclinant son identité par un système de dématérialisation de sa carte nationale officielle, accompagnée de certificats ad hoc et d’une signature électronique si nécessaire. Ce dispositif permettrait, tout en laissant à l’utilisateur la maîtrise de ses données personnelles, de dématérialiser de la même façon tout document à valeur probante géré par des tiers, tels que :

- Carte de santé

- Carte bancaire

- Permis de conduire

- Titres de transport

- Documents administratifs

- Bulletin de vote

- Diplômes

Etc... Ainsi que toute représentation 3D d’objets numériques virtuels

- OEuvre artistique

- Photo argentique

- Musique

- Architecture

- Environnement

- Etc...

La mise en oeuvre de ce réseau ne dépend que d’un décisionnaire public, privé ou associatif avec une envergure suffisante pour en assurer la masse critique et le financement nécessaire et suffisant.

CARTE_CAPUCINE_LOGOCARTE_CAPUCINE_LOGOCARTE_CAPUCINE_LOGOCARTE_CAPUCINE_LOGO

 

 

Apres_la_Cnamts

 

CAPUCINE.NET présente la CVE

( CARTE DE VIE POUR L'EUROPE )

CARTE_CAPUCINE_LOGO

Communiqué de presse du 27 Avril 2009

 

LA CARTE A PUCE CAPUCINE DE PHILIPPE VACHEYROUT

Dans la perspective des élection européennes,

Capucine.net

propose aux candidats aux élections

européennes un projet de carte universelle d’accès aux usages d’Internet au service des

citoyens, dans un

Réseau de Confiance Numérique

A la pointe de la convergence des technologies elle succède à la CVQ (Carte de Vie

Quotidienne) initialisée par l’

ADAE

et expérimentée dans 17 régions entre 2002 et 2005, elle

répond aux exigences de l’accès à un Dossier Médical Informatisé et tous services à la

personne , en respectant les données personnelles et la propriété intellectuelle.

Pour un coût de 12 € par an, cette carte multicanal, multifonctions, multiplications et

interopérable devrait permettre de répondre aux attentes des citoyens européens en matière de

services en ligne , dans le cadre des programmes qui leur sont proposés par les différents

partis politiques.

Apres validation par l’Europe cette carte sera déclinable au niveau continental et s’inscrit dans

la mise en oeuvre des décisions du G20.

développer une

écon

CVUS (Amerique du Nord)

CVAS (Amérique du SUD)

CVAF (Afrique)

CVAS (Asie)

CVOC (Océanie)

Déployée en multipartenariat public-privé-associatif, elle devrait permettre de omie de services en complément à l’économie de marché pour restaurer un climat de

confiance et favoriser le e-commerce dans une perspective de sortie de crise et de croissance

durable.

Philippe Vacheyrout

Pdt Capucine.net

CAPUCINE CHEZ WALL STREET SUR SECOND LIFE

Alors que CAPUCINE.NET participe aux débats sur les bons usages de l'INTERNET au niveau national et Européen, ainsi qu'à l'effort Américain pour développer un système de soins digne des Etats-Unis, à l'instat du système Français, elle sponsorise et prépare le voyage de Fred Forest à New York à partir du centre expérimental du territoire installé à Nice sur Second Life.

Philippe VACHEYROUT

Président de Capucine.net

hppp://slurl.com/secondlife/Conway%203/103/145/26

Wall_Street_001Wall_Street_002Wall_Street_003

CARTE_CAPUCINE_LOGOCARTE_CAPUCINE_LOGOCARTE_CAPUCINE_LOGOCARTE_CAPUCINE_LOGO

 

**********************************************************

Association C@pucine.net

Sécurité - Ethique - Equité

Accéder à la Charte de Confiance du Réseau Numérique (RCN)

Capucine.net promeut, depuis 2007, une Charte de Confiance Numérique basée sur le concept d'Identité Numérique dont elle est un précurseur. Vous pouvez accéder à cette charte en cliquant sur le lien ci-dessus.

Le mot du Président :

C@pucine se veut un label de sécurité, d’éthique d’équité et de solidarité.
Il importe que les citoyens se ré-approprient le pouvoir qui leur est dû, d’acheter en toute sécurité des produits éthiques et de façon solidaire pour que ce pouvoir soit effectif, dans le respect des droits de l’homme et du citoyen et dans un esprit de solidarité et développement durable.
C’est dans cette optique que le projet capucine doit se développer pour une meilleure qualité de la vie sur terre. En participant ou en adhérant à ce projet vous y contribuerez.

Philippe Vacheyrout, Président.

L'association Les articles Le réseau

 

 

Videos

  • En cliquant sur la vidéo, vous aurez accès aux vidéos sur l'association.
  •  

Soutenir notre action

Vous pouvez soutenir notre action en:

***********************************************************************************************

 

image_00029b

image_00033b-2

028b

IMG_0038b (1)

 

**********************************************************

LES VIDEO AVEC PHILIPPE VACHEYROUT

Philippe Vacheyrout - YouTube

https://www.youtube.com/user/Capucinenet
Traduire cette page
[LE CRASH TEST] Nelson, l'intelligence artificielle qui apprend plus vite qu'un consultant - Duration: 5 minutes, 6 seconds. NUMA Paris. 531 views; 7 months ...

De la Cybersécurité à la Cybersurveillance - ITEANU - AVOCATS ...

 
Vidéo pour "philippe vacheyrout"
 
https://www.iteanu.com/fr/de-la-cybersecurite-a-la-cybersurveillance/
19 juil. 2013
La première est censée s'appliquer au niveau des Etats.

Capucineid VideoA - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=qm-11gkFqxs
7 juil. 2013 - Ajouté par Philippe Vacheyrout
Philippe Vacheyrout 114 views · 3:16. projet capucineID présenté à Moves In The City en juin 2013 - Duration ...

UINT leader mondial à Limoges - 7ALimoges

www.7alimoges.tv/UINT-leader-mondial-a-Limoges_v2074.html
27 févr. 2014
Direct, le président d'UINT Philippe Blot, avoue ne pas être un fan de la première heure ... Posté par Philippe ...

[Transparency France] Un projet innovant pour notre démocratie ...

https://www.youtube.com/watch?v=jGpgbdsfrI8
16 déc. 2015 - Ajouté par Transparency France
Philippe Vacheyrout7 months ago. La France dispose de tous les moyens technique et juridique pour créer un ...

PhilippeVACHEYROUT - Interview salon des Maires 2014 - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=3IOEjk2vfws
2 juil. 2016 - Ajouté par Philippe Vacheyrout
PhilippeVACHEYROUT - Interview salon des Maires 2014. Philippe Vacheyrout. Loading... Unsubscribe from ...

projet capucineID présenté à Moves In The City en juin 2013 - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=PukOHA-D6xA
16 juin 2013 - Ajouté par Philippe Vacheyrout
Philippe Vacheyrout 62 views · 3:16 · ANGRY FIANCE THROWS RED IPHONE 7 IN THE POOL!!!!!! (Prank ...

Les 4 ingrédients pour Réussir sa Demande de Partenariat - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=pvbT3P57mCE
11 sept. 2015 - Ajouté par Sébastien Le Marketeur Français
Philippe Vacheyrout2 years ago. Je partage l'avis de Pierre Pyronnet sur cette vidéo ;-). Read more. Show less ...

MOOC “Concevoir une oasis” 2017 on Vimeo

https://vimeo.com › Mouvement Colibris › Videos
5 déc. 2016 - Ajouté par Mouvement Colibris
1 Comment. Philippe Vacheyrout 10 months ago. Enfin, 1 an de rêves c'est écoulé le moment est venu de co .

Posté par DIACONESCO_TV à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


ORDRE LAFAYETTE FRANCO-AMERICAIN

ASSOCIATION L'ORDRE

LAFAYETTE EN PRINCIPAUTE

DE MONACO REMISE DE

DECORATIONS DE L'ORDRE

LAFAYETTE 18 NOVEMBRE

2017 à MONTECARLO à 18h30 

HÔTEL NOVOTEL MONTECARLO

16 Bld. Princesse Charlotte

 

Invitation protocolaire 18 Novembre

 

l’Ordre de Lafayette agrandit sa zone d’influence et nomme Romain GERARDIN-FRESSE Président de sa section Monégasque 

117455819

 

La célèbre organisation franco-américaine  qui a pour objet d'entretenir et de développer des liens d'amitié existants entre les ressortissants des Etats-Unis d'Amérique et ceux de l'Union Européenne, au premier rang desquels se situe, géographiquement et historiquement, la France, est apolitique, asyndicale et aconfessionnelle.

Elle se prépare actuellement à devenir une Fondation aux fins de perpétrer le souvenir et l'approfondissement de l'amitié franco-américaine sous différents aspects et d’accroître la lutte au service des déshérités.

Cette organisation a pour emblême le Marquis de La Fayette, le premier Français à être nommé Général par le Congrès américain après avoir rejoint volontairement les insurgents en lutte pour l'indépendance de leur pays, en 1777. Il a soutenu la cause américaine dans ses mouvements les plus difficiles, jusqu'à ce que le corps expéditionnaire du Général Rochambeau et la flotte de l'Amiral De Grasse viennent faire la décision au profit de l'indépendance américaine, à Yorktown en 1781. Cette aide apportée à un moment crucial de la création des Etats-Unis a scellé une amitié indissoluble entre les deux peuples, malgré les avatars de l'Histoire, comme le prouvent les deux interventions déterminantes de l'Amérique au profit de la France et de l'Europe lors des deux conflits mondiaux du XXème siècle.

L’Ordre Lafayette, après avoir ouvert à Genève une section composé de nombreux diplomates internationaux, s’apprête à ouvrir une nouvelle section, couvrant Monaco, Monte-Carlo et l’Italie.

Et c’est tout naturellement que Romain GERARDIN-FRESSE, médiatique Président de l’Etoile du Bien et du Mérite Section Alpes-Maritimes et Monaco, aux nombreux autres engagements associatifs et bénévoles  (Major Général du Corps Saint Lazare International, Vice-Président National et Président de la Région PACA pour l’Union Nationale des Patriotes de France, Délégué Régional PACA de l’Association Nationale des Titulaires de Titres de Reconnaissance de la Nation, Délégué de la Région Provence-Alpes-Cote d’Azur au titre de l’œuvre Humanitaire et du Comité de Récompense du Mérite Philanthropique,…) a été choisi par le Président International de l’Ordre Raymond Najberg pour en prendre la Présidence.

Ce juriste reconnu, qui met à disposition une partie de son temps à des desseins divers et loubales, tels que la préservation du Patrimoine National ou la lutte contre les discriminations faites aux personnes en situations de handicap, d’autisme ou d’exclusion, a tout de suite accepté cette nouvelle responsabilité.

Romain GERARDIN-FRESSE vient d’être élevé, sur recommandation du Roi de Tanna, à la dignité d’Officier de l’Encouragement Public le 14 October dernier.

Afin de marquer le début de cette nouvelle ère italo-monégasque pour l’Ordre Lafayette, il a été convenu de célébrer le samedi soir 18 Novembre prochain à 18 :30 son inauguration en lieu et place du salon de l'Hôtel NOVOTEL à Monte-Carlo, en présence de Raymond NAJBERG et de Christian GIRAUDET, 1er Vice-Président International, au cours de laquelle une cérémonie solennelle permettra de décerner des signes de reconnaissance à 11 récipiendaires.

Parmis eux, outre des acteurs influents de la vie associative et bénévole, y seront également décorés un ancien Préfet et des fonctionnaires de Police animés par le renforcement des relations transatlantiques.

A l’issue, la parole sera donnée à deux éminents personnages, qui ont consacré une grande partie de leur existence à des nobles causes, et qui ont une connaissance accrue des Etats-Unis.

Il s’agit du Pasteur Gaston CLAUDEL et de Gérard DIACONESCO.

Le premier est un célèbre homme d’Eglise, écrivain et défenseur des opprimés, qui a consacré sa vie à la lutte contre la toxicomanie, habitué des conférences et dont l’action est reconnue en haut lieu, salué par Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco en Personne qui en parle dans des termes fort élogieux :

« Le Pasteur Claudel est une personnalité sympathique très connue dans un monde tristement célèbre, celui de la drogue.

Ma mère, la Princesse Grace, qui se préoccupait beaucoup des problèmes de drogue, en particuliers chez les jeunes, avait rencontré à plusieurs reprises le Pasteur Claudel et encourageait son action.

Je suis moi-même plein d’admiration pour son travail et son dévouement pour tenter d’enrayer ce fléau.

J’espère vivement que son livre, « Le Joint », sera lu par parents et enfants, qui doivent agir dans une action commune, et que son message sera entendu. »

Il a travaillé avec la DEA (Drug Enforcement Administration) aux Etats-Unis, de sorte à échanger sur les techniques appliquées à la lutte contre le trafique de drogue.

Le second, journaliste international d’investigation, fin connaisseur de la diplomatie américaine, membre de l’ISOC WORLD (Sociétés de l’Internet aux Etats-Unis),

Membre de l’ICANN  (Autorité de Régulation de l’Internet de Californie),

Directeur de l’INTERNET COUNCIL LLC, fera part de son regard éclairé sur la géopolitique actuelle et exposera les similitudes et les différences entre les Etats-Unis et la France dans la gestion de la vie publique.

Il a gravité et gravite encore dans les sphères éminentes de l’information journalistique franco-américaine, et communiquera son point de vue sur la situation actuelle.

Ces deux personnalités, tout comme L. BOJARD, ambassadeur plénipotentiaire de la Principauté de Septimanie, seront décorés par l’Ordre pour leurs actions bienfaisantes envers les deshérités, par Romain GERARDIN-FRESSE, Raymond NAJBERG et Christian GIRAUDET.

Cette cérémonie sera suivie d’une dîner sur le Port de Monaco, comme pour sceller l’édit consacrant cette nouvelle ère pour l’Ordre Lafayette, régie selon le célèbre propos du Marquis éponyme, « Vivre pour Servir ».

Elodie DEVAUCHEZ

 

P.S. Rendez-vous donné à nos amis le samedi soir 18 Novembre prochain à 18:30 pour son inauguration en lieu et place du Salon de l'Hôtel NOVOTEL à Monte-Carlo 16, Bld. Princesse Charlotte.

117733104_o

Le Président Romain GERARDIN-FRESSE en compagnie de Raymond CLOAREC Président du Mémorial BIGEARD et du Pasteur Gaston CLAUDEL, lors du Salon Littéraire de Nice.

117733183_o

Le Président Romain GERARDIN-FRESSE en compagnie du Pasteur Gaston CLAUDEL lors du Salon Littéraire de Nice.

**********************************************************

Discours du Récipiendaire Gérard Diaconesco

 

DSC_0102

 

 

fullsizeoutput_e8ff5

 

 

Cher ami et Président Romain GERARDIN-FRESSE,

Madame l'ambassadeur de l'Ordre Lafayette International Martine DIQUELOU

Monsieur le Vice Président Christian GIRAUDET,

Mesdames, Messieurs,

 

Aujourd'hui je suis très honoré et même un peu ému je l'avoue d'avoir reçu de votre part cette haute distinction honorifique d'un Ordre Franco-Américain tel que celui de l'ORDRE LAFAYETTE, et je tiens à vous exprimer ici tous mes remerciements.

Je ne rentrerai pas dans tout l'historique de cette célèbre organisation franco-américaine qui entretient et développe des liens d'amitié fraternelle qui existent entre les ressortissants des Etats-Unis d'Amérique et ceux de l'Union Européenne et au premier rang desquels se situe géographiquement et historiquement la France, car plus d'un d'entre vous connait son importance.

Ce soir en essayant de faire court, je ne vous parlerai pas de moi, plus d'un d'entre vous me connaissent de longue date en tant que journaliste d'investigation géopoliticien, pour les autres ils peuvent me découvrir sur la toile du Net en cliquant tout simplement sur nom non propre DIACONESCO avec les moteurs de recherche sur Internet. 

Pour résumer en un mot, entre les années 1995 et 2005 j'ai bien été l'un des premiers pionniers de l'Internet en France en animant sur la toile la "Fête de l'Internet" et en promouvant la Culture et le Haut débit sur les réseaux du Net.

Depuis bien d'autres ont suivi et la Toile c'est élargie recouvrant aujourd'hui toute la surface et même l'espace de notre belle planète bleue.

Mais ici bas, malgré les bons prodigieux que vient de faire notre Humanité en matière technologiques et scientifiques, tous les problèmes que traverse notre Monde ne sont toujours pas résolus en ce début de XXIème siècle !

Quels sont ces problèmes et comment les résoudre ? 

Vous allez me dire mission impossible, car tous les jours d'autres personnes plus expertes que moi en stratégie géopoliticienne n'ont toujours pas résolu le problème à plusieurs équations !

Moi non plus à ce jour je ne détiens pas la "potion magique" qui pourrait nous sauver en sortant de l'ornière où nous sommes tombés. 

Mais de nature fort optimiste je vais tenter néanmoins de vous démontrer que tout n'est pas encore gâché pour nous sortir de cette mauvaise situation d’un climat délétère international.

Car notre monde est toujours divisé pour faire simple entre deux grands blocs : d'un coté le bloc unipolaire des Etats-Unis d'Amérique avec ses voisins SUD-Américains qui représentent un vaste marché commercial, l'Union Européenne avec ses 27 pays plus ou moins unifiés dans un marché commun qui se cherche toujours, la Grande-Bretagne qui joue un jeu compliqué avec son Brexit  mais toujours attachée à nos valeurs occidentales, ainsi que les pays anglo-saxons du Commonwealth comme l'AUSTRALIE, le CANADA, la Nouvelle Zélande... pour l'Asie le JAPON, la Corée du Sud, Formose, etc... 

D'autre part un nouveau bloc multipolaire s’est formé ces dernières années : la Russie avec la Chine qui ont signé des accords commerciaux et militaires entre eux ainsi qu’avec une grande partie de toute l'Asie.

Quand à l'AFRIQUE toute entière avec ses différents pays qui la compose elle reste malheureusement pour le moment la proie désignée de toutes les convoitises commerciales et industrielles des différents blocs qui s'affrontent.

Au Moyen-Orient l'Etat d'ISRAËL reste un pays bien isolé entouré de tous ses voisins Arabes qui veulent depuis toujours sa perte, mais tout de même bien protégé par son allié de toujours l'oncle SAM.

Vient de se greffer malheureusement depuis ces dernières années des guerres et des révolutions Arabes dans tous ces pays, faute de discernement de notre part Occidentaux pour avoir vu venir la montée des intégrismes qui ont permis la naissance de l'ETAT ISLAMIQUE avec pour conséquence depuis ces terrifiantes guerres en IRAK, en SYRIE, en LIBYE, en AFGHANISTAN, en SOMALIE et j'en passe...

On peut effectivement dire que notre monde va mal et que les choses n'ont fait qu'empirer depuis ce début de XXIème siècle !

A ce stade je puis vous dire que la clef du problème à résoudre pour notre Humanité seuls trois hommes d'état les plus puissants du monde la détiennent :

- Donald TRUMP le nouveau Président des ETATS-UNIS d’Amérique,

- Vladimir POUTINE le Président de la Fédération de Russie, 

-  Xi JINPING le Président de la CHINE communiste, pays devenu capitaliste uniquement du point de vue économique.

En ce qui concerne les 27 pays qui composent l'UNION EUROPENNE, seule la FRANCE et dans sa moindre mesure l'ALLEMAGNE, essayent tant bien que mal de faire entendre leurs voix sur le plan économique et diplomatique, sans toute fois complètement y parvenir.

De plus vient de se greffer un problème de taille : la confrontation entre les Etats-Unis et la Corée Communiste du Nord avec un risque de conflit nucléaire entre ces deux pays si aucun arrangement diplomatique n'est pas trouvé par la Communauté internationale.

Fort heureusement la Russie et la Chine de notre Monde devenu multipolaire sont en train de calmer le jeu depuis en faisant appliquer de fortes pressions et des sanctions économiques sur la Corée du Nord qui par conséquent se retrouve bien isolée du reste du monde et devra négocier tôt ou tard avec l'Amérique, tout le reste n'est qu'un jeu de « poker-menteur » entre le président Donald TRUMP et le dictateur coréen KIM JONG-UN , tous deux jouant avec le feu !

Personnellement bien qu'un risque si minime soit-il peut encore exister, je suis certain qu'aucun pays au monde n'envisage un seul instant de déclencher un holocauste nucléaire, même le plus fou de tous les dictateurs, sachant pertinemment que cela se retournerait irrémédiablement contre lui !

Pour revenir à mon optimisme, malgré les divergences qui les séparent, nos trois grands chefs d'états  d'Amérique, de Russie et de Chine ont tout intérêt à se mettre d'accord pour que la situation internationale revienne à la normale, en s'assaillant autour de la table de négociations diplomatiques et économiques, avec des arrangements pour que chaque partie puissent préserver ses propres intérêts dans ce jeux d'une partie infernale de « poker-menteur ».

Mais il reste bien sûr à éradiquer le problème numéro Un du moment, celui du terrorisme islamique dans le Monde, seule une vraie et franche collaboration et une coalition militaire entre tous les pays qui se disent "civilisés" contribuera à enrayer définitivement ce grave fléau que traverse en ce moment notre Humanité, à mon humble avis bientôt faute de combattants et de Chefs, l'Etat Islamique sera définitivement battu, mais ce combat sera long et coûteux en vies humaines.

Pour conclure rapidement après ce bref exposé, le dernier grave problème qui nous concerne tous est bien entendu celui de l'écologie, du réchauffement climatique ou non de notre planète, de sa pollution, du remplacement des énergies fossiles par celles d'énergies nouvelles, de l'alimentation pour une surpopulation qui commence à friser ses plus de 7 milliards d'humains...  

Sans aucune mesure drastique de la part de toutes les Nations qui composent notre Monde pour traiter un à un tous ces graves problèmes à l'échelle planétaire, nous n'y arriverons pas, soyez-en certain, à aucun résultat concret. 

Seule une large concertation globale de la part de nos Dirigeants et de nos Décideurs pourra enfin nous sortir de l'impasse dans laquelle notre Humanité toute entière est tombée.

je remercie cette assistance pour m'avoir si longtemps écouté.

Gérard DIACONESCO 

 

LES PHOTOS DE LA SOIREE DE L'ORDRE LAFAYETTE AU NOVOTEL DE MONTE

Romain GERARDIN-FRESSE vient d’être élevé, sur recommandation du Roi de Tanna, à la dignité d’Officier de l’Encouragement Public le 14 October dernier. Afin de marquer le début de cette nouvelle ère italo-monégasque pour l’Ordre Lafayette, il a été convenu de célébrer le samedi soir 18 Novembre prochain à 18 :30 son inauguration en lieu et place du salon de l'Hôtel NOVOTEL à Monte-Carlo, en présence de Christian GIRAUDET, 1er Vice-Président International, de Mme. Martine DIQUELOU Ambassadeur de l'Ordre LAFAYETTE International, au cours de laquelle une cérémonie solennelle permettra de décerner des signes de reconnaissance à 12 récipiendaires.

Photos Presse Alain GAFFET - Agency Press International DIACONESCO.TV - C. COPYRIGHT - 18.11.2017 - MONACO

DSC_0015 DSC_0017 DSC_0020 DSC_0024 DSC_0025 DSC_0027 DSC_0027 DSC_0028 DSC_0029 DSC_0030 DSC_0034 DSC_0047 DSC_0048 DSC_0049 DSC_0052 DSC_0057 DSC_0059 DSC_0060 DSC_0062 DSC_0063 DSC_0064 DSC_0065 DSC_0066 DSC_0067 DSC_0070 DSC_0071 DSC_0073 DSC_0074 DSC_0075 DSC_0081 DSC_0084 DSC_0086 DSC_0087 DSC_0088 DSC_0089 DSC_0092 DSC_0095 DSC_0096 DSC_0098 DSC_0101 DSC_0102 DSC_0103 DSC_0106 DSC_0112 DSC_0113 DSC_0115 DSC_0117 DSC_0118 DSC_0120 DSC_0121 DSC_0122 DSC_0123 DSC_0124 DSC_0125 118180090 fullsizeoutput_e9016 fullsizeoutput_e9077

 

 fullsizeoutput_e8ff5

fullsizeoutput_e9016

 

LISTE DES RECIPIENDAIRES DE L'ORDRE LAFAYETTE HONORES A MONTECARLO AU NOVOTEL LE 18 NOVEMBRE 2017

En présence de :

* Mme. le Gouverneur Général et Ambassadeur de l’Ordre LAFAYETTE Martine DIQUELOU,


* Christian GIRAUDET, 1er Vice-Président International.

* Jacques VOYES 1er Vice-Président Délégation FRANCE-ETATS-UNIS FRENCH RIVIERA MONACO

Chevalier:

* Philippe HAO KWOMG SING (Entraîneur des forces spéciales, armée et police)
* Jeanne CLOAREC
* Pascal FERET (Officier de Police)
* Philippe CANNAMELLA (Président UNC arrière-pays)


Officier:

* Gérard DIACONESCO (Journaliste international d'investigations)
* Astrid CLAUDEL ( Chef de Section à la Direction de l'Environnement - Gouvernement Princier Monégasque)
* Cédric TISON (Officier de Police)

Commandeur:

* Raymond CLOAREC (Président d'honneur du Mémorial BIGEARD)
* Michel RODENAS (Commissaire Divisionnaire)
* Michel COTTA (Homme Politique)
* Ludovic BOJARD (Ambassadeur Plénipotentiaire)
* Gaston CLAUDEL ( Pasteur )
* Romain GERARDIN-FRESSE (Président de l'Ordre Lafayette Monaco - Monte-Carlo)

***********************************************************************************************

 

 

images-drapeaux-EU-FR

 

image003

LA DECORATION DE

L'ORDRE LAFAYETTE

ordre-lafayette-médaille

Vocation

L'Association de l'Ordre LA FAYETTE a pour objet d'entretenir et de développer des liens d'amitié existants entre les ressortissants des États-Unis d'Amérique et ceux de l'Union Européenne, au premier rang desquels se situe, géographiquement et historiquement, la France. C'est une association apolitique, asyndicale et aconfessionnelle. Elle a pour vocation de devenir une fondation aux fins de perpétrer le souvenir et l'approfondissement de l'amitié franco-américaine. Le marquis de La Fayette a été le premier Français être nommé Général par le Congrès américain après avoir rejoint volontairement les insurgents en lutte pour l'indépendance de leur pays, en 1777. Il a soutenu la cause américaine dans ses mouvements les plus difficiles, jusqu'à ce que le corps expéditionnaire du Général Rochambeau et la flotte de l'Amiral De Grasse viennent faire la décision au profit de l'indépendance américaine, à Yorktown en 1781. Cette aide apportée à un moment crucial de la création des Etats-Unis a scellé une amitié indissoluble entre les deux peuples, malgré les avatars de l'Histoire, comme le prouvent les deux interventions déterminantes de l'Amérique au profit de la France et de l'Europe lors des deux conflits mondiaux du 20 ème siècle. Si vous êtes conscient du bien-fondé de cette dette réciproque et de l'amitié indéfectible à laquelle elle a conduit les deux peuples, dans le respect de leurs diversités, voire de leurs divergences d'opinion, garants d'une démocratie authentique, nous vous invitons à rejoindre les rangs de l'Association LA FAYETTE pour y apporter votre contribution depuis les deux rives de l'Atlantique et participer au développement de l'union des peuples.

lafayette

Historique

L'association de l'Ordre Lafayette a été créée en 1999 à l'initiative de trois personnalités françaises, en concertation avec leurs homologues américains ( un gestionnaire, un artisan, un ancien militaire historien, un ancien consul), tous présidents d'association où Ils ont constaté que la mémoire du Marquis de Lafayette s'estompait au moment où il était le plus indispensable que le souvenir et la signification de son action perdurent. A l'époque, la France a su apporter un soutien adapté et désintéressé, soucieuse de l'autonomie de la nation américaine en gestation, c'est-à-dire aux anciennes colonies britanniques malgré les contentieux antécédents. Depuis, l'Amérique a su faire preuve de la même générosité à plusieurs reprises. C'est au moment où les termes équilibrés de cet échange ancestral risque d'être remis en cause qu'est née l'idée de relancer cette dynamique de liberté et d'équité, au travers d'une association transatlantique capable de recréer des liens authentiques symbolisés par l'attribution de diplômes et décorations en vue de réactiver et d'enraciner cette complicité ancestrale.

C'est pourquoi nous vous adressons cette proposition d'adhérer à ce mouvement indépendant de toute influence politique ou philosophique, afin que vous lui donniez les contours que vous jugerez bon de lui imprimer dans le respect du libre-arbitre des peuples. Nous vous convions à participer à une nouvelle aventure en ce début de XXIe siècle oû il n'y a plus de nouveaux continents à découvrir mais à oeuvrer à les rassembler. Plus précisément, il s'agit pour vous de participer à l'opportunité de créer, à votre initiative, des noyaux dynamiques de cette association dont vous êtes appelés à devenir les leaders, avec les charges et récompenses afférents.

Arsène Schaeffer Jean-Noël Vincent Raymond Najberg.

**********************************************************

Biographie et historique du

marquis de LA FAYETTE

La Fayette

De Wikiberal
La Fayette
homme politique

Dates 1757-1834
La Fayette.jpg
Tendance libéral classique
Origine France France
Articles internes Liste de tous les articles
Citation « Tout gouvernement a pour unique but le bien commun. Cet intérêt exige que les pouvoirsexécutifs, législatifs et judiciaires, soient distincts et définis, et que leur organisation assure la représentation libre des citoyens, la responsabilité des agents et l'impartialité des juges. »
inter lib.org sur La Fayette
 

Marie Joseph Paul Yves Roch Gilbert du Motier, marquis de La Fayette né le 6 septembre 1757 au château de Chavaniac en Auvergne et décédé à Paris le 20 mai 1834, est un général et homme politique français qui a incarné l'idée de liberté aux États-Unis et en France pendant près d'un demi-siècle.

 

Sommaire

Le héros des Deux Mondes

Il est issu d'une famille noble et choisit de suivre, comme son père (tué à la bataille de Minden en 1759), une carrière militaire. Orphelin à l'âge de treize ans, il fait ses études au collège Louis le Grand. En 1774, à 16 ans, il épouse Marie Adrienne Francoise de Noailles, fille du duc d'Ayen, futur duc de Noailles.

Les premières nouvelles de l'insurrection américaine parviennent en Europe en 1775. La Fayette, alors capitaine de cavalerie, embrasse avec ardeur une cause qui flatte si vivement son patriotisme et son goût pour la liberté. Le jeune capitaine des dragons a 19 ans lorsque les colonies britanniques d'Amérique déclarent leur indépendance. Déjà sensibilisé à cette cause par Benjamin Franklin, arrivé à Paris le 20 décembre 1776, l'engagement de La Fayette a déjà été accompli avec Silas Deane. C'est le comte de Broglie, ancien chef du cabinet secretdu roi Louis XV, qui l'a sensibilisé à la cause américaine, quand il fut, dix huit mois plus tôt, sous ses ordres, à Metz.

Il ne songe plus, selon son expression, qu'à joindre ses drapeaux.[1]

Il se rend à Paris, confie son projet à deux amis, le comte de Ségur et le vicomte de Noailles, qui décident de l'accompagner. Le comte de Broglie, qu'il en instruit également, tente de le détourner de son dessein[2]. Il met pourtant La Fayette en relation avec l'ancien agent [en 1768, soit près de dix ans plus tôt] de Choiseul au Canada, le baron de Kalb, qui deviendra son ami. Celui-ci le présente à Silas Deane, qui, le trouvant trop jeune, tente de le dissuader de mener à bien son projet.

Le 20 avril 1777, le marquis de Lafayette, âgé d'à peine 20 ans, embarque en semi-clandestinité, dans le port espagnol de Pasajes, sur La Victoria pour soutenir la Guerre d'Indépendance des États-Unis contre l'ennemi commun : l'Angleterre, et venir en aide aux insurgés. Gagné à la cause de la jeune nation américaine par son ami Benjamin Franklin, Lafayette s'était pris d'une affection quasi filiale pour le généralWashington et il devient membre de son état-major. La franc-maçonnerie lie aussi fraternellement ces trois figures de l'Indépendance. « C'est à l'heure du danger que je souhaite partager votre fortune » lance-t-il alors aux insurgés.

Le 7 juin 1777, il écrit dans une lettre à sa femme :

« Défenseur de cette liberté que j'idolâtre, libre moi-même plus que personne, en venant comme ami offrir mes services à cette république (des États-Unis) si intéressante, je n'y porte nul intérêt personnel. Le bonheur de l'Amérique est intimement lié au bonheur de toute l'humanité ; elle va devenir le respectable et sûr asile de la vertu, de l'honnêteté, de la tolérance, de l'égalité et d'une tranquille liberté. »

Nommé major général de l'Armée Américaine par résolution spéciale du Congrès, La Fayette participe ainsi à la guerre d'Indépendance, est blessé à Brandywine en septembre 1777 puis combat à la tête des troupes de Virginie et de nouveau en 1778 dans le New-Jersey et en Pennsylvanie. Entre temps, il rentre à Brest à bord de L'AllianceGeorge Washington le charge de convaincre le roi de France d'envoyer un corps expéditionnaire. La confiance absolue des deux hommes l'un envers l'autre, sera déterminante dans ce choix pour cette mission capitale sur les plans militaire, diplomatique et commercial.

La bataille de Yorktown le 19 octobre 1781, contre les anglais, à laquelle participe activement Lafayette, met fin à la guerre permettant l'accession à l'Indépendance des États-Unis.

A l'issue du combat il déclare: « Humanity has won its battle. Liberty now has a country. »

Le 17 juin 1782, La Fayette rentre en France en héros avec un peu de la terre américaine de Bunker Hill, avec laquelle sa tombe fut recouverte à sa mort le 20 mai 1834. Il est promu maréchal de camp (c'est-à-dire général).

Une figure de la Révolution

Les violences de 1788 ne l’effraient pas : il y voit le signe annonciateur de la diminution de l’autorité royale et il demande à plusieurs reprises la convocation des États Généraux. Porte-parole de l'aristocratie libérale, député de la noblesse d'Auvergne aux États généraux, membre de la Société des amis des Noirs et franc-maçon, il joue un rôle important et controversé dans les premières années de la Révolution française.

Le lendemain de la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, il se fait nommer, contre l'avis du Roi, commandant de la Garde nationale chargée d'assurer l'ordre dans Paris. Il donne ordre de détruire la Bastille (15 juillet) et fit accepter la cocarde tricolore au roi (17 juillet) : il semble que La Fayette ait ajouté le blanc royal au bleu et au rouge, couleurs de Paris. Comme défenseur de l'ordre public, il essaye de faire coopérer la Royauté et la Révolution. Au sein de l'Assemblée nationale constituée à la suite du serment du Jeu de Paume, il rédige la premièreDéclaration des droits de l 'Homme, largement inspirée de la Déclaration américaine.

Le 5 octobre 1789, le peuple de Paris marche sur Versailles. Le lendemain, La Fayette, débordé, laisse envahir le château et massacrer les Gardes du Corps qui défendent l'appartement de la Reine. Intervenant courageusement, il sauve de justesse Marie-Antoinette et paraît avec elle au balcon de la chambre du Roi. Devenu le personnage le plus considérable de France, le « maire du palais », selon Mirabeau ou « Gilles César » selon d'autres connaît son apothéose lors de la fête de la Fédération le 14 juillet 1790. Il critique ceux qui ont choisi d’émigrer et souhaite « remonter le pouvoir exécutif » mais « dans le sens de la Révolution ». Il s’efforce en vain de s’imposer comme le chef du parti de la modération. La brutale répression qu’il organise à Nancy, le 31 août, pour punir une mutinerie, contribue à le déstabiliser.

