NEWS OFF AMERICAN COMPANY INTERNET COUNCIL - DIACONESCO.TV in English, French, Italiano 06.32.17.36.33

28 mars 2017

Déjeuner politique de la Droite Nationale dans le Var ( 83 ) le 10 avril 2017 avec le Parti de la France et les Comités Jeanne

DÉJEUNER POLITIQUE DE

 

LA DROITE NATIONALE

téléchargement


Des déçus du Néo-FN et autres patriotes de Droite


Assez d’être manipulés et bernés par ceux qui nous dirigent !


Réveillons-nous… et agissons !

photo11


Animé par Didier Monnin ( au centre de la photo ), Secrétaire Départemental du Comité Jeanne, Délégué Départemental du Parti De la France pour le Var,


En présence de Maître Jean-Louis Bouguereau (ancien conseiller régional PACA),

Madame Lydia Schenardi (ancienne Député européenne et conseillère régionale PACA),

Monsieur Jean-Claude Frappa (délégué régional du PDF et ancien conseiller régional PACA),

Monsieur Hubert de Mesmay (ancien conseiller régional PACA),

le Commandant Robert Lalanne (ancien conseiller régional PACA),

Madame Valérie Redl (conseillère régionale Bourgogne-Franche-Comté),

Monsieur Lorrain De Saint-Affrique (secrétaire général du Comité Jeanne),

lang-600x399

Monsieur Carl Lang (Président du Parti De la France)

 

113924227

Monsieur Gérard Diaconesco ( International Journaliste Francophone ),

... et autres nombreux invités.

 

 

Lundi 10 Avril 2017 à Grimaud 11H30
(Le lieu vous sera confirmé ultérieurement).


Prix du repas : 26€ par personne
Réservation obligatoire
Chèque de réservation à établir à l’ordre de Monnin Didier,
C/O TOP Secrétariat 24 Avenue de Lattre de Tassigny – 83120 Sainte Maxime
Ne tardez pas trop car le nombre de places n’est pas extensible !
Et pensez à ceux qui organisent…
Nom : ____________________________ Prénom : _________________________________
Email : ____________________________ Téléphone : _________________________________
Adresse : ____________________________________________________________________________________
_________________________________________________________________________________________________
Code Postal : ____________________________ Ville : _______________________________________
Ci-joint un chèque de € pour une réservation de personne (s)
Chèque de réservation à établir à l’ordre de Monnin Didier,
C/O TOP Secrétariat 24 Avenue de Lattre de Tassigny – 83120 Sainte Maxime.

***********************************************************************

affiche-didier

 

**********************************************************


LES VEHICULES ET CAMIONS TUEURS DES FOUS D 'HALLAH AKBAR DU CALIFAT ISLAMIQUE

La nouvelle arme terroriste des islamistes 

Les « camions tueurs »…

2048x1536-fit_camion-crible-balles-fin-course-meurtriere-promenade-anglais-nice-15-juillet-2016

« Quelle que soit la cause que l’on défend, elle restera toujours déshonorée par le massacre aveugle d’une foule innocente… » Albert Camus

 

Alors que les déconvenues militaires s’amplifient sur le terrain, le groupe Etat islamique a rappelé, le 22 mars 2017, à Londres, par l’entremise d’un « véhicule tueur », qu’il ne perd rien de ses capacités de nuisance.

1557470_3_135d_la-bbc-a-filme-un-groupe-de-jeunes-attaquant

Ainsi qu’en atteste cette nouvelle attaque meurtrière qui fait suite dans des conditions analogues à celles de Nice, le 14 juillet 2016, puis de Berlin, le 19 décembre 2016, c’est désormais sur un autre terrain que le Califat compte enregistrer ses victoires et, ainsi, marquer les esprits. Car ne nous y trompons pas : l’éradication, sur le plan militaire, de l’État islamique ne signifiera en aucun cas sa disparition. Bien plus : réduit à cette forme de combat souterrain que constitue le terrorisme, il sera plus fort que jamais puisque agissant cette fois-ci selon des méthodes qu’il connaît et qu’il maîtrise parfaitement. C’est pour cette raison que le combat qui s’annonce sera long, meurtrier et difficile à parer…

2048x1536-fit_camion-crible-balles-fin-course-meurtriere-promenade-anglais-nice-15-juillet-2016

Et pourtant, dès le début du conflit, dès que l’EI a jeté les bases de son Califat, la situation était limpide… En effet, dans une vidéo de propagande datant du 21 septembre 2014 et un communiqué en plusieurs langues diffusé par le quotidien

online « The Long War Journal », Abu Muhamad al-Adnani n'écartait aucun moyen pour frapper : « Nous conquerrons Rome, nous briserons ses croix, nous ferons de ses femmes des esclaves avec la permission d’Allah, le très-Haut », a déclaré à ses adeptes le porte-voix de l’Etat islamique, qui n’a pas simplement répété qu’il fallait «exterminer les infidèles où qu’ils se trouvent », mais leur a indiqué également les modalités : « Placez de l’explosif sur leurs routes. Attaquez leurs bases, faites irruption dans leurs maisons. Tranchez-leur la tête. Qu’ils ne se sentent en sécurité nulle part ! Si vous ne pouvez trouver de l’explosif ou des munitions, isolez les Américains infidèles, les Français infidèles ou n’importe lequel de leurs alliés : brisez leur le crâne à coups de pierre, tuez-les à coup de couteau, renversez-les avec vos voitures, jetez-les dans le vide, étouffez les ou empoisonnez-les.” »…

le-camion-crible-de-balles_862820_516x343

            Lors des auditions devant l’Assemblée Nationale des 10 et 24 mai 2016, Patrick Calvar, le directeur général de la Sécurité intérieure (DGSI) alertait les parlementaires en précisant –si besoin en était- que les troupes de Daech, si elles sont affaiblies sur le terrain de la Syrie, vont intensifier leurs attaques dans nos villes : « Je suis persuadé qu’ils passeront au stade des véhicules piégés et des engins explosifs, et ainsi qu’ils monteront en puissance », semant la mort en France comme

on le voit quasi quotidiennement dans les rues de Bagdad, et comme on l’a vu durant le mois de Ramadan dans les rues d’Istanbul. « Dès qu’ils auront projeté sur notre territoire des artificiers, ils pourront éviter de sacrifier leurs combattants tout en créant le maximum de dégâts ». Particulièrement dans le collimateur du patron de la DGSI, les 2.000 suspects en relation avec le conflit syrien. « La menace la plus forte est représentée par des gens qui ont combattu, qui ont été entraînés en Syrie et en Irak, à l'exemple de ceux qui ont attaqué le Bataclan. Ils sont au nombre de 400 à 500 », a rappelé Patrick Calvar.

1027092321

Une mise en garde prémonitoire avant les événements de Nice, même si l’hypothèse d'un « camion tueur » dans une foule n'avait pas (par manque de clairvoyance) été évoquée par le patron de la DGSI…

1026681204

En effet, foncer dans des foules, des familles, des enfants, des poussettes, cela correspond parfaitement au mode opératoire préconisé par les théoriciens de Daech qui –faut-il le rappeler ?- l’avaient déjà « expérimenté » le 22 décembre 2014. Mais qui s’en souvient encore aujourd’hui ?...

camion-blanc-nice

Ce jour là, un individu au doux nom de Nacer Benabdelkahder, au volant d’une voiture bélier avait foncé, à Dijon, dans la foule, fauchant 13 personnes devant un abribus. Il fut interpellé par la police en criant : « Allah Akbar ! »… La leçon ne fut pas retenue… Et si elle ne le fut, c’est parce que la procureure de Dijon, Marie-Christine Tarrare, se refusa à qualifier cette agression « d’attentat islamiste », arguant que cet individu avait fait de nombreux séjours en hôpital psychiatrique en 2001 et 2014. Il n’était donc, à ses yeux, qu’un « déséquilibré ». (*)

la-camion-a-fonce-sur-le-marche-de-noel-de-berlin-dans-la_853987_800x600

Comble de perversion dans ses propos, elle avait ajouté que si ce dernier avait crié à plusieurs reprises « Allah akhbar », « c’était pour se donner du courage ! » (sic)…

Et c’est un tunisien de 31 ans, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, domicilié à Nice, connu des services de police qui, probablement « pour se donner du courage », a reproduit le mode du « camion tueur» utilisé sur la foule le soir du 14 Juillet

2016, faisant 86 morts et plus de 200 blessés…

111668071

En réalité, il ne faisait, à son tour, que mettre en pratique cette recommandation djihadiste publiée le 11 octobre 2010 dans la deuxième édition du magazine en langue anglaise d’AQPA, « Inspire », qui proposait aux musulmans américains plusieurs façons de mener des attaques terroristes y compris en utilisant un camion… AQPA étant la branche d'Al-Qaida au Yémen qui a revendiqué l’attentat de « Charlie Hebdo ».

CruCt5tVYAAbx0G

            Cet article intitulé « La meilleure machine pour faucher » suggérait d’utiliser un « camion comme faucheuse, non pas pour faucher l’herbe mais pour faucher les ennemis d’Allah » en ces termes :

nintchdbpict000311565596

« Pour obtenir le carnage le plus grand, vous devez parvenir à la vitesse la plus élevée, tant que vous conservez le contrôle de votre véhicule, afin de maximiser votre inertie et d’être en mesure de frapper autant de personnes que possible dès la première lancée. N’oubliez pas que, dès que les gens comprendront ce que vous faites, ils vont se disperser et courir dans toutes les directions pour se protéger. Ils vont chercher à se planquer là où aucun véhicule ne peut les atteindre. C’est pourquoi il est important de préparer votre trajectoire à l’avance.

Le lieu idéal est celui où se trouvent un nombre maximal de piétons et un nombre minimal de véhicules. En fait, si vous pouvez atteindre des espaces piétonniers, comme il y en a dans certaines zones du centre-ville, cela serait idéal. Il existe certains lieux fermés aux véhicules à certains moments en raison des gens qui grouillent. Si vous pouvez vous procurer des armes à feu, emportez-les avec vous pour pouvoir finir le travail si votre véhicule est immobilisé pendant l’attaque. »

feature

Et de conclure par cette ultime recommandation :

« Après une telle attaque, nous pensons que vous aurez beaucoup de mal à vous échapper de manière sûre sans être reconnu. Aussi cela doit être considéré comme une opération martyre. C’est une voie à sens unique. Vous continuerez à vous battre jusqu’au martyre. Vous commencez votre voyage dans ce monde et à la fin, vous êtes auprès d’Allah. »

C’est exactement ce mode opératoire qui fut utilisé à Nice, Berlin et Londres…

José CASTANO

écrivain historien

(*) depuis cette date ce sont des dizaines voir des centaines de "déséquilibrés" qui ont été impliqués dans des "attentats islamiques" mais mis d'office dans des hôpitaux psychiatriques au lieu d'être jugés comme de vrais "criminels terroristes islamiques".

107597309

 **********************************************************************************************

TERREUR ISLAMIQUE

Par José CASTANO  

Livre de 214 pages

 

 

Terreur islamique -José Castano

Table des matières TERREUR ISLAMIQUE

Abu-Bakr-al-Baghdadi-014

 

Madame, Monsieur,

            J’ai le plaisir de porter à votre connaissance la parution de mon nouvel ouvrage intitulé : « TERREUR ISLAMISTE » qui analyse la place qu’occupent désormais l’islam et l’islamisme dans le cadre de nos institutions. Il apporte aussi un éclairage particulier sur le rôle de nos médias, des associations « humanistes », des partis politiques et de l’église dans la montée du fondamentalisme.

            Dans cette nouvelle guerre de religion basée sur le fanatisme, le terrorisme et la terreur, les « fous d’Allah » partent désormais à la conquête du monde libre avec au bout du voyage la mort qu’ils recherchent. Leur objectif est clair : Rétablir le califat en usant d’un argument de poids : La charia !

            En vous priant de bien vouloir prendre connaissance de la préface de cet ouvrage.

            Bien cordialement

            José CASTANO

pic_giant_061714_SM_ISIS-Iran-and-the-Rot-of-Political-Islam


PRÉFACE

            « Continuez à allumer des bougies, à faire des dessins, à vous câliner, à fanfaronner avec des « même pas peur ! », à creuser le gouffre de la niaiserie avec des « Je suis Charlie », « Je suis Paris », « Je suis Bruxelles »…

            Non ! Je ne suis pas une ville ! Je suis en guerre !... Et quand on est en guerre, on ne fait pas des bisous et des câlins devant la caméra de BFM TV en guise de réaction aux attentats… Quand je vois la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, pleurnicher lors d’une conférence de presse, j’ai envie de hurler : « Virez-moi cette conasse et mettez-moi une Margaret Thatcher ou une Golda Meir ! »… Quand allez-vous cesser d’être dans le pathos dégoulinant, pour réagir en véritables guerriers impitoyables ?... Continuez à chouiner, en attendant, les islamistes creusent vos tombes. »(Myriam Ibn Arabi, professeur de français à Arcachon, franco-marocaine, de culture musulmane, qui lutte contre l'obscurantisme islamique)

            On a prêté, à tort, à Malraux la phrase suivante : « Le XXIème siècle sera religieux ou il ne sera pas ». Si l’on ne connaît le véritable auteur de ces mots, ils reflètent cependant avec une acuité saisissante, le changement brutal qui s’est opéré depuis un demi-siècle dans les mentalités et les modes de vie du monde oriental.

            Durant toutes ces années, s’est substituée, subrepticement, à une idéologie usée et corrompue : Le communisme, une idéologie tout aussi délétère : L’islamisme… comme si un vide devait être comblé. C’est ainsi que par analogie, une nouvelle guerre de religion (surnommée « le communisme du 21ème siècle), a éclaté et, cette fois, à l’échelle planétaire.

            « Nous avons construit des outils pour dénoncer le  soviétisme et le nazisme, mais on peine à analyser le phénomène de l’islamisme alors qu’il n’est pas si différent ». Cette voix qui crie dans le désert est celle de l’auteur algérien de best-sellers, Boualem Sansal.

Le-califat-islamique-d-EIIL-juge-illegitime

            Un peu partout sur la planète -notamment au Moyen-Orient- les Islamistes massacrent les peuples avides de liberté dans une orgie de violence...

            Que ce soit en France, en Angleterre, en Espagne en Belgique ou aux USA -là où le terrorisme a frappé le plus ignoblement- on retrouve également ces mêmes scènes d’horreur visant à foudroyer le monde Occidental. Et ces tueries à grande échelle, ce déchaînement sans pitié d'un islam renaissant voulant dominer le monde ont eu leur source, en Algérie, dès le 1er Novembre 1954 par l’insurrection armée généralisée et les massacres qui s’ensuivirent durant près de huit années dans une apathie méprisante du peuple Français et de l’Occident.

            Si d'aucuns -réfractaires aux bienfaits de la colonisation française- persistent à ne vouloir considérer que cette « guerre sainte » a réellement pris naissance à cette date en Algérie, depuis un demi siècle elle se déroule désormais (naturellement) en France ou contre la France, partout où flottent ses couleurs...

            L'histoire n'est pas une éprouvette où il faudrait mettre les mêmes corps en présence, les mêmes catalyseurs et où il faudrait reproduire les mêmes conditions physico-chimiques pour avoir la même réaction et les mêmes produits. Son étude permet toutefois d'avertir les chefs politiques et militaires sur la tournure que peuvent prendre les événements lorsque certaines conditions sont réunies.

            Une évidence s’impose : Le terrorisme islamiste et son cortège de barbarie inhumaine auxquels nous sommes confrontés depuis une trentaine d’années ressemblent à s’y méprendre à ceux du FLN algérien. Et bien que ces attentats se soient toujours réclamés du « Djihad », il était de bon ton de ne pas le remarquer parce qu’il était impensable pour nos bien-pensants d’en dire la provenance…

            Ce n’était qu’une « petite guéguerre » où les protagonistes « exprimaient leur mal être »… Pas de quoi s’inquiéter !… Il ne fallait surtout pas affoler l’opinion ! Au besoin, la chloroformer et la faire se tromper de cible… sauf qu’aujourd’hui, nous mesurons avec stupéfaction le prix humain de cette mauvaise vision politico-médiatique qui a livré les Français en pâture à l’islamisme et à son fanatisme.

C4f-IvmWIAQC4dq

            D’un monde judéo-chrétien, nous passons à un monde musulman qui est à l’opposé de l’esprit français, de ses mœurs, de ses coutumes, mais qui veut par la force et le crime imposer son idéologie religieuse.

            Tout cela porte un nom : Djihad!... Guerre Sainte!... Guerre révolutionnaire, odieuse, cruelle, qui n'en est qu'à ses prémices, visant à disloquer le monde libre.

            L'objectif des islamistes : la victoire d’un totalitarisme qui ne diffère en rien du communisme et du nazisme en imposant par la terreur, la charia -la loi islamique- son cortège d'intolérance, de fanatisme et de barbarie.

            Pour la seule année 2015, 250 morts, victimes du terrorisme, ont été dénombrés en France et entre 2000 et 2015, 28.146 attaques terroristes mortelles ont été perpétrées par des musulmans de par le monde. Et le pire est à venir... 2016 battra tous les records !

            Un constat s’impose… Après chaque tuerie, il y a d’abord eu la stupeur, l’émotion, le chagrin, les larmes, la compassion, la solidarité, la nausée, la colère…

            Après le massacre du Bataclan, les Français ont allumé des bougies, déposé des fleurs et ont pleuré sans pour autant réclamer de compte à leurs gouvernants qui, à l’instar du « plus illustre d’entre eux », se félicitent de leur bilan dans un optimisme béat dénué de réalité…

111682437

            Après le carnage de Nice, les Français, soumis, ont recommencé à allumer des bougies, déposer des fleurs, pleurer, refouler leur rage… sans, pour autant, réclamer de comptes à ceux qui, dans le même temps, après nous avoir imposé de légitimer l’islam, religion de « paix et d’amour », déversaient à profusion devant les caméras, leurs larmoyantes jérémiades et leurs discours lénifiants d’une fadeur à donner la nausée…

            Pourtant, cette colère des Français ne s’est jamais véritablement exprimée… hormis l’accueil houleux réservé, à Nice, à Manuel Valls. Face à tant de barbarie mais aussi à tant d’inertie, d’incurie et de médiocrité de la part de gouvernants frileux, gavés  aux « droits de l’homme » et imprégnés d’idéologie antiraciste, cette colère aurait dû se manifester au niveau national... non pas la colère aveugle, mais la juste colère…

            Mais combien d’autres massacres devrons-nous encore subir, combien d’autres morts devrons-nous encore pleurer avant de prendre réellement conscience que nous sommes en guerre ?... Avant que l’on désigne clairement l’ennemi ? Refuser de répondre à une guerre ouvertement déclarée équivaut à une capitulation !

iCYQQoh

            Nos gouvernants sont-ils insensibles à ce point à la douleur humaine pour se complaire dans leur déni de réalité sur les causes et l’extension de la barbarie islamiste ? Pour taire ce qui apparaît comme une évidence ? N’y a-t-il pas là une sorte de mépris à l’égard des victimes et de leurs familles ?

            « Nous sommes en guerre ! » clament à tout va Hollande, Valls et Cazeneuve… Dans ce cas, que ne désignent-ils pas clairement l’ennemi ?… Et celui-ci, c’est l’islam ! C’est lui –et lui seul- qui légitime les terroristes qui égorgent, décapitent, massacrent et se font exploser parmi les innocents.

            Il est temps que le peuple français prenne en main son destin et exprime sa colère… Il est temps de sanctionner ceux qui –au gré des mandatures- ont mené la France au chaos… Il est temps de se révolter contre cet islam, là, et retrouver pleinement son âme, son identité, ses libertés et cet amour sacré de la Patrie !

            « Je vous le dis, s’ils se taisent, les pierres crieront » (Luc 19:40).

            Puis… Oh miracle ! Est-ce ce verset de l’Evangile selon Saint Luc ou les voix de ces centaines de martyrs qui ont rendu plus prolixe François Hollande ? Après avoir inlassablement répété durant des années que « l’islam est compatible avec la démocratie »… que « l’islam est une religion de tolérance, d’amour et de paix » et qu’il ne « faut pas faire d’amalgame », voilà que le 15 juillet 2016, dans une allocution télévisée depuis l’Elysée, le Chef de l’Etat déclare pour la première fois : « C’est toute la France qui est sous la menace du terrorisme islamiste ! »

            Ce n’est pas en versant des larmes, en déposant des fleurs, en allumant des bougies, en multipliant les « cellules de crise »… et en mettant en place des N° verts et des clips « contre le racisme », qu’on combattra le terrorisme islamiste… Ce n’est pas en célébrant des offices religieux et en écrivant « Je suis Paris »… « Je suis Nice »… ou, plus affligeant encore : « Vous n’aurez pas ma haine ! », qu’on vaincra le monstre… mais en le traquant et en lui assénant les coups les plus meurtriers.

            De la haine, il en faut !... de cette haine que les soldats entretiennent pour pouvoir continuer à être des soldats ! Il faut monter en première ligne, il faut que la peur change de camp afin que le monstre retourne et s’enterre dans les sables du désert…

            La France est aux yeux de l’islam une aire de guerre, « dâr al-harb », et elle se doit de traiter ce dernier de la même manière qu’il la traite. Tout le reste n’est que discussion stérile et vaine logomachie !

            Et c’est encore Boualem Sansal qui nous avertit et dicte la conduite à tenir : « Les rassemblements officiels où l’on vient se lamenter et pleurnicher donnent de la France officielle une image déplorable qui encourage les islamistes. La France devrait, à travers ses chefs, donner l’image d’un pays DEBOUT et capable d’affronter le pire ! »

            Mais, une fois encore, le temps fait son œuvre… Il laisse inexorablement la place à un scepticisme désenchanté, une relativisation des choses, un détachement pervers de nos opinions fatiguées et, le pire, une mémoire qui s'estompe et qui n'est que trop voisine de l'égoïsme, de l'indifférence et de la lâcheté.

            Après s’être réveillés brutalement de leur sommeil, les Français se replongent dans leur amnésie habituelle et reprennent leur morne sommeil...

            Brave peuple résigné, continue à ne rien vouloir entendre, à ne rien vouloir voir… Persiste dans ta léthargie mais, combien dur sera le réveil !...

            Dans « Crime et Châtiment », Dostoïevski écrivait : « L'homme est une ordure, il s'habitue à tout ». Il rejoignait, là, Voltaire qui, dans son chapitre 30 de Candide ironisait : « Cette catastrophe faisait partout un grand bruit pendant quelques heures… »

            Combien faudra-t-il donc ajouter de siècles à ceux qui sont derrière nous pour qu’ils n’aient pas honte de leurs aînés ?...

José CASTANO 

e-mail : joseph.castano0508@orange.fr

Cv1jnyUUIAAhW3h

«Terreur Islamiste » (214 pages)

Adresser commande à : Publications José CASTANO BP 67 34250 PALAVAS LES FLOTS

Prix : 19 euros, franco de port.

Règlement à la commande.

***********************************************************************************

27 mars 2017

HISTOIRE DU PARTI ITALIEN LE MSI DE GIORGIO ALMIRANTE SON FONDATEUR EN 1946 ET QUI EST DÉCÉDÉ EN 1988

Vie et mort d'un parti ... le MSI en ITALIE

Lundi, 27 mars 2017

3765334732

 

Par Camille Galic, Fondation Polémia cliquez ici

 

Pendant près de trois décennies, le Mouvement Social Italien (MSI) fut le phare des partis qu’on ne disait pas encore populistes. Même s’il était exclu de l’« arc constitutionnel » à la suite du « compromis historique » conclu entre le PCI et la démocratie chrétienne, son ancrage dans la population et ses nombreux élus –communaux, nationaux (29 députés et 9 sénateurs dès 1953) – faisaient rêver ses homologues européens.

Il disposait de son propre quotidien, l’influent Il Secolo d’Italia, d’une presse très diversifiée, de l’hebdo grand public Il Borghese aux revues théoriques, de son mouvement de jeunesse (Avanguardia Nazionale), de relais à l’Université comme dans la haute aristocratie (tel le marquis Pignatelli, prince de Cerchiara) et d’un puissant syndicat, la CISNAL.

C’est ce glorieux passé que fait revivre, en suivant l’ordre chronologique, le journaliste Massimo Magliaro, ancien rédacteur en chef d’Il Secolo, dans un livre tout récemment paru, depuis la naissance du précurseur Fronte dell’Italiano en septembre 1946, suivie en novembre par la fondation du Mouvement italien d’Unité sociale par Giorgio Almirante et quelques amis, rescapés de la République sociale italienne.

ob_f7f732_almirante1

Vite rejointe par des éléments aussi différents que le Parti national italien, l’Union syndicale des cheminots italiens, les Groupes nationalistes lombards, l’Organisation pour le travail aux chômeurs associés, etc., cette structure fut la matrice du MSI, créé le 26 décembre 1946.

Rançon de sa popularité, le nouveau parti connaît rapidement ses « années de plomb ». En mars 1947 à Milan, le directeur du Meridiano d’Italia est assassiné par des terroristes communistes, qui dévasteront les bureaux du journal quelques mois plus tard. A Milan encore, à Bari, à Florence, à Rome et autres lieux, les sièges du MSI sont pris d’assaut, ses meetings attaqués. En 1953, alors que le dictateur communiste yougoslave Josip Broz, dit Tito, exige la restitution de Trieste et que les nationalistes italiens refusent ce Diktat, ils sont chargés à plusieurs reprises par la police militaire britannique qui, assurant l’ordre pour le compte de l’ONU, tire à balles réelles, faisant en tout six morts et plus de 120 blessés.

Malgré ces bains de sang, les militants résistent et leurs chefs, Giorgio Almirante, Augusto De Marsanich et Pino Romualdi en tête, persévèrent dans le quadrillage du territoire et l’opposition résolue au « système ». Tant d’efforts et de sacrifices seront couronnés de succès : en 1993, quarante ans après l’hécatombe de Trieste –enfin revenue en novembre 1954 à l’Italie, son arrière-pays ou Istrie étant dévolu à la Yougoslavie –, le MSI comptera 8451 sections réparties dans toute la péninsule et 202.000 adhérents à jour de cotisation.

Ce seront ses derniers jours de gloire. En 1988 s’est éteint Giorgio Almirante, « l’archi-Italien » que certains se souviennent d’avoir aperçu aux BBR frontistes, et son dauphin Gianfranco Fini lui a succédé.

gianfranco_fini1

Mais, battu de très peu en 1993 à la mairie de Rome, Fini se persuade que cet échec relatif est dû à son attachement au Duce. Dès lors, il n’a de cesse de rejoindre l’Establishment. Il en découlera le sabordage du parti qui deviendra, le 22 janvier 1994, l’Alliance nationale, afin d’intégrer plus aisément la coalition menée par Silvio Berlusconi qui fait de l’ancien protégé d’Almirante son ministre des Affaires étrangères, vice-président du Conseil.

Parvenu en 2008 au fauteuil de président de la Chambre des députés, Fini devra l’abandonner cinq ans plus tard, ayant été sèchement battu aux législatives en dépit – ou à cause – de ses positions en rupture totale avec le programme du MSI. Celui qui proclamait vingt ans plus tôt son admiration pour le Ventunnio fasciste et qualifiait Mussolini de « plus grand homme d’Etat du XXe siècle […] vaincu par les armes mais non pas par l’histoire », s’est en effet converti au libéralisme, à l’atlantisme, à l’européisme, à l’assouplissement des règles d’accueil des immigrés et même à la dépénalisation du haschich !

beppegrillo

Entre-temps, comme la nature a horreur du vide, la Ligue du Nord puis le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo auront prospéré sur les ruines du MSI – qui, maintenu par des fidèles, n’est toutefois plus qu’un groupuscule. « Alors que partout en Europe les peuples se réveillent et que des mouvements nationaux se développent, paradoxalement, l’Italie est l’un des rares pays où la droite nationale est privée d’une véritable représentativité…

A force de déraciner l’arbre, celui-ci ne donne plus de fruits », conclut tristement Massimo Magliaro qui estime que « ce qui s’est passé en Italie doit être lu, étudié et compris par tous les militants nationalistes d’Europe ». Difficile de lui donner tort.

Massimo Magliaro, Le MSI, Cahiers d’histoire du nationalisme, Editions Synthèse Nationale, n°11, 25/02/2017.

798px-Almirante_vittoria_sicilia_1971

 

 

In Italiano

Lunedi, 27 marzo, il 2017

Vita e morte di un partito ... il MSI in ITALIA

Camille Galic Polémia Fondazione

Per quasi tre decenni, il Movimento Sociale Italiano (MSI) è stato il fiore all'occhiello dei partiti che non ha detto ancora populista. Anche se è stato escluso dal "arco costituzionale" che segue il "compromesso storico" tra il PCI e la Democrazia Cristiana, il suo ancoraggio nella popolazione e le sue numerose -communaux eletti nazionale (29 deputati e senatori da 9 1953) - sono stati sognare i suoi omologhi europei.

Aveva il suo giornale, l'influente Il Secolo d'Italia, una pressa molto vario, i pubblici Il Borghese riviste teoriche settimanali del suo movimento giovanile (Avanguardia Nazionale), il relè Università come l'aristocrazia (come il Marquis Pignatelli, principe di Cerchiara) e un potente sindacato, il CISNAL.

E 'passato glorioso che fa rivivere, in ordine cronologico, il giornalista Massimo Magliaro, ex direttore de Il Secolo, in un libro di recente pubblicazione, dalla nascita del precursore dell'Italiano Fronte a Settembre 1946 seguita a novembre dalla fondazione del Movimento sociale italiano Unità Giorgio Almirante e gli amici, i sopravvissuti della Repubblica sociale italiana.

Presto raggiunti da elementi diversi come il Partito Nazionale Italiana, l'Unione delle ferrovie italiane, nazionalisti Gruppi lombarda, l'Organizzazione per il lavoro associato con i disoccupati, ecc, questa struttura era la matrice di MSI, costituita il 26 dicembre 1946.

Ransom della sua popolarità, il nuovo partito diventa rapidamente i suoi "anni di piombo". Nel mese di marzo 1947 a Milano, direttore Meridiano d'Italia viene ucciso da terroristi comunisti che devasterà la redazione del giornale un paio di mesi più tardi. A Milano ancora una volta a Bari, Firenze, Roma e in altri luoghi, le sedi del MSI vengono attaccati, attaccati i suoi comizi. Nel 1953, quando il dittatore comunista jugoslavo Josip Broz, detto Tito, chiede la restituzione di Trieste e dei nazionalisti italiani rifiutano questo diktat, si pagano più volte dalla polizia militare britannica, garantendo l'ordine per conto di ONU, sparando proiettili veri, per un totale di sei morti e oltre 120 feriti.

Nonostante lo spargimento di sangue, militanti e dirigenti resistono, Giorgio Almirante, Augusto De Marsanich e Pino Romualdi avanti, perseverare nella griglia del territorio e decisa opposizione al "sistema". Tanta fatica e sacrificio avranno successo: nel 1993, quaranta anni dopo il massacro di Trieste -Infine indietro nel novembre 1954 in Italia, il suo entroterra e l'Istria viene devoluto alla Jugoslavia - il conteggio MSI 8451 capitoli in tutta la penisola e 202.000 membri fino ad oggi del contributo.

Questo sarà il suo ultimo giorni di gloria. Nel 1988 è morto Giorgio Almirante, "l'arci-italiano", come alcuni ricordano di aver visto i frontisti BBR, e il corridore Gianfranco Fini lo ha riuscito.

Ma molto poco battuto nel 1993 a sindaco di Roma, Fini è convinto che questo fallimento è dovuto al suo attaccamento al Duce. Pertanto, non cessa mai di aderire alla Fondazione. Ciò comporterà l'affondamento del partito diventerà, 22 gennaio 1994, Alleanza Nazionale, al fine di integrare più facilmente la coalizione guidata da Silvio Berlusconi che fa l'ex pupillo di Almirante suo ministro degli Esteri, vice Presidente del Consiglio.

Arrivato nel 2008 la cattedra di presidente della Camera dei Deputati, Fini abbandonerà cinque anni più tardi, dopo essere stato sconfitto in seccamente parlamentari, nonostante - oa causa di - le sue posizioni in rottura totale con il programma di MSI. Colui che ha proclamato vent'anni prima la sua ammirazione per il fascista Ventunnio e descritto Mussolini "il più grande statista del XX secolo [...] conquistato con le armi, ma non dalla storia," ha infatti convertito in il liberalismo di atlantismo nel dell'europeismo, il rilassamento delle regole di casa per gli immigrati e anche la depenalizzazione di hashish!

Nel frattempo, come la natura ha orrore del vuoto, la Lega Nord e il Movimento 5 stelle Beppe Grillo hanno prosperato sulle rovine del MSI - che, se mantenuta dai fedeli, tuttavia, è più di un piccolo gruppo. "Mentre in tutta Europa le persone si stanno svegliando e che i movimenti nazionali sviluppati, paradossalmente, l'Italia è uno dei pochi paesi in cui diritto nazionale viene privato di una rappresentazione fedele ...

Una forza di sradicare l'albero, non dà più frutti "conclude tristemente Massimo Magliaro che crede che" ciò che è accaduto in Italia deve essere letto, studiato e compreso da tutti i militanti nazionalisti in Europa " . Difficile dargli torto.

Massimo Magliaro, MSI, nazionalismo Storia notebook, pubblicato dalla National Synthesis, n ° 11, 25/02/2017.

Posté par DIACONESCO_TV à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 mars 2017

CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 2017 DE MARINE LE PEN PRÉSIDENTE DU FRONT NATIONAL

 Lettre de Marine Le PEN le 24 mars 2017
 

PHO52d47236-e237-11e2-8ce6-bd61cfcb471a-805x453

 
Mes chers amis,

Que cette campagne est enthousiasmante ! Il me tarde de vous retrouver lors de nos réunions publiques, pour entendre vos messages de soutien, et partager avec vous le formidable engagement patriote qui se dessine dans tous les coins de notre admirable pays. De toute la France, la ferveur des amoureux de la patrie s'exprime de plus en plus librement et fortement, c'est un magnifique engouement, il me rend des plus optimiste pour la victoire. Celle-ci est maintenant toute proche !

J'ai hâte de vous retrouver, mes chers concitoyens, parce que j'ai passé la semaine à l'étranger, dans le cadre d'une tournée internationale. Différents voyages m'ont amenée à des rencontres capitales pour préparer notre accession au pouvoir, et préciser la vision que je porte, en votre nom, s'agissant des relations internationales et de la politique de la France dans le monde. Il est important que je le fasse, dans une période aussi troublée.

La France a toujours eu, et doit continuer d'avoir, une ambition mondiale. Notre pays, si grand, si respecté dans le monde quand il est à la hauteur de son rang, toujours attendu aussi pour le message de paix, d'équilibre et de respect des souverainetés qu'il est capable de porter, doit renouer avec une diplomatie indépendante et consciente de son immense responsabilité universelle. Les derniers présidents ont totalement oublié cette mission française, préférant mettre notre nation au service d'intérêts qui ne sont ni les nôtres, ni ceux des peuples du monde.

J'ai échangé cette semaine avec le président de la République du Tchad, ainsi qu'avec celui de la Russie. Ces rencontres ont été particulièrement enrichissantes. Elles m'ont permis de préciser, dans de nombreux domaines, ce que sera la politique mondiale de la France une fois que les patriotes seront arrivés au pouvoir. Je ne peux ici, en si peu de lignes, résumer la teneur de nos échanges. Mais il y a un point central, commun à toutes les interventions que j'ai pu faire, qui est la tragédie du terrorisme. J'ai évidemment évoqué ce point avec nos soldats, engagés en Afrique, mais aussi avec les chefs d'Etat rencontrés. La nécessaire coopération internationale que je défends contre ce fléau a eu une résonance particulière cette semaine où le Royaume-Uni a été frappé par une attaque lâche et inadmissible. Qu'il me soit permis de renouveler ma compassion et mon amitié au peuple britannique, durement éprouvé, mais vaillant.

Depuis le début de ma campagne, j'ai, contre vents et marées, dans l'indifférence totale de mes adversaires, trop occupés à leurs tambouilles politiciennes d'un autre âge, toujours voulu rappeler à nos compatriotes combien il est important de se donner enfin les armes pour lutter contre cette terrible menace. Croyez en ma totale détermination pour défendre et protéger la France et les Français. Notre projet en la matière est le plus crédible, le plus solide.

Bientôt de retour sur le territoire national, je vous attends nombreux à Lille dimanche, et je vous souhaite à toutes et à tous une belle campagne !
Marine Le PEN
 
 
  Partager sur Facebook
  Partager sur Twitter
 

C48UjV8UoAARMzT

 
Afrique : discours de N'djamena

Excellence, Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la représentation nationale, c’est pour moi un très grand plaisir et un immense honneur que d’avoir pu m’entretenir hier avec Son Excellence le Président Idriss Deby Itno, dans sa région natale, ce qui m’a permis de constater que l’hospitalité toute sahélienne des Tchadiens n’est pas une légende.

 
David Rachline devant l’Association des Maires de France
 

Monsieur le Ministre, chers collègues parlementaires, chers collègues maires, permettez-moi tout d’abord de vous remercier pour votre invitation et recevoir les excuses de notre candidate Marine Le Pen qui n’a pas pu être parmi vous ce matin ; elle est en effet en déplacement auprès de nos troupes au Sahel.

 
L'Afrique : notre première priorité pour l'international

L'Afrique n'a jamais été, n'est pas et ne sera pas, pour la France, une somme de pays comme les autres dans le système international. Jamais nous ne devrons, ni ne pourrons, nous affranchir des liens créés par notre histoire commune... Lire la suite

21 mars 2017

CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 2017 DE MARINE LE PEN

MARINE a survolé le débat, mais les

 

sondeurs donnent Macron gagnant…

 

 

SOURCE Publié le 20 mars 2017 - par  

La présidentielle vient enfin de commencer ! 3h30 de débat !

Tout le monde attendait le choc du premier débat, une première dans l’histoire de la Ve République, qui n’a connu que des débats de second tour.

Après le ramdam permanent sur les affaires, place aux programmes et aux questions de fond. C’est le grand test de crédibilité pour les prétendants.

Marine et Macron caracolent en tête des sondages et tentent de conserver leur avance. Fillon espère remonter la pente, lui, qu’on jugeait imbattable il y a 3 mois ! Les autres jouent en deuxième division, sauf coup de théâtre.

Hamon et Mélenchon se disputent  les ruines fumantes de la gauche.

Avec un tiers des électeurs qui comptent s’abstenir et un électeur sur deux qui avoue être encore indécis, il est clair que chaque candidat joue gros dans ces débats. Tout reste possible pour le trio de tête.

Fillon veut jouer la carte de son expérience de gouvernement. Macron veut se débarrasser de son étiquette de Hollandais et Marine, comme toujours, sait qu’elle a en face d’elle un front républicain qui se reconstruira au deuxième tour.

Le décor étant posé les hostilités commencent.

D’entrée, Marine veut être la présidente de la France et pas la vice chancelière de Merkel. Indépendance nationale et intérêts des Français sont ses objectifs.

A part Mélenchon, qui veut une VIe République, les autres candidats ne se démarquent guère.

Sans reprendre la totalité des sujets abordés, il est clair que Marine a survolé cette épreuve en exposant tout son programme. Toujours aussi claire.

Sur les questions régaliennes, elle a été impériale. Fillon et Macron l’ont bien attaquée sur l’euro, mais sans grand dommage. Elle a ciblé ses attaques sur Macron et beaucoup critiqué ses imprécisions et son manque de clarté.

Macron a le sang chaud, s’énerve vite. Mais ses coups de gueule contre Hamon et Marine l’ont plutôt servi, si l’on en croit les impressions des téléspectateurs.

Selon les commentateurs, les lignes devraient bouger légèrement.

Mélenchon a fait une belle prestation. Très convaincant, il va rafler la mise de l’électorat de gauche au détriment de Hamon, empêtré dans son revenu universel.

Mélenchon, c’est le Georges Marchais des  grandes heures du PC ! Un acteur de théâtre.

Macron, qui avait le plus à perdre, a limité les dégâts mais est resté très flou.

Comme a dit Marine, au bout de 7 minutes on ne sait toujours pas où il veut en venir. Il godille en permanence, un coup à gauche, un coup à droite.

Fillon n’a pas été attaqué sur les affaires, mais il est resté assez en retrait. Il ne devrait pas remonter son handicap.

Selon les réseaux sociaux, le plus convaincant a été Mélenchon, suivi de Marine, Hamon fermant la marche.

Mais selon un sondage de téléspectateurs, le résultat est différent.

Le plus convaincant est Macron avec 29%, suivi de Mélenchon à 20%, puis de Marine et Fillon à 19%, Hamon ferme la marche avec 11%.

Tout cela nous confirme que le deuxième tour va se jouer entre Macron et Marine.

