Quand les Français descendront dans la rue ...

- ou le spectre de la guerre civile

jeudi 23 octobre 2008, par Christian Scherer

(...) Le soulèvement a commencé quand des milliers de désespérés, dans leur immense majorité travailleurs au chômage depuis des années, dépourvus de toute couverture économique et sociale, se sont rués sur les supermarchés et les commerces et les ont pillés pour se procurer de quoi manger.(...)

Carlos Gabetta
(Argentine, 2001)


EMEUTES POMPIER VS CRS
envoyé par Togouro

Quand les Français, mécontents des conséquences de la crise sur leurs condition de vie, descendront dans la rue pour protester contre le gouvernement, ils risquent fort d’y rencontrer... d’autres Français habitants de la France. En effet, une véritable guerre civile, jusqu’ici larvée, risque à ce moment d’éclater entre deux blocs distincts : les "nantis" et les "exclus".

D’un côté les nantis : fonctionnaires, salariés, retraités et autres rentiers de toute nature, lecteurs du journal Le Monde ou du Figaro. Attachés aux valeurs de la République, bien organisés, déterminés à défendre leur pouvoir d’achat, ils sont capables de faire tomber n’importe quel gouvernement qui ne défendrait pas convenablement leurs droits acquis.

De l’autre les exclus, qui vivent en France sans se sentir vraiment Français. Même s’ils ont des papiers, même s’ils ont la nationalité, autrement que par le hasard de leur naissance ou par pure opportunité. Ce sont ceux qui sifflent la "Marseillaise", et brûlent des voitures. La prison ne leur fait pas peur : ils y seront logés et nourris et pourront y trouver des amis qui les aideront à approfondir leur foi. Si on les renvoie dans leur pays, le vrai, ils iront saluer la famille, puis reviendront. Ils n’attendent rien de la République, hormis ce qu’ils peuvent lui grappiller. Ils n’ont rien à perdre à tout casser, et n’attendent rien du gouvernement, aussi longtemps que ce ne sera pas "leur" gouvernement. Ils ne lisent pas les journaux, mais ils regardent la télé, ont tous des téléphones portables et savent ameuter les quartiers lorsqu’on touche à l’un des leurs. Ils savent que le temps travaille pour eux, car ils sont plus jeunes, et font plus d’enfants que ceux d’en face.

Entre les deux blocs, un mince cordon de CRS en voie de démoralisation, qui risquent la prison s’ils ont tapé un peu trop fort et qui savent bien qu’au moindre signe de dégradation du climat, ceux d’en haut qui leurs donnent des ordres se mettront à l’abri, et les abandonneront en pâture à la vindicte simultanée des deux blocs antagonistes dont ils seront de pauvres victimes expiatoires.

Auprès des troubles qui nous menacent aujourd’hui, les événements de mai 1968 feront figure d’aimable monôme étudiant.

Il en est ainsi de toutes les révolutions. Même si une partie de la noblesse est suffisamment instruite, éclairée et humaniste pour comprendre que des réformes sont nécessaires, cela ne leur évitera pas d’avoir eux aussi la tête coupée, tant les révolutions sont aveugles et qu’un peuple mécontent qui se lève et qui a faim est capable du pire.

C.S.

Lire aussi

- Pillage d’un supermarché à Etampes par une quarantaine d’individus cagoulés
- VIOLENCE DES JEUNES/ATTAQUE FOURGON Le 23 mars 2006, j’écrivais une lettre ouverte au Ministre de l’intérieur. par Iwan Lemaire
- Hausse du chômage, changement d’indicateur, intersyndicale insatisfaite...
- Le patronat et le gouvernement sèment la colère... (Lutte Ouvrière)
- La France devrait encore s’enfoncer dans la récession, explosion du chômage (AFP)
- "Fonctionnaires : l’Europe brise le tabou des salaires", titre sournoisement le quotidien Le Monde du 8 mars 2009 (Solidarité et Progrès)
- De la crise aux guerres civiles ? (video) (France24)
- Bloc-notes : la droite entretient l’illusion de l’Etat providence par Ivan Rioufol
- Grève du 29 janvier : la google map des manifs... made in CGT
- On aimerait faire Grève (NON-FIDES)
- Grèves à Saint-Lazare, Sud Rail déraille : La grève de trop (cawa)
- Etats-Unis : grâce à Obama, les ventes d’armes s’envolent (Rue89)
- Le président Sarkozy se demande si les fonctionnaires se rendent compte de la gravité de la crise
- La crise fait émerger de nouveaux pauvres (Le Figaro)
- Agriculture : Une crise en germe ? Par Gaël VAILLANT (leJDD.fr)
- Dans quel camp sont les syndicats ?
- Merci les cheminots... Merci Sarko (bakchich)
- Colère contre les propos de Sarkozy sur les fonctionnaires qui manifestent
- L’Etat peut-il faire faillite ?
- A papou, papou et demi : une drôle de peuplade qu’on nomme les Français
- Landerneau terre d’Islam, par Alain de Libera

(vu sur Canal Plus les 8 et 10 janvier 2008)
Photographe et journaliste pour le mag "Grands reportages", Marc Dozier connait bien la Papouasie Nlle Guinée ou il voyage depuis + de 10 ans. Cette fois il a eu l’idée inverse, celle d’inviter 2 Papous à venir explorer la France. Mudeya Kepanga, un "chef de guerre", et Palobie Palia, "chef de paix", découvrent ainsi le métro parisien, les sommets enneigés des Alpes ainsi que les mille et une habitudes des Français, qu’ils commentent avec un recul propre à leur statut d’explorateurs.
Un doc empli de tendresse à l’égard de 2 Papous curieux de tout, et dont les propos sur notre pays sont pleins d’humour.
A la fois drôle, émouvant et instructif.

"Mon père était fonctionnaire et ma mère ne faisait rien non plus" (Coluche)

OTAN 2009 - Emeutes Anti-OTAN à Strasbourg

A l’étranger

- ÉTATS-UNIS - Retour en force des patrouilles d’autodéfense (Courrier International)

Voir en ligne : http://www.cmaq.net/node/31290