Homme de peu de caractère, La Fayette subit plus les événements qu’il ne les dirige, essayant en vain de défendre la Révolution à la fois contre les aristocrates et contre les sans-culottes. L’homme a suscité peu d’éloges. « Idole médiocre » de la Révolution selon Michelet, Mirabeau épingle « l’imbécillité de son caractère, la timidité de son âme et les courtes dimensions de sa tête. Quand les Jacobins l’accusent de césarisme, Brissot rétorque que « Cromwell avait du caractère, mais La Fayette n’en a pas ». Madame de Staël la plus indulgente doit reconnaître son « amour de la popularité, la passion favorite de son âme ».

Obstinément attaché à la monarchie constitutionnelle, après la fuite à Varennes en 1791, il fait admettre, avec BarnaveDuport et les Lameth, la fiction de l’enlèvement. Mais après la fusillade du Champ de Mars, le divorce est consommé entre La Fayette et la gauche révolutionnaire. Desmoulins le dénonce comme un nouveau Charles IX. La séparation de la Constituante en septembre et l’abandon du commandement de la Garde nationale en octobre le laissent sans mandat. Marie-Antoinette, qui ne pouvait plus le souffrir, disait de lui : « Je sais bien que M. de La Fayette nous protège. Mais qui nous protègera de M. de La Fayette ? »

Désormais, louvoyant entre les factions révolutionnaires et monarchistes, La Fayette paraît suspect à tous. En décembre 1791, trois armées sont constituées sur le front est pour repousser les Autrichiens, et La Fayette est placé à la tête de l'armée du Centre puis de l'armée du Nord. Mais voyant que la vie du couple royal était, chaque jour, de plus en plus menacée, il s'oppose au parti Jacobin, avec l'intention d'utiliser son armée pour rétablir une monarchie constitutionnelle. Le 19 août 1792, il est déclaré traître à la nation, n’ayant pas été suivi par ses troupes. Obligé de se réfugier à Liège, il est capturé par les Prussiens puis les Autrichiens, en dépit des interventions de sa femme et des États-Unis. « Les Autrichiens lui rendirent le service essentiel de l’arrêter et par là, ils le réhabilitèrent » (Michelet). Sa libération est obtenue par Napoléon au traité de Campo-Formio en 1797. Le Directoire lui interdit cependant de rentrer en France. La Fayette se réfugie alors aux Pays-Bas. Il finit par rentrer en novembre 1799.

fayette_20

Un opposant libéral

A son retour, il est dans l'opposition à Napoléon qui, sans jamais l'avoir rencontré, lui est hostile et lui interdit de s'installer à Paris. Il s'installe à La Grange, en Seine-et-Marne, dans une propriété de sa femme. Finalement les deux hommes se rencontrent, par l'intermédiare de Lebrun, peu après la bataille de Marengo. La Fayette se lie d'amitié avec Joseph Bonaparte et dans un premier temps se voit accorder quelques faveurs. Il est rayé de la liste des émigrés, reçoit une retraite de 6 000 francs tandis que son fils, Georges-Washington devient officier dans un régiment de hussards. Cela n'empêche pas Napoléon de se méfier de celui qui, 10 ans plut tôt, était le véritable héros de la Révolution. Ainsi il interdit que le nom de La Fayette soit cité lors de l'éloge funèbre de George Washington aux Invalides le 8 février 1800. Quand à La Fayette il refuse, à plusieurs reprises, d'entrer au Sénat et ne cache pas son hostilité au régime. La rupture intervient en 1802 car La Fayette s'oppose au titre de consul à vie de Napoléon dans une lettre écrite le 20 mai. En 1804, il vote contre le titre d'Empereur.

Il se rallie aux Bourbons en 1814. Avec Fouché, il participe à la déchéance de l'Empereur. Élu député de Seine-et-Marne lors des Cent-Jours, il demande l'abdication de Napoléon.

Député de la Sarthe en octobre 1818, puis à nouveau de Seine et Marne en septembre 1819, il s'oppose résolument à la Restauration. Membre actif de l’opposition libérale, il entre dans la conspiration groupant des bonapartistes et les républicains de la société des Amis de la vérité qui voulaient s’emparer du pouvoir par un coup de force prévu pour le 19 août 1820 ; il participe également au premier complot de la charbonnerie en décembre 1820. Réélu député en novembre 1822, à Meaux, il est battu aux élections de 1823.

L'Amérique réclamait son jeune général, le compagnon légendaire de Washington. Durant les onze mois de son voyage (1824-1825) il reçoit un triomphe continuel, le peuple entier lui crie sa reconnaissance. Son séjour, qui dure un an et demi et l’amène dans 182 villes, se solde par des dons somptueux en terres (12 000 hectares en Floride!) et en argent -juste retour des choses pour un homme qui avait consacré une partie de sa vie et de sa fortune à la défense de la cause américaine. La cause des États-Unis et la cause de la liberté paraissaient alors indissociables.

Rentré en France, il est réélu député de Meaux en juin 1827 et en juillet 1830.

Le baiser républicain

Lors de la révolution dite des Trois Glorieuses, en 1830, retrouvant sa popularité de l'année 1789, il a ses propres partisans qui le poussent à jouer un rôle de premier plan. Mais, peut-être du fait de ses 73 ans, il se rallie lui-même à la cause orléaniste et soutient Louis-Philippe, à qui il donne la cocarde tricolore. Le baiser républicain donné par le vieux marquis sur le balcon de l'Hôtel de ville consacre la Monarchie de Juillet. Lafayette retrouve le commandement de la Garde nationale pour quelques mois. Louis-Philippe pour se débarrasser de lui, l’amène à démissionner de son commandement à la fin de décembre 1830. Déçu par ce qu’il avait salué comme « la meilleure des républiques » il se retire dans sa propriété de la Grange-Bléneau.

Odilon Barrot lui rend hommage lors de son inhumation en 1834 : « Je n'ai jamais rencontré un homme de plus de grandeur d'âme, unie à plus de bonté et de simplicité, une fois plus entière dans les droits du peuple, unie à un dévouement plus absolu, à un courage plus héroïque pour les faire triompher ; et si même on peut adresser un reproche à cette noble nature, c'est l'exagération de ses qualités. Soupçonnant difficilement dans autrui le mal qui n'était pas en lui, le général de La Fayette accordait trop facilement sa confiance et on en a souvent abusé. Emporté par le besoin de se dévouer, il était trop disposé à préférer les tentatives où il exposait sa vie, aux efforts patients et persévérants de la lutte légale. Lorsqu'il me disait que « le jour le plus heureux de sa vie serait celui où il monterait sur l'échafaud pour y confesser sa foi politique », il ne disait rien de forcé et ne faisait qu'exprimer un sentiment qui lui était naturel ; c'est que la liberté était une religion pour lui et que s'il avait la foi des martyrs, il en avait aussi la sublime résignation. Aucune vie d'homme dans nos temps modernes n'a offert une plus belle et plus parfaite unité. »

La Gloire posthume

La Fayette n’est pas un penseur, il a peu écrit, ses Mémoires sont une compilation sans ordre : sa seule œuvre est sa proposition de déclaration des droits inspirée du texte de Thomas Jefferson pour l’État de Virginie. Héritier d’un nom prestigieux, il a refusé l’avenir que la tradition et son milieu voulaient lui imposer. Parti en Amérique pour acquérir la gloire sur les champs de bataille, ce prestigieux rejeton de la noblesse française est devenu une figure centrale des idées libérales. Ce n'est qu'après sa mort (1834) que l'on prend conscience vraiment de la place éminente qu'il tenait dans la vie du pays. Il a des funérailles nationales et aux États-Unis, le deuil est porté pendant un mois pour honorer « la mort du dernier major général de la guerre d’Indépendance ». Depuis 1891, un square portant son nom à Washington, avec au centre sa statue équestre, devant la Maison Blanche.

Il a été élevé à titre posthume, en 2002citoyen d'honneur des États-Unis d'Amérique, un privilège rare n'ayant été accordé qu'à quatre reprises dans l'Histoire américaine : l'ancien Premier ministre britannique Winston Churchill (1963); le diplomate suédois Raoul Wallenberg, qui aida à sauver de l'extermination par les nazis durant la Deuxième Guerre mondiale quelque 100.000 juifs hongrois (1981); le philosophe quaker anglais William Penn, fondateur de la Pennsylvanie (1984); et enfin, Mère Thérésa, la bienfaitrice albanaise des bidonvilles de Calcutta (1997).

En quoi La Fayette est-il libéral ?

A la différence des volontaires français qui l'ont précédé aux États-Unis (qui s'apparentaient plus à des mercenaires), et de ceux qui l'ont succédé (des militaires qui honoraient une alliance scellée par le Roi), La Fayette et Kalb sont partis combattre dans l'armée américaine par idéalisme. Ils n'étaient mus que par le seul amour de la liberté, et c'est la raison pour laquelle non seulement ils sont partis dans la clandestinité, mais aussi ont financé leur expédition et parfois même les soldes des militaires sur leurs propres fonds.

Citations

  • « J’ai pu me tromper mais je n’ai jamais trompé personne. »
  • « Aucun obstacle, aucun mécompte, aucun chagrin ne me détourne ou me ralentit dans le but unique de ma vie : le bien-être de tous, et la liberté partout. »
  • « Il a fallu plus de quarante années pour qu'on reconnût dans M. de la Fayette des qualités qu'on s'était obstiné à lui refuser. A la tribune il s'expliquait facilement et du ton d'un homme de bonne compagnie. Aucune souillure ne s'est attachée à sa vie ; il était affable, obligeant, généreux. Sous l'Empire, il fut noble et vécut à part (…). Dans les commencements de la Révolution, il ne se mêla point aux égorgeurs ; il les combattit à main armée et voulu sauver Louis XVI. (…) M. de la Fayette sera éternellement la Garde nationale. (…) [Il] n'avait qu'une idée et, heureusement pour lui, elle était celle du siècle. » (Chateaubriand)
  • In European history his place, though not among the foremost, is respectable ; in American history he is not only a very picturesque and interesting figure, but his services in our struggle for political independence were of substantial and considerable value. (Appleton's Cyclopedia American Biography).

Bibliographie

  • Gonzague Saint-Bris, La Fayette, SW-Télémaque, 2006, ISBN 2753300399
  • René de la Croix, Jean-Pierre Bois (préface), La Fayette, Tallandier, 2006, ISBN 2847343024
  • Philippe Bourdin, La Fayette, entre deux mondes, Pu Blaise Pascal (2 juin 2009),Collection Histoires croisées, 225 pages, ISBN 2845164130
  • Etienne Taillemite, La Fayette, Fayard (27 septembre 1989), 623 pages, ISBN 2213023409
  • Daniel Binaud, L'épopée américaine de La Fayette : Washington me voici !, La Découvrance éditions (19 avril 2007), Collection : AMERIQUES , 364 pages, ISBN 284265515X
  • Jean-Christian Petitfils, Louis XVI, Librairie Académique Perrin (7 avril 2005), Collection : Hors Collection, 1114 pages, ISBN 2262014841
  • Evelyne Lever, Marie-Antoinette, RMN (29 novembre 2006), 142 pages, ISBN 2711852032

La motion La Fayette (11 juillet 1789)

La nature a fait les hommes libres et égaux ; les distinctions nécessaires de l'ordre social ne sont fondées que sur l'utilité générale.

Tout homme naît avec des droits inaliénables et imprescriptibles ; telles sont la liberté de toutes ses opinions, le soin de son honneur et de sa vie ; le droit de propriété, la disposition entière de sa personne, de son industrie, de toutes ses facultés ; la communication de ses pensées par tous les moyens possibles, la recherche du bien-être et la résistance à l'oppression.

L'exercice des droits naturels n'a de bornes que celles qui en assurent la jouissance aux autres membres de la société.

Nul homme ne peut être soumis qu'à des lois consenties par lui ou ses représentants, antérieurement promulguées et appliquées.

Le principe de toute souveraineté réside dans la nation.

Nul corps, nul individu ne peut avoir une autorité qui n'en émane expressément.

Tout gouvernement a pour unique but le bien commun. Cet intérêt exige que les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires, soient distincts et définis, et que leur organisation assure la représentation libre des citoyens, la responsabilité des agents et l'impartialité des juges.

Les lois doivent être claires, précises, uniformes pour tous les citoyens.

Les subsides doivent être librement consentis et proportionnellement répartis.

Et comme l'introduction des abus et le droit des générations qui se succèdent nécessitent la révision de tout établissement humain, il doit être possible à la nation d'avoir, dans certains cas, une convocation extraordinaire de députés, dont le seul objet soit d'examiner et corriger, s'il est nécessaire, les vices de la constitution.

Notes et références

  1.  Il est en garnison à Metz lorsqu'il est invité à un dîner que son commandant, le comte de Broglie [Variante : le comte Charles de Broglie n'a rien à voir avec un Choiseul. C'est même contre Choiseul alors quasi premier ministre que Louis XV avait monté son Secret du Roi], offre au duc de Gloucester, frère du roi d'Angleterre, de passage dans cette ville. Le dîner de Metz est du 8 août 1775, et, la conversation étant nécessairement tombée sur ce sujet, La Fayette presse le duc de questions pour se mettre au courant des faits, tout nouveaux pour lui, qui se passent en Amérique. Avant la fin du dîner sa résolution est prise et, à dater de ce moment, il n'a plus d'autre pensée que celle de partir pour le nouveau monde.
  2.  « J'ai vu mourir votre oncle en Italie, lui dit-il, votre père à Minden, et je ne veux pas contribuer à la ruine de votre famille en vous laissant partir. » À cette date, le marquis de Noailles, oncle de La Fayette, est en poste à l'ambassade de France à Londres.

Articles internes

tmp799251341993050113

 

Ban

Posté par DIACONESCO_TV à 07:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 novembre 2017

PUBLICITE GRATUITE POUR PROMOTION DE VOS VOYAGES SCIENTIFIQUES EN EUROPE PUBLICITE OFFERTE PAR LA COMPANY INTERNET COUNCIL LLC

 

OBJECTIF SCIENCES

 

INTERNATIONAL

 

(SINCE 1992)

 

20040123_telescope-768x1024-2-80bda

 

VOS VOYAGES SCIENTIFIQUES

L’inventeur des séjours de recherches participatives et solidaires
Statut Consultatif Spécial auprès de l’ONU (ECOSOC)

 

1 OU 2 SEMAINES SUR PÉRIODE DU 15 DÉCEMBRE - 15 JANVIER 
PROFITEZ DE LA NEIGE TOUT EN FAISANT AVANCER LES SCIENCES ! 
De 2 à 5 jours de fêtes et de sport dans le cadre des Sciences Participatives

INTRODUCTION

Photographiez de magnifiques flocons de neige, suivez les animaux de la montagne à la trace, et profitez à fond de la montagne durant des sorties de ski de descente sur des pistes de rêve ou en randonnées-raquette, selon votre bon plaisir.

Faites chauffer votre cerveau en famille, sans oublier les splendides soirées astronomiques sous la coupole du Télescope de l’Observatoire OFXB de St-Luc !

Retrouvez les autres parents et participants adultes ou enfants/ados d’Objectif Sciences International et partagez des moments juste incroyables !

LE SÉJOUR

Aux dates du Nouvel-An, ce séjour permet de passer le Réveillon de manière absolument magique. Séjour pour les adultes, familles, ados et enfants seuls ou accompagnés.

Vous pouvez au choix :

  •  Tous vous inscrire sur ce séjour Famille d’une durée de 2 à 5 jours
  •  Inscrire vos enfants sur l’un des autres séjours de 5 à 7 jours, et venir, en tant que parent, sur ce séjour Nouvel-An de 2 jours ou plus (durée personnalisée)

Vous pouvez également :

  •  Venir avec de nombreux amis,
  •  Venir avec votre famille élargie !

Le Grand Hôtel le Cervin est totalement privatisé exclusivement pour les groupes d’Objectif Sciences International pour le Nouvel-An ! (voir descriptif de l’hébergement plus bas)

NOS PARTENAIRES

VIDÉO

 

LE PROJET DE RECHERCHE

La neige est un fantastique terrain de jeu et d’apprentissage. Durant ce séjour, vous pourrez mener à bien votre sport favori, le ski de descente ou les raquettes, en même temps que vos activités scientifiques sur un thème résolument moderne : la photographie de cristaux de neige et la nivologie, ou encore le suivi de la biodiversité sauvage.

Méga batailles de boules de neige, descentes en ski, construction d’igloo, chocolat chaud et raclette ... bref, du pur bonheur.

A l’occasion des séances d’activités scientifiques de ce séjour, vous pourrez faire progresser la recherche scientifique en cours au sein du Programme de Recherche MINEO dans le cadre du séjour Ski et Cristaux de Neige ou du Programme de Recherche BIODIVERSITA dans le cadre du séjour Pisteur des Alpes.

Vous allez commencer à regarder la neige différemment !

 

La neige n’aura plus de secret pour vous : grâce à la nivologie, la science de la neige, vous allez comprendre pourquoi la neige glisse et pourquoi elle peut être dangereuse. En utilisant différentes techniques de mesure et d’observation des flocons de neige et du manteau neigeux, vous allez découvrir les différentes propriétés physiques et chimiques de la neige.

 


Vous apprendrez également à attraper les flocons de neige et à leur tirer le portrait avec un appareil numérique à focale manuelle, ou encore à figer les flocons et leurs formes cristallines avec un autre système secret ! Cette technique vous permettra alors de les observer aussi longtemps que vous le voudrez sous la loupe binoculaire. Vous mettrez en œuvre des techniques simples mais particulièrement innovantes, qui ont été adaptées et mises au point par Objectif Sciences International !

En fonction de vos envies, vous pourrez également vous lancer dans un concours de bonhomme de neige aux formes bizarroïdes, ou de l’igloo le mieux chauffé pour des affûts animaliers 5 étoiles ou encore dans la fabrication de cristaux de neige en laboratoire. Ce qui primera, sera de satisfaire vos envies de plaisir dans la neige. Quoi de mieux que de pouvoir se faire plaisir en science tout en s’éclatant en même temps aux sports d’hiver !!!

 

COURS DE SKI

Pour les enfants qui ne savent pas skier, ou pour lesquels vous désirez qu’ils s’améliorent à ce sport, il vous est possible d’ajouter à ce séjour le module de Cours de ski avec l’École Suisse de Ski de Saint-Luc. Vos enfants se verront remettre leur médaille en fin de semaine, les plus petits la recevront en mains propre de la part de Snowli !

 

 

LES OBSERVATIONS ASTRONOMIQUES !

20040123_telescope-768x1024-2-80bda

Ce séjour intègre plusieurs soirées d’observations astronomiques de qualité professionnelle au sein du télescope à coupole 600 mm du télescope de l’Observatoire OFXB de Saint-Luc. Cet observatoire est situé en altitude, à 2 minutes de l’arrivée du funiculaire qui est lui-même au départ du village où se situe l’hébergement. Il sera entièrement réservé à notre groupe pour mener des soirées d’observation passionnantes. Les soirées seront suivies d’un lever plus tardif. 

LE LIEU

Ce panorama montre les sommets situés au-dessus de l’hébergement. C’est à couper le souffle, mais justement, gardes ton souffle, tu en auras besoin pour faire du ski !

 

clic clic pour voir en grand !

 

Le village de Saint-Luc se situe dans le val d’Anniviers, une charmante vallée dans le Valais en Suisse. Avec ses raccards et ses greniers Saint-Luc a une architecture très particulière et complètement adaptée aux contraintes propres au milieu montagnard.

Les sommets environnants culminent au-dessus de 3’000 m dont 4 sont au-dessus de 4’000 mètres ! Nous pouvons y contempler le Cervin (Matterhorn), la montagne la plus célèbre de Suisse. La géologie est particulièrement riche dans cette vallée, due, entre autre, à la formation des Alpes. Cet endroit a ainsi connu une forte activité minière au XVIIIe siècle (cuivre, nickel, argent, plomb). Aujourd’hui, il est possible de visiter certaines mines avec Objectif Sciences International.

Le cadre est magnifique. Que nous regardions depuis la fenêtre ou que nous partions en ballade, les lacs, les cols, les sommets et les prairies d’altitudes sont époustouflants. Il y a encore de nombreux glaciers, comme celui du Moiry ou le glacier sous-terrain de Zinal !
Lors de nos sorties en commun avec les biologistes du séjour « Pisteur des Alpes » nous remontrons la piste de la faune des Alpes, des chamois aux cerfs en passant par l’hermine, le tétras et pourquoi pas ... le loup qui est revenu dans la vallée !

L’hiver, Saint-Luc/Chandolin est une grande station de ski adaptée aux débutants comme aux confirmés, qui permet de skier ou surfer. Elles offrent :

  •  un enneigement assuré par des canons à neige
  •  75 km de pistes de ski, aussi bien aménagées que naturelles
  •  1 funiculaire, 2 télésièges, 13 téléskis
  •  1 snowpark
  •  1 piste de luge de 3,5 km
  •  des bus-navettes gratuits

Le Val d’Anniviers se trouve au sud de Sierre (Suisse), au sud-est du canton du Valais. Le Valais se trouve à l’est du Lac Léman, après avoir passé Genève et Lausanne.

Pour arriver sur place vous pouvez :

LE QUOTIDIEN SUR PLACE

Si possible, les groupes sont séparés par tranche d’âge : 7-9 ans, 10-12 ans, 13-15 ans, 16-18 ans et adultes. Dans le cadre des inscriptions familles les membres d’une même famille sont ensembles pour certaines activités tandis qu’à d’autres moments de la journée les parents peuvent profiter de leur temps libre.

Tout les débuts de matinées sont dédiées soit au suivi animal en raquette, soit à la photographie de flocons de neige. Puis vient le ski ou la rando-raquette selon vos désirs, alors pas d’inquiétude, vous aurez votre dose de poudreuse. Après le pique-nique, en haut des pistes, équipés avec les skis et le matériel scientifique, nous verrons ce que les nivologues analysent. Quels sont les risques de fonte et d’avalanche, quelle densité a la neige ? Balance portable, loupes et sondes de températures seront là pour suivre la montagne à la minute ! Le climat ne changera pas sans qu’on soit au courant !

Et c’est reparti pour le ski, la rando-raquette, voire... un sauna en avance pour celles et ceux qui voient la montagne comme un lieu de détente totale.

Le temps se gâte ? Et bien c’est tant mieux, direction le centre pour fossiliser de nouveaux cristaux de neige et déguster un délicieux chocolat chaud à l’ancienne.

Le temps redevient ensoleillé (le Valais est réputé pour ces 300 jours de beau temps par année), alors retournons skier dans la poudreuse et faire une pause bien méritée, gouter « 4 étoiles » au sommet. C’est l’occasion d’apprendre un peu à se repérer à l’aide des cartes, des boussoles et des GPS ! Il parait même qu’on aurait du mal à faire chauffer de l’eau pour le thé à cause de l’altitude... On essaie ?

Tous les soirs nous dinerons au chaud en toute convivialité. Nous finirons chaque journée par de supers veillées que vous organiserons les éducateurs.

FÊTE DU NOUVEL-AN

Le soir du 31 décembre nous fêtons le Nouvel An comme il se doit. Le Grand Hôtel le Cervin nous étant totalement privatisé, nous aurons une salle de fête et de danse pour les enfants, ados et adultes, et un bar pour les adultes qui voudront déguster les magnifiques vins valaisans, rouges de caractères, blancs fruités, ou blancs liquoreux ou moelleux !

Le 31 décembre à Minuit, les Feux d’Artifices inondent la Vallée, c’est féerique. Pour l’occasion, nous construisons des lanternes suédoises dans la neige.

L'HÉBERGEMENT

Notre hébergement dans le val d’Anniviers est le Grand Hôtel le Cervin. Magnifique hôtel datant de la romantique des Alpes, il fût construit en 1883. Il est aujourd’hui classé bâtiment historique par le Valais. Cet hôtel, qui se trouve au cœur de Saint-Luc, offre une situation qui nous permet d’accéder très facilement aux pistes en hiver et aux randonnées en été. De plus, nous avons facilement accès au bus de La Poste Suisse qui dessert tous les points importants de la vallée.

L’intérieur du Grand Hôtel le Cervin a été régulièrement entretenu depuis sa construction initiale, et a été rénové en respectant l’histoire et l’architecture de ce lieu. Nous utilisons des chambres de quatre lits avec deux lits superposés dans les chambres d’enfants, et d’un lit double dans les chambres des parents. Cette grande bâtisse nous permet d’avoir de nombreux espaces pour nos activités, ou juste pour flâner.

Les repas sont pour la plupart typiques, de la cuisine montagnarde Suisse à la cuisine italienne. Nous avons une raclette traditionnelle une fois par semaine. C’est donc dans une atmosphère familiale et chaleureuse que nous vivrons dans cet hôtel historique, au cœur de la culture Suisse.

Concernant la répartition des chambres entre les parents et les enfants, vous pouvez lire cette page spéciale sur les Séjours Familles à OSI.

Posté par DIACONESCO_TV à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2017

Médaille du Civisme et du Dévouement International

LA MÉDAILLE DU CIVISME ET DU DÉVOUEMENT INTERNATIONAL PALME D'OR SERA REMISE à Gérard DIACONESCO LORS DE LA SOIRÉE INAUGURALE DE LA SECTION DE L'ASSOCIATION DE L'ORDRE LAFAYETTE EN PRINCIPAUTÉ DE MONACO le samedi soir 18 Novembre 2017 à l'Hôtel NOVOTEL 18h30.

i284571214387711242

Constitution du dossier

L'association Civisme Dévouement International (loi de 1901)décide de rendre hommage à ceux qui accomplissent des actes de civisme et de dévouement en accordant des récompenses et distinctions privées(non officielles) avec :
palmes OR-ARGENT-BRONZE et la barrette CIVISME & DEVOUEMENT suivant l'acte à récompenser .


Ainsi la médaille est décernée à une personne qui a accompli un acte de civisme en se portant au secours d'une personne en danger ,dans des circonstances périlleuses, par circonstances périlleuses, on entend tous les cas où la personne aura mis véritablement sa vie en danger .


Tout citoyen considérant qu'une personne a accompli un acte de civisme de courage ou de dévouement doit proposer à l'association Civisme Dévouement International le nom de cette personne.Les propositions peuvent être faites à titre posthume.

La proposition doit contenir les éléments suivants. 
a)- le nom et l'adresse de la personne proposée.
b)- la date , l'heure ,l'endroit ,la description de l'acte de civisme et ,s'il y a lieu , le nom des personnes en cause.
c)- le nom et l'adresse des témoins
d)- dans le cas où la personne qui a accompli l'acte de civisme est décédée le nom et l'adresse de son conjoint , en l'absence de ce dernier , le plus proche parent , le plus proche ami .
e)- le nom et l'adresse de la personne qui présente la demande (une personne peut se proposer elle-même à la condition d'avoir 2 témoins)
le comité Civisme de l'association analyse les demandes , les récipiendaires demandent alors une remise par leur maire , leur député...un élu ou leur parrain titulaire lui-même de cette distinction associative.

Cette médaille récompense également les services particulièrement honorables qui s'inscrivent dans le temps ,et couvre une population très étendue de récipiendaires.

Cette liste est non exhaustive..... 
Beaucoup de formes de "Dévouement" restent dans l'ombre , aussi notre rôle est de les mettre au grand jour et d'honorer ses acteurs .

Bénéficiaires 
les Pompiers volontaires,les réservistes opérationnels et citoyens de toutes les armes et sans distinction de grades.Les donneurs de sang bénévoles,le personnel médical , les présidents d'associations (loi 1901) et les membres du bureau, les bénévoles des mutuelles, les porte-drapeau des associations patriotiques, la protection civile , la croix rouge , les médaillés du travail , les personnels des oeuvres caritatives , ONG, Humanitaires .....

Régle générale  durée des services. 
Palme bronze 12 ans 

Palme Argent 25 ans
Palme Or 30 ans et plus

Adresse courrier pour faire la demande (joindre env timbrée réponse) joindre justificatifs (photocopies) + Extrait du casier judiciaire
 Civisme Dévouement International : 10 rue des amicales 61 100 FLERS .

**********************************************************

 

Invitation protocolaire 18 Novembre

 

VOIR AUSSI L'ORDRE LAFAYETTE

http://politiquepaca.canalblog.com/archives/2017/09/22/35698683.html

Posté par DIACONESCO_TV à 02:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2017

DEBAT AVEC DES JOURNALISTES FRANCAIS SUR LE BILAN DES 10 PREMIERS MOIS DE MANDAT DU PRESIDENT DONALD TRUMP SUR RADIO EUROPE 1

Débat sur le bilan des 10 premiers mois de Trump à la présidence des Etats-Unis (Branaa,Toulouse,Devecchio,Cypel) – màj EXTRAITS

C1-shCSWQAAq2W2

SOURCE : http://www.fdesouche.com/907157-debat-bilan-10-premiers-mois-de-trump-a-presidence-etats-unis-branaatoulousedevecchiocypel

15h01

 

Débat sur le bilan des 10 premiers mois de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis avec les journalistes et auteurs français :


– Jean-Eric Branaa, Maître de Conférences politique US (Paris 2 Assas), auteur de « Trumpland » (2017)


– Anne Toulouse, journaliste, vit aux Etats-Unis depuis 20 ans, ex-correspondante RFI, auteur de « Bienvenue en Trumpie » (2017)


– Alexandre Devecchio, journaliste au Figaro, chargé du Figaro Vox, auteur de « Les nouveaux enfants du siècle: Djihadistes, identitaires, réacs. » (2016)


– Sylvain Cypel, ancien directeur de la rédaction de Courrier International et correspondant du Monde


– EUROPE 1, 13 novembre 2017, 19h00

 

EXTRAITS :

Alexandre Devecchio : «Les opposants à Trump n’ont  toujours pas compris que c’est fait, qu’il est élu, toutes les semaines ils disent qu’il sera destitué ou qu’il a gagné grâce aux Russes. C’est la clef de sa stabilité dans les sondages depuis son élection.»

Frédéric Taddei : «Alors qu’en France, quelques semaines après son élection, tout président baisse dans les sondages, Trump, malgré les limogeages et problèmes avec son parti, reste stable et la grande majorité des Républicains revoteraient pour lui.»

Jean-Eric Branaa : «La base de Trump n’a pas bougé d’un iota depuis son élection le 8 novembre 2016. Trump gouverne pour ceux qui l’ont élu, ce qui fait très plaisir à sa base (…) Les démocrates se mettent à s’opposer systématiquement à lui sur tout et n’importe quoi.»

Jean-Eric Branaa est en désaccord avec Sylvain Cypel qui dit que Trump n’a pas fait grand chose : «Trump a agi par voie de décrets, décisions ministérielles, et au Congrès beaucoup de choses sont passées avec la loi de révision qui est quand même très importante.»

Jean-Eric Branaa : «Les opposants de Trump sont rentrés dans une folle spirale pour essayer de déstabiliser cet homme qui n’attendait que ça parce qu’il avait annoncé qu’il s’attaquerait à l’Establishment et nettoierait le bourbier et il aime la castagne.»

Anne Toulouse : «La société civile a voté Trump car il promettait de réviser le code fiscal des petites entreprises, et ça c’est très important, croyez-moi, j’en ai eu une et j’aurais pleuré de reconnaissance s’il avait été simplifié : facture compta divisée par 2!»

Alexandre Devecchio : «Les ouvriers blancs américains se sont sentis trahis par le parti démocrate qui est parti dans une fuite en avant des politiques des minorités. Ils n’ont pas compris pourquoi l’un des derniers décrets d’Obama portait sur les toilettes transgenres.»

Jean-Eric Branaa estime pour sa part que les ouvriers ne sont pas la première cible de Trump (qui est les entreprises) mais qu’ils bénéficieront de l’application de son programme protectionniste et de sa réforme des impôts.

Jean-Eric Branaa à Sylvain Cypel : «Sur la Chine, Trump est allé cherché un soutien pour résoudre la crise coréenne, a fait de la géoéconomie en allant chercher 235Mds$ de #contrats, et a [menacé] de quitter l’OMC, et il a l’avantage. Pour l’instant, Trump fait ce qu’il a dit.»

Anne Toulouse : «Trump a été élu parce qu’il était différent. Donc il reste lui-même. Ses méthodes consistent à pousser sur les institutions jusqu’à ce qu’elles cèdent et à faire le contraire de ce qui n’a pas marché.»

Jean-Eric Branaa ironise sur «Le Mouvement Énorme “We’re Still In”» (9 Etats) censé compenser la sortie des Etats-Unis de l’Accord de Paris sur le Climat : «C’est juste impossible car c’est l’Etat Fédéral qui est signataire de la COP21». Branaa s’inquiète pour l’environnement.

Anne Toulouse : «Dieu fait partie de la vie des Etats-Unis. Les présidents américains sont religieux par nature, vont à la messe tous les dimanches. Il y a même une église face à la Maison Blanche, ils prêtent serment sur la Bible. Donald Trump prie.»

Alexandre Devecchio : «Trump marque le début d’un Nouveau Monde. Les politiques pensaient que la technocratie et le marché feraient l’Histoire. Trump, c’est le retour de la politique par les perdants de la mondialisation. On va voir apparaître des leaders populistes.»

White-House-Dreuz

Posté par DIACONESCO_TV à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14 novembre 2017

NE JAMAIS OUBLIER TOUS LES ATTENTATS COMMIS PAR LES ASSASSINS ISLAMISTES DJIHADISTES DANS LES PAYS DE L'UNION EUROPÉENNE !

Carnage du Bataclan : je n’oublierai jamais ce que j’ai vu, il y a 2 ans, ni la suite…

SOURCE : Publié le 13 novembre 2017 - par Louise Langlois 

Bataclan13nov2015

 

Nous avions publié dans un premier temps la photo avec un carré blanc au milieu. Mais à la demande de l’auteur de l’article, qui a perdu beaucoup d’amis et voisins ce soir là, nous publions la vraie photo du carnage du Bataclan, pour que nos compatriotes voient de quoi sont capables les islamistes.

En ce jour anniversaire, je prends la plume à la mémoire des victimes et des blessés des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Deux ans après ces tragiques événements, c’est une triste commémoration que nous célébrons ce jour, une tristesse qui se mêle à de la colère face au laxisme de nos dirigeants politiques qui n’ont pas pris les mesures qui s’imposaient pour répondre à ces actes terroristes.

Domiciliée pendant dix ans dans l’immeuble de l’administration du Bataclan, juste à côté de la salle de concerts, nous avons été confrontés à des personnes décédées le soir du 13 novembre 2015 et à de véritables scènes de chaos sur nos trottoirs. Les terroristes avaient garé leur voiture au pied de notre immeuble avant de tirer sur la foule à la terrasse du café du Bataclan et de s’engouffrer dans la salle de concerts armés de kalachnikovs.

_89466175_paris_attack_teams_624_27_04_16

Les assassins islamistes des carnages à Paris du 13 novembre 2015

Au lendemain de ce drame, nos espoirs se sont tournés vers la classe politique, espérant de la fermeté et un sursaut de nos élites qui ne sont jamais venus.

Notre première déception est apparue face à l’attitude des médias et des nombreux journalistes qui se pressaient devant le Bataclan. Seuls les passants et les voisins du quartier qui tenaient un discours politiquement corrects retenaient l’attention des journalistes. A l’inverse, tous les témoignages dénonçant le caractère islamique de cet attentat étaient rejetés par les médias, témoignages qui provenaient pourtant de témoins directs de la tragédie ou de proches de victimes. C’est à partir de ce moment que j’ai rendu mon poste de télévision, ne voulant plus payer une redevance audiovisuelle pour financer les mensonges et les manipulations médiatiques.

