manifNice_170109_1

Les partis politiques de différentes tendances nous communiquent leurs sentiments face aux graves troubles et désordres publics de toutes sortes qui se sont produits dans les rues et le centre ville de Nice ces deux derniers samedis, en voici en toute impartialité leurs communiqués de Presse :


Communiqué laconique de la Préfecture des Alpes-Maritimes :

" Les manifestations interdites n'ont pas eu lieu. Malgré une forte affluence dans le centre-ville, il n'y a pas eu de regroupement important, à l'exception d'un rassemblement d'environ 400 personnes place Masséna qui a duré une dizaine de minutes.

A l'issue de sa dislocation et pendant une heure environ, de petits groupes d'individus très mobiles, tenus à l'écart de Jean-Medecin, ont commis des dégradations."

Communiqué du Député-Maire de Nice Christian Estrosi :

" Je pense qu'il y a eu une sorte de jeu qui s'instaure et amène des voyous, des barbares à venir en ville pour casser. Et malgré le renfort important de policiers, je regrette que ceux-ci n'aient été concentrés que sur Jean-Médecin, alors que j'avais souhaité qu'ils soient répartis dans toutes les rues les plus fréquentées.

Je demande dès lors que les moyens de policiers mobilisés ce samedi soient maintenus tant que cela sera nécessaire. Je déplore qu'aucune interpellation n'ait eu lieu dans le courant de la semaine dernière, ayant fourni dès hier toutes les bandes vidéo des caméras de surveillance.

Si tous les casseurs sont arrêtés dans la semaine, il n'y a aucun souci à se faire pour samedi 24 janvier prochain, ce qui permettrait de convoquer les parents de "délinquants mineurs" et de faire supprimer leurs allocations familiales."


Communiqué de Nissa Rebella le samedi 17 janvier 2009

" NISSA REBELA – les Identitaires du Pays Niçois

:: Quand Christian Estrosi parle de nous ::

«Ils étaient prêts à l’affrontement. »

« Ils voulaient faire du grabuge. »

« Ce mouvement est complètement inacceptable dans cette ville. Il représente

tout le contraire de ce que je peux tolérer. »

C'est ainsi que Christian Estrosi a évoqué la manifestation "MAITRES CHEZ NOUS" et "NISSA REBELLA" lors de sa conférence de presse hier soir ( propos rapportés par Nice-Matin de ce jour en page 4 ).

Alors que pour le deuxième samedi consécutif la ville est livrée à la violence de la racaille, Christian Estrosi voudrait nous faire passer pour des fauteurs de troubles alors même que c'est précisément contre les "affrontements" et le "grabuge" que nous entendions manifester.

Nous avons toujours préciser, dans nos communiqués comme dans nos contacts avec la Préfecture ou les Forces de Police, que nous entendions manifester dans le calme et rien ne permet à M. Estrosi de prétendre le contraire. Que celui qui ( alors qu'en tant que Maire il est tout de même Officier de Police Judiciaire et a donc de véritables pouvoirs de Police ) ne parvient pas à assurer la sécurité de notre ville essaie de masquer son incapacité en nous montrant du doigt est tout de même un comble...

Pour ce qui est du caractère "inacceptable" de NISSA REBELLA, il semble que les 5000 Niçois ayant voté pour nous ne partagent pas tout à fait cet avis, signalons que lors des élections municipales notre liste avait recueilli 10% des suffrages chez les moins de 25 ans et que le Maire serait bien inspiré de prêter davantage oreille à cette jeunesse là... et pas à celle qui casse, agresse et pille.

Pour notre part, ce que nous trouvons "inacceptable" ce sont par exemple les engagements électoraux qu'on ne respecte pas ( sur la langue niçoise, la sécurité, les impôts...), les revirements politiques ( sur la peine de mort, le mariage  homosexuel, la Mosquée...), la soumission au politiquement correct ( sur la peine de mort, le mariage homosexuel, la Mosquée... ) ou encore les petits arrangements électoraux ( à Saint-Martin-de-Vésubie par exemple ... ).

Monsieur Estrosi ne pouvant apparemment pas nous "tolérer" envisage-t-il le bannissement ou l'incarcération immédiate dans un donjon de son château de roitelet des Alpes-Maritimes ?

En vérité, il reste surtout désormais à savoir combien de temps les Niçois vont encore "tolérer" Christian Estrosi ?

Les propos concernant notre manifestation constituent une pure diffamation, nous étudions actuellement avec nos avocats la possibilité de déposer plainte.

NISSA REBELLA "

2 ème COMMUNIQUE DE PRESSE DE "NISSA REBELLA" le 19.01.2009

Second samedi de violence : et maintenant ?

Pour le second samedi consécutif l'avenue Jean Médecin a été le théâtre d'une démonstration de force de la racaille.