Fillon, plutôt réservé, devrait rester scotché à 20%.

Aucune chance de remonter avec un deuxième débat  de 11 candidats !

Je considère Fillon grillé définitivement.

Selon les commentateurs, Marine a dominé. Mais au vu du sondage des téléspectateurs, difficile de voir qui sera considéré comme le gagnant.

Il est évident que le débat qui opposera Marine à Macron au deuxième tour sera d’une autre tenue. Marine, toujours limpide, n’aura aucun mal à mettre Macron dans ses contradictions et ses flous artistiques permanents.

En attendant le combat pour Marine continue.

Jacques Guillemain

***********************************************************************************

LETTRE DE MARINE : ÉDITO N°12

17 March 2017

La Lettre De Marine

Chers amis,

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre et à apprécier cette lettre hebdomadaire. Merci pour vos retours et vos encouragements, qui font toujours très plaisir ; tous les soutiens et les mots gentils sont pour moi un surcroît d’énergie.

J’ai commencé la semaine par une conférence sur le thème de la citoyenneté. J’ai eu l’occasion de dire à quel point il m’apparaît que la citoyenneté française est un honneur, et qu’il était vraiment regrettable de la galvauder aujourd’hui. J’ai précisé à cette occasion qu’il serait souhaitable d’organiser une consultation sur les conditions d’entrée et de séjour sur le territoire français, ainsi que sur l’acquisition de la nationalité française.

C’est ensuite dans le Var que je me suis rendue, lors d’une réunion publique à Saint-Raphaël, à deux pas de la ville dont David Rachline est maire. J’ai d’ailleurs à cette occasion salué le travail remarquable qu’il accomplit dans sa municipalité. C’est aussi un excellent et dynamique directeur de campagne. L’accueil de la population varoise a été formidable. Lors de mon discours, j’ai tenu à développer mon projet sur deux thématiques essentielles et pourtant totalement oubliées par mes concurrents dans cette campagne : l’emploi et la lutte contre le terrorisme islamiste.

Je continuerai, d’ici le scrutin, de faire connaître aux Français les engagements que j’ai pris et que je mettrai en oeuvre une fois à l’Elysée, avec autant de plaisir que je le fais depuis des semaines maintenant, et avec autant, j’en suis sûre, d’attention parmi les publics que j’ai le bonheur de rencontrer, un peu partout en France.

Rendez-vous à Metz demain pour ceux qui le peuvent, nous y tenons un grand meeting.

Et à toutes et à tous, bonne campagne !

final_metz-1184x791

Meeting de Marine Le PEN aux arènes de Metz 

grandmeetinglille-1184x791

 Futur Grand Meeting Dimanche 26 mars 2016 à 15 heures au Zénith de LILLE 

Posté par DIACONESCO_TV à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


20 mars 2017

LE DICTATEUR ISLAMISTE DE LA TURQUIE RECEP TAYYIP ERDOGAN QUI VEUT COLONISER L'EUROPE COMPLÈTEMENT AFFAIBLIE PAR SES DIRIGEANTS

LA GRANDE MENACE AVEC L’APPEL D’ERDOGAN AUX TURCS : COLONISONS L’EUROPE !

images-1

 
 
Print Friendly

Turquie-NL

Recep Tayyip Erdogan, l’autocrate qui dirige la Turquie avec son parti, les islamistes de l’AKP, demande au Turcs installés en Europe de faire 5 enfants, pas trois, pour accroître massivement leur présence dans un Europe qui n’a plus d’enfants et ainsi prendre le contrôle du continent ! « Vous êtes le futur de l’Europe », lance Erdogan lors d’un discours à Eskisehir, au Sud d’Istanbul.

Erdogan exhortait cette semaine les Turcs d’Europe à faire des enfants et à coloniser l’Europe. C’est bien parti…

Ce n’est plus une menace voilée; c’est une volonté politique qui se traduit par le maintien de la double nationalité pour tous les Turc d’Europe, par un vol aller-retour gratuit sur Turkish Airlines chaque année, par des avantages divers au pays (voiture, achat de maison, banques et financements,…).

«J’en appelle à mes frères et sœurs de l’Europe. Faites cinq enfants, pas trois… Votre patrie, c’est désormais la place où vous vivez et travaillez. Revendiquez cette place. Développez encore plus le business, faites entrer vos enfants dans les meilleures écoles, assurez-vous que vos familles vivent dans les meilleurs endroits, conduisez les meilleures voitures, vivez dans les plus belles maisons. C’est parce que vous êtes le futur de l’Europe. Cela sera la meilleure réponse à la vulgarité, à l’antagonisme et à l’injustice à votre égard», a déclaré M. Erdogan.

Auparavant le ministre turc des Affaires européennes Ömer Çelik a menacé l’Europe en déclarant qu’Ankara allait réexaminer « le volet des passages terrestres » contenu dans le pacte avec l’UE sur la lutte contre l’immigration clandestine. Menace nette!

Le pacte migratoire, conclu le 18 mars 2016 entre Ankara et Bruxelles, a permis de restreindre l’afflux de migrants clandestins de Turquie vers l’Europe via les îles grecques en mer Egée. Depuis le 20 mars dernier, tous les nouveaux migrants illégaux en provenance de Turquie qui arrivent dans les îles grecques sont renvoyés en Turquie. En contrepartie, l’UE a accepté de verser une aide financière à Ankara (3 à 5 milliards d’EUR, ce n’est pas clair) et s’engage à accepter le même nombre de « réfugiés » bien estampillés syriens en Europe au départ de la Turquie, par circuit officiel. L’Europe est donc perdante, doublement, triplement et se fait insulter sans pouvoir rien faire.

La menace est claire: la Turquie peut du jour au lendemain permettre à nouveau l’afflux de migrants illégaux sur les plages grecques. En 3 ans, l’Europe s’est montrée incapable d’arrêter ce flot ou de négocier utilement…

Il est trop tard, avec les politiques lamentables qui dirigent la manœuvre du côté européen, pour fermer les frontières et imposer une position européenne à la Turquie. Vladimir Poutine a maté Erdogan. Pour l’Europe, Angela Merkel et le pitoyable duo Juncker – Tusk sont traités comme des « sous-hommes » par Erdogan, pour reprendre une sympathique expression nazie qu’Erdogan appréciera.

 

CpvL9F6XEAAaXpr

 

Quant aux Pays-Bas, où Mark Rutte a sauvé sa tête de Premier ministre de justesse aux élections, en perdant « seulement » un quart de ses sièges, grâce à une politique de fermeté envers la Turquie, Erdogan traite ce pays de « république bananière » !

La Haye avait refusé l’entrée dans le pays de deux ministres turcs qui devaient mener des meetings de soutien de la diaspora turque aux islamistes d’Erdogan pour le référendum sur le renforcement de ses pouvoirs, le 16 avril prochain.

La Turquie est déjà dans l’OTAN. Elle sera bientôt dans l’Union européenne. En tout cas, la Commission et la majorité du parlement européen se refusent à STOPPER le processus d’adhésion. On le gèle temporairement, c’est tout…

Les autorités allemandes avaient aussi fait preuve de lâcheté (en évoquant des « difficultés logistiques ») en annulant la tenue d’un rassemblement turc massif à Gaggenau (sud-ouest) avec comme orateur le ministre turc de la Justice Bekir Bozdag. Cologne avait retiré l’autorisation d’un autre rassemblement prévu en présence du ministre turc de l’Economie, Nihat Zeybekci. Les jours suivants, deux autres meetings étaient annulés.

La volonté islamiste turque de coloniser l’Europe progresse. La natalité turque est à plus du double de celle des Européens « de souche ». C’est vrai également pour tous les autres musulmans d’Europe. Le regroupement familial des migrants constitute le vrai dérapage et l’accroissement est rapide. Le poids de l’islam en Europe est beaucoup plus lourd que celui de la population encore qualifiée de chrétienne. L’islam sera rapidement la première religion d’Europe, et la Turquie va y contribuer fortement. Si la Turquie entre dans l’UE, le groupe des députés turcs musulmans au parlement européen sera le plus important de tous…

Cela n’empêche pas Tartarin-Louis Michel (MR), le parrain du gouvernement de Charles Michel, son gamin, de continuer ce samedi 19 mars sur RTBF (« la Semaine de l’Europe » d’Olivier Henrion), de considérer que l’Europe peut seulement geler les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne « pour le moment ». Il reste bien sûr partisan pour le MR de l’entrée de la Turquie dans l’Union.

C.T.

Cp5P-oPXYAAFBR9

CppU6HPUsAI5hmp

1423211188585

CvZAzzwWEAElq1t

CvZAekIWcAA950B

Posté par DIACONESCO_TV à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mars 2017

LE GRAND MEETING DE MARINE LE PEN A SAIN-RAPHAËL DANS LE VAR MERCREDI 15 MARS 2017

Grand meeting de Marine Le Pen à Saint-Raphaël le mercredi 15 Mars 2017 au Palais des Congrés du nouveau port de plaisance à 19h :

" LA VICTOIRE EST PROCHE ! "

C69t8sHWwAICRgi

LA VIDEO DU MEETING A SAINT-RAPHAËL

QUELQUES EXTRAITS FORTS DU DISCOURS DE MARINE LE PEN A SAINT-RAPHËL :

 

« Chaque jour qui passe me rend plus optimiste sur nos chances de victoire ... quant au système politique et médiatique il cherche à détourner les Français des questions centrales.»

 

« Cette année, le système a choisi d’innover. Alors on nous a déniché le candidat Macron. Il assume d’être le candidat de l’UMPS, et même de l’UE-UMPS. Il est aussi le candidat du sourire, celui que toutes les caméras nous montrent en permanence. Il a attendu des mois pour daigner nous présenter son programme. Au final, rien ou à peu près rien. C’est un programme qui, certes, assume de vouloir tout “uberiser”, mais dont on ne retient rien. Macron n’incarne rien de nouveau dans cette élection.»

 

« Ce pauvre Benoît Hamon, quant à lui il est victime d’une succession de faux départs, et il n’a toujours pas réussi à lancer sa campagne.»

 

« Où est-il l’intérêt pour le peuple, où est le projet pour la nation dans cet interminable feuilleton d’une campagne déboussolée, tant à droite qu’à gauche ? »

 

« Nous Front National sommes un roc dans cette campagne, un repère devenu indispensable pour les Français.»

 

" Pour la sécurité nous allons recruter 15.000 policiers et gendarmes, 6.000 douaniers et l’instauration d’un renseignement pénitentiaire, contre le terrorisme et la délinquance nous allons désarmer les banlieues et allons crééer 40.000 places de prison, expulser tous les islamistes étrangers, nous allons fermer les mosquées radicales et obliger les prêches des imans en français ..."

 

" MACRON assume être le candidat de l'UEMPS, ralliant toutes les vieilles gloires du système, de Robert Hue à Alain Minc..."

" La campagne de M.FILLON est en jachère. Plus rien ne s’y passe. Plus aucune proposition. Il a déserté le débat public !"

" Les projets de MM. FILLON et MACRON ne poursuivent qu’un objectif: l’enterrement définitif de l’indépendance de la France !"

" Hollande et Cazeneuve donnent leur opinion chaque jour. Qu’avons-nous à faire de l’opinion de ceux qui ont ruiné la France ?"

" Nous n’avons pas besoin des médias à la botte du système, ni des "experts" ou "instituts" pour parler au cœur des Français !"

" Je pense à nos compatriotes touchés par le chômage, grande faucheuse dans notre pays, et à nos mères de familles françaises!"

" Je ne veux pas condamner la France à l’austérité, ni sacrifier la France et les Français pour des raisons dogmatiques !"

" Nous ferons du protectionnisme intelligent pour réindustrialiser le pays tout entier et redonner du travail à nos ouvriers !"

" Je mettrai fin à la directive détachement des travailleurs. Oui, privilégions l'emploi et le travail des Français en France !"

" Je mettrai fin au scandale du RSI, qui tue nos indépendants, et je prononcerai une amnistie sur tous ses arriérés !"

" Le drame de Nice, aucun Français ne peut l'oublier. Surtout pas ici où des proches ont été victimes. Et rien n'a été fait..."

" Nos dirigeants ont accepté en France le meeting d’un ministre de M. Erdogan, malgré la dérive islamiste de son régime !"

" Je ferai respecter la police, et je supprimerai les allocations versées aux familles de mineurs multirécidivistes !"

" Avec la double peine, j'expulserai les délinquants étrangers, et ferai en sorte qu'ils effectuent leur peine dans leur pays!"

" Je crois en la France. J’ai confiance. Les Français retrouveront le chemin de leur grandeur, et l’unité de leur Nation !"

" Mobilisez-vous, continuez, la victoire est proche ! Vive la République ! Vive la France !"

Marine Le PEN

**********************************************************

C6-qK92WoAAp-4X

C6-3YClW0AA30Cn

C6-x20CWgAE30Nh

C6-1NwNW0AANo9k

C6-p-2nW0AATi4p

C6-yDscXEAAtxZ_

C6-seM8WsAUVpWA

marine-le-pen-lors-d-une-convention-a-paris-en-novembre-2016-1eb405-0@1x

**********************************************************

DEJA TOUT SUR MARINE LE PEN AVEC DIACONESCO.TV

Posté par DIACONESCO_TV à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 mars 2017

DOSSIER COMPLET SUR LA FUTURE LIGNE T2 EN OUEST-EST DU TRAMWAY DE NICE CE MARDI 14 MARS 2017 ... A QUAND LA FIN DES TRAVAUX ?

VISITE DU CHANTIER DU TUNNELIER DE LA LIGNE T2 OUEST-EST DU TRAMWAY DE NICE LE 13 MARS 2017

P1240623

Photo Presse AMERICAN COMPANY INTERNET COUNCIL LLC - DIACONESCO.TV - C.COPYRIGHTS AND ALL RIGHTS - 13.03.2017 - NICE

COMMUNIQUE DE PRESSE DE PATRICK ALLEMAND

Réunion d'information sur le souterrain de la ligne 2 du tramway  

Le groupe "Un Autre Avenir pour la Métropole" avait déposé un vœu au conseil métropolitain (en pièce jointe ci-dessous) demandant plus de transparence sur les causes de l'incident de chantier qui s'est produit boulevard Victor-Hugo et notamment l'organisation d'une réunion d'information et de travail ouverte aux représentants des riverains, aux experts, dont le professeur Eric GILLI, ainsi qu'aux élus de l'opposition.

Cette réunion s'est déroulée cet après-midi. C'est ce que nous avions demandé. Elle a permis de répondre à certaines interrogations.

Patrick ALLEMAND

Conseiller municipal de Nice et Conseiller métropolitain Nice Côte d'Azur

Groupe "Un Autre Avenir pour la Métropole" - 2, rue Hôtel de Ville - 06 364 Nice Cedex 4
Tél.: 04 97 13 26 12 – Mail : patrick.allemand@ville-nice.fr
Patrick ALLEMAND
Conseiller municipal et métropolitain
Président du Groupe « Un Autre Avenir pour la Métropole »
Nice, le 7 mars 2017
Conseil métropolitain du 13 mars 2017

Voeu porté par les élus du groupe "Un Autre Avenir pour la Métropole"
Objet : Demande de mise en place d'une réunion de travail sur l'avancement du percement du tunnel et les éventuels désordres liés aux travaux du souterrain de la ligne 2 du tramway.


- Vu le Code Général des Collectivités territoriales,
- Vu les travaux réalisés pour le souterrain de la ligne 2 du tramway,
- Vu les différents désordres (fissures, remontées de boues dans les caves, dérèglements de menuiserie) apparus au niveau de l’immeuble l’Artistique, sis 27 boulevard Dubouchage, et dans les immeubles mitoyens à l’automne 2016,
- Vu les travaux complémentaires de renforcement de structure réalisés au 6ème sous-sol du parking Sulzer pour contenir les poussées hydrauliques plus importantes que prévues,
- Vu le récent et spectaculaire affaissement du boulevard Victor-Hugo intervenu en février 2017, avec la fissuration des trottoirs et de certains immeubles,
- Vu les recommandations du professeur Eric GILLI formulées dès 2013 par rapport aux risques géologiques insuffisamment pris en compte dans les études techniques,
- Vu le retard de plusieurs mois pris par le percement du tunnelier,
Considérant que la communication de crise de la Métropole et de la Ville après l’affaissement du boulevard Victor Hugo n’a pas été en mesure de rassurer les riverains,
Considérant l’inquiétude croissante d’un nombre important de riverains et des professionnels,
Considérant que le tracé du tunnel bifurquera, après la station Alsace-Lorraine, vers la rue de France en croisant les rues Dante, Saint-Philippe et Andrioli, et passera directement sous des immeubles d’habitation,
Considérant l’exigence de transparence exprimée par la population par rapport aux risques encourus,

Le groupe « Un Autre Avenir pour la Métropole » propose de prendre les mesures de prévention et précaution suivantes :
• La tenue d'une réunion de travail et d'information ouverte aux représentants des riverains, aux experts dont le professeur Eric GILLI, ainsi qu'à un représentant de chaque groupe de l'opposition ;
• Un accès facilité à tous documents techniques et financiers permettant d'évaluer les risques géologiques, la pertinence des mesures correctives ainsi que l'allongement de la durée des travaux et le danger d'un surcoût financier...

Patrick ALLEMAND

Conseiller municipal et métropolitain
Président du Groupe « Un Autre Avenir pour la Métropole »
Nice, le 7 mars 2017
Conseil métropolitain du 13 mars 2017

**********************************************************P1240354

Photo Presse AMERICAN COMPANY INTERNET COUNCIL LLC - DIACONESCO.TV - C.COPYRIGHTS AND ALL RIGHTS - 13.03.2017 - NICE

Après bien des polémiques, des péripéties et des questions diverses restées sans réponse ces dernières années entre les opposants en ce qui concerne les grands travaux du percement du tunnel de la ligne T2 du tramway niçois et l'équipe municipale en place de Chritian ESTROSI, hier après-midi lors du dernier Conseil Métropolitain du lundi 13 mars 2017 qui se tenait au C.U.M. le Président de la Métropole et de la région PACA Christian ESTROSI acceptait enfin d'organiser une conférence de presse sur le sujet avec ses ingénieurs ainsi qu'une visite technique des travaux en souterrain du tunnel de la future ligne T2 du tramway de Nice.

DIACONESCO Gérard

***********************************************************************************************

Les Photos de la conférence de Presse ainsi que la visite du chantier du tunnel ligne T2

P1240354

P1240345

P1240327

P1240328

P1240329

P1240331

P1240332

P1240333

P1240334

P1240335

P1240336

P1240337

P1240338

P1240339

P1240365

P1240374

P1240373

P1240388

P1240405

P1240407

P1240412

P1240414

P1240415

P1240419

P1240431

P1240433

P1240436

P1240437

P1240443

P1240444

P1240446

P1240449

P1240451

P1240453

P1240455

P1240459

P1240460

P1240461

P1240462

P1240463

P1240464

P1240465

P1240468

P1240469

P1240470

P1240472

P1240473

P1240479

P1240481

P1240483

P1240484

P1240489

P1240490

P1240492

P1240493

P1240497

P1240498

P1240499

P1240500

P1240503

P1240504

P1240506

P1240510

P1240512

P1240513

P1240514

P1240515

P1240516

P1240517

P1240518

P1240519

P1240521

P1240522

P1240523

P1240524

P1240525

P1240526

P1240527

P1240528

P1240529

P1240530

P1240534

P1240537

P1240538

P1240539

P1240540

P1240541

P1240542

P1240543

P1240544

P1240547

P1240549

P1240550

P1240555

P1240559

P1240560

P1240565

P1240568

P1240570

P1240574

P1240575

P1240577

P1240579

P1240581

P1240582

P1240585

P1240591

P1240592

P1240593

P1240594

P1240595

P1240598

P1240599

P1240600

P1240602

P1240603

P1240605

P1240607

P1240608

P1240610

P1240613

P1240614

P1240615

P1240616

P1240618

P1240619

P1240620

P1240621

P1240622

P1240623

P1240624

P1240625

P1240626

Photo Presse AMERICAN COMPANY INTERNET COUNCIL LLC - DIACONESCO.TV - C.COPYRIGHTS AND ALL RIGHTS - 13.03.2017 - NICE

***********************************************************************************************

LES VIDEOS SUR LE CHANTIER DE LA LIGNE T2 DU TRAMWAY DE LA METROPOLE NICE CÔTE D'AZUR 06

 

  1. 5:14

    Interview du professeur Eric Gilli sur le projet de tramway souterrain de Nice

    • il y a 2 ans
    • 1 131 vues
    Le professeur Eric Gilli, géologue expert, est interrogé sur les risques liés à la construction d'un tramway souterrain à Nice.
  2. 4:13

    Nice tramway ligne 2

    • il y a 2 semaines
    • 535 vues
    Affaissements de Dubouchage et Victor Hugo.
    1. 7:53

      Présentation de la ligne 2 du tramway de Nice (ligne Est-Ouest)

      • il y a 5 ans
      • 14 391 vues
      Vidéo de présentation de la ligne 2 du tramway de Nice. Cette ligne Est-Ouest reliera à l'horizon 2017 le Port à l'Aéroport et au ...
    2. 2:29

      Nice, Tram' rive droite : les travaux démarrent

      • il y a 3 ans
      • 394 vues
      Grand-messe à l'ouest pour le premier coup de pioche de la ligne 2. Et pas question pour Christian Estrosi de lâcher son tunnel.
    3. 1:41

      Le Tramway de Nice avance sur de bons rails !

      • il y a 2 mois
      • 320 vues
      Nouvelle étape importante pour le tramway de Nice : la première soudure 
      1. 2:22

        Nice : le tram' vu du port (côté gauche)

        • il y a 3 ans
        • 297 vues
        Plus de 15.000 Niçois s'opposent au souterrain sous le centre-ville prévu pour la ligne 2. Pour les élus du groupe Changer d'Ere, ...
      2. 1:54
        1. mûrie, l'annonce a fait sensation... On en parlait depuis ...
        2. 1:09

          Nouveau tram ouest-est

          • il y a 2 ans
          • 135 vues
          Point presse sur l'avancement du chantier du tramway et sur les prochaines 
          0:36

          Nice : Entrez dans la maquette du Métram

          • il y a 4 mois
          • 203 vues
          Le futur Métram de Nice, un mix entre métro et tramway, verra le jour partiellement en 2018 et totalement en 2019. 11,3 km de ...
          1. 1:15

            Dévoilement du design des rames de la ligne 2 du tramway

            • il y a 1 an
            • 2 161 vues
            Depuis le 30 novembre dernier, chacun était invité à se prononcer et à choisir parmi trois propositions de design pour les rames ...
          2. 5:15

            Suivi des travaux du tramway de Nice - Eté 2016 (juillet & août)

            • il y a 5 mois
            • 2 365 vues
            Secteurs Jean Médecin, Garibaldi - démontage des installations de chantier sur la place, puits de sortie Grosso et bétonnage de ...
          3. 1:31

            Ligne 2 du Tram à Nice : Pas assez de stations pour l'opposition

            • il y a 5 ans
            • 3 285 vues
            Le Groupe d'opposition municipale "Changer d'ère" a dénoncé le nombre insuffisant de stations sur la future ligne 2 du Tram (JT ...
          4. 2:42

            Tram Ligne 2

            • il y a 2 ans
            • 630 vues
            Visite de chantier, le gros œuvre commence.

 **********************************************************************************************

GRANDS TRAVAUX PHARAONIQUES VILLE DE NICE POUR LA LIGNE 2 DU TRAMWAY DITE LIGNE T2 EN OUEST-EST 

 

CvY7IWnWAAE-r1Y

Dernière minute : Communiqué de presse de Patrick ALLEMAND 

Nice, le 7 novembre 2016 

COMMUNIQUE DE PRESSE DE PATRICK ALLEMAND

Ligne 2 du Tram :

"7 bonnes raisons de demander l'arrêt provisoire des travaux !"

Il y a quelques jours, j'ai tenu une conférence de presse avec Paul CUTURELLO, devant le 27 boulevard Dubouchage pour demander l'arrêt provisoire du chantier de la ligne 2 du tram. Des fissures importantes étaient apparues. Sans être alarmiste, la situation est sérieuse.

Il y a 7 bonnes raisons de demander une pause. C'est le bon sens car il y va de la sécurité des biens et des personnes. C'est avec l'expertise et les explications du professeur Eric GILLI que ces 7 points ont pu être identifiés et validés le 4 novembre.

1. Il y a déjà eu des désordres rue Antoine Gautier, rue Ségurane et Place Garibaldi, mais celui du 27 boulevard Dubouchage est à ce jour le plus sérieux. Ils sont comparables à ceux de la rue de Foresta qui obligent certains propriétaires à vendre leurs biens car ils n'ont pas les moyens de payer les études et les travaux.

2. La zone du boulevard Victor Hugo, où le tunnel sera perpendiculaire aux écoulements du Righi, de Mantega et du Gorbella, peut réserver des surprises. Le tunnel va traverser plusieurs aquifères qui sont drainés vers le sud.

3. Il est difficile de se faire une idée car la pluviométrie actuelle sur octobre et le début novembre 2016 est très inférieure au niveau habituel. Il faut attendre les prochaines grosses pluies, en général en février et mars, pour que les aquifères soient bien rechargés pour avoir une idée de l'influence du chantier sur des écoulements importants car le niveau des nappes va monter et risque d'atteindre les caves des immeubles en amont du tunnel et des stations.

4. Quand il y a creusement d'un tunnel de cette ampleur, il y a obligatoirement des tassements. Mais ces tassements peuvent s'opérer avec une chronologie variable. Il y a des tassements rapides, c'est le cas du 27 boulevard Dubouchage. Il peut y avoir des tassements sur du plus long terme qui vont suivre la réalisation du tunnel de 3 ou 4 mois, parfois plus. 

5. La complexité du sous sol est réelle car il y a plusieurs nappes et des nappes profondes captives sous pression. Cela n'a pas été indiqué dans l'enquête publique et il serait intéressant de voir si cela a bien été appréhendé par le Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) qui peut avoir décrit un contexte laissant penser qu'il n'y aurait pas d'incidence sur le bâti et sur les nappes.

6. Il faut se méfier des sous-écoulements du Paillon. Même si, en surface, apparemment, le Paillon ne coule pas, les écoulements se font à l'intérieur des alluvions. Il coule en surface à partir du moment où le débit est suffisant et où le niveau de la nappe monte.

7. Le professeur GILLI n'a jamais eu accès aux données géologiques précises sur lesquelles s'est fondée l'étude et au dossier d'étude d'impact qui a permis de définir le CCTP du marché.

Il est clair que maintenant ce tunnel se fera car, en utilisant toutes les technologies possibles, on y parviendra. D'ailleurs, le professeur GILLI n'a jamais dit que ce tunnel n'était pas faisable. Il a alerté sur le fait que le chantier aurait un impact sur le bâti et sur la circulation des eaux souterraines, et qu'il pouvait durer plus longtemps, en fonction des obstacles rencontrés. Il a également alerté sur le fait qu'il pouvait coûter beaucoup plus cher selon les technologies qui devront être utilisées. Il faudra donc être attentif aux éventuels avenants au marché initial.

Ainsi, dans le dossier d'enquête publique, les stations étaient prévues avec des parois moulées simples. Or, plusieurs géologues, dont Eric GILLI, ont soulevé le problème des pompages importants qui risquaient de déstabiliser les immeubles voisins comme cela a été le cas rue de Foresta. Le maître d'œuvre a alors prévu de réaliser un fond étanche par Jet Grouting pour diminuer la valeur de ces pompages. Cela représente bien évidemment un surcoût important.

Voilà quelle est la situation.

Je proposerai donc aux élus du groupe "Un Autre avenir pour la Métropole" de déposer un vœu au prochain Conseil métropolitain pour que la Métropole Nice Côte d'Azur  prenne ses responsabilités en décidant  la suspension provisoire des travaux afin que l'on puisse procéder à des études géologiques complémentaires. En effet, les transports sont une compétence de la Métropole, donc du Conseil métropolitain et non du Conseil municipal.

Patrick ALLEMAND

Conseiller municipal de Nice et Conseiller métropolitain Nice Côte d'Azur

**********************************************************************************************

P1110882

LES GRANDS TRAVAUX SUR LA PLACE GARIBALDI DU TRAMWAY LIGNE 2 OUEST-EST - Photo Presse signée Gérard Diaconesco - 19.04.2016 - Nice

La ligne 2 du tramway de Nice, appelée T2 ou « Ligne Ouest-Est », est une ligne de transport en commun en site propre du tramway de Nice en cours de développement et qui sera exploitée par la régie Ligne d'Azur qui sera mise en service en fin 2017 (?), reliant d’un côté le port et d’un autre côté soit le   Centre Administratif soit le terminal 2 de l’aéroport de la commune de Nice. 

Historique

Chronologie

  • Fin 2017 : mise en service prévue entre CADAM / Aéroport Terminal 2 et Île de Beauté

Naissance du projet

À la suite du succès de la ligne 1 du tramway, le maire de Nice, Jacques PEYRAT, décide de créer une nouvelle ligne traversant la totalité de Nice d’est en ouest. Cette ligne permet de desservir tout le quartier ouest de la ville qui représente environ 200 000 personnes, de transporter plus de passagers (environ 105 000) qu’avec les bus (environ 70 000) ainsi que d’alléger le trafic routier.

Premier projet

Créé par Jacques PEYRAT entre fin 2007 et début 2008, le premier projet de la ligne devait être entièrement en surface pour relier le port à l’aéroport en utilisant les voies de transport en commun en site propre des bus. Arrivé à la fin de son mandat en mars 2008, l’élection de Christian ESTROSI élu nouveau Maire de Nice met un terme au projet.

Deuxième projet

Réalisation

Le 25 juin 2008, Christian ESTROSI annonce que la ligne 2 sera construite sur la Promenade des Anglais, ce qui aurait permis de réduire les coûts et de construire la ligne plus rapidement dans la mesure où il n’y aurait eu que peu voire pas de travaux préparatoires à faire. Les rames devaient être alimentées par le sol afin d’éviter qu’une ligne aérienne de contact ( caténaire électrique ) ne détériore le cadre.

tram2-pdv07_04

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le projet de passage sur la Promenade, controversé, a finalement été abandonné. Le 9 octobre 2009, le maire de Nice a annoncé que la ligne 2 du tramway sera construite en centre-ville, abandonnant le tracé passant par la Pomenade des Anglais. Le nouveau projet prévoit que la ligne 2 sera longue de 8,6 km dont 3,6 km en tunnel. La ligne desservira en surface l’aéroport de Nice-Côte d'Azur, la future gare multimodale de Saint-Augustin (correspondance avec la SNCF, le futur TGV et la future ligne 3 du tramway) puis passera par l’avenue René-Cassin, l’avenue de la Californie et la rue de France. À partir de l’intersection avec le boulevard François Grosso, le tracé deviendra souterrain avec les stations Alsace-LorraineMusiciensPlace Wilson (proche de la future nouvelle mairie de Nice),GaribaldiÎle de Beauté ( port de Nice ) et Place Arson. Le tracé retrouvera alors la surface jusqu'à son terminus, la  gare SNCF de Nice-Riquier.

Le planning des travaux est alors estimé à une mise en service en 2016 :

  • 2011 : travaux de prolongement de la ligne 1 vers l’hôpital Pasteur 2 ;
  • 2013 : 2015 : mise en service de la ligne 3 de l’aéroport à l’Allianz Riviera ;
    • percement du tunnel en centre-ville pour la ligne 2 ;
    • mise en service de la ligne 1 jusqu’à l’hôpital Pasteur 2 ;
    • travaux de la ligne 3 dans la plaine du Var ;
  • 2016 : mise en service de la ligne 2 de Saint-Augustin au port.

830px-Nice_Tramway_Ligne_2_Plan_2009

944px-Nice_Tramway_Ligne_2_Carte_2009

 

C’est en juillet 2010 que la communauté urbaine Nice-Côte d'Azur, qui est le ma^tre d'oeuvre, attribue le marché de maîtrise d'oeuvre, marché estimé à 47 millions d’euros, au groupe Essia (Egis Rail, STOA), à Pierre Schall Architecte, Ingérop et (Atelier Villes & Paysages) ainsi qu’aux entreprises Razel-Bec, Eurovia,   Travaux Publics Spada de Nice et STCM.

En décembre 2010, Christian Estrosi modifie de nouveau le tracé de la ligne 2, stoppée à la place Île de Beauté, au port de Nice. En revanche, il n’a pas été décidé si le tramway allait s’arrêter en surface ou en souterrain. Christian Estrosi apporte alors une solution alternative en proposant l’arrêt en extérieur directement sur le quai Cassini. Le début des travaux est prévu pour 2013 et le coût total de la ligne est estimé à 758,7 millions d’euros ( ? ) montant de 2009.

 

944px-Nice_Tramway_Ligne_2_Carte_2009

1011px-Nice_Tramway_Ligne_2_Carte_2011

 

Des sondages géotechniques sont effectués en mai 2011 par Ginger CEBTP dans le but d’effectuer des mesures géophysiques et des diagraphies sismiques afin de déterminer le comportement dynamique des sols.

Après avoir mené pendant trois mois une enquête publique entre décembre 2011 et janvier 2012 puis la diffusion des résultats en mars, des changements apparaissent sur la ligne :

  • le quai Cassini pourrait accueillir le terminus à l’est au lieu que ce soit sur la place Île de Beauté en surface comme en souterrain ;
  • une nouvelle station au niveau de l’église Sainte-Hélène est créée, le nombre de stations passe donc de dix-neuf à vingt ;
  • un dédommagement pourrait être donné pour la perte de chiffre d’affaires des commerçants pendant toute la durée des travaux.

À la suite de cette enquête, le Préfet des Alpes-Maritimes a donné son accord pour le lancement des travaux de la ligne 2 du tramway niçois. Cependant, certains problèmes peuvent apparaître sur le tronçon souterrain du fait de la nature géologique du sous-sol ( un substrat mélangeant sable, galets et argile devenu friable par les nappes phréatiques ) et du surcoût financier engendré (?).

 

1011px-Nice_Tramway_Ligne_2_Carte_2011

1011px-Nice_Tramway_Ligne_2_Carte_2012

 

En 2013 , la ligne est découpée en deux tronçons. La première partie doit être mise en service en 2017 mais uniquement entre les stations CADAM / Aéroport Terminal 2 et Jean Médecin. La mise en service de la seconde partie entre les stations Jean Médecin et Île de Beauté, à savoir les deux stations souterraines Durandy et Garibaldi et du terminus situé sur le quai Cassini, doit être effective à partir de 2019.

Le coût des travaux est estimé à 770,7 millions d’euros (?)  dont 758,7 millions (?) défini en 2009 plus 12 millions à la suite des modifications apportées par l’enquête publique et est financé en partie par l’État (52,8 millions), le Conseil Général 06 (50 millions), le Conseil Régional de PACA (26 millions), les Fonts européens de développement régional (3 millions) et la Société Aéroportuaire (entre 10,2 et 12,6 millions ( ? ).

Le planning des travaux est défini en plusieurs étapes :

  • Juillet 2010 : sondages géotechniques ;
  • Décembre 2011 – janvier 2012 : enquête publique ;
  • Mi-2012 : travaux de diagnostics archéologiques ;
  • Mi-2013 : travaux de terrassement des stations ;
  • Mi-2014 : percement du tunnel en centre-ville ;
  • 2015 : fin des travaux de surface au niveau des stations enterrées ;
  • 2015 : début des travaux sur l’avenue de la Californie ;
  • Fin 2017 : mise en service de la ligne entre CADAM / Aéroport Terminal 2 et Jean Médecin ;
  • 2019 : mise en service de la ligne entre Jean Médecin et Île de Beauté.

À l’ouest, les travaux commencent à la mi-2013 avec des déviations de réseaux et la démolition des bâtiments du Marché d'intérêt national qui sera, à terme, transféré vers la plate-forme agroalimentaire de " La Gaude 23" dans le but de construire un   pont ferroviaire sous la ligne de Marseille-Saint-Charles/ à Vintimille au croisement du boulevard René-Cassin et de l’avenue Lindbergh. À l’est, les travaux préparatoires sur la rue Catherine-Ségurane débutent le 21 octobre 2013, initialement prévus pour début 2013, avec la reconnaissance et la déviation des réseaux et les diagnostics archéologiques pour une durée de huit mois.

P1110891

P1110893

P1110898

P1110902

P1110903

P1110904

P1110906

P1110909

P1110913

P1110914

P1110919

P1110923

LES TRAVAUX DU TRAMWAY DE LA RUE CATHERINE-SEGURANE AU BAS DE LA COLINNE DU CHÂTEAU - Photos Presse signées Gérard Diaconesco 19.04.2016 - NICE -

Le marché du tunnel urbain, long de 3,2 km avec quatre stations enterrées et estimé à 270,9 millions d’euros, est attribué par la métropole Nice Côte d'Azur, maître d’ouvrage, le 7 novembre au groupement d’entreprises Thaumasia ( Soletanche Bachy, CSM Bessac, SYSTRA, Colas Midi Méditerranée, SNAF Routes et Garelli) piloté par les travaux Publics BOUYGUES alors en concurrence deux ans plus tôt avec EIFFAGE Travaux Publics, Pizzarotti et Ghella .

Les travaux du Boulevard Victor-Hugo et ceux du Jardin Alsace-Lorraine pour le percement du futur tunnel avec ses différentes stations du Tramway T2 en sou-sol sont devenus un gigantesque chantier qui bien entendu a crée une nuisance sans commune mesure pour son environnement et fait arrêter toute activité économique du coeur de Nice pour de nombreux mois, voir d'années. ( ? )

Les Photos presse du Chantier signées Gérard Diaconesco.

P1120122

P1120130

P1120132

P1120133

P1120144

P1120141

P1120147

P1120148

P1120156

P1120157

P1120163

P1120166

P1120186

P1120191

P1120218

P1120207

P1120227

P1120230

P1120236

P1120245

 

Les travaux préparatoires (reconnaissances des réseaux et diagnostics archéologiques) au centre de Nice sur la rue de France débutent le 28 avril 2014 pour une durée de deux mois et demi.

1280px-Tramway_Nice_T2_travaux_IMG_20140625_171305

 Le Tunnelier pour le creusement du tunnel de la ligne T2 du tramway niçois 

 

2048x1536-fit_roue-coupe-descendue-puits-entree

5722677_tunnelier-nice_545x460_autocrop

1280px-Tunnelier_Agathe_MB_TCL_Oullins_Ibou

Tunnelier ayant servi pour la ligne B du métro de Lyon.

thuamasia1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est à partir du 10 septembre 2014 que les travaux souterrains commencent, l’objectif étant la construction d’un puits d’entrée pour le tunnelier de 9,5 m de diamètre et 70 m de longueur. C’est le même type d’outil ayant servi au métro de Lyon en 1984 pour la ligne D et en 2010 pour le prolongement de la ligne B. Les stations seront, quant à elles, faites en parois moulées.

Afin de réaliser cet ouvrage, les parois moulées sont excavées jusqu’à 28 m de profondeur dans lesquelles sont glissées des cages d'armature au moyen d’une grue puis remplies de béton. Le terrassement a lieu puis un premier lit de butons est fixé, la dalle de couverture est alors posée en laissant des ouvertures avec l’extérieur et en retirant les butons. Le terrassement continue sous la dalle en fixant un deuxième puis un troisième lit de butons. Une fois au fond du puits, un radier est coulé et tous les butons sont retirés. Dès lors, le tunnelier est descendu en pièce détachées et assemblé au fond du puits afin de commencer le creusement du tunnel.

En octobre 2014, le planning est rallongé d’une année. Les travaux de construction du tunnelier ne commençant pas avant 2016, la mise en service est retardée d’une année et le premier tronçon de la ligne, de l’ouest jusqu’à Jean Médecin, ne devrait donc pas être mise en circulation avant 2018 (?). Les fouilles archéologiques entreprises en même temps que les travaux ne devraient pas retarder le planning et permettre de découvrir un mur de fortification, partant de la tour du Barri Vieil plus au nord, perpendiculaire à la ligne du tramway et traversant la rue de France. Du côté des caractéristiques techniques, le tramway devrait circuler à une vitesse de 30 km/h au niveau du port, 70 km/h en souterrain et enfin 50 km/h en surface jusqu’à l’ouest de la ville. L’alimentation électrique des sections en plein air doit se faire soit via des batteries embarquées soit via une alimentation par le sol (?)   Quant aux autres sections, elles doivent être alimentées grâce à une alternative à la ligne aérinee de contact. 

Une enquête est lancée du 7 avril au 17 mai 2015 afin de déterminer les espèces d’arbres qui seront placés le long du tracé. Le résultat de l’enquête donne entre autres l’orme de Sibérie, le charme-houblon et l’aulne. 

Le 5 octobre 2015, ALSTOM TRANSPORT est choisi comme constructeur des rames. L’alimentation électrique des rames en surface se fait via une alimentation par le sol en utilisant la technologie de stockage d’énergie « Lithium Capacitor ».