Bataclan-jxandreani-CC-BY-2

Au sein de notre association de victimes, nous étions réunis en groupes de parole pour évoquer nos traumatismes après les attentats. A notre grand étonnement, la psychologue désignée par l’association pour animer ces groupes de parole était de confession musulmane et il fut impossible de prononcer le mot « islam » au cours de nos échanges. Dans ces conditions, comment réparer un traumatisme s’il est interdit de nommer l’ennemi qui vous a meurtri et qui a tué vos amis ? Notre surprise fut également de taille lorsque Mme Juliette Méadel, alors Secrétaire d’Etat chargée de l’aide aux victimes, donna des instructions aux associations de victimes afin que leurs membres ne votent pas pour Marine Le Pen lors des élections présidentielles de 2017. De quel droit, le vote des victimes pouvait-il être confisqué de la sorte par une représentante de l’Etat, de surcroit chargée du suivi de nos dossiers, alors que nous souhaitions élire librement le meilleur candidat pour répondre à la barbarie islamique qui frappe notre pays ?

deux-habitants-de-quimper-ont-survecu-au-carnage-du-bataclan

Concernant les mosquées, le gouvernement n’a pas tenu ses promesses et a refusé de fermer les mosquées salafistes sur tout le territoire. A titre d’exemple, nous pouvons citer la mosquée Omar située à une centaine de mètres du Bataclan et qui est un haut lieu de l’islam radical à Paris. De nombreux protagonistes des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher ont fréquenté cette mosquée, notamment Farid Benyettou, le mentor des frères Kaouachi ainsi que des fidèles qui ont protégé la femme d’Amédy Coulibaly. Une filière djihadiste a été démantelée au sein de cette mosquée et plusieurs imams ont été condamnés pour prêches antisémites. Au lendemain de l’attentat du Bataclan, les responsables de la mosquée Omar se sont contentés d’afficher une grande banderole avec le slogan « Pas en Mon Nom » sur les murs du lieu de culte et ils n’ont pas été inquiétés par le gouvernement. Des personnalités politiques comme François Vauglin, Maire du 11ème arrondissement de Paris (arrondissement dans lequel est situé le Bataclan), se rendent régulièrement à la mosquée Omar pour rencontrer l’imam et les fidèles à l’occasion de fêtes religieuses.

20151113phowww01049

L’attentat du Bataclan comme tous ceux qui frappent l’Europe n’ont pas permis de mettre un frein à l’islamisation de la France et de l’Europe. Qu’ont fait nos hommes politiques pour interdire le port du burkini au lendemain de l’attentat de Nice ? Qu’attend le Ministre de l’Intérieur pour condamner les prières de rue et leurs paroles de haine envers les non musulmans ? Pourquoi les préfets ne dénoncent-ils pas les camps décoloniaux interdits d’accès aux blancs sur notre territoire ? En plein état d’urgence, quelles mesures ont été prises à l’égard des femmes musulmanes habillées en voile intégral et qui peuvent cacher des couteaux ou des ceintures d’explosifs sous leur tenue vestimentaire ? Enfin, pourquoi aucune sanction d’emprisonnement n’a été envisagée envers les membres de la filière « Artigat » en Ariège, une nébuleuse de terroristes dangereux dont faisaient partie Mohamed Mérah et le djihadiste Fabien Clain, celui qui depuis la Syrie a revendiqué les attentats du Bataclan au nom de Daesh ?

Mais ce qui m’a conduit à écrire cet article, ce sont les dernières déclarations de nos dirigeants et de la presse sur le sort des djihadistes qui souhaitent revenir en France avec leurs femmes et leurs enfants. Au lieu de poser un principe d’interdiction pour le retour de ces combattants ou de les emprisonner pour intelligence avec l’ennemi, nos élites considèrent qu’il faut prévoir des mesures alternatives avec un traitement des dossiers au cas par cas. La France propose d’accueillir ces djihadistes avec des stages de déradicalisation pour permettre leur désembrigadement et leur réinsertion au sein de la société française. Le dispositif prévoit également l’aide d’associations en collaboration étroite et quotidienne avec les services sociaux au profit des djihadistes et de leurs familles. Doit-on rappeler que ces soldats de Daesh sont les commanditaires de l’attentat du Bataclan et qu’ils ont sur les mains le sang des 130 victimes du 13 novembre 2015 ? La France va donc accueillir sur son territoire des ennemis de notre République, des assassins qui ont servi l’idéologie criminelle de l’Etat Islamique. Pour quelles raisons nos dirigeants n’ont-ils pas consulté préalablement les survivants et les proches des victimes des attentats avant de se prononcer sur le sort de ces djihadistes ? Faudra-t-il verser des allocations familiales à ces familles avec l’argent du contribuable français, notamment avec l’argent des proches des victimes du Bataclan qui payent leurs impôts comme chaque citoyen français ? Est-on réellement à l’abri d’un nouvel attentat sanglant par ces djihadistes de retour en France ? Autant de questions restées en suspens et pour lesquelles nos hommes politiques n’apportent aucune réponse. Ce qui est certain, c’est que chaque djihadiste qui foulera le sol français est une insulte à la mémoire des morts du Bataclan et de toutes les victimes des attentats islamiques commis en France.

Louise Langlois

 

***********************************************************************************

La Crise des Migrants a Fracassé l'Europe

113571703

SOURCE : par Giulio Meotti
13 novembre 2017

Traduction du texte original: The Migrant Crisis Upended Europe

   
  • « La crise des migrants est le 11 septembre de l'Union européenne ... A partir de 2001, tout a changé aux Etats-Unis. En une minute, l'Amérique a découvert sa vulnérabilité. Les migrants ont eu le même effet en Europe... Les idées de démocratie, de tolérance et les principes libéraux qui constituent notre paysage idéologique ont été sapées. » - Ivan Kratsev, président du Centre for Liberal Strategies de Sofia et membre de l'Institut des humanités de Vienne, Le Figaro.
  • La population européenne juge désormais les institutions européennes avec mépris. Ils les perçoivent – en raison de leur politique multiculturaliste et migratoire - non seulement comme indifférents au problème de la population, mais aussi comme un problème supplémentaire.
  • «Nous sommes une communauté culturelle, ce qui ne veut pas dire que nous sommes meilleurs ou pires - nous sommes simplement différents du reste du monde... notre ouverture et notre tolérance ne signifient pas que nous ne protégerons pas notre patrimoine». - Donald Tusk, président du Conseil européen.

Quelques semaines après que l'Allemagne ait ouvert ses frontières à plus d'un million de réfugiés du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Asie, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán déclarait que la crise migratoire « déstabiliserait les démocraties ». Il a été traité de démagogue et de xénophobe. Deux ans plus tard, la réalité lui a donné raison. Comme l'explique Politico , « [L] a plupart des dirigeants de l'UE font écho au Premier ministre hongrois » et le Premier ministre hongrois peut désormais affirmer : « notre position devient progressivement majoritaire ».

Beaucoup en Europe semblent avoir compris ce qu'Ivan Krastev, le président du Centre des stratégies libérales de Sofia et membre de l'Institut des sciences humaines de Vienne, a récemment déclaré au Figaro :

« La crise des migrants, c'est le 11 Septembre de l'Union européenne. Ce jour de 2001, tout a basculé pour les États-Unis. En une minute, l'Amérique a découvert sa vulnérabilité. Les migrants produisent le même effet à l'Europe. Ce n'est pas leur nombre qui déstabilise le continent, mais le fait qu'ils représentent la révolution du XXIe siècle... La crise migratoire remet profondément en cause les idées de démocratie, de tolérance et de progrès ainsi que les principes libéraux qui constituent notre paysage idéologique. Elle est un tournant dans la dynamique politique du projet européen. »

 

2906

Des milliers de migrants arrivent à pied dans une gare de Tovarnik, en Croatie, le 17 septembre 2015. (Photo par Jeff J Mitchell / Getty Images)

Cette vague migratoire a impacté de manière significative les finances publiques européennes. Les deux pays les plus touchés ont été l'Italie et l'Allemagne. Le gouvernement fédéral allemand a dû mobiliser 21,7 milliards d'euros en 2016 pour y faire face. Les médias ont indiqué que le seul budget de la sécurité allait augmenter d'au moins un tiers cette année, passant de 6,1 milliards à 8,3 milliards d'euros. En Italie, le ministre de l'Economie et des Finances a budgété 4,2 milliards d'euros en 2017 pour les migrants (un septième du budget total de l'Italie pour 2016 ).

L'Espagne de son côté a récemment annoncé que 12 millions d'euros seront investis pour renforcer les clôtures autour de ses enclaves de Ceuta et Melilla en Afrique du Nord ; une barrière qui maintient les migrants hors du territoire espagnol. Partout en Europe, les États dégagent des ressources supplémentaires pour faire face à la crise des migrants, qui a également changé le paysage politique européen.

Les récentes victoires électorales de Sébastian Kurz en Autriche et Andrej Babis en République tchèque ont potentiellement élargi le groupe des pays d'Europe centrale et orientale qui s'opposent à Bruxelles sur les quotas de répartition des migrants. L'immigration a engendré des lignes de fracture idéologiques en Europe. Les barrières qui ont surgi au cœur du projet européen sont désormais renforcées par la rivalité, la méfiance et la haine. La population européenne regarde désormais les institutions européennes d'un œil méprisant. Non seulement Ils les jugent – en raison du multiculturalisme et de l'immigration - indifférents à leurs propres problèmes, mais ils les perçoivent comme un problème de plus.

Autre tremblement de terre, la crise migratoire a aussi provoqué « un déclin de la social - démocratie en Occident », ainsi que l'a écrit Josef Joffe, éditorialiste et éditeur de Die Zeit. Partout en Europe, la crise migratoire a tué les partis sociaux-démocrates, perçus désormais comme incapables d'y faire face. Il y a vingt ans, ces partis libéraux de gauche étaient partout au pouvoir - Espagne, Grande-Bretagne, Allemagne, par exemple -. Désormais, ils sont partout dans l'opposition sauf en Italie. De la Norvège à l'Autriche, l'Europe est désormais dirigée par des gouvernements conservateurs.

Si l'on en croit les médias et une étude de la Heritage Foundation, plus de la moitié des attentats terroristes qui ont eu lieu en Allemagne depuis le début de la crise des migrants en 2014 ont impliqué des migrants. L'État islamique - aujourd'hui défait à Raqqa - a profité de la crise migratoire engendrée par la guerre civile en Syrie pour devenir un risque sécuritaire majeur pour l'Europe. Depuis les territoires conquis, l'Etat islamique a lancé des attaques terroristes importantes contre l'Europe.

La crise migratoire a également renforcé la position stratégique du président turc Recep Tayyip Erdogan. Par chantage, il a obtenu de l'Europe plusieurs milliards d'euros - et certaines concessions politiques – afin de garder le robinet migratoire fermé à partir de la Turquie. Erdogan a aussi exigé et obtenu que des écrivains et journalistes soient poursuivis en Europe ; Il a également tenté d'influencer les élections aux Pays-Bas et en Allemagne en mobilisant les communautés turques établies dans ces pays.

Un rapport du Pew Research montre comment le mouvement migratoire a commencé de reformater les pays européens. Sur la seule année 2016, la population de la Suède aaugmenté de plus de 1%. Une hausse qui est due à la seule migration de masse, la plus élevée au sein de l'UE derrière l'Allemagne. Entre 2015 et 2016, le pourcentage d'immigrants au sein de la population suédoise est passé de 16,8% à 18,3%.

L'Autriche et la Norvège, deux pays dotés d'une forte population immigrée (au moins 15% en 2016), ont enregistré une hausse de leur population de 1% par rapport à 2015. En Allemagne, Die Welt a indiqué indiqué que 18,6 millions d'Allemands - un cinquième de la population allemande - - étaient directement issus des milieux de l'immigration.

En Italie Le Centre Machiavel a rendu publique une étude, - « Comment l'immigration change la démographie italienne » -, qui montre que, du fait de la crise migratoire, 'un changement « sans précédent » a eu lieu dans la démographie italienne.

La boîte de Pandore d'une révolution démographique a été ouverte.

Il y a deux ans, Viktor Orbán, Premier ministre hongrois, était le seul à parler de la nécessité de garder l'Europe « chrétienne ». Maintenant, l'un de ses opposants les plus virulents, Donald Tusk , président du Conseil européen, tient des propos similaires :

« Nous sommes une communauté culturelle, ce qui ne veut pas dire que nous sommes meilleurs ou pires - nous sommes simplement différents du reste du monde ... notre ouverture et notre tolérance ne peuvent signifier que nous sommes prêts à abandonner notre patrimoine ».

En 2015, toute discussion sur la « culture » était condamnée comme relevant du « racisme ». Désormais, le thème de la culture est devenu dominant.

La guerre que les islamistes ont mené contre la politique, la culture et la religion en Occident a jeté les bases d'un affrontement culturel qui est en train de révolutionner l'Europe.

Giulio Meotti, journaliste culturel à Il Foglio, est un journaliste et auteur italien.

***********************************************************************************************

Posté par DIACONESCO_TV à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2017

Communiqué de Presse de L' UPF-FRANCE le 13 novembre 2017

L' UNION DE LA PRESSE FRANCOPHONE FRANCE APPORTE SON SOUTIEN A CHARLIE HEBDO

bando64017

 

 

Après les menaces proférées, notamment sur les réseaux sociaux, contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo, la section française de l’Union de la Presse Francophone (UPF) dénonce des comportements inadmissibles qui portent gravement atteinte à la liberté de la presse.

L’UPF-France apporte son soutien total aux confrères de Charlie Hebdo et se déclare prête à s’associer à toute action visant à défendre le titre, son indépendance et ses personnels, journalistes ou non.

Soulignant le caractère inviolable de la liberté d’expression, elle souligne avec force qu’aucun article, titre ou dessin de presse - même s’il peut être critiqué ou même contesté devant la justice- ne peut justifier des menaces ou des actes de violences. Le dessin caricaturant l’islamologue contesté Tariq Ramaden ne peut faire exception.

L’UPF-France invite les autorités politiques et religieuses (de toutes confessions) à soutenir clairement Charlie Hebdo et demande aux autorités judiciaires de donner suite à la plainte déposée par l’hebdomadaire pour menaces de mort.

Paris, le 13 novembre 2017

Gérard Bardy, président de l’UPF-France 

bando64017

Posté par DIACONESCO_TV à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2017

EFFET TRUMP APRES UN AN DE PRÉSIDENCE DES ETATS-UNIS

EFFET TRUMP : SON BILAN APRES UN AN ... QUE LES MEDIAS NE VOUS REVELERONS PAS

 

SOURCE : Publié par Jean-Patrick Grumberg le 7 novembre 2017

Mardi 8 novembre 2016, après une très longue journée, j’ai annoncé 1 heure 30 avant les grands médias francophones la victoire écrasante de Donald Trump par 304 votes contre 227. Quelle gifle, quelle humiliation !

Lorsque j’ai pensé qu’il faudrait faire l’important bilan de la première année du Président Donald Trump car je savais que ces mêmes médias ne se sont pas remis de leur échec, et qu’ils n’étaient pas capable de le faire, deux images ont traversé mes pensées.

  • La première concerne les médias américains honnêtes, dont les journalistes réunissent les données comme je le fais, et dressent la liste des accomplissements du Président Trump, tandis que les médias de gauche, la majorité, minimisent, interprètent avec une mauvaise foi surprenante, oublient les faits impossibles à nier, pour affirmer que Trump n’a rien fait, ou pas grand-chose.
  • La seconde image la voici :

Hillary Clinton a été battue, et rien que cela est un accomplissement majeur du président Trump impossible à oublier. Cette femme est la corruption, le mensonge, la duperie, la fausseté, l’arrivisme, le dédain, incarnés. Elle est Obama + la corruption.

Et je dois dire, j’ai aussi cette image en tête :

Jeb Bush, le mou, le «low energy» comme l’a surnommé Donald Trump durant la campagne, le candidat républicain que le marécage de Washington, l’establishment, avait choisi pour l’Amérique, et n’a pas digéré que les citoyens aient osé lui préférer le candidat de leur choix.

Qu’on l’accepte ou pas– et ni les Démocrates, ni beaucoup de Républicains de Washington l’acceptent encore aujourd’hui – Donald Trump l’outsider, Donald Trump le non-politicien, Donald Trump l’inexpérimenté en politique, le maladroit, le quelques fois grossier et le toujours indifférent au politiquement correct, Donald Trump l’homme au grand cœur, a éliminé en une fois la dynastie Bush et la dynastie Clinton réunies, les deux familles les plus puissantes de Washington, et battu 17 concurrents Républicains prestigieux.

Ca, c’est l’effet Trump !

 

Emploi

En juin 2016, Obama est en campagne pour aider Clinton à se faire élire. Il annonce lors d’un meeting politique que les emplois ne reviendront pas. Il se moque du candidat Trump en demandant au public si ce dernier, qui promettait de créer des millions d’emplois nouveaux, a une baguette magique. (1) Le public a beaucoup ri, Obama aussi.

… Et Trump a ajouté 298 000 emplois le 1er mois de sa présidence.

  • A fin octobre 2017, près de deux millions d’emplois nouveaux ont été créés en un an.
  • + 260 000 pour le seul mois d’octobre.

Pour résumer, trois chiffres :

  • le taux de chômage est au plus bas depuis 17 ans à 4,1%,
  • le taux de participation à l’emploi le plus élevé depuis 7 ans,
  • Le nombre de personnes vivant de bons alimentaires est à son plus bas depuis 7 ans.

Et Trump a accompli tout cela «simplement» en ordonnant des coupes dans les réglementations et en allégeant la lourdeur bureaucratique, en annulant de stupides restrictions environnementales extrémistes et prédatrices pour l’emploi– et il n’a même pas encore réduit la fiscalité des entreprises ni fait voter le rapatriement des milliards de bénéfices qu’elles laissent à l’étranger pour éviter les taxes confiscatoires.

Voici 10 sociétés qui ont rapatrié les emplois aux Etats-Unis (2)– comme Trump l’avait promis :

  • Bayer (9000 emplois avec le rachat de Monsanto),
  • Amazon (100 000 emplois les 18 prochains mois),
  • Ford a annulé la construction d’une usine d’1,6 milliard $ au Mexique, et redéveloppe une usine du Michigan et crée 700 emplois,
  • IBM (25 000 emplois et 1 milliard d’investissements),
  • Walmart (10 000 emplois),
  • Sprint (5000 emplois),
  • Lockheed Martin (1800 emplois),
  • Hyundai (+3,1 milliards d’investissements en 5 ans -nombre d’emplois non spécifié),
  • General Motors (1500 emplois, 1 milliard d’investissements),
  • Sans oublier Carrier qui pendant la campagne présidentielle a annulé la fermeture d’une délocalisation et gardé 1100 emplois).

Obama peut rire…

DOvexPqXcAAAOHj

Immigration illégale

L’immigration illégale à la frontière avec le Mexique (c’est un des cancers de l’Amérique, qui maintient les bas salaires des emplois non qualifiés) a chuté de 78%. Et le mur n’est pas encore construit. Le président doit choisir parmi les différentes propositions tests qui ont été construites. Le mur ne sera pas en béton, on pourra voir au travers, voir ce qui se trame de l’autre côté.

  • En janvier, le département de la Sécurité intérieure mettait un frein à la migration depuis les pays musulmans, et n’envoyait plus ses agents à l’étranger afin d’interroger les demandeurs d’asile.
  • Fin janvier, le Président interdisait par décret pour une durée de 90 jours l’entrée sur le territoire américain de ressortissants de 7 pays musulmans. Migrants, réfugiés, demandeurs d’asile, qui n’avaient pas de gouvernement fonctionnel pour documenter le passé des candidats ne pouvaient plus entrer sur le sol américain, afin d’éviter l’infiltration de terroristes sous de fausses identités, comme l’Europe le vit au quotidien.
  • En avril, Trump signait un ordre exécutif pour remplacer le programme de visa H-1B par un programme au mérite.
  • Contestée par plusieurs juges de gauche multiculturalistes, l’interdiction d’entrée est finalement jugée conforme à la Constitution par la Cour suprême en octobre– à l’unanimité. Le nouveau décret a été de nouveau bloqué par deux juges, leur décision sera de nouveau annulée par la Cour suprême.
  • Après l’attentat terroriste de Manhattan, commis par un musulman arrivé aux Etats-Unis grâce à la loterie d’immigration, Trump annonce qu’il va supprimer ce programme qui ne permet pas de choisir la qualité des demandeurs.
  • Villes ouvertes (ou villes sanctuaires) : Trump met en place les lois qui retirent l’aide financière fédérale aux villes qui refusent de remettre aux autorités fédérales les détenus étrangers résidents illégalement sur le territoire américain.
  • Trump a lancé une guerre ouverte et totale contre le gang MS13 d’origine sud-américaine, considéré comme le plus violent et meurtrier des Etats-Unis du fait que ses membres torturent et tuent pour semer la terreur et recruter dans les quartiers latinos.

Justice

Après le décès du juge à la Cour suprême Antonin Scalia, le candidat Trump promet de le remplacer par un juge aussi conservateur que lui.

  • Promesse de campagne tenue, Neil Gorsuch est nommé en mars. Il est le plus «Scalia compatible» de tous les candidats, hautement respecté par les conservateurs.

En juin 2017, le Los Angeles Times lui reproche d’appliquer de trop près la constitution. «C’est un militant conservateur confiant, qui tire la loi vers la droite sur la religion, les droits des armes à feu, les droits des homosexuels et le financement des campagnes électorales» écrit le LA Times (3).

  • Allison Eid, juge à la Cour suprême du Colorado, a été choisie par Trump pour remplacer Neil Gorsuch à la cour d’appel fédérale basée à Denver. Eid, une conservatrice, a été élue le 5 novembre par le Sénat par 56 voix contre 41.
  • A fin octobre, les Etats-Unis ont confirmé 16 juges choisis par Trump (1 à la Cour suprême, 8 aux Cours d’appel fédérales, 4 aux Cours de districts, 3 aux Cours d’appel des Vétérans). 46 nominations attendent la validation du Sénat.
  • A fin octobre toujours, le Président Trump a nommé deux fois plus de juges que le président Obama à la même période, 61 contre 22 pour Obama et 59 pour GW Bush.
  • Les juges approuvés par le président Trump sont en moyenne 8 à 9 ans plus jeunes que ceux nommés par Obama, ce qui veut dire qu’il a rajeuni et redynamisé le système judiciaire.

Paul Ryan, le chef du parti Républicain à la chambre des représentants a déclaré récemment sur Fox news que sous la présidence Trump, la chambre a passé 337 lois de plus qu’Obama à la même période, soit plus que Bush, plus que Clinton et plus que HW Bush.

«Bien que plus de lois ont été votées cette année sous Trump que sous Bush, Obama et Clinton, 274 sont toujours bloquées au Sénat» a précisé Ryan.

Parmi les lois importantes votées par la Chambre, Paul Ryan a cité :

  • Annulation et remplacement de la loi Dodd Frank votée par Obama en 2010 et qui entrave le secteur financier.
  • Vote de la Kate’s law qui punit de prison automatique les étrangers illégaux expulsés qui reviennent illégalement aux Etats-Unis.
  • Arrêt des aides financières aux villes sanctuaires.
  • Réforme de l’armée.
  • Réforme des lois d’assurance maladie des vétérans, leur permettant maintenant de choisir leurs médecins et de ne plus attendre des mois pour un rendez-vous chez le docteur.
  • Réforme de l’Education.
  • Mise en place du choix scolaire pour les quartiers défavorisés.
  • Législation pro-vie.

Religion

En mai, le Président a signé un décret sur la liberté religieuse, inversant la politique christianophobe constante du président Obama. Le décret attaque en profondeur le concept de gauche qu’un gouvernement doit contrôler la vie des gens, et stipule qu’«aucun américain ne devrait être forcé de choisir entre les dictats du gouvernement fédéral et les principes de sa foi.»

L’ordre exécutif inclut un langage similaire : «La loi fédérale protège pleinement la liberté des Américains et leurs organisations dans la vie civique, sans ingérence indue du gouvernement fédéral.»

Economie

  • La croissance économique a été de 3,1% au second trimestre, et malgré les deux ouragans, de 3% au 3e trimestre– comparée au minable 1,6% réalisé par Obama en moyenne en 8 ans, certes avec la crise de 2008, mais qu’Obama n’a pas été capable de retourner.
  • La bourse est à son point le plus haut depuis 85 ans. Elle a gagné 25% depuis la victoire de Trump, ce qui représente une création de richesses de 5,2 milliards de dollars.

Les salaires ont repris le chemin de la hausse, avec un encore modeste 0,7%– mais la réduction des taxes des entreprises n’a pas encore dopé le marché.

Aux Etats-Unis, les entreprises et les particuliers financent leur retraite par capitalisation– le programme, appelé 401 (k) est si avantageux que c’est celui que se sont choisi les parlementaires français (tandis qu’ils ont imposé aux Français la retraite par répartition, qui s’apparente au système de Ponzi– le type d’escroquerie qui a ruiné les richissimes clients de Madoff en 2008.)

Ainsi, lorsque la bourse progresse, le montant que touchent les retraités progresse également.

Inutile de préciser également que lorsque la bourse augmente, la valeur des entreprises qui ont suivi augmente aussi, donc leur capacité à emprunter, donc à investir, donc à embaucher et à augmenter les salaires.

  • Le taux de confiance des ménages, un indicateur important pour les projections économiques, est au plus haut depuis 17 ans, à 125,9.
  • L’indice de confiance des petites entreprises– qui emploient 50% des salariés américains – est passé de 90 avant l’élection à 103 en septembre dernier.
  • Les prix de l’immobilier ont progressé de 6,8% en août, selon l’indice NSA. C’est son plus haut niveau historique (4).

Aux Etats-Unis, contrairement à ce que connaissent les Français, lorsque l’immobilier progresse, les propriétaires refinancent leur bien, c’est-à-dire qu’ils prennent un nouveau crédit plus élevé que leur ancien crédit, qu’il rembourse, et permet de faire des travaux. La hausse de l’immobilier entraîne à la hausse avec elle tout un secteur économique.

  • Trump a mis fin à la «guerre contre le charbon» (qui est largement produit en Allemagne et en Chine sans que personne ne proteste). La production du charbon a progressé de +7,8% (contre une baisse de 31,5% ces 10 dernières années).
  • Il a autorisé la construction du pipeline XL et du Dakota pipeline qui ont créé de l’emploi et accéléré l’indépendance énergétique des Etats-Unis vis-à-vis des pays producteurs du Golfe, et libéré l’exploitation de nouvelles mines de charbon en Pennsylvanie.
  • Dérégulations : Trump a annulé plus de réglementations en 8 mois qu’aucun président ne l’a fait de toute l’histoire des Etats-Unis. Très tôt dans sa présidence, il a édicté une règle simple : toute nouvelle réglementation devait être contrebalancée par l’annulation de deux réglementations.
  • Accords de Paris sur le climat : en se retirant de l’accord, le président a retiré d’énormes contraintes qui pesaient sur les entreprises américaines tandis que les pays les pollueurs, la Chine et l’Inde, étaient dispensés de ces contraintes.

 

Conclusion

La liste ci-dessus est assez impressionnante– et je suis sûr d’avoir oublié quelques points importants.

J’ai volontairement évité de parler de politique Étrangère car elle est en intense activité, avec l’arrestation de hauts dirigeants et de princes en Arabie saoudite, la démission soudaine du Premier ministre libanais (ce qui atteste du danger que représente l’Iran), les mesures sans précédent que Trump a convaincu la Chine d’imposer à la Corée du Nord, les pressions contre l’ONU, l’UNESCO et le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, et l’écrasement de l’Etat islamique qu’Obama disait seulement pouvoir contenir.

L’impressionnante liste que j’ai réunie n’empêchera aucun journaliste, qui hélas pour leur malheur sont de gauche, de dire que «Trump n’a rien fait en 1 an».

Mais si l’on devait compter sur les journalistes pour être informé, cela se saurait n’est-ce pas ?

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Sources :

(1) thegatewaypundit.com

(2) investorplace.com

(3) latimes.com

(4) cnbc.com

 

White-House-Dreuz

 

 

**********************************************************

SOURCE : Publié par Sidney Touati le 8 novembre 2017

Sydney-51

Nous fêtons le premier anniversaire de l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis.

J’avais, en date du 4 novembre 2016, publié un article dans Dreuz, par lequel je démontrais que Madame Clinton serait battue. Nous n’étions pas nombreux à annoncer la victoire de Trump, victoire que les « vaincus » n’acceptent au demeurant toujours pas, multipliant les astuces procédurales pour aller contre la volonté du peuple américain et faire obstacle à la mise en œuvre du programme pour lequel Tump a été élu.

Pourquoi Trump suscite-t-il une telle haine? Pourquoi en France notamment, provoque-t-il un mécanisme de rejet quasi-pavlovien?

Pour comprendre cette étrange situation, il faut revenir aux fondamentaux, notamment ceux véhiculés par les deux grandes idéologies qui ont dominé le XXème siècle, en tout premier lieu, le communisme.

En dépit des dénégations de Marx, qui en maints endroits de son œuvre fait l’apologie du capitalisme, se moquant des petits bourgeois apeurés, tel Proudhon, la théorie marxiste est fondamentalement réactionnaire en ce qu’elle exprime un rejet radical de la révolution industrielle.

Marx pensait que sa théorie conduirait dans la pratique, à un dépassement du capitalisme. L’épreuve des faits, la mise en application de sa doctrine, prouvent qu’il n’en est rien. Sa critique radicale du système capitaliste engendre un retour au système féodal comme le prouvent tous les régimes communistes se réclamant de l’héritage de Marx, depuis la défunte URSS, en passant par la Chine, Cuba et la Corée du Nord.

 

DOMeTIPXUAMghV4

 

 

Tous sans exception ont mis en place de nouvelles formes de féodalités avec leur système de castes hiérarchisées, leur organisation rigide de l’ordre social, centrée sur une Église (le parti communiste) une religion (la dogmatique marxiste), une foi (le culte du chef suprême), avec son rejet de la liberté, et sa haine des bourgeois accusés d’être à l’origine de tous les maux.

Même valorisation, avec des motifs différents, de l’ordre féodal dans les régimes fascistes.

Au cœur de ce dispositif idéologique réactionnaire, le rejet du judaïsme et des valeurs qu’il véhicule.

L’un des tout premiers ouvrages de Marx, « La Question juive »*, peut être considéré comme le premier manifeste de l’antisémitisme moderne. Marx montre que le Juif c’est le matériel, l’argent, et que la société ne sera libre que lorsqu’elle se sera débarrassée des Juifs/bourgeois qui sont à ses yeux une seule et même chose.

Ainsi, le XXème siècle dans ses variantes communistes ou fascistes, peut se résumer à la volonté d’imposer par la force un retour au féodalisme.

Le monde d’aujourd’hui, celui du XXIème siècle, est dominé par l’opposition entre ces deux grandes formes de société: la société féodale incarnée par la Chine et le monde arabo-musulman et le capitalisme libéral incarné par les États-Unis et Israël.

Si les systèmes communistes et fascistes se sont effondrés en Europe, les idéologies qui les sous-tendent sont toujours vivaces.

 

DOMehvZW4AAM5XH

 

C’est ainsi que le Président Trump dont la caractéristique idéologique majeure est de se faire le chantre du capitalisme libéral, est présenté en France comme un fou dangereux tandis que son homologue chinois jouit de l’estime générale.

La présence d’une importante communauté musulmane dont la religion, l’Islam, est par essence porteuse d’un modèle féodal, ne fait que renforcer ce clivage.

Les derniers sondages n’indiquent-ils pas que 80% des français se méfient de Trump?

Vers quel camp basculera l’Europe? Vers le camp féodal, majoritaire sur la planète (Chine, Monde Arabe…) ou vers le camp du capitalisme libéral représenté par les États-Unis-Israël?

Tel est l’enjeu de ce phénomène majeur que Guy Millière, lucide observateur de la société américaine, a qualifié de « Révolution Trump » (cf. son dernier ouvrage, « La Révolution Trump ne fait que commencer* ».

 

téléchargement

 

Les États-Unis parviendront-ils à sauver une nouvelle fois le capitalisme libéral et le modèle de société, la démocratie, qu’il véhicule?

Ou bien, le féodalisme incarné par le modèle chinois (et Arabo-musulman), imposera-t-il ses normes grises à la planète?

Rien n’est acquis, dès lors que l’on garde à l’esprit d’une part que le capitalisme n’a que deux siècles d’existence et le féodalisme, notamment en Europe, a dominé pendant plus de 1000 ans ; de l’autre qu’un fait nouveau majeur se produit sous nos yeux.

En principe, le système capitaliste ne pouvait se développer réellement, que dans le cadre des démocraties respectant les libertés fondamentales, publiques et privées.

Sous les régimes autoritaires ou fascistes, le système végète. (Cf les dictatures de Franco, de Salazar, d’Amérique latine etc…)

Or, l’émergence de la Chine semble administrer la preuve que le système capitaliste peut se développer dans le cadre d’un régime autoritaire ne respectant pas les libertés fondamentales, à la condition qu’il fonctionne selon une dogmatique marxiste bien rodée.

Un régime qui ignore le « social », les droits des travailleurs, où le droit de grève et la liberté syndicale, la liberté d’opinion, le multipartisme…n’existent pas…qui en raison de sa rhétorique marxiste neutralise les critiques de « gauche » et partant du « politiquement correct » ; un tel régime peut être terriblement attractif pour les grandes entreprises qui y sont assurées de réaliser des profits records. Le phénomène massif des délocalisations et des transferts de technologie montrent que cette attractivité du régime chinois est bien réelle.

Tous les clignotants de la politique européenne montrent qu’elle est séduite par ce modèle. Outre sa tiédeur dans la dénonciation de la violation des droits de l’homme par le régime de Pekin, ne s’est-elle pas engagée dans la voie d’un monisme économique (le Traité de Rome fonde tout le développement sur l’unique instance économique) directement issu de la théorie marxiste sur le prima de l’infrastructure économique sur les superstructures ?

Pilotée par les grands groupes, par les grands féodaux de l’industrie et de la finance, l’Europe avance à coup de diktats concoctés par les technocrates de Bruxelles dans le dos des peuples.

De nouvelles féodalités se mettent en place gouvernant sans partage.

Peu à peu, la démocratie européenne tend à devenir un mot vide de sens, un leurre reposant sur la fiction des droits de l’homme réinterprétée à la lumière du marxisme, dans lequel l’homme n’est qu’une abstraction vide de toute historicité, de toute caractéristique ; un être interchangeable… et dont l’immigré, le « migrant », le « sans » est devenu le modèle archétypal qu’on veut vendre aux peuples à tous prix et dont le « Juif » qui ne renonce pas à ses traditions, son « particularisme », représente une « gêne », un obstacle dans ce processus. (cf. l’ouvrage d’André Senik, « Marx, les Juifs et les droits de l’homme »* paru chez Denoël en 2011).

41Ec5Dj-LcL

 

L’Europe qui à coups de milliards créé de toutes pièces un sous-prolétariat misérable, une masse de pauvres, de « gueux » comme on disait au Moyen-âge ; (en France, huit millions de gens vivent au dessous du seuil de pauvreté. Il n’y en avait que quelques centaines de milliers en 1954).

Cette Europe qui prône un modèle unique de développement (celui de l’Allemagne) ; qui fait de la « pensée unique » une norme impérative ; qui réduit la « culture » au simple divertissement de masse ; qui fait de la destruction des identités nationales et individuelles, son objectif « culturel » majeur ; une telle Europe reconstruit les structures d’un nouveau féodalisme où des « seigneurs » vivant hors de l’ordre commun, disposant de moyens gigantesques, imposent leur volonté à des Etats impuissants, simples relais permettant de réduire les peuples, chaque jour davantage, à l’état de masses indifférenciées.

Ne va-t-on pas jusqu’à priver l’individu de sa caractéristique biologique majeure, de la seule chose qui semblait lui appartenir en propre, son identité sexuelle ? (Freud disait « l’anatomie, c’est le destin ») Faire comme si, être homme ou femme n’était qu’un accident culturel, une simple option ? Ne nous orientons nous pas vers la création d’un être « neutre » ? Sans passé, sans culture, sans identité spécifique, interchangeable au gré des besoins de la nouvelle technostructure féodale ?