Pendant plusieurs heures des bandes ont occupé le Centre-Ville avant de se rassembler pour descendre en groupe ( plusieurs centaines ) l'avenue Jean Médecin jusqu'à la Place Masséna. Et c'est là que plusieurs raids ont été lancés vers la rue de l'Opéra ou autour de la Zone Piétonne où de nouvelles violences et dégradations ont été perpétrées.

Au final le nombre d'arrestations est sensiblement équivalent à celui de la semaine précédente ( 17 samedi, contre 18 lors des violences du 10 janvier). On peut même se demander si les dégâts et dégradations n'ont pas été plus importants. Tout cela alors que les effectifs des Forces de l' Ordres avaient été quasiment triplés et que ces événements étaient redoutés, si ce n'est attendus.

Dans ce contexte le communiqué de satisfaction du Préfet semble pour le moins déplacé... Tout autant que la réaction de Christian Estrosi qui - manifestement incapable d'apporter une réponse à la situation - ne cesse de mettre en cause les uns et les autres pour mieux masquer ses manquements personnels.

Les violences de samedi se sont déroulées dans un contexte qui apparaît désormais largement déconnecté des événements au Proche-Orient. Ce sont les drapeaux de pays du Maghreb qui étaient le plus souvent arborés par les casseurs, et non pas ceux de la Palestine. De la même façon, les vitrines brisées étaient celles de commerces n'ayant rien de symboles américains ( comme ce fut le cas la semaine dernière avec les attaques contre les McDonal's ).

Ainsi ceux qui comptent sur le cessez-le-feu pour voir les violences stopper pourraient être bien déçus...

Devons-nous donc accepter de voir le Centre-Ville transformer en terrain de chasse pour la racaille ? Doit-on déserter nos rues et nous cadenasser quand le week-end arrive ?

Encore une fois, les explosions des 10 et 17 janvier ne font que refléter l'extrême-tension et l'insécurité chronique dans laquelle notre ville est plongée. Il est plus que temps d'en finir avec les discours angéliques et l'illusion de "la diversité" et du_ "vivre-ensemble" à marche forcée. La Société Multiraciale dont Politiques et Médias se font les promoteurs du haut de leurs Tours d' Ivoire dévoile son vrai visage : celui d'une Société Multiraciste, d'une Société de Haine et de violence.

Nous envisageons actuellement - en relation permanente avec les nombreux commerçants qui nous ont contactés depuis deux semaines - les actions que nous allons mettre en place dans les jours qui viennent.

NISSA REBELLA

 

Communiqué du Front National des Alpes-Maritimes du samedi 17 Janvier 2009 :

Le FRONT NATIONAL des Alpes-Maritimes dénonce fermement ces deux samedis consécutifs d'émeutes et de violence gratuite.

A quand un troisième ? Puisque Nice semble être condamnée à vivre au rythme des émeutes relatives aux affrontements du Poche-Orient.

Les Niçois en sont arrivés à céder le terrain aux émeutiers par peur d'être pris en otage; et les quelques personnes qui se sont aventurées vers le centre ville se sont vues bloquées dans le Tram par ces mêmes émeutiers.

Nice doit-elle vivre sous le régime du couvre feu puisque les ordres ne sont pas données aux Forces de Polices, pour leur permettre d'intervenir comme elles devraient dans de tels cas ?

Il est vrai que l'on a pu observer ce samedi que les émeutiers pour la plupart étaient des mineurs mais cela ne justifie pas un tel laxisme.

Faut-il rappeler que la SECURITE des biens et des personnes est UN DROIT FONDAMENTAL du citoyen.

En l'occurrence, l'Etat ne semble plus avoir la volonté d'assurer cette sécurité... pour quelles raisons ?

Encore une fois, nous déplorons la situation dans laquelle une immigration incontrôlée a amené notre pays, immigration provoquant inévitablement des regroupements ethniques et religieux qui s'avèrent à la fois de moins en moins contrôlables et assimilables.

Lydia Schénardi

Député Européen 

Secrétaire Départemental du Front National des Alpes-Maritimes "


Première Manif pacifique dans les rues de Nice le Samedi 3 Janvier 2009

Photos Copyrights DIACONESCO.TV - 3 Janvier 2009 - NICE -

DSC00366DSC00367DSC00368DSC00369DSC00370DSC00371DSC00372DSC00383DSC00384DSC00385DSC00386DSC00387DSC00388DSC00389

Photos International Agency Press of DIACONESCO.TV

Copyrights January 3th 2009 - NICE -

Nota : Par déontologie et pour la paix sociale nous ne publirons pas ni mettrons en ligne les photos des casseurs dans les rues de Nice pour ces Samedis noirs des 10 et 17 janvier 2009, nous ne nous en tiendrons qu'aux communiqués de Presse des uns et des autres, un point c'est tout.