Le 25 janvier 2016, le tunnelier, mis en place sur la rue Catherine-Ségurane, est baptisée du nom de « Catherine » en référence à Catherine Ségurane l'héroïne niçoise qui sauva la ville de Nice en 1543 par l'attaque des troupes turques de Barberousse.

 Le début du creusement commence à la mi-mars 2016 pour une durée de onze mois environ. Ses caractéristiques sont une moyenne d’avancement de 10 m/jour, un diamètre de creusement de 9,68 m, une profondeur moyenne de creusement de 25 m et un volume de déblais évacués par barge de 200 000 m3.

P1110930

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation Générale

La ligne 2 est une ligne directe du terminus Île de Beauté jusqu'à la station Pôle multimodal de Saint-Augustin. À partir de cet arrêt, la ligne bifurque vers deux directions : soit vers le terminus du centre administratif soit vers le terminus de l’aéroport. La ligne circulera de h 30 à h 30.

 Barges sur le Port Lympia de Nice - Ptos Presse Gérard Diaconesco - C. COPYRIGHTS - 19.04.2016 - NICE

grand_arenas_3

grand_arenas_3(1)

Elle devra suivre une fréquence horaire de quatre minutes sur le tronc commun (pouvant baisser à trois minutes) et de huit minutes sur les branches séparées (pouvant baisser à six minutes). La vitesse commerciale moyenne atteindrait 21 km/h (19 km/h en surface et 25 km/h en souterrain).

Tracé

1011px-Nice_Tramway_Ligne_2_Carte_2012


Carte géographique prévisionnelle.

La ligne permet de relier l’est et l’ouest de Nice. L’arrêt Île de Beauté, positionnée sur le quai Cassini juste à côté de la place de l’Île de Beauté, dessert le quartier du port avec l’église de Notre-Dame du Port et le port Lympia à proximité avec la possibilité de prendre le ferry en direction de la Corse.

P1110934

P1110935

P1110930

P1110932

P1110942

P1110939

P1110948

P1110954

P1110957

P1110959

P1110961

Travaux du tramway ligne 2 sur le quai cassini du port Lympia de Nice - Photos Presse signées Gérard Diaconesco - 19.04.2016 

est-ouest-original

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois le tramway parti, le trajet se fait en souterrain. La prochaine station Garibaldi se trouve juste en dessous de la place GARIBALDI  et est en interconnexion avec l’arrêt Garibaldi en surface de la ligne 1. Le trajet continue jusqu’à Durandy avec la place Wilson puis Jean Médecin, également en interconnexion avec l’arrêt Jean Médecin en surface de la ligne 1. Il permet de desservir le quartier de l'avenue Jean Médecin et ses diverses enseignes en surface. La station du Jardin Alsace Lorraine est la dernière station à être en souterrain et dessert le quartier Thiers.

P1110881

P1110882

P1110883

P1110885

P1110886

P1110887

P1110888

P1110890

Travaux du tramway ligne 2 pour la station de la place Garibaldi à côte de la célèbre statue de Joseph Garibali - Photos Presse signées Gérard Diaconesco - 19.04.2016 - NICE

Une fois que la ligne a rejoint le même axe que la rue de France, elle va progressivement ressortir en surface pour continuer son trajet le long de la rue de France puis tout le long de l’avenue de la Californie en desservant le quartier Gambetta à l’arrêt Grosso ( à proximité du C.U.M. ), le quartier des Baumettes aux arrêts Magnan et Lenval ( à proximité de la Fondation de l' Hôpital LENVAL, le quartier de FABRON aux arrêts FabronSainte-Hélène ( à proximité de l'église Sainte-Hélène),Vallon Barla et Ferber, et le quartier de Caucade aux arrêts Cassin / Kirchner et Cassin / Saint-AugustinPôle multimodal de Saint-Augustin dessert le quartier d’affaires de l’Arénas avec à proximité l’actuelle gare de Nice Saint-Augustin et la future gare du TGV, le Parc PHOENIX et le musée des Arts Asiatiques. Il s’agit également de l’arrêt où la ligne va bifurquer dans deux directions différentes.

D’un côté, la ligne va se diriger vers l’aéroport de Nice Côte d'Azur pour desservir Aéroport Terminal 1 puis Aéroport Terminal 2 son terminus.

D’un autre côté, la ligne va remonter le long du boulevard Paul-Montel pour desservir le quartier des Moulins, qualifié de Zone Urbaine Sensible (ZUP), aux arrêts Paul Montel et Digue des Français puis arriver à son terminus CADAM où se trouve le Centre Administratif où siège le Conseil Général des Alpes-Maritimes ainsi que le Stade Charles-Ehrmann, le Palais NIKAÏA à proximité construit par l'ancien Maire de Nice Jacques PEYRAT.

Stations

Plan prévisionnel.
Plan prévisionnel de 20 stations de la ligne 2 du tramway Ouest-Est
       StationCoordonnéesLieuCorrespondances
      x       Île de Beauté

* 43° 41' 55""

* N7° 17' 07" E

Le Port de Nice Ferries
      x       Garibaldi

* 43° 42' 06"

* N7° 16' 50"E

Le Port de Nice
Ligne 1 tramway
      x       Durandy

* 43° 42' 08"

* N7° 16' 20"E

Carabacel, Nice 
 
      x       Jean Médecin

* 43° 42' 06"

* N7° 16' 02"E

 Jean Médecin, Nice  
Ligne 1 tramway
      x       Alsace Lorraine

* 43° 41' 51"

* N7° 15' 22"E

Thiers, Nice
 
      x       Grosso

* 43° 41' 35"

* N7° 14' 59"E

Gambetta, Nice 
 
      x       Magnan

* 43° 41' 29""

* N7° 14' 42"E

Baumettes, Nice  
      x       Lenval

* 43° 41' 22"

* N7° 14' 28"E

Baumettes, Nice  
      x       Fabron

* 43° 41' 13"

* N7° 14' 14"

Fabron, Nice  
      x       Sainte-Hélène

* 43° 41' 02"

* N7° 14' 02"E

Fabron, Nice  
      x       Vallon Barla

* 43° 40' 54"

* N7° 13' 53"

Fabron, Nice   
      x       Ferber

* 43° 40' 38"

* N7° 13' 42"E

Fabron, Nice  
      x       Cassin / Kirchner

* 43° 40' 21"

* N7° 13' 27"E

Caucade, Nice  
      x       Cassin / Saint-Augustin

* 43° 40' 10"

* N7° 13' 10"E

Caucade, Nice  
      x       Pôle multimodal de Saint-Augustin

* 43° 40' 12"

* N7° 12' 53"E

Saint-Augustin, Nice
Gare SNCF
  x           Paul Montel

* 43° 40' 35"

* N7° 12' 23"E

Saint-Augustin, Nice

 
  x           Digue des Français

* 43° 40' 37"

* N7° 12' 09"E

Saint-Augustin, Nice  
  x           CADAM

* 43° 40' 34"

* N7° 11' 57"E

Sainte-Marguerite, Nice  
          x   Aéroport Terminal 1

* 43° 39' 59"

* N7° 12' 47"E

Arénas, Nice
Aéroport (terminal 1)
          x   Aéroport Terminal 2

* 43° 39' 39"

* N7° 12' 19"E

Arénas, Nice
Aéroport (terminal 2)

Aménagement

Les stations seront équipées de deux quais d’une part et d’autre de la voie, d’abribus avec sièges et de distributeurs automatiques de titres de transport. Les stations Aéroport Terminal 2 et Paul Montel seront équipées d’un seul quai central. La station Pôle multimodal de Saint-Augustin sera équipée de trois quais unilatéraux dans les trois directions du port, du centre administratif et de l’aéroport. Lors de leur construction, les quais seront longs d’environ 52 m.

L’aménagement pour les personnes à mobilité réduite est constitué de quais spécialement construits à la même hauteur que le plancher du tramway.

Exploitation

Matériel roulant

Infrastructure

Schéma détaillé du dépôt
 Schéma de la ligne
LEGENDE 
uENDEaq-
uSTRq-
uSTRq-
uvSTRq uvSTRq uvÜSTrq
uENDEeq-
  (1) Voie d’essai (300 m)
uv-STR uSPLe+l uvSTRq uvENDEeq uv-SHI2gr
  Deux voies sur fosse
uv-STR
uSPLe+l
uvSTRq uvENDEeq uvSTR
  Deux voies de levage
uSPLa+l
uSPLa+l
uv-SHI2gr
uABZrg uSTRq uENDEeq uvSTR
  Voie de peinture et de remisage pour une rame
uvENDEe-
uvSTR uvSTR uABZrg uSTRq uENDEl uvSTR
  Voie de reprofilage et de remisage pour une rame
uv-ENDEe
uvENDEe uvENDEe uSTR uvSTR
  (2) Une voie de remisage pour deux rames et cinq pour trois rames
uSTR num3l uvSTR
  (3) Station service couverte
uSHI1r uvÜWB
   
uvSTR-
uvSTRq uvSTRq uvSTRr
   
uvCONTf
   

 

 

 

Étant donné qu’il n’y aura pas d’interconnexion physique avec la ligne 1 et que le dépôt deHenri Sappia est trop petit pour accueillir les rames de la ligne 1 et 2 en même temps, un nouveau dépôt sera construit à côté du terminus du centre administratif.

Le centre opérationnel du tramway est situé entre l’autoroute A8 et le Palais NIKAÏA pour une superficie totale d’environ 40 000 m2. Il est assez grand pour accueillir les rames de 44 m de la ligne 2 ainsi que des futures lignes 3 et 4 soit une soixantaine de rames environ. Il est composé d’un atelier de maintenance, un centre de remisage de 2 860 m2, un poste de commande centralisé de 130 m2 et d’un parc relais de deux cent cinquante places (250).

Tarification

La Société aéroportuaire a obtenu que la tarification appliquée sur la section de l’aéroport, à savoir entre la station Aéroport Terminal 2 et Pôle multimodal de Saint-Augustin, sera gratuite au même titre que la navette en bus gérée par l’aéroport qui navigue entre les deux terminaux.

Fréquentation

Elle est estimée à 105 000 voyageurs par jour pour arriver à terme à 140 000.

Parc relais

NomCoordonnéesNombre de placesStatut
Digue des Français
250 (estimé) Projet (2018)
Ferber
250 (estimé) Projet (2018)
Magnan
50 (estimé) Projet (2018)
Saint-Augustin

* 43° 40' 12"

* N 7° 12' 49"E

184 (dont 4 pm PM R
3 000 (estimé)
Ouvert

**********************************************************************************************

LES NOUVELLES RAMES DU TRAMWAY T2 EN SOUTERRAIN ET EN SURFACE DE LA LIGNE OUEST-EST

 

P1190812

P1190811

P1190813

P1190817

P1190819

P1190820

P1190823

P1190825

P1190826

P1190827

P1190828

P1190832

**********************************************************************************************

EN CONCLUSION

Cette saga sur la construction de la ligne 2 du tramway "Estrosien" aura fait couler bien d'eau sous les ponts du Paillon, avec ses multiples rebondissements, ses différents recours en Justice entrepris dès le début du projet de la Mairie d'ESTROSI par une opposition toute confondue et réunie contre les différents tracés prévus par la nouvelle majorité communale en 2008 ( passage sur la mythique Promenade des Anglais, passage en souterrain par un long tunnel de métro de 3,5 kms dans les entrailles de notre bonne ville de Nice, opposition de la part de nombreux comités de quartiers et de commerçants hostiles eux aussi à son passage soit en surface ou en souterrain ! ).

tram_ca_roule_039

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La construction de la ligne 1 du tramway "Peyratiste" avait été elle aussi en tâchée de nombreuses polémiques, d'obstructions et de procès de toutes sortes entrepris par l'opposition d'alors de la Gauche réunie, mais le maire Jacques PEYRAT (1995-2008) avait quant à lui bien ficelé son dossier en faisant ressortir qu'avant de faire rouler son tramway sur la ligne 1 il était indispensable de refaire toutes les canalisations en sou-sol d'eaux pluviales et d'égouts de la ville de Nice, celles-ci ayant déjà plus d'un siècle d'existance, ce qui fit prolonger les travaux jusqu'en 2007 lors de sa mise en route, le pari de maître Jacques PEYRAT était dès lors gagné mais ce qui ne l'empêchera pas d'être battu à la Mairie par Christian ESTROSI l'année suivante en 2008.

En ce qui concerne la nouvelle ligne 2 du tramway niçois dont les études et la conception des travaux remontent dèjà à 2008 dès l'arrivée aux affaires de la ville de Nice avec la nouvelle équipe municipale de Christian ESTROSI, il est certain qu'il ce sera passé près de 10 ans avant que la première rame ne roule enfin d'Ouest en Est en étant encore optimiste surtout sur la bonne fin des travaux du tunnel en souterrain ?

Quand à son coût financier final nul aujourd'hui n'est à même de pouvoir chiffrer par avance son montant définitif  (? ) au vu de toutes les contraintes techniques que vont rencontrer ses différents concepteurs et entrepreneurs d'ici la fin des travaux, espérons que cela ne devienne pas "le tonneau des Danaïdes" que l'on remplit sans fin pour les niçois ?

Gérard Diaconesco

Inauguration en 2007 de la ligne T1 du Tramway niçois de la mandature Jacques Peyrat :

http://diaconescotv.canalblog.com/archives/2015/09/01/32566850.html

 

106134898

Photo Presse signée Gérard Diaconesco - C. COPYRIGHTS ALL RIGHTS - NICE - 2007 -

10 mars 2017

87ème SALON ITERNATIONAL DE L'AUTOMOBILE A GENEVE DU 9 AU 19 MARS 2017

LE 87ème SALON INTERNATIONAL

DE L'AUTOMOBILE A GENEVE VIENT

D'OUVRIR SES PORTES CE JEUDI

9 MARS 2017 EN SUISSE ROMANDE

geneve

Le Conseiller général fédéral du canton de Genève en Suisse Romande Johann SCHNEIDER-AMMANN vient d'inaugurer hier jeudi 9 mars 2017 le 87ème Salon International de l'automobile où plus de 180 exposants ont présenté leurs différents modèles automobiles qui s'échelonnent du modèle de base dès 25.000 euros à plus de 2,5 millions d'euros pour les voitures de luxe du haut de gamme dans les grandes marques automobiles.

KVn_RLE8_400x400

Johann SCHNEIDER-AMMANN

Comme chaque année à Genève les plus grands fabriquants de marques automobiles étaient présents pour faire découvrir près de 900 nouveaux modèles à un public venu très nombreux dès le premier jour visiter ce salon.

Toutes les plus grandes marques avec ses nouveautés sont donc présentes à Genève chez les fabriquants comme FERRARI, MERCEDES-BENZ, PORSCHE, TOYOTA, PEUGEOT, RENAULT, JAGUAR, BMW, FORD MUSTANG, HONDA, AUDI, CITROËN du GROUP PSA, etc...

Du côté des Françaises, la marque sportive de Renault Alpine renaît pour frapper un grand coup. L’Alpine (A110 ? AS110 ? A120 ) tente de faire revivre la berlinette mais aussi de concurrencer la Porsche 718 Cayman. Chez PSA et notamment DS, la marque orientée premium de Citroën se lance sur le marché des SUV et présente son premier modèle haut sur pattes, le DS7 Crossback. Citroën avance aussi le C-Aircross Concept qui préfigure le futur C3 Picasso sans cacher ses liens de parenté avec la dernière petite C3.

Arrivent à Genève les nouveautés chez les citadines qui sont peu coûteuses à l'achat mais avec un certain coup à l'utilisation journalière comme la nouvelle TOYOTA YARIS, la SEAT IBIZA, la KIA PICANTO ou bien la SUZUKI SWIFT.

Malgré la mode des SUV et Crossovers, les breaks ne sont pas oubliés et Opel, BMW et Mercedes en dévoilent chacun un sur leur stand. Respectivement il s’agit de l’Insigna Sports Tourer (aussi présentée en berline), de la Série 5 Touring et de la Classe E63 AMG.

Chez Porsche on attend aussi de pied ferme la variante « break » de la Panamera pouvant profiter du patronyme Sport Turismo.

Au salon de Genève les voitures de luxe ne sont pas en reste en étant présentes chez Mercedes avec un papi Classe G essayant de se faire une beauté sous le badge Maybach.

Le Mercedes-Maybach G650 Landaulet est un 4x4 découvrable se voyant greffer un moteur V12 de 6 litres. La marque Pagani décapsule également sa fameuse Huayra, Lamborghini amène une version S plus épicée de sa Aventador (et/ou la Huracan Performante), McLaren présente sa 720S tandis que Ferrari attire les flashs avec la remplaçante de la F12 Berlinetta dénommée 812 Superfast.

Pour finir on découvra aussi d’autres nouveautés auto sur le salon 2017 de Genève comma la Ford Mustang restylée, l'Audi RS3 SPORTBACK, la Mercedes-Benz Classe E Cabriolet, la KIA STINGER? la HONDA CIVIC TYPE R ou bien l'AUDI Q8 CONCEPT RS ...

SOURCE : SALON DE GENEVE 2017

**********************************************************************************************

Les différents modèles de voitures présents au Salon de Genève

694-462-0b9e91101e99befb14188dfa

LAMBORGHINI HURACAN PERFORMANTE

694-462-0c22d4ef5a53650f8064f1ef

FERRARI 812 SUPERFAST

694-462-0d77e51fe8544d74654ec384

RENAULT ALPINE A110 COUPE SPORT 2 PORTES

694-462-01b7e39eed072ca989b183cb

KIA STINGER DIESEL

694-462-2a3fc4351c867b740a9f27e0

LAND ROVER DISCOVERY PROJECT HERO

p0513929-520-360

 PORSCHE CAYMAN

porsche-918-spyder_160537_w460

PORSCHE 918 SPYDER

p0521608-520-360

 PORSCHE 911 - 991

694-462-2d9b4563847c82420e107dab

VOLKWAGEN ARTEON INTUITIVE

694-462-3abf8cf523b361491f814375

HYUNDAI FE FUEL CELL CONCEPT

694-462-3b08d1880fe106357951675f

McLAREN 720S

694-462-5f4cb30d9e12706e975287c2

DS7 CROSSBACK

694-462-6d1f47af92b5c1667954d17f 

MERCEDES-BENZ AMG GT CONCEPT

694-462-08d92ec03c350d770ce470a9

MAZDA CX5

694-462-8acec7963f29bca1907d8884

DS7 CROSSBACK

694-462-8bf93798f1257d0a99eb82ad 

INFINITI Q50

694-462-13bbdd8c9d9d45be424d9036

RENAULT ZOE eSPORT CONCEPT 460 CV TOUT ELECTRIQUE

694-462-13eabeb0052b20e8f112c17c

FIAT 124 SPIDER EUROPA

694-462-014c995f751fd13fc120542e

MITSUBISHI ECLIPSE CROSS

694-462-17a11bd4f377d727caa72eb2

 RANGE ROVER VELAR

694-462-36afc41d725c52e329f30865

HYUNDAI i30 SW BREAK 

694-462-9ced7ab8560f2ee56fe67f30

MERCEDES-BENZ CLASSE E CABRIOLET

694-462-55a025f1b60a476202c80895

FORD FIESTA ST 200 CV

694-462-081b05c22ae41474b8b4b43d

LE PNEUMATIC ROND DE GOODYEAR POUR LES VOITURES DU FUTUR

694-462-88db21f33412fc3d9a0bea71

VOLVO XC60

694-462-431b039c48d0be2b27391c0c

VOLKSWAGEN ARTEON 

694-462-594e4b67d95775296971e1e2

SMART BRABUS ULTIMATE 125

694-462-604b22c53082edb7ed8dcd4a

AUDI Q8 SPORT CONCEPT HYBRIDE

694-462-615c291d0ca50adda9c7ace7

ALFA ROMEO GIULIA 2017

694-462-634d78d3b64c3d494825f2f9

PORSCHE 911 GT3 BOITE MANUEL 

694-462-724f392f0e55292b181f7ce3

AUDI Q8 SPORT CONCEPT

694-462-4646c0d34c5d273ecda014ad

 

ASTON MARTIN AM-RB 001 WALKYRIE

694-462-06961f1e155a8ad0c9ecb43d

PEUGEOT INSTINCT HYBRIDE 300 CV

694-462-279837ca746d448f98fa9a09

TOYOTA MINI-CITADINE i-TRIL LA VOITURE DU FUTUR 

694-462-406044ed90498c3deddf20cb

DS7 CROSSBACK 

694-462-a87ed6860efea42557123adc

FIAT 500 ( elle fête ses 60 ans d'existance cette année 2017 )

694-462-aeacd9f712983e758c558bfe

McLAREN 720 S

694-462-b4ad985819673bffd910627a

DACIA LOGAN MCV STEPWAY

694-462-b6b5d0ab75751cbcb2af2f5d

NISSAN QASHQAI SUV

694-462-b55d8824d1af38ad1e78f03b

ZENVO TS1 GT

694-462-b875650bc4142c55c63f6cb9

NOUVELLE FORD FIESTA TITANIUM

694-462-c44aedec37eeb14a7ce7bb66

AUDI RS5 COUPE TURBO

694-462-c86db9480ad7c491ca7c7bc3

HONDA CIVIC TYPE R

694-462-cefa7bbb5e8ed4c0d1f4c3ab

SUBARU XV

694-462-d1cb6c6694f03452eb19e616

KIA PICANTO

694-462-d68a9bea3999d6731e21ed0a

ROLLS-ROYCE GHOST peinture diaments

694-462-d92e81dc612010f1e3b74599

BMW SERIE 5 TOURING 

694-462-d5697db9b7590bfbd3315217

BENTLEY EXP 12 SPEED 6e CONCEP ELECTRIQUE

694-462-d85929f058ca0a50530ff23c

CITROËN C-AIRCROSS CONCEPT

694-462-e0e74ff428a064e322d1cbb5

INFINITE PROJECT BLACK S

694-462-e1eeba9cb335c7c5769f4d07

SEAT IBIZA 

694-462-e2b4c855ad252256487cde36

TOYOTA YARIS GRMN GTI

694-462-e72510c6a7ce6e3388754f7e

RENAULT CAPTURE 

694-462-e934712aab99caa29356fd4a

VOLKSWAGEN TIGANE ALLSPACE

694-462-ea6df813d43b40476c003503

KIA NIRO HUBRIDE ELECTRIQUE RECHARGEABLE

694-462-f5b51b4414f8749c4b851a59 

JEEP COMPASS 

694-462-f9e0471aaa8be3c7e58dc3fb

SUZUKI SWIFT 

694-462-f25b66424db7d3e0d8c82e6a

VOLKSWAGEN ARTEON 

694-462-f84bb49a0e0ac15341c8d666

RENAULT ALPINE A100 CABRIOLET 

694-462-f63929bf201dbd2bb70fca2e

PORSCHE PANAMERA SPORT TURISMO

694-462-fdd6e9f71bb571e8fc0dc808

LES COMBIS VOLKSWAGEN

1800-1200-8acec7963f29bca1907d8884

DS7 CROSSBACK

1800-1200-2621f7e6337d29856f5340d9

RENAULT CAPTURE

1800-1200-f84bb49a0e0ac15341c8d666

RENAULT ALPINE A110 CABRIOLET 1300 G

1200-800-46088eaf853b73b455620807

CITROËN SPACE TOURER

694-462-a64d852eae37022553a0575c 

LA VOITURE VOLANTE DE ITALDESIGN - AIRBUS - MI-VIOTURE MI-AVION

694-462-7b8f959ce449d727e5f92aa3

RENAULT ALPINE VISION COUPE 2 PORTES

694-462-c2332fce7453038e44fc34a7

TAMO RACEMO MINI-SPORTIVE

694-462-b8b5b7246eee71e8c5fb7b51

PEUGEOT INSTINCT HYBRIDE 300 CV

native_Autoplus_Creative2__2

PHOTOS SOURCE DU SALON DE GENEVE 2017 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU FRONT NATIONAL DE NANTERRE

LES DÎNERS-DÉBATS DE VALEURS A PARIS LE 22 MARS 2017 & MEETING DE MARINE LE PEN A SAINT-RAPHAËL LE 15 MARS 2017
 
       

C1v9YY3WIAQ0BCU

Yves de Kerdel, Directeur général de "Valeurs Actuelles" vous propose de débattre au cours du 2º dîner :
                         Le mercredi 22 mars 2017 
avec Madame Marion Maréchal-Le Pen, Député du Vaucluse (84), Présidente du groupe FN en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Représentante de la candidate Marine Le Pen, dans le salon Élysée des salons Hoche, Paris VIIIº.

- 19 h 30 : Accueil
-  20 h 00 : Dîner-Débat
-  22 h30 : Fin de la Soirée.
Le nombre de places est limité.

Pour tous renseignements : 
01 77 75 18 52  et  <evenements@agence-interactions.fr>
Renvoyer l'inscription avant le mercredi 15 mars 2017, sous enveloppe affranchie, accompagnée d'un règlement par chèque à l'ordre de Valmonde et Cie, de 135 € par personne à : 
Valeurs Actuelles / Les dîners de Valeurs Actuelles : 24 rue Georges-Bizet - CS 41748 - 75773 Paris cedex 16.

( Indiquez vos nom, prénom, adresse, téléphone et E-mail ).

marine_le_pen_3

De plus le grand meeting tant attendu en région PACA avec Marine Le PEN aura lieu le mercredi 15 mars 2017 à Saint-Raphaël dans le var (83) au grand Palais des Congrès quai du Commandant LE PRIEUR dès 19 heures sur le nouveau port de Saint-Raphaël.

***********************************************************************************************

LA LETTRE DE MARINE LE PEN DU 10 MARS 2017
 

3

Chers amis,
 
Ce sont les thématiques économiques qui ont dominé le début de ma semaine de campagne. J’ai ainsi eu l’occasion d’exprimer mardi devant la CPME mon projet en faveur des petites et moyennes entreprises. Elles sont au cœur de la vie économique du pays et ce sont elles qui créent de l’emploi : j’assume donc de leur donner une priorité dans mes engagements présidentiels, et de mettre l’Etat stratège au service de leur vitalité plutôt qu’à celle des grands groupes. Les multinationales, les banques et les grandes puissances d’argent ont déjà leurs candidats, MM. Macron et Fillon.

J’ai le lendemain eu le plaisir d’échanger une nouvelle fois avec des acteurs de la vie économique lors d’un petit déjeuner organisé par ETHIC.

Pour la journée des droits de la femme, ce jeudi 8 mars, j’ai choisi de visiter une chocolaterie, dirigée par une femme et employant de nombreuses femmes, dans le Doubs. J’ai pu mesurer la qualité de leur investissement professionnel, et l’énergie qu’elles mettent à concilier leur métier et leur vie de famille. En tant que mère, je sais les contraintes qui pèsent sur une femme lorsqu’elle doit faire face à de nombreux défis en même temps. J’ai exprimé à cette occasion ma volonté de mettre en place une politique ambitieuse en matière de réduction des inégalités salariales entre femmes et hommes. J’ai aussi, lors de cette journée, exprimé mon inquiétude concernant le recul des droits des femmes dans certaines zones du territoire, où elles ne peuvent plus se vêtir comme elles le souhaitent, où certains endroits leur sont désormais interdits aussi, comme ce café à Sevran, sous la pression du communautarisme et de l’idéologie islamiste. C’est insupportable. La France, c’est le pays de Brigitte Bardot, pas celui du burkini !

Pour terminer, je suis allée dans le Gers, où j’ai visité une exploitation agricole et discuté avec un éleveur de canards. Cette rencontre était passionnante, et je le remercie encore pour son accueil chaleureux. La chaleur était aussi au rendez-vous le soir même à Mirande, dans le même département, lors d’une réunion publique enthousiaste et patriote.
 
Merci à vous tous pour vos mots de soutien. Je compte sur vous pour relayer notre campagne en ligne. Nous ne sommes plus qu’à 6 semaines du premier tour et il faut intensifier encore notre action ! Diffusez nos engagements : les visuels sont maintenant disponibles ici. Bonne campagne !
 
 
 
 
François Fillon s’aplatit devant Jean-Christophe Lagrarde, champion du communautarisme !

Après avoir soutenu François Fillon et conclu un accord pour les élections législatives, puis l’avoir désavoué bruyamment, l’UDI et son président Jean-Christophe Lagarde reviennent à nouveau dans le giron des « Républicains ». Les places sont trop bonnes ! Lire la suite

 
Lycée Suger : remettre l'ordre républicain dans les banlieues doit être une priorité !

On apprend avec stupéfaction ce matin les très graves événements qui se sont déroulés à Saint-Denis hier matin, dans le lycée Suger puis en ville. Des dizaines de personnes ont provoqué un début d’émeutes dans l’établissement scolaire, victime de tensions et de violences depuis des mois. Lire la suite

 
Le monde de la santé est encore dans la rue : il y a urgence à agir !

Aujourd’hui, les professionnels de santé sont appelés une nouvelle fois à battre le pavé pour dénoncer leurs conditions de travail : cadences infernales, manque de personnel et de moyens, faiblesse des salaires, manque de considération de la pénibilité du travail, reconnaissance et valorisation des formations d’infirmiers spécialisés (IADE, IBODE),… Lire la suite

Voir toutes les actualités !
 

61% DES FRANCAIS CROIENT EN LA VICTOIRE DE MARINE LE PEN

 

Oui, la victoire de Marine Le Pen

 

 

 

 

est devenue possible ...

 

 

 

SOURCE : Publié le 10 mars 2017 - par  

Deux jours après un procès que notre correspondant Hector Poupon qualifiera de « dérive inquisitoriale », Robert Ménard a accepté de répondre à nos questions sur sa ville, la situation politique française, et ce procès, bien sûr… A savourer, ces propos d’un homme libre et courageux, un vrai Gaulois…

Les voyous n’hésitent plus, le but c’est de « tuer du flic »

Riposte Laïque : Monsieur le Maire, pouvez-vous d’abord nous donner des nouvelles des policiers biterrois sur qui une voiture a foncé délibérément ? Comment réagissez-vous à cette nouvelle agression contre les forces de l’ordre ? 

Robert Ménard : Certains ont été blessés, mais ils vont bien. Je leur ai apporté immédiatement tout mon soutien. L’agression qu’ils ont vécue a été d’une extrême gravité. En France, en 2017, les voyous n’hésitent plus. Le but, c’est même de « tuer du flic ». Ils ont le sentiment qu’ils jouissent d’une quasi impunité. Les peines sont légères, la prison est brève… quand il y a prison. Nos forces de l’ordre en payent le prix, chaque année plus lourd.

Pour l’instant, on ne parle que de Pénélope, et pas de la vague migratoire

Riposte Laïque : Dans certains milieux de la réinfosphère, on entend parler de « Coup d’État » judiciaire au sujet du harcèlement subi par François Fillon, et de la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen. On vous sait prudent, vous qui, comme président de « Reporters Sans Frontières », avez côtoyé de véritables coups d’État, et de véritables dictatures, avec l’emploi de ces mots. Pour autant, que vous évoque la campagne présidentielle actuelle ?

Robert Ménard : oui, le mot « coup d’État » est exagéré. Nous ne sommes pas au Chili de 1973. Disons que les affaires judiciaires tombent miraculeusement sur les candidats de droite au moment de la campagne présidentielle… Les Français ont, à juste titre, le sentiment d’un acharnement… qui peut paraître suspect.

Le problème le plus grave, c’est que cette campagne est volée au peuple. Dans les journaux, sur les chaînes d’info, on ne parle que de Pénélope 24/24h ! La France est menacée par une vague migratoire d’une ampleur historique, elle est victime d’attentats islamiques, elle est écrasée par une dette colossale, un chômage sans fin, sa place stratégique dans le monde est remise en question : voilà les problèmes dont on voudrait parler.

61 % des Français croient possible la victoire de Marine Le Pen

Riposte Laïque : Vous avez, tout en appelant à voter pour le Front national, critiqué assez vivement certaines de ses orientations, et notamment celles de Florian Philippot. Aujourd’hui, à deux mois du deuxième tour, quel est votre regard sur la campagne de Marine Le Pen, et croyez-vous sa victoire possible ?

MarineMénard


Robert Ménard : Je trouve que sa campagne est de qualité. Sobre, réfléchie. Elle n’a pas besoin d’en rajouter. Le réel est de son côté. Marine Le Pen écoute beaucoup, sans doute plus qu’avant. La ligne Philippot n’est plus aussi envahissante. La candidate a enfin repris les thèmes identitaires, charnels. Ceux de la droite hors les murs que je défends à Béziers. La politique, ce n’est pas que de l’économie. C’est surtout des vies, du souffle. Oui, la victoire de Marine Le Pen est devenue possible. 61 % des Français y croient. Tout sera question de dynamique. De place et de score au premier tour. De capacité d’alliance. Trump a prouvé que le peuple des profondeurs, le peuple de la périphérie, peut se révolter…

Vous pouvez tout perdre si vous critiquez les « bienfaits » de l’immigration

Riposte Laïque : Vous avez joint un message de soutien, lors de la conférence de presse organisée par le Cercle des Avocats Libres et Maître Pichon. Comment l’homme qui a défendu la liberté d’expression partout dans le monde vit-il ce qui se passe en France, et les nombreux procès d’opinion qui s’y déroulent ?

Robert Ménard : Je viens d’en subir un. Parce que j’ai osé dire que l’immigration se voyait dans nos écoles, dans nos rues. La liberté d’expression est réellement menacée en France. Bien sûr, nous ne sommes pas dans l’ex-URSS ou à Cuba. Vous n’allez pas dans un camp si votre parole dévie de la doxa du régime. Mais critiquer les bienfaits de l’immigration ou les joies obligatoires du « vivre-ensemble » peut coûter cher socialement. Le système peut vous anéantir. Vous perdez des amis, vous perdez votre boulot. Vous pouvez tout perdre.

Je tiens bon mais c’est une épreuve humainement difficile

Riposte Laïque : Vous vous êtes à votre tour, après Georges Bensoussan et Christine Tasin, retrouvé devant la 17e Chambre, le mercredi 8 mars. Cela vous met-il en colère ?

Robert Ménard : Cela a été terrible. Pendant des heures je me suis fait littéralement agonir. On m’a traité d’adepte du racialiste Gobineau. On m’a traité de lâche. Parce que j’ai dit que les photos de classes du passé nous montraient une France où l’immigration était quasi absente par rapport à aujourd’hui, on a invoqué les chambres à gaz, le génocide arménien, etc. C’est de la folie. J’avais l’impression d’être dans un mauvais rêve. Moi raciste ? Moi anti-musulman ? Moi qui ai pendant des années risqué ma vie pour sauver des journalistes dans le monde entier sans me soucier, bien sûr, de la couleur de leur peau ou de leur religion. Ces prétendues associations anti-racistes servent une idéologie. Elles ne sont plus dans le réel. Elles veulent faire des exemples avec un Ménard, avec un Zemmour. Je tiens bon mais c’est une épreuve humainement difficile.

Maire de Béziers, c’est épuisant, mais tellement passionant !

Riposte Laïque : Vous allez être bientôt à la moitié de votre mandat de maire de Béziers. Si cela était à refaire, vous lanceriez-vous de nouveau dans cette aventure ?
Robert Ménard : trois fois oui. C’est épuisant, ma vie personnelle s’est réduite à peau de chagrin, mais c’est tellement passionnant. En seulement trois ans, j’ai réussi, avec mon équipe, à changer la ville. Béziers crevait, Béziers était abandonnée. Nous avons prouvé que la politique pouvait être autre chose que des mots creux. Mais pour cela, il faut aimer les gens, il faut être amoureux de sa ville.

Les journalistes sont si nombreux à s’autocensurer pour survivre 

Riposte Laïque : Un commentaire sur l’attitude de vos anciens confrères à votre encontre et dans le traitement de la vie politique française ?

Robert Ménard : J’éprouve souvent de la peine pour beaucoup de mes confrères, honnêtement. Où est leur liberté ? Ils sont si nombreux à s’autocensurer en permanence pour survivre professionnellement. Ils sont pavloviens, chassent en meute. Ils sont sans surprise. On sait d’avance ce qu’ils vont dire, ce qu’ils vont écrire d’un édito à l’autre, d’un plateau à l’autre. Bien heureusement, tous ne sont pas du même bois mort. Mais quand même, lisez la presse régionale. Sans mettre tous mes ex-confrères dans le même panier, combien dans cette presse locale vivotent laborieusement à travers des articles médiocres copiant vaguement Libé ou Le Monde. L’absence de talent vire parfois au tragi-comique. A Béziers, ils nous combattent sans relâche. Jusqu’à inventer des faits, jusqu’à réécrire l’actualité pour qu’elle corresponde à leurs fantasmes. J’ai décidé de les contrer durement, avec notre journal municipal. Je sais que notre résistance leur fait mal. On essaye d’éveiller, de réveiller les gens…

Propos recueillis par Pierre Cassen

09 mars 2017

DOSSIER EMMANUEL MACRON CANDIDAT A LA PRÉSIDENTIELLE 2017

MACRON L'HOMME DU REMPLACEMENT DE HOLLANDE ET DU SYSTEME DE LA MONDIALISATION 

GdeMagouille

Macron-12fev-17

Haute Autorité pour la transparence de la vie publique

98-102 rue de Richelieu- CS 80202

75082 Paris Cedex 02

14 février 2017

Madame la Présidente,

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) que vous présidez est une autorité administrative indépendante (AAI) chargée d’une mission de service public : promouvoir la probité et l’exemplarité des responsables publics.

Selon votre site internet : « tout citoyen peut adresser à la Haute Autorité des observations sur les déclarations »

C’est en tant que citoyens que nous avons l’honneur de porter à votre connaissance nos observations quant à la déclaration de revenus et de patrimoine faite par M. Emmanuel MACRON le 24 octobre 2014 (voir PJ) suite à sa nomination comme ministre de l’Economie le 26 août 2014.

Il en ressort que :

1. Ses revenus 2010-2013 ont été de 3 010 996 €

A savoir :

a/ Des salaires à hauteur de 1 022 583 €

356 095 € de salaires en 2010 (Rothschild)

403 557 € de salaires en 2011 (Rothschild)

100 811 € de rémunération 2012 (Présidence de la République)

162 120 € de rémunération 2013 (Présidence de la République)

b/ Des « bénéfice industriels et commerciaux » à hauteur de 1 426 831 €

706 310 € de bénéfice industriels et commerciaux en 2011 (Rothschild)

720 521 € de bénéfice industriels et commerciaux en 2012 (Rothschild)

c/ Des revenus de capitaux mobiliers à hauteur de 561 582 €

291 286 € de revenus de capitaux mobiliers en 2011

270 296 € de revenus de capitaux mobiliers en 2012

Total des revenus: 3 010 996 €

2. Sa fortune déclarée en 2014, lorsqu’il fut nommé ministre, était de 156 160.43 €

A savoir :

a/ des liquidités à hauteur de 195 097.75

86 344.84 € pour un contrat d’Assurance vie souscrit le 25/4/11

53 192.19 € sur son compte courant chez le Crédit Mutuel, le seul déclaré.

52 467.85 € placée dans un PEA

3 092. 62 € sur son compte d’associé chez Rothschild.

b/ des investissements à hauteur de 1 015 330,62 €

20.92 € pour 1 action Lagardère

74 309.70 € de « valeurs en bourse et placements divers »

935 000 € (valeur estimée pour son appartement acquis en juin 2007 au prix de 890 000 €)

6 000 € (valeur estimée pour sa voiture achetée en 2005)

c / des dettes à hauteur de 1 054 267.32 €

- 295 689.79 restant dû sur prêt du Crédit Mutuel pour travaux résidence secondaire

- 558 577.53 € restant dû sur prêt du Crédit Mutuel pour achat résidence secondaire

- 200 000 € restant dû sur un prêt particulier sur 10 ans obtenue en 2007 (550 000 €) et remboursable 55 000 € / an)

Fortune nette totale : + 156 160.43 €

Observations / Questions:

Nous nous interrogeons dès lors sur la sincérité du patrimoine déclaré. En effet,

a/ Comment peut-il se faire qu’après avoir eu en 2010-2013 des revenus supérieurs à 3 000 000 € sa fortune déclarée en 2014 n’ait été que de 156 160 € ?

b/ Comment peut-il se faire qu’il n’ait eu en 2014 que 56 254,41 € sur son compte courant alors que plus de 3 000 000 € y avaient été crédités durant les trois années précédentes ?

Et où est passée la différence, sachant que, sur la période 2010-2013, il n'a pas utilisé ses liquidités pour investir substantiellement dans l’immobilier ou en Bourse, ni pour rembourser ses emprunts, à l’exception de son emprunt privé remboursé à hauteur de 220 000 € (4 x 55 000 €) ?

c/ Enfin, où est passé le portefeuille lui ayant permis de toucher 561 582 € de revenus mobiliers en 2011-2012, car il n’apparaît pas dans sa déclaration de patrimoine ? A noter que pour pouvoir générer de tels revenus, il se devait d'être au moins de 3 000 000 € (sur la base d’une rentabilité moyenne de 10 %) ?