La démocratie qui semblait avoir triomphé avec la chute du mur de Berlin et l’effondrement du bloc soviétique, est de nouveau en danger.

La dictature chinoise est en passe de devenir un modèle.

Le dénigrement de Trump par l’Europe et de nombreux autres pays, n’est-il pas l’indice de ce possible basculement dans un monde dominé par le nouveau système féodal planétaire ? (cf. mon ouvrage « De la 4e république au néoféodalisme »*, Berg International, 2011).

 

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

41b6KEPuxWL

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

*********************************************************************************************** 

donald-trump-est-le-45eme-president-des-Etats-unis-605153

 

SOURCE : Publié par Jean-Patrick Grumberg le 22 septembre 2017

 

 

Dans les derniers sondages, le Président Trump progresse de 3 points. 43% approuvent son travail, contre 40% en août. En toute neutralité, c’est encore inférieur aux 52% qui le désapprouvent, mais là aussi leur nombre diminue : ils étaient 55% en août.

Pourtant, les observateurs de la vie politique américaine – dont je suis – savent ce qu’il va se passer dans les mois à venir, et ont le sourire.

Bien que la réforme de l’assurance santé ait capoté, les Américains qui l’attendent sont essentiellement remontés contre le Congrès républicain, nommément le Sénat qui a refusé de suivre la chambre des représentants qui avait voté le rejet d’Obamacare, et non contre le Président, qu’ils ont vu tout faire pour accommoder les modérés et les radicaux, les opposants et les tolérants. En cela, l’échec à repousser Obamacare n’a pas pénalisé Trump.

Il suffit maintenant que la réforme de la fiscalité – une autre promesse de campagne – passe, et Donald Trump gagnera immédiatement 10 points d’opinions positives dans les sondages. Selon moi, contrairement au message fort qu’il envoie, la réalisation du mur de séparation, l’autre promesse phare du début de la campagne, et qui va prochainement commencé, ne fera pas sensiblement remonter Trump dans les sondages car ils parlent surtout aux plus engagés de ses sympathisants, moins au grand public, et peu aux Indépendants.

Une fois la réforme de la fiscalité votée, l’économie s’envolera, les salaires remonteront, l’emploi explosera – on peut attendre très vite dans les semaines après le vote, un autre million de nouvelles embauches.

Là,

  • si Trump parvient à faire baisser autour de 15% le taux d’imposition des entreprises,
  • à réduire le taux des classes moyennes à 3 tranches d’imposition basses,
  • à simplifier la déclaration d’impôts à la taille d’une carte postale,
  • et à permettre, grâce à un taux faible exceptionnel, le rapatriement des milliards de bénéfice des grosses sociétés internationales qui sont parqués et dorment à l’étranger en raison des taux dissuasifs actuels, et seront investis dans la recherche, dans le développement, et donc l’emploi,

Là, Donald Trump sera réélu haut la main pour un second mandat en 2020.

Dans la foulée, il aura démontré que le programme socialisant du président Obama a effectivement mené doucement le pays vers la ruine, il aura rendu le Parti Démocrate obsolète, mais il aura aussi et surtout humilié son propre parti, lequel avait reçu en 2012 une majorité dans les deux chambres du Congrès, et n’en a rien fait.

Et ce sera justice.

PS : merci à fandetv, membre du du Comité Trump France sur Twitter, de m’avoir encouragé à publier cette analyse que j’avais faite lors d’échanges privés.

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

***********************************************************************************************

 

Cvl-hVBUAAAB533Cvl-hVBUAAAB533Cvl-hVBUAAAB533

 

PEUPLES D'EUROPE RÉVEILLEZ-VOUS ET RÉVOLTEZ-VOUS CONTRE CETTE NOUVELLE TYRANNIE QUI VOUS A MIS EN ESCLAVAGE !

 *********************************************************

VOIR AUSSI SUR DREUZ :

 

Trump-Poutine-Dreuz

 

Donald TRUMP REND SA GRANDEUR A L'AMERIQUE

https://www.dreuz.info/2017/11/13/trump-rend-sa-grandeur-a-lamerique/

 

 

Trump-Asia-dreuz

 

Posté par DIACONESCO_TV à 04:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 novembre 2017

L'EUROPE DE DEMAIN S’APPELLERA " EURABIA" !

MOHAMMED EST L’AVENIR DE L’EUROPE 

Edito de Giulio Meotti

 

 

Journaliste italien

 


Texte original (Gatestone Institute) : Muhammad’s the Future of Europe

Au cours des trente prochaines années, la population de l’Afrique comptera un milliard d’habitants de plus !

L’économiste français Charles Gave prévoit que la population française sera majoritairement musulmane d’ici 2057 – une estimation qui ne prend même pas en compte l’arrivée de nouveaux migrants.

Il ne fait aucun doute que le tsunami démographique africain touchera les rives d’une Europe riche et vieillissante, qui connaît déjà une révolution démographique interne. Au lieu se suicider avec le sourire, l’Europe devrait prendre des décisions difficiles si elle souhaite conserver sa culture.

L’Europe protégera-t-elle ses frontières et sa civilisation avant d’être submergée ?

eurabia-340x293


Au milieu de l’été dernier, le président français Emmanuel Macron a déclenché une tempête politique – il a même été accusé de « racisme » – pour avoir déclaré que les mères africaines de « sept ou huit enfants » contribuaient au sous-développement économique du continent africain ; la surnatalité, a ajouté Macron crée un défi « civilisationnel ».

Les Nations Unies lui ont donné raison. Selon « World Population Prospects », le rapport démographique annuel des Nations Unies, un sixième de la population mondiale vit actuellement en Afrique. En 2050, cette proportion sera d’un quart, et à la fin du siècle d’un tiers.

4 milliards d’Africains

En Afrique, les naissances sont aujourd’hui quatre fois plus importantes que les décès.

Les statistiques 2017 indiquent un taux de fécondité de 4,5 enfants par femme en Afrique, contre 1,6 en Europe.

Au cours des trente prochaines années, la population de l’Afrique comptera un milliard d’habitants supplémentaires.
Cette pression démographique africaine met d’ores et déjà le « vieux continent » sous pression. Inévitablement, l’Europe sera confrontée à un problème majeur d’immigration illégale de masse.

L’Europe vieillissante et submergée

Quand l’Allemagne a ouvert ses portes, en 2015, à plus d’un million de migrants originaires du Moyen-Orient, d’Asie et d’Afrique, les partisans de l’ouverture des frontières ont multiplié les prises de position : ils ont affirmé qu’un million de migrants ne représentait qu’une goutte d’eau dans une population européenne riche de 500 millions de personnes. Une comparaison de mauvaise foi. La bonne comparaison s’effectue entre les arrivées récentes et les nouvelles naissances.

En 2015 et 2016, 5,1 millions d’enfants sont nés en Europe.

Au cours de la même période, selon un rapport du Centre de recherche Pew, environ 2,5 millions de migrants ont atteint l’Europe. Mais comme de nombreux pays, dont la France, refusent les statistiques ethniques, il est impossible de mesurer la contribution des musulmans à la démographie européenne.

D’autres études de l’ONU s’intéressent aux perspectives démographiques européennes. Elles ne restreignent pas « l’Europe » à l’UE mais prennent en considération l’ensemble du continent. En 1950, cette Europe élargie à l’est comptait 549 millions d’habitants ; en 2017, le chiffre avait atteint 742 millions.

En 2050, le nombre d’Européens chutera à 715 millions, puis à 653 millions en 2100. Ainsi, dans 30 ans, l’Europe aura perdu 30 millions d’habitants et d’ici la fin du siècle, près de 100 millions.

Le « contrôle des naissances » aura fonctionné plus efficacement en Europe (là où il n’était pas nécessaire) qu’en Afrique, où il aurait été extrêmement utile.

En Europe, la population de certains pays va décroître, tandis qu’elle continuera de croître dans d’autres. Les pays les plus importants au plan démographique nous informeront de la nature future du continent européen.

L’Europe islamisée et euthanasiée

La pression démographique africaine aidant, l’Europe sera majoritairement musulmane.

L’Europe en entrée en phase d’euthanasie sociale. L’Allemagne devrait perdre 11 millions de personnes ; la Bulgarie passera de 7 à 4 millions d’habitants ; l’Estonie chutera en dessous de 1,3 million d’habitants, à 890000 ; la Grèce passera de 11 à 7 millions ; l’Italie de 59 à 47 millions ; le Portugal de 10 à 6 millions ; la Pologne de 38 à 21 millions ; la Roumanie de 19 à 12 millions et l’Espagne de 46 à 36 millions. La population russe de son côté chutera de 143 à 124 millions d’habitants.

La France et le Royaume-Uni sont au nombre des pays qui conserveront un solde démographique positif ; la France passera de 64 à 74 millions d’habitants, et la Grande Bretagne de 66 à 80 millions. La Suède elle aussi augmentera sa population de 9 à 13 millions et la Norvège de 5 à 8 millions. La Belgique, de 11 millions aujourd’hui, auront 2 millions d’habitants en plus. Ces cinq pays européens sont au nombre de ceux qui ont la plus forte proportion de musulmans.

En octobre 2017, un nouveau rapport d’Eurostat a révélé que le nombre de décès sur le « vieux continent » avait augmenté de 5,7% en un an, en raison d’une population vieillissante ; mais ce même rapport nous a informé aussi de la croissance démographique rapide des zones à forte densité islamique.

« Les taux de croissance naturelle de la population les plus élevés ont été enregistrés dans les banlieues est de Londres à Hackney & Newham, (14‰ hab.) et Tower Hamlets (12‰) ainsi qu’au nord-est de Paris, en Seine-Saint-Denis, (13‰) ». L’économiste français Charles Gave a récemment prédit que la majorité de la population française serait musulmane d’ici 2057 − une estimation établie sans tenir compte de l’arrivée de nouveaux migrants.

“Mohamed” : le prénom majoritaire en Grande Bretagne

Fin octobre 2017, au Royaume-Uni, l’Office of National Statistics a annoncé que l’un des prénoms les plus populaires chez les garçons nouveau-nés était Mohamed, et qu’il était de loin le plus populaire si l’on agglomère « les différentes façons de l’orthographier ». Il en est déjà de même dans les quatre plus grandes villes des Pays-Bas.

À Oslo, capitale de la Norvège, Mohammed est le prénom le plus répandu non seulement pour les garçons nouveau-nés, mais pour les hommes en général. Il faudrait être aveugle pour ne pas comprendre la tendance : « it’s demography, stupid… »

Le tsunami démographique africain touchera inévitablement les rives d’une Europe riche et vieillissante qui vit déjà une révolution démographique interne. Si l’Europe souhaite conserver sa culture plutôt que de prendre plaisir à se suicider, elle aura des décisions difficiles à prendre.

La question finale est :

l’Europe protégera-t-elle ses frontières et sa civilisation avant qu’elle ne soit définitivement submergée ?

Giulio Meotti
Journaliste italien

Posté par DIACONESCO_TV à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LE GENERAL PIQUEMAL APPELLE A LA RESISTANCE ET AU COMBAT POUR SAUVER LA FRANCE DU CAHOT ET DE L'ANARCHIE !

11 NOVEMBRE 2017
COMMUNIQUE DES GENERAUX PIQUEMAL ET MARTINEZ 

SOURCE : Publié le 12 novembre 2017 par MARC LE STAHLER

http://www.minurne.org/?p=12984

5ecb93_5f79e528e96b47fd87f7e6e462edf702_mv2

 


Communiqué du 11 novembre 2017 des généraux
Christian PIQUEMAL et Antoine MARTINEZ


Le rôle noble du politique et donc sa responsabilité première est d’assurer la sécurité et la protection de la nation dont il conduit la destinée. Cela consiste à garantir par tous les moyens la protection à l’extérieur et la concorde à l’intérieur.

Or, force est de constater, qu’en raison du laxisme, du manque de clairvoyance, de l’absence de vision, de la collaboration avec une idéologie mortifère, du déni de réalité manifestés par nos élites politiques depuis plusieurs décennies, ce rôle protecteur de la collectivité n’est plus assuré. Il faut bien reconnaître que depuis trop longtemps non seulement l’État néglige la première de ses missions régaliennes, mais il malmène, voire trahit – et cela s’est accéléré ces dernières années – l’âme de la France sérieusement menacée car aujourd’hui défigurée et martyrisée.

Malgré le sens du devoir, le professionnalisme, l’abnégation et le dévouement de nos soldats – à quelque niveau que ce soit – au service du pays, nos forces armées ne disposent plus des moyens nécessaires pour accomplir les missions assignées. Leur démantèlement depuis la fin de la Guerre froide a réduit de façon irresponsable et coupable les capacités et l’autonomie de notre outil de défense.

Quant à la concorde, nous en sommes bien loin et pour longtemps car, de l’aveu même de ceux qui ont récemment gouverné ou qui gouvernent aujourd’hui, nous sommes en guerre contre un ennemi qu’ils sont incapables de nommer mais qui est à l’origine en trois ans d’une vingtaine d’attentats ayant causé des centaines de morts et de blessés sur le sol français. Et le lien de l’aggravation de la situation et de la mise en danger des Français avec cette immigration hostile, massive, incontrôlée, injustifiée, aggravée par l’invasion migratoire depuis 2015 qui constitue une attaque sans précédent des peuples européens décidée par l’État islamique en décembre 2014, ne peut pas être occulté. Car cette immigration, modelée par une culture incompatible avec la démocratie et nos traditions, a démontré progressivement et sous le nombre son hostilité et elle devient à présent un danger mortel pour la nation et pour les nations européennes.

L’état d’urgence, en vigueur pendant deux ans et qui vient d’être levé, n’aura servi à rien puisque les mesures radicales et nécessaires qui auraient dû être appliquées ne l’ont pas été. La décision irresponsable et incompréhensible de la réouverture, avec la fin de l’état d’urgence, de quelques mosquées salafistes fermées récemment en est un exemple alors que plus d’une centaine de ces mosquées radicalisées auraient dû être fermées définitivement dès novembre 2015. Il serait, en effet, temps de soumettre l’islam en France à nos règles et de lui poser nos conditions. Et ceux qui ne les acceptent pas doivent partir.

Alors, face à une situation qui se détériore de jour en jour, nos gouvernants ne pourront pas se soustraire indéfiniment à ce dilemme pour la France : la survie qui nécessite un sursaut ou le suicide. Car l’ennemi, lui, poursuit sa marche. C’est pourquoi, après une réflexion et des discussions entamées il y a quelques mois, fidèles à l’héritage historique, spirituel et culturel de cette France charnelle que nous aimons et que nous continuerons à servir, conscients de la nécessité de défendre cette identité et de combattre ceux qui nous veulent du mal, nous avons décidé d’unir nos efforts en rapprochant nos deux organisations (Cercle de Citoyens Patriotes et Volontaires Pour la France). Cette alliance, de nature apolitique, est un appel à la résistance contre le renoncement et la démission de nos élites politiques face à une idéologie totalitaire et conquérante qui met en danger notre nation et doit constituer un signal pour tous les citoyens patriotes pour rejoindre en masse nos rangs et permettre la reconquête.

*****************************************************************************

LE GÉNÉRAL PIQUEMAL APPELLE À

 

LA RÉSISTANCE ET AU COMBAT !

general-piquemal-se-desolidarise-de-pegida-un-groupe-dextreme-droite-presque-pro-nazi-youtube-thumbnail-e1509898766212

 

Le général Piquemal part en guerre. Comme un certain de Gaulle en juin 1940, il vient de lancer un tonitruant appel à la résistance, au combat. Ce sera l’appel du 21 octobre 2017. Un appel, bien entendu, passé inaperçu des médias mais dont on pourrait peut-être bien entendre parler dans les mois et années à venir. Tout comme un certain nombre de mouvements, de cercles ou de plates-formes, comme les Amoureux de la France ou les Volontaires pour la France sont en train de faire leur trou dans le paysage politique français, comme aussi le Cercle de citoyens-patriotes que le général Piquemal préside.

 

Pendant quarante minutes, dans un petit village d’Ardèche, ce vaillant général a décrit l’état de la France sous Macron en appelant les Français à se lever. « Car c’est debout que l’on écrit l’Histoire… Vous le savez, la patrie, c’est la terre des pères, la terre qui a vu des millions de Français de toutes époques, de toutes générations, souffrir, verser leur sang, des larmes et mourir de manière héroïque pour gagner et sauvegarder la liberté et l’identité de la France. » Et de rassurer son public sur ce qu’il est :« En ce qui me concerne, je suis un patriote apolitique et je n’appartiens à aucun parti. Mon seul parti, c’est la France. » La France qui, dit-il, a besoin de héros « car il faut pouvoir mourir pour quelque chose qui ne meurt pas, c’est-à-dire ce qu’il y a d’éternel dans l’esprit vivant d’un peuple ».

 

Il poursuit la lecture de son long exposé qu’il relira lors d’une conférence organisée par la Ligue du Midi à Palavas-les-Flots le 29 octobre. « N’oublions pas que la souveraineté appartient au peuple. Elle est une et indivisible. » Et de mentionner l’article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 :« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

 

Le général Piquemal, évoquant alors la formule du vainqueur de Verdun, s’écrie : « Non, sans courage, vous ne passerez pas, on vous aura. La France ne mourra pas ! » La France vivra, dit-il, malgré un avenir sombre, et il s’engage à mener « un combat contre la dégénérescence de notre pays, contre le déferlement migratoire, contre la perte de notre identité ».

« Oui, la France va mal à force de tout accepter, de tout tolérer, de tout admettre au nom des sacro-saints droits de l’homme, de la laïcité, de la repentance, du vivre ensemble. » Plus loin, il s’en prend à l’islam : « Aujourd’hui, on continue de tuer en France au nom d’Allah, pas au nom du Christ ou de Bouddha. La charia s’installe partout. Plus de trente ans d’une politique d’immigration suicidaire a mis la France en état de disparition. » Et de décrier les zones de non-droit acceptées par François Hollande. Mais c’est à Macron que le général en veut : « Le petit Néron sous tutelle joue au grand chef. » Il n’hésite pas à comparer Macron à un bonimenteur de foire. C’est pourquoi, selon lui, la résistance est légitime.

Citant la devise du maréchal de Lattre, il exhorte avec force de« ne pas subir et résister, car on est en guerre », et solennellement, il nous demande d’être des soldats. « Aux armes citoyens, formez vos bataillons. »

Car pour Christian Piquemal, les patriotes, terrifiés par une excommunication sociale, ne doivent pas accepter la valise, le cercueil ou la dhimmitude. « Levons nous ensemble comme l’ont fait nos aînés. L’identité de la France est en péril. La patrie en danger nous attend. »

Et de conclure d’une façon très déterminée : « Debout les patriotes, car c’est debout que l’on écrit l’Histoire. »

**********************************************************

 

31 octobre 2017
11:59

LE GÉNÉRAL CHRISTIAN

 

PIQUEMAL APPELLE LES

 

FRANÇAIS AU COMBAT

 

 

« Les Français sont des parias dans leur propre pays ! » Lors d'une rencontre des patriotes français le 21 octobre 2017, le Général Christian Piquemal a lancé un appel au peuple français pour passer à l'action de sa défense en regroupant toutes les forces du pays ! Le discours rappelle celui d'un autre général qui a lancé le combat pour la France libre et armé la résistance dans la France occupée. Ce discours fait suite au lancement d'autocollants – acte symbolique et acte de signalisation - sur la France par le site Riposte Laïque qui rappelle aussi les largages organisés par les troupes des FFI de tracts sur la France durant l'occupation.

2748c276420102fc15fdf3643248a058

Tout faire pour garder la France libre et souveraine. Le Général Christian Piquemal appelle tous les Français à se réunir au-delà des partis politques. « L'avenir de la France, une France qui sombre, qui est en train de disparaître, doit être sauvée. Un combat contre la dégénérescence de notre pays, contre le déferlement migratoire, contre la perte de notre identité doit être mené ».  Faut-il rappeler que la seule sécurité sociale est une création réalisée par les résistants ? A Calais en février 2016 le Général Christian Piquemal avait été interdit de parole par la police française ! alors qu'il venait, comme un soldat français devait le faire, défendre les habitants de Calais contre les violences migratoires.

Le discours du Général Piquemal

Propos scandaleux de Macron à Alger. Le Général Christian Piquemal  a cité les propos de Macron à Alger en les qualifiant de « scandaleux »-Macron avait accusé l'aide de la France en Algérie de «  crime contre l’humanité » en Algérie- tout en signalant les anomalies sur les dernières élections à la présidence française.  « Les Français sont des criminels aux yeux de celui qui représente la France … le pantin rothschildien... croyant être un personnage important avec l'argent des autres  … avec sa férocité anti-Française. Le petit Néron sous tutelle joue au grand chef...  ». Piquemal  dénonce l'emploi des droits de l'homme pour briser la France en prenant la défense totale des migrants et de la migration dénonçant finalement un nazisme inversé.  « Aujourd'hui on continue de tuer en France au nom d'Allah » dit Piquemal en citant le meurtre des deux jeunes femmes à Marseille.

Zones de non-droit. « La France a toléré des zones de non-droit » dénonce Piquemal et dénonce la volonté de François Hollande d'avoir lancé la partition de la France.  Les socialistes soutenus par la politique mondialiste ont mis en place la fragmentation de la France en construisant ces zones de non-droit sur son sol, en validant la charia. L'objectif est politique et vise la destruction de l'entité France pour qu'une puissance étrangère prenne le pouvoir sur le pays en diluant sa civilisation, son armée, dans le purin de l'Histoire.

Quand l'injustice devient loi, la résistance est un devoir.  Piquemal cite l'article 35 de la déclaration des droits de l'Homme de 1793 « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrectionest pour le peuple et pour chaque portion du peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

Olivier Renault

VOIR AUSSI SUR DIACONESCO.TV 

http://diaconescotv.canalblog.com/archives/2017/09/22/35697988.html

 

**********************************************************

CE QUINQUENNAT VA FAIRE MAL !

 

 

L'HOMME DE PAILLE DE BERLIN ET

 

 

DES BANQUES VEUT BRISER LES

 

 

PATRIOTES ET LA LIBERTÉ

 

 

 

DE LA PRESSE

 

SOURCE :

http://nrt24.ru/fr/news/ce-quinquennat-va-faire-mal-lhomme-de-paille-de-berlin-et-des-banques-veut-briser-les-patriotes

banniere-macron

Le 26 septembre dernier Macron - directeur général de la firme France -  soutenu par «  die Mutter »  a expliqué à la Sorbonne ces plans pour l'avenir de la France.  Pour Macron les patriotes – le peuple français - sont des obscurantistes. Macron dit, d'ailleurs, ce que Merkel a déjà dit sur les patriotes allemands. Déjà en mai dernier Macron se permettait dans un style arrogant et sidérant de dire que les journalistes de RT ne sont pas des journalistes mais des propagandistes. Merkel et son gouvernement ont aussi dit la même chose sur les média russes qui font pourtant, eux, un travail sérieux et journalistique contrairement aux média officiels et subventionnés par Berlin ou Paris où les « journalistes » apprennent à faire des courbettes. Le discours de Macron à la Sorbonne est aussi une courbette face à Berlin et aux volontés mondialistes de briser les Etats en Europe.

Attaque grave contre l'intégrité de la France.  Berlin souhaite diviser les pays européens entre les pays riches (zone germanique) et les pays pauvres et soumis (les pays du Sud de l'Europe) reléguant donc la France à l'Afrique. Gauland chef du parti AfD a déclaré que l'Allemagne devait exclure la France et la placer parmi les pays du Sud de l'Europe afin de constituer une zone commerciale avec la Suède, le Danemark, les Pays-Bas, la Finlande, la Suède et l'Autriche.

Les différences entre la CDU et l'AfD ne se font pas sur ce point, sur le rôle de la domination allemande en Europe.  Macron applique simplement les plans commerciaux et politiques allemands dont l'objectif est de briser la puissance de la France. Nous avons vu ce que la Grèce a enduré déjà. Il fallait briser l'économie grecque et la solidité d'un peuple pour installer les camps de réfugiés avant de commencer l'importation de ces illégaux et de prendre les ressources du pays.

Quand Macron dit « il faut relancer le projet européen » cela veut dire « il faut favoriser le pouvoir de Berlin et de l'ONU et de l'OTAN sur l'Europe ». Macron a déjà à plusieurs reprises révéler son admiration pour « Die Mutter » (nom donné à Merkel par le peuple allemand). L'actuel président français ne défend pas les intérêts de la France et de son peuple mais les intérêts de puissances étrangères ce qui est une trahison envers le peuple français. Le discours de la Sorbonne tenu par Macron est révélateur de sa mission de soumission envers des puissances étrangères et des cultures étrangères en décidant de continuer l'importation de millions de migrants en France, des migrants qui ne possèdent pas de visas.

Les nouveaux instruments de la soumission de la France à Berlin cités par Macron sont les créations suivantes : une « force commune d’intervention » européenne pour 2020 ; un budget de défense commun et une « doctrine commune » pour agir ; une académie européenne du renseignement pour « assurer le rapprochement de nos capacités de renseignement » ; un parquet européen contre le terrorisme. Les juristes non français – des lois non françaises-, par exemple, auront ainsi le pouvoir de juger sur le sol français. Macron a d'ailleurs montré sa position en mai dernier en insultant les organes de presse russes devant le président russe.

Attaque grave contre la liberté de la presse. C'était du jamais vu en France pays de Voltaire. Macron a attaqué le bon travail des média russes en France et ses journalistes en déclarant le 29 mai 2017 à Versailles, "en vérité, Russia Today et Sputnik ne se sont pas comportés comme des organes de presse et des journalistes, mais comme des organes d'influence, de propagande et de propagande mensongère, ni plus ni moins. Quand des organes de presse répandent des contre-vérités infamantes, ce ne sont plus des journalistes, ce sont des organes d'influence". 

Pourtant le peuple français sait, lui, que les organes de propagande et qui produisent des mensonges -die Lügenpresse- sont les média officiels en France. Ce qui explique, justement, l'engouement des auditeurs français mais aussi francophones pour les média russes et pour les média alternatifs.

Macron attaque les média libres et les patriotes car ils sont les éléments qui dérangent ses commanditaires. Plus que jamais les rédactions russes en France et l'existence des patriotes sont un obstacle aux plans de Macron pour soumettre la France. Heureusement, donc que la France a les média russes pour pouvoir s'informer.  Les média russes sont comme la BBC durant l'occupation...

Dire « vouloir une Europe à deux vitesses »  et de rajouter « c’est déjà le cas, donc n’ayons pas peur de le dire », cela montre le choix du président Français de couler la puissance de la France et de briser le peuple français tout en observant favorablement que d'autres citoyens européens puissent vivre dans la pauvreté dans l'Europe. Un scandale pour un président français où les valeurs de la France ont pour objectif de répandre les droits fondamentaux, en France, dans le monde et de protéger l'humanité et les valeurs fondamentales et le travail des résistants français durant la Seconde Guerre mondiale. Comme le dit « Jim » sous l'article du Monde présentant la conférence de Macron à La Sorbonne, « On donne Alsthom aux Allemands, STX aux italiens; Macron donne l'industrie française aux étrangers tout comme il donne l'espace public à l'islamisme. Ce quinquennat va faire mal ! »

Olivier Renault

08 novembre 2017

DOSSIER POLITIQUE ITALIEN DOSSIER POLITIQUE ITALIEN DOSSIER POLITIQUE ITALIEN DOSSIER POLITIQUE ITALIEN

«L’Italie doit sortir de l’UE,

 

de l’Otan et de la zone euro»

1033778628

SOURCE : CC0 / pixabay
INTERNATIONAL
17:51 07.11.2017(mis à jour 18:51 07.11.2017)

L’analyste politique Lorenzo Valloreja explique dans son livre pourquoi l’Italie doit «renoncer à l’euro, se retirer de l’Otan, quitter l’Union européenne et devenir une alliée de la Russie de Poutine». Sputnik a eu l’occasion de s’en entretenir avec cet Italien.

L'Italie est actuellement ligotée mains et pieds par l'UE, l'euro et l'Otan, ce qui entrave sérieusement son développement. Aussi, doit-elle s'en retirer pour «renaître», a déclaré Lorenzo Valloreja à Sputnik.

«J'ai 42 ans, et je vis toujours en Italie. Comme tous les jeunes dans les années 1970 et 1980, je caressais le "rêve européen". On nous avait persuadés que l'Europe unie allait nous épargner tous les maux. Pourtant, à partir des années 1990, on a bien compris que l'Europe était devenue le contraire de tout ce qui nous avait été promis», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que les institutions européennes avaient déçu les Italiens.

«En tant qu'historien, j'étudie la naissance de l'Union européenne et de l'euro, ainsi que l'adhésion à l'Otan, et je vois les problèmes de notre pays. […] Nous avons renoncé à notre souveraineté au nom de l'UE qui n'avait d'ailleurs été créée que pour le confort de la France et de l'Allemagne», a rappelé M.Valloreja.

Selon lui, les intérêts de l'Italie se distinguent beaucoup de ceux de Paris et de Berlin, voire ils y sont même souvent bel et bien opposés.

«Membres de l'Otan, nous devions faire la guerre contre nos alliés, notamment la Libye. Aujourd'hui, nous observons les problèmes avec l'Iran qui figure d'ailleurs parmi les principaux partenaires commerciaux de notre pays. Si l'administration Trump déclenche une guerre en Iran, nous serons contraints nous aussi d'y participer», a expliqué l'analyste, argumentant la nécessité pour l'Italie de se retirer de l'Otan.

Il signale par ailleurs que l'Otan pousse de plus en plus à l'est ce qui préoccupe la Russie, pays pacifique qui n'aspire pas à l'expansion.

«La Russie pourrait devenir notre partenaire aux niveaux les plus élevés», a poursuivi l'interlocuteur de Sputnik.

Et d'espérer que l'Italie réussirait à resserrer encore plus ses liens avec Moscou pour pouvoir modifier conjointement la situation géopolitique dans la région de la Méditerranée.

«L'Italie doit sortir de l'UE, de l'Otan et de la zone euro. Notre pays doit s'ouvrir entièrement pour la Russie et lever les sanctions. Nous pouvons y devenir des pionniers, et d'autres pays nous suivront. Nous ne resterons pas seuls, mais il faut du courage pour cela», a conclu l'historien.

 

Sommet de l’UE: l’Italie met

 

en échec les partisans

 

des sanctions anti-russes

1028303306

SOURCE SPUNIK © AFP 2017 GABRIEL BOUYS
INTERNATIONAL
08:32 21.10.2016(mis à jour 08:41 21.10.2016)

A l’issue de neuf heures de débats, un groupe de pays européens a réussi à mettre en échec le projet initial des dirigeants d’Allemagne, de France et du Royaume-Uni visant à adopter de nouvelles sanctions antirusses en raison de la situation en Syrie.

Le premier ministre italien Matteo Renzi a réussi à convaincre la chancelière allemande, le président français et la première ministre britannique de renoncer aux sanctions antirusses évoquées lors du sommet de l'UE, communique le Financial Times (FT) se référant à des sources diplomatiques.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le sommet de l'UE réuni à Bruxelles a adopté un document final ne mentionnant pas de possibles sanctions antirusses liées à la situation en Syrie bien que les dirigeants européens aient dénoncé les actions de la Russie et du gouvernement syrien à Alep.

L'interlocuteur du FT a indiqué que contrairement aux attentes de Berlin, Paris et Londres, principaux partisans de mesures rigoureuses, leur projet a provoqué un débat virulent. Selon lui, des objections ont été formulées par l'Espagne, l'Autriche, Chypre et la Grèce, ainsi que par le chef de file de ce groupe, le premier ministre italien Matteo Renzi.

« A l'issue de neuf heures de négociations lors du sommet de l'UE, le premier ministre italien a réussi à obtenir que la proposition de nouvelles sanctions avancée avant l'ouverture du sommet soit retirée », écrit le média.

Les Etats-Unis et d'autres pays occidentaux accusent Moscou et Damas de bombarder les civils et des positions de l'opposition armée en Syrie sans avoir présenté la moindre preuve jusqu'à présent. La Syrie et la Russie signalent que leurs frappes ne visent que les terroristes et accusent les Etats-Unis de n'avoir aucun contrôle sur les détachements de l'opposition « modérée » et de ne pas être capables de distinguer cette dernière des radicaux.

La Russie a déclaré à maintes reprises que le choix des cibles en Syrie était précédé d'une vérification minutieuse des données de reconnaissance. 
Le porte-parole du président russe Dmitri Peskov avait déclaré précédemment que la Russie était l'unique pays à combattre le terrorisme sur le territoire syrien d'une manière légale.

Dans son commentaire au sujet des possibles sanctions antirusses en raison de la situation en Syrie, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a exprimé l'espoir que le bon sens prendrait le dessus sur la volonté d'accuser Moscou de tous les maux.

 

L’Italie pourrait quitter la zone

 

euro à cause de sa situation

 

économique incertaine

1029446558

SOURCE SPUNIK © REUTERS/ Stefano Rellandini
ECONOMIE
19:26 02.01.2017URL courte
50114791295

Un expert économique allemand estime que l’effondrement du bien-être des Italiens pourrait conduire à Rome à sortir de la zone euro, ce qui par rebond aggraverait la crise de l’Union Européenne.

Face à l'incertitude économique et politique que traverse actuellement l'Italie, celle-ci pourrait quitter la zone euro, a déclaré le chef de l'Institut allemand des recherches économiques (IFO), Clemens Fuest.

« Le niveau de vie en Italie est aujourd'hui égal à celui de l'an 2000. Si rien ne change, les Italiens pourraient un jour déclarer: "Nous ne voulons plus de la zone euro" », a estimé M. Fuest dans une interview au journal Tagesspiegel.

 

thumb

 

Dans le même temps, il a averti que si le gouvernement allemand approuvait le programme européen d'aide pour l'Italie, ce serait un fardeau pour les contribuables allemands, qui « ne connaissent pas son montant et ne peuvent pas le contrôler. »

Dans le cas de l'adoption de ce programme, la BCE devrait racheter une quantité illimitée d'obligations du gouvernement italien. La BCE serait également autorisée à déterminer le montant du prêt que l'Allemagne devra octroyer à l'Italie. Tenant compte de ces circonstances, les parlementaires allemands, selon M. Fuest, s'opposeraient à ce plan.

L'économiste a également estimé que la division de l'Union européenne était de plus en plus criante et qu'elle s'accélèrerait, même si l'Italie restait dans la zone euro.

« Cela est devenu clair après le vote du Brexit. Dans le même temps, les pays de l'Europe de l'Est s'éloignent de plus en plus du reste de l'Europe », a-t-il expliqué.

En juin 2016, environ 52 % des citoyens du Royaume-Uni ont voté lors d'un référendum pour la sortie du pays de l'Union Européenne. D'après le Premier ministre britannique, Theresa May, le pays a l'intention d'activer l'article 50 du traité de Lisbonne qui prévoit le retrait de l'UE, lequel est prévu pour la fin du mois de mars 2017. Actuellement, le Royaume-Uni est en train d'élaborer sa position de négociation sur les accords cruciaux avec l'UE.

 

Référendum en Italie:

 

ciao, l'euro!

1028397169

SOURCE : © Flickr/ JT
LU DANS LA PRESSE
14:49 07.12.2016
Lenta.ru

Le récent référendum en Italie pourrait constituer un premier pas vers l'abandon de la monnaie unique dans ce pays. Après le référendum en Italie qui a entraîné la démission du premier ministre italien Matteo Renzi, le cours de l'euro a chuté à son plus bas depuis 18 mois.

Le départ du chef du gouvernement italien ouvre la voie aux eurosceptiques dont les voix se font de plus en plus entendre aux quatre coins du continent. L'avenir de la monnaie européenne commune suscite également de nombreuses questions.

