Massacre à la tronçonneuse de l'Internet en France

massacre_a_la_tronconneuse_divx_front_jpg

Le mot par Gérard Diaconesco

En tant qu'internaute utilisateur de la Toile du Net depuis ses premiers temps en France dès 1995 et promoteur-animateur à ses débuts des Réseaux Culturels Francophones et Francophiles pour la Fête de l'INTERNET de 1998 à nos jours, je serai très critique vis-à-vis des nouvelles lois qui doivent êtres votées pour durcir encore un peu plus la répression sur les téléchargements illégaux sur Internet à partir du territoire français, et malgré les centaines de milliers de signatures d'internautes Français qui se sont opposés massivement avec pétition à la clef à ces"lois liberticides" avant qu'elles ne soient promulguées définitivement par le Parlement ainsi que par le Sénat.

Car j'ai bien peur que nos Parlementaires et Sénateurs dans leur grande majorité n'aient rien compris à la liberté d'expression et d'action sur la Toile mondiale de l'INTERNET, ils nous donnent l'impression que nous sommes retournés au temps d'une Inquisition moyenâgeuse où le pouvoir de l'Église était tout puissant ( ici c'est l'État Français tout puissant qui vient de le remplacer au XXIe siècle ) et qui impose sa loi aux plus faibles, et où les internautes, c'est-à-dire les citoyens moyens de la rue que nous sommes, n'ont même plus leur mot à dire, car une censure et un contrôle sans précédent leur sont imposés un peu plus chaque jour, cela va devenir bientôt bien pire que dans certains pays dits totalitaires ( Chine, Corée du Nord, Iran, Russie ...)

Alors vous Hommes politiques et technocrates de tout bord, si vous aimez la liberté de communication, d'expression, de liberté et de diffusion sur la Toile du Net, essayez de faire quelque chose de plus juste et d'équitable pour que les choses et les mentalités rétrogrades changent peut-être un jour dans ce beau pays de France, car ce que je redoute le plus, c'est que petit à petit l'État Souverain ne nous grignote toutes nos libertés un jour avec la multiplication à outrance de nos "lois dites contraignantes et punitives", ce qui ne serait tarder si nous n'y prenions garde.

 

IN00616_IN00616_IN00616_

actu504