Et si son portefeuille a été liquidé en 2012, juste avant qu’il n'arrive à l'Élysée, où est alors passé le produit de la vente, puisqu’il n’est manifestement pas arrivé sur son compte au Crédit Mutuel, le seul déclaré ?

Il nous serait agréable que vous nous fassiez savoir si nos interrogations sont ou non fondées, sachant qu’"omettre de déclarer une partie substantielle de son patrimoine ou en fournir une évaluation mensongère est un délit pénal".

Dans l’attente des réponses que vous voudrez bien apporter à nos interrogations, nous vous prions d'agréer,

Madame la Présidente, l’expression de notre profond respect.

 

Paul Mumbach

Candidat des maires en colère à la présidentielle

Maire de Dannemarie (68), Président des maires ruraux du Haut-Rhin

25 rue de Cernay, 68210 Dannemarie / Mail: paul.mumbach@dannemarie.fr

Jean-Philippe Allenbach

Président du Mouvement Franche-Comté

3 Place du 8 septembre, 25000 Besançon / Mail: pfed.allen@gmail.com

Serge Grass

Président de l'Union Civique des Contribuables Citoyens (U3C)

77 Grande rue, 25360 Nancray / Mail: sg44@free.fr

***********************************************************************************************

120 000€ détournés par Macron : Internet expose ses casseroles puisque les médias ne le font pas

PUBLIÉ PAR ALAIN LEGER LE 26 FÉVRIER 2017

MacronPiedsNoirs

 

Les députés Philippe Vigier et Christian Jacob ont accusé Emmanuel Macron de s’être servi dans les caisses de l’Etat pour financer son mouvement «En marche !»

Macron est bordé de partout, protégé par les médias qui refusent de faire leur métier et enquêter, protégé par une justice – qu’on sait politiquement corrompue avec l’acharnement juridique – qu’on l’aime ou pas – contre Fillon, il ne reste qu’internet pour faire le sale boulot.

Philippe Vigier et Christian Jacob s’appuient sur un livre enquête (Dans l’enfer de Bercy: Enquête sur les secrets du ministère des Finances*) consacrée aux coulisses du ministère de l’Economie et des Finances dont un croustillant passage est consacré à Emmanuel Macron à Bercy.

«Il y a des choses importantes qu’on a apprises … notamment au niveau des frais de bouche, puisque 120.000 euros des crédits du ministre à Bercy [ont servis à ] des agapes En marche!, pour réunir tel ou tel, pour préparer sa campagne présidentielle», accuse le le député UDI Philippe Vigier.

Les journalistes Marion L’Hour et Frédéric Says ajoutent :

«Emmanuel Macron a utilisé à lui seul 80% de l’enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère par le Budget.

[…]

L’enveloppe annuelle des frais de représentation du ministère de l’Economie dépasse cent cinquante mille euros, soit au moins cent vingt mille euros utilisés en huit mois par le jeune ministre pour ses seuls déjeuners et dîners en bonne compagnie».

View image on Twitter

 

 Follow

Philippe Vigier 

✔@VigierPhilippe

#Macron en marche aux frais des contribuables. Il ne sert pas la Fr. , il se sert. Nous allons saisir la Haute Autorité pour la transparence

 

Le 20 janvier 2017, Le Figaro accusait à son tour :

«Pendant deux ans, l’ancien ministre de l’Economie a eu recours à tous les moyens et facilités offerts par son ministère, y compris financiers, pour installer sa candidature.»

Le quotidien expliquait que Macron s’est servi de son ministère comme «d’une rampe de lancement» de sa campagne. «Le jeune ex-ministre … est resté moins de deux ans dans les murs. Le temps de façonner sa cote de popularité, de renforcer ses réseaux, d’acquérir l’expérience de l’Etat, bref, de préparer l’offensive, dans le confort d’un ministère puissant»précise l’article.

Dans un article publié sur Atlantico, les bonnes feuilles du livre de Says et L’Hour révèlent des détails embarrassants sur ces dépenses personnelles et formulent de lourdes accusations :

  • «Emmanuel Macron a utilisé Bercy pour s’élever» : utiliser Bercy, cela veut dire utiliser l’argent public à des fins privées.
  • «Emmanuel Macron recevait à tour de bras les personnalités influentes dans son bureau du troisième étage. Y compris des hiérarques religieux, des philosophes, des responsables associatifs, tous estimables, mais qui n’avaient pas grand-chose à voir avec les attributions officielles du ministre.»
  • « Il multipliait les dîners, parfois deux par soir », raconte un autre membre du gouvernement installé à Bercy.
  • «Michel Sapin [qui] a eu vent de ces repas par les huissiers et les chauffeurs de Bercy, s’est indigné».
  • «Dans les murs du ministère, Emmanuel Macron a aussi reçu des centaines d’“amis” Facebook. Par deux fois, il a organisé avec eux des soirées de discussion.»
  • «A posteriori, ces rendez-vous ressemblent davantage à un pré-meeting électoral.»
  • «Michel Sapin se reproche sa naïveté : “Avec Macron, nous avions une relation très simple, très fluide. C’est un esprit alerte, très léger, pas lourdingue. Je m’en veux de n’avoir pas vu assez vite qu’il avait une ambition cachée.»
  • En mai 2016, lors d’un déjeuner avec quelques journalistes, le chef de l’État se joint aux critiques de ses ministres et compare Emmanuel Macron à Donald Trump « Trump est un milliardaire, donc les gens se disent : “Tiens, il ne va pas être corrompu car il est déjà riche.” », ce que son passage à Bercy ne démontre pas.
  •  

Suite à de telles accusations, le parquet national financier (PNF) devait demander à Macron de détailler avec quel argent, pour quel montant, de quelles sources, il a financé sa campagne. Le PNF déclencher s’auto-saisir d’une enquête comme pour Fillon. Sauf que le conseiller justice du chef de l’Etat est un ancien substitut du PNF…

La France est un pays corrompu (elle arrive au 23e rang du classement mondial deTransparency International), et lorsqu’on tombe à ce rang, il n’est pas évitable, à un moment où à un autre, que la corruption soit visible à l’œil nu : vous y êtes en plein, vu l’importance de l’échéance présidentielle.

Notre prochaine enquête : Macron reçoit 3 millions chez Rothschild, mais il ne paie pas l’ISF.

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

***********************************************************************************************

Lettre ouverte à monsieur Macron

du Général de Corps d’Armée (2S) Michel Franceschi

 

Ancien Inspecteur des Troupes de Marine, héritières des Troupes Coloniales, j’ai l’impérieux devoir de prendre ès-qualité leur défense morale, en réaction à votre diabolisation de la colonisation. Ma carrière d’officier colonial épanoui, à la charnière de la colonisation et de la décolonisation de l’Afrique, me confère le double caractère d’acteur de terrain et de témoin privilégié. Je me sens donc parfaitement qualifié pour vous administrer une salutaire leçon d’histoire que vous n’aurez pas volée.

Tout d’abord, je dois vous rappeler que la conception de l’épopée coloniale de la France fut l’œuvre de grands Républicains appartenant au Panthéon de votre obédience politique. N’est-ce pas Jules Ferry qui a voulu « porter la civilisation aux races inférieures » ? Albert Sarraut a défini notre « politique indigène comme étant la Déclaration des Droits de l’Homme interprétée par Saint Vincent de Paul » (sic). De son côté, Léon Blum a déclaré en 1925 à la tribune du Palais Bourbon  « il est du devoir des races supérieures de venir en aide aux races inférieures ». Et honni soit qui mal pense de ce vocabulaire !!!

Les prestigieux artisans de cette grande œuvre humaniste s’appelèrent Gallieni, Lyautey, Savorgnan de Brazza, Auguste Pavie, Charles de Foucauld et autre docteur Schweitzer, figures de proue d’une nombreuse cohorte de valeureux exécutants plus humbles. Résumons leur œuvre à l’essentiel. Ils ont d’abord libéré les populations autochtones du joug sanguinaire de ce que l’on a appelé les « rois nègres », à la source de l’immonde chaîne de l’esclavage qu’ils ont aboli. Ils ont mis un terme aux perpétuelles guerres tribales qui saignaient à blanc le continent africain, apportant un siècle de « paix française ». A défaut d’une totale liberté qui n’était pas l’aspiration prioritaire, ils ont apporté l’Ordre et la Justice de nos admirables administrateurs coloniaux. Ils ont éradiqué les épidémies qui anéantissaient des tribus entières. Ils ont fait disparaître les endémiques famines qui aggravaient la dépopulation.

Libre à vous, monsieur Macron, de penser que les conquêtes de la Liberté, de la Paix et de la Santé sont des crimes contre l’humanité !

Il est de notre devoir de Français d’honorer la mémoire de tous ceux qui ont laissé leur vie dans cette grandiose aventure humaine dont nous devons être fiers. J’ai pu me recueillir sur bon nombre de  leurs sépultures, qui jalonnent notre épopée coloniale. J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour remédier à leur état lamentable, jusqu’à m’attirer les foudres d’une administration lointaine. En ces lieux émouvants, cadres et simples soldats côtoient leurs frères d’armes du Service de santé, particulièrement éprouvés par leur place en première ligne des épidémies. Ces Français de condition modeste avaient votre âge, monsieur Macron. Ils avaient quitté courageusement le cocon métropolitain pour servir la France au loin sans esprit de lucre et au mépris des dangers encourus. Alors, de grâce, daignez leur accorder un minimum de respect.

Voilà, monsieur Macron, ce que j’ai eu à cœur de vous dire. Au Tribunal de l’Histoire devant lequel je vous ai fait comparaître, je laisse à votre conscience et au suffrage universel le soin de prononcer le verdict.      

Michel Franceschi

Général de Corps d'Armée

***********************************************************************************************

Lettre ouverte à Emmanuel Macron

de Bernard Debré

Monsieur le Ministre – ou devrais-je plutôt vous appeler « Monsieur le Conseiller de François Hollande », tellement vous avez été proche de lui, étant même l’inspirateur de sa politique économique qui a mis la France parterre. Peu importe ! 

Il n’est interdit à personne de reconnaître ses erreurs. Êtes-vous à droite, au centre ou à gauche ? Personne ne le sait. Vous tentez de garder votre secret, même si quelques indices percent et vous placent totalement à gauche de l’échiquier politique, cette gauche libertaire, « bobo » et inconstante. 

Vos dernières déclarations sont incroyables. La France a donc, à vos yeux, commis un crime contre l’humanité lors de la colonisation. Repentance, condamnation ! Avez-vous pesé vos mots ? Non bien sûr et c’est impardonnable de votre part. Alors que vous voulez représenter la France au plus haut niveau, voici que vous la condamnez. Bravo ! Je vous rappelle qu’un crime contre l’humanité est imprescriptible. Vous demandez donc que notre pays soit jugé par le Cour pénale internationale. Beau début de campagne !

Mais vous n’en êtes pas à votre première bourde. 

Vous avez, il y a quelques jours, déclaré qu’il n’y avait pas de culture française, niant Victor Hugo, Céline Druon, pour ne citer que ces écrivains alors qu’il y en a des centaines et des centaines qui ont façonné la culture française. Vous oubliez le Siècle des Lumières. Vous oubliez le rayonnement de la France par sa culture propre et enviée dans le monde entier. Désolant !

Même en France, vous méprisez les femmes et les hommes qui travaillent : « l’alcoolisme et le tabagisme se sont peu à peu installés dans le bassin minier », avez-vous dit à Hénin-Beaumont. Sans oublier que vous avez traité d’ « illettrés » les travailleurs de l’entreprise Gad de Bretagne.

Les Français n’accepteront pas d’être méprisés par vos propos irresponsables. 

Vous voulez apparaitre comme un télé-évangéliste : « Saint Macron ». Ce serait plutôt « Saint Maclou » tant vos arguments sont au raz des tapis. Vous êtes un illusionniste médiatique sans programme, sans idée ou alors des idées qui varient dangereusement d’un jour à l’autre.

Il est temps que les Français s’aperçoivent de la vacuité de votre esprit uniquement tourné vers la propagande, vers les mots dangereux et trop souvent creux.

« Je vous aime furieusement », avez-vous dit à une foule qui était venue vous écouter. Monsieur le Ministre, une chose est certaine : vous n’êtes pas apte à devenir un Président de la République respecté et respectable. 

Bernard Debré 

***********************************************************************************************

                                INCULTURE 

On sait que le crime contre l’humanité est, selon le tribunal de Nuremberg, l’extermination et la réduction en esclavage. La Cour Pénale Internationale a, certes, élargi l’incrimination notamment à la déportation, aux disparitions et autres abominations génocidaires mais l’idée reste la même, celle d’un crime abominable : l’anéantissement programmé d’un groupe d’hommes.

Notre mignon petit télé-évangéliste, banquier d’affaires auto-proclamé juriste et historien voit dans la colonisation d’une contrée sous domination turque, devenue Algérie, un véritable crime contre l’humanité. Peu important pour ce sympathique ignare que les peuplades qui y vivaient misérablement en 1830 soient évaluées à 3 millions et qu’en 1962 la population indigène de la colonie soit devenue supérieure à 9 millions.

Peu important aussi, pour ce petit personnage, que les victimes, mues  par le complexe de Stockholm se précipitent en rangs serrés depuis plus de cinquante ans chez leurs anciens bourreaux.

Alors que ferait le président Macron ? Nécessairement un procès aux responsables de ce crime d’Etat et surtout à son instigateur  initial : Jules ferry, le maître à penser de la 3ème République qui, dans son célèbre discours du 28 juillet 1885 à la chambre osait proclamer :

« Est-ce que vous pouvez nier, est-ce que quelqu’un peut nier qu’il y a plus de justice, plus de d’ordre matériel et moral, plus d’équité, plus de vertus sociales dans l’Afrique du Nord depuis que la France a fait sa conquête ? Quand nous sommes allés à Alger pour détruire la piraterie et assurer la liberté du commerce dans la Méditerranée, est-ce que nous faisions œuvre de forbans, de conquérants, de dévastateurs ? ….. » 

Ferry sera-t-il condamné à être chassé de nos mémoires, gommé des livres d’histoire et des photos comme le faisaient les Empereurs rouges de Moscou au XXème siècle ? Notre sémillant président ira-t-il plus loin encore dans l’assimilation de Jules Ferry à Adolf Hitler en ouvrant un procès post-mortem devant une juridiction spéciale, créée à la façon de Charles le Félon ? 

Décidément le théâtre de l’actualité politique française où les pitres se bousculent, au risque d’endommager gravement nos zygomatiques, ne manque pas d’intérêt. Que les acteurs en soient remerciés !

Philippe CHIAVERINI

***********************************************************************************************

Aux propos de Mr MACRON au regard de l’Histoire.

Posté le dimanche 19 février 2017

MacronAttali&BandeVieuxBD

 

Lors de son voyage en Algérie le 15 février dernier, dans un entretien avec la chaîne Echourouk News, Mr Macron a déclaré : « La colonisation fait partie de l’histoire française... C’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes…»

Certes, des propos tenus lors d’une campagne électorale qui s’annonce difficile ne devraient pas être pris à la lettre… Mais enfin, si l’on comprend bien Mr Macron, seule la colonisation française est condamnable.

Pour qui s’est intéressé à l’histoire du Maghreb – le nord de l’Afrique au sud de la Méditerranée - ce qui est devenu l’Algérie fut colonisé par les Phéniciens, les Grecs, les Romains, les Vandales, les Byzantins, par les Arabes depuis 680 de notre ère, puis par les Turcs à partir du XVI° siècle. Qui peut croire que ces colonisations furent plus douces que la nôtre ? Peut-on rappeler qu’à partir de 707, une partie du sud de la France fut envahi et colonisé par des Musulmans venus d’Afrique du Nord. Saint-Tropez et Lagarde-Freinet ne furent libérés qu’en 980. La toponymie en conserve le souvenir : Roquemaure, Castelsarrasin, etc. Le colonialisme musulman a-t-il jamais fait l’objet d’excuses ou de repentance ?

Et dès le VIII° siècle, les pirates musulmans écumèrent les côtes de l’Europe : près de quatre millions d’Européens furent pris en esclavage, Saint Vincent de Paul et Cervantès furent les plus célèbres. L’ordre du Saint Esprit fut fondé pour racheter ces esclaves.

Si l’on admet que la colonisation fut un crime contre l’humanité, qu’en est-il de l’esclavage ? Car jusqu’en 1830, Alger et Tripoli furent des repaires de pirates chasseurs d’esclaves, contre lesquels nos rois luttèrent sans cesse. Louis XVI, souvent accusé de faiblesse, était décidé à régler ce problème et il envoya le Baron de TOTT et l’orientaliste Venture de Paradis reconnaître les fortifications d’Alger. Bonaparte donna pour mission au Capitaine Bergé et au Chef de Bataillon Boutin reconnaître la côte algérienne : c’est Boutin qui recommanda le site de Sidi FERRUCH pour un débarquement. C’est finalement Charles X qui décida en 1830 l’envoi d’une expédition pour en terminer avec la piraterie et le trafic d’esclaves au Maghreb.

Notre colonisation fut-elle aussi effroyable que la dépeint Mr Macron ? Je constate simplement que les Algériens demandent des visas pour venir en France, bien plus que pour aller en Arabie saoudite. Et les écrivains algériens d’expression française me semblent avoir plus de succès que leurs confrères qui ne s’expriment qu’en arabe…

Jean SALVAN

Officier général (2S)

***********************************************************************************

LE CHAGRIN ET LA PITIÉ

517CZbMQ81L


Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel MACRON candidat à l'élection présidentielle. 

par Jean-Paul SPINA


Monsieur,
 
Après avoir, avec vos allures de petite frappe pleine d'assurance et de suffisance devant un micro en Algérie, assassiné encore une fois la France et ceux qui sous son drapeau l'ont défendue, Pieds Noirs et Harkis rescapés du seul choix que le FLN leur laissait en 1962, la valise ou le cercueil, vous vous êtes pitoyablement confondu, vautré à Toulon, dans des excuses pleurnichardes ponctuées de "pardon, je vous aime"... Comediante ! !

Vous vous êtes ensuite englué dans des explications acrobatiques : "j'ai dit cela Alger, mais je ne voulais pas dire... ce que vous avez entendu"… Croyez-vous que vous allez ainsi conserver la confiance de ceux qui écoutent vos engagements de candidat ? Ils sont déjà en Marche Arrière car toutes les promesses inconsistantes que vous leur adressez sont noyées dans le flou et l'enfumage de votre illusoire projet pour la France.

Si vos supporters persistent à croire un saltimbanque qui se renie devant son public et s'aplatit minablement devant 200 Pieds -Noirs et Harkis "aux cheveux blancs" qui ne demandaient que des explications, ce sera leur affaire "n'est ce pas Bruno" ! ! Car, comme nous en avons déjà fait le dramatique et douloureux constat, nous, les Pieds Noirs et les Harkis, savons trop bien hélas que "les promesses n'engagent que ceux qui veulent y croire", même si elles ont été annoncées d'un balcon d'Alger, ex capitale de la France Libre devant un million de personnes par un grand  homme qui s'était illustré en organisant, 15 ans auparavant et avec bien d'autres, la RESISTANCE de la France.

Vous êtes bien loin d'avoir sa carrure, Monsieur le candidat micron, et vous ne partageriez avec lui que le seul souci qui l'animait en 1958 : prendre le pouvoir au prix de toutes les trahisons, lui en trompant les 10 millions de Français qui vivaient dans ces trois départements de notre République et vous en nous faisant croire, quand cela vous arrange, que vous n'êtes plus en accord avec ceux qui vous ont nommé et que vous avez servilement servi comme Conseiller et Ministre.

Monsieur l'énarque, "ni de droite, ni de gauche", candidat à la magistrature suprême, vous êtes bien de ces politiques qui brûlent ceux qui les ont encensés et vous avez comme eux la trahison dans les gènes. Après vos falsifications préméditées, éhontées et injurieuses pour l'histoire de la France en Algérie, vous vous êtes permis, malgré les nombreux éminents historiens qui ont mis à jour votre "logiciel de la colonisation", de revendiquer avec force durant votre discours les idées de la gauche sur ce sujet, c’est-à-dire depuis les traîtres, assassins, porteurs de valises du FLN jusqu'aux recommandations de Terra Nova qui vous ont sûrement poussé à aller sur l'autre rive à la pêche aux voix.

Cette revendication publique fait aussi tomber le masque. Elle révèle ce que cachent vos allures de dandin boboïsé de la finance. Après votre show tragi-comique de compassion théâtrale pour les Pieds-Noirs et les Harkis et nous avoir assené, avec des regards complices vers vos fans, un ironique, sournois mais surtout cruel "je vous ai compris", nous avons senti le sel que vous veniez de jeter sur nos blessures, la dérision, le mépris de nos souffrances, celles que vous évoquiez 10 minutes avant  avec des trémolos d'opérette dans la voie... Tragediante ! !

A présent nous savons qui vous êtes et, pour nous, même si c'est un peu court jeune homme, ce que vous avez dit est pire qu'un crime, c'est une faute que nous ne vous pardonnerons pas. Vous êtes, à nos yeux encore horrifiés de ce qu'ils ont vu, vécu, ce que Napoléon pensait de son grand chambellan car, Monsieur, nous les Français d'Algérie, Pieds Noirs et Harkis, nous savons :


"que depuis qu'en cet autre langage on a si bien, si talentueusement parlementé,  il vous pousse un nouveau courage : l'audace de votre lâcheté".
  
Jean Paul Spina, 73 ans


descendant d'une famille d'émigrés italiens sardes-napolitains
comptant 4 de ses aieux engagés volontaires pour la grande guerre de 14-18 morts pour la France  et leurs fils rescapés de Koufra, Cassino, débarqués en Provence pour combattre jusqu'à Colmar, Strasbourg, Berchtesgaden et libérer la France .  

********************************************************************************************** 

C5sIrNXWgAEaqd_   

 

MACRON : UN CADEAU DE 14 MILLIARDS D’EURO A PATRICK DRAHI EN ECHANGE D’UNE CAMPAGNE DE MATRAQUAGE MÉDIATIQUE 
1) Patrick Drahi est un milliardaire patron du groupe Altice (Numéricable/SFR/SFR Médias). Il contrôle un groupe de médias puissant (BFM TV/RMC/L’express/Libération). 
2) Le 28 octobre 2014, le tout nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron autorisait le rachat de SFR par Patrick Drahi contre l’avis de son prédécesseur Arnaud Montebourg. Dans les 6 mois qui ont suivi cette décision, la valeur du groupe de Drahi a plus que doublé et a fait gagner plus de 14 milliards d’euro à ses actionnaires. 
3) Macron a floué l’état français car il a choisi un groupe qui paye très peu d’impôts en France. Montebourg craignait que le rachat de SFR par Altice ne se traduise par une gigantesque évasion fiscale. En 2014, Montebourg éreinte Drahi alors qu’il est ministre, des enquêtes fiscales sont alors diligentées par Bercy et ses déclarations ci-dessous sont sans ambiguïté. « Numericable a une holding au Luxembourg, son entreprise est cotée à la Bourse d’Amsterdam, sa participation personnelle est à Guernesey dans un paradis fiscal de Sa Majesté la reine d’Angleterre, et lui-même est résident suisse ! Il va falloir que M. Drahi rapatrie l’ensemble de ses possessions, biens, à Paris, en France. Nous avons des questions fiscales à lui poser ! ». Par ailleurs Drahi fera le plus grand plan social de 2016 en licenciant 5000 personnes chez SFR 
4) Pour remercier Macron, Drahi a mis son groupe de médias à disposition de sa campagne et a organisé un matraquage médiatique sans précédent en faveur de Macron. Ce soutien s’organise d’ailleurs de manière tout à fait évidente. Un proche de Patrick Drahi, patron du pôle médias du groupe Altice, Bernard Mourad, rejoint Macron pour organiser son mouvement « En Marche » en Octobre 2016. Bernard Mourad, ancien banquier de Patrick Drahi, s’était plus particulièrement occupé, en 2014, de l’opération de rachat de SFR. Depuis février 2015 il est le patron de la branche média du groupe Altice, c’est-à-dire la personne qui dirige l’Express, Libération, BFM TV et RMC.
5) En autorisant le rachat de SFR, Macron a fait d’une pierre deux coups. Cette opération se révèle en effet fort juteuse pour le clan Macron, puisque la banque d’affaires qui se charge de cette vente n’est autre que la banque Lazard. La banque Lazard est dirigée en France par Mathieu Pigasse, propriétaire du journal Le Monde et soutien essentiel de la campagne d’Emmanuel Macron. Les banques d’affaires toucheront de l’ordre de 260 million d’euro de commissions sur ce deal. Si l’on veut moraliser la vie politique et éviter les conflits d’intérêts, est-il normal que le patron d’une banque qui est aussi patron de presse soutienne un candidat dont la décision lui a rapporté autant d’argent ? Le 22 février Bayrou se ralliait à Macron sous quatre conditions. Macron acceptait avec un cynisme écœurant la condition suivante « Je demande expressément que le programme du candidat comporte en priorité une loi de moralisation de la vie publique, en particulier de lutte contre les conflits d’intérêt. Je refuse, comme je l’ai refusé toute ma vie que des intérêts privés, de grands intérêts industriels ou financiers, prennent la vie publique en otage. Je ne cèderai rien sur la séparation nécessaire de la politique et de l’argent. 

« Je crois avoir démontré qu’avec Macron nous sommes rentrés dans un niveau de corruption, de collusion avec les intérêts privés et de manipulation de l’opinion publique, jamais atteint dans notre 5ème république. Nous assistons au coup d’état médiatique d’un escroc. »
  
 
********************************************************** 

Une soirée de Macron à Las Vegas 

 

éveille des soupçons de favoritisme

SOURCE : © AFP 2017 PIERRE-PHILIPPE MARCOU
FRANCE
17:37 08.03.2017(mis à jour 17:59 08.03.2017) URL courte
513917947

De nouvelles révélations du Canard enchaîné pourraient causer du tort au candidat Emmanuel Macron, soupçonné de favoritisme alors qu'il avait rencontré des chefs d'entreprise français à Las Vegas en 2016. L'entourage de Macron rejette jusqu'ici les soupçons et demande à ce qu'on se focalise sur les faits.

Dans l'édition du mercredi 8 mars, le Canard enchaîné a évoqué un nouveau dossier sur le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron dévoilant que l'Inspection générale des finances (IGF) s'interrogeait sur une rencontre du candidat à la présidentielle française avec près de 500 entrepreneurs, représentants et dirigeants de divers start-ups françaises qui s'était tenue le 6 janvier 2016. La soirée avait été organisée à Las Vegas, sans appel d'offres, et pour la bagatelle de 380 000 euros.

« Cette opération de séduction, montée dans l'urgence à la demande expresse du cabinet du ministre, a été confiée au géant Havas par Business France (l'organisme de promotion de la French Tech dépendant de Bercy) sans qu'aucun appel d'offres ait été lancée », a précisé le journal.

Le coût de la soirée s'est avéré bien élevé, 381 759 euros, dont 100 000 pour l'hôtel (où le prix d'une nuitée excédait les 300 euros).

Ainsi, la commande de la prestation Havas pourrait bien « relever du délit de favoritisme », résume l'IGF, et Business France ou certains de ses salariés « pourraient être incriminés pour favoritisme », et les représentants et les dirigeants de Havas France « au titre de la complicité ou du recel ».

Face aux révélations, l'entourage de l'ancien ministre de l'Économie a affirmé que M. Macron n'était « absolument pas concerné par ces soupçons », alors que ce dernier a exigé une vérification des faits.

« Je n'ai pas pris connaissance de cela, mais je ne pense pas que ce soit mon ministère qui ait organisé un événement sans appel d'offres », a déclaré le candidat d'En Marche ! lors d'une visite aux Mureaux (Yvelines). « Je pense que ça peut être des agents de l'État ou en tout cas des entités publiques, mais je demande à vérifier les faits. »

Néanmoins, le candidat s'est dit sûr de son ministère qui, à l'époque où il était ministre, « a toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics ».

La France est engagée actuellement dans une longue période électorale. L'élection présidentielle française de 2017 aura lieu les 23 avril et 7 mai. Les Français se rendront aux urnes pour élire le président du pays pour un mandat de cinq ans.

 **********************************************************************************************

   
Macron

Patrimoine non déclaré de Macron: pourquoi les médias et la justice sont-ils muets?

SOURCE : © AFP 2017 Eric Feferberg
FRANCE
17:27 07.03.2017(mis à jour 21:45 07.03.2017) URL courte
177272712585

Paul Mumbach, candidat des Maires en colère à la présidentielle, a saisi le Pôle financier à propos de la sincérité des déclarations de patrimoine d'Emmanuel Macron. Alors que la justice ne se hâte pas de réagir, M. Mumbach parle à Sputnik de l'équilibre nécessaire, et qu'à cette fin il faut faire la lumière sur ce cas négligé jusqu'ici.

Ayant découvert à l'époque que le candidat d'En Marche ! Emmanuel Macron aurait des actifs présumément non déclarés et étonnés par la lenteur de réaction des instances qui auraient pu s'intéresser à ce cas particulier, un trio de citoyens a décidé d'en référer à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Ce sont Paul Mumbach, candidat des Maires en colère à la présidentielle, Jean-Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté et Serge Grass, président de l'Union civique des contribuables citoyens.

La requête a été déposée le 14 février, mais depuis rien ne s'est produit, se désole le candidat à la présidentielle et maire d'une commune de quelques 2 000 habitants en Alsace, Dannemarie, dans un entretien à Sputnik. Pour lui, c'est une affaire de vérité, d'équilibre et d'équité vis-à-vis de tous les candidats. « Ce qui est vraiment navrant dans cette affaire, c'est que tous les candidats ne soient pas traités de la même façon », déplore-t-il.

Alors que le Canard enchaîné révélait à l'époque qu'Emmanuel Macron aurait remis une fausse déclaration de patrimoine à la Haute autorité, que cette fausse déclaration avait été transmise au fisc, et que depuis aucune explication officielle n'avait été fournie, Paul Mumbach note avec amertume le « silence radio », tout en gardant l'espoir que l'affaire ne sera pas éternellement étouffée.

 

« Ce qu'on a pu constater, c'est que d'autres candidats, et notamment M. Macron, avaient quand même sur cette même base de Haute autorité, des griefs qui sont passés sous silence, pour ne parler que de la presse aussi, c'est quand même surprenant que rien ne sorte, que la Haute autorité ne réponde pas. Les communiqués de presse qu'on a passés sont un peu noyés dans la masse et très peu diffusés ».

Entre-temps, tout le monde « se targue de dire que la justice ne traîne pas »… « Je ne critique pas forcément la justice, mais il faut qu'il y ait une certaine équité. S'il y a quelque chose à se reprocher les uns les autres, il faut que tout le monde soit sur le même équilibre », insiste M. Mumbach.

Le trio ne s'est pas contenté d'attendre la réponse les bras croisés et il a poursuivi son action citoyenne pour obtenir les réponses attendues.

« Ce qui nous a fait un peu bondir, c'est que la Haute autorité ne réponde pas. On a introduit une autre action qui est la sollicitation du parquet de Paris pour signaler le cas. Et comme tout le monde dit qu'elle est rapide, elle devrait se saisir très rapidement », espère-t-il.

M. Macron se défend en disant qu'il a tout dépensé, poursuit M. Mumbach, mais enfin ça fait pratiquement un Smic par jour, alors il devait être très dépensier. Or, il y a aussi des déclarations qui ont été faites en 2014 « sur la base de son appartenance à telle ou telle société à priori, sauf à ce qu'il dise le contraire, certaines sociétés n'ont pas été déclarées ».

Un certain nombre de dossiers, pour l'instant peu exposés, pèsent dans le dossier Macron : les fameuses dépenses de « frais de bouche » quand il était ministre de l'Économie, le financement de campagne non déclaré, un emploi à mi-temps en tant qu'attaché parlementaire d'un de ses organisateurs de campagne… Pourtant, il n'y a pas de date limite pour poser les questions à Emmanuel Macron, affirme Paul Mumbach :

« Absolument, nous ne le lâcherons absolument pas. Moi, je n'ai absolument aucune envie d'avoir un président de la République qui à un moment donné soit poursuivi et soit éventuellement condamné, ou on attendra la fin de son mandat pour essayer de le poursuivre. C'est trop important dans la situation où notre pays se trouve. Il y a le social, le taux de chômage, il y a aussi cette ambiance un peu délétère partout. Surtout, on se targue beaucoup de la République, mais on ne parle pas de la démocratie. »

« C'est une nécessité absolue si l'on veut faire redémarrer ce pays, de faire une réforme de nos institutions. Sinon on n'y arrivera pas », résume le candidat.

***********************************************************************************************

                          

Posté par DIACONESCO_TV à 05:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2017

LES SOUTIENS INVISIBLES DU CANDIDAT EMMANUEL MACRON : TOUTE LA MONDIALISATION DE LA FINANCE INTERNATIONALE SPÉCULATIVE

PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 4 MARS 2017
Les Gracques, think tank socialiste non affilié

 

Les Français attirés par la candidature d’Emmanuel Macron ne sont pas très regardants sur les possibles conflits d’intérêts créés par le refus de Macron de dévoiler qui le finance, et qui paye le coût de sa campagne — on parle en millions d’euros.

Des Français vont voter pour Macron sans demander à qui il devra renvoyer l’ascenseur s’il est élu. Pourtant, les renvois d’ascenseur, ce n’est jamais dans l’intérêt de la population.

Goldman Sachs : près de 13 millions d’euros

  • En avril 2016, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) a délivré l’agrément permettant au mouvement de Macron, qui porte les initiales de son nom (dans le genre mégalo…), de récolter des dons.
  • Dans la foulée, lors de son déplacement à Londres pour inaugurer le French Tech Hub, et selon Paris Match, Emmanuel Macron aurait levé près de 10 millions de livres sterling, soit environ 12,75 millions d’euros, auprès d’hommes d’affaires. Pour Europe 1, Macron aurait levé plus de 12 millions d’euros auprès de donateurs de chez Goldman Sachs, affirmait Europe 1 le 6 mai 2016.

Avec un argument qui ne tiendrait pas une minute devant des journalistes sérieux s’il en existait encore, l’entourage de Macron niait, et affirmait « C’est complètement absurde. Cela aurait nécessité de rencontrer 1 700 personnes qui auraient donné chacune 7 500 euros. c’est physiquement impossible ».

b_1_q_0_p_0

Il est vrai qu’à l’ère de PayPal et d’internet, il faut physiquement rencontrer les gens pour recevoir de leurs mains les pièces d’or qui financeront la campagne. Et qui aurait l’esprit assez tordu pour imaginer qu’une poignée de donateurs, et non 1700, aient apporté les fonds, quelle idée saugrenue….

Ce qu’Europe 1 ne demandait pas non plus, c’est quel(s) avantage(s) les donateurs de Goldman Sachs attendent-ils en retour ? La prise de contrôle sur la négociation de la modification des rapports d’actionnaires entre Renault et Nissan que Macron, bloquée en novembre 2014 par Macron (voir dépêche de Reuters) contre l’avis de son PDG Carlos Ghosn ? C’est un mobile assez probable pour expliquer le crime, et en tous cas enquêter.

Les Gracques

Ils doivent bien rigoler, les fondateurs du groupe de pression les Gracques, quand ils entendent les conspirationnistes se focaliser sur Bilderberg et Terra Nova ! Ca leur laisse de l’oxygène pour pousser leur poulain Macron jusqu’au pouvoir suprême et mettre en pratique leur programme.

Le 4 février, The Spectator posait la question : « qui est derrière la mystérieuse progression d’Emmanuel Macron ? » (les quotidiens britanniques ont le droit de ne pas adhérer à la pensée unique, alors ils posent de vraies questions)

Le journaliste  relève assez justement : « jusqu’à il y a peu, il n’affichait aucun engagement politique visible. Pourtant, il est en train de détruire le parti socialiste ».

 

sipa_00794784_000001

 

Entrent en jeu Les Gracques. Prenez du papier calque. Superposez leurs propositions à celles de Macron, elles sont identiques.

  • 1ere coïncidence : Les Gracques, né peu avant la présidentielle de 2007, prône le rapprochement entre la gauche et le centre. Obéissant, Bayrou s’est rallié à Macron.« L’alliance de la gauche avec Bayrou, ce sont des idées qu’on distille depuis dix ans… »expliquait René Silvestre, fondateur de L’Étudiant et membre depuis 2007.
  • Les Gracques se présentent comme une association lancée par des personnalités, anciens membres de cabinets des différents gouvernements de gauche. Comme Macron.
  • Ce sont d’anciens membres du parti socialiste. Comme Macron, qui avait sa carte de 2006 à 2009.
  • Comme Macron, les Gracques est un collectif d’anciens énarques.
  • Denis Olivennes, nouveau patron d’Europe 1 et ancien conseiller de Fabius, politiquement à la gauche du PS, est un des membres des Gracques. Il était également l’invité du « Lundi de Macron » consacré au travail et à l’emploi à l’heure numérique.
  • Quand Martine Aubry étrille Emmanuel Macron et « ses recettes du passé » sur Europe 1, le 4 mars 2017, ce n’est pas qu’il est moins socialiste qu’elle, c’est parce que Les Gracques, il y a un an jour pour jour, dans Le Point, étrillaient Martine Aubry sur sa loi travail !
  • Emmanuel Macron fait campagne pour une réforme de la gauche française ? L’idée n’est pas de lui. Les Gracques, dans Le Point du 7 juillet 2016 affirmaient : « souhaiter une rénovation de la gauche française ».
  • Pour le reste du programme d’Emmanuel Macron, je vous renvoie vers l’original, Les Gracques, développé lors de son université d’été en juin 2012.
  • Et le 21 novembre 2015, l’université des Gracques, qui compte parmi ses membres quelques personnalités dont les noms et les positions expliquent la foudroyante montée de Macron (François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et membre du conseil des gouverneurs de la banque centrale européenne ; Mathieu Pigasse, patron de la banque Lazard ; Bernard Spitz, président de la Fédération française des sociétés d’assurances ; Alexandre Wickham, directeur de collection chez Albin Michel ; Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de la Présidence de la République, européiste dur et prince de l’idéologiquement correct ; Mathilde Lemoine, économiste et directrice des études économiques et de la stratégie marchés d’HSBC, etc.) se termine par le discours d’un ministre de l’économie du nom… d’Emmanuel Macron.

Conclusion

J’ai un cerveau stratégique, et pour moi, la manœuvre n’est pas très difficile à comprendre :

  • Le PS a été détruit par François Hollande, qui a emporté avec lui le parti dans les abysses de son impopularité, et à l’effet de continuer sa politique, il faut impérativement remplacer l’étiquette et l’emballage.
  • Afin d’éviter la division de l’électorat, ils ont placé un extrémiste qui se situe juste à droite de Mélenchon à la tête du PS (Benoît Hamon), afin de pousser les sympathisants et la gauche majoritaire, celle qui a le cœur à gauche et le portefeuille à droite vers un Macron plus modéré. Et pour solidifier le tout, ils se sont assuré que Hamon et Mélenchon ne feront pas alliance au premier tour, des fois que cela laisse une chance à Hamon.

Que ceux qui doutent de quel bord Macron se situe vraiment, se laissent tourner la tête par ses propos contradictoires, regardent quelques-uns de ses soutiens : Ségolène Royal. Si elle ne sait pas ce que fera vraiment Macron, croyez-moi, elle le sait.

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pourDreuz.info.

 

 

cover-r4x3w1000-57ffc9e0ac4a0-010916-challenges-emmanuel-macron-et-francois-hollande

Le petit "Micron" illustré est bien sûr le "Skud " que nous a envoyé en son temps notre très cher Président HOLLANDE tant aimé !

**************************************************************************************************

 VOIR AUSSI :

Posté par DIACONESCO_TV à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 mars 2017

AUJOURD'HUI TOUT SUR EMMANUEL MACRON LE PRO-IMMIGRATIONNISTE MONDIALISTE !

Aujourd'hui tout sur Emmanuel MACRON candidat à la présidentielle vrai immigrationniste mondialiste sous-marin socialiste de HOLLANDE !  

MacronMerkel

Emmanuel Macron : «Je veux apporter un regard neuf sur l’Algérie»

le 13.02.17 | 10h00 Réagissez

Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager

Candidat à l’élection présidentielle française d’avril prochain, Emmanuel Macron est en visite de deux jours à Alger, et ce, à partir d’aujourd’hui. Un accueil d’Etat lui sera réservé. Alger lui déroule le tapis rouge.