Un référendum cinq étoiles

Les Italiens ont dit non aux propositions de changements de la structure étatique formulées par Matteo Renzi. Selon le premier ministre, ses initiatives — qui consistaient notamment à modifier le rôle du parlement pour le rendre plus pratique pour l'exécutif — auraient permis d'économiser jusqu'à 500 millions d'euros par an, ainsi que d'accélérer le processus d'adoption des lois.

Cependant, ce flirt avec les électeurs n'a rien donné : 60% des votants se sont prononcés contre la politique de Renzi, qui a annoncé sa démission.

Le départ de Renzi ouvre la voie aux partis d'opposition qui prônent la sortie de l'UE, dont le Mouvement 5 étoiles et la Ligue du Nord.

Ces forces politiques profitent de la grogne croissante des électeurs face à la stagnation économique et à la vague de dizaines de milliers de migrants en provenance d'Afrique. Un référendum pour la sortie de l'UE pourrait parfaitement être la prochaine étape.

Pour l'instant, c'est les Allemands qui paient

 « Il ne faut pas seulement analyser les résultats du référendum italien en tant que tels mais également dans le contexte des événements qui l'ont précédé », estime Sergueï Khestanov, conseiller à la macroéconomie du directeur général de la société de courtage Otkrytie. Il souligne que dans la plupart des pays développés, on n'a pas constaté de réelle amélioration du niveau de vie depuis 15 ans:  « Cela concerne aussi bien l'Europe occidentale que les USA. La colère qui monte s'exprime dans le soutien, par les électeurs, de décisions opposées à l'establishment en place. C'est arrivé au Royaume-Uni où la population a voté pour le Brexit. C'est également arrivé aux Etats-Unis où la course présidentielle a été remportée par le candidat "hors système" Donald Trump ».

 « La principale tendance est que les citoyens de différents pays expriment leur mécontentement. Nous assisterons très probablement au remplacement du parti au pouvoir en France, l'avenir de la CDU en Allemagne, parti de la chancelière Angela Merkel, est remis en question. Tout cela montre que des tendances centrifuges viennent remplacer les tendances centripètes », estime l'expert.

Le résultat du référendum italien est une nouvelle bataille remportée par les forces centrifuges mais la fracture n'est pas encore actée. L'octroi d'une nouvelle tranche d'aide économique à l'Italie suffirait à compliquer les manœuvres des eurosceptiques.

Pour la zone euro, les élections en Allemagne seront décisives car ce pays est le dernier bastion de l'eurocentrisme. Si l'alliance CDU-CSU perdait, la balance pourrait pencher de l'autre côté.

 « L'Allemagne joue le rôle de sac à billets de l'UE. En cas d'apparition de problèmes dans les pays de l'UE, Berlin les atténue avec son aide financière. Ce fut le cas, par exemple, pendant la crise de la dette dans le sud de l'Europe autour de la Grèce », analyse Sergueï Khestanov.

Si le processus centrifuge était fluide et contrôlable, il serait possible d'éviter de nombreux troubles aussi bien pour certaines économies que pour le marché monétaire. L'UE est parfaitement capable d'initier et de gérer la sortie de pays à l'économie relativement faible (les fameux PIGS — Portugal, Italie, Grèce, Espagne) et mal intégrés à l'Europe unie en raison de différences considérables de niveau de développement.

Cependant, pour l'instant, les élites européennes ne sont pas prêtes à mener cette  « désintégration fluide », ce qui rend plus plausible le scénario lié à l'arrivée au pouvoir des eurosceptiques en France et en Allemagne. Ils saboteraient l'octroi d'une aide aux pays du sud de l'Europe et stimuleraient ainsi les processus centrifuges sur le continent.

La monnaie contre l'UE

 « A en juger par la dynamique actuelle, le marché monétaire soutient l'euroscepticisme. De cette manière le marché évalue les perspectives de la zone euro, voire de l'intégration européenne dans l'ensemble », note Sergueï Khestanov.

D'après l'expert, il est possible que l'an prochain un euro vaille un dollar, un niveau historique.

Si en août 2016 le cours rouble-euro atteignait 75 roubles, il a baissé jusqu'à 68 roubles aujourd'hui. Quant au cours dollar-euro, la monnaie européenne a atteint son record (1,15 dollars pour 1 euro) en avril 2016, avant une chute en octobre-novembre.

Le dollar s'avère être la monnaie la plus forte aujourd'hui et étant donné que cette monnaie et le pétrole sont en antiphase, le renforcement du dollar est une mauvaise nouvelle pour les marchés des matières premières.

Si, au final, les forces centrifuges prenaient le pouvoir en Europe et que d'ici là on comprenait définitivement que l'Opep, qui a décidé de réduire la production pétrolière, était incapable de se tenir à sa décision, l'effet négatif ne ferait que s'accentuer. Avec toutes les conséquences que cela implique pour les pays dépendants du pétrole.

 

L'Italie, un laboratoire de

 

guerre de l'Otan et des USA

 

1027690237

 

SOURCE : © AP Photo/ Andrew Medichini
INTERNATIONAL
21:28 09.09.2016

Les Etats-Unis et l'Otan ont déployé plus d'une centaine de bases militaires en Italie, la transformant en dépôt de munitions étrangères et ce, en violation du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et de la Constitution du pays, d'après un expert militaire italien.

L'Italie compte plus de 100 bases militaires américaines et celles de l'Otan et près d'une centaine de bombes nucléaires, ce qui la fait devenir "un laboratoire de guerre" de l'Alliance et des Etats-Unis, a déclaré à Sputnik Antonio Mazzeo, journaliste et expert militaire qui étudie la militarisation de l'Italie.

"A l'heure actuelle, entre 60 et 90 ogives nucléaires se trouvent en Italie, sur les bases militaires d'Aviano (Pordenone) et de Ghedi (Brescia), dans le nord du pays. Et leur nombre ne cesse de croître (…). La présence des ogives nucléaires en Italie constitue une violation du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) signé par le gouvernement italien", a indiqué M.Mazzeo.

Selon lui, on ne peut pas dire qu'il s'agit des ogives américaines et que les autorités du pays ignorent leur existence.

"C'est faux, parce que les têtes nucléaires B61 peuvent être mises à la disposition de l'Armée de l'air italienne et équiper des bombardiers italiens en cas de crise internationale. C'est une violation flagrante du Traité TNP par les autorités italiennes", a-t-il noté.

Le nombre de personnels des bases militaires américaines et de l'Otan déployées en Italie dépasse les 10.000 militaires et civils. Il faut y ajouter aussi les membres de leurs familles, d'après l'expert qui cite des données officielles du ministère américain de la Défense. Toutefois les autorités italiennes ne peuvent contrôler les activités de certaines bases qui relèvent entièrement des Etats-Unis.

"Les bases américaines ne sont pas toujours celles de l'Alliance. Par exemple, la base de Sigonella, en Sicile, est contrôlée par les Etats-Unis, avant tout par l'US Air Force et l'US Navy. Les autorités italiennes n'ont aucune possibilité de s'informer sur les opérations militaires qui s'y déroulent", a précisé M.Mazzeo.

Mais il y a également des bases italiennes qui sont parfois mises à la disposition de l'aviation américaine, d'après lui.

"La base de Pantelleria abrite notamment un avion appartenant à une société américaine, qui effectue des vols de reconnaissance au-dessus de l'Afrique du Nord, de l'Egypte à la Tunisie, sous le commandement de l'USAFRICOM" (commandement des Etats-Unis pour l'Afrique), a noté l'expert.

Selon lui, "l'Italie autorise également le déploiement de militaires américains et de l'Otan dans les sites civils".

"De nombreuses bases italiennes accueillent les militaires des pays qui ne font pas partie de l'Alliance: Israël, de nombreux pays arabes dont l'Arabie saoudite et le Qatar, utilisent en permanence les polygones militaires en Sardaigne", a révélé M.Mazzeo.

Il a rappelé que l'exploitation des bases militaires en Italie était contraire aux principes constitutionnels et que le parlement du pays ne contrôlait pas ces activités.

"Mais les médias importants n'en parlent pas et les gens n'en savent presque rien", a déploré le journaliste.

Selon lui, ces derniers temps, les relations au sein de l'Otan sont devenues plus complexes et l'Italie risque d'être coincée dans une Otan plus agressive et moins homogène. Cela influera sur sa politique intérieure et extérieure, ainsi que sur la situation sociale dans le pays.

"L'Otan n'a jamais été une structure défensive. Elle pouvait en faire semblant pendant la guerre froide, mais la chute du Rideau de fer a mis en évidence le rôle agressif et impérialiste de ce bloc. L'Alliance a changé, elle est devenue plus complexe. Certains de ses membres n'écoutent pas les Etats-Unis – la Turquie, ainsi que la France et le Royaume-Uni. Ces derniers souhaitent notamment jouer un rôle clé en Afrique même si cela provoque des tensions avec d'autres membres de l'Otan. L'Italie risque de se retrouver au sein d'une Alliance plus agressive et impérialiste dont les intérêts sont contraires aux intérêts économiques, politiques et militaires de l'Italie", a conclu M.Mazzeo.

 

«Rome n’est prête qu’à

 

 

recevoir des gifles de

 

 

la France et de l’UE»

1032589463

 

SOURCE : CC0
INTERNATIONAL
23:09 09.08.2017(mis à jour 10:27 10.08.2017)URL courte
21987201

Dans une interview accordée à Sputnik, Luca Frusone, député du Mouvement 5 Étoiles, accuse le gouvernement du pays d’avoir «bradé le patrimoine stratégique de l’Italie».

Luca Frusone, député du Mouvement italien 5 Étoiles, a déclaré dans un entretien accordé à Sputnik que les difficultés que les entreprises et sociétés italiennes traversaient actuellement étaient liés l’impuissance du gouvernement italien face à la politique agressive de la France et de l’UE en général.

Ainsi, lorsque M.Macron a été élu, de nombreux antipopulistes pro-européens en Italie ont été déçus parce qu’ils le considéraient comme celui qui mettrait fin aux spéculations politiques et au populisme, explique l’expert. Pourtant, Macron a préféré privatiser les chantiers navals français STX que les Italiens étaient censés acheter:

«Il en a le droit, mais où est-il son fameux européisme et l’égalité avec les autres pays?», se demande l’expert.

Ensuite, le ministre du Développement économique de l'Italie a demandé au gouvernement de revoir les obligations de l'entreprise française Vivendi qui possède la majorité des parts de la société Telecom Italia. Les Italiens n'ont pas non plus oublié qu'ils ont perdu durant ces cinq dernières années 25 milliards d'euros à cause du «shopping» de Paris en Italie: les entreprises Parmalat, Orzo Bimbo, Eridania, Boschetti, Galbani et d'autres, ainsi que l'acquisition de la banque Capirama par la banque française Crédit Agricole et l'absorption de la banque italienne BNL par la BNP Paribas.

Et de poursuivre:

«Mais je le répète: ce n'est pas la faute des Français, mais du gouvernement italien, qui a décidé de brader nos entreprises stratégiques à d'autres pays. Nous perdons notre patrimoine, grâce auquel l'État conserve sa souveraineté».

M.Frusone explique que le gouvernement italien n'a jamais vraiment élevé la voix contre la France et contre les autres pays européens:

« La somme des dépenses annuelles de l'Italie pour l'accueil des migrants a atteint presque 5 milliards d'euros et nous considérons qu'il est raisonnable de ne pas verser cette somme annuellement dans le budget de l'UE, parce que l'Union européenne a laissé l'Italie à la dérive. Qui sera à l'écoute de l'Italie au sommet si Rome n'est prête qu'à recevoir des gifles de la part de Paris et de l'Union européenne? »

Le 27 septembre, lors du sommet franco-italien qui aura lieu à Vintimille en Italie, seront débattus les moyens pour résoudre la situation, y compris autour de la crise migratoire, dans le cadre de laquelle la France viole les accords internationaux, conclut l’homme politique.

Dans son blog, le Vice-président de la Chambre des députés et un membre du Mouvement 5 Étoiles Luigi Di Maio a d'ailleurs écrit que l'Italie se retrouvait actuellement entre les mains de «personnes incompétentes» qui ne sont même pas en mesure de faire face aux problèmes, ce qui ne fait que nuire au pays:

«Notre gouvernement n'a élaboré aucune stratégie qui permettrait de développer notre pays ou avoir la possibilité de répondre aux actes des autres».

 

Crise migratoire: pour l'Italie,

 

«la situation a atteint la limite

 

du supportable»

1032032240

 

SOURCE SPUNIK © AFP 2017 GIOVANNI ISOLINO
INTERNATIONAL
10:25 29.06.2017(mis à jour 11:17 29.06.2017)URL courte
Crise migratoire 

Livrée à elle-même face à la crise migratoire, l’Italie pose un «ultimatum» à l’UE et menace de bloquer ses ports aux bateaux étrangers transportant les migrants secourus en Méditerranée.

L'Italie hausse le ton et menace de bloquer l'entrée de ses ports aux bateaux battant pavillon étranger et transportant des migrants secourus en Méditerranée, a-t-on appris mercredi auprès des médias et de source proche du gouvernement italiens.

Le représentant italien auprès de l'Union européenne, Maurizio Massari, a rencontré à Bruxelles le commissaire européen chargé de l'Immigration, Dimitri Avramopoulos, et lui a remis une lettre dans laquelle l'Italie explique qu'après les dernières arrivées massives de migrants sur ses côtes au cours des derniers jours, «la situation a atteint la limite du supportable».

Plus de 10.200 migrants ont été secourus entre dimanche et mardi au large de la Libye, dont 5.000 pour la seule journée de lundi, 3.300 dimanche et 1.900 mardi. Les garde-côtes italiens coordonnent ces opérations de sauvetage en Méditerranée, mais de nombreux bateaux étrangers, y compris plusieurs affrétés par des ONG, y participent.

Tous ces migrants sont ensuite transportés vers des ports italiens où ils sont hébergés dans des centres d'accueil dont la capacité est saturée.

«Si on continue avec ces chiffres, la situation va être ingérable même pour un pays grand et ouvert comme le nôtre», a déclaré le Président italien Sergio Mattarella à Ottawa, cité par les médias italiens.

L'Italie se plaint depuis des années d'être livrée à elle-même face à la crise migratoire et aux arrivées grandissantes de migrants en provenance de Libye, et appelle à davantage de solidarité de la part de ses partenaires européens.

Selon le ministère italien de l'Intérieur, plus de 73.300 migrants sont arrivés sur le territoire national depuis le début de l'année, soit une hausse de plus de 14% qu'à la même période en 2016.

Selon le Haut-commissariat de l'Onu aux réfugiés (HCR), 2.005 personnes sont mortes ou ont été portées disparues depuis le début de l'année en tentant de traverser la Méditerranée.

 

Le maire d’une ville italienne

 

dit niet aux migrants

1030061768

© AP Photo/ Lefteris Pitarakis
INTERNATIONAL
13:37 13.02.2017(mis à jour 13:54 13.02.2017)URL courte
Crise migratoire (781)
162893471

Face à l’afflux de réfugiés, le maire la ville italienne de Vitulano prend les choses en main et dit «stop» à l’accueil des migrants, afin de «protéger sa commune».

Le maire de Vitulano (Italie), Raffaele Scarinzi, a refusé l'asile à 40 réfugiés qui devaient se rendre dans la commune dans les prochains jours, écrit le journal local IlQuaderno.

M. Scarinzi, poursuit le journal, a eu recours à cette mesure extrême afin de «protéger les habitants de la ville », dont la population s'élève de nos jours à environ 30 000 habitants.

« Nous ne sommes pas des racistes. Il ne s'agit que d'une décision purement administrative. Je ne fais que protéger ma ville », a expliqué le maire.

Selon lui, les citoyens se disent « inquiets » par la présence de plusieurs migrants sur le territoire de la ville, qui a déjà accueilli quelque 30 réfugiés, aux dires des autorités municipales, et n'est pas pour le moment en mesure d'en accueillir davantage.

En Italie, les demandes d'asile sont passées de 23 620 en 2013 à 123 482 en 2016. Il est à noter que chaque journée d'accueil coûte 35 euros à l'État italien, soit plus de 6 millions d'euros par jour pour les quelque 175 000 demandeurs d'asile actuellement en attente dans le pays.

NOTA : TOUTES LES OPINIONS EXPRIMEES DANS CES CONTENUS DE TEXTES N'ENGAGENT QUE LA RESPONSABILITE DE LEURS AUTEURS

***********************************************************************************

Basta immigrazionne in Italia !

**************************************************************

Tout sur l'Italie publié depuis

 

par DIACONESCO.TV

 

 

  • RESULTATS DES ELECTIONS REGIONALES EN <b>ITALIE</b>
    RESULTATS DES ELECTIONS REGIONALES EN ITALIE
    il y a 1133 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
    ... régionales en Italie : Berlusconi gagne quatre régions‎ - France InfoEn Italie, le triomphe... défaite aux élections régionales en Italie hier (29 mars). ... L'Express... l'opposition de ... Régionales en Italie: selon les prévisions, l'opposition...
    diaconescotv.canalblog.com

 

 

 

Posté par DIACONESCO_TV à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2017

PARADE MILITAIRE HISTORIQUE DE 1941 SUR LA PLACE ROUGE POUR LA DEFENSE DE LA VILLE DE MOSCOU CE MARDI 7 NOVEMBRE 2017

Défilé solennel en commémoration de la parade historique de 1941 sur la Place Rouge pour la défense de la ville de MOSCOU

9

Reconstitution du défilé de l’armée russe avant son envoi au front en 1941 (Direct du 7.11)

RT France
6 k vues
Admirez la reconstitution de la marche historique du 7 novembre 1941, qui avait permis de remonter le moral de l'Armée rouge et du peuple soviétique au moment où les troupes nazies se trouvaient aux portes de Moscou.

Le maire de Moscou Sergueï Sobianine a ensuite salué les anciens combattants et les Moscovites à l’occasion de l’anniversaire du défilé. « Il n’a duré qu’un peu plus d’une heure, mais reste incomparable quant à l’influence qu’il a exercée sur le moral de notre peuple, c’était une victoire sans un seul coup de feu. Par sa signification, le défilé vaut les grandes opérations militaires », a déclaré M. Sobianine.

SERGUEÏ MIKHEÏEV / RG
Une marche solennelle en hommage au légendaire défilé militaire du 7 novembre 1941 s’est tenue sur la place Rouge à Moscou le 7 novembre dernier.

1

2

4

5

6

7

8

9

10

11

Le défilé solennel consacré au 68e anniversaire de la parade militaire de 1941 se déroule sur la Place rouge à Moscou, annonce samedi le correspondant de RIA Novosti sur place.


Le défilé solennel consacré au 68e anniversaire de la parade militaire de 1941 se déroule sur la Place rouge à Moscou, annonce samedi le correspondant de RIA Novosti sur place.

Le 7 novembre 1941,  le jour du 24e anniversaire de la révolution d'Octobre, le gouvernement soviétique a décidé d'organiser un défilé militaire malgré le fait que Moscou se trouvait assiégée par les troupes nazies. C'était justement cette date qu'Hitler avait choisi pour essayer de s'emparer définitivement de Moscou et d'organiser une marche solennelle de ses troupes sur la Place rouge. Mais il n'en fut rien, c'était des soldats soviétiques qui, après avoir traversé la Place rouge, partaient directement au front qui se trouvait seulement à une distance de quelques kilomètres.
Aussi, le défilé militaire des soldats soviétiques est-il considéré par les historiens comme une étape psychologiquement très importante de l'histoire de la Grande guerre patriotique de 1941-1945. 

Aujourd'hui, ce sont les jeunes qui marchent sur la Place rouge, plus de 4.000 membres de diverses associations paramilitaires prenant part au défilé.
Des élèves-officiers, vêtus en uniforme de 1941, défilent  aussi sur la Place rouge. Le défilé se termine par le passage de blindés: deux chars T-34, chars légendaires de la Grande guerre patriotique de 1941-45, passeront sur la Place rouge.

***********************************************************************************************

Posté par DIACONESCO_TV à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 novembre 2017

UNE NOUVELLE FUSILLADE AUX ETATS-UNIS AU TEXAS FAIT 26 MORTS ET 20 BLESSES ET RELANCE LE DÉBAT SUR LA DÉTENTION DES ARMES A FEU

Fusillade dans une église au Texas 26 morts et 20 blessés : les témoins oculaires révèlent de nouveaux détails

texas

La Baptist church in Sutherland Springs, Texas

Fusillade dans une église au Texas: les témoins oculaires révèlent de nouveaux détails

© AP Photo/ Darren Abate
INTERNATIONAL
07:51 06.11.2017(mis à jour 07:53 06.11.2017)

Un homme armé d'un fusil d'assaut a ouvert le feu dimanche dans une petite église baptiste du Texas, faisant 26 morts et 20 blessés. Au lendemain de la tragédie, les témoins oculaires rompent le silence.

Un «jeune homme blanc âgé d'une vingtaine d'années», «tout de noir vêtu», armé d'un fusil d'assaut et portant un gilet pare-balles, a ouvert le feu dimanche sur la First Baptist Church de Sutherland Springs, un hameau rural du Texas de 400 habitants. Les victimes sont âgées de 5 à 72 ans, a indiqué la police lors d'une conférence de presse. Parmi les morts, figure la fille du pasteur, âgée de 14 ans.

Jeff Forrest, un ancien combattant âgé de 36 ans qui habite à un pâté de maisons de l'église, a déclaré avoir entendu ce qui lui a semblé être des tirs d'une arme semi-automatique de gros calibre.

Un autre témoin oculaire a de son côté assuré que la fusillade a duré environ 15 secondes à l'intérieur de l'église, en plein office religieux, avant d'être pris à partie par un habitant qui a saisi son fusil. L'homme a réussi à prendre la fuite mais a été retrouvé mort dans son véhicule peu après, sans que l'on sache s'il s'est suicidé ou si quelqu'un lui a tiré dessus.

 

DN7fGsGU8AABGpc (2)

 

Les autorités n'ont pas communiqué son identité, et ses motivations restent inconnues à ce stade. Selon plusieurs médias américains, il s'agit d'un ex-militaire de 26 ans, renvoyé de l'armée de l'air après un passage en cour martiale en 2014, qui vivait en périphérie de San Antonio, une des grandes villes du Texas, à une cinquantaine de kilomètres de là.

En juin 2015, Dylann Roof, un partisan de la suprématie blanche, a tué neuf paroissiens dans l'église de l'Emanuel à Charleston (Caroline du sud), symbole de la lutte des Noirs contre l'esclavage. Il a été condamné à la peine capitale en janvier.

fusillade au Texas

Ce que l’on sait sur le tireur de la fusillade au Texas, selon les médias

© AP Photo/ KSAT via AP
INTERNATIONAL
07:07 06.11.2017(mis à jour 07:30 06.11.2017)

Un individu a tiré dimanche plusieurs coups de feu dans une église de Sutherland Springs, au Texas, tuant au moins 26 personnes et en en blessant une vingtaine d’autres. Bien que les autorités restent muettes, des médias US révèlent quelques détails sur son identité.

Dimanche vers 11H20 (17H20 GMT), un «jeune homme blanc âgé d'une vingtaine d'années», «tout de noir vêtu», armé d'un fusil d'assaut et portant un gilet pare-balles, a ouvert le feu sur la First Baptist Church de Sutherland Springs, un hameau rural du Texas de 400 habitants, ont rapporté les autorités locales.

Il a ensuite poursuivi son carnage à l'intérieur de l'église, en plein office religieux, avant d'être pris à partie par un habitant qui a saisi son fusil. L'homme a réussi à prendre la fuite mais a été retrouvé mort dans son véhicule peu après, sans que l'on sache s'il s'est suicidé ou si quelqu'un lui a tiré dessus.

Les motivations du tireur n'ont pas été révélées par les autorités, pas plus que son identité.

Selon le New York Times et d'autres médias qui ont interrogé des enquêteurs sous le couvert de l'anonymat, il s'agirait d'un certain Devin Patrick Kelley, un blanc âgé de 26 ans.

DN7y1XRXkAAR_nY

LE TUEUR DEVIN PATRICK KELLEY S'ETAIT-IL RADICALISE AU VU DE SA NOUVELLE BARBE QU'IL S'ETAIT LAISSE POUSSER ... NUL NE LE SAIT POUR LE MOMENT ?

Des documents sur internet montrent qu'un homme du nom de Devin Patrick Kelley habitait à New Braunfels, au Texas, à une soixantaine de kilomètres au nord de Sutherland Springs.

Une source fédérale a révélé à l'Associated Press que Kelley ne semblerait pas s'être lié à une organisation terroriste.

Une porte-parole de l'Armée de l'air des États-Unis a dit que le suspect a déjà servi au sein de ses rangs. Il a été affecté au Nouveau-Mexique de 2010 à sa démobilisation. Il a été jugé en cour martiale en 2012 et chassé de l'armée deux ans plus tard.

1031830581

La page Facebook de Kelley a été effacée mais, sur une photo cachée, il apparaît en compagnie de deux petits enfants.

Ann Stefanek a indiqué que Devin P. Kelley avait été accusé de voie de fait contre son épouse et son enfant. Il a été exclu de l'armée pour mauvaise conduite, et a été emprisonné pendant 12 mois et déchu de son grade. La date et les raisons de son départ de l'armée n'ont pas encore été dévoilées.

Les enquêteurs étudient les messages publiés par l'individu sur les réseaux sociaux au cours des derniers jours. Il a notamment publié l'image d'un fusil d'assaut AR-15.

La fusillade a fait 26 morts et au moins 20 blessés. Les victimes sont âgées de 5 à 72 ans, a indiqué la police lors d'une conférence de presse. Parmi les morts, figure la fille du pasteur, a déclaré la famille aux chaînes de télévision. Elle était âgée de 14 ans.

Vladimir Poutine

Fusillade au Texas: Poutine dénonce un crime «cruel» et «cynique».

© Sputnik. Mikhail Klimentyev
INTERNATIONAL
10:55 06.11.2017(mis à jour 11:10 06.11.2017)

Le chef du Kremlin a présenté ses condoléances à son homologue américain suite à la mort de 26 personnes lors d’une attaque dans une église du Texas dimanche soir.

Vladimir Poutine a envoyé lundi un message de condoléances au Président américain Donald Trump après la mort 26 personnes, tuées par un homme qui a ouvert le feu dimanche dans une église du Texas, dans le sud des États-Unis.

«Veuillez accepter nos plus sincères condoléances pour la tragédie du Texas. Il est difficile d'imaginer un crime plus cruel et plus cynique qu'un meurtre perpétré lors d'un office», stipule le document publié sur le site officiel du Kremlin.

 

Le chef de l'État a ajouté que la Russie partageait le deuil de ceux qui avaient perdu leur famille et leurs proches, et espérait un prompt rétablissement des blessés.

Cette tuerie, l'une des pires de l'histoire récente des États-Unis, intervient cinq semaines seulement après celle de Las Vegas, la fusillade la plus meurtrière jamais perpétrée dans le pays avec 58 morts, qui avait relancé une fois de plus le débat sur la réglementation des armes à feu.

***********************************************************************************************

04 novembre 2017

SCIENCES SCIENCES SCIENCES SCIENCES SCIENCES

Boson de Higgs: Hawking prédit la fin du monde

Sci-tech
11:57 10.09.2014(mis à jour 20:39 09.03.2016)

Le célèbre physicien Stephen Hawking pense que les expériences menées avec le boson de Higgs pourraient détruire le temps et l'espace.

Selon Stephen Hawking, le boson de Higgs est capable de provoquer la disparition de deux fondamentaux de l'Univers – le temps et l'espace habituels pour l'homme, rapportent les médias.

"Le boson de Higgs a le potentiel inquiétant de devenir métastable et est susceptible d'entraîner une désintégration du vide", estime Hawking.

Cette thèse est dévoilée dans la préface écrite par le chercheur britannique pour le livre Starmus, à paraître en octobre. Ce livre se présente sous la forme d'un recueil des conférences des plus grands physiciens. Les conclusions de Stephen Hawking ont été largement citées mardi par les médias européens.

Le nouveau concept de Hawking s'appuie sur l'hypothèse d'une désintégration quantique du vide. Il suppose qu'il existe deux types de vides ayant des niveaux énergétiques différents. L'Univers se trouverait ainsi dans un "faux vide".

Dans la théorie quantique, le faux vide est l'état d'un champ qui n'a pas une énergie minimale, mais est stable seulement pendant une certaine période. La matière qui se trouve dans le faux vide est capable de suivre un "tunnel" vers un état de vrai vide. Selon cette hypothèse, il existe également un autre vrai vide avec la plus faible des valeurs énergétiques possibles.

D'après Stephen Hawking, des expériences dans les conditions terrestres pourraient aboutir à la création d'un boson instable de Higgs, créant une sorte de tunnel entre faux et vrai vides. En cas de rupture dans le champ de Higgs l'Univers entier passerait à un autre état physique. Sachant que ce passage serait instantané.

Cependant, il est pratiquement impossible de provoquer l'instabilité du boson de Higgs avec les moyens scientifiques actuels. Selon les calculs de Hawking, ce processus nécessiterait une quantité d'énergie allant jusqu’à 100 milliards de gigaélectronvolts. Un accélérateur de la taille de la planète Terre serait nécessaire pour atteindre un tel niveau d'énergie avec les équipements scientifiques dont on dispose aujourd'hui.

Rappelons que l'existence du boson de Higgs a été découverte en 1964 par le physicien britannique Peter Higgs. Cependant, c'est seulement en 2012 que cette hypothèse théorique a été confirmée par une série d'expériences effectuées avec l'accélérateur de particules Large Hadron Collider (Grand collisionneur de hadrons) par l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire CERN.

Grand Collisionneur de Hadrons: recreation du Big Bang. INFOgraphie
SOURCE : © Sputnik.
Grand Collisionneur de Hadrons: recreation du Big Bang. INFOgraphie

Le boson de Higgs est une particule élémentaire permettant d'expliquer le mécanisme de formation de la masse et, selon certains chercheurs, le mystère de l'apparition de l'Univers.

Stephen Hawking est un physicien théorique et célèbre vulgarisateur de la science. A l'âge de 22 ans, les médecins lui ont diagnostiqué une sclérose en plaque, ce qui ne lui a pas empêché de poursuivre ses recherches, de se marier à deux reprises et d'être le père de trois enfants. Hawking ne peut pas parler et communique avec le monde grâce à un synthétiseur vocal numérique.

 

Le boson de Higgs ou la

 

joie des petites grandeurs

1023243754

SOURCE : Photo : EPA
Sci-tech
17:44 06.01.2013(mis à jour 20:48 09.03.2016) 
SOURCE : https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201301061022529582-le-boson-de-higgs-ou-la-joie-des-petites-grandeurs/

Le 4 juillet 2012 restera gravé dans l'histoire de la science comme le jour de découverte du boson de Higgs. Les optimistes n'ont pas caché leur joie. C’est une véritable "particule de Dieu"! Selon les pessimistes, il est encore tôt pour se réjouir: la particule n’a pas encore prouvé son droit de sappeler boson de Higgs.

La découverte du boson de Higgs, c’est un peu comme la réinvention du tableau périodique du chimiste russe Dmitri Mendeleïev.

La physique nucléaire possède son propre modèle standard. Le but de cette science – c’est de décrire le monde des particules élémentaires et leurs interactions, explique le docteur en physique et mathématiques Vladimir Erokhine.

« Le modèle standard – c’est comme un bâtiment dans lequel un certain nombre d'éléments garantissent sa stabilité. Si le boson de Higgs n'était pas découvert, ce bâtiment serait remis en question. Tout cela semble théoriquement très logique. C'est pourquoi peu de scientifiques croyaient que cette particule n’existe pas. Elle est l’élément principal de cette théorie ».

Nous sommes habitués à ce que de nouveaux éléments apparaissent dans le tableau périodique de Mendeleïev. Mais peu nombreux sont ceux qui savent que le modèle standard possède exactement le même mode de fonctionnement. Donc si le boson de Higgs a vraiment été trouvé, les calculs des physiciens étaient justes. C’est ce qui explique leur joie.

« Il s'agit d'une particule spéciale, dont on a besoin dans la théorie moderne », analyse le docteur en sciences mathématiques et physiques Oleg Dalkarov dans un entretien à La Voix de la Russie. « Elle ajoute de la masse à d’autres particules qui existent dans l’univers. Le mécanisme, qui a été proposé par Peter Higgs, apporte la masse nécessaire à ces particules ».

Cette découverte ajoute non seulement le chaînon manquant dans la théorie, mais expose également de nouveaux domaines de recherches scientifiques, ajoute Vladimir Erokhine.

« Le boson de Higgs – c’est vraiment la dernière pierre dans ce qu'on appelle la théorie standard des interactions fondamentales. Il s'agit d'une découverte importante, mais pas inattendue. Cette théorie décrit correctement la plupart des phénomènes auxquels nous nous retrouvons confrontés. Et la question qui intéresse tout le monde c’est ce qui se trouve au-delà ».

La découverte des scientifiques peut être facilement transposée dans la vie quotidienne, constate Oleg Dalkarov.

« Tous les hommes qui vivent sur Terre sont différents les uns des autres. Ils sont différents par la couleur de la peau, et d’autres particularités. Mais tous les hommes ont aussi des signes génétiques. Ces signes, communs à tous, créent un champ scalaire unique qui interagit avec toute personne, sans distinction de race ou d'appartenance un groupe quelconque. Nous devrions avoir les mêmes signes, car nous sommes tous des humains ».

La découverte du boson de Higgs est devenue une étape importante pour le Grand collisionneur de hadrons. Il a d'ailleurs été construit pour trouver la « particule de Dieu ». Cependant, les chercheurs n’ont toujours pas de preuves qui confirmeraient qu'il s’agit bien de l’élément manquant, regrette Oleg Dalkarov.

« Dans les données publiées récemment, il y a une certaine controverse. Il faut les supprimer pour s'assurer que les fissions de la particule découverte correspondent aux prévisions du modèle standard. Enfin, une affirmation pourrait être faite qu’il y a plusieurs pics dans le spectre des masses et non pas un seul. Donc une image plus compliquée risque de se présenter. Mais à ce jour, il faut s’assurer que la probabilité de désintégration correspond au modèle standard, et que la particule quantique correspond au boson de Higgs ».

Même si l'élément découvert ne sera pas celui auquel on s’attendait au départ, les chercheurs ne vont pas arrêter de se réjouir. Car avec cette découverte, l'image de l’univers devient plus complexe, mais aussi plus intéressante. Et pour comprendre son fonctionnement, de nouvelles théories et expériences devront être mises en place. /L

********************************************************************************************** 

Les physiciens ont découvert

 

 

une réaction plus puissante

 

que la fusion

 

SOURCE SPUNIK : https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201711021033713138-science-scientifiques-physique/

1025304073

© Photo. Pixabay
Sci-tech
13:18 02.11.2017

Les premières suggestions indiquant que les quarks, des particules élémentaires, puissent s’associer entre eux et produire dix fois plus d’énergie que celle que l’on obtient lors des réactions dans les entrailles des astres, ont été récemment relevées, rapporte un article, publié dans une revue spécialisée Nature.

Si les physiciens avaient pendant longtemps considéré que toutes les particules élémentaires étaient constituées de deux ou trois quarks, de premiers indices démontrant que le nombre de quarks pourrait se révéler supérieur à trois ont été récemment découverts, relate l'article de scientifiques américains, publié dans une revue spécialisée Nature. Ainsi, il s'agissait de l'existence de particules telles que des tétraquarks et des pentaquarks, dont les traces avaient été retrouvées dans le Grand collisionneur de hadrons ainsi que dans le Tevatron, le deuxième plus puissant collisionneur au monde.

Cette découverte, ainsi que celle du baryon exotique, une particule considérée comme «super lourde» formée de trois quarks et d'une ou plusieurs autres particules qui pourraient également être des quarks, a intéressé les physiciens de l'Université de de Tel Aviv et de Chicago. Les spécialistes en physique théorique Marek Karliner et Jonathan Rosner se sont donc interrogés sur les origines de ces particules et ainsi que sur les raisons pour lesquelles elles seraient capables de rester stables pendant une période de temps assez importante.

Ayant analysé leurs caractéristiques, les chercheurs se sont mis d'accord que les tétraquarks et les baryons devaient se former lors des collisions des autres particules élémentaires instables. Pendant ces collisions, les quarks que ces particules contenaient pouvaient s'associer entre eux et même «changer de place» ainsi que perdre de l'énergie et former d'autres particules bien plus lourdes.

«Les collisions de tétraquarks doivent donner environ 200 mégaélectron-volt, ce qui fait dix fois plus qu'une réaction provoquée par la fusion. À l'heure actuelle, ces réactions ne connaissent pas encore une utilisation pratique puisque les particules où elles pourraient se produire, ont une durée de vie assez courte. D'un autre côté, tout ceci indique la possibilité de l'existence d'une certaine matière exotique stable, composée de quarks», a déclaré le physicien de l'Université de Washington à Seattle, commentant cette découverte.

Comme l'affirment les spécialistes, ce processus est une sorte d'analogue des réactions produites par une fusion dans les entrailles du Soleil et de certains astres où les éléments légers comme l'hydrogène et l'hélium entrent en collision et s'associent pour former des éléments plus lourds, comme, par exemple, l'oxygène ou le lithium et faisant naitre une grande quantité d'énergie.

Les chercheurs affirment que plus les quarks sont lourds à l'intérieur des particules en collision, plus l'énergie qui sortira au cours de cette réaction sera grande.

Cette découverte, d'après les scientifiques, pourrait bouleverser les théories qui existent actuellement sur la naissance et l'évolution de l'univers.

SOURCE SUR LA REVUE SCIENTIFIQUE AMERICAINE NATURE : 

https://www.nature.com/articles/nature24289.epdf?referrer_access_token=TDi1Wq8ARf9ByI3Cx4b-nNRgN0jAjWel9jnR3ZoTv0MwVq8cmHLuj5WCtSbfQ6pvXGqA6ylDFztY4BdmpznKd8EulORZF30hlWYMRWZVm_SN2fOCzlO-CHX5AUrRAQi4c-kjVnlB6RVgkyjxdVpHREEmAODpLrdooB7g6o2lOV2qh-mDPLY7GoxrC7rM0csenSnlL9BKOlfQv_0Wy2EMARef4-F6QzShO6LiFMHCJXmVDuWWkUvywqdH-kDL60xEwVsQUVLSRcxPEDskxIMD2A%3D%3D&tracking_referrer=fr.sputniknews.com

102530407310253040731025304073

 

VIDEO 

3:27
Stephen Hawking considère que c'est un des plus grands mystères de l'humanité. Il croit possible l'existence d'extraterrestres ...
***********************************************************************************************

Posté par DIACONESCO_TV à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2017

ATTANTATS ET TERRORISME ISLAMIQUE DANS LE MONDE ... LE MONDE EST EN GUERRE ... MAIS CHUT PERSONNE NE VEUT LE RECONNAÎTRE !

PUBLIÉ PAR GAIA - dreuz LE 31 OCTOBRE 2017

Manattan_Dreuz

Dans le sud de Manhattan, un homme accepté aux Etats-Unis en 2010 sur un programme humanitaire d’Obama, a heurté des piétons avec un véhicule utilitaire de location. 12 personnes sont blessées selon les médias américains, 8 sont mortes. 

Plusieurs personnes ont été blessées par l’attentat terroriste mardi après-midi dans le sud de Manhattan, ont indiqué les médias new-yorkais.

La police n’a pas immédiatement confirmé qu’il y avait des blessés, indiquant simplement dans un tweet qu’une personne avait été arrêtée. Pourtant, selon la chaîne NBC, « plusieurs personnes sont mortes et plusieurs personnes sont blessées », et le terroriste, que de nombreux témoins ont entendu hurler Allahou Akbar au moment de sortir de son véhicule, a été arrêté par la police qui a tiré.

D’après ABC, un camion aurait heurté ses victimes sur une piste cyclable avant de finir sa course dans un bus scolaire transportant des personnes handicapées.

Les faits étaient terminés vers 16H00 (20H00 GMT) et « il n’y a plus de menace active », a tweeté un porte-parole de la mairie.

NBC News: A picture from the scene of the incident in lower Manhattan New York following reports of a shooting. Courtesy @NYPDSpeechley

Le terroriste s’appelle Sayfullo Saipov, migrant musulman de 29 ans d’Uzbekistan, né au Pakistan.

Sayfullo Saipov est un musulman né au PAKISTAN.

Dans le camion de location, une note d’allégeance à l’Etat Islamique a été retrouvée.

LA VIDEO AVEC LE FIGARO

http://www.lefigaro.fr/international/2017/10/31/01003-20171031ARTFIG00347-une-fusillade-a-manhattan-fait-plusieurs-blesses.php

**********************************************************************

DONALD TRUMP AFTER MANHATTAN NEW-YORK CITY 

**********************************************************************

Manhattan_attentat_dreuz

PUBLIÉ PAR SIDNEY TOUATI LE 2 NOVEMBRE 2017

MANHATTAN, ATTAQUE TERRORISTE : LES ATTENTATS FAVORISENT LE POUVOIR DANS SA DÉFENSE DE L'ISLAM

_Image__image_Etats_Unis_New_York_Statue_Liberte_33_it_99300851_09032017

648x0

La minorité des musulmans radicalisés utilise l’arme du terrorisme. Mais elle ne tue pas n’importe qui. En France, l’usage de la terreur est « ciblé ». Cette sélection des victimes n’est pas le fruit du hasard. Elle est fondée, calculée et joue un rôle décisif dans l’expansion de l’Islam.

Le premier constat qui s’impose lorsque l’on examine sur le long terme les assassinats islamistes, est que la cible des tueurs est le citoyen lambda.

Qu’on en juge : (liste non exhaustive) :

  • Deux jeunes femmes dans une gare;
  • des clients d’un restaurant;
  • des gens qui assistent à un concert,
  • des élèves d’une école juive,
  • des clients d’un supermarché casher,
  • des badauds un soir d’été à Nice,
  • des journalistes d’un journal satirique, etc.

Le dernier exemple en date, l’attaque au camion-bélier à Manhattan.

Les islamistes des pays occidentaux évitent systématiquement d’attaquer les hauts responsables


Cherchez. Épluchez la liste des victimes : vous ne trouverez aucun haut responsable.

Le terrorisme musulman se différencie des autres formes de terrorisme, par exemple le terrorisme anarchiste ou celui de l’OAS pendant la guerre d’Algérie.

Les anarchistes de la fin du XIXe ou du XXe siècle, les tueurs de l’OAS prennent pour cible prioritairement les détenteurs du pouvoir, y compris le premier d’entre eux, le général de Gaulle. Il en est de même des terroristes de la Résistance en France qui ne prennent pour cible que les soldats allemands, officiers de préférence, et les responsables les plus compromis dans la Collaboration avec l’ennemi.

Ces terroristes déclenchent une réaction massive, globale, extrêmement violente de la part de l’État. La lutte contre les terroristes anarchistes, pourtant une infime minorité, déclenche une lutte totale contre l’anarchisme en général.

Les islamistes des pays occidentaux s’inscrivent dans la solide tradition de la conquête islamique. Ils évitent systématiquement d’attaquer les hauts responsables. Ils réservent leurs coups à l’homme de la rue ou à des cibles précises, tels les journalistes de Charly ou des Juifs, ou un pauvre curé de province.

Pourquoi ce choix? Certains observateurs disent qu’il est contre-productif mais ils se gardent bien d’expliquer pourquoi l’Islam partout progresse.

Pour comprendre la stratégie des islamistes, il faut garder présent à l’esprit un élément fondamental. Leur but, la raison pour laquelle ils utilisent l’arme de la terreur, est de contribuer au triomphe de l’Islam. Ils veulent islamiser le monde. C’est leur objectif ultime.

Les gens du peuple comme cible du terrorisme islamiste.

Première conséquence

En s’attaquant aux gens du peuple, les islamistes mettent l’acte terroriste à la portée de toutes les mains. Tuer un ou plusieurs passants est plus simple que tuer un haut responsable.

Dans le premier cas, on peut être seul, dans le second il faut nécessairement faire partie d’un groupe organisé, structuré, etc. les chances d’aboutir dans le premier cas sont évidentes ; dans le second, elles sont aléatoires, les hauts responsables bénéficiant de sérieuses protections.

Deuxième conséquence

Après chaque attaque, on renforce les protections autour des centres de pouvoir et de décision. Le peuple lui, vit sous la menace permanente des tueurs

En s’attaquant aux éléments du peuple, les islamistes montrent à ce même peuple leur toute-puissance et l’impuissance de l’Etat à remplir sa mission fondamentale : assurer la protection des citoyens. Après chaque attaque, on renforce les protections autour des centres de pouvoir et de décision. Le peuple lui, vit sous la menace permanente des tueurs. Il a le sentiment d’être abandonné par l’État.

Cette terreur sur le peuple devient par ricochet, terreur permanente en priorité sur ceux qui vivent dans des quartiers peuplés principalement de musulmans. La peur, l’insécurité conduit la majorité à se soumettre aux radicaux, tandis que d’autres fuient ou se convertissent à l’Islam pour avoir la paix et pour pouvoir vivre à peu près normalement – par exemple circuler librement.

L’État renonce à exercer son autorité dans ces quartiers. Un véritable transfert de souveraineté s’opère ainsi tacitement de l’État vers les organismes représentant l’Islam. Ces quartiers que les historiens ont qualifiés de zones de « non-droit » sont en réalité des quartiers soumis à la charia, à la loi de l’Islam radical.

Troisième conséquence

l’Islam est mis à l’abri de tout questionnement. Son caractère sacré est ainsi renforcé. Cette religion devient intouchable

En massacrant des journalistes qui ont osé critiquer le Prophète, les islamistes exercent la terreur sur tous les journalistes, portant atteinte à une liberté fondamentale: la libre critique. Éditeurs, libraires, Rédacteurs en chef, journalistes… tous ont peur des représailles et éliminent a priori le danger en rejetant les écrits trop ouvertement critiques de l’Islam.

Par ce processus, l’Islam est mis à l’abri de tout questionnement. Son caractère sacré est ainsi renforcé. Cette religion devient intouchable.

L’usage de la terreur contre les éléments du peuple a pour effet de faire de l’État et de ses représentants les défenseurs inconditionnels de l’Islam.

La stratégie suivie par les héritiers du Prophète est d’une efficacité remarquable.

Les islamistes ont conscience que s’ils prenaient pour cible les détenteurs du pouvoir, la riposte de l’État aux agressions serait massive et ils ne pourraient plus faire librement ce travail de conversion par la terreur ou par tout autre moyen, qui à terme leur permettra de prendre le pouvoir par le nombre.

Lorsque le nombre de musulmans devient significatif, ils savent par expérience que les dirigeants soit s’enfuient, soit pour conserver privilèges et prébendes, se convertissent à la nouvelle religion.

Les terroristes islamistes épargnent les dirigeants. Ils en auront besoin demain pour gouverner.

Les hauts dirigeants en ont conscience.

Quatrième conséquence

le peuple musulman qui n’est pas attaqué (il n’y a jamais eu 150 musulmans massacrés par des terroristes anti-islam !) a pour défenseur l’État.

Comme les terroristes ciblent des personnes issues du peuple, en retour le pouvoir ne cible que les terroristes épargnant le peuple des musulmans et l’Islam. Cette réaction de l’État est conforme à leur attente.

Les terroristes s’inscrivant dans le scénario du martyr, leur arrestation ou exécution renforce la cause qu’ils poursuivent : l’islamisation du pays.

Ainsi, après chaque attentat terroriste islamiste, l’État d’une part fabrique des martyrs et de l’autre mobilise toutes ses ressources pour appeler à la défense des musulmans et de l’Islam.

Paradoxe absolu : le peuple musulman qui n’est pas attaqué (il n’y a jamais eu 150 musulmans massacrés par des terroristes anti-islam !) a pour défenseur l’État.

Le peuple non musulman pris pour cible ne peut se défendre ni compter sur l’État.

Il doit subir passivement.

L’Etat l’abandonne à l’emprise de l’idéologie mortifère que défendent ses assassins.

Toute riposte contre le peuple musulman ou contre l’Islam de la part de non-musulmans ou de musulmans très critiques est sévèrement sanctionnée par l’État. Un déluge de propagande (le fameux « vous n’aurez pas ma haine… ») neutralise toute riposte possible, toute colère.

Cinquième conséquence

Les dirigeants de l’Etat partent du postulat que les tueurs ne sont musulmans que par accident, ce qui leur permet de mettre l’Islam hors de cause

N’étant pas la cible directe des terroristes musulmans, les dirigeants ne se sentent pas personnellement concernés par le terrorisme et par l’islamisation du pays. Ils savent en outre que si l’Islam triomphe, ils conserveront leur position s’ils se convertissent ou collaborent.

Un pacte tacite, monstrueux lie les hauts dirigeants et les terroristes musulmans.

On constate, au fil des agressions, au fil du temps, qu’une sorte d’accord tacite liant terroristes et responsables se met en place. En signe de reconnaissance, les plus hautes instances de l’État se muent en défenseurs inconditionnels des prétentions de l’Islam radical, l’Islam étant globalement qualifié de religion d’amour et de paix.

Terroristes et responsables de tous bords montrent qu’ils poursuivent les mêmes buts :

  • Légitimer l’Islam;
  • favoriser son implantation et encourager son expansion.
  • Une propagande insidieuse appelle les citoyens à se « mélanger », à ne pas avoir peur, à s’ouvrir à l’autre, à pratiquer un improbable métissage culturel c’est-à-dire à abandonner leurs traditions séculaires « chrétiennes » pour adopter celles de la nouvelle religion montante.

Croix et autres crèches disparaissent de l’espace public tandis que prolifèrent mosquées et femmes voilées et que les principaux rites de la nouvelle religion s’imposent aux pouvoirs publics qui en font une véritable religion d’État.

On constate que les extrémistes musulmans ne sont inquiétés que s’ils tuent. La violence qu’ils exercent au quotidien sur leur entourage, est banalisée, normalisée. S’ils passent à l’acte, ils sont traités comme de simples criminels. Les dirigeants de l’Etat partent du postulat que les tueurs ne sont musulmans que par accident, ce qui leur permet de mettre l’Islam hors de cause. En agissant ainsi, ils répondent à une revendication majeure des terroristes.

Sixième conséquence

Après chaque assassinat, la répression s’abat avec plus de force sur ceux qui critiquent l’Islam, non sur ses adeptes y compris les plus radicaux.

D’un radicalisme à l’autre.

Les actes terroristes ont pour effet de radicaliser le pouvoir dans sa défense de l’Islam.

L’État et ses appareils se raidissent, rendant l’Islam intouchable.

Après chaque assassinat, la répression s’abat avec plus de force sur ceux qui critiquent l’Islam, non sur ses adeptes y compris les plus radicaux.

Les poursuites judiciaires contre les « libres-penseurs » se multiplient. Des historiens, des journalistes sont poursuivis devant les tribunaux pour avoir exprimé une opinion non conventionnelle. Celui qui critique l’Islam est stigmatisé ; il est accusé de « racisme », d’«islamophobie», de céder au «populisme»…

Une forme de persécution politique se met en place. Le poids de la censure ferme les bouches. Le silence règne. Sur ce point, la France offre un spectacle en tous points identique à celui que l’on constate dans les pays musulmans.

On chercherait en vain une réflexion politique sur les causes et les buts des tueurs musulmans.

On chercherait en vain une enquête sur les mobiles qui poussent chaque année plusieurs milliers de Français à se convertir à l’Islam, à partir se battre en Syrie ou ailleurs…

Après chaque attentat, le même scénario nous est servi, à savoir enquête de police ; considération sociale… influence de Daesh sur des éléments isolés… un point c’est tout.

Pourtant, la permanence du phénomène, son ampleur, devrait au minimum provoquer un débat au Parlement, dans la presse, les médias…

La question du rapport entre Islam et Islamisme radical devrait être posée.
Il n’en est rien.

Le silence de la représentation nationale sur cette question clé jette le discrédit sur un des fondamentaux de la démocratie. Qu’importe si la majorité du peuple déserte les urnes. Les tenants du pouvoir appliquent plus que jamais la règle d’or de toutes les mafias: la loi du silence, se coupant ainsi chaque jour un peu plus du peuple.

Tant que les tueurs prendront pour cible l’homme de la rue, des citoyens lambda… des Juifs, des journalistes qui ont osé critiquer l’Islam… les détenteurs des pouvoirs ne se poseront jamais la question des causes de ce terrorisme.

L’Islam pourra poursuivre son expansion en toute liberté, soumettre, convertir en masse les citoyens terrorisés. L’État et ses appareils sont là pour assurer sa défense et légitimer son implantation.

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

images

Huit morts dans un attentat à la voiture-bélier à New York

LES ETATS-UNIS D'AMERIQUE VUS DU CIEL

Découvrez les Etats-Unis d'Amérique vus du ciel

etats-unis_940x705

 

https://www.youtube.com/embed/KcuDdPo0WZk

 

(Image)-image-Etats-Unis-Arizona-Monument-Valley-200-fo_46323909-09032017

https://www.youtube.com/watch?v=p2X4U1mQzoE

 

_Image__image_Etats_Unis_Californie_San_Francisco_Vue_aerienne_de_Golden_Gate_Bridge_381_it_66868051_09032017

etats_unis_pont

cote_ouest_etats_unis

circuit_club_med_etats_unis_ouest_monument_valley

229

_Image__image_etats_unis_miami_panorama_26_fo_104827590

_Image__image_Etats_Unis_Miami_Palmiers_panorama_54_it_36756000_09032017

_Image__image_Etats_Unis_New_York_pont_17_38548010_09032017

_Image__image_Etats_Unis_New_York_Statue_Liberte_33_it_99300851_09032017

648x0

26

91_capitole_des_etats_unis

etats_unis_washington_maison_blanche_01

THE WHITE HOUSE

usa_flag

SP20170409_Tomahawk_1200

Posté par DIACONESCO_TV à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2017

RPPEL RAPPEL : LE VEAU D'OR NOUVEAU DIEU DE NOTRE TRISTE MONDE EN PERDITION !

LE POUVOIR DE L'OR

par Jim Rickards

 

LOR_LOGO_V1JS210915


Share Button

5947583-8863947-660x274

Pourquoi ? Quand ?

Le simple constat d’un effondrement de marché – même vu sous l’angle de la théorie de la complexité – intéresse finalement peu les investisseurs qui se préoccupent moins du pourquoi quelque chose s’achève que du quand. L’avidité joue un certain rôle. Même si les investisseurs s’accordent sur le fait que les marchés financiers vont s’effondrer, ils restent sur le navire jusqu’à ce que cela se produise. En fait, voici ce que disent les investisseurs : 

« Je sais qu’il y a une bulle, mais les gains sont si attractifs que je ne peux résister. Contactez-moi la veille du krach : je vendrai tout et je m’orienterai vers les liquidités, j’achèterai de l’or et je conserverai mes gains. Voici mon numéro de téléphone. »

Le souci, face à cette attitude, c’est que personne ne connaît ni le jour ni l’heure. Cette lacune ne provient pas d’un manque d’analyse : elle est tout bonnement scientifique.

L’essence de la complexité, ce sont que des changements invisibles des conditions initiales produisent des résultats radicalement différents. Les processus de marché sont non-linéaires et pratiquement non-déterministes. Il peut y avoir un lien de cause à effet entre le catalyseur et l’effondrement. Mais il est trop modeste pour être observable, et le timing est difficile à prévoir. Prévoir un krach boursier, c’est comme prévoir un séisme. Si l’on est sûr que l’évènement va se produire et que l’on peut en estimer la magnitude, personne ne sait jamais quand, exactement, il va se produire.

Des expériences scientifiques réalisées en laboratoire, notamment avec des sacs de sable (semblables à la dynamique du flocon de neige et de l’avalanche), de même que des simulations sur ordinateur s’appuyant sur des automates cellulaires, révèlent que des évènements extrêmes ont une distribution de degrés. Mais même en réalisant un million d’expériences, on ne peut prédire quel grain, exactement, va provoquer l’effondrement du tas de sable.

C’est l’instabilité systémique, et non un catalyseur individuel, qui détruit votre argent. Les investisseurs inquiets ne doivent pas se concentrer sur les flocons mais plutôt guetter l’avalanche. Toutefois, il est assez plaisant de rechercher des flocons.

Le flocon le plus sensationnel, ce serait peut-être l’annonce qu’une livraison d’or, destinée à une banque de premier plan, ne peut être réalisée. Pour les marchés, ce serait un choc équivalent à celui des défauts sur les prêts subprime de 2007. Une frénésie d’achat sur l’or, une super flambée des cours de l’or et une onde de choc sur les autres marchés seraient autant de conséquences prévisibles.

Photo-Lor-a-prix-dor

Or matière première − Or monnaie

L’or est la classe d’actif la moins bien comprise au monde. La confusion est due au fait que l’or se négocie comme une matière première alors que ce n’est pas une matière première mais bien une monnaie. Les pays détenant des dizaines de milliers de tonnes d’or dans leurs chambres fortes ne font rien pour établir cette distinction. Les banques centrales savent bien que l’or est une monnaie. Mais elles ne veulent pas que vous le sachiez, simplement.

Pourtant, la présence de 35.000 tonnes d’or dans des chambres fortes gouvernementales, soit environ 15% de tout l’or extrait à ce jour, témoigne bien du rôle monétaire que joue l’or en dépit des dénégations officielles. Même le FMI, qui a officiellement démonétisé l’or en 1974, en détient 2.800 tonnes. La Banque des Règlements Internationaux, en Suisse, connue pour son rôle de banque centrale des banques centrales, a 108 tonnes sur propre compte. Les banques centrales et les ministères des Finances ne possèdent pas des réserves de cuivre, aluminium ou d’acier. Pourtant, ils possèdent de l’or. La seule raison expliquant que les banques centrales stockent de l’or est évidente : l’or est une monnaie.

90167693_o

Or monnaie & monnaie fiduciaire

Mais le fait que les banques centrales privilégient des types de monnaie fiduciaire tels que le dollar et l’euro les force à jouer cette comédie vis-à-vis de l’or. La raison est la suivante : les banques centrales ont le monopole de la monnaie fiduciaire. Il n‘existe pas de monopole sur l’or. Pour l’instant…

L’une des conséquences de cette confusion sur la nature de l’or est la façon schizophrène selon laquelle l’or se négocie. Parfois, il se négocie en tant que matière première et réagit à l’inflation, à la déflation et aux changements intervenant sur les taux d’intérêt réels, tout comme n’importe quelle autre matière première. Les négociants du COMEX sont heureux de vendre des contrats à terme dits « front-month«  (contrats actuels), et d’acheter des contrats dits « back-month * » (contrats suivants) en réalisant un profit corrigé des coûts de stockage et de transport. C’est ce que l’on appelle le « contango » (opération de report). Les acquéreurs d’or institutionnels, tels que SAFE, un fonds souverain chinois secret, apprécient que les cours soient peu élevés car ils n’ont pas bouclé leur programme d’acquisition. Certains détenteurs d’or attendent en vain que les négociants de contrats à terme sur l’or notifient le COMEX qu’ils exigent une livraison d’or physique. Il n’y a pas assez d’or physique pour satisfaire cette demande. Les marchés à terme de l’or s’effondreraient rapidement si c’était le cas. Mais pourquoi les négociants exigeraient-ils une livraison ? Les banques et les courtiers gagnent beaucoup d’argent avec les pratiques actuelles. Il n’y a aucune raison, dans l’immédiat, que les petits intermédiaires ou les méga-institutions brisent une dynamique des cours de l’or dont ils tirent parti.

bijouterie

L’or : quelle valeur ?

Lorsque l’or s’envolera vers sa valeur monétaire intrinsèque de 10.000 $ l’once – par rapport à sa valeur actuelle de 1.250 $, qui est celle d’une matière première – ce ne sera pas dû à une révolte des intermédiaires, mais parce que le mécanisme de transmission entre l’or physique et le marché des dérivés de l’or cèdera.

La divergence entre la valeur perçue de l’or-matière première et sa valeur monétaire réelle penchera du côté de la monnaie. Les signes en sont visibles.

L’un d’eux s’est manifesté en novembre 2014, lorsque les cours de l’or ont nettement divergé de l’Indice des matières premières de Thomson Reuters (Thomson Reuters Continuous Commodity Index). L’or est l’une des composantes de cet indice, qu’il a étroitement suivi pendant des années. Cela n’a rien d’étonnant : la composante d’un indice est censée suivre l’indice dont elle fait partie. Et puis en novembre 2014, l’indice a accéléré à la baisse, alors que l’or s’échappait à la hausse. Cette divergence a persisté tout au long de 2016. Le mois de novembre 2014 marque la période à partir de laquelle l’or perçu en tant que monnaie a commencé à prendre le pas sur l’or perçu en tant que matière première.

images

L’envers du décor

D’autres signes sont moins visibles, mais tout de même plus intrigants. Le 18 juillet 2014, j’ai dîné avec un ami dans un club privé sélect, à New-York. Cet ami est l’un des négociants d’or physique les plus expérimentés dans le monde. Il m’a dit quelque chose de stupéfiant, mais qui correspond à ce que j’ai entendu à Hong-Kong et à Zurich.

Ce n’est pas en restant assis devant des écrans, à regarder les cotations, que l’on apprend beaucoup de choses sur l’or. L’or est physique, pas éphémère. Dans le domaine de l’or, les experts sont les négociants, les sociétés minières, les affineurs et les opérateurs qui assurent la logistique et la sécurité des chambres fortes, qui gèrent les véhicules blindés et les avions affrétés pour transporter l’or partout dans le monde. J’ai pour habitude de rencontrer ces experts de l’or physique dès que j’en ai l’occasion.

 

orenfusion

 

Le restaurant du club était dépourvu de fenêtre, son éclairage tamisé. Ses murs, ornés des traditionnelles boiseries et imposantes moulures, étaient littéralement couverts de toiles, des nus pour la plupart, conférant au lieu une atmosphère de bohème. Ce club était l’endroit idéal pour évoquer l’or, cette monnaie « old-school« . C’est ce que nous avons fait en dégustant des huitres, du crabe en mue et un champagne millésimé.

Cet ami négociant avait été témoin d’un étrange incident, en 2009, impliquant HSBC, une banque dite « too big too fail«  et l’un des plus grands négociants d’or au monde. HSBC possède une chambre forte sur la 39ème West Street à Manhattan, près de la bibliothèque de New-York. L’extérieur de la chambre forte est quelconque, inaperçue aux yeux des milliers de personnes qui passent devant chaque jour. Les véhicules blindés venus livrer ou charger de l’or accèdent à ses trois quais de chargement par la 39ème rue. Un véhicule blindé à double-essieu stationne souvent à proximité d’un des quais pour acheminer l’or vers une chambre forte de la Brinks, beaucoup plus vaste, située à l’aéroport JFK, dans le Queens. L’or est expédié par avion de JFK partout dans le monde, vers des destinations telles que la Suisse et Shanghai.

Derrière les portes du quai de chargement, se trouve une salle de comptage. Les négociants effectuant de petites livraisons peuvent arriver à pied, avec des pièces ou des lingots qu’ils transportent dans des sacs de postier. Cette salle de comptage est entourée de vitres blindées. Ainsi, les négociants se tenant à un endroit de la salle peuvent observer l’activité qui se déroule autour d’eux. Mon ami se trouvait dans cette salle afin de déposer 100 onces en pièces. Il a remarqué qu’une livraison beaucoup plus importante, de barres de 400 onces, était en cours de déchargement sur le quai adjacent. Malicieusement, il a interpelé l’employé de la salle en lui lançant « Hé ! Je vous échangerais bien ces pièces contre ces barres d’or, là-bas ». L’employé a baissé les yeux et confié, à voix basse : « Vous n’avez pas intérêt à le faire, ces pièces-là ont plus de valeur », ce qui sous-entendait que les barres en question étaient « saupoudrées » ou partiellement contrefaites.

Peu de temps après cet incident, HSBC a brutalement annoncé qu’elle mettait fin à ses activités de stockage d’or, excepté pour ses clients les plus importants. Les comptes de taille modeste et intermédiaire ont été priés de partir et d’emporter leurs pièces avec eux. Beaucoup d’employés ont été licenciés, y compris celui qui avait signalé à mon ami cet or contrefait. La femme qui pilotait les opérations de dépôt depuis plus de vingt ans, Stephanie Schiffman, est morte dans son sommeil… bien avant l’heure.

7787488081_de-l-or-illustration

Or contrefait

L’histoire ne s’arrête pas là. Peu de temps après, la Chine a identifié une livraison d’or contrefait : il s’agissait de fausses barres recouvertes d’or, provenant de HSBC. La banque agissait comme intermédiaire, dans cette transaction. L’origine des fausses barres n’a pas été divulguée par la Chine. La Chine a exigé une livraison de remplacement qu’HSBC s’est empressée d’effectuer. Toute cette affaire a été étouffée et vite oubliée. Depuis 2009, la Chine a énormément étendu ses activités minières et ses capacités d’affinage. Désormais, elle est moins dépendante de l’Occident, en termes d’approvisionnement. La Chine se protège également des contrefaçons provenant des banques en exigeant que les anciennes barres de 400 onces, achetées à des sources occidentales, soient affinées en Suisse et transformées en barres d’1 kg, d’un degré de pureté plus élevé. Il n’y a aucun intérêt à livrer des barres de contrefaçon à un affineur car la supercherie est immédiatement décelée lorsque l’or est fondu. Les fausses barres de 400 onces restent en Occident.

Les transactions d’or-papier sont adossées à un stock d’or physique qui s’amenuise. Les contrefaçons chinoises sont symptomatiques des tensions régnant sur l’or physique. Mon ami négociant m’a confié que l’approvisionnement était très tendu. Les commandes d’une dizaine de tonnes, voire plus, sont difficiles à satisfaire. La loi américaine exige que les ventes à terme se soldent par une livraison sous 28 jours. Sinon, ces ventes se voient requalifier en contrats à terme (« futures »), qui sont illégaux à moins d’être négociés sur les marchés à terme réglementés. Dans le contexte actuel, où le marché est tendu, cette loi est régulièrement ignorée dans la mesure où les négociants ont du mal à réaliser une livraison dans le délai imparti. Le gouvernement américain n’a manifesté aucun intérêt à faire appliquer la loi. Si l’on ajoute ces ventes à terme illégales au nombre de positions ouvertes déclarées sur les marchés à terme, on comprend mieux que cette pyramide inversée des dérivés de l’or repose sur de moins en moins d’or physique.

index

Réserve flottante & réserve totale

L’or physique qui constitue le socle de cette pyramide inversée représente la réserve flottante. Elle se distingue de la réserve totale. La réserve flottante est composée de l’or disponible pouvant être livré rapidement pour soutenir l’activité des négociants. La réserve totale, quant à elle, est constituée de tout l’or physique présent dans le monde. La majeure partie de l’or est stockée dans des chambres fortes privées ou bien portée sous forme de bijoux. Cet or ne peut être livré rapidement pour soutenir les échanges. Cette distinction est importante. Cette différence entre réserve flottante et réserve totale pèse directement sur la manière dont l’impossibilité de livrer de l’or physique pourrait dégénérer en frénésie d’achat généralisée.

5947583-8863947-660x274

Or en location

L’or stocké dans les banques centrales occidentales, au FMI et à la BRI, fait partie des réserves flottantes mises à disposition du marché pour la location (« leasing »). Une fois qu’un certificat est obtenu, via leleasing, par une banque habilitée à négocier l’or (« bullion bank« ), cet or est utilisé afin de réaliser des ventes à terme d’or non alloué. Le terme « non-alloué » est un euphémisme. Cela signifie que l’acheteur se positionne sur le cours de l’or, via un contrat-papier, et non sur de l’or physique. Une tonne d’or allemand, conservée en dépôt à la Réserve Fédérale de New-York et louée par l’intermédiaire de la BRI à Goldman Sachs à Londres, peut servir à adosser des ventes à terme équivalant à 10 10 tonnes d’or. Tous les acheteurs d’une fraction de ces 10 10 tonnes pensent détenir réellement de l’or. Mais il n’y a qu’une seule tonne d’or en contrepartie de ces 10 tonnes. Même cette tonne d’or physique peut être louée et retirée du marché par le loueur.

Lorsque de l’or provenant des banques centrales est vendu au gouvernement chinois et expédié à Shanghai, il est « enfoui », mis en stockage quasi-perpétuel, et n’est plus disponible à la location. La réserve totale demeure la même, mais la réserve flottante diminue. Il en est de même lorsque des pays tels que l’Allemagne et les Pays-Bas rapatrient leur or physique de la Réserve Fédérale de New-York vers les chambres fortes d’Amsterdam et de Francfort. Légalement, cet or pourrait être loué par l’Allemagne ou les Pays-Bas, mais le marché de la location n’est pas très développé dans ces deux pays. Le leasing se concentre à New-York et à Londres, où le droit commercial est clair et la jurisprudence rassure énormément les parties effectuant des transactions, s’agissant du caractère exécutoire des contrats. Donc, le rapatriement de l’or vers l’Europe diminue la réserve flottante.

gold-and-dollars

Or substitué, ou détourné

Elle diminue également à mesure que les investisseurs exigent que leur or soit transféré des chambres fortes de banques, telles qu’UBS ou Crédit Suisse, vers des chambres fortes privées exploitées par Loomis ou Brinks. L’or stocké dans la chambre forte d’une banque est mis à disposition des activités de leasing ou des multiples ventes d’or non alloué. Ce n’est pas le cas de l’or stocké dans des chambres fortes privées. Des responsables de chambres fortes privées m’ont personnellement confirmé ces transferts, opérés des chambres fortes bancaires vers des chambres fortes privées.

Il existe une autre faille, sur le marché de l’or : la substitution illégale de barres allouées. Certains acheteurs possèdent de l’or totalement alloué, ce qui signifie qu’ils détiennent un titre de propriété lié à des barres spécifiques, et non un simple contrat-papier. Les barres de 400 onces aux normes « good delivery«  sont estampillées pour faire apparaître les informations suivantes : le nom de l’affineur, de l’essayeur, le poids spécifique (qui peut être de +/- 400 onces), la date à laquelle la barre a été fondue, sa pureté (qui peut varier de 99,50% à 99,99%), et un numéro de série unique. Grâce à ces estampilles d’identification, chaque barre d’or est unique. Mais l’or est fongible. Cela a toujours fait partie de son charme. J’ai entendu d’innombrables histoires concernant des investisseurs qui avaient exigé livraison de leur or physique et reçu des barres portant d’autres dates, ou d’autres origines de fabrication que celles mentionnées sur leurs titres. Cela signifie que les barres d’origine ont été détournées, et d’autre barres livrées en remplacement. Les destinataires protestent rarement car cela reste de l’or. C’est vrai, sous réserve que les barres de substitution ne soient pas des contrefaçons. Tout cas de substitution prouve que l’or se raréfie.

Toutes ces tendances – le fait que les entrepôts du COMEX se vident, le rapatriement de l’or vers l’Europe, les acquisitions d’or de la Chine, le stockage de l’or dans des chambres fortes situées hors des banques, les substitutions illégales et l’or de contrefaçon – s’accélèrent. Par conséquent, la pyramide inversée des dérivés de l’or s’amplifie et repose sur un socle d’or physique réduit. Des pénuries, retards et fraudes sur les livraisons d’or apparaissent. Pour l’instant, les acteurs du marché font fi de ces dysfonctionnements, heureux d’obtenir de l’or, même s’ils sont confrontés à des retards.