Il sera reçu par le Premier ministre, M. Sellal, par les ministres des Affaires étrangères, de l’Industrie, de l’Education, et des Affaires religieuses. Issu de la génération des hommes politiques tournée vers le futur et qui n’a pas connu la Guerre d’Algérie, M. Macron n’ignore pas le poids du passé. «Etre d’une génération qui n’a pas connu la Guerre d’Algérie ne me rend pas amnésique», professe-t-il.

En quoi votre déplacement en Algérie est-il nécessaire pour votre campagne présidentielle ?

Je ne viens pas ici pour cocher une case que tout candidat à la présidence de la République française se devrait de cocher. Je viens ici parce que je pense que les relations entre la France et l’Algérie reposent sur une histoire complexe, riche, douloureuse souvent, et d’une importance fondamentale.  Je suis venu plusieurs fois lorsque j’étais ministre de l’Economie et que je participais aux réunions du Comité mixte franco-algérien, et j’ai pu alors toucher du doigt cette relation singulière qui nous unit.

Etre candidat à la présidence de la République, c’est savoir identifier les priorités. Pour la France, l’Algérie est une priorité. Le dialogue avec les Algériens est essentiel. L’histoire qui nous lie est ancienne et elle a forgé nos deux pays. Je souhaite que nous entrions dans une nouvelle phase de notre histoire et je veux placer nos relations dans un avenir partagé, riche des liens tissés entre nos deux peuples. Nous devrons ensemble trouver des domaines de coopération et travailler sur des projets précis, en particulier tournés vers la jeunesse.

Etes-vous porteur d’une nouvelle politique dans les relations algéro-françaises, ou faut-il se contenter de quelques réajustements des rapports actuels entre les deux pays ?

Je ne peux pas être indifférent ni aux efforts de convergence menés ces dernières années entre nos deux pays ni aux mots importants et sensibles qui ont été prononcés depuis plusieurs années, je pense aux discours de Sétif, de Guelma, à celui de Constantine et à celui d’Alger, notamment en 2012, à l’occasion de la visite d’Etat du président de la République, François Hollande. Il serait irresponsable de balayer d’un revers de la main des années de dialogue et d’amitié.

Il serait aussi naïf de considérer que l’on peut faire table rase du passé et refonder à partir de rien et de manière unilatérale les relations algéro-françaises. La force de nos liens vient de notre histoire, des épreuves que nous avons traversées, des obstacles que nous avons su franchir. Mais en même temps, vous l’avez dit, je suis d’une génération qui n’a pas connu la Guerre d’Algérie, je veux apporter un regard neuf sur l’Algérie et un rapport nouveau avec l’Algérie.

Ce partenariat renouvelé que nous attendons depuis des années, je veux lui donner du corps, de la matière, et pour cela je veux mettre en avant les projets de coopération, les solutions concrètes entre nos deux pays dans les domaines de l’économie, de l’éducation, de l’innovation technologique, en nous appuyant notamment sur la jeunesse. La jeunesse algérienne est une formidable chance pour l’Algérie, si elle peut s’exprimer dans des projets innovants, dans des entreprises fondées en Algérie mais qui travaillent avec le monde entier, à commencer par la France et l’espace francophone. Pour cela, je veux mettre à contribution la richesse extraordinaire que constitue la communauté franco-algérienne qui vit entre nos deux pays.

Quel peut être le message politique d’un homme qui n’est pas de la génération qui a connu la Guerre d’Algérie ?

Personne ne peut s’affranchir du passé. Un dirigeant politique est comptable de l’histoire de son pays et doit respecter la mémoire de ceux qui ont fait cette histoire et de ceux qui ont souffert. Etre d’une génération qui n’a pas connu la Guerre d’Algérie ne me rend pas amnésique. En outre, dans mon enfance, ce souvenir était encore brûlant. Aujourd’hui, je crois que la France et l’Algérie sont suffisamment fortes pour construire ensemble un futur commun, avec toutes les générations et notamment avec notre jeunesse.

Ce futur est fait de relations humaines, d’échanges économiques, de projets culturels, scientifiques, écologiques, entrepreneuriaux. Autour de la France et de l’Algérie, nous pouvons créer un axe fort, porteur d’une ambition collective pour la Méditerranée et l’Afrique. Comme le moteur franco-allemand a permis à l’Europe de se construire, je pense que le partenariat entre la France et les pays du Maghreb, et en premier lieu pour de multiples raisons avec l’Algérie, peut fonder une politique méditerranéenne et une politique africaine qui soient faites, justement, pour apporter des opportunités aux nouvelles générations, dans un esprit de paix, de dialogue et de partenariat équilibré.

Certains milieux économiques algériens reprochaient le «peu d’intérêt» économique que vous accordiez à l’Algérie, lorsque vous étiez patron de Bercy. Qu’en dites-vous ?

Au contraire, j’ai été l’un des ministres les plus engagés en Algérie et sur les dossiers algériens. Je me suis rendu en Algérie à plusieurs reprises, à Alger mais aussi à Oran, par exemple, pour l’ouverture de la nouvelle usine Renault. J’ai suivi de nombreux projets de co-investissements et de nombreux dossiers d’intérêt commun. Alors que j’étais ministre, ma priorité était de recréer, en France, les conditions d’une croissance libérée et plus durable, mais à l’international, j’ai été presque autant impliqué sur les dossiers algériens que sur les dossiers franco-allemands. J’en suis très heureux, car comme je le disais au début de cet entretien, les relations entre la France et l’Algérie sont fondamentales.

Quelle place aura la communauté algérienne, et au-delà celle d’origine maghrébine basée en France dans votre programme présidentiel ?


Elle a une place centrale. Pas en tant que «communauté», car dans notre système républicain nous ne reconnaissons qu’une seule communauté, la communauté nationale.

Cette communauté nationale accueille toutes les cultures, toutes les différences, les femmes et les hommes de toute origine, religion ou croyance, tant que ces personnes respectent les valeurs et les lois de la République.

Mais depuis plusieurs décennies, depuis l’émergence d’un chômage de masse en France en réalité, à la fin des années 1970 après le second choc pétrolier, notre République et notre société sont confrontées à un défi majeur : celui de l’intégration. Notre modèle républicain est mis à mal, il est fragilisé et ne fonctionne plus comme il le devrait pour protéger tous les membres de la communauté nationale, respecter les différences et offrir à chacun les mêmes opportunités. Dans ces conditions, depuis 30 ans au moins, les Français d’origine maghrébine de première, de deuxième et aujourd’hui de troisième générations ont été confrontés de manière souvent difficile – malgré de vraies réussites d’intégration – à cette question de leur place dans notre communauté nationale.

Sans cibler en particulier telle ou telle personne en fonction de son origine, mon projet politique vise en premier lieu à recréer, en France, les conditions d’une croissance partagée, de lutter contre les discriminations, de pratiquer une laïcité exigeante mais respectueuse des pratiques privées de chacun, de mettre en valeur les cultures de tous.

C’est le cœur de mon projet. Et au milieu de ce cœur, il y a la relation franco-algérienne que nous devons bâtir. Beaucoup de jeunes Algériens viennent en France pour leurs études et ont une formation très riche ; ils sont une chance pour l’Algérie, ils doivent être une chance pour la France. Je veux développer et encourager la formation d’élites nouvelles qui pourront jouer un rôle économique des deux côtés de la Méditerranée.

Je rencontre dans mes déplacements de nombreux jeunes binationaux qui souhaitent travailler pour les deux pays dans de nombreux domaines : l’expertise, la finance, la médecine, l’informatique… Ce sont ceux-là qui constituent l’avenir des deux pays.

Votre pays est confronté à la montée de l’islamisme radical et à la violence terroriste. Quelles sont, selon vous, les raisons de ce basculement et quelle est votre stratégie pour y mettre un terme ?

Ce basculement a été progressif. C’est un phénomène très grave qui ne concerne qu’une petite minorité de Français, mais dont les répercussions sont extrêmes. La France a été touchée dans sa chair par plusieurs attentats sanglants en 2012, 2015 et en 2016 et nous faisons face à cette menace terrible au quotidien, ce qui nous oblige à prendre toutes les mesures de sécurité nécessaire.

C’est un phénomène mondial d’abord, qui touche tragiquement de nombreux pays. Cela a été le cas en Algérie, lors de la décennie noire des années 1990. L’islamisme radical et le terrorisme font aujourd’hui des victimes partout dans le monde, et en premier lieu dans les pays à majorité musulmane, comme l’Irak.

A ce titre, parce que Daech nous a déclaré la guerre, la France est directement engagée dans la lutte contre l’Etat islamique au Proche-Orient. En même temps, nous devons regarder en face la situation dans notre pays, d’autant que la plupart des jeunes qui ont commis des attentats en France étaient Français. Ils ont grandi dans notre pays, ils sont passés par les institutions de la République, à l’école, à l’université parfois, dans nos services sociaux, et pourtant, à un moment donné, ils ont commis l’irréparable et se sont retournés contre leur propre pays, au nom d’une idéologie mortifère.

Pourquoi ? Les causes sont multiples, mais j’ai déjà eu l’occasion de dire que nous devions chercher en nous-mêmes, au cœur de notre société, les raisons pour lesquelles des jeunes, fascinés par cette vision totalement détournée de l’islam, tombaient dans la barbarie. Il existe un terreau d’exclusion, de solitude, de violence dans la société et de frustration qui peut expliquer en partie ce basculement, sans jamais le justifier. J’observe que plusieurs auteurs d’attentats se sont convertis au dernier moment à l’islam ou à ce qu’ils croyaient être l’islam : ils n’en avaient qu’une connaissance superficielle, dictée par les fanatiques qui les avaient endoctrinés.

Je ne veux pas entrer dans cette confusion parfois présente dans les esprits entre musulman et terroriste. Nous devons continuer à intégrer les musulmans dans la communauté nationale tout en respectant leur foi.

L’Algérie peut nous aider dans ce travail en soutenant nos efforts pour traquer les islamistes radicaux, dénoncer leurs méfaits, pour résoudre aussi les crises régionales qui contaminent à la fois le Maghreb et les pays européens, pour avancer avec nous sur des objectifs économiques qui permettront de tarir cette misère sur laquelle prospère le fanatisme. Nous avons beaucoup à faire contre la violence terroriste et nous le ferons aux côtés de l’Algérie.

Hacen Ouali

 

Macron-Levy1

 

 

***********************************************************************************************

IL SE VOIT DÉJÀ EN HAUT DE L' AFFICHE MAIS POUR LE MOMENT IL EST PRÉSENT DANS TOUTE UNE PRESSE COMPLAISANTE A SON ÉGARD !

 

C3u2ZrIWMAA9w5C

 

C’est son immigrationnisme à la Merkel qui perdra Macron

 

SOURCE : Publié le 13 février 2017 - par Alice Chambord -  Partager

L’Allemagne, qui a accueilli plus d’un million de migrants depuis 2015, veut accélérer les expulsions de demandeurs d’asile déboutés à travers une batterie de mesures.

L’Allemagne pourrait avoir recours à des avions militaires de transport de troupes pour renvoyer dans leur pays d’origine les migrants dont la demande d’asile aurait été rejetée.

Parmi les mesures figure la mise sur pied d’un « centre d’expulsions » permettant de coordonner l’action de l’État fédéral et des États régionaux. De nouvelles incitations financières pour encourager les migrants à rentrer dans leur pays volontairement sont également prévues.( ça rappelle quelque chose,la France ayant elle aussi augmenté la prime au retour).

La chancelière Angela Merkel, critiquée au sein de son camp pour sa gestion de la crise migratoire, a déclaré qu’elle souhaitait accélérer le processus de traitement des demandes d’asile ainsi que celui de la reconduction des demandeurs déboutés vers leur pays d’origine.

Comment peut-on prétendre gouverner la locomotive européenne avec une telle politique d’immigration !

Où vont aller ces migrants sinon en France, par exemple, puisque leurs pays d’origine ne les acceptent plus.

Et où sont les neuneus qui vantaient l’humanisme d’Angéla ? De l’opportunisme pur et rien d’autre.

Pour l’anecdote : histoire récemment entendue de hauts fonctionnaires Lithuaniens.
Ce pays a accueilli 1000 « réfugiés » conformément aux attentes de Berlin, euh… Pardon « conformément aux attentes de Bruxelles ».
Au bout de 3 mois, ils sont tous repartis vers l’Allemagne, n’ayant pas eu le niveau d’assistanat qu’ils espéraient !
Quand on pense que Emmanuel Macron a rendu hommage à Merkel pour sa politique d’immigration en janvier à Berlin !
Je suis persuadée que le destin d’Emmanuel Macron, s’il atteint le second tour de la présidentielle, sera la défaite contre Marine Le Pen.

Cette défaite est, d’ores et déjà, scellée par trois de ses phrases, que 80 % des Français rejetteront lorsqu’ils en auront vraiment pris connaissance :
1: « J’entends des gens confondant tout, déclarant que les réfugiés représentent un risque, ils commettent une erreur politique et morale profonde » (Berlin, 7 janvier 2017)
2: « Il n’y a pas de culture française. Il y a une culture en France. Elle est diverse. » (Lyon, 5 février 2017).

3: «L‘arrivée de réfugiés est une opportunité économique » 

http://www.i24news.tv/fr/tv/revoir/i24newsfr/4467465199001

Les électeurs vont bientôt découvrir que l’empathie de Macron pour tout le genre humain ira jusqu’à ouvrir en grand nos frontières pour atteindre la société multiculturelle de ses rêves.

Son seul projet avéré pour le moment est de faire de la France une tour de Babel.

Même Mélenchon a remballé depuis plusieurs années ce genre de discours.

Est-il au courant le bougre que les Allemands eux sont loin de se réjouir de ces immigrés ?

Normal que Macron ait cette position, il est soutenu par le patronat qui rêve de copier ce que fait le patronat allemand : payer les salariés au strict minimum !

Le remplacement de population qui survient depuis 40 ans est trop rapide pour passer comme une lettre à la Poste.

Quand j’étais gamine, on ne voyait pas de voiles, de nos jours 25 ans plus tard, on en voit partout jusqu’au fin fond de la campagne.

La pyromane Merkel prétend soudain avoir des compétences en matière de lutte contre les incendies.

Ces politiques corrompus n’ont vraiment aucune honte pour dire un jour le contraire de ce qu’ils disaient la veille.
Entre l’exportation de la pollution de l’air qu’elle nous envoie sur Paris depuis l’Allemagne du nord, les migrants qui submergent l’Europe et les milliards d’euros donnés en vain à la Turquie, elle nous mène au désastre !
Maria Ladenburger, une Allemande de 19 ans, a été violée et tuée par un migrant afghan.
Le durcissement de ton arrive trop tard, car les victimes en Allemagne se comptent par centaines, et elle a continué l’accueil des migrants.

La crise migratoire qui sévit en Europe est la conséquence des erreurs commises en Syrie. Cette guerre a été engagée pour des questions d’intérêts économiques et stratégiques. Elle visait à déstabiliser le régime en place ami des Russes, qui eux aussi ont des intérêts à préserver.

Poutine a créé la surprise en s’attaquant vraiment à daesch, les privant d’un trafic vers la Turquie. La Turquie, qui nous envoie les réfugiés par milliers.

62 % de personnes interrogées disent que « l’islam représente une menace pour la République ».

Avec l’avènement de Donald Trump, voici venu les prémices du changement :

L’UE va effectivement disparaître, et avec elle le socialisme et l’islam.

Dans un premier temps, ce sera daesh, qui rejoindra les poubelles de l’histoire, car ces égorgeurs-éventreurs-violeurs et esclavagistes ont cessé d’être sous la protection d’Obama.
Puis, commencera le grand ménage en France, en Allemagne, Italie et au Soviet Suprême de Bruxelles…

ALICE CHAMBORD

http://www.lopinion.fr/edition/politique/migrants-a-berlin-l-hommage-d-emmanuel-macron-a-angela-merkel-118002


http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/allemagne-merkel-pour-l-expulsion-des-refugies-condamnes-meme-avec-sursis_1752049.html


http://www.lejdd.fr/Societe/Religion/SONDAGE-L-image-de-l-islam-se-degrade-en-France-et-en-Allemagne-783111

LE GRAND REMPLACEMENT DE LA POPULATION FRANÇAISE A COMMENCE 

 

Remplacement1

 

 *********************************************************

Le talentueux monsieur Macron

 

Emmanuel Macron est si lâche qu’il s’est caché dans un immeuble pour éviter de croiser les journalistes qu’il avait manipulés et trahis…

Source : de 
Juriste

Connaissez-vous Monsieur Ripley, célèbre roman de Patricia Highsmith ? D’abord adapté au cinéma par René Clément, sous le titre Plein Soleil, avec Alain Delon dans le rôle principal, il a ensuite fait l’objet d’une réinterprétation hollywoodienne, réalisée par Anthony Minghella, Matt Damon succédant à notre héros national. Sorte de revisite duBel-Ami de Guy de Maupassant à la sauce beat, Ripley narre les aventures d’un séduisant escroc, aussi ambitieux que prêt à tout. Il arrive à ses fins parce qu’il réussit à gagner la confiance totale de ses victimes.

Bien entendu, la comparaison avec Emmanuel Macron serait tout à fait excessive, caricaturale, voire grotesque. Il est, néanmoins, parfois difficile de résister à la tentation d’un bon mot, surtout quand il s’appuie sur l’actualité. Dans un article publié par le magazine en ligne StreetPress, le journaliste Adrien de Tricornot rapporte une anecdote que je crois particulièrement révélatrice sur la personnalité de l’ancien ministre de l’Économie de François Hollande. Alors qu’il était vice-président de la Société des rédacteurs du Monde, Adrien de Tricornot a été approché par Emmanuel Macron, banquier chez Rothschild.

Don du ciel, le jeune Emmanuel s’était présenté comme un technocrate désabusé, désintéressé et lassé par la vie des affaires. Le travail de financier ? Si étranger à sa personne véritable. Et c’est ainsi qu’Emmanuel Macron a proposé, pro bono, ses services à la Société des rédacteurs du Monde, au moment où ces derniers devaient faire appel à de nouveaux investisseurs. Le talentueux monsieur Macron avait tout pour leur plaire. Loin de la caricature du banquier d’affaires, il s’était avant tout dépeint en membre de la fondation Jean-Jaurès, ancien assistant de Paul Ricœur (un demi-mensonge sur lequel je reviendrai prochainement) et, surtout, en ardent défenseur de la liberté de la presse. Quel homme !

Tombés sous le charme, les journalistes ont aveuglément accordé leur confiance à Emmanuel Macron. En réalité, le mari de Brigitte – qu’on ne devait plus voir dans les journaux mais qui est de toutes les couvertures en papier glacé – négociait dans leur dos. Adrien de Tricornot écrit :

« Je vois la porte de l’immeuble s’ouvrir. Un petit groupe sort autour d’Alain Minc, pour aller déjeuner ; le dernier à sortir est Emmanuel Macron. Je croise son regard, il me semble qu’il me voit également ; il échange quelques mots avec Minc tout en restant sur le pas de la porte, puis Macron disparaît derrière la porte cochère et ne sort pas. Là, je dis à mes collègues : “Vous n’allez pas me croire, mais avec Minc, il y avait Macron.” Mes amis me disent que je suis peut-être un peu fatigué, mais que ça n’est pas possible. »

​‌
Emmanuel Macron est si lâche qu’il s’est caché dans un immeuble pour éviter de croiser les journalistes qu’il avait manipulés et trahis. L’avocat de la Société des rédacteurs du Monde, pourtant rompu à ce milieu de requins, en était resté baba. Sidérant d’outrecuidance, de fausseté, de mesquinerie, Emmanuel Macron n’a plus jamais contacté ces gens auxquels il s’était pourtant si vite lié. Il n’a jamais été sensible à l’intérêt général, privilégiant sa carrière et ses relations.
Est-ce bien cet homme que vous voudriez porter à l’Élysée ? Un homme qui n’a pas de parole, capable de poignarder dans le dos ses propres amis ? Le talentueux monsieur Macron sera bientôt démasqué.
Gabriel ROBIN 
 
***********************************************************************************************
SOURCE : Publié par Gaia - Dreuz le 6 février 2017

C3bO7nyWYAEWKoy

Emmanuel MACRON le "Sous-Marin" de François HOLLANDE !

Emmanuel Macron n’a pas (encore) de programme, mais il plagie allègrement les autres candidats (ou la réalité elle-même). Il était amusant de relever quelques-uns de ces plagiats. Le discours qu’il a prononcé à Lyon vaut, sur ce point, un pesant de cacahuètes.

Le budget de la Défense à 2% du PIB: mauvais plagiat de Fillon et Hamon

Sur ce point, Macron plagie (mal) Benoît Hamon, qui propose un budget de la Défense à 3% du PIB. François Fillon, pour sa part, proposait également 2% du PIB pour la défense.

Une défense européenne: plagiat de Hamon et Fillon

Une défense plus européenne… Le sujet n’est évoqué que depuis 1954. On devrait donc en voir le bout.

 

Chez Benoît Hamon, on trouve ces phrases:

Je lancerai une véritable stratégie de coopération européenne dans le domaine de la défense. Celle-ci comprendra une amélioration du hub européen afin que nos partenaires accentuent leur soutien logistique et financier aux opérations extérieures faites par la France. Les états-majors européens et les brigades binationales seront renforcés. Enfin, nos moyens de renseignement seront progressivement mutualisés avec la mise en place de task forces multilatérales pour aboutir à une agence de renseignement européenne.

Chez François Fillon:

Associer nos partenaires européens au financement des opérations extérieures.
La France finance, seule, plusieurs opérations extérieures, que l’Union européenne devrait pouvoir prendre en charge. Je proposerai à nos partenaires européens un partenariat incitatif dans lequel les opérations extérieures seraient partagées financièrement., sous la forme, par exemple, d’une nouvelle rubrique au sein du budget européen.

10.000 gendarmes et policiers en plus: plagiat amélioré de Hamon

Sur ce point de programme, Macron fait mieux que son rival Hamon qui propose seulement 1.000 créations de poste par an pendant 5 ans. Ni François Fillon ni Jean-Luc Mélenchon ne proposent de créations de postes.

“Police de sécurité quotidienne” au contact des Français: mauvais plagiat de Hamon et Fillon

Dans son discours de Lyon, Macron a proposé “une réorganisation pour que la protection puisse être plus efficace, plus visible”. On trouvera mieux chez ses concurrents.

Chez Hamon, on lit:

Mise en place d’une véritable police de proximité

Je rétablirai une véritable police de proximité pour renouer la confiance avec la population. La police doit remplir une fonction sociale de premier plan. Elle doit connaitre réellement la population qu’elle protège pour rétablir la confiance mutuelle et de mettre fin au cercle vicieux : distance, méfiance, discriminations et violence. Je ferai en sorte que soient privilégiées les patrouilles pédestres ou portées avec un objectif de prise de contact des habitants au quotidien.

François Fillon propose de confier un rôle pilote aux maires pour la sécurité publique.

Réorganiser les services de renseignement: mauvais plagiat de Hamon et Fillon

Sur ce point, là encore, Hamon et Fillon font des propositions beaucoup plus détaillées que Macron.

Chez Fillon:

La Direction générale de la Sécurité Intérieure, DGSI, sera donc rattachée à nouveau à la Direction générale de la Police Nationale pour la cohérence policière de la lutte anti-terroriste. Je rendrai au renseignement territorial les moyens humains et matériels dont il a été privé. Je créerai une filière de carrière valorisante en son sein avec des spécialisations et un effort particulier en matière de détection de la radicalisation.

Chez Hamon:

Je renforcerai le renseignement, notamment grâce à un coordonnateur national directement rattaché au Premier ministre. Doté de pouvoirs budgétaires, il aura surtout un pouvoir de direction sur l’ensemble des services compétents en matière de renseignement pour plus de cohérence : aucun manquement dans le dialogue entre services de l’Etat ne peut être toléré tant les conséquences d’un faux pas peuvent être dramatiques. Le coordonnateur devra rendre des comptes devant la représentation nationale. De surcroît, il nous faut renforcer les moyens du renseignement territorial qui, sur le terrain, est à même d’identifier les signaux faibles pouvant échapper aux technologies. Le traitement des données collectées doit porter une attention systématique aux questions de protection de la vie privée.

Supprimer le RSI: mauvais plagiat de tous les autres

Macron s’aligne ici sur des propositions faites par tous les autres candidats, y compris Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

Baisser les charges patronales: mauvais plagiat de Fillon

Sur ce sujet, Macron est loin derrière Fillon, qui propose 40 milliards € de baisses de cotisations pour les entreprises.

Alléger les cotisations salariales: mauvais plagiat de Dupont-Aignan

On se souvient que Dupont-Aignan avait annoncé sa candidature à la présidentielle avec une mesure forte: la suppression des charges salariales.

Augmenter le SMIC de 100 euros: mauvais plagiat de Mélenchon

Le 6 janvier, Mélenchon a présenté un programme incluant une hausse de 16% du SMIC, soit le double de la proposition de Macron.

Diviser par deux le nombre d’élèves par classe: plagiat amélioré de Luc Ferry

Cette mesure a fait l’objet d’expérimentations dans les années 2000, sous la houlette de Luc Ferry. Le résultat n’était pas concluant, battant en brèche l’idée reçue selon laquelle le niveau des élèves et la performance scolaire sont liés aux moyens dont l’école dispose.

Accès au chômage pour tous en cas de perte d’emploi: plagiat relatif de Hamon

Macron propose un accès aux allocations chômage pour les entrepreneurs et l’indemnité de licenciement en cas de démission. Ces propositions rejoignent le statut social unique de l’actif défendu comme ceci par Benoît Hamon:

Je créerai un statut unique pour tous les actifs afin de dépasser la distinction entre salariat et travail indépendant. Je rendrai ce statut plus protecteur selon le degré de vulnérabilité des actifs, à partir du socle commun du droit du travail et de la protection sociale. J’améliorerai la couverture retraite complémentaire et la couverture accident du travail/maladie professionnelle des indépendants. J’équilibrerai les prélèvements sociaux afin qu’à revenus égaux, un indépendant et un salarié cotisent du même montant.

Obliger les chômeurs à accepter un emploi décent: plagiat de Pôle Emploi

Rappelons que cette disposition existe déjà dans l’engagement des demandeurs d’emplois inscrits à Pôle Emploi.

Le passeport culture: plagiat amélioré de Hamon

Macron propose un crédit de 500 euros, délivré à tous les jeunes de 18 ans, pour accéder à la culture. On trouve chez Benoît Hamon, cette proposition:

Je favoriserai l’accès des jeunes à la culture de proximité grâce à la distribution de Passeports culture à tous les jeunes entre 12 et 18 ans. Ce passeport leur donnera accès non seulement aux arts populaires comme le cinéma et les concerts, mais également aux autres représentations habituellement moins fréquentées du grand public (expositions d’artistes locaux, théâtre, opéra, etc.)

Le packaging du déjà vu ailleurs

L’originalité de Macron repose donc sur son… absence d’originalité. Dans la pratique, toutes ses propositions sont empruntées à d’autres, sous une forme pus ou moins réchauffée ou modifiée. D’une certaine façon, il est le candidat de la boîte à outils: il s’empare des propositions des autres pour en faire un programme à sa sauce.

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Entreprise.news

 

C3utqKEWYAAH_nU

 

 Ce Monsieur dit MACRON est haineux et insulte la mémoire de tous les Français qui sont morts au champs d'honneur pour la France et préfère les étrangers aux Français !

***********************************************************************************************************

Communiqué de presse du #RPF officiel

Paris, le Jeudi 16 Février 2017

image-300x201


Macron insulte la France, les Français dans l'Histoire et les victimes de génocides.
Le candidat à la Présidentielle, ancien membre du Gouvernement Valls et leader d'En Marche Emmanuel Macron a une fois encore confirmé qu'il n'a absolument pas sa place en Politique et qu'il ne peut décemment pas prétendre à la fonction suprême, qui impose une maîtrise de ses propos et de ses actes.

Après avoir vociféré sur scène, rappelant de très mauvais souvenirs d'enrôlement de masse des esprits, nié l'existence de la culture française, le champion-bulle médiatique n'a rien trouvé de mieux que de déclarer sur une télévision algérienne que « la colonisation est un crime contre l'humanité ».

Ces propos nauséabonds sont évidemment une insulte faite à la France, aux Français dans l'Histoire (colons envoyés par... la Gauche de Jules Ferry, les coopérants comme les pieds-noirs et les harkis, eux aussi visés) mais aussi aux victimes de la Shoah et du génocide arménien.

Loin de s'excuser, Macron persiste et signe, déclarant sur les réseaux sociaux (twitter notamment) « tenir un discours de vérité ». Ce « discours de vérité » est celui qui hisse la France au rang de ''plus abominable des nations'' puisque ce «crime contre l'humanité » aurait ainsi duré de... 1830 à 1977 (Djibouti), autrement dit... même sous de Gaulle et même sous Valéry Giscard d'Estaing (élu en 1974 et donc participant pendant 3 ans à l'hypothétique « crime contre l'humanité » dénoncé par Macron)... dont un certain Emmanuel Macron a pourtant récupéré la plupart de ses anciens conseillers (collaborateurs – Marianne 10 Février 2017).

Soit plus longtemps que le génocide perpétré par les nazis (1933-1945) ou celui par les Ottomans (1915 à 1917). Pourrait-on donc comparer cela (et de bonne foi à écouter Emmanuel Macron) au parcours du juriste allemand Hans Maria Globke, entré comme juriste à la Chancellerie de Konrad Adenauer après être « entré en 1929 au Ministère de l'Intérieur comme juriste (lui qui) a été l'exégète des ordonnances raciales de 1936 », autrement dit au coeur de la machine nazie (Le Monde, 9 Octobre 2008) ?

Propos clairement révisionnistes (la première des trois définitions du Larousse :
« comportement, doctrine remettant en cause un dogme ou une théorie, notamment celle d'un parti politique. »


http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/r%C3%A9visionnisme/69137

Ils sont de plus profondément stupides et ignorants vu qu'ils méconnaissent la réalité de l'Algérie, celle des départements, devenus un pays indépendant suite à un vote d'autodétermination, ce dont il n'y a pas eu besoin dans des cas de protectorats ou de colonies véritables, décolonisées directement par l'Etat français ou s'étant décolonisées d'elles-mêmes.

Enfin, le Macron de Février 2017 condamne t-il par conséquent celui qui faisait donc de « l'apologie de crime contre l'humanité » en Novembre 2016 dans les colonnes du Point comme le rappelle Le Parisien ?

« Oui, en Algérie, il y a eu la torture, mais aussi l'émergence d'un Etat, de richesses, de classes moyennes, c'est la réalité de la colonisation. Il y a eu des éléments de civilisation et des éléments de barbarie ».


Igor KUREK
Président du RPF officiel


www.rpf-site.fr - https://fr-fr.facebook.com/rpfrance - https://twitter.com/rpf_officiel


Rassemblement Pour la France Officiel, 10D Avenue Carrion de Nizas – 34120 PEZENAS

***********************************************************************************************

Macron mène son OPA hostile sur la France

SOURCE : Publié le 15 février 2017 - par  

Dans le jeu de massacre qui s’étale à la une de vos journaux (que je ne m’inflige pas, mais dont j’entends parler), nous avions perdu de vue l’autre marionnette ou créature des tenants de la mondialisation heureuse, mais surtout de la finance anonyme et vagabonde, le fringuant et halluciné Emmanuel Macron, ami des médias et des banques. Sur ce coup-ci, et un peu à la manière de François Bayrou, un « con intelligent », avec lequel par ailleurs nous ne partageons pas grand-chose, nous ne pensions de prime abord rien du personnage. Non pas par négligence, mais parce que le profil, sans aspérité, aussi lisse que peut l’être celui d’un VRP, fût-il celui de chez Lazard ou Rothschild nous indifférait.

Pour autant les mauvaises affaires de son proche concurrent François Fillon font les siennes, un peu comme dans le commerce dont il est par ailleurs une émanation « exemplaire ». Il nous faut ainsi nous pencher sur son cas et notamment sur ses accointances au nom de l’adage populaire, « dis-moi qui tu suis et je te dirai qui tu es…. ».

La jeunesse de l’héritier Macron

Emmanuel Macron est un héritier au sens de Bourdieu (reproduction sociale des « élites »), mais un héritier qui aurait « mal tourné ». Fils de médecins (père, professeur en neurologie au CHU d’Amiens, et mère médecin conseil sécurité sociale), il fait ses armes au lycée pseudo catholique de la Providence d’Amiens-Sud (à l’opposé des cités allogènes du Nord dont est originaire la marocaine musulmane Najat Belkacem), puis intègre bien conseillé le Lycée parisien Henri IV (hypokhâgne et khâgne) en vue de la préparation des concours aux « grandes écoles » mais échoue à celui de l’Ecole normale supérieure.

Sa réussite aurait pu nous éviter de dresser son portrait tout en lui permettant de mettre ses pas dans ceux de sa conjointe de vingt-quatre ans son aînée, professeur de français, dont il fit connaissance au lycée comme « acteur », la « malheureuse », car semble-t-il délaissée pour un bel ami, Brigitte Trogneux, fille des célèbres chocolatiers amiénois (et confiseurs du non moins célèbre et délicieux macaron d’Amiens que je recommande à doux ange). Notre destin n’est donc pas toujours lié au hasard mais davantage au mérite, et à la différence de nombreux médecins et fils ou filles de médecins qui servent la cause (sans doute par réalisme), lui servira les desseins de ceux d’en face.

Son passage par l’Université de Paris X Nanterre (en philosophie où on a perdu la trace de son mémoire), haut lieu de la dérive universitaire et du jemenfoutisme gauchiste est un mauvais présage. Science-Po Paris, puis l’ENA de Strasbourg finissent de le gâter. C’est à l’inspection générale des finances qu’il semble avoir accumulé les « mauvaises rencontres ». Parmi les principaux souteneurs de celui qui négocie pour d’autres l’OPA hostile sur la France figurent Jacques Attali, Serge Weinberg, Alain Minc agents coreligionnaires de la firme Rothschild & Cie où a officié l’intéressé de septembre 2008 à mai 2012. Un des hommes de paille de la firme et de David de Rothschild, François Henrot ne tarit pas d’éloges sur Macron, notamment sur ses aptitudes selon ses propres mots à « manipuler » (une vertu dans le « milieu »).

La mise en orbite d’Emmanuel Macron à la tête de la seconde économie européenne est par conséquent un coup de maître pour la banque d’affaire spécialisée dans les fusions-acquisitions, rachats et autres « exécutions » d’entreprises voire multinationales (le terme « exécution » dénotant la violence du milieu en premier lieu contre les salariés victimes de ces usages). Il est certain que la prochaine victime « d’exécution » soit avec cet agent de la finance anonyme et vagabonde, la France et les Français (après les « porcs » ou « PIIGS » acronyme dans la langue des cosmopolites désignant le Portugal, l’Italie ou l’Irlande, la Grèce et l’Espagne), tant les amis d’Emmanuel Macron sont nos ennemis.

Derrière Macron, Attali, Minc, Bergé, Tapie, Strauss-Kahn, Cohn-Bendit… 

Parmi eux se trouve en bonne position Jacques Attali. Conseiller spécial de François Mitterrand, Jacques Attali, « économiste » est connu pour avoir ruiné (outre sa collaboration active à la nôtre) la BERD (Banque européenne pour la reconstruction et le développement). Structure « européenne » mais en réalité mondialiste dont il est l’initiateur. Au-delà de cette turpitude, Jacques Attali ennemi des nations (sauf une) est un défenseur zélé de l’Etat « de droit » mondial (oxymore) ou « Etat démocratique mondial » (cherchez l’erreur) dont l’Union européenne est pour lui l’embryon.

A titre personnel, Jacques Attali mis à part nous nuire s’enrichit avec sa famille tout comme celle des Rothschild (où il officie et a officié) dans la « finance », et les « exécutions », mais donne aussi dans le social via la « microfinance » (on en sort pas) avec « Positive Planet », ONG et fondation où l’on retrouve dans son conseil et son bureau l’ hyper classe mondiale française. Quand on observe le budget en 2015 de cette ONG dont la vocation est de soutenir les micro-projets de pays pauvres, on remarque cependant que sur 500 000 euros, 300 000 euros ont été déployés pour les banlieues françaises. On s’étonne ainsi du budget quasi dérisoire et anecdotique d’une ONG à la prétention mondiale et de ses dépenses effectives aux deux tiers dans nos territoires perdus.

On l’aura compris, Jacques Attali exploite le créneau de l’émotion liée à la pauvreté, ainsi que celui des banlieues, et cette ONG est en définitif un alibi et un artifice afin de se donner une image, à peu de frais, de mécène généreux, d’homme impliqué dans la lutte contre les « désordres de ce monde ». Il se présente d’ailleurs grotesque en penseur de Rodin, et en philosophe blasé sur le site de cette « ONG », bidule dont il est « président », c’est surtout pour lui le prétexte et l’occasion de parader, de se pavaner à Cannes chaque année au défilé ou « festival » de nos « stars » presque toutes crasseuses (en 2015, au bras de Nathalie Baye).

Soutien d’Emmanuel Macron dans la même veine, l’économiste frelaté, frère jumeau du premier, l’ineffable Alain Minc, autre conseiller des « princes ». Alain Minc est une sorte de mini Talleyrand mais avec beaucoup moins de manières et en beaucoup plus intéressé, responsable entre autres d’un désastre financier aux dépens de l’homme d’affaires italien Carlo de Benedetti (OPA pourrie sur la Société générale de Belgique). En 2008, l’« expert » énarque, sorti de l’inspection générale des finances, à la veille de la crise dite des subprimes et alors qu’il conseillait Nicolas Sarkozy, prétendait que l’économie mondiale était saine et régulée.

Il est aussi connu pour son aptitude à trahir ses clients ou patrons pour ceux d’en face (affaire Le Monde, affaire Suez, affaire Vinci). Minc, toujours bien accueilli dans les médias et la presse de connivence, a pourtant été condamné à l’infamie intellectuelle pour différents plagiats (Spinoza, un roman juif, ou encore un livre sur René Bousquet). Pervers et exécrable, fielleux et hypocrite, il est de ceux qui travaillent à l’anéantissement psychologique, et à la culpabilisation éternelle et ad nauseam du peuple allemand, y compris des enfants allemands dès la maternelle et l’école primaire et de ceux qui naissent et à naître (on rappellera sa violente charge contre le pape allemand Benoît XVI). Comme Jacques Attali, Alain Minc fait partie d’officines, clubs, instituts ou groupes mondialistes comme Le siècle ou l’institut Montaigne, associations maléfiques bien décidées à en finir avec les nations, les cultures et les peuples européens.

Parmi les soutiens d’Emmanuel Macron figurent tout ce que la France peut compter de responsables de faillites (dont Attali et Minc), de crapules en cols blancs comme Bernard Tapie ; nous trouvons l’immoral Pierre Berger violemment et obsessionnellement anti-chrétien, l’obsédé qu’on ne présente plus Dominique Strauss Kahn, Daniel Cohn Bendit qui soulignait le pouvoir érotique des fillettes et dont la moralité est aussi sujette à caution. La liste est longue de tous les comploteurs, voleurs, manipulateurs, arrivistes, renégats, corrompus qui le suivent. Emmanuel Macron est l’homme de paille de luxe de la firme Rothschild qui a su placer ses hommes depuis Georges Pompidou, de ceux qui tiennent le monde occidental via un système financier reposant sur des artifices, qui spéculent sur les uns et les autres, grandes entreprises, multinationales, qui trafiquent les bilans de pays comme la Grèce pour qu’elle entre dans les clous de l’UE puis joue contre elle pour la ruiner et s’engraisser (Goldman Sachs). Emmanuel Macron, grosse fortune fut il y a peu ministre de l’Economie laissant derrière lui, outre sa propre fraude fiscale, encore plus de dettes. Il est le candidat dont on ignore comment sont financés ses meetings et ses shows à l’américaine dont les coûts sont pharamineux.

Selon Macron, il n’y a pas de culture française

Ce monde d’usuriers prêts à tout, de destructeurs et de profiteurs est à l’opposé de l’économie saine, de la bourgeoisie traditionnelle et patrimoniale et du monde de l’entreprenariat, des artisans et commerçants, des crédits honnêtes, des agriculteurs scrupuleux, il est à l’opposé de l’honneur et du respect au travail, de l’économie réelle et en premier lieu celle des circuits de proximité, de production et consommation courts qui garantissent les emplois en même temps qu’ils préservent notre environnement.