Comme les initiés se rendent compte de cette pénurie d’or physique, une phase de transition apparaît. Ceux qui détiennent des certificats, mais non de l’or physique, commencent à en demander livraison. Cette tendance se remarque dans les récentes démarches entreprises par l’Allemagne et les Pays-Bas en vue de rapatrier leur or. Les demandes d’or physique apparaissent également sur les rapports de la Réserve Fédérale de New-York relatifs aux dépôts d’or. En 2014, l’or conservé en dépôt à la FED a chuté de 177,64 tonnes. Plus de la moitié de cette baisse s’est produite sur un court laps de temps de deux mois : en octobre et novembre 2014. Ce mouvement a été unilatéral. Les dépôts d’or n’ont augmenté sur aucun mois. Ces retraits d’or physique, précipités, se sont produits au moment où les cours de l’or ont divergé par rapport à l’indice des prix des matières premières. La coïncidence des retraits, ainsi que cette divergence des cours, concordent avec l’opinion selon laquelle l’or est une monnaie, et qu’il est rare.

Ces tendances ne sont connues que des spécialistes et des initiés. Le grand public et les responsables politiques américains ne sont pas sensibilisés à leurs conséquences. La pénurie d’or physique par rapport aux contrats, ainsi que la nervosité des parties contractantes concernant la bonne livraison, ont déclenché une frénésie de retraits, classique dans le secteur bancaire sauf qu’en elle concernait l’or.

Cette dynamique rappelle la situation du marché de l’or de 1968 à 1971, lorsque les Européens se sont mis à convertir leurs dollars en or puisé à Fort Knox, ce qui a conduit le président Nixon à fermer le guichet de l’or le 15 août 1971. Aujourd’hui, l’or n’a pas de cours fixe et ne provient pas de Fort Knox, mais de dépositaires privés tels que la Réserve Fédérale et les émetteurs d’ETF. Mais les dynamiques sont similaires.

femme-or-maquillage

Vers la rupture des livraisons

Le contexte est propice à l’annonce de ruptures de livraison. Lorsque cela se produira, les détenteurs d’or-papier voudront tous récupérer de l’or physique en même temps. Le cours flambera tandis que les intermédiaires se débattront pour acheter un or physique de plus en plus rare, et pouvoir tenir leurs promesses de livraison. Les institutions qui, jusque-là, ne s’intéressaient pas à l’or, voudront soudain de l’or pour leurs portefeuilles, ce qui boostera la hausse des cours. […] Le résultat final, ce sera la glace-neuf appliquée à l’or. Les marchés de l’or suspendront les transactions. Les contrats seront résiliés et réglés en dollars au dernier cours de clôture. Les contreparties seront perdantes sur une future appréciation des cours et l’accès à l’or physique. Ceux qui ne détiennent pas d’or ne pourront pas s’en procurer, quel que soit le cours.

Le système financier aura de la chance si la ruée sur l’or se cantonne à l’or et ne se propage pas aux autres marchés. Cela paraît peu probable. Les crises financières sont contagieuses. Même si une ruée sur l’or est rapidement circonscrite, cela ne signifie pas que les marchés financiers sont stables. Il existe d’autres flocons.

Jim Rickards

 

LOR_LOGO_V1JS210915LOR_LOGO_V1JS210915LOR_LOGO_V1JS210915

 

Lorsqu’une subdivision est considérée comme ayant un marché liquide en ce qui concerne une tranche de maturité spécifique et que la subdivision correspondant à la tranche de maturité suivante est considérée comme n’ayant pas un marché liquide, le premier contrat suivant (back month) est considéré comme ayant un marché liquide deux semaines avant l’expiration du contrat actuel (front month).

Source : http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:32017R0583&from=FR

 

goldfinger-04

 

**********************************************************

 

Lingots et pépites d'or

Bientôt une pénurie totale d'or?

© Fotolia/ Ded Pixto
LU DANS LA PRESSE
11:37 02.11.2017(mis à jour 11:49 02.11.2017)URL courte
Vestifinance.ru
Traduction de la presse russe (novembre 2017) (8)
64466122

Ces dernières années, notamment après la crise mondiale de 2008-2009, plus personne ne pense à l'or. Par ailleurs, de moins de moins de nouveaux gisements sont découverts, ce qui pourrait provoquer un déficit de fournitures et une hausse des prix à terme.

Selon Vestifinance.ru Pierre Lassonde, cofondateur et président de l'entreprise Franco-Nevada, a déclaré dans une interview à la revue financière allemande Finanz une Wirtschaft qu'actuellement on assistait à une diminution palpable du nombre de grands gisements d'or. Les mines d'or légendaires comme Witwatersrand en Afrique du Sud, Carlin Trend au Nevada et Super Pit en Australie connaîtront bientôt la fin de leur cycle de vie et pourraient rapidement disparaître.

A long et moyen terme, cela pourrait entraîner un déséquilibre de l'offre et de la demande, et au final exercer une pression conséquente sur le prix de l'or.

A la fin du XXe siècle, au moins ungisement de 50 millions d'onces était découvert chaque décennie, ainsi qu'au moins 10 mines de 30 millions d'onces et encore plus de mines de 5-10 millions d'onces. Mais l'analyse de la situation ces 15 dernières années met en évidence l'impossibilité de découvrir de nouveaux gisements de 50 millions et de 30 millions d'onces, ainsi qu'extrêmement peu de gisements de 15 millions d'onces.

En effet, les compagnies ont dû réduire le budget qu'elles allouaient aux explorations géologiques suite à la diminution des prix de l'or. Plus tôt cette année, la compagnie S&P Global Market Intelligence a rapporté que le budget total des compagnies chargées de l'exploitation des métaux non ferreux pour l'exploration s'était réduit pour la quatrième année consécutive en 2016.

 

Les budgets ont chuté à 6,9 milliards de dollars, au plus bas depuis 11 ans. Malgré une hausse des dépenses cette année, elles restent significativement inférieures par rapport au pic de 2012.

Étant donné que l'exploitation d'un nouveau gisement nécessite sept ans en moyenne avant le début de la production, l'extraction pourrait diminuer encore plus rapidement dans les années à venir.

«En réalité, peu importe quel sera le prix de l'or ces prochaines années. La production se poursuit, ce qui signifie que l'augmentation des prix de l'or pourrait être très intensive», a déclaré Pierre Lassonde.

D'autres facteurs contribuent à la baisse, notamment les règles plus strictes et les frais de production plus élevés. Contrairement à l'industrie pétrolière, la méthode de fracturation hydraulique n'a pas encore été inventée pour permettre d'extraire de l'or dans les régions difficiles d'accès, même si Barrick, le plus grand producteur mondial, a effectué des expériences dans son projet Cortez au Nevada.

L'an dernier, les experts ont déclaré qu'un facteur supplémentaire susceptible de réduire l'exploitation de nouveaux gisements était le fait que la production était réalisée à des niveaux peu profonds. Les chercheurs doivent à présent creuser plus en profondeur et travailler dans des conditions plus extrêmes pour découvrir des gisements économiquement rentables.

Il suffit de voir la chute de la production annuelle en Afrique du Sud, autrefois le plus grand producteur d'or du monde. Dans les années 1880, à Witwatersland en Afrique du Sud, a été découvert un gisement abritant plus de 40% de la quantité totale d'or extrait de toute l'histoire de l'humanité. Cela a transformé Johannesburg en l'une des plus grandes villes du monde. Aujourd'hui, l'économie de l'Afrique du Sud est la plus stable de l'Afrique subsaharienne grâce à l'or.

Plus de 1.000 tonnes métriques ont été extraites en 1970 — une quantité incroyable. Et depuis, la production chute. Au pic de la production en Afrique du Sud en 2016 seulement 167,1 tonnes ont été extraites — une chute de 83% par rapport au pic de 1970. Les mineurs d'or de la fameuse mine de Mponeng, déjà la plus profonde du monde — elle s'enfonce à 2,5 milles — continuent de creuser dans le sol.

 

La même diminution menace l'Australie ces 40 prochaines années. La première étude réalisée par MinEx Consulting et parue ce mois-ci indique que dans ce pays la production d'or entamera une baisse significative à partir d'aujourd'hui et jusqu'en 2057. D'ici là, 67 des 71 gisements actuels seront épuisés. La plupart d'entre eux fermeront d'ici une vingtaine d'années.

Toute production supplémentaire dépendra du succès des explorations, qui seront de plus en plus difficiles si les compagnies n'investissent pas et si le gouvernement australien n'assouplit pas les règles d'extraction.

Selon MinEx, «pour que l'industrie minière d'or australienne puisse maintenir la production au niveau actuel à long terme, il sera nécessaire soit de doubler la somme dépensée pour l'exploration, soit de doubler l'efficacité des travaux d'exploration».

Les grands gisements n'ont toutefois pas complètement disparu. En mars, il a été rapporté que Shandong Gold Group, le deuxième plus grand producteur chinois, avait découvert un gisement dans l'est de la Chine abritant entre 380 et 550 tonnes d'or. Il s'agirait du plus grand gisement du pays dont la durée d'exploitation serait de 40 ans à partir du début des opérations.

 

De plus, ce mois-ci, Kitco a rapporté que la Seabridge Gold implantée à Toronto avait découvert un important gisement d'or en Colombie-Britannique. Cette découverte a été faite après le recul d'un glacier. Selon les estimations, il contient la quantité impressionnante de 780 tonnes métriques.

«Il ne fait aucun doute qu'au fur et à mesure de la fonte des glaciers les capacités d'exploration seront élargies. Il sera possible de faire davantage de découvertes dans cette région», a déclaré à Kitco le directeur général de Seabridge Rudi Fronk. La compagnie a déjà reçu l'autorisation pour lancer l'extraction.

Les dépenses pour l'exploration montent en flèche. D'après S&P Global Market Intelligence, elles ont augmenté sur 12 mois, selon les informations de septembre, pour la première fois depuis 2012. Les budgets ont grimpé de 14% en glissement annuel jusqu'à 7,95 milliards de dollars. Au cours de cette période, les compagnies de production d'or ont dépensé environ 4 milliards de dollars pour l'exploration, soit près de la moitié de tous les budgets pour l'extraction de métaux non ferreux.

 

Comme la recherche devient de plus en plus coûteuse, les grands producteurs pourraient décider d'acquérir des sociétés plus petites avec des projets vérifiés et rentables.

Cela pourrait représenter une grande valeur pour les investisseurs et il faut donc surveiller les «juniors» ciblés par des absorptions. Par exemple, dans l'industrie minière australienne, on constate une certaine augmentation des transactions par rapport à l'an dernier selon le rapport de septembre de BDO. L'an dernier, Goldcorp a signé un contrat pour acheter le junior Kaminak Gold à Vancouver, et en mai de la même année el Dorado a annoncé l'acquisition d'Integra Gold pour 590 millions de dollars.

Pierre Lassonde pense que l'or doit représenter 5 à 10% du portefeuille des investisseurs.

Posté par DIACONESCO_TV à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 octobre 2017

LE MONDE N'EST PLUS UNIPOLAIRE AVEC L'AMERIQUE MAIS DEVIENT MULTIPOLAIRE AVEC LA RUSSIE ET LA CHINE REUNIES !

Faillite d’un empire : la stratégie militaire de la Russie et de la Chine pour contenir les États-Unis

Chine_Russie_20171025_1728x800_c

SOURCE : 25 octobre 2017 Géopolitique Réseau International

SOURCE : image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/10/Chine-Russie-20171025-1728x800_c.jpg

 

Partager la publication "Faillite d’un empire : la stratégie militaire de la Russie et de la Chine pour contenir les États-Unis"

En examinant le paysage politique mondial au cours du dernier mois, deux tendances deviennent plus apparentes. La puissance militaire et économique dont dispose l’Amérique est en déclin, alors que dans le domaine multipolaire, une série d’infrastructures, de mécanismes et de procédures ont été accélérés pour contenir et limiter les effets négatifs du déclin du moment unipolaire américain. Cette série de trois articles se concentrera d’abord sur l’aspect militaire des changements en cours, puis sur l’économie en jeu et enfin sur la façon et les raisons pour lesquelles les petits pays passent du camp unipolaire au domaine multipolaire.

L’une des conséquences les plus tangibles du déclin du pouvoir militaire américain peut être observée dans le conflit syrien. Au cours des dernières semaines, l’armée arabe syrienne (AAS) et ses alliés ont achevé la libération historique et stratégique de Deir ez-Zor, ville assiégée depuis plus de cinq ans par des islamistes d’al-Qaïda et de Daech. L’accent est maintenant mis sur les champs de pétrole au sud de la ville libérée, avec une course effrénée entre les forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis et l’armée syrienne (AAS) pour libérer les territoires encore détenus par Daech. Le but final est de revendiquer les ressources de la Syrie et de renforcer la faible position américaine – les États-Unis ne font même pas partie des pourparlers de paix d’Astana – dans les futures négociations concernant l’avenir du pays. Pour comprendre à quel point les États-Unis rêvent de diviser la Syrie, il suffit de noter leurs échecs répétés dans la libération d’Alep puis de Deir ez-Zor, et maintenant pour la traversée de l’Euphrate. Malgré les intimidations américaines, les menaces et parfois même l’agression directe, l’armée syrienne a continué à travailler contre Daech dans la province de Deir ez-Zor, avançant sur des sites riches en pétrole. Grâce à la protection accordée par l’armée de l’air de la Fédération de Russie pendant le conflit, Damas a obtenu un parapluie protecteur nécessaire pour résister aux tentatives des États-Unis de balkaniser le pays.

1033551107

Une nouvelle confirmation de la stratégie ratée de Washington pour diviser le pays à la yougoslave, semble évidente au vu du réalignement stratégique des alliés les plus fidèles de Washington dans la région et au-delà. Au cours des dernières semaines, plusieurs réunions ont eu lieu à Astana et à Moscou entre Poutine et Lavrov avec leurs homologues turcs, saoudiens et israéliens. Ces réunions ont tracé les lignes directrices pour l’avenir de la Syrie grâce aux lignes rouges de Moscou, en particulier concernant le désir d’Israël de poursuivre le changement de régime en Syrie et son attitude agressive envers l’Iran. Même les alliés les plus fidèles des États-Unis commencent à planifier un avenir en Syrie avec Assad comme président. Les alliés américains ont commencé à montrer un changement pragmatique vers une réconciliation avec les factions qui gagnent manifestement la guerre et vont décider du futur. Les rêves et les désirs de longue date des cheikhs (Arabie Saoudite) et des sultans (Erdogan) pour refaçonner la Syrie et le Moyen-Orient à leur image sont terminés et ils le savent. Les alliés de Washington ont été déçus, les États-Unis étant incapables de tenir leurs promesses de réaliser un changement de régime à Damas. Les conséquences pour les États-Unis viennent de commencer. Sans une posture militaire capable de faire plier adversaires et amis à leur volonté, les États-Unis devront commencer à faire face à une nouvelle réalité qui implique compromis et négociation, ce à quoi les États-Unis ne sont pas habitués.

Un exemple de ce qui peut arriver si Washington décide d’aller contre un ancien allié peut être vu dans la crise du Golfe impliquant le Qatar. Depuis le début de l’agression contre la Syrie, le petit émirat a été au centre de complots et de projets visant à armer et à financer des djihadistes au Moyen-Orient et en Syrie. Cinq ans plus tard, le Conseil de coopération du Golfe, après avoir dépensé des milliards de dollars sans avoir rien obtenu en Syrie, a plongé dans une lutte fratricide entre le Qatar et d’autres pays comme l’Arabie Saoudite, le Koweït, les EAU et l’Égypte. Ces derniers accusent Doha de financer le terrorisme, une vérité indéniable. Mais ils omettent de reconnaître leurs propres liens avec les djihadistes (l’Égypte dans ce cadre est exclue, se battant continuellement avec des terroristes inspirés par les Frères musulmans dans le Sinaï), montrant une hypocrisie avec laquelle seuls les grands médias peuvent rivaliser.

Les conséquences des actions de Riyad contre Doha, appuyées par une grande partie de l’establishment américain, semblent avoir, presque six mois plus tard, poussé le Qatar et l’Iran à rouvrir des relations diplomatiques. Ce sont deux pays qui, pendant des années, ont été opposés au cours de nombreux conflits au Moyen-Orient, reflétant les contrastes et les divisions dictés par les positions respectives de Téhéran et de Riyad. Cela ne semble plus être le cas, Doha et Téhéran se sont rapprochés et contournent les sanctions et les blocages, surmontant leurs difficultés communes. Ce changement ne peut être vu, par Riyad, que comme un échec stratégique.

En regardant six ans en arrière on constate que l’une des raisons de l’éruption du conflit en Syrie a tout à voir avec le fameux pipeline que l’Iran avait l’intention de construire pour relier l’Irak et la Syrie. Ce qui est incroyable, c’est que la fin du conflit verra la construction d’un nouveau pipeline entre les pays qui ont eu pendant des années des objectifs stratégiques opposés et divergents. L’Iran et le Qatar sont actuellement en train de conclure des accords commerciaux, et des rumeurs prétendent qu’un effort conjoint pour construire un nouveau pipeline, qui devrait traverser l’Irak et la Syrie pour aboutir en Méditerranée, est en cours. L’idée est d’exploiter en commun le plus grand gisement de gaz du monde et devenir ainsi un nouveau fournisseur pour l’Europe, qui cherche à diversifier ses importations d’énergie. Riyad et Washington devront assumer l’entière responsabilité de cet échec de proportion phénoménale.

Un signe clair de la rapidité avec laquelle les choses changent dans la région, et au-delà, vient d’Israël. Même l’État juif a dû renoncer à tout rêve d’expansion territoriale en Syrie, malgré plusieurs tentatives de Netanyahou pour persuader Poutine du danger existentiel auquel Israël est confronté avec la présence de l’Iran en Syrie. Poutine, intelligent et pragmatique, est capable de faire savoir à Israël que toute demande d’imposer des conditions à la Russie ou à ses alliés en Syrie sera fermement rejetée. Mais en même temps, Moscou et Tel-Aviv continueront à entretenir de bonnes relations. Les figures politiques russes sont bien trop intelligentes pour jouer un double jeu avec leurs alliés de longue date en Syrie ou pour sous-estimer la capacité d’Israël à perturber la région en la plongeant dans le chaos. En outre, Assad a invité la Russie en Syrie, ainsi que l’Iran et le Hezbollah. Même si Poutine était disposé à aider Netanyahou, ce qui est douteux, le droit international l’interdit. Si quelque chose est clair, c’est que Moscou respecte le droit international comme peu de pays le font. Toutes les autres nations étrangères opérant en Syrie ou survolant les cieux syriens n’ont pas le droit d’y être, pour commencer, et encore moins d’imposer des décisions à un pays souverain.

Si Tel-Aviv avait pour objectif d’étendre la frontière illégale sur le plateau du Golan en procédant à un changement de régime, la situation est complètement différente six ans plus tard. L’Iran a étendu son influence en Syrie grâce à l’aide fournie à Damas dans la lutte contre le terrorisme. Le Hezbollah a augmenté son expérience et son arsenal militaire, en élargissant son réseau de contacts et de sympathisants à travers le Moyen-Orient. Le Hezbollah et l’Iran sont considérés comme des artisans de la paix au Moyen-Orient, jouant un rôle positif dans la lutte contre le fléau du terrorisme djihadiste, ainsi que contre Israël et l’Arabie Saoudite, qui ont essayé d’aider les organisations terroristes avec des armes et de l’argent. Washington, Riyad et Tel-Aviv se retrouvent six ans plus tard dans un environnement totalement différent, avec des voisins hostiles, des amis moins collaboratifs et, en général, un Moyen-Orient en orbite autour des sphères d’influence iranienne et russe.

Un autre indicateur du déclin des Américains en termes militaires apparaît clairement dans la péninsule coréenne. La RPDC a construit une capacité nucléaire complète grâce à un programme de développement qui ne s’est guère préoccupé des menaces américaines, sud-coréennes et japonaises. L’impératif pour Pyongyang était de créer un moyen de représailles nucléaires capable de dissuader les nombreux décideurs américains souhaitant imposer un changement de régime en Corée du Nord. L’importance stratégique d’un changement de régime en RPDC suit la stratégie de confinement et d’encerclement de la République populaire de Chine, une doctrine bien connue sous le nom de pivot vers l’Asie, et qui a échoué.

En dehors de la dissuasion nucléaire de la Corée du Nord, les États-Unis sont incapables d’attaquer celle-ci, car elle a patiemment mis en place des moyens conventionnels dissuasifs. Trump et ses généraux continuent la rhétorique du feu et des flammes, entraînant Séoul et Tokyo dans un dangereux jeu d’escalade entre deux puissances nucléaires. Sans surprise, les mots de Trump inquiètent tout le monde dans la région, en particulier la République de Corée du Sud, qui paierait le prix le plus lourd si la guerre éclatait. À la lumière de cette évaluation, il convient de souligner que l’option militaire est tout simplement impensable, Séoul et peut-être même Tokyo étant prêts à rompre avec l’allié américain en cas d’action unilatérale désastreuse contre Pyongyang.

Kim Jong-un, ainsi que Assad et d’autres dirigeants du monde confrontés à la pression de Washington, ont pleinement compris et tiré parti de la baisse du pouvoir militaire américain. Trump et son cercle proche de généraux menacent complètement dans le vide, incapables de changer le cours des événements dans différentes régions du monde, du Moyen-Orient à la péninsule coréenne. Que ce soit par l’action directe ou par procuration, on voit peu de changements et les résultats sont toujours les mêmes, montrant un échec continu dans les objectifs et les intentions.

La règle sous-jacente qui guide les décideurs américains est que si un pays ne peut pas être contrôlé, comme l’Arabie Saoudite, et ne servir que les intérêts américains à travers quelque chose comme le pétrodollar, ce pays est inutile et doit être détruit afin d’empêcher d’autres concurrents d’élargir leurs liens avec lui. L’exemple libyen est encore frais dans l’esprit de tout le monde. Heureusement pour le monde, la Russie est intervenue militairement, et à plus d’une occasion, elle a saboté ou dissuadé l’armée américaine de prendre des mesures imprudentes comme en Ukraine, en Syrie et en Corée du Nord.

En ce sens, la défaite d’Hillary Clinton, plus que la victoire de Trump, semble avoir insufflé un sens à cet empire en déclin, si l’on ne tient pas compte de la forte rhétorique persistante. On ne peut que frémir en imaginant une présidence de Clinton dans l’environnement actuel, avec une ruée prévisible à toute vitesse vers un conflit avec la Russie, en Ukraine et en Syrie ou une impasse nucléaire avec la RPDC en Asie.

Trump et ses généraux s’adaptent lentement à une nouvelle réalité où il n’est pas seulement impossible de contrôler les pays, mais où il est de plus en plus difficile de les détruire. La vieille doctrine du chaos constructeur, imposée au monde en vue d’émerger, une fois que la poussière est retombée, en tant que puissance hégémonique, apparaît maintenant comme un lointain souvenir. En regardant le Moyen-Orient, même la Syrie, malgré une destruction sans précédent, est sur la voie de la reconstruction et de la pacification.

1032577390

La puissance militaire russe et la puissance économique chinoise ont ainsi joué un rôle inestimable dans le blocage de la machine de guerre américaine.

La Corée du Nord a même franchi une étape supplémentaire en construisant un moyen dissuasif nucléaire et conventionnel, empêchant les États-Unis d’influencer les événements nationaux en provoquant la destruction et le chaos.

Bien que cette réalité soit difficile à digérer pour Washington, il doit l’accepter. Après presque soixante-dix ans de chaos impérialiste et de destruction partout dans le monde, les amis et les ennemis de l’Amérique commencent à réagir à cette situation. Washington se retrouve avec un président plein de bruit et de fureur, mais la posture militaire crédible n’est plus qu’une chose du passé.

Les mécanismes financiers qui ont permis ces dépenses militaires aveugles reposent sur le lien intrinsèque entre le dollar, le pétrole et le rôle de l’argent américain comme monnaie de réserve mondiale. La transition de l’ordre mondial d’une réalité unipolaire à une réalité multipolaire est profondément liée aux stratégies économiques et diplomatiques de la Russie et de la Chine. Plus loin on explorera le rôle de l’or, de l’investissement, de la diplomatie et du petro-yuan, autant de facteurs décisifs qui ont accéléré la transformation et la division du pouvoir à l’échelle mondiale.

Federico Pieraccini

Source Strategic Culture

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

via:http://lesakerfrancophone.fr/faillite-dun-empire-la-strategie-militaire-de-la-russie-et-de-la-chine-pour-contenir-les-etats-unis


En savoir plus sur

http://reseauinternational.net/faillite-dun-empire-la-strategie-militaire-de-la-russie-et-de-la-chine-pour-contenir-les-etats-unis/#Hg2D8olRCLQfp0uA.99

************************************************************************************************

carte_geographique_chine

La Chine et la Russie ont un plan pour détrôner le dollar. Si elles réussissent, le monde se réjouira

SOURCE : http://lesakerfrancophone.fr/la-chine-et-la-russie-ont-un-plan-pour-detroner-le-dollar-si-elles-reussissent-le-monde-se-rejouira

 

carte_russie

LA CHINE ET LA RUSSIE SONT LES PLUS GRANDS PAYS DU MONDE PAR LE NOMBRE DE LEURS POPULATIONS ET DE LA SURFACE GEOGRAPHIQUE DE LEURS TERRITOIRES


Dans un monde où le choix consiste trop souvent à se soumettre à la domination impériale, ou à souffrir du chaos provoqué par la vengeance de l’empire, les changements financiers qui se produisent sont pour une grande partie du globe un développement bienvenu, et depuis longtemps attendu.


Par Federico Pieraccini – Le 6 octobre 2017 – Source Strategic Culture via Russia Insider

Si nous voulions identifier le seul carburant qui alimente l’impérialisme américain et ses aspirations à l’hégémonie mondiale, le rôle du dollar américain prendrait une place évidente.

Une exploration en profondeur des effets du dollar sur l’économie mondiale est donc nécessaire pour comprendre les développements géopolitiques conséquents survenus au cours des dernières décennies.

 

La raison pour laquelle le dollar joue un rôle aussi important dans l’économie mondiale est due aux trois facteurs principaux suivants : le pétro-dollar ; le dollar comme monnaie de réserve mondiale ; et la décision de Nixon, en 1971, de supprimer la convertibilité du dollar en or.

Comme il est facile de le deviner, le pétro-dollar a fortement influencé la composition du panier de DTS [droits de tirages spéciaux] du FMI, ce qui a amené le dollar à devenir la monnaie de réserve mondiale, entraînant de graves implications pour l’économie mondiale en raison de la décision de Nixon de supprimer la convertibilité du dollar en or. La plupart des problèmes pour le reste du monde ont commencé par une combinaison de ces trois facteurs.

Dollar – Pétrodollar – Or

Le plus grand changement géoéconomique au cours des cinquante dernières années a eu lieu en 1973 avec l’accord entre l’OPEP, l’Arabie saoudite et les États-Unis pour vendre le pétrole exclusivement en dollars.

Plus précisément, Nixon s’est arrangé avec le roi saoudien Fayçal pour que les Saoudiens n’acceptent que des dollars pour payer les investissements pétroliers et connexes, recyclant ainsi des milliards d’excédent en dollars américains et d’autres ressources financières en dollars.

En échange, l’Arabie saoudite et d’autres pays de l’OPEP étaient sous la protection militaire américaine. Cela rappelle un arrangement de style mafieux : les Saoudiens sont obligés de mener des affaires en dollars américains selon les termes et conditions fixés par les États-Unis avec peu d’arguments, et en échange, ils reçoivent une protection généreuse.

Le deuxième facteur, peut-être encore plus important pour l’économie, est que le dollar est devenu la monnaie de réserve mondiale et maintient un rôle prédominant dans le panier des réserves internationales du FMI depuis 1981.

Le rôle du dollar, lié évidemment au pétrodollar, a presque toujours maintenu une part de plus de 40% dans le panier des DTS, tandis que l’euro a maintenu une part stable de 29% à 37% depuis 2001.

Afin de comprendre les changements économiques en cours, il suffit de constater que le yuan est enfin inclus dans le panier des DTS, avec une part initiale de 10% qui est légèrement supérieure au yen (8,3%) et à la livre sterling (8,09%) mais nettement inférieure au dollar (41%) et à l’euro (31%). La monnaie yuan, lentement mais significativement, devient de plus en plus utilisée dans le commerce mondial.

La raison pour laquelle les États-Unis ont pu alimenter cette demande mondiale de dollars est liée à la nécessité pour d’autres pays d’utiliser cette monnaie afin d’acheter du pétrole et d’autres biens.

Par exemple, si une entreprise bolivienne exporte des bananes vers la Norvège, la procédure de paiement nécessite l’utilisation de dollars. La Norvège doit donc acquérir la monnaie américaine pour payer et recevoir les biens achetés en Bolivie.

De même, les dollars que reçoit la Bolivie seront utilisés pour acheter d’autres produits de première nécessité comme le pétrole du Venezuela. Cela peut sembler incroyable, mais pratiquement tous les pays, jusqu’à il y a quelques années, utilisaient des dollars américains pour échanger entre eux, même avec des pays qui étaient anti-américains et contre les politiques impérialistes américaines.

Cette utilisation continue du dollar a eu des effets dévastateurs sur le globe. Tout d’abord, l’utilisation intense de la monnaie américaine, associée aux décisions de Nixon, a créé une norme économique basée sur le dollar qui a rapidement remplacé les métaux précieux comme l’or, qui était la norme pour l’économie mondiale depuis des années.

Cela a entraîné une instabilité majeure pour les systèmes économiques qui, au cours des années, ont créé des politiques financières désastreuses, comme on l’a vu en 2000 et 2008, par exemple. La principale source de fiabilité économique est transférée de l’or au dollar, en particulier par les bons du Trésor américains.

Ce changement majeur a permis à la Réserve fédérale d’imprimer des dollars pratiquement sans limite (comme on l’a vu ces dernières années avec des taux d’intérêt pour emprunter de l’argent à la FED proches de 0%), bien consciente que la demande de dollars ne cesserait jamais, ce qui permet la survie d’énormes secteurs d’entreprises privées et publiques (comme l’industrie du fracking [fracturation hydraulique du pétrole de schiste]).

Cela a ouvert la voie à un système économique mondial basé sur des instruments financiers comme les dérivés et autres titres, au lieu de biens réels et tangibles comme l’or. En faisant cela pour leur propre bénéfice, les États-Unis ont créé les conditions d’une nouvelle bulle financière qui pourrait même détruire l’économie mondiale lorsqu’elle éclatera.

Les États-Unis se trouvent dans la position enviable de pouvoir imprimer des morceaux de papier, simplement des IOU [I owe you = je vous dois = reconnaissance de dette] sans aucun support en or, puis les échanger contre des biens réels. Cet arrangement économique a permis à Washington d’obtenir un avantage stratégique sans égal sur ses adversaires géopolitiques – initialement l’URSS, maintenant la Russie et la Chine – à ​​savoir une capacité pratiquement illimitée de dépenser en dollars, même si elle accumule une dette publique astronomique d’environ 21 000 milliards de dollars.

Le facteur déstabilisant pour l’économie mondiale a été la capacité de Washington d’accumuler d’énormes dettes publiques, sans avoir à se soucier des conséquences, ni même de la défiance possible des marchés internationaux envers le dollar. Les pays ont simplement besoin de dollars pour le commerce et achètent des bons du Trésor américains pour diversifier leurs actifs financiers.

L’utilisation continue du dollar comme moyen de paiement pour presque tout, associée à la capacité quasiment infinie de la FED d’imprimer de l’argent et du Trésor US d’émettre des obligations, ont conduit le dollar à devenir le principal refuge sûr pour les organisations, les pays et les individus, en légitimant ce système financier pervers qui a affecté la paix mondiale pendant des décennies.

Des dollars et des guerres, bientôt la fin ?

Les problèmes pour les États-Unis ont commencé à la fin des années 1990, à un moment d’expansion pour l’empire américain, suite à la disparition de l’Union soviétique.

L’objectif géopolitique annoncé était l’hégémonie mondiale. Avec une capacité de dépense illimitée et une idéologie basée sur l’exceptionnalité américaine, cette tentative semblait être à la portée des décideurs, au Pentagone et à Wall Street.

Un élément clé pour parvenir à une hégémonie globale consistait à empêcher la Chine, la Russie et l’Iran de créer une zone eurasienne intégrée. Pendant de nombreuses années, et pour diverses raisons, ces trois pays ont continué à mener des échanges à grande échelle en dollars américains, se pliant aux prescriptions économiques d’un système financier frauduleux créé au profit des États-Unis.

La Chine devait continuer dans son rôle pour devenir l’usine du monde entier, ayant toujours accepté des paiements en dollars et acheté des centaines de milliards de bons du Trésor aux États-Unis.

Avec Poutine, la Russie a commencé presque immédiatement à dédollariser, remboursant ses dettes étrangères en dollars, en essayant de se décharger du fardeau de la pression économique. La Russie est aujourd’hui l’un des pays du monde ayant le moins de dettes publiques et privées libellées en dollars, et l’interdiction récente de l’utilisation du dollar américain dans les ports maritimes russes est le dernier exemple.

Pour l’Iran, le problème a toujours été les sanctions, créant de grandes incitations à contourner le dollar et à trouver d’autres moyens de paiement.

Le facteur décisif qui a changé la perception de pays comme la Chine et la Russie a été la crise financière de 2008, ainsi que l’agression croissante des États-Unis depuis les événements de Yougoslavie en 1999. La guerre en Irak, entre autres facteurs, empêchait Saddam de vendre son pétrole en euros, ce qui aurait menacé l’hégémonie financière du dollar au Moyen-Orient.

La guerre et la présence continue de l’Amérique en Afghanistan ont souligné l’intention de Washington de continuer à encercler la Chine, la Russie et l’Iran afin d’éviter toute intégration eurasienne.

Naturellement, plus le dollar était utilisé dans le monde, plus Washington avait le pouvoir de dépenser pour ses armées. Pour les États-Unis, le paiement d’une facture de six mille milliards de dollars (c’est le coût des guerres en Irak et en Afghanistan) s’est fait sans effort, ce qui constitue un avantage inégalé sur des pays comme la Chine et la Russie dont les dépenses militaires en comparaison sont un cinquième et un dixième, respectivement.

Les tentatives infructueuses répétées de conquérir, subvertir et contrôler des pays comme l’Afghanistan, la Géorgie, l’Irak, la Libye, la Syrie, le Donbass, la Corée du Nord, l’Égypte, la Tunisie, le Yémen et le Venezuela ont eu des effets importants sur la perception du pouvoir militaire américain.

En termes militaires, Washington a fait face à de nombreuses défaites tactiques et stratégiques, avec la péninsule de Crimée retournée à la Russie sans un coup de feu, et avec l’Occident incapable de réagir. Dans le Donbass, la résistance a infligé d’énormes pertes à l’armée ukrainienne soutenue par l’OTAN.

En Afrique du Nord, l’Égypte est maintenant sous le contrôle de l’armée, suite à une tentative de transformer le pays en un État dirigé par les Frères musulmans. La Libye, après avoir été détruite, est maintenant divisée en trois entités et, comme l’Égypte, semble regarder favorablement vers Moscou et Pékin.

Au Moyen-Orient, la Syrie, la Turquie, l’Iran et l’Irak coopèrent de plus en plus dans la stabilisation des conflits régionaux ; ils sont soutenus par la puissance militaire russe et la force économique chinoise.

Et bien sûr, la Corée du Nord continue d’ignorer les menaces militaires américaines et a pleinement développé sa dissuasion conventionnelle et nucléaire, ce qui rend ces menaces américaines nulles et vides.

Les révolutions de couleur, la guerre hybride, le terrorisme économique, et les tentatives de supplétifs pour déstabiliser ces pays ont eu des effets dévastateurs sur la crédibilité et l’efficacité militaire de Washington.

Les États-Unis sont maintenant vus par beaucoup de pays comme un appareil de guerre massif qui lutte pour obtenir ce qu’il veut, se démène en vain pour atteindre des objectifs cohérents, et manque même de la capacité de contrôler des pays comme l’Irak et l’Afghanistan, en dépit d’une supériorité militaire écrasante.

Personne ne vous craint !

Jusqu’à quelques décennies en arrière, toute idée de s’éloigner du pétrodollar était considérée comme une menace directe pour l’hégémonie mondiale américaine, nécessitant une réponse militaire.

En 2017, compte tenu de la baisse de la crédibilité des États-Unis en raison du déclenchement de guerres contre des pays plus petits – en ignorant les pays comme la Russie, la Chine et l’Iran qui ont des capacités militaires auxquelles les États-Unis n’ont pas fait face depuis plus de soixante-dix ans – un éloignement général du système basé sur le dollar se constate dans de nombreux pays.

Au cours des dernières années, cet éloignement est devenu, pour de nombreuses nations qui s’opposent à Washington, la seule façon de contenir adéquatement les retombées d’un empire américain qui s’écroule est d’abandonner progressivement le dollar.

Cela sert à limiter la capacité de Washington pour les dépenses militaires en créant les outils alternatifs nécessaires dans les domaines financiers et économiques qui élimineront la domination de Washington.

Ceci est essentiel dans la stratégie russo-sino-iranienne pour unir l’Eurasie et mettre ainsi les États-Unis hors-jeu.

La dédollarisation est devenue une priorité stratégique pour Pékin, Moscou et Téhéran. L’élimination de la capacité de dépenses illimitée de la FED et de l’économie américaine signifie la limitation de l’expansion impérialiste des États-Unis et diminue la déstabilisation mondiale.

Sans la puissance militaire américaine habituelle pour renforcer et imposer l’utilisation de dollars américains, la Chine, la Russie et l’Iran ont ouvert la voie à des changements importants dans l’ordre global.

Les États-Unis se sont tiré une balle dans le pied en accélérant ce processus par l’exclusion de l’Iran du système SWIFT [réseau électronique de transactions financières internationales] (ouvrant la voie à l’alternative chinoise, CIPS) et l’imposition de sanctions à des pays comme la Russie, l’Iran et le Venezuela.

Cela a également accéléré l’extraction et l’acquisition d’or physique en Chine et en Russie, ce qui contraste directement avec la situation aux États-Unis, où court la rumeur que la FED ne possède plus d’or. Ce n’est pas un secret que Pékin et Moscou visent une monnaie soutenue par l’or, quand le dollar s’effondrera, si cela arrive. Cela a poussé les pays inflexibles à commencer à opérer dans un environnement hors dollar et à travers des systèmes financiers alternatifs.

Un exemple parfait de la façon dont cela se réalise peut être vu avec l’Arabie saoudite, qui représentait le centre du pétrodollar.

Dédollarisation

Beijing a commencé a exercer une forte pression sur l’Arabie saoudite pour qu’elle commence à accepter les paiements en yuan pour le pétrole au lieu de dollars, tout comme d’autres pays, dont la Fédération de Russie.

Pour Riyad, il s’agit d’une question presque existentielle. Riyad est dans une situation délicate, quand on sait à quel point elle est dévouée à conserver le lien entre le dollar américain et le pétrole, même si son principal allié, les États-Unis, ont poursuivi au Moyen-Orient une stratégie contradictoire, comme on le voit dans l’accord JCPOA [avec l’Iran].

L’Iran, principal ennemi régional de l’Arabie saoudite, a pu voir levées des sanctions (en particulier des pays européens) grâce à l’accord JCPOA. En outre, l’Iran a pu construire une victoire historique avec ses alliés en Syrie, jouant un rôle prépondérant dans la région et aspirant à devenir une puissance régionale.

Riyad est obligé d’obéir aux États-Unis, un allié qui ne se préoccupe pas de son destin dans la région – l’Iran est de plus en plus influent en Irak, en Syrie et au Liban –, allié qui est même en compétition sur le marché du pétrole [avec le pétrole de schiste].

Pour empirer les choses à Washington, la Chine est le plus gros client de Riyad, et compte tenu des accords avec le Nigeria et la Russie, Pékin peut cesser d’acheter du pétrole en provenance d’Arabie saoudite si Riyad continue d’insister pour ne recevoir le paiement qu’en dollars. Cela nuirait gravement au pétrodollar, un système pervers qui fait surtout du tort à la Chine et à la Russie.

Pour la Chine, l’Iran et la Russie, ainsi que d’autres pays, la dédollarisation est devenue une question urgente. Le nombre de pays qui commencent à voir les avantages d’un système décentralisé, par opposition au système dollar américain, augmente. L’Iran et l’Inde, mais aussi l’Iran et la Russie, ont souvent troqué des hydrocarbures en échange de produits primaires, contournant ainsi les sanctions américaines.

De même, le pouvoir économique de la Chine lui a permis d’ouvrir une ligne de crédit de 10 milliards d’euros à l’Iran pour contourner les sanctions récentes. Même la Corée du Nord semble utiliser des crypto-monnaies comme le bitcoin pour acheter du pétrole en provenance de Chine et contourner les sanctions américaines. Le Venezuela – qui dispose des plus grandes réserves de pétrole du monde – vient de faire un mouvement historique en renonçant complètement à vendre du pétrole en dollars, annonçant qu’il commencerait à recevoir de l’argent dans un panier de devises sans dollars américains. Ceci sans mentionner le plus gros changement qui a eu lieu au cours des 40 dernières années, le projet de la Chine d’amarrer le yuan à l’or.

Pékin achètera du gaz et du pétrole à la Russie en payant en yuans, Moscou pouvant convertir le yuan en or immédiatement grâce à l’échange sur le marché international de l’énergie de Shanghai. Ce mécanisme gaz-yuan-or signale un changement économique révolutionnaire grâce à l’abandon progressif du dollar.

Dans le prochain et dernier article, nous nous concentrerons, d’une part sur la réussite de la Russie, de l’Iran et de la Chine dans la mise en place d’un ordre mondial multipolaire, avec l’objectif de contenir pacifiquement les retombées de l’empire américain qui s’effondre, et d’autre part, sur la manière dont cet autre ordre mondial ouvrira des perspectives géopolitiques nouvelles pour les alliés américains et d’autres pays.

Federico Pieraccini

***********************************************************************************

10837487-17913998

**********************************************************

Quel avenir ?



Orlov

devo

SOURCE : Par Dmitry Orlov – Le 19 octobre 2017 – Source Club Orlov

 

orlov-150x150

 

J’aime me flatter en pensant que la raison principale pour laquelle tant de gens ont creusé un chemin vers mon blog et continuent à acheter mes livres est que pendant plus d’une décennie j’ai toujours deviné correctement quelle forme prendrait l’avenir ; pas tout le temps, mais suffisamment souvent pour inciter les gens à y prêter attention. J’essaie d’être très prudent dans mes pronostics. Je ne prédis jamais des événements relativement insignifiants tels que les krachs boursiers, les changements dans la composition des gouvernements nationaux et d’autres incidents qui ne se produisent que sur le papier ou sur un coup de tête.

Au lieu de cela, j’essaie de me concentrer sur les aspects de la réalité physique – les flux d’énergie en particulier – qui limitent la forme de l’avenir. Je ne fais pas non plus de prédiction en ce qui concerne le calendrier : savoir si quelque chose va arriver est souvent une question qui a une réponse ; savoir quand quelque chose se produira est souvent une question pour laquelle aucune méthode ne donne de réponse fiable. En gardant cela à l’esprit (pour ne pas être déçu), je vais prendre quelques risques et faire quelques prédictions sur la forme générale de l’avenir qui se matérialisera au cours d’une seule vie humaine et peut-être même un peu plus vite.

Je crois que l’on peut deviner la forme générale de l’avenir en se concentrant sur les quatre facteurs suivants : le climat, l’énergie, la population et la géopolitique. Regardons chacun.

Climat

Les changements à court terme des conditions météorologiques, entraînés par le changement climatique à plus long terme résultant de l’augmentation spectaculaire des niveaux de dioxyde de carbone et de méthane dans l’atmosphère, permettent déjà d’envisager plusieurs impacts importants. Les cyclones tropicaux sont plus intenses et plus humides, entraînant des inondations massives et des dommages aux infrastructures. Cette année, les tempêtes ont assommé une grande partie de Houston, un bout de la Floride et pratiquement tout Porto Rico, plus quelques autres îles des Caraïbes. Pendant ce temps, des incendies sans précédent ont ravagé certaines parties de la Californie et du nord-ouest sur la côte Pacifique. Des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées ou sont restées sans abri. De telles tendances continueront vraisemblablement à mesure que ces événements destructeurs vont augmenter en intensité. Pendant un certain temps, les gens tenteront de récupérer et de reconstruire après chaque événement, mais après, ces efforts cesseront. En reconstruisant, je suis certain que la plupart des gens refuseront de prendre des mesures raisonnables pour éviter que cela ne se répète, comme la construction de maisons sur pilotis en matériaux ininflammables ; au lieu de cela, ils vont mettre en place les mêmes structures inflammables et sujettes aux inondations, parce que c’est à cela qu’ils pensent qu’une maison doit ressembler.

En plus des inondations et des incendies, il y a de fortes chances que des vagues de chaleur estivales catastrophiques suffiront à mettre en panne le réseau électrique dans des pays comme les États-Unis, où la population dépend de la climatisation pour survivre et où le réseau électrique est terriblement périmé. De tels événements se traduiront instantanément par des morts dans les villes du sud, où les gens, en particulier les malades, les personnes âgées et les obèses morbides, succomberont à des coups de chaud. La plupart des États de l’ouest des États-Unis seront confrontés à de tels événements catastrophiques et progresseront lentement vers des conditions beaucoup plus arides, où l’agriculture deviendra peu à peu intenable à mesure que le paysage redeviendra désertique.

Un autre effet sous-estimé des changements climatiques continus sera la sévérité accrue des hivers de l’hémisphère nord. L’Arctique est maintenant beaucoup plus chaud et sans glace durant l’été. Cela a ouvert de nouvelles voies maritimes le long des côtes nord de la Russie et du Canada, ce qui a permis de gagner des semaines d’expédition, en contournant les canaux de Suez et de Panama. La diminution de la couverture de glace de l’océan Arctique a réduit l’albédo de l’océan (la fraction du rayonnement solaire réfléchie dans l’espace), ce qui a provoqué un réchauffement encore plus rapide. En raison de ce réchauffement, le gradient des températures hivernales entre l’Arctique et les zones tempérées plus au sud sera réduit et les flux d’air ne seront plus stratifiés le long des lignes latitudinales mais serpenteront entre le nord et le sud, amenant des tempêtes hivernales depuis l’Arctique vers le sud et rendant les gelées d’hiver très sévères beaucoup plus fréquentes.

Dans le cas de l’Europe de l’Ouest, cet effet sera exacerbé par le ralentissement du Gulf Stream, qui avait pour effet de la rendre beaucoup plus chaude que la  grande partie de l’Europe qui s’étend des Carpates à l’Oural. Le Gulf Stream dépend de la capacité de son courant remontant vers le nord, rendu plus salin par évaporation, de couler au fond quand il atteint une zone autour de l’Islande, puis de refluer vers le sud le long du fond océanique. Mais le taux de fonte des glaciers a créé une lentille d’eau douce en expansion le long de la surface de l’océan dans cette zone, limitant l’étendue du mécanisme. En raison de cet effet, les gelées hivernales profondes commenceront à affecter les régions précédemment tempérées de l’Europe occidentale et des îles britanniques.

Énergie

Les combustibles fossiles resteront le pilier de l’industrie énergétique jusqu’à ce que celle-ci se réduise à un niveau permettant d’obtenir suffisamment d’énergie en ne brûlant que de la biomasse. Mais ce processus devrait prendre au moins deux ou trois décennies de plus. Les sources renouvelables, telles que les éoliennes et les panneaux solaires, ne peuvent pas être produites ou entretenues sans une industrie basée sur les combustibles fossiles et elles vont produire une électricité pour laquelle il n’y aura pas beaucoup de demande une fois que l’industrie des combustibles fossiles aura disparu. De plus, ces sources d’électricité sont intermittentes, alors que l’électricité est notoirement chère et difficile à stocker, tandis que les utilisations résiduelles de l’électricité – communications, sécurité, équipement de contrôle, etc. – nécessitent un approvisionnement régulier.

Même s’il n’y aura pas de rupture soudaine dans la disponibilité de l’énergie fossile, nous continuerons de voir une diminution constante de la capacité des consommateurs d’énergie à travers le monde à payer pour cela, ainsi que la disparition de la rentabilité des entreprises énergétiques. À la place de puits d’où le pétrole a jailli pendant des années, tout ce qui restera aux États-Unis, ce sont des puits qui nécessitent des forages horizontaux et une couteuse fracturation hydraulique, mais qui ne laissent suinter du pétrole que pendant un an ou deux avant d’être à sec. La situation est similaire en ce qui concerne le charbon et le gaz naturel. Bien que les États-Unis soient maintenant alimentés avec cette nouvelle production basée sur la fracturation hydraulique, très peu d’argent a été gagné avec ce boom temporaire, laissant les entreprises impliquées embourbées dans leur dette. Une fois terminée, les États-Unis seront à nouveau obligés d’importer de grandes quantités de pétrole et de gaz naturel – s’ils peuvent trouver l’argent nécessaire pour le faire.

Entre-temps, la Russie restera l’une des principales sources d’exportations mondiales de pétrole et de gaz naturel pendant encore de nombreuses décennies. Les ressources énergétiques de la Russie sont de bien meilleure qualité qu’ailleurs dans le monde et, bien que la Russie possède plus de pétrole et de gaz de schiste que tout autre pays, l’exploitation de ces ressources n’est pas considérée comme une priorité.

Population

Compte tenu de ces tendances en matière de météorologie et d’énergie, les pays auront des capacités différentes pour maintenir une population importante. Un autre facteur qui jouera un rôle majeur sera l’infrastructure locale. Par exemple, en Russie, les gens vivent principalement dans de grands immeubles le long des lignes de chemin de fer desservies par des transports en commun et chauffés à l’aide de vapeurs chaudes provenant des centrales électriques. Toutes les infrastructures russes sont construites selon les mêmes normes et sont conçues pour bien fonctionner à des températures inférieures à -40º et sous plusieurs mètres de neige. En comparaison, en Amérique du Nord, la plupart de la population vit dans des maisons individuelles, dont beaucoup sont mal isolées, dont beaucoup ne sont pas desservies par des transports en commun et dont le chauffage revient plutôt cher en utilisant des chaudière à gaz ou à pétrole. En hiver, face à un blizzard, de nombreuses zones aux États-Unis sont simplement bloquées, tandis qu’en Russie, le concept de « journée enneigée » est inconnu : la neige est enlevée (et non repoussée) au fur et à mesure qu’elle tombe et la circulation continue. Cette comparaison implique que les Russes pourront continuer à se permettre de vivre là où ils vivent beaucoup plus longtemps que les Américains. Des types similaires de comparaisons peuvent être appliqués à de nombreux autres endroits si vous cherchez un lieu où survivre.

Mis à part cela, et peut-être couplé avec des facteurs tels que la météo et l’énergie, certaines populations ne parviendront pas à prospérer et subiront une forte mortalité. Les États-Unis sont déjà en train de mourir de faim, les taux d’alcoolisme ayant doublé en une décennie, et une épidémie d’abus d’opioïdes rivalise avec l’expérience de la Chine d’avant les années 1950. L’esprit de désespoir absolu qui enserre maintenant les États-Unis est semblable à ce qui est arrivé à l’ex-URSS après l’effondrement soviétique, avec des conséquences démographiques similaires.

L’expérience de l’Europe occidentale sera peut-être plus bénigne : les populations indigènes diminueront en raison de leurs très faibles taux de natalité. Entre-temps, l’Europe occidentale est de plus en plus touchée par les enclaves ethnico-religieuses de migrants qui, de plus en plus, ne parviennent pas à s’intégrer et à subsister avec les maigres subsides de l’État. Une fois ces bénéfices épuisés, ces enclaves imploseront. Elles représentent déjà un pourcentage disproportionné de la criminalité ; cette tendance va probablement s’aggraver, les habitants de ces enclaves devenant à la fois les auteurs et les victimes.

Dans d’autres parties du monde, telles que l’Afrique sub-saharienne et certaines régions du Moyen-Orient, la mortalité sera provoquée par l’effet contraire : des taux de natalité très élevés conduiront à des conditions misérables et un surpeuplement menant à la violence et à la guerre. Ces conditions seront exacerbées par diverses catastrophes, naturelles ou artificielles, jusqu’à ce que l’on parvienne finalement à un niveau de population stabilisé beaucoup plus bas.

Géopolitique

Jusqu’à tout récemment, les États-Unis et l’Europe de l’Ouest ont réussi à rediriger vers eux la part du lion de la richesse naturelle restante de la planète. Le système financier érigé après la Seconde Guerre mondiale a été truqué afin que les institutions bancaires occidentales puissent servir de garde-chiourme au monde entier, prêtant à faible taux à leurs copains et à des taux élevés au reste du monde, menaçant quiconque refusant de jouer à ce jeu par des sanctions économiques, des assassinats politiques ou des guerres. Globalement, cela leur a permis de simplement imprimer de l’argent pour acheter ce qu’ils voulaient tout en forçant les autres à travailler pour eux. Un aspect clé de ce régime était que les exportations mondiales de pétrole étaient cotées et devaient être payées en dollars américains. Ce programme est actuellement en phase terminale.

Ce qui le remplacera est encore incertain. Peut-être le nouvel arrangement tiendra sur un trépied composé de la Chine, la Russie et l’Iran. Ces trois pays ont des populations bien éduquées, disciplinées et patriotiques, et leurs jeunes ont tendance à regarder vers l’avenir avec beaucoup d’enthousiasme. Peut-être que d’autres pays pourront jouer un rôle majeur dans ce nouveau club eurasien. Mais ce qui est certain, c’est qu’à l’avenir, les gouvernements d’Europe occidentale et d’Amérique ne seront pas en mesure d’extorquer tout ce dont ils ont besoin au reste du monde pour soutenir artificiellement leur si confortable niveau de vie. Ceci va certainement causer beaucoup de ressentiment et d’agitation politique.

Parler d’agitation politique est toujours caricatural, car il est difficile de prédire quand une population docile va laisser soudainement éclater la violence. Mais les prédictions globales restent possibles : des populations sédentaires, ethniquement et religieusement homogènes, qui ont des moyens traditionnels et indépendants de se maintenir économiquement et qui ne sont pas politiquement radicalisées, sont en bien meilleure position que des populations migratrices, hétérogènes et radicalisées.

Conclusions

J’espère que ce synopsis du futur sera plus que, selon les termes immortels du groupe de rock DEVO, « un tas d’informations inutiles conçues pour frapper votre imagination ». Certains d’entre nous ont le luxe de choisir : où et comment vivre, comment élever leurs enfants, comment planifier leur avenir et quoi éviter. J’espère que vous êtes une de ces personnes, et que vous trouverez des façons de faire usage de ce que j’ai écrit. En parlant pour moi, j’ai un tel luxe, et je m’en sers : je me suis prodigué des conseils, et je les ai suivis avec de bons résultats jusqu’à présent. J’espère que vos résultats seront encore meilleurs.

Dmitry Orlov

Le livre de Dmitry Orlov est l’un des ouvrages fondateur de cette nouvelle « discipline » que l’on nomme aujourd’hui : « collapsologie », c’est à-dire l’étude de l’effondrement des sociétés ou des civilisations.

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Catherine pour le Saker Francophone

 

 

Posté par DIACONESCO_TV à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 octobre 2017

LA MONDIALISATION DÉTRUIT LES ETATS-NATIONS ELLE EST UN ÉCHEC DE LA GLOBALISATION !

Pouvons-nous survivre à l’échec de la mondialisation ?

Publié le 21 octobre 2017 - par  

ObamaMerkel

« Nous ne pouvons pas nous permettre de retomber à l’époque de la pré-globalisation », déclarait la chancelière allemande Angela Merkel. Merkel accueillait Obama à Berlin pour la dernière fois, les élections terminées et remportées neuf jours plus tôt. Obama et Merkel défendaient le mondialisme contre le président élu Trump.

Pour Merkel et Obama, retourner à l’époque de la pré-mondialisation était tout aussi insensé que revenir à l’ère des grottes, la Mondialisation étant devenue synonyme de civilisation. Ses prophètes, dont Thomas Friedman, remontent à la chute du Mur de Berlin dans la ville où Merkel et Obama faisaient cet échange.

Mais la Mondialisation n’a pas fait tomber le mur de Berlin ; le nationalisme l’a fait. Les activistes pro-démocratie voulaient un pays où les gens avaient une voix. C’est contraire à la Mondialisation dans laquelle il n’y a plus de Nations, et seules les personnalités influentes de différentes tendances, ont un impact quelconque.

La Mondialisation a construit le mur de Berlin afin d’unir l’Allemagne de l’Est à un bloc communiste érigé autour d’un ensemble d’idées politiques qui ignoraient les Nations et les Peuples individuels. Les gauchistes avaient tiré une leçon profondément erronée de la chute du communisme. Plutôt que de l’attribuer aux gouvernements centraux et aux bureaucrates irresponsables, ils ont développé un nouveau matérialisme historique postmoderne du globalisme. Le bloc communiste n’avait pas chuté à cause d’une trop grande Mondialisation, mais parce qu’il n’y en avait pas assez. Il y avait encore trop de frontières et de Nations lesquelles devaient toutes chuter comme le Mur.

Là où le trop étroit communisme avait échoué, le mondialisme réussirait à créer un nouveau Monde. Au moment où Merkel et Obama s’endeuillaient sur l’influence de la victoire de Trump et du Brexit sur la Mondialisation, Berlin devenait un merveilleux laboratoire de recherches pour observer les résultats finaux de leur philosophie. Hantée par le spectre du déclin national et de la baisse des taux de natalité, Mme Merkel a ouvert les frontières de son pays à des millions de migrants musulmans venus du Moyen-Orient et d’aussi loin que l’Afghanistan.

Les migrants étaient censés épauler la main-d’œuvre allemande. Les Syriens construiraient les coupés Mercedes de demain, les Pakistanais établiraient des appareils à ultrasons Siemens et les Somaliens produiraient les produits pharmaceutiques de Bayer. Il ne serait plus nécessaire à l’Allemagne de poursuivre son exploration du modèle japonais d’automatisation intelligente pour remplacer une population en baisse. La Mondialisation la fournirait.

Mais les migrants ne venaient pas en Allemagne pour travailler. Et ils ne travaillent pas. Ce sont toujours des Allemands et des Européens de l’Occident dans les sous-sols chez Siemens, Mercedes et Bayer. Les «réfugiés» sont venus pour jouir des généreux programmes d’état providence allemands. Et ils ont ruiné suffisamment le pays au point que Merkel est prête à les payer pour qu’ils s’en aillent.

L’État providence si répandu en Europe est là pour compenser l’écart entre le niveau de vie anticipé et les options déclinantes pour gagner sa vie. La Mondialisation n’a pas lié magiquement les économies pour créer un nouvel âge d’Or. Ses prophètes, comme Thomas Friedman, sont tournés en dérision comme néolibéraux par une gauche radicalisée qui cligne plus vers l’Allemagne de l’Est que vers Berlin.

La Mondialisation a déplacé les emplois et la production vers les pays nantis de niveaux de vie des plus bas, où les droits de l’homme sont inexistants et une ingérence plus grande du gouvernement dans leurs économies. Il n’est pas étonnant que la Chine ait prospéré ou que l’Amérique ait décliné dans cet environnement. Mais en même temps, elle a également déplacé les immigrants ayant l’éthique le plus faible de travail en Amérique et en Allemagne pour bénéficier des programmes providence destinés à adoucir l’impact économique de la Mondialisation sur la population indigène.

Les anciens immigrants étaient venus afin de bénéficier d’une économie en plein essor. Mais si vous voulez une économie en plein essor avec une entrée outrancière de demandes d’emplois, l’Amérique du XXIème siècle est à peine la contrée préférable. Vous ne pouvez simplement pas vous balader dans la rue et obtenir un emploi dans une manufacture qui vous mènera vers l’échelle de la classe moyenne.

L’Occident reçoit en profusion en ces jours-ci deux sortes d’immigrants économiques : des pique-assiettes et des prostituées. Ces dernières peuvent occasionner leurs propres opportunités. Vous avez des Coréens qui dirigent des épiceries locales et des Juifs russes qui commencent des dot.com révolutionnaires. Mais l’agitation exige la créativité, l’intelligence et une éthique ambitieuse de travail. La plupart des immigrants sont des profiteurs. Ils se débrouillent avec une combinaison de bénéfices sociaux et d’emplois marginaux semi-légaux. S’ils ont une ambition, c’est un travail confortable dans le Gouvernement. Les immigrants importés an qualité de main-d’œuvre bon marché se connectent rapidement à l’État-providence et deviennent une "perte nette".

La Mondialisation exporte les emplois mais importe des profiteurs de bénéfices sociaux qui se transforment en perte double pour l’Occident. Les emplois sortants et les essaims de migrants entrants punissent les pays ayant des niveaux de vie et des droits de l’homme plus élevés, en les privant des deux.

Il est difficile de trouver un meilleur moyen de détruire une Civilisation.

Les dons politiques et sociaux de la Mondialisation ont été tout aussi destructeurs que ses effets économiques.

La Mondialisation ne permet pas seulement à des millions de musulmans de manifester en Allemagne, mais aussi à des organisations terroristes islamiques transnationales comme Al-Qaïda ou l’ISIS, d’opérer.

Ce n’est guère un hasard que ces groupes terroristes aient décollé avec la Mondialisation. Ou que les réseaux terroristes islamiques mondialisés aient employé les mécanismes de la Mondialisation : les avions à réaction, les trains, la traite des êtres humains, l’Internet et les villes multiculturelles pour faire des ravages.

Au lieu de rapprocher le Monde, la Mondialisation a renouvelé et financé une vague d’agression initiée par d’anciens États communistes en faillite et permis aux terroristes islamiques de frapper profondément au cœur de l’Occident.

La Mondialisation finance le programme d’expansionnisme de la Chine dans la mer de Chine méridionale et un conflit croissant qui pourrait mener à une guerre régionale. Il a permis aux Russes de soulever les Américains les uns contre les autres en prétendant être tous « les vies noires comptent » aux Républicains sur Internet. Et cela permet aux terroristes islamiques à des milliers de kilomètres de coordonner des attaques dévastatrices à travers l’Amérique et l’Europe.

L’Internet, autrefois symbole de la Mondialisation, ne nous a pas rapprochés. En guise, il nous a réduits en milles tribus guerrières vivant dans des bulles séparées. Une génération née sur Internet est devenue la plus intolérante à la liberté d’expression depuis un siècle. Et même les médias favorables à la Mondialisation exigent de nouveaux moyens de censurer les médias sociaux et Internet pour combattre les «fausses nouvelles» de l’opposition politique.

Les rêves ambitieux de la Mondialisation qui par le passé semblaient unir les grands partisans du gouvernement de Gauche avec les commerçants libres de Droite sont devenus un cauchemar. Leurs échecs ont conduit à une affinité renouvelée du socialisme et même du communisme de gauche. La montée de Bernie Sanders et le confort croissant du socialisme au sein des Démocrates sont les panneaux de signalisation d’un marché libre. Et à droite, le nationalisme populiste remplace un engagement inconditionnel à un marché libre.

Mais la Mondialisation est aussi un échec mondial. Elle a conduit la Chine dans une impasse de bulles économiques, de dépenses compulsives et de colonialisme. La Chine est en train de reproduire rapidement le progrès économique occidental d’un siècle, en quelques décennies. Et elle reproduit les mêmes problèmes et la même impasse. Elle ne trouvera pas les solutions en cherchant du travail bon marché en Afrique ou en distrayant sa population avec une nouvelle guerre.

La Mondialisation lie les économies et les sociétés souvent plus par leurs faiblesses que par leurs forces. Elle exporte l’instabilité plus facilement que la stabilité et les conflits plus facilement que le progrès.

Les systèmes sophistiqués sont plus vulnérables que les systèmes primitifs. C’est pourquoi l’Afghanistan et l’Irak ont ​​laissé plus d’une marque durable sur l’Amérique que l’inverse. Dans un Monde globalisé, le colonialisme fonctionne à l’envers avec des sociétés instables exportant leur instabilité vers des sociétés stables. Les prophètes de la Mondialisation s’émerveillaient de l’internationalisation de la Culture. Mais la Culture dans les sociétés traditionnelles va bien plus loin que Marvel ou Harry Potter. C’est seulement dans l’Occident, où la Culture, la tradition et la religion sont perdues, que la Culture pop devient Culture. Et cette identité devient également peu profonde et instable.

La Mondialisation ne nous mène pas à un nouvel âge d’or brillant, mais à une vieillesse de fer. Le nouveau colonialisme est mené par ces cultures avec un fort sentiment d’identité contre les postmodernes qui en manquent. Le déclin des Nations occidentales n’ouvre pas la porte à un Gouvernement Mondial, mais à la montée en puissance de la Chine, de la Russie et de l’Iran. Tous nos progrès sociaux nous ont laissés plus intolérants et plus divisés que jamais.

Détruire les frontières, physiques, économiques et culturelles, ne nous a pas rendus plus ouverts. En guise, nous vivons dans des sociétés hostiles, divisées et instables qui se targuent d’être «ouvertes», tout en dévoilant de nouveaux systèmes de censure de l’Internet, en restreignant la liberté d’expression et en punissant la dissidence sociale.

La Mondialisation est une impasse. Les sociétés ouvertes sont ouvertes en leur sein et mutuellement aux personnes et aux idées qui partagent le principe de cette «ouverture». Pas avec ceux qui les détestent. Les marchés libres ne sont libres que quand ils interagissent avec d’autres marchés libres, pas dans des camps de travail d’esclaves totalitaires qui peuvent toujours gagner sur le prix.

À mesure que la Mondialisation s’effondre, nous pouvons reconstruire les États-Nations fonctionnels ou être balayés par les inondations mondiales.

Daniel Greenfield

Adaptation

Thérèse Zrihen-Dvir

SOURCE : http://theresedvir.com/

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

 

LarevolutionTrump

 

18 octobre 2017

INTERNATIONAL NEWS INTERNATIONAL NEWS INTERNATIONAL NEWS INTERNATIONAL NEWS

Chicago Tribune

dessins_statue_de_la_liberte_drapeau_usa_e_8013935_statue_de_la_lierte_039cf_big_825x510_copie

 

 

Trump's lack of decorum, dignity, and statesmanship:


My Leftist friends (as well as many ardent #NeverTrumpers) constantly ask me if I’m not bothered by Donald Trump’s lack of decorum. They ask if I don’t think his tweets are “beneath the dignity of the office.”

Here’s my answer:

We Right-thinking people have tried dignity.  There could not have been a man of more quiet dignity than George W. Bush as he suffered the outrageous lies and politically motivated hatreds that undermined his presidency.

We tried statesmanship. Could there be another human being on this earth who so desperately prized “collegiality” as Ronald Reagan?

We tried propriety – has there been a nicer human being ever than Mitt Romney?

And the results were always the same. This is because, while we were playing by the rules of dignity, collegiality and propriety, the Left has been, for the past 60 years, engaged in a knife fight where the only rules are those of Saul Alinsky and the Chicago mob.

I don’t find anything “dignified,” “collegial” or “proper” about Barack Obama’s lying about what went down on the streets of Ferguson in order to ramp up racial hatreds because racial hatreds serve the Democratic Party. I don’t see anything “dignified” in lying about the deaths of four Americans in Benghazi and imprisoning an innocent filmmaker to cover your tracks. I don’t see anything “statesman-like” in weaponizing the IRS to be used to destroy your political opponents and any dissent. Yes, Obama was “articulate” and “polished” but in no way was he in the least bit “dignified,” “collegial” or “proper.”

The Left has been engaged in a war against America since the rise of the Children of the ‘60s. To them, it has been an all-out war where nothing is held sacred and nothing is seen as beyond the pale. It has been a war they’ve fought with violence, the threat of violence, demagoguery and lies from day one – the violent take-over of the universities – till today. The problem is that, through these years, the Left has been the only side fighting this war. While the Left has been taking a knife to anyone who stands in their way, the Right has continued to act with dignity, collegiality and propriety. With Donald Trump, this all has come to an end. Donald Trump is America ’s first wartime president in the Culture War.

During wartime, things like “dignity” and “collegiality” simply aren’t the most essential qualities one looks for in their warriors. Ulysses Grant was a drunk whose behavior in peacetime might well have seen him drummed out of the Army for conduct unbecoming. Had Abraham Lincoln applied the peacetime rules of propriety and booted Grant, the Democrats might well still be holding their slaves today. Lincoln rightly recognized that, “I cannot spare this man. He fights.”

General George Patton was a vulgar-talking, son-of-a-bitch. In peacetime, this might have seen him stripped of rank. But, had Franklin Roosevelt applied the normal rules of decorum then, Hitler and the Socialists would barely be five decades into their thousand-year Reich.

Trump is fighting. And what’s particularly delicious is that, like Patton standing over the battlefield as his tanks obliterated Rommel’s, he’s shouting, “You magnificent bastards, I read your book!”

That is just the icing on the cake, but it’s wonderful to see that not only is Trump fighting, he’s defeating the Left using their own tactics. That book is Saul Alinsky’s Rules for Radicals – a book so essential to the Liberals’ war against America that it is and was the playbook for the entire Obama administration and the subject of Hillary Clinton’s senior thesis. It is a book of such pure evil, that, just as the rest of us would dedicate our book to those we most love or those to whom we are most indebted, Alinsky dedicated his book to Lucifer.

Trump’s tweets may seem rash and unconsidered but, in reality, he is doing exactly what Alinsky suggested his followers do. First, instead of going after “the fake media” — and they are so fake that they have literally gotten every single significant story of the past 60 years not just wrong, but diametrically opposed to the truth, from the Tet Offensive to Benghazi, to what really happened on the streets of Ferguson, Missouri — Trump isolated CNN. He made it personal.

Then, just as Alinsky suggests, he employs ridicule which Alinsky described as “the most powerful weapon of all.” ... Most importantly, Trump’s tweets have put CNN in an untenable and unwinnable position. .... They need to respond.. This leaves them with only two choices. They can either “go high” (as Hillary would disingenuously declare of herself and the fake news would disingenuously report as the truth) and begin to honestly and accurately report the news or they can double-down on their usual tactics and hope to defeat Trump with twice their usual hysteria and demagoguery. The problem for CNN (et al.) with the former is that, if they were to start honestly reporting the news, that would be the end of the Democratic Party they serve.

It is nothing but the incessant use of fake news (read: propaganda) that keeps the Left alive. Imagine, for example, if CNN had honestly and accurately reported then-candidate Barack Obama’s close ties to foreign terrorists (Rashid Khalidi), domestic terrorists (William Ayers), the mafia (Tony Rezko) or the true evils of his spiritual mentor, Jeremiah Wright’s church. Imagine if they had honestly and accurately conveyed the evils of the Obama administration’s weaponizing of the IRS to be used against their political opponents or his running of guns to the Mexican cartels or the truth about the murder of Ambassador Christopher Stevens and the Obama administration’s cover-up.  So, to my friends on the Left — and the #NeverTrumpers as well — do I wish we lived in a time when our president could be “collegial” and “dignified” and “proper”? Of course I do. These aren’t those times. This is war. And it’s a war that the Left has been fighting without opposition for the past 50 years. So, say anything you want about this president - I get it - he can be vulgar, he can be crude, he can be undignified at times. I don’t care. I can’t spare this man. He fights for America!

Chicago Tribune 

SOURCE : http://www.chicagotribune.com/

DL8WO7pVAAAX0G_

Posté par DIACONESCO_TV à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,