On ne s’étonnera donc pas de la dernière déclaration de l’icône des médias privés subventionnés à outrance et des médias publics sous la même assistance au sujet de la culture française « il n’y a pas de culture française, il y a une culture en France, elle est diverse ». Au-delà de la construction de cette phrase, de sa dialectique douteuse, puisqu’une culture ne peut être par essence « diverse », mais au contraire homogène sinon elle ne fait pas sens. C’est justement le caractère repérable, identifiable d’une culture qui la définie comme telle, avec ses spécificités dont en premier lieu sa langue, son histoire, sa littérature, ses grands auteurs, ses arts, peintres et sculpteurs, mais aussi sa cuisine, ses vins, ses lieux, son paysage et son imaginaire. Si la France comprend des « petites patries » qui sont nos belles provinces avec leurs richesses et leurs hommes, comme la Bretagne, la Normandie, la Corse, l’Alsace, la Champagne ou le Pays Basque etc… Toutes sont françaises et augmentent la beauté et la grandeur de notre pays. Elles en sont des déclinaisons comme la France est une patrie de notre Europe, espace naturel et culturel des peuples européens, dont elle est un des joyaux.

On comprend ce qu’a voulu dire Emmanuel Macron : nier la réalité de notre culture c’est nier ceux qui la portent, de ceux qui l’incarnent et l’ont incarnée, c’est-à-dire nier l’existence des français en tant que peuple pour leur substituer des communautés avec leurs cultures différentes. C’est acter la dissolution de la France et sa submersion, effacer tous les repères et les figures tutélaires, effacer le grand 13ème siècle, celui de Louis IX, des cathédrales gothiques et de l’architecture de France, effacer le siècle de Louis XIV et de l’architecture classique français, effacer l’influence politique, esthétique et politique française sur l’Europe du 17ème siècle jusqu’à ta tragédie de 1914. Inacceptable.

Homme de paille des puissants et agent d’officines cosmopolites

Emmanuel Macron, homme de paille de puissants intérêts financiers et agent des officines cosmopolites soulignées plus haut nous agresse et nous fait violence. Si l’on transposait cette violence faite à notre peuple à un individu, ce serait lui ôter ses origines, ses parents et grands-parents, sa maison, ses enfants, tout ce qui fait son histoire personnelle, pour installer chez lui un ou plutôt des étrangers. Le monde d’Emmanuel Macron rejoint celui de son mentor Jacques Attali, c’est le despotisme planétaire, un homme désincarné et sans affects, consommateur et producteur dont on maîtrise la destinée, dont on commande la fonction. C’est un monde d’esclaves. Ce dessein dantesque et infernal concerne prioritairement les Etats européens de l’Ouest via l’instrument institutionnel ou cheval de Troie qu’est l’Union européenne phagocytée dès l’origine par les tenants de ce projet mondialiste démoniaque.

Macron éclaboussé à jamais dans le scandale Alstom

Emmanuel Macron porte en lui l’asservissement économique de notre pays via la firme qui s’empressera de vendre à la découpe et de liquider (comme en Grèce) aux plus offrants et initiés nos entreprises et tout ce qui peut se monnayer. Rappelons trois événements majeurs dans la biographie de la créature qui atteste nos allégations :

– 1 Chez Rothschild, Il joua contre le français Danone, le rachat par la multinationale suisse Nestlé de l’entreprise américaine « Pfizer Nutrition », alors que Rothschild était censée conseiller à la fois Pfizer et Danone (cette fructueuse manoeuvre de duplicité, de rachat-acquisition est à l’origine de la fortune d’Emmanuel Macron).

– 2. Toujours chez Rothschild, Emmanuel Macron se présente comme un banquier de gauche philanthrope auprès de la société des rédacteurs du Monde propriétaire majoritaire du quotidien du soir alors au bord de la faillite. Il évoque son désintéressement pour les conseiller dans leur appel à des investisseurs privés. Au final, le margoulin roulait pour Minc qui lui roulait pour un groupe dont ne voulait absolument pas entendre parler la société des rédacteurs. Adrien de Tricornot journaliste au Monde raconte avec moult détails comment Emmanuel Macron se cachait non pas dans les jardins de l’observatoire comme son « illustre » prédécesseur feu Mitterrand mais au dernier étage de l’immeuble d’Alain Minc pour échapper aux questions du journaliste qui avait constaté la trahison du pitoyable poltron.
Comment Macron m’a séduit puis trahi.

http://www.streetpress.com/sujet/1486723160-macron-le-monde via @street_vox

– 3. Impardonnable et alors qu’il officiait comme secrétaire adjoint de l’Elysée, il est directement impliqué dans l’abortion d’Alstom, branche stratégique de l’énergie (70% du chiffre d’affaires) par la firme américaine Général Electric (cf l’interview de Daniel Fasquelle, député LR du Pas de Calais sur le sujet). Rappelons que le ministre de l’économie d’alors, Arnaud Montebourg, chantre socialiste du « made in France » s’échinait à maintenir cette entreprise impliquée historiquement dans la maintenance et la construction de nos réacteurs nucléaires ou GV -Générateurs de vapeur- dans le giron tricolore. Rappelons aussi que cette opération typiquement dans les moeurs crapuleuses de la haute finance avait donné lieu à une audition à l’assemblée nationale où l’intéressé assumant sa duplicité a menti sans vergogne en osant parler d’alliance alors qu’il s’agissait bien d’un achat et d’une absorption. Exécution d’Alsthom, entreprise liée à notre filière nucléaire française vendue à des intérêts étrangers, qui a en outre payé 630 millions d’amendes aux américains qui la convoitaient et l’ont malhonnêtement mais aussi habilement acquises. La main sur le coeur, Macron a trahi son pays. 800 personnes ont depuis perdu leur travail alors que l’inverse avait été contracté.

– L’OPA du groupe français parapétrolier d’envergure internationale Technip par un groupe obscur américain relève une nouvelle fois qui est Macron. Comment imaginer que ce dernier n’ait rien eu à gagner avec cette opération désastreuse pour nos intérêts et pilotée « comme par hasard » par le groupe Rothschild ancien employeur de Macron, allié en la circonstance à l’autre mafia financière, branche américaine Goldman Sachs. Ce que résume l’hebdomadaire Marianne :
« Un grain de sable qui pourrait mettre en péril la belle opération ficelée par le ministre Emmanuel Macron et son ancien employeur, la banque Rothschild, conseil de Technip (avec Goldman Sachs)… En mai dernier, à l’époque où il pilotait encore Bercy, l’ancien banquier s’était félicité d’une fusion entre égaux, permettant de faire émerger « un Airbus du parapétrolier ». La véritable histoire, hélas, est celle du passage sous pavillon américain d’un fleuron français, au terme d’une opération pour le moins déséquilibrée, puisque c’est le petit (l’Américain) qui l’emporte sur le gros (le Français). « La faute aux services du ministre, s’insurge l’un des protagonistes, qui ont laissé filer le siège du nouvel ensemble à Londres sans même protester ». L’ancien PDG de Technip, Thierry Pilenko, n’a pas trouvé à redire à cette délocalisation masquée, lui-même ayant rejoint Houston, quartier général de FMC Technologies, où était déjà installée son épouse américaine… » (Pétrole : Emmanuel Macron, parrain d’un mariage de cocus, Clément Fayol, Jeudi 15 décembre 2016, Hebdomadaire Marianne).

Macron mouillé dans la vente de SFR à Drahi… qui lui renvoie l’ascenseur

– 4. Emmanuel Macron est aussi l’artisan de la vente de SFR au franco-maroco-israélien Patrick Drahi résident Suisse pour fuir ses devoirs fiscaux envers la France. Personnage peu recommandable, Drahi achète des entreprises sans fonds propres mais à coups d’endettements phénoménaux grâce à des complicités auprès de banques peu scrupuleuses comme Morgan Stanley et de la mafia politico fiancière de notre pays. Depuis Bernard Mounrad banquier de Drahi et ex de Morgan Stanley a rejoint Macron. On ne s’étonnera pas non plus du soutien inconditionnel de la chaîne poubelle de propagande BFM, (et de son égérie cosmopolite défraichie Ruth Elkfiref elle-même née au Maroc et de même confession que son souteneur) propriété de Drahi à Macron. Très peu de temps avant d’avoir été débarqué, Arnaud Montebourg s’était montré très explicite sur cet affairiste, lui demandant en substance des comptes.

Les idiots utiles qui frénétiquement le supportent (en dehors de socialistes qui se raccrochent à cette branche jeune mais déjà pourrie pour les places) et croient profiter d’un dynamisme illusoire ne se rendent pas compte qu’ils sont manipulés par un « expert », qu’ils feront partie de la charrette et que leur sort est scellé. Plus grave cet homme qui ment sur sa nature et sa vie précipitera encore davantage notre pays dans le chaos de l’invasion, accélérant le remplacement de notre peuple. Il porte en cela la ruine économique et la destruction ethnoculturelle de ce que nous sommes. Emmanuel Macron organisera le dépeçage définitif de notre pays vendant y compris s’il peut le faire le Mont-Saint Michel à la finance internationale.

Il reste que tous, à titre individuel et dans nos familles et comme peuple pouvons-nous y opposer en effectuant le choix politique de la raison, c’est-à-dire celui de l’indépendance, de la souveraineté, de l’honneur et de la dignité retrouvés et non ceux de politiques servant des intérêts extérieurs en même temps qu’ils se servent. Le cosmopolitisme synchronisé qu’il vienne des libéraux ou des libertaires est notre ennemi, qu’il vienne de l’hyper classe mondiale financière ou/et marchande ou de terra nova, est le même qui veut notre « peau ». Et Emmanuel Macron comme Benoît Hamon ou même le resquilleur François Fillon en sont les serviteurs zélés.

François-Xavier Laisne

***********************************************************************************

EMMANUEL MACRON, OU LA

 

PASSION DE LA « POSTVERITE »


par François-Xavier Bellamy

 

Share Button

Cet article a été publié sur le blog de François-Xavier Bellamy et dans une tribune du Figaro daté du 17 février 2017


Nos démocraties occidentales traversent une crise profonde, qui est d’abord une crise de confiance dans ce qui constitue leur outil essentiel, le langage. Le relativisme omniprésent nous ayant conduit à l’ère de la « post-vérité », la parole publique ne semble plus renvoyer à rien, et dénuée de toute consistance elle perd sa signification. Dans la campagne que nous vivons pour l’élection présidentielle – campagne qui témoigne de la difficulté que nous avons à parler ensemble du fond des problèmes que notre société rencontre, Emmanuel Macron semble assumer et incarner cette inconsistance du langage.

Il y a quelques jours en Algérie, Emmanuel Macron déclarait que la colonisation avait été un « crime contre l’humanité. » Soit un plan concerté pour exterminer par tous les moyens les populations vivant sur les territoires colonisés… Tout cela n’a aucun sens. Que l’histoire de la colonisation ait été marquée par des crimes, nul ne peut en douter. Mais qu’il faille mettre le projet colonisateur sur le même plan que la Shoah, qu’on puisse assimiler Jules Ferry à Hitler ou Lyautey à Eichmann, voilà qui constitue une double et inacceptable insulte. Insulte à tous ceux qui – Juifs d’Europe, Arméniens d’Anatolie, chrétiens en URSS, Tutsis au Rwanda… – sont morts broyés par la haine, par une folie destructrice qui ne poursuivait aucun autre but que leur seule extermination : comment mépriser ce que leur souffrance eut d’unique, unique au point que pour la décrire le droit international a formé cette expression de crime contre l’humanité, qu’on ne devrait employer qu’avec soin quand il nous faut dire le passé ?

Comment mépriser en même temps, dans la facilité confortable du regard rétrospectif, les générations de Français qui, dans la confusion des intérêts nationaux et des illusions historiques, ont pour beaucoup cru aux bienfaits de la colonisation ? Bien sûr, nous savons aujourd’hui toutes les erreurs commises, toutes les blessures causées, et la violence coupable à laquelle une telle entreprise ne pouvait manquer de conduire. Mais nous pouvons reconnaître les égarements de ceux qui nous ont précédé sans pour autant les insulter. La colonisation n’était pas un projet de destruction, elle portait dans son principe la volonté de cultiver qui lui a donné son nom – en fait, le grand paradoxe, c’est qu’elle constitue plutôt l’une de ces tragédies auxquelles a conduit cette foi aveugle dans le progrès dont le même Emmanuel Macron se revendique aujourd’hui… Pour cette raison d’ailleurs, c’est la gauche progressiste qui avait largement épousé l’idéologie coloniale. Nous pouvons aujourd’hui dire les conséquences tragiques de cette erreur historique, sans insulter ceux qui y crurent. Ceux qui ont laissé leurs noms sur nos monuments aux morts n’ont pas donné leur vie dans un crime contre l’humanité, et il est révoltant de voir aujourd’hui un candidat qui prétend présider notre République venir cracher sur leurs tombes par opportunisme électoral.

Car c’est bien là le fond du problème. Lorsque la parole ne renvoie plus au réel, lorsqu’on dit tout et son contraire, quand la vérité ne compte plus, c’est que seule importe l’efficacité – en termes de calcul politique, de voix rapportées, de cibles touchées. La démocratie se dissout dans le marketing, et ainsi on détruit un peuple aussi sûrement que par la censure. C’est là la faute grave dont Emmanuel Macron est en train de se rendre coupable. Car qui ne voit la ficelle grossière dans cette surenchère mémorielle délirante ? La cible, en l’occurrence, ce sont des millions de binationaux, héritiers de cette histoire douloureuse. Mais si la cible est touchée, la victime sera la France.

Connaissant, pour y avoir enseigné, certains quartiers qui s’embrasent aujourd’hui, comme tous ceux qui ont vécu ou travaillé en banlieue, je mesure l’ampleur de la tragédie que la parole d’Emmanuel Macron contribue à entretenir. Des générations de jeunes Français, nés en France et qui vont y construire leur vie, sont entretenus par nos dirigeants dans la haine de leur propre pays… Qui ne voit combien sont graves ces mots absurdes, irresponsables ? « Crime contre l’humanité » : l’erreur historique est aussi une faute morale, car ces mots deviennent le ferment de la violence, de la vengeance et de la division.

Ce petit calcul politique est d’autant plus médiocre et dangereux que, hélas, il dure depuis trop longtemps déjà… Comme beaucoup de Français et de jeunes en particulier, j’avais regardé avec intérêt le renouvellement qu’Emmanuel Macron semblait apporter à notre classe politique. Quelle désillusion aujourd’hui ! Cette stratégie électorale recycle la schizophrénie des élites qui depuis quarante ans tentent de sauver leur lien avec les jeunes issus de l’immigration, à coup d’histoire biaisée et de tribunes dans Libé, en leur expliquant qu’ils sont les victimes de leur propre pays – leur interdisant ainsi de s’y reconnaître et de s’y intégrer… Ce petit calcul irresponsable est précisément ce qui nous bouche le chemin d’un avenir commun, et ce qui provoque aujourd’hui la poussée de violence qui traverse nos banlieues, dans la coupable complaisance de dirigeants installés dans l’échec du mensonge victimaire. Quand il affirme qu’il n’y a pas de culture française, quand il insulte à l’étranger le pays qu’il prétend diriger, Emmanuel Macron montre qu’il n’est que la nouvelle voix de la vieille haine de soi qui a conduit la France au bord d’une division irréversible. Mais nous refuserons de le suivre en marche forcée vers le vide. Le mensonge est trop vieux.

Le véritable renouveau consiste à reconquérir les mots, et à leur redonner leur sens. Si Emmanuel Macron a travaillé avec Paul Ricœur pour son dernier grand ouvrage, La mémoire, l’histoire, l’oubli, il devrait se souvenir de l’avertissement qu’il y lançait : « l’histoire manipulée » est toujours dangereuse pour l’avenir, car « la projection du futur est solidaire du regard sur les temps passés. » Il n’y a pas de vrai progrès sans passion de la vérité ; on ne peut se dire philosophe et choisir d’incarner la dangereuse vacuité du langage pour les calculs sophistiques de l’ère de la postvérité.

François-Xavier Bellamy

***********************************************************************************************

Macron et l’Algérie : un traître pareil ne peut pas gouverner la France

SOURCE : Publié le 16 février 2017 - par  

On ne peut qu’être stupéfait d’entendre certains de nos politiques qui, partant à la pêche aux voix musulmanes et immigrés, n’hésitent même plus à insulter leur propre pays.

Emmanuel Macron prétend diriger un pays qu’il accuse de « crime contre l’humanité » Au même titre que les nazis, les communistes. Il balaie d’une main légère et surtout criminelle, une décision de Charles X faite sur une demande du Congrès de Vienne (ONU de l’époque), afin que cessent les pillages et les mises en esclavage des blancs par les barbaresques ayant leurs sièges à Alger, Tunis et Tripoli  (https://fr.wikipedia.org/wiki/Traite_des_esclaves_de_Barbarie)

Listes partielles des esclaves rachetés par des Pères blancs

1830 fut, avant toute chose, une mission civilisatrice, une occupation des lieux où s’exerçait le pire des crimes contre l’humanité qu’était la mise en esclavage de milliers de femmes et d’hommes. Les unes vendues, violées, assassinées pour désobéissance à leurs maîtres musulmans, et les autres transformés en bétail humain la plupart du temps ou torturés pour le plaisir d’un spectacle. (L’Etat islamique n’a rien inventé).

Il faut que les Algériens d’ici et d’Algérie comprennent également, que dans leurs ancêtres, il y avait aussi cette engeance criminelle. Le savoir ne veut pas dire assumer la culpabilité ! De même les Français d’aujourd’hui ne sont coupables en rien de ceux d’hier. Mes ancêtres paysans de la Sarthe et du Perche, n’ont jamais vu un noir, ni même entendu parler de quoi que ce soit sur l’esclavage (ils l’étaient eux-même en quelque sorte), pas même de la colonisation. Qu’ils sachent aussi ces Algériens, que le premier génocide sur ces terres d’Afrique du Nord fut commis par les arabo-musulmans sur leurs ancêtres Berbères.

Cette conquête de la ville esclavagiste d’Alger fut poursuivie par Louis Philippe, Napoléon III et les différentes Républiques ! Des Radicaux-Socialiste à la Droite conservatrice qui suivirent. A noter, que les socialistes de l’époque furent les pires à ce jeu de la colonisation des terres, en y ajoutant la notion de races inférieures (Jules Ferry à Léon Blum) tandis que la droite de l’époque, voulait se concentrer sur la revanche contre l’Allemagne et récupérer l’Alsace et la Lorraine. Le fascisme comme toujours, est à gauche.

Emmanuel Macron trahit la France en accusant son propre pays et entérine la haine d’une Algérie très appauvrie en 55 ans d’indépendance. Un pays construit de toutes pièces sur des marécages par la sueur et par le sang des colons. Un territoire qui pu voir, grâce à la France, des villes se construire, des voies ferrées, des ports, et des puits de pétrole. Qu’un hommage soit rendu à ces Français, aux Arabes français de cœur, à l’intelligence, aux instruits, aux courageux, aux mains rudes qui, en asséchant les marécages, en irriguant et en cultivant la terre, ont fait de ces terres arides, un pays digne de ce nom. Ce ne sont pas les barbaresques qui l’on fait, mais les Français !

Cette Algérie, au bout de 55 ans d’indépendance, reste incapable de donner à manger à son  propre peuple malgré la manne pétrolifère et gazière qu’a laissée la France. Un peuple qui pourtant continue à vouloir immigrer, et vouloir vivre chez l’ancien « colonisateur, criminel contre l’humanité« . Cette nouvelle Algérie vit dans le mensonge permanent de ces dirigeants qui refusent de devoir se justifier de leur incapacité à gouverner, et offrir une espérance à leur peuple.

Emmanuel Macron est une honte, un véritable renégat, un traître à la France, une insulte à ceux qui ont fait cesser les crimes des esclavagistes, et qui ont fait de cette terre, un pays qui n’existait pas avant eux, au prix fort. Ceci n’est pas pardonnable. 

Emmanuel Macron est donc le pur produit d’une inculture historique ! De cette socia-lie imbécile qui détruit tout ce qu’elle ne comprend pas et qui mord la main qui lui donne à manger. Ce personnage indigne semble donc ignorer les raisons de la prise d’Alger en 1830, et donc tout ignorer des barbaresques et y compris, les désastres commis sur les côtes d’Italie, de France, d’Espagne et même d’Irlande. Il semble ignorer que la Navy des USA fut créée pour protéger son commerce en Méditerranée, et fit un bombardement sur Tripoli, pour calmer ces esclavagistes qui pillaient cette mer. 

Esclaves? Esclavagistes? Il est vrai que selon Taubira, l’esclavage n’est pas un crime quand ce sont les blancs qui en sont les victimes.
Emmanuel Macron est disqualifié pour être un rassembleur. Il ne peut pas être le Président d’un peuple qu’il qualifie de criminel. Ce type est écœurant ! Il est indigne et à mon sens, il devrait être poursuivi par des tribunaux pour ses propos, par des associations et des partis politiques patriotes.

Emmanuel Macron n’est pas seulement un imbécile par son ignorance, mais un traître de fait par sa représentation médiatique. La portée de sa parole confirme les mensonges, les oublis, la mauvaise foi, et donne l’impression que la France est venue occuper un pays comme l’a fait l’Allemagne quand elle occupa la France en 1940, avec un projet d’extermination. Notons que l’Algérie porte son nom depuis une décision Française. C’est le 14 Octobre 1839 que la circulaire de Schneider, Ministre de la Guerre, donna le nom définitif d’Algérie. Ainsi donc, même son nom est une création Française. (Source)

Emmanuel Macron a qualifié la colonisation de crime contre l’humanité, et Jean Sévillia explique pourquoi une telle déclaration est un non-sens historique (Lire ICI).  L’historien estime que l’on ne peut pas jeter ainsi «l’opprobre sur les Européens d’Algérie, les harkis, et leurs descendants». Ce fut un immense cri d’horreur de tous les patriotes d’entendre un ancien Ministre vomir sur la France, pour quelques voix de plus. Se soumettre à la doxa socialiste de la repentance. D’affirmer des contre-vérités. De nier la réalité historique. Derrière l’image d’une gueule d’ange, c’est un gouffre de stupidités et de cupidités qui se dessine. La Nation, la Patrie, l’Histoire d’un pays et sa culture, sont clairement pour lui des choses abstraites qui ne relèvent pas des comptes financiers de ceux qu’il représente, à savoir les mondialistes et la finance.

Emmanuel Macron nie son pays, son histoire, et oublie les contextes des époques. Un piètre historien oubliant les bases d’une juste recherche. Enfant de la chronologie bafouée, il doit confondre Vercingétorix avec Abd el-Kader.

Le plus grave est qu’Emmanuel Macron a, dans un pays étranger, en Algérie, dénoncé le peuple de France qu’il prétend un jour gouverner. Il en est donc indigne. On peut lui rappeler au passage, que ce sont des millions de jeunes Algériens, tous assoiffés de visas qui veulent rejoindre une France de « criminels contre l’humanité« , au même titre que le furent les nazis, les communistes, et autres dictateurs sanguinaires. Sont-ils masochistes ces jeunes Algériens, ou savent-ils que la France est une terre promise pour s’assurer le gîte, le couvert, grâce aux APL, AME, RMI, RSA, ATA, ASTA et autres allocations si diverses et variées ? Ou bien pour se trouver une femme, un homme de gauche, de type idiots utiles, pour obtenir la bi-nationalité salvatrice, et avoir ainsi, l’assurance de pouvoir cracher sur ce pays d’accueil qui leur offre l’hospitalité, tout en faisant venir leur famille par le jeu du regroupement familial. Pour eux ce n’est pas la France, c’est Allah qui pourvoit n’est-ce pas !

Nous sommes en France, progressivement occupés par l’Afrique du Nord et subsaharienne, et nous devons en plus, nous excuser encore et encore… Mais que cela cesse enfin !

Gérard Brazon (Liberté d’expression)

**********************************************************************************************

Lettre ouverte à Emmanuel Macron

 

de Evelyne JOYEUX

 

MacronPiedsNoirs


Monsieur,


Alors que vous êtes candidat à la Présidence de la République, et comme tel en quête de notoriété, vous avez déclaré que la France en Algérie s’était rendue coupable de «crime contre l’humanité » et de «vraie barbarie ».

Dans cette circonstance vous en usez avec l’honneur de notre pays comme un héritier qui liquiderait ce qui reste de la demeure familiale pour disposer des moyens de briller dans le monde.

Certes, d’autres hommes politiques vous ont précédé dans cette voie. Durant ces dix dernières années, à chacun de leurs voyages en Algérie, déclaration après déclaration, ils ont renouvelé l’expression de la contrition française, tout en jurant leurs grands dieux qu’il ne s’agissait pas de repentance. Les gains économiques ou politiques furent-ils à la hauteur de ce qu’ils escomptaient? Certainement pas.

En tout cas, lorsque votre tour est arrivé, il vous a fallu compléter la mise passablement érodée par les marchandages précédents. D’où l’accusation que vous avez portée contre la France de « crime contre l’humanité » et de « vraie barbarie ».

Comment ne pas se demander de quelle autorité morale, de quelle compétence historique, de quel mandat vous pouvez vous prévaloir pour condamner notre pays depuis l’étranger, et pour nous condamner.

« Dans ma jeunesse, lorsque autour de moi on voulait juger quelqu’un….on disait de tel ou tel, puissant ou misérable, qu’il fût le député de l’arrondissement ou le bistrot du coin : « c’est un homme » ou « ce n’est pas un homme » écrivait Albert Camus. Il poursuivait en énonçant quelques règles simples de morale à partir desquelles les rapports entre les hommes s’organisaient tacitement, que ces derniers portent le veston ou la djellaba. Ces mêmes hommes se réunissaient, à chaque cérémonie patriotique, médailles pendantes, pour saluer le drapeau français qu’ils avaient si souvent défendu ensemble au péril de leur vie.

C’est à eux que je pense lorsque vous nous accusez de « barbarie », ainsi qu’à ceux, hommes et femmes, qui ont assaini et cultivé la terre d’Algérie, qui ont enseigné et soigné ses enfants. C’est à ceux, enfin, qui furent enlevés parce qu’ils étaient fidèles à la France et pour lesquels les responsables politiques français, vos pairs, en voyage en Algérie, oublient délibérément depuis 1962 de demander des comptes.
Pour nous, Français d’Algérie, la fidélité reste une forme de l’honneur. Elle nous impose d’exiger de vous l’exposé des faits précis sur lesquels vous fondez vos accusations.

A dire vrai, dans la polémique que vous avez provoquée, vos réponses révèlent d’ores et déjà que vous ne savez rien d’une réalité et d’une histoire dont vous utilisez le tragique pour réussir votre plan de carrière.
Recevez, Monsieur, mes salutations distinguées.


Evelyne Joyaux
Présidente du Cercle Algérianiste d’Aix-en-Provence

***********************************************************************************************

Cercle algérianiste national 

 

Fédération des Cercles algérianistes


Le 21 février 2017
Communiqué de presse


Le Cercle algérianiste dépose plainte contre Emmanuel MACRON.


Le Cercle algérianiste a demandé à Maître Gilles-William Goldnadel de déposer plainte à l’encontre d’Emmanuel MACRON, pour diffamation, à la suite de ses déclarations à Alger, assimilant la colonisation à un « crime contre l’Humanité ».

Le Cercle algérianiste, porteur de la mémoire et de l’histoire des Français d’Algérie,
considère que, par ces propos, Emmanuel MACRON a non seulement travesti la réalité historique, mais qu’il a porté atteinte à la mémoire et à l’honneur des Français d’Algérie, qui n’ont pas à rougir de ce qu’ils ont été, ni de l’oeuvre qu’ils ont accomplie sur la terre à laquelle ils étaient viscéralement attachés, et qu’ils ont contribué à développer.

Cette déclaration est d’autant plus insupportable pour les Français d’Algérie, que plusieurs dizaines de milliers de Pieds-Noirs ont fait le sacrifice de leur vie, lors des deux Guerres mondiales, pour défendre la Nation.

À Alger, Emmanuel MACRON a non seulement méprisé la douleur des Français d’Algérie, Pieds-Noirs et Harkis confondus, mais blessé profondément une grande partie de la communauté nationale.

En affirmant que la France avait commis un « crime contre l’Humanité », sans exiger que soient reconnus dans le même temps, par l’Algérie, le massacre indicible des Harkis et le drame de milliers de Pieds-Noirs, enlevés et assassinés par le FLN, notamment le 5 juillet 1962 à Oran, il a, en outre, franchi un pas supplémentaire dans une repentance mortifère.

L’Histoire ne s’écrit pas noir et blanc. Emmanuel MACRON a pris le risque d’aggraver les fractures et d’aviver les blessures de ses compatriotes, en oubliant que toutes les souffrances et tous les drames sont respectables et doivent être reconnus.

Thierry ROLANDO
Président national du Cercle algérianiste

***********************************************************************************************

Cza-OzeWEAItSK9Cza-OzeWEAItSK9Cza-OzeWEAItSK9

Posté par DIACONESCO_TV à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mars 2017

FRANCOIS FILLON NE BAISSE PAS LES BRAS ET IRA JUSQU'AU BOUT DE L'ELECTION PRÉSIDENTIELLE AVEC LE SOUTIEN DU PEUPLE DE FRANCE !

DISCOURS AU PEUPLE DE FRANCE DE François FILLON A PARIS AU TROCADERO CE DIMANCHE 5 MARS 2017

 

A-ogADK-_400x400

 

 

LA VIDEO DU DISCOURS DE FRANCOIS FILLON AU TROCADERO LE DIMANCHE 5 MARS 2017

 

 

Vous êtes la France qui vient de loin. Vous êtes le peuple qui ne fait pas de bruit, qui a du bon sens. #FillonTrocadéro

Merci à vous qui ne baisserez jamais les bras, à vous qui avez su braver les injonctions. Hommage à vous les militants de la France ! 🇫🇷

 

C6DwLmLXQAAY9h0

Ils pensent que je suis seul. Ils veulent que je sois seul. Est-ce que nous sommes seuls ? #FillonTrocadéro

C6Kn_GLWYAAgaRF

C6KYfeZXMAIXpZW

Au Trocadero, nous allons démontrer la force de la volonté populaire. Tenez bon, comme je tiens bon. La France mérite notre courage !

 

C6KK_8fXMAEAWjK

C6FpTpZWAAAbP9K

kq33d5Xx_biggerkq33d5Xx_biggerkq33d5Xx_biggerkq33d5Xx_bigger

C6KgQBIWgAIC5cM

PUBLIÉ PAR CHRISTIAN LARNET LE 5 MARS 2017

Les Français se sont mobilisés contre cette tentative totalitaire de la gauche de faire perdre le candidat de droite par la justice là où ils ne peuvent le faire perdre par les urnes.

La densité de la foule est à la mesure de l’injustice ressentie par les sympathisants de François Fillon, et il se pourrait bien qu’en réaction au harcèlement juridique, corresponde un score sans précédent, bien supérieur aux sondages.

La dignité des Français retrouvée face à l’arrogance des élites de gauche et des médias qui prétendent leur imposer leur volonté, c’est maintenant.

 

C6K5_0hWMAALEgu

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

***********************************************************************************************

 

114976017_o

Pourquoi il faut défendre François Fillon !

 

 AUJOURD'HUI

 

À ce stade, j’estime qu’il faut le soutenir dans le combat qu’il mène.

9e1f1b09452ec6428959cf40cfff2267

 

Par Bernard Hawadier

 

Avocat

 

François Fillon doit être défendu de tout ce dont on l’accuse, au nom de la morale, de la parole donnée et de l’État de droit.

Je ne suis pas filloniste. Je doute de sa capacité, voire de sa réelle volonté à remettre en cause un système qu’il a incarné et défendu pendant très longtemps. Mais ce que ce système lui fait pourrait me faire changer d’avis… Et, à ce stade, j’estime qu’il faut le soutenir dans le combat qu’il mène.

Comme tous les justes et les innocents, il se défend mal ; c’est une vérité de l’histoire judiciaire. Avocats et juges le savent d’expérience. Aussi a-t-il accumulé les maladresses et même pris des engagements sur lesquels la vilenie des moyens utilisés contre lui l’autorise à revenir… 

Nous sommes manipulés. Les journalistes qui sont à l’origine de « l’affaire » votent encore à gauche à une écrasante majorité. Le Syndicat de la magistrature a bénéficié du soutien de notre garde des Sceaux, madame Taubira, durant toute la durée de sa présence place Vendôme.

La gauche encore au pouvoir et qui entend y rester, et la droite centriste à sa suite, sont à la manœuvre à l’encontre de celui qui n’avait été adoubé ni par ses pairs ni par le presse…

Plusieurs remarquent s’imposent :

– François Fillon et sa femme n’ont rien caché ni de cet emploi ni de son caractère prétendument fictif ! C’était un secret de polichinelle pour qui s’intéressait à la vie de l’Assemblée nationale. 

– Le parquet financier a été poussé par la presse, à la traîne de la presse, alors qu’il aurait pu se saisir de ces faits publics depuis bien longtemps…

– La qualification de détournement de fonds publics ne résiste pas une seconde à l’examen d’un juriste sérieux. Or, c’est elle qui a permis de justifier la saisine du parquet financier (le fameux PNF).

– C’est le parquet et lui seul, ou la police chargée par lui de l’enquête, tous deux aux ordres du pouvoir, qui ont organisé les fuites des contenus des PV… alors que le mis en cause n’avait pas accès au dossier ! Des fuites qui se poursuivent encore ce dimanche alors que l’instruction vient d’être ouverte, dans les colonnes d’une presse qui continue de se draper dans sa dignité moralisatrice alors qu’elle commet délit sur délit, foulant aux pieds l’État de droit dont elle demande le respect !

– Le parquet n’est pas « LA JUSTICE » ; il n’est pas indépendant comme le sont les juges d’instruction et du siège. La Cour européenne des droits de l’homme ne cesse de le répéter. Les poursuites ont été le fait du Pouvoir. 

Cette machination est scandaleuse. Il s’agit d’une manipulation digne des meilleurs romans de Volkoff.

Il est injuste de priver François Fillon de son droit à se soumettre au suffrage des Français.

Au nom de la morale, parce que le reproche qui lui est fait n’est pas justifié. Il n’a rien volé. Il n’a fait qu’utiliser sa dotation budgétaire, sous le contrôle de l’Assemblée nationale, sachant qu’il lui était matériellement impossible de se priver du travail d’un assistant parlementaire. 

Au nom de la parole donnée, parce que sa future mise en examen est une cabale inadmissible à laquelle nos juges se sont livrés avec une bassesse comparable à celle du mur des cons. 

Au nom de l’État de droit, enfin, parce que tous les principes – présomption d’innocence, séparation des pouvoirs, secret de l’enquête et maintenant de l’instruction, règles du droit pénal – sont piétinés.

Quant à ceux qui prétendent l’exclure du jeu politique, ils se livrent à une tartufferie dont Molière aurait fait une farce. À bon entendeur…

Bernard HAWADIER 

***********************************************************************************************

DISCOURS COMPLET DE FRANCOIS FILLON AU TROCADERO A PARIS LE DIMANCHE 5 MARS 2017

 

114976017

 

 

Mes chers amis, merci.

Oui, merci de tout cœur pour votre présence vous qui avez su braver les injonctions, les caricatures et parfois même les invectives en vous présentant ici, en cette place, si forte en symbole.

Merci, à vous qui ne baisserez jamais les bras.

A vous qui refuserez toujours d’entendre les sirènes du découragement.

Vous êtes une « certaine idée de la France », cette idée éternelle est plus grande que moi, plus grande même que cette élection, oui, c’est cette haute idée française que je voulais inviter, ici, à Paris, au Trocadéro.

Je voulais l’inviter car dans cette campagne présidentielle où je suis devenu la cible de tous, cette campagne où le dénigrement de ma personne sature l’information, on vous vous a oubliés, on a oublié ce que vous aviez sur le cœur, ce pour quoi vous vous battiez. 

A cet égard, même si toute cette charge contre moi est injuste, révoltante, instrumentalisée, je vous dois des excuses, dont celle de devoir défendre mon honneur et celui de mon épouse alors que l’essentiel est pour vous comme pour moi de défendre notre pays.

Hommage devait être rendu aux militants de la France que vous êtes.

Vous êtes la France qui vient de loin, héritiers d’un passé toujours présent. 

La France des paysans, la France des cathédrales, des châteaux et des sans culottes, la France qui a brillé et qui continue de briller dans les arts, les sciences et les technologies, la France qui oppose aux terroristes et aux tyrans sa force morale et militaire.

Vous êtes la République, qui fait de chacun de nous le compagnon de l’autre.

La République est née de siècles de combat pour faire triompher l’intérêt général.

Elle est une révolte face aux facilités, face aux échecs.

Elle n’est que mouvement. Si elle tombe, elle se relève telle Gavroche sur sa barricade.

Elle se relève toujours et c’est la faute à Voltaire, à Rousseau, c’est aussi pour nous la faute à Victor Hugo, à Clémenceau, aux héros de 20 ans de la Résistance.

 » Vivre, c’est ne pas se résigner ! « , écrivait Camus.

Sans cesse dans son histoire, la France a cru au mouvement.

Jamais elle n’a fait bon ménage avec le statu quo et les arrangements à la petite semaine, ce que le Général de Gaulle qualifiait en son temps de  » petite soupe sur son petit feu, dans sa petite marmite « .

Oui, vous êtes libres, et avec vous  "je parle de la première valeur de notre devise, la Liberté, et j’en parle pour les courageux que le système décourage, les intrépides qu’il étouffe, les audacieux qu’il suspecte, bref, ceux pour qui la liberté est une opportunité de prendre leur destin à pleines mains. 

Et celui, mes amis, qui la prend, s’engage pour réussir sa vie et pour prouver qu’il existe en lui une flamme ; et de fil en aiguille, de flamme en flamme, c’est tout un peuple qui se redresse et retrouve le goût du bonheur".

Oui, pacifiquement et patiemment, vous êtes ensemble le peuple qui tous les jours est au travail, qui croit à la famille, à l’ordre juste, qui respecte le drapeau tricolore, le peuple qui ne fait pas de bruit, qui a du bon sens.

Vous êtes les électeurs de la droite et du centre, bien décidés à faire de l’élection présidentielle le point de départ d’un pays qui renait, un pays dont vous et vos enfants seraient fiers, un pays qui affirme sa volonté d’être une puissance gagnante, la 1ère puissance européenne d’ici 10 ans.

Vous êtes la preuve vivante que rien de grand ne peut se faire sans vous.

A vous mes amis, je dois la vérité.

On m’attaque de toutes parts et je dois en conscience vous écouter, écouter cette foule immense qui me pousse vers l’avant, mais je dois aussi m’interroger sur ceux qui doutent et fuient le navire. Leur responsabilité est immense et la mienne aussi…

Vous savez que je suis un homme pudique mais je dois vous faire une confidence. Je ne me suis pas réveillé un matin en me disant : « Tiens, je vais être candidat à la présidence de la République ».

Je n’ai jamais été dans le schéma de ceux qui sont animés par une ambition personnelle dévorante et qui calculent le moindre de leurs actes, le plus anodin de leurs propos et qui tissent inlassablement, dès leur plus jeune âge, des réseaux en fonction de ce seul objectif. 

A chaque étape de ma vie politique ce qui n’a cessé de m’animer, c’est, la possibilité de réaliser, d’être utile, de rendre service à mon pays.

Mes amis, vous savez mon diagnostic : je crois que notre pays décline et que l’heure est à un dépassement collectif.

Je comprends votre inquiétude.

Elle s’est amplifiée depuis cinq ans. Cinq longues années durant lesquelles notre République a été mise à mal.

Cinq ans pendant lesquels nous avons vu notre pays, petit à petit, descendre dans un long hiver historique, se replier sur lui-même, perdre son rang économique, sa place en Europe et notre tissu social se déliter à la vitesse d’une pelote.

Et pendant ce temps-là, qu’ont-ils fait tous ces socialistes qui auraient dû uniquement se consacrer à l’intérêt national ? Rien.

Ils étaient trop occupés par une seule obsession : mettre en place une série d’accommodements déraisonnables et de démissions camouflées, selon les vieilles règles de la   IVe République.  Des arrangements d’appareil. Toutes les décisions lourdes, importantes, reportées. La nomination des amis parce qu’ils sont des amis et non pour ce qu’ils valent. Le mépris de la vérité qui dérange. L’oubli des réalités qui fâchent. Tout cela nous l’avons vu, nous le voyons encore, alors que le monde se fait, autour de nous, plus dangereux, plus incertain chaque jour.

Au dehors c’était la guerre, et l’on réduisait le budget de nos armées. La dislocation de l’Europe, et l’on nommait Harlem désir pour s’en occuper.

Au-dedans c’était la crise, et l’on continuait à dériver comme un bâton au fil de l’eau.

Six millions de chômeurs, neuf millions de pauvres, une jeunesse en déshérence, un pays qui doute, des Français qui se divisent, la haine qui s’installe.

Une génération sacrifiant la suivante, abaissant son éducation, la condamnant a ployer  jusqu’à la fin sous le fardeau d’une dette insoutenable, au sein d’un pays déclassé, au milieu des ruines de notre industrie, de notre économie, sans rêves réalisables, sans argent, sans emploi, sans avenir.

Notre pays n’a pas été gouverné, il a été géré par le premier secrétaire du parti socialiste.

Dès le début, le hollandisme a montré son vrai visage : ces synthèses impossibles, cette alternance d’attentisme et d’activisme poussif et brouillon, cette crainte constante d’affirmer clairement un cap, préférant caboter le long de l’actualité.

Il paraît qu’il ne faut pas parler de cela, que le droit d’inventaire nous est refusé. Une élection chasse l’autre. Les commentateurs ne s’intéressent qu’à cette course d’obstacles des prétendants, qu’à la tactique. C’est un mauvais feuilleton. Dans ce récit effarant la France a comme disparu et les Francais aussi. Or moi, c’est de la France et des Français que j’ai voulu, que je voudrais toujours me soucier. Et je crois que les millions de voix qui se sont portées sur moi à la primaire veulent dire simplement ceci : nous autres Français n’en pouvons plus de vos calculs, de vos carrières, de vos histoires. 

Je vais vous faire une confidence. Si par magie les Francais avaient pu assister a ce que j’ai vu ces dernières semaines, une vague de dégout les submergerait. La fuite en canard, d’un camp a l’autre, d’un hiérarque l’autre, vers la circonscription, le portefeuille. La désertion assumée, sans honte et aussi sans orgueil. Se sauver soi-même. Oui, là aussi, la France et les Français avaient disparu.

Mais je doublerai cette confidence par une autre. Je sais bien, croyez-le, quelle est ma part de responsabilité dans cette épreuve. Au delà des trahisons, du calendrier judiciaire, de la campagne de dénigrement, c’est bien par ma faute que ce projet que je porte, auquel je crois, auquel vous croyez, rencontre de si formidables obstacles. J’ai commis la première erreur autrefois, je vous l’ai dit, en demandant a ma femme de travailler pour moi, parce qu’elle connaissait le terrain, parce que c’était commode. Je n’aurais pas du le faire. Et j’ai commis la seconde en hésitant sur la manière d’en parler, de vous en parler, d’en parler aux Français. Je ne vous demanderai pas de vous mettre à ma place. Mais croyez-le, lorsqu’on est, ce que je crois être profondément, un honnête homme, lorsqu’on a passé sa vie au service de l’intérêt général, essayant, un jour après l’autre, de prendre les décisions qu’on croit justes, il est difficile de faire face à une telle campagne. Par un côté, par le désir de moralité qu’elle comporte, elle vous parait juste. Par tout un autre, par l’excès, par la disproportion, par la haine, elle vous parait injuste. J’ai fait ce que j’ai pu entre ces écueils. Je me suis souvent raffermi en me disant que le jour où je serai reconnu comme innocent par une justice dont je ne désespère pas, quelles qu’aient été mes réserves sur ses premiers actes, mes accusateurs trop rapides auraient honte à leur tour.

Le problème, voyez-vous, c’est que ce jour là il sera trop tard. L’élection aura été faussée. Elle n’aura pas permis de mettre un terme aux deux scandales qui défigurent le pays beaucoup plus sûrement, plus profondément que mes propres erreurs.

Quels sont ces scandales ?

Le premier scandale, c’est la manière, insidieuse, molle, hésitante mais terrible dans ses conséquences, dont François Hollande a œuvré au déclassement de notre pays.

Son terrible bilan n’a malheureusement pas été effacé comme par un coup d’ardoise magique. Il demeure, plombant notre croissance et hypothéquant l’avenir de nos enfants.

Et qu’importe si par un tour de joueur de bonneteau, c’est son ancien porte-serviette, M. Macron, qui prend maintenant le relais, adoptant son programme pour le plus grand bonheur des marchands d’illusions.

La faute est là et aucun artifice ne peut l’effacer. 

Le second scandale, c’est celui de tous nos concurrents qui, indifférents à toutes les réalités économiques, ignorant tous les défis du monde, n’hésitent pas à promettre les 32 heures, le retour du franc, l’augmentation des dépenses publiques. Et qu’importe la faillite !

Cette démagogie devrait se heurter à un mur de raison, mais non, le boulevard est ouvert à tous les illusionnistes et les extrémistes.

Ce qui se passe actuellement donnerait presque à croire que nous sommes dans une comédie si durant ces cinq années ne s’était pas dressé un des plus terribles dangers auquel la France n’a jamais été confrontée depuis des décennies.

Je veux parler du totalitarisme islamique.

Toulouse, Charlie, l’Hypercacher, le Bataclan, les terrasses parisiennes, Nice…

Nous sommes en état d’urgence mais à en écouter certains il est urgent de ne pas en faire état.

Moi j’en parle et j’en parle fort. Contrairement à ceux qui temporisent et qui hésitent, je suis d’une détermination totale.

Parce que je crois que toute personne coupable d’intelligence avec l’ennemi doit être condamnée ; parce que la France ne peut pas servir de sanctuaire, de base arrière à l’islamofascisme ; parce qu’il faut extirper de notre corps social cette tumeur qu’est l’antisémitisme. ; parce que nous ne pourrons jamais accepter que sur notre sol, comme partout dans le monde, les femmes soient assignées à résidence et traitées comme des citoyennes de seconde zone.

A votre inquiétude légitime s’est ajoutée la colère envers cette chasse à l’homme qui me vise et qui, au-delà de ma seule personne, cherche à briser la droite, à lui voler son vote.

Je ne parle pas seulement pour moi, mais parce que la démocratie vous appartient, à vous !

Mais mes amis, vous ne devez pas céder à l’inquiétude où à la colère. Vous devez les transformer en une formidable énergie pour célébrer et chérir cette France que nous aimons par-dessus tout.

Il n’y a pas de plus belle et de plus juste querelle que celle-ci.

Le meilleur service que nous puissions rendre à notre pays mais aussi au monde, c’est de nous engager résolument sur la voie du redressement, c’est de restaurer la cohésion nationale et l’autorité de l’État.

Dans cette affaire éminemment politique, le véritable et le seul débat oppose donc, d’un côté, ceux qui tiennent la nation pour un simple marchepied à leurs ambitions et, de l’autre, ceux qui s’en font une certaine idée.

Je veux vous faire partager ce sentiment trop souvent caché, parfois moqué, un sentiment qui pourtant devrait tous nous habiter, ici et partout dans notre beau pays : la fierté.

A l’heure où certains histrions parlent de crimes contre l’humanité, je veux rappeler que la France est avant tout un pays de liberté, que les Français ont dans le monde répandu l’esprit des Lumières et que dans les pires heures de son Histoire elle a toujours su retrouver les voies exemplaires du courage et de la réconciliation.

La France est une terre d’accueil pour tous ceux qui en comprennent la richesse.

Venus d’horizons proches ou lointains, des groupes d’hommes et de femmes sont arrivés ici. Ils ont su renforcer sa cohérence et sa puissance.

La diversité est un bien précieux quand elle sait se conjuguer avec nos traditions. Car plus haut est l’arbre, plus profondes sont ses racines. 

Alors ne nous laissons pas berner par ces modernes gourous qui sont revenus de tout sans être allés nulle part, ne nous laissons pas leurrer par les prophètes de la décadence qui prévoient la fin de notre monde quand c’est du leur qu’il s’agit.

Pendant ces années où j’ai préparé ma candidature j’ai sillonné le pays à votre rencontre et j’ai vu des hommes et des femmes qui n’acceptaient pas de se voir diluer dans une mondialisation vide de sens.

J’ai rencontré d’innombrables compatriotes qui se sentent français. Et comme tels, prêts à relever tous les défis qui se présentent à nous. 

La France est belle de ses innovations.

Dans leur tour d’ivoire les commentateurs tournent en rond autour des mêmes constats négatifs, des mêmes renoncements, du même pessimisme tarifé, fasciné par la critique et le besoin de détruire, de salir. 

Pendant ce temps-là, les initiatives fleurissent sur tout le territoire. Accompagnant la révolution numérique ou appuyés sur la richesse de notre patrimoine artisanal ou industriel des entrepreneurs inventent le monde de demain.

Non, messieurs les socialo-centristes, non, mesdames et messieurs les extrémistes de tous bords et de toutes obédiences, il n’y a pas de fatalité.

La France compte parmi ses citoyens des milliers et des milliers d’entrepreneurs, d’inventeurs, de volontaires pour entrer dans la nouvelle résistance.

Car résister c’est aussi résister à l’envie de dire « à quoi bon ».

Je sais mes amis que nous sommes là, ensemble, pour affirmer haut et fort notre conviction qu’un monde meilleur est à construire, pour nos enfants, pour les générations à venir.

Être fiers d’être français, être fiers de la France voilà un programme qui doit vous mobiliser, vers lequel vous devez tendre sans relâche.

Oui, l’entreprise doit pouvoir libérer ses forces, se sortir de la peur d’être laminée par la mondialisation, étranglée par la règlementation, privée de dialogue.

A Nîmes, comme à Lille, à Strasbourg comme à Rennes, à Paris comme à Toulouse,  mais aussi dans les bourgs, les villages il faut redonner l’envie de créer, l’envie d’être un acteur du redressement, chacun dans notre rôle.

Car contrairement à ce que certains observateurs voudraient nous faire croire nos concitoyens ont du cran et du talent.

Même si on leur rabâche trop souvent la litanie des mauvaises nouvelles et des plaintes, nos compatriotes se sentent appartenir à un pays dont le potentiel est immense.

C’est pour moi un point essentiel de cette élection : faire en sorte que les clivages absurdes soient dépassés, pour que revienne notre sentiment d’appartenance à un pays unique ou chacun est libre, avec ses envies, son besoin de se retrouver avec sa communauté, de protéger sa famille, mais aussi où chacun a conscience d’appartenir à une communauté nationale, un tout qui s’appelle la France, un pays dont nous sommes légataires et que nous laisserons à nos enfants, avec la même exigence et le même respect que ceux qui nous ont précédés lui ont témoigné.

Mes chers amis, la fierté est un bien précieux, un moteur pour la France.

Créons, imaginons, travaillons la main dans la main, innovons ensemble, faisons de la France un pays leader en Europe, une zone de développement et d’harmonie qui fasse de chacun de ses citoyens un porte-parole dont la fierté sera la plus belle des cartes de visite. 

Nous vivons des temps difficiles.

Nous ne surmonterons les épreuves qu’à la condition de nous hisser à la hauteur des enjeux et non en nous égarant dans des affrontements dérisoires.

L’heure est au dépassement. Les plus grandes victoires ne sont pas seulement arrachées à l’adversité, elles le sont aussi sur nous-mêmes.

Notre pays a toutes les qualités pour se reprendre et surprendre le monde à condition que nous ouvrions en grand les portes de la liberté.

Fini le temps des dogmes, fini le temps des idéologies mortifères ; fini celui des illusionnistes.

Dites-vous bien que les chimères politiques sont appelées un jour ou l’autre à se fracasser sur la réalité.

Il ne faut jamais désespérer de la France parce qu’il ne faut jamais désespérer, je le sais, des Français. 

La France se réveillera et elle se redressera.

C’est animé par cette conviction qui est aussi la vôtre que je veux a présent m’adresser, avec vous, aux responsables politiques de la droite et du centre.

Mon examen de conscience, je l’ai fait, et croyez-le je ne souhaite à personne d’avoir à le faire dans de telles circonstances. Aux hommes politiques de mon camp je dirai à présent ceci :  il vous revient maintenant de faire le vôtre. Laisserez-vous les passions du moment l’emporter sur les nécessités nationales ? Laisserez-vous  les intérêts de factions et de carrière et les arrière-pensées de tous ordres l’emporter sur la grandeur et la cohérence d’un projet adopté par plus de quatre millions d’électeurs ? Vous laisserez-vous dicter par l’écume des choses ce choix décisif qu’une part de notre peuple a remis entre vos mains, le désir profond d’un renouveau, d’une fierté nationale enfin retrouvée ?

Je continuerai à dire a mes amis politiques que ce choix à la fois leur appartient et ne leur appartient pas. Parce que ce choix est le vôtre, celui de vos suffrages et à travers eux de vos espérances. Il sera, j’en suis sûr, celui de la France toute entière si nous nous ressaisissons tous ensemble dans un ultime effort.

Vive la République et vive la France.

François Fillon

C6LEZRIWUAAuSoh

 *********************************************************«Le Parquet national financier n’est pas compétent » par Maître Dupond-Moretti

 

 

71pDZ1HHqHL

Pour Maître Dupond-Moretti, le Parquet national financier n’est pas compétent. Il déplore également « un emballement médiatique » qui ressemble à une meute. — JT de 13h sur FRANCE 2.

Ouverture d’une information judiciaire par le parquet national financier  

Très logiquement, le parquet national financier est parvenu au constat que son enquête ne pouvait se poursuivre dans sa forme actuelle.

C’est uniquement afin d’interrompre la prescription en raison d’une loi qui vient d’être votée qu’une information judiciaire a été ouverte.

Le Parquet National Financier confirme, ce faisant, qu’il n’a pas pu démontrer la réalité des infractions poursuivies.

En effet, une citation directe devant le Tribunal aurait eu le même effet d’interruption de la prescription.

Alors que depuis le début, la présomption d’innocence a volé en éclat, nous ne doutons pas qu’à l’issue d’une procédure sereine, avec des juges indépendants, l’innocence de François et Pénélope FILLON sera enfin reconnue.

La procédure d’enquête préliminaire, non contradictoire et émaillée de fuites à charge préjudiciables à l’exercice serein de la justice, était inacceptable, surtout à quelques semaines de l’élection présidentielle.

***********************************************************************************************

VOIR AUSSI SUR DIACONESCO.TV 

 

 

 

 

 

Posté par DIACONESCO_TV à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

LE NOUVEL ORDRE MEDIATIQUE MONDIAL

Le nouvel Ordre Médiatique Mondial

 

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/03/1_-_1_1_-369-63428-1728x800_c.jpg

Le nouvel Ordre Médiatique Mondial

En quelques mois, le contenu des médias nationaux et internationaux a profondément changé en Occident. Nous assistons à la naissance d’une Entente dont nous ne connaissons ni les véritables initiateurs, ni les objectifs réels, mais dont nous observons immédiatement les conséquences directes contre la démocratie.

L’Occident traverse une crise systémique sans précédent : de puissantes forces orientent progressivement la totalité des médias dans une unique direction. Simultanément, le contenu des médias se transforme : l’année dernière encore, ils étaient logiques et tendaient à l’objectivité. Ils s’apportaient une contradiction mutuelle dans une saine émulation. Désormais, ils agissent en bandes, fondent leur cohérence sur des émotions et deviennent méchants face aux individus qu’ils dénoncent.

L’idée d’une Entente des médias est le prolongement de l’expérience de l’International Consortium for Investigative Journalism (ICIJ) (« Consortium international pour le journalisme d’investigation »), lequel ne rassemble pas de médias, mais uniquement des journalistes à titre individuel. Il s’est rendu célèbre en publiant des informations volées dans les comptabilités de deux cabinets d’avocat des îles Vierges britanniques, du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC), de la banque HSBC, et du cabinet panaméen Mossack Fonseca. Ces révélations ont été principalement utilisées pour discréditer des dirigeants chinois et russes, mais aussi parfois pour mettre en lumière de réels délits commis par des Occidentaux. Surtout, sous le louable prétexte de la lutte contre la corruption, le viol de la confidentialité des avocats et des banques a porté un très lourd préjudice à des milliers de leurs clients honnêtes sans aucune réaction des opinions publiques.

Depuis une quarantaine d’années, on assiste à un regroupement progressif de médias au sein de trusts internationaux. Actuellement, 14 groupes se partagent plus des deux tiers de la presse occidentale (21st Century Fox, Bertelsmann, CBS Corporation, Comcast, Hearst Corporation, Lagardère Group, News Corp, Organizações Globo, Sony, Televisa, The Walt Disney Company, Time Warner, Viacom, Vivendi). Désormais, l’alliance opérée par Google Media Lab et First Draft tisse des liens entre ces groupes qui détenaient déjà une position dominante. La présence dans cette Entente des trois principales agences de presse de la planète (Associated Press, Agence France-Presse, Reuters) lui assure une force de frappe hégémonique. Il s’agit sans aucun doute d’une « entente illicite », non pas établie dans un objectif de fixation de prix, mais de fixation des esprits, d’imposition d’une pensée déjà dominante.

On peut observer que tous les membres —sans exception— de l’Entente de Google ont déjà, au cours des six dernières années, donné une vision univoque des événements survenus au Moyen-Orient élargi. Il n’y avait pourtant pas d’accord préalable entre eux, ou on ne le connaissait pas. Il est intriguant que soient présentes dans cette Entente cinq des six télévisions internationales qui ont participé à la cellule de propagande de l’Otan (Al-Jazeera, BBC, CNN, France24, Sky, mais apparemment pas Al-Arabiya).

Aux États-Unis, en France et en Allemagne, Google et First Draft (« premier brouillon ») ont réuni des médias présents à la fois localement dans ces pays et d’autres présents à l’échelle internationale pour vérifier la véracité de certains arguments. Outre que l’on ignore qui se cache derrière First Draft et quels intérêts politiques ont poussé une société commerciale spécialisée dans l’informatique à financer cette initiative, son résultat n’a pas grand chose à voir avec le retour à l’objectivité.

D’abord parce que les imputations vérifiées ne sont pas choisies pour la place qu’elles tiennent dans le débat public, mais parce qu’elles ont été citées par les individus que cette Entente de médias entend dénoncer. On peut croire que ces vérifications permettront de se rapprocher de la vérité, mais pas du tout : elles confortent le citoyen dans l’impression que ces médias sont honnêtes tandis que les personnes qu’elles dénoncent ne le sont pas. Cette démarche ne vise pas à mieux comprendre le monde, mais à mettre à terre les gens à abattre.

Ensuite parce qu’une règle non écrite de cette Entente de médias veut que l’on ne vérifie les imputations que des sources extérieures à l’Entente. Les membres s’interdisent de faire preuve d’esprit critique entre eux. Il s’agit de renforcer l’idée que le monde se divise en deux : « nous » qui disons la vérité, « les autres » qui sont des menteurs. Cette démarche porte atteinte au principe du pluralisme, préalable de la démocratie, et ouvre la voie à une société totalitaire. Elle n’est pas nouvelle puisque nous l’avons vue à l’œuvre dans la couverture des printemps arabes et des guerres contre la Libye et la Syrie. Mais, pour la première fois, elle s’en prend à un courant de pensée occidental.

Enfin parce que les imputations qui auront été qualifiées de « fausses » ne seront jamais envisagées comme des erreurs, mais toujours comme des mensonges. Il s’agit a priori d’attribuer aux « autres » des intentions machiavéliques pour les discréditer. Cette démarche porte atteinte à la présomption d’innocence.

C’est pourquoi le fonctionnement de l’ICIJ et celui de l’Entente créée par Google et First Draft contreviennent à la Charte de Munich adoptée par l’Organisation internationale des journalistes (Titre II, articles 2, 4, 5 et 9).

Il n’est pas indifférent que des actions de justice aberrantes contre les mêmes cibles que l’Entente des médias se soient développées. Aux États-Unis, on a ressorti la loi Logan contre l’équipe Trump, alors que ce texte n’a jamais, absolument jamais, été appliqué depuis sa promulgation, il y a deux siècles. En France, on a ressorti la loi Jolibois contre les tweets politiques de Marine Le Pen, alors que la jurisprudence avait limité son application à la distribution sans blister de quelques magazines ultra-pornographiques. Le principe de la présomption d’innocence des gens à abattre ayant été éradiqué, il est possible de les mettre en examen sous n’importe quel prétexte juridique. Au demeurant, les actions intentées contre l’équipe Trump et Marine Le Pen au nom des lois sus-citées devraient l’être contre de très nombreuses autres personnes, mais ne le sont pas.

Par ailleurs, les citoyens ne réagissent plus lorsque l’Entente des médias diffuse elle-même de fausses imputations. Ainsi, aux États-Unis a-t-elle imaginé que les services secrets russes avaient un dossier compromettant sur Donald Trump et le faisaient chanter. Ou, en France, cette Entente a-t-elle inventé que l’on peut employer fictivement une assistante parlementaire et en accuser François Fillon.

Aux États-Unis, les grands et petits médias membres de cette Entente s’en sont pris au président. Ils tirent leurs propres informations des écoutes téléphoniques de l’équipe Trump abusivement ordonnées par l’administration Obama. Ils sont coordonnés avec des magistrats qui les utilisent pour bloquer l’action gouvernementale actuelle. Il s’agit sans aucun doute d’un système mafieux.

Les mêmes médias états-uniens et français s’en prennent à deux candidats à l’élection présidentielle française : François Fillon et Marine Le Pen. Au problème général de l’Entente des médias s’ajoute l’impression erronée que ces cibles sont victimes d’une cabale franco-française, alors que le donneur d’ordre est états-unien. Les Français constatent que leurs médias sont truqués, interprètent à tort cette campagne comme dirigée contre la droite, et cherchent encore à tort les manipulateurs dans leur pays.

En Allemagne, l’Entente n’est pas encore effective et ne devrait l’être que lors des élections législatives.

Lors du Watergate, des médias ont revendiqué former un « Quatrième pouvoir », après l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire. Ils ont affirmé que la presse exerçait une fonction de contrôle du gouvernement au nom du Peuple. Passons sur le fait que ce qui était reproché au président Nixon était comparable à ce qu’à fait le président Obama : placer son opposition sur écoutes. On le sait aujourd’hui, la source du Watergate, « Gorge profonde », loin d’être un « lanceur d’alerte » était en réalité le directeur du FBI, Mark Felt. Le traitement de cette affaire était une bataille entre une partie de l’administration et la Maison-Blanche dans laquelle les électeurs ont été manipulés par les deux camps à la fois.

L’idée de « Quatrième pouvoir » suppose que l’on reconnaisse la même légitimité aux 14 trusts qui détiennent la grande majorité des médias occidentaux qu’aux citoyens. C’est affirmer la substitution d’une oligarchie à la démocratie.

Reste un point à éclaircir : comment les cibles de l’Entente sont elles choisies ? Le seul lien évident entre Donald Trump, François Fillon et Marine Le Pen est qu’ils souhaitent rétablir des contacts avec la Russie et lutter avec elle contre la matrice du jihadisme : les Frères musulmans. Bien que François Fillon ait été Premier ministre d’un gouvernement impliqué dans ces événements, tous trois incarnent le courant de pensée qui conteste la vision dominante des printemps arabes et des guerres contre la Libye et contre la Syrie.

Thierry Meyssan

646194e4e9a2aece98a4121a9254fbb3-profil-d01f3-26757544144331056010512CsyBbqCWAAAUvwn

 

Posté par DIACONESCO_TV à 08:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mars 2017

LES MEDIAS AUX ORDRES DU MONDIALISME SONT SILENCIEUX SUR LA POPULARITE DU ¨RESIDENT DES ETATS-UNIS DONALD J. TRUMP !

PUBLIÉ PAR MAGALI MARC LE 5 MARS 2017

La team 100 jours (Magali Marc depuis le Canada, Annika depuis la Floride, Jean Patrick Grumberg depuis Los Angeles et Tel-Aviv) couvre les 100 premiers jours de Donald Trump parce que les médias refusent de le faire honnêtement

Contrairement à ce qu’affirment les médias gauchistes, Trump est très populaire aux États-Unis.

CNN, le Chicago Tribune et le Washington Post, entre autres, ont fait des gorges chaudes la semaine dernière avec sa supposée chute dans les sondages jusqu’à ce qu’un sondage Gallup publié le 2 mars prouve exactement le contraire.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit ce texte de Ben Shapiro
paru le 3 mars dans le New York Post.

« Les sondages montrent que Trump est encore gagnant »

La cote d’approbation du président Trump n’a rien d’extraordinaire.

En fait, elle est extraordinairement basse par rapport aux normes historiques.

  • Selon le dernier sondage de NBC News/Wall Street Journal, elle est à 44 %.
  • Sa base de soutien est très polarisée, avec l’appui de 85 pour cent des républicains et seulement de 9 pour cent des démocrates.

Si ces taux baissent constamment dans les deux prochaines années — et étant donné le niveau de polarisation, ils le pourraient certainement — les républicains seraient sérieusement en danger de perdre leur majorité à la Chambre (des Représentants), étant donné que les faibles taux d’approbation présidentielle sont en corrélation avec les élections à la Chambre.

Par contre, la base de soutien de Trump pourrait demeurer stable.

Voici pourquoi.

  • Selon ce même sondage, environ 57 pour cent des électeurs disent que Trump se comporte à peu près aussi bien qu’ils l’escomptaient.
  • Pendant ce temps, sa cote d’approbation dépasse de loin celle du Congrès, dont le taux est à 29 pour cent.

Il s’agit d’une statistique non partisane.

  • 31 pour cent approuvent les démocrates au Congrès, tandis que 32 pour cent approuvent les républicains au Congrès.
  • La figure la plus impopulaire de la politique américaine reste la leader de la minorité de la Chambre, Nancy Pelosi, une démocrate de Californie, avec 19 pour cent qui la voient positivement contre 44 pour cent qui la perçoivent négativement.
  • Les cotes négatives du Parti démocrate sont le double de celles du Parti républicain.
  • Ce sentiment relativement positif envers les républicains signifie que 60 pour cent des répondants sont optimistes quant à l’avenir du pays, et 40 pour cent sont pessimistes. Et cela avec un échantillon qui compte seulement 37 pour cent des répondants ayant voté pour Trump lors de l’élection présidentielle.

⇒ Rien de tout cela ne dit que tous les Américains sont heureux avec Trump.

  • 52 pour cent disent que le style chaotique de Trump est « unique à cette administration et (indique) des problèmes réels. »

Il reste que le peuple américain est largement d’accord avec l’ordre du jour de Trump.

  • 86 pour cent affirment qu’« un petit groupe de personnes dans la capitale de notre pays profite des places au gouvernement tandis que la population en assume les coûts ».
  • 53 pour cent affirment que « les médias d’information et les autres élites exagèrent les problèmes de l’Administration Trump ».
  • Alors que 37 pour cent des répondants disent qu’ils veulent que les démocrates au Congrès déterminent l’ordre du jour, seulement 19 pour cent affirment que ce sont les républicains au Congrès qui devraient le faire, et 37 pour cent disent que c’est Trump qui devrait le faire.
  • 57 pour cent des Américains disent que Trump est susceptible d’apporter des changements — et
  • 63 pour cent de ces gens estiment qu’il apportera de bons changements.
  • 41 pour cent des Américains disent que l’économie va s’améliorer, et
  • 73 pour cent d’entre eux attribuent ce succès potentiel à Trump.
  • Seulement 4 pour cent des Américains estiment que l’Obamacare fonctionne bien dans son état actuel.

Et voici la meilleure statistique de tous pour Trump personnellement :

  • 38 pour cent des Américains disent qu’ils l’aiment personnellement, indépendamment du fait qu’ils apprécient ou non ses politiques.

Tout cela suggère que les Américains souhaitent donner une chance à Trump et qu’ils sont fatigués des médias qui ne le font pas. Ils pensent que Trump va apporter du changement, et ils veulent lui donner l’occasion de réaliser ce changement.

Les démocrates et les membres des médias qui continuent de dire que Trump n’est pas digne de confiance à la barre du gouvernement devraient appliquer la stratégie suivante : lui laisser toute la marge de manœuvre qu’il souhaite, puis le regarder poursuivre les politiques qu’ils croient impopulaires.

En agissant comme des obstacles pour Trump, les médias et la gauche, en réalité le servent : ils lui permettent de leur donner le mauvais rôle et de les dénoncer comme des empêcheurs de tourner en rond qui ne veulent rien changer.

Trump est à la barre. Le peuple américain est prêt à le regarder faire.

Il est temps pour lui de s’imposer et d’amener le changement qu’il souhaite depuis si longtemps.

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pourDreuz.info.

C2Vacv1UsAAx9Pz

 

***********************************************************

Donald Trump : Les 100 premiers jours – mise à jour quotidienne

 

 

SOURCE : PUBLIÉ PAR TEAM 100 JOURS LE 4 MARS 2017

Les médias continuent de ne rien comprendre à Donald Trump et au monde.

  • Ils ont dit que sa candidature n’était pas sérieuse lorsqu’il l’a annoncée le 16 juin 2015, ils se sont trompés.
  • Ils l’ont donné perdant à la primaire présidentielle, ils se sont trompés.
  • Ils l’ont donné perdant contre Hillary, ils se sont trompés.
  • Ils l’ont dit incapable de former un cabinet, et son gouvernement est composé d’hommes et de femmes remarquables.
  • Ils ont dit qu’il ne tiendrait pas ses promesses. Trump a montré le contraire.
  • Ils disent que ses promesses sont impossibles à mettre en pratique, et qu’elles n’auront aucun effet, Trump met en pratique ses promesses, et les premiers effets sont déjà là.

Les journalistes penchent tellement à gauche qu’ils se sont éloignés du monde et ne le comprennent plus, et ils n’arrivent pas à s’ajuster à la présidence de Donald Trump.

Ils ont décidé de ne pas rapporter honnêtement les décisions, les actions et les résultats obtenus par le président, ou de les passer sous silence, alors que les gens veulent savoir ce que ce président atypique, l’homme le plus puissant du monde, décide et fait.

C’est pour eux que Dreuz a mis sur pied une team 100 jours (Magali Marc depuis le Canada, Annika depuis la Floride, Jean Patrick Grumberg depuis Los Angeles et Tel-Aviv) qui va couvrir les 100 premiers jours de Donald Trump.

Vendredi 3 mars

  • Le Président Trump a très symboliquement réservé sa première visite d’une école à laSt Andrew Catholic School d’Orlando en Floride.
    • C’est en partie pour trancher avec la tradition progressiste de gauche qui depuis 30 ans tente de détruire le christianisme.
    • Mais c’est surtout parce que l’administration Trump a financé – c’est une première – la possibilité pour les élèves et étudiants de familles modestes et défavorisées de choisir entre une école publique et une école privée, dont les résultats scolaires sont bien supérieurs à ceux du public, gangréné par les syndicats.
    • Trump a ainsi respecté une autre de ses promesses de campagne : offrir aux afro-américains et pas seulement aux classes moyennes, le choix de leur établissement scolaire, afin de sortir les quartiers défavorisés du cycle vicieux des gangs, qui crée des familles de mineures monoparentales peu outillées pour élever des enfants et alimentent le marché de la drogue, qui encourage l’échec éducatif, qui grossit les rangs de chômeurs, et assure la relève des gangs, et ainsi de suite…
    • A St Andrew, près de 300 élèves bénéficient d’un programme de bourses de l’Etat de Floride similaire au programme fédéral décidé par le président Trump.

A cette occasion, le Président a répété qu’il va réformer le système éducatif « afin d’offrir un meilleur avenir à nos enfants ».

We must fix our education system for our kids to Make America Great Again. Wonderful day at Saint Andrew in Orlando.

  • Puis Donald Trump s’est rendu à Palm Beach pour assister au dîner du Parti Républicain.
  • En réponse à la vicieuse campagne média fabriquée de toutes pièces contre le Secrétaire à la Justice Jeff Sessions, qui suite à un quiproquo, n’a pas indiqué lors de l’enquête du Sénat avoir rencontré un ambassadeur russe lors d’une soirée mondaine (d’ailleurs organisée par Obama), le président Trump a publié les photos du Sénateur Chuck Schumer en présence de Poutine et réclamé une enquête sur ses liens avec la Russie, puis une photo de Nancy Pelosi, réclamant une autre enquête car elle a menti en disant qu’elle ne connait pas l’ambassadeur russe, photo où on la voit attablée en sa présence.

    I hereby demand a second investigation, after Schumer, of Pelosi for her close ties to Russia, and lying about it.http://www.politico.com/story/2017/03/nancy-pelosi-sergey-kislyak-meeting-235653 

    Photo published for Photo contradicts Pelosi's statement about not meeting Kislyak

    Photo contradicts Pelosi's statement about not meeting Kislyak

    The Democratic House leader sat with the Russian ambassador and other officials in 2010.

    politico.com

     

    We should start an immediate investigation into @SenSchumerand his ties to Russia and Putin. A total hypocrite!

  • Lors de son discours hebdomadaire à la Nation, le président Trump a expliqué que l’« investissement militaire » qu’il a décidé « signifie un investissement dans la paix – parce que le meilleur moyen d’éviter une guerre, comme George Washington l’a dit, est de s’y préparer. Et le plus important, c’est qu’un investissement dans l’armée est un investissement dans les incroyables hommes et femmes qui en uniforme servent notre pays. Ils sont la plus grande force de paix et de justice que le monde a jamais connu – et nous allons les soutenir à tous moments dans toutes les étapes.

Jeudi 2 mars

  • Le Président Trump est monté sur le navire de guerre USS Gerald Ford, et a fait un discours sur le futur de l’armée américaine et son engagement de dépenses pour le secteur militaire.De nombreux médias enthousiastes ont salué le superbe discours du Président devant les deux chambres du Congrès et les deux partis politiques comme un des plus beaux discours jamais prononcé par un président. (Liste des médias)
    • L’Etat major lui a offert un blouson et une casquette de l’armée, et Trump a insisté pour les porter durant son discours – les militaires étaient aux anges !« Ils viennent de m’offrir ce beau blouson. Ils m’ont dit, voici Mr. le Président, emportez-le chez vous c’est un cadeau. J’ai répondu : laissez-moi le porter. Et ils m’ont donné cette superbe casquette, et j’ai dit, vous savez, peut-être que je vais la porter aussi[…]C’est un honneur pour moi de me trouver devant vous aujourd’hui, les extraordinaires hommes et femmes de la marine américaine. Les marins de l’armée américaine sont les meilleurs combattants maritimes au monde, et de très très loin. »
  • Trump s’est félicité de la bonne santé de la bourse, du jamais vu en 8 ans de présidence Obama.

Since November 8th, Election Day, the Stock Market has posted $3.2 trillion in GAINS and consumer confidence is at a 15 year high. Jobs!

  • La première dame Melania Trump, très à l’aise dans ses nouvelles fonctions officielles, a célébré la journée de la Croix Rouge.
  • Le Secrétaire d’Etat à la Justice Jeff Sessions, qui a croisé un ambassadeur russe avant la victoire de Trump et ne l’a pas mentionné lors de son audition au Sénat, s’est récusé concernant toute enquête du Congrès concernant l’intervention supposée de la Russie dans l’élection. L’hypocrisie est à son maximum dans le camp démocrate qui n’a pas exigé de Loretta Lynch, sa prédécessrice, qu’elle se récuse lorsqu’elle a secrètement rencontré Bill Clinton alors que sa femme était sous enquête de son Ministère, ni Eric Holder, le prédécesseur de Lynch, pour avoir menti lors de l’enquête du Congrès en disant qu’il n’était pas impliqué dans la mise sur écoutes de journalistes, puis a fini par avouer qu’il en avait donné l’ordre.

Mercredi 1er mars (41e jour)

  • Trump a eu un déjeuner avec les leaders républicains du Congrès.
    • Les participants étaient le vice-président, le leader du parti républicain au Sénat Mitch McConnell, le président du groupe républicain à la chambre des représentant Paul Ryan, le sénateur Cornyn, le leader républicain Kevin McCarthy, le sénateur Gardiner et le sénateur Perdue.
  • Le Sénat a confirmé Ryan Zinke au poste de Secrétaire d’Etat à l’Intérieur.En soirée, Trump a dîné avec le secrétaire D’État Rex Tillerson.
    • L’ancien «Seal» devra jouer un rôle dans le Cabinet qui exigera de lui d’équilibrer l’objectif du président Donald Trump, de stimuler la production de combustibles fossiles tout en protégeant de vastes terres fédérales dans l’Ouest.
    • Ce natif du Montana dirigera une agence qui gère un cinquième des terres de la Nation et se compose de neuf immenses départements, chacun avec sa propre culture et ses mandats pour superviser les parcs nationaux, les refuges fauniques, les grands barrages hydroélectriques, des zones propices au forage pétrolier et d’autres activités énergétiques.
  • Fait rare, ce mercredi 1er mars, le Président Trump n’a écrit qu’un seul tweet. Le voici :

Mardi 28 février

  • Le Président Trump a rencontré l’association nationale des procureurs généraux.
  • Le Président a demandé à ce que la loi Obama réduisant les terres utilisables en raison de restrictions environnementales draconiennes et liberticides soit passée en revue.
  • Trump a demandé à transférer les bureaux de l’HBCU (université historiquement noires) du département de l’Education à la Maison-Blanche.
  • Trump a signé deux résolutions.Le président a signé un autre décret pour annuler certains contrôles avant d’autoriser la vente d’armes.
    • Une pour encourager la présence des femmes à la NASA
    • une autre pour promouvoir l’entreprenariat féminin.
  • Le Président Trump a fait un important discours devant les membres du Congrès, qui a été 53 fois acclamé, et a été jugé positif par 78% des Américains. Attaquant les supporteurs d’un monde sans frontières, immigrationniste et hostile aux nationalistes, Donald Trump a déclaré :

« mon travail, ce n’est pas de représenter le monde, mais de représenter les Etats-Unis d’Amérique. »

  • Selon plusieurs responsables de la Maison-Blanche, et comme tous les présidents le firent avant lui, président Trump a passé la journée à réviser, retravailler et répéter son discours, avant de s’adresser à une session conjointe du Congrès. L’attention qu’il porta aux détails de son speech était quelque peu inhabituelle pour un président qui semble souvent improviser.
  • Voici les points clés d’un discours qui vise à traduire ses promesses de campagne, en agenda pour le gouvernement.
    • Le président Trump entama son discours en faisant cas de la communauté afro-américaine «Aujourd’hui marque la fin du mois de commémoration de l’histoire des noirs américains. On se souvient du passé de notre nation, des droits civiques, et du travail qu’il nous reste à faire. » Puis il déclara «les récentes menaces ciblant la communauté juive, et la fusillade la semaine dernière à Kansas City nous rappellent que même si nous sommes une nation divisée en matière de politique, nous sommes un pays uni pour condamner la haine et le mal sous toutes ses tristes formes. »
    • «Je suis ici ce soir pour livrer un message d’unité et de force, et je vous parle à cœur ouvert. » Un élan unificateur devant un congrès très divisé. 
    • Revitalisation nationale – Trump donna une de ses évaluations les plus détaillées du «séisme» politique qui l’a propulsé à la Maison-Blanche, et peint sa victoire électorale comme une «rébellion» populiste et un «tremblement de terre». Il promit de recomposer les forces armées, de mettre fin à l’épidémie d’opiacés en Amérique, de relancer ses villes déshéritées et de ramener à la vie les «industries mourantes».
    • Les valeurs boursières montent en flèche -Trump a fait remarquer que les marchés ont répondu à la promesse de sa présidence, avec la flambée des cours des actions. Il en profita pour saluer l’interdiction d’embaucher du personnel supplémentaire au gouvernement fédéral. Puis, il nota qu’il avait ouvert la voie pour la construction des pipelines de pétrole bloqués par son prédécesseur, ce qu’il considère comme une première victoire pour faire avancer la déréglementation de l’industrie.
    • Un grand mur -Trump a promis que la construction d’un «grand mur à travers notre frontière méridionale» commencerait bientôt – comme étant la manifestation physique d’une loi cohérente sur l’immigration. Il a déclaré que ses mesures visant à freiner la migration provenant de certains pays musulmans empêcheraient une « tête de pont du terrorisme » de se former en Amérique. Quant à l’approbation des nouveaux immigrants, il privilégie un nouveau système fondé sur le mérite.
    • Protection du commerce – Le président a promis une réduction historique sur l’impôt des sociétés, ceci dans le but de stimuler les exportations américaines. Il en profita pour saluer la politique de protection de son prédécesseur, le président Abraham Lincoln.
    • Les nouvelles négociations commerciales, les pressions exercées sur les entreprises pour qu’elles ne fassent pas l’objet d’une externalisation de la main-d’œuvre et des réductions d’impôts vont «ramener des millions d’emplois», a-t-il promis.
    • Package de mille milliards -Trump exhorta le Congrès à soutenir un plan d’infrastructure qui coûterait mille milliards de dollars, et d’adopter un de ses objectifs primordiaux «Buy American and Hire American» (acheter américain, embauchez un américain).
    • Il a prié les législateurs de soutenir ses efforts pour abroger la loi sur l’assurance santé subventionnée [mise en place par Obama], et de la remplacer par un programme qui réduirait le coût des assurances privées.
    • Cycle de violence -Trump conseille vivement de soutenir la police et les victimes de crimes violents, deux groupes qui avaient été négligés sous les présidences précédentes. Il pointa du doigt les migrants qu’il considère comme une source de violence, en présentant les épouses de deux officiers qui ont été assassinés par un immigré clandestin.
    • Reconstruire l’armée – Les États-Unis dépensent déjà autant en matière de défense que l’ensemble des 14 pays les plus puissants, néanmoins Trump promis la plus grande augmentation dans l’histoire américaine.
    • Il s’engage à soutenir l’alliance de l’OTAN, mais renouvelle ses avertissements que les Etats membres européens se doivent de payer leur part.
    • Il reçut de nombreux applaudissements d’une audience de cet évènement. Tantôt la salle entière lui accorda une standing ovation, tantôt il ne fut applaudi que par les nombreux républicains (sur l’aile droite) dans la salle.

Lundi 27 février (39e jour)

  • Trump a rencontré l’Association Nationale des Gouverneurs.

Il a décrit son projet de hausse des dépenses pour la Défense dans le cadre de son plan budgétaire à venir.

Le président Trump a l’intention de demander une augmentation de 54 milliards de dollars pour la Défense, tout en poursuivant des réductions ailleurs dans le gouvernement fédéral, dans le cadre de son plan budgétaire à venir.

«Ce budget sera un budget de sécurité publique et de sécurité nationale ». Le plan inclura une « augmentation historique des dépenses en matière de défense afin de reconstruire l’armée appauvrie.»

  • Le président a réitéré qu’il veut mieux préparer les militaires afin de non seulement décourager la guerre mais aussi de gagner des guerres quand ils sont appelés à se battre. Il faut « gagner ou ne pas combattre du tout », a déclaré Trump.Le président Trump a tenu une audience avec les PDG des compagnies d’assurance maladie dans la salle Roosevelt
    • Le directeur du budget de la Maison Blanche, Mick Mulvaney, a confirmé plus tard, au cours de la conférence de presse quotidienne, qu’ils recherchaient un budget de défense de 603 milliards de dollars, «l’une des plus importantes augmentations de l’histoire».
    • Le bureau du budget de la Maison-Blanche a publié une déclaration confirmant qu’une soumission budgétaire provisoire sera publiée à la mi-mars. « Le président et son cabinet travaillent en collaboration pour créer un budget qui tient les promesses du président pour sécuriser le pays et restaurer la santé publique ..», a déclaré John Czwartacki, porte-parole du Bureau de la gestion et du budget. Czwartacki a déclaré que la soumission de mars ne porterait que sur les budgets de fonctionnement des agences financés par le Congrès et que les propositions sur la réforme fiscale et les programmes dits obligatoires – les bons d’alimentation, les prêts étudiants, les programmes de santé et les subventions agricoles – seront publiés plus tard. Le communiqué de mars devrait également inclure une infusion immédiate de liquidités pour le Pentagone qui devrait enregistrer environ 20 milliards de dollars ou plus et de contenir la première vague de financement pour le mur de la frontière promis par Trump et d’autres initiatives comme l’embauche d’agents d’immigration. En augmentant la défense et en laissant l’assurance-maladie et la sécurité sociale intacte, le plan budgétaire final de Trump est sûr de projeter des déficits importants. Durant la campagne, Trump avait promis d’importantes réductions d’impôts, mais les principaux dirigeants du GOP comme le Président de la Chambre, Paul Ryan, ne veulent pas que la réforme fiscale de cette année augmente le déficit budgétaire.

Lors de la réunion, Trump a promis de travailler avec les assureurs pour « sauver les Américains » de la Loi sur les soins abordables, qu’il a promis de démanteler et de remplacer. Il souhaite assurer une transition en douceur vers une alternative. Il notamment déclaré : que ce ne serait pas «… juste de laisser Obamacare s’effondrer. Ce ne serait pas juste pour les gens. »

  • Donald Trump a rencontré 64 présidents des collèges et universités pour les Noirs.En soirée, le Sénat a confirmé la nomination du milliardaire Wilbur Ross en tant que secrétaire du Commerce.
    • Trump s’était engagé à améliorer la vie des Noirs américains, en dépit du fait qu’ils aient voté massivement en faveur de son adversaire lors de l’élection présidentielle de 2016.
    • Il signera mardi une ordonnance visant à faire avancer le programme du gouvernement fédéral afin de promouvoir les collèges et universités historiquement noirs, connus sous le nom de HBCU.
    • L’ordonnance devrait permettre aux HBCU de « devenir des partenaires stratégiques afin de créer des emplois et de rendre les quartiers défavorisés plus sécuritaires ».
    • Lors de cette audience à la Maison Blanche avec des représentants de 64 des quelque 100 établissements de ce type aux États-Unis, le vice-président Mike Pence a souligné que l’administration Trump voulait travailler avec eux.«Vous méritez beaucoup plus de reconnaissance pour vos efforts, et sachez qu’à compter d’aujourd’hui, cette administration est déterminée à faire en sorte que nos collèges et universités historiquement noirs reçoivent le crédit et l’attention qu’ils méritent»,a-t-il ajouté.
    • Bien que les Afro-Américains appuient massivement les démocrates dans les sondages, de nombreux experts de l’éducation reconnaissent que les leaders républicains ont fait d’avantage pour aider à améliorer les HBCU.
    • Certains administrateurs de collèges noirs disent qu’ils ont été déçus par le président Barack Obama car il n’a pas fait des écoles une priorité et, dans certains cas, il a nui à leur santé financière et contribué à une baisse des inscriptions à cause de changements qu’il a apporté aux programmes de prêts.

Wilbur Ross, un homme d’affaires de 79 ans devrait jouer un rôle de premier plan dans la politique commerciale et économique de Trump tandis que ce dernier cherchera à renégocier l’ALENA avec le Canada et le Mexique et à réduire le déficit commercial de 500 milliards de dollars avec la Chine.

Dimanche 26 février

  • Le Président Trump et la première dame Melania Trump ont invité les gouverneurs au bal de la Maison-Blanche.

A cette occasion, le Président a déclaré :

« Je peux vous dire que ces quatre semaines, ça a été très fun – mais nous avons accompli presque tout ce que nous avons entamé. Les frontières sont mieux tenues. Le général Kelly a fait un travail fantastique avec l’armée. Et comme vous savez, nous avons un équipe extraordinaire. Il y a quelques gros problèmes dans le monde – vous savez cela très bien – mais nous sommes très heureux avec la façon dont les choses avancent. Et nous avons fait beaucoup de promesses ces deux dernières années, et nous avons tenu beaucoup de ces promesses. Nous nous sentons très honorés par ça. »

  • Bernie Sanders a apporté un soutien inattendu au président Trump :

“Même les démocrates admettent que l’Obamacare est simplement insoutenable. Il s’écroule sur lui-même.”

“Ce que je sais c’est que le Président peut promettre correspond exactement à ce qu’il a dit . . . Ce n’est pas seulement un programme pour annuler [Obamacare], et nous devons absolument l’annuler et le remplacer avec quelque chose de mieux. George, Même les démocrates admettent que l’Obamacare est simplement insoutenable. Il s’écroule sur lui-même. Il ne peut pas continuer sur cette voie, nous devons faire de gros changements.

[On savait] que ce n’est pas un président qui a été élu pour passer son temps avec les journalistes et les célébrités, c’est un président qui a fait campagne en parlant directement aux Américains, et c’est exactement ce qu’il va passer son temps à faire.

Je pense qu’il est très concentré sur la protection de nos frontières, la sécurité nationale, faire croître l’économie, et au lieu d’aller passer une soirée à faire ça [soirée des correspondants de presse de la Maison-Blanche], je pense qu’il va passer la nuit à se concentrer sur ce qu’il peut faire pour que l’Amérique soit meilleure.”

Samedi 25 février (37e jour)

  • Donald Trump a une fois de plus montré son talent en présentant ses félicitations au nouveau Secrétaire général du parti Démocrate dans un tweet qui va empêcher les hauts cadres du parti de dormir :

« Félicitations à Thomas Perez, qui vient tout juste d’être nommé à la présidence du DNC. Je ne pourrais pas être plus heureux pour lui, ou pour le parti Républicain ! »

Congratulations to Thomas Perez, who has just been named Chairman of the DNC. I could not be happier for him, or for the Republican Party!

  • Donald Trump a infligé un terrible camouflet aux médias en refusant d’assister – c’est une première – au dîner de l’Association des correspondants de presse de la Maison-Blanche. Trump ne se contente pas, contrairement aux premières impressions, de dénoncer les mensonges des médias, il est en train de minutieusement et efficacement détruire leur réputation de neutralité usurpée.

    I will not be attending the White House Correspondents' Association Dinner this year. Please wish everyone well and have a great evening!

  • Le Président s’est adressé à la nation sur Facebook, comme il le fait chaque semaine.Deux Tweets sur l’économie du Président Trump :
    • Il a salué les entrepreneurs afro-Américains, et tous ceux qui participent à transformer le cours de la nation. « Cette semaine, j’ai souhaité et j’ai eu le privilège de visiter le musée national d’histoire et de la culture afro-américaine à Washington. Il représente un vibrant exemple de l’extraordinaire contribution des afro-Américains à notre culture, à notre société et à notre histoire. Il raconte aussi la formidable lutte pour la liberté et l’égalité qui ont gagné contre le péché de l’esclavage et l’injustice de la discrimination. »
  • « Les médias n’ont pas rapporté que la dette, durant mon premier mois, a baissé de 12 milliards, comparé à une hausse de 200 milliards durant le premier mois de la présidence Obama. »

The media has not reported that the National Debt in my first month went down by $12 billion vs a $200 billion increase in Obama first mo.

  • « Beaucoup d’optimisme pour nos entreprises et nos emplois, avec la bourse qui atteint 11 jours de records d’affilés. Enormes réductions d’impôts et de réglementation à venir ! »

Great optimism for future of U.S. business, AND JOBS, with the DOW having an 11th straight record close. Big tax & regulation cuts coming!

Vendredi 24 février

  • Le président Trump a fait un discours remarqué lors de la Conférence conservatrice de CPAC, à National Harbor près de Washington.Il est monté en puissance contre les médias malhonnêtes, a qualifié CNN de Clinton News Network, et a déclaré qu’il est un grand défenseur du 1er amendement qui protège le droit de dire ce que l’on veut, en précisant « je suis un gros utilisateur ».
    • Trump a rappelé ses promesses de campagne et comment il entend les tenir.

« Il y a quelques jours, j’ai dis que les fake news sont “l’ennemi du peuple” — et c’est ce qu’ils sont. »

[…]

« Ce sont des gens très malhonnêtes. En fait, en rapportant mes paroles, les médias malhonnêtes n’ont pas dit que je considère les Fake News comme l’ennemi de la population. Ils ont supprimé le mot “fake.” Et soudain, l’histoire est devenue que je considère que les médias sont l’ennemi. Ils ont gommé le mot “fake”, et maintenant je me dis, ah ils ne valent pas grand chose. Mais c’est comme ça qu’ils sont. »

  • Trump a violemment détruit le concept « progressiste » de mondialisation :

La coopération mondiale, avoir des relations avec les autres nations, bien s’entendre avec les autres nations, c’est une bonne chose. C’est très important. Mais il n’existe pas d’hymne international, où de monnaie mondiale, ou de drapeau global. Je représente les Etats-Unis d’Amérique. Je ne représente pas la globalisation. Je représente votre pays.

  • Trump a signé un nouvel ordre exécutif pour demander à toutes les agences du gouvernement de mettre en place des groupes de travail destinés à éliminer les tracasseries administratives et l’excès de réglementation. Il a précisé :Le président a rencontré l’ex candidat à la primaire et gouverneur de l’Ohio John Kasich.
    • Les réglementations de la précédente administration ont coûté aux contribuables américains la somme de 873 milliards de dollars au total.
    • L’administration Obama a mis en place plus de 3000 réglementations.
  • Dans un tweet, Trump a dénoncé les fuites qui gangrènent le gouvernement.Avant sa rencontre avec le Président Pedro Pablo Kuczynski du Pérou, le Président Trump a déclaré, après avoir précisé que les Etats-Unis ont d’excellentes relations avec le Pérou :

« Nous avons un problème avec le Vénézuela. Ils se débrouillent très mal. Nous devons parler de nombreuses différentes choses. »

Jeudi 23 février

  • Donald Trump a participé à une réunion avec des fabricants américains.
  • Echange téléphonique avec le Premier ministre Justin Trudeau.
    • Trump a parlé de son intention de travailler en étroite collaboration avec le Canada sur les sujets frontaliers, y compris les décision de l’administration américaine de protéger l’Amérique des attentats terroristes préparés par des jihadistes étrangers et nationaux.
    • Les deux dirigeants ont noté leur intention de continuer à solidifier leur profond partenariat.
  • Le Président à écouté une session d’information sur le trafic d’êtres humains.Trump a encore dénoncé dans un tweet le carnage qui se produit à Chicago, ville gauchiste d’Obama.
    • « Mon administration va se concentrer sur les façons de mettre fin à cette horrible pratique du trafic d’êtres humains. Je suis prêt à mettre en place la force et le poids du gouvernement fédéral, et tout ce qui est faisable, afin de régler cet horrible problème. C’est de pire en pire, et ça se passe ici aux Etats-Unis et dans le reste du monde, mais ça existe aux Etats-Unis, ce qui est une chose terrible. »

  • Encore 7 personnes atteintes par balles et tuées hier à Chicago. Que se passe-t-il, c’est totalement hors contrôle. Chicago a besoin d’aide !

    Seven people shot and killed yesterday in Chicago. What is going on there - totally out of control. Chicago needs help!

  • Dans un autre tweet, Trump a évoqué la bonne santé de la bourse en raison de la nouvelle dynamique à l’emploi qu’il a entamée.

    'S&P 500 Edges Higher After Trump Renews Jobs Pledge'http://www.foxbusiness.com/markets/2017/02/23/s-p-500-edges-higher-after-trump-renews-jobs-pledge.html 

    Photo published for S&P 500 Edges Higher After Trump Renews Jobs Pledge

    S&P 500 Edges Higher After Trump Renews Jobs Pledge

    U.S. stocks edged higher on Thursday, buoyed by energy stocks and a renewed pledge by President Donald Trump to chief executives of major U.S. companies to bring back millions of jobs to the United...

    foxbusiness.com

Mercredi 22 février (34e jour)

  • Rencontre avec le Secrétaire d’État Rex Tillerson avant son départ pour le Mexique.Discussion du budget fédéral pendant le déjeuner, puis avec des membres de son équipe.
    • Rex Tillerson et John Kelly, Le Secrétaire à la Sécurité intérieure, seront à Mexico mercredi soir et jeudi afin de rencontrer des représentants du gouvernement mexicain, dont le président Enrique Peña Nieto.

Extraits du discours de Trump:

« Nous allons dépenser l’argent de façon très, très prudente. Notre devoir moral envers le contribuable nous oblige à réduire la taille du gouvernement et à le rendre plus responsable. Nous devons faire beaucoup plus avec moins. Et nous devons arrêter les paiements irréguliers et les abus, négocier de meilleurs prix, et chercher comment économiser le moindre dollar.

Nous avons déjà imposé le gel des embauches des employés gouvernementaux non essentiels, et une partie de notre engagement consiste à continuer de le faire pour les contribuables américains.

Nous avons nommé un Cabinet qui sait gérer judicieusement l’argent. (…) Nous allons gérer le gouvernement sans heurts, efficacement et au nom des contribuables les plus travailleurs – ce que les contribuables n’ont pas vu depuis longtemps. (…).

Je tiens à féliciter Steve Mnuchin, notre nouveau Secrétaire du Trésor. Il va être exceptionnel.

Donc nous allons continuer, et nous allons prendre ce budget, qui est … – en toute justice, je ne suis ici que depuis quatre semaines – donc je ne peux pas recevoir trop de blâme pour ce qui est arrivé. Mais il est absolument hors de contrôle, et nous allons faire des choses qui vont être énormes au fil des ans. Et nous devons prendre soin de nos militaires.

Le programme des soins de santé évolue très bien. Il est mis dans sa forme finale. (…)

Au cours du mois de mars, peut-être vers le début du mois de mars, nous soumettrons quelque chose et je pense que les gens seront très impressionnés.»

Mardi 21 février

  • Le Président Trump a visité le nouveau Musée national de l’histoire et de la culture afro-américaine à Washington D.C. 
    • Il s’est exprimé contre une vague récente de menaces antisémites, y compris des menaces à la bombe faites lundi contre onze centres communautaires. Des menaces similaires avaient été faites dernièrement envers des écoles juives, et jeudi dernier des vandales dans la banlieue de Saint-Louis au Missouri ont renversé des dizaines de pierres tombales dans un cimetière juif.

«Les menaces antisémites qui pèsent sur notre communauté juive et leurs centres communautaires sont horribles et moralement pénibles. C’est un très triste rappel du travail qu’il reste encore à faire pour éliminer la haine, les préjugés et le mal.»

  • Le Président a annoncé que le lieutenant-général McMaster sera son conseiller à la Sécurité nationale. Le général McMaster a servi dans l’armée pendant plus de trois décennies, y compris durant l’opération Liberté irakienne, l’opération Enduring Freedom, et l’opération Tempête du désert.
  • Durant un point presse, Sean Spicer, le porte-parole de la Maison-Blanche commenta la visite du vice-président Pence en Europe, et le fait que Trump s’engage à travailler en collaboration avec l’OTAN. Le président et Pence vont récapituler ce voyage lors d’un dîner.
  • Sean Spicer a évoqué les détails d’un nouveau décret présidentiel intitulé «Amélioration de la sécurité des frontières et de l’application de la loi.»Un sondage Harvard-Harris indique que 80% des électeurs estiment que les immigrants illégaux appréhendés pour des délits doivent être transférés aux autorités fédérales afin d’être déportés. Ce sondage démontre combien Trump a le soutien du public américain dans son effort pour sévir contre les villes sanctuaires, et combien les médias restent déconnectés de la réalité et ne comprennent plus l’environnement qu’ils sont chargés de commenter.
    • Il a détaillé les mesures que le Département de la Sécurité nationale va prendre pour sécuriser la frontière mexicaine, prévenir l’immigration clandestine et rapatrier les immigrants clandestins rapidement et humainement dans leurs pays d’origine. Ceci comprend l’identification immédiate de toutes les sources de financement disponibles pour la planification, la conception, la construction et l’entretien d’un mur le long de notre frontière méridionale et l’embauche de personnel supplémentaire, dont 5 000 agents frontaliers supplémentaires.
  • On apprend que lorsque le président Trump avait fait une remarque sur la montée de la criminalité en Suède, il l’avait fait après avoir visionné un documentaire d’Ami Horowitz la veille.Horowitz : La Suède est aujourd’hui la capitale du viol au vu de l’immigration musulmane

Lundi 20 février (32e jour)

  • Trump rencontre des généraux à sa résidence de Mar-a-Lago en Floride.
  • Trump nomme le Lieutenant-Général HR McMaster au poste de conseiller à la sécurité nationale en remplacement de Michael Flynn qui a démissionné la semaine passée, après avoir passé le long weekend à interviewer des candidats potentiels.Dans un tweet, Trump est revenu sur la question des réfugiés en Suède :
    • Herbert Raymond McMaster est un général en exercice, âgé de 54 ans, vétéran d’Irak et d’Afghanistan. Il est un spécialiste de la contre-insurrection, notamment en Irak où il a servi pendant la guerre de 1991 et deux fois après l’invasion américaine de 2003, de 2004 à 2006, puis de 2007 à 2008. Il a également servi en Afghanistan.
    • David Petraeus et même John McCain (qui ne cache pas son mépris pour Trump) ont salué cette nomination.
    • Le Conseil de sécurité nationale (NSC) est chargé de conseiller le président en matière de sécurité et de politique étrangère.
    • Certains pensent que McMaster sera un allié naturel du Secrétaire à la Défense Jim Mattis et que les deux travailleront en harmonie.
    • Tout comme James Mattis, McMaster est connu des alliés traditionnels des États-Unis. Il est une figure rassurante pour l’establishment de sécurité américain.

« N’en jetez plus! – Les médias FAKE NEWS veulent faire croire aux Américains que l’immigration à grande échelle en Suède se déroule à merveille!»

Give the public a break - The FAKE NEWS media is trying to say that large scale immigration in Sweden is working out just beautifully. NOT!

  • Les dirigeants du Parti démocrate tentent de mettre un frein aux discours des militants de la base à propos de la destitution («impeachment») de Donald Trump.
    • Les militants exigent des enquêtes approfondies sur les liens que Trump entretiendrait avec la Russie. Mais les élus du parti démocrate à Washington (dont Nancy Pelosi), évoluant dans un Congrès dominé par les Républicains, se sont rendu compte qu’ils se sont piégés eux-mêmes en excitant leur base militante contre Trump. En fait le zèle des militants pourrait se retourner contre eux de manière spectaculaire.
    • Le refus de reconnaître que Trump est bel et bien le président légitimement élu, s’il aboutissait à une destitution, ne donnerait pas le pouvoir aux Démocrates, mais à Mike Pence, le Vice-président, considéré comme beaucoup plus conservateur que Trump.
    • De plus, les dirigeants démocrates craignent que la mobilisation des militants pro-destitution ait pour effet de solidifier le soutien républicain au président sous forme de collectes de fonds et d’augmentation de munitions politiques tandis que les chances de réussite de cette procédure paraissent lointaines.
    • Déjà, Jeff Cohen, l’un des instigateurs de la pétition pour destituer Trump parrainée par RootsAction, se contente de voir la pétition pour l’impeachment comme « … un outil de mobilisation en vue des élections de 2018». « Nous espérons que le Parti démocrate gagnera des sièges, en particulier des candidats de la tendance Sanders».

Dimanche 19 février (31e jour)

  • Donald Trump a eu des réunions avec les candidats potentiels au poste de Conseiller à la sécurité intérieure :
    • Le conseiller par intérim, général Keith Kellogg,
    • L’ex ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’ONU John Bolton,
    • Le lieutenant général des armées H.R. McMaster, et
    • Le superintendant de l’Académie militaire de West Point, le général Robert Caslen.

Samedi 18 février

  • Trump a tenu un grand meeting à Melbourne en Floride, un mois après son arrivée au pouvoir, pour rappeler aux Américains son plan d’action pour les mois à venir, faire un bilan de la situation qu’il a trouvée en arrivant à la Maison-Blanche, et dénoncer le filtre constant des Fake News, des médias malhonnêtes qui font partie intégrante de la corruption et du problème que rencontrent les Etats-Unis.Trump a encore dénoncé les Fake News des médias dans un tweet affirmant que la Maison-Blanche est en chaos et déclaré :« Ne croyez pas les Fake News des médias traditionnels. La Maison-Blanche se porte très bien. J’ai hérité d’une pagaille terrible et je suis en train de remettre ça en ordre. »
    • « Quand les médias mentent aux gens, je ne les laisserai jamais, absolument jamais s’en tirer ainsi avec leurs mensonges. Je ferais toujours le nécessaire pour dénoncer leurs mensonges, et ils n’échapperont pas à leurs responsabilités.

  • Don't believe the main stream (fake news) media.The White House is running VERY WELL. I inherited a MESS and am in the process of fixing it.

     

Vendredi 17 février

  • Le Président Trump s’est entretenu au téléphone avec le président tunisien Beji Caïd Essebsi. La transcription de l’échange est disponible ici.

  • Trump s’est entretenu au téléphone avec le président argentin Mauricio Macri. La transcription de l’échange est disponible ici.

  • Trump attaque les médias dans un tweet :

    « les médias de Fake News ne sont pas mon ennemi, mais l’ennemi du peuple américain ».

The FAKE NEWS media (failing @nytimes@NBCNews@ABC,@CBS@CNN) is not my enemy, it is the enemy of the American People!

 

  • Trump s’est rendu à Charleston, en Caroline du sud, pour rencontrer Boeing et parler emploi.
  • Dans son discours hebdomadaire à l’Amérique, Trump a déclaré :

    « Nous avons pris des mesures importantes durant les premières semaines de mon administration afin de supprimer le gâchis provoqué par des réglementations inutiles, et permettre aux gens de retrouver du travail. J’ai longtemps dit que c’est une chose que je ferais.
    Cette semaine, j’ai signé deux lois pour supprimer des entraves à l’économique, et j’ai continué à tenir mes promesses vis à vis du peuple américain, et fait bien plus encore.
    J’ai signé la résolution 38 passée par la Chambre des représentants qui élimine les réglementations contre l’industrie du charbon imposées par des bureaucrates illégitimes car non-élus. »

  • Le taux de confiance dans le programme de Trump continue de progresser. Une majorité d’Américains approuvent Trump.

Jeudi 16 février

(une panne de sauvegarde a détruit cette journée, nous la republions)

  • Trump a participé à une Session du Congrès.
  • Conférence de presse historique de Donald Trump où il a littéralement éviscéré les médias pour leur couverture malhonnête, mensongère, négative et remplie de mauvaises intention de sa présidence. Trump a déclaré à CNN :

    « vous auriez un bien meilleur taux d’audience si vous rapportiez la vérité aux Américains ».

  • Trump a signé une législation pour défaire les réglementations Obama contre l’exploitation des mines de charbon – comme il l’avait promis lors de sa campagne.
  • Dans un tweet, Trump attaque les démocrates :

    « Les démocrates devaient trouver une histoire pour expliquer pourquoi ils ont perdu l’élection – et de beaucoup (3O6 grands électeurs), alors ils ont fabriqué une histoire : la Russie. Fake news ! »

    The Democrats had to come up with a story as to why they lost the election, and so badly (306), so they made up a story - RUSSIA. Fake news!

  • Trump a lancé une enquête interne pour dépister les employés de la Maison-Blanche qui fuitent des informations à la presse « depuis trop d’années », a précisé Trump.
  • Le marché financier a encore battu tous les records, alors que les réformes fiscales et salariales ne sont pas encore en place.
  • Le couple présidentiel a reçu le Premier ministre israélien et sa femme à la Maison-Blanche.

Mercredi 15 février

  • Trump a rencontré l’Association des leaders de l’industrie du commerce de détail et les PDG des sociétés membres.
    • Le président a fait part de son intention de réformer le code d’imposition des biens importés.
    • Les dirigeants de l’industrie du commerce de détail ont fait valoir que le projet de réforme fiscale des Républicains serait préjudiciable à leurs entreprises – et à l’économie dans son ensemble. Par contre, de nombreux économistes rejettent les inquiétudes des détaillants quant aux effets potentiels de la mise en œuvre de la taxe. Ils disent que la valeur du dollar augmentera si elle est promulguée, ce qui aura pour effet de diminuer le coût des marchandises importées.
    • En sortant de cette rencontre avec le président, les leaders de la vente au détail semblaient satisfaits. Le PDG d’AutoZone, Bill Rhodes, a affirmé devant les médias qu’en tant que vétéran de 22 ans, il ne pouvait pas se souvenir d’un moment où les détaillants avaient rendu visite au président des États-Unis. Le simple fait que la réunion ait eu lieu semblait être en soi une réussite. Il l’a décrite comme une«conversation positive et productive.»
  • Rencontre de Trump avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, suivie d’un déjeuner de travail et d’une conférence de presse conjointe
    • Le président américain a déclaré qu’il appuierait soit la solution à un seul État, soit la solution à deux États lors de cette rencontre à la Maison-Blanche. Il s’est engagé à conclure un accord pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.

    • «J’examine (les solution à) deux États et un État. Je serai très heureux avec celle que les deux parties préféreront. J’ai pensé pendant un moment que la solutions à deux États seraient plus faciles à réaliser, mais honnêtement, si Bibi et les Palestiniens, si Israël et les Palestiniens sont heureux, alors je suis heureux avec la solution qu’ils trouveront la meilleure »,
    • a t-il déclaré.
    • Trump est le premier président américain depuis au moins deux décennies à s’abstenir de porter allégeance au paradigme de la solution à deux États et à ouvrir la porte à la possibilité d’idées alternatives pour parvenir à la paix entre Israéliens et Palestiniens.
    • Netanyahou, quant à lui, fait allusion à son soutien continu à la solution à deux États, notant que son opinion sur la question n’a pas changé depuis huit ans, lorsqu’il a parlé de deux États pour deux peuples.
      (Avant la rencontre, un haut responsable de la Maison-Blanche a déclaré que les États-Unis ne chercheraient plus à dicter les termes d’un éventuel règlement de paix, mais appuieraient ce sur quoi les deux parties tomberaient d’accord)

« Une solution à deux États qui n’apporte pas la paix n’est pas notre objectif », a déclaré le responsable lors d’un briefing avec des journalistes mardi soir.
«La paix est notre objectif. Que ce soit sous la forme d’une solution à deux États, ou autre chose, si c’est ce que les parties veulent, nous allons les appuyer. (…) Nous n’allons pas dicter les conditions de la paix». Un accord constitue « une très haute priorité pour l’administration ».)

Mardi 14 février

  • L’élection de Donald Trump fut une catastrophe pour l’Amérique «progressive». Aussi et en s’inspirant de la réussite du mouvement Tea-Party qui date de 2009, des anciens membres du Congrès pilotés par des démocrates mécontents, des militants de quartiers et autre «progressistes» ont posté un guide sur internet pour mobiliser les citoyens (qui se sentent) désabusés. Ce guide nommé «Indivisible» est une méthode pratique de résistance à l’agenda de Trump, qui a déjà été téléchargée plus d’un million de fois. Ce sera le mode de fonctionnement des démocrates pour les quatre prochaines années.
  • Le Président Trump a participé à une séance d’écoute de parents et enseignants à la Maison-Blanche.
  • Bill O’Reilly (Fox News) nous informe que 680 étrangers illégaux ont récemment été arrêtés par ICE (U.S. Immigration and Customs Enforcement). Ces raids coordonnés ciblent les étrangers qui ont commis des crimes, et 75% des personnes arrêtées furent condamnées pour leurs activités criminelles, dont meurtres et viols.Lundi, Michael T. Flynn démissionna du poste de conseiller de sécurité nationale après avoir avoué qu’il avait induit en erreur le vice-président Mike Pence au sujet de ses appels téléphoniques avec un diplomate russe. M. Flynn s’est «sincèrement excusé», mais des sujets qui fâchent font encore débat. Son comportement n’était pas illégal, mais il a perdu la confiance du président et de ses conseillers. Les démocrates, quant à eux, ne démissionnent pas lorsqu’ils sont pris en flagrant délit de mensonges, ou au lit avec une stagiaire. Mais là nous parlons de républicains.
    • Les medias de gauche, tel Paul Reyes sur MSNBC, ne mentionnent pas les activités criminelles des déportés, préférant la larme à l’œil « Il est inhumain de déchirer ces familles en brisant leurs portes d’entrées et de séparer les parents de leurs enfants »
    • En 2013, l’administration d’Obama a expulsé plus de 434.000 étrangers illégaux, un des chiffres les plus élevé de l’histoire de l’Amérique. 
    • Malgré tout, l’immigration est aujourd’hui un outil médiatique qui vise à diaboliser Trump en l’accusant de racisme et de force brutale contre les pauvres. Il y a un élément radical en Amérique qui vise à la détruire.
  • Déjeuner avec le gouverneur du New Jersey, Chris Christie et sa femme.
  • Le Président Trump a signé une législation pour annuler les réglementations financières Dodd-Frank. La loi abroge une règle qui exige que les compagnies pétrolières et gazières dévoilent les paiements qu’ils ont effectués aux gouvernements américains ou étrangers.

Lundi 13 février (25e jour)

  • Le président Trump a rencontré le premier ministre canadien Justin Trudeau à la Maison Blanche.
    Trump a salué Trudeau lundi matin avec une poignée de main ferme lorsque ce dernier est arrivé à la Maison Blanche.Les deux ont ensuite posé silencieusement devant les journalistes, jusqu’à ce que Trump suggère qu’ils se serrent la main à nouveau pour les caméras.Trudeau a apporté un cadeau personnel – une photo de Trump avec le père de Trudeau, le regretté Premier ministre canadien Pierre Elliott Trudeau.Trump et Trudeau ont également publié une déclaration conjointe affirmant leur « engagement de longue date à coopérer étroitement ». La déclaration mentionnait «les intérêts économiques importants entre les deux pays », disant que les États-Unis et le Canada reconnaissent l’importance de promouvoir la croissance et de s’engager vers «un commerce libre et équitable».

«Nous poursuivrons notre dialogue sur les questions de réglementation et nous viserons à mettre au point des règlements communs qui favoriseront les entreprises, réduiront les coûts et augmenteront notre efficacité économique sans compromettre la santé, la sécurité et les normes environnementales. »

Les deux hommes ont souligné leur objectif commun de création d’emplois après leur première séance d’information officielle.

M.Trudeau, âgé de 45 ans, et M. Trump, âgé de 70 ans, ont des perspectives très différentes sur le monde. Trudeau est un libéral qui défend le libre-échange et a accueilli 40 000 réfugiés syriens. Trump a pris une position protectionniste sur le commerce et veut lutter contre l’afflux de migrants et de réfugiés.

Donald Trump a cependant encore une fois défendu son offre controversée de suspendre des réfugiés et d’autres admissions, disant, « nous ne pouvons pas laisser entrer frauduleusement des personnes. Je ne vais pas permettre que cela se produise pendant ma présidence ».

Interrogé sur cette question, Trudeau a déclaré qu’il ne souhaitait pas faire la leçon à son voisin américain à l’occasion de cette visite à Washington.

Dans leur déclaration commune, il a été question de la sécurité des frontières considérée comme une «priorité absolue».

Réunion pour parler de la promotion des femmes en entreprise. Trudeau assis à côté d’Ivanka.

Les deux dirigeants ont également utilisé les réunions du jour pour lancer un effort conjoint visant à faire avancer les femmes sur le lieu de travail, participant à une table ronde.

Ivanka Trump, la fille du président qui a plaidé en faveur de mesures qui profiteraient aux travailleuses, a participé au recrutement des participants et à l’établissement de l’ordre du jour de la table ronde.

Tenue d’une conférence de presse conjointe dans la East Room à la Maison Blanche.

Trudeau a souligné les liens entre les Américains et les Canadiens et a fait la promotion de partenariats économiques «qui ont créé de bons emplois pour nos deux peuples».

Trudeau a déclaré que des millions d’emplois dépendent d’un flux souple de biens et de services à travers la frontière.

Il y avait des craintes à apaiser parmi les Canadiens à l’effet que leurs intérêts pourraient souffrir tandis que Trump parle de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain. Ce dernier a clairement indiqué que son voisin du nord n’est pas visé par de nouvelles négociations commerciales.

Vers la fin de la conférence de presse conjointe à la Maison Blanche, Trump a reconnu qu’il fallait «peaufiner» ce qu’il a décrit comme une «excellente» relation commerciale entre les États-Unis et le Canada.

« Il s’agit d’une situation beaucoup moins grave que ce qui se passe à la frontière sud », a déclaré M. Trump, indiquant qu’il souhaite renforcer les relations commerciales avec le Canada.

« Nous devrions nous coordonner étroitement, et nous le ferons afin de protéger les emplois dans notre hémisphère, et conserver la richesse sur notre continent », a déclaré M. Trump.

Après la conférence de presse conjointe, Trudeau s’est dirigé vers Capitol Hill pour une réunion avec le Président de la Chambre des Représentants, Paul Ryan. Les deux hommes ont échangé des plaisanteries sur le hockey. Ryan a critiqué en riant le fait que le Canada «vole» des joueurs de hockey américains.

– Nous avons de meilleures équipes, a répondu Trudeau.

Ce point est discutable étant donné qu’aucune équipe canadienne n’a remporté la Coupe Stanley depuis 1993. (En fait beaucoup de joueurs canadiens jouent dans les équipes américaines qui ont remporté ce précieux trophée !)

Trump a écrit un Tweet vers 1h30 dans lequel il qualifie de magnifique sa rencontre avec Trudeau et les PDG et femmes d’affaires canadiennes et américaines.

  • En soirée, Michael Flynn, le conseiller en matière de sécurité nationale du président Trump, a démissionné après plusieurs jours de polémique au sujet d’une conversation qu’il a eu avec l’ambassadeur de Russie.Flynn, dans sa lettre de démission, a reconnu qu’il « a par inadvertance» donné des informations incomplètes au vice-président Mike Pence concernant un appel avec l’ambassadeur Sergey Kislyak.Pence avait déclaré dans les interviews télévisées que Flynn n’avait pas parlé de lever les sanctions d’Obama contre la Russie avec l’ambassadeur. Or, Flynn a admis plus tard que la question avait peut-être été soulevée.Ceci a causé une tempête médiatique causant la démission de Flynn lundi soir.

    « J’ai présenté mes excuses sincères au président et au vice-président, et ils les ont acceptées ».

    CNN, le New York Times, le Washington Post et les autres médias anti-Trump se sont jetés avec appétit sur cette démission sans mentionner qu’Obama a eu trois conseiller en matière de sécurité nationale.

    James L. Jones a démissionné en 2010 à cause de ses relations glaciales avec Obama et a été remplacé par son assistant, Thomas E. Donilon, avec lequel il ne s’entendait pas.

    Donilon a démissionné en et a été remplacé par Susan Rice, une amie proche d’Obama, récompensée pour avoir menti concernant l’attaque contre la mission diplomatique de Benghazi en Libye, niant qu’il s’agissait d’une attaque terroriste.) Trump n’a pas commenté la démission de Flynn et a nommé le lieutenant-général Joseph Keith Kellogg, Jr., comme conseiller en matière de sécurité nationale.

Dimanche 12 février

Samedi 11 février

  • Donald Trump a joué au golf avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe au Trump International Golf Club de Jupiter, en Floride.
  • La Corée du Nord a tiré un missile balistique, provoquant une conférence de presse jointe des deux leaders politiques, non prévue, où Trump a déclaré qu’il soutient l’allié japonais à 100%.
  • Abe a qualifié le tir de missile nord coréen « d’absolument intolérable ».
  • Puis les deux dirigeants ont eu un dîner de travail à Mar-a-Lago.
  • Donald Trump a encore attaqué CNN et l’a accusé de Fake News, car ils ont coupé Bernie Sanders dans une interview au moment où il disait que CNN est Fake News !

    While on FAKE NEWS @CNN, Bernie Sanders was cut off for using the term fake news to describe the network. They said technical difficulties!

     

  • Trump a encore attaqué la décision de justice qui a bloqué son interdiction d’entrée, et a précisé que 72% des réfugiés admis aux Etats-Unis depuis que son décret est bloqué viennent des 7 pays sur la liste des pays dangereux.

Vendredi 10 février (22e jour)

  • Donald Trump a rencontré le Premier ministre Shinzo Abe, et a tenu une conférence de presse commune où il a promis plus d’actions concrètes sur l’immigration et la sécurité.
  • Trump a encore attaqué le New York Times qui diffuse des Fake News.Trump s’est rendu à Mar-a-lago à bord de l’Air Force One.
  • Trump a échangé avec les présidents argentin Mauricio Macri, colombien Juan Manuel Santos, le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, l’émir du Qatar Sheikh Tamim Bin Hamad al-Thani, l’émir du Koweït Sheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jabir Al-Sabah.
  • Donald Trump a déclaré l’état d’urgence suite au désastre naturel de l’Oklahoma, atteint par une très sévère tempête hivernale du 13 au 17 janvier 2017, et donné l’ordre d’une assistance fédérale aux tribus indiennes, à l’Etat et à l’effort local de réparation des dégâts.
  • Déclaration lors de la cérémonie d’investiture du Secrétaire d’Etat à la Santé, le docteur Tom Price.
  • Trump a honoré les héros américain à West Point.

Jeudi 9 février

  • Donald Trump a signé 3 décrets spécifiquement destinés à lutter contre le crime et les cartels.
  • Rencontre avec l’industrie du transport aérien dans le bureau ovale :

    « Rien ne vaut d’avoir des réunions à la Maison-Blanche. Les gens ne se rendent pas compte de la pagaille dont j’ai hérité. Une énorme pagaille. Je pense qu’ils le savent. Je pense qu’ils comprennent.

    L’an dernier, vous avez transporté près de 2 millions de personnes par jour dans notre pays, ce qui est un nombre incroyable. Et vous avez fait ça très bien malgré le mauvais équipement que les aéroports vous fournissent dans de nombreux cas, parce qu’ils ne peuvent pas faire approuver les bons équipements, et que nous avons des réglementations désastreuses.

    Et je peux vous dire que beaucoup de nouveaux équipements que nous achetons sont déjà obsolètes le jour où nous les commandons – et c’est selon des gens que je connais, y compris mon pilote. J’ai un pilote qui est un véritable expert, et il m’a dit, monsieur, l’équipement qu’ils installent, c’est juste pas les bons trucs.

    Nous avons dépensé 6 milliards de dollars — vous vous rendez compte — 6 milliards de dollars au Moyen-Orient. Et on n’a rien. On n’a rien. On n’a même pas gardé juste un tout petit puits de pétrole minuscule. Même pas un tout petit. J’ai dit ‘gardez le pétrole !’ Mais nous avons dépensé 6 milliards au Moyen-Orient. Et nous n’avons rien en retour. Et nous avons un système de transport aérien obsolète, nous avons des aéroports obsolètes, des trains obsolètes et des mauvaises routes.

    Nous allons changer tout ça mes amis. Vous allez commencer à être très heureux avec Trump. D’ailleurs je vois que vous l’êtes déjà [rires].

    Donc merci d’être ve