Conseil Municipal de Nice du 12 Octobre 2007 : dans son dernier quart d'heure le Sénateur Maire Jacques Peyrat fait voter les deux délibérations sur le Parking Sulzer ainsi que celui du Grand Stade de Saint-Esidore ... mais la fronde a grondé dans les rangs de sa majorité U.M.P !

GSN_2 BLASON2NICE

Il restait encore à entériner l' accélération de la mise en oeuvre du reste des Grands Travaux entrepris depuis le début de la deuxième mandature par le Sénateur-Maire de Nice Jacques Peyrat en ce début de XXI e siècle, voila ce fût chose faite depuis le dernier Conseil Municipal du 12 Octobre dernier.

Tout avait bien commencé après le traditionnel appel des Conseillers Municipaux par le Sénateur-Maire , Conseillers et Adjoints Municipaux d'opposition comme de majorité étaient pratiquement tous présents lors de ce Conseil Municipal du mois d'octobre, mais voilà certains dossiers dits "sensibles " restaient encore à traiter, à savoir celui du Parking Sulzer pour le projet de construction d'un complexe de Palace de Luxe sur la Promenade des Anglais, ainsi que celui du Grand Stade de football dans la plaine du var, car à peine à quatre mois des échéances des futures élections municipales de 2008, il fallait faire passer coûte que coûte ces deux dossiers "sulfureux "et les faire entériner par une majorité UMP bien divisée entre le camp des  "Peyratistes " et celui des "Estrosistes " qui ont commencé à s'entredéchirer en vue de cette échéance vitale pour leur survie politique de Mars 2008.

Car ce parking Sulzer bien situé entre la rue Saint-Fançois-de-Paule et le quai des États-Unis sur la Promenade des Anglais est depuis fort longtemps la convoitise des promoteurs immobiliers, et il fallait que la commune de Nice officialise la démarche en autorisant la signature d'une promesse de bail fixé à 75 ans à la société de construction Générin, c'est-à-dire jusqu'en 2082, patrimoine immobilier qui rentrerait à cette date dans le giron de la Municipalité niçoise.

A l' énoncé de cette délibération de vives échanges entre majorité et opposition eurent lieu, et ce fût aussi l'intervention surprise par l'ancien premier adjoint du Sénateur-Maire, Gilbert Stellardo passé lui aussi en opposition sur la politique de la ville menée depuis cette deuxième mandature par le Sénateur-Maire qui interpellait ce dernier : "Je m'interroge sur l'absence de toute mention concernant le nom de la future chaîne hôtelière qui exploitera ce Palace ? " et Maître Jacques Peyrat de lui répliquer sèchement : " Le constructeur s'est associé à Kempinski, une grande chaîne hôtelière effectivement moins connue ici ", et Gilbert Stellardo de répliquer : "Peut-être, mais ce n'est pas mentionné dans le contrat ".

Puis vint le moment tant attendu du vote de cette délibération portant sur le parking Sulzer qui depuis a fait couler beaucoup d'encre, 35 voix étaient votées à la majorité relative avec celles du Front National qui depuis fort longtemps soutien la politique de la ville du Maire, et 28 contre ce projet.

Sur ces 28 voix , 14 voix venaient de l'opposition de la Gauche plurielle non divisée pour une fois sur cette affaire, et 14 voix dissidentes de Droite qui sont passées dans le camp de Christian ESTROSI, le futur candidat U-M-P au poste de Maire de la ville de Nice en Mars 2008.

Voici donc la liste des 14 noms d'élus dissidents de Droite qui ont voté contre ce projet :

Olivier Bettati, André Barthe, Alain Sanz, Bernard Asso ( absent-procuration )Agnès Rampal, André Alziari-Nègre, Dominique Estrosi, Eliane Mari-Fontana, Françoise Monier-Pierre, Joëlle Martineau, Hélène Fabris, Menehem Ouednerfi, ainsi que Auguste Vérola et Gilbert Stellardo qui depuis ont quitté la majorité du Maire voilà quelque temps déjà.

Seuls se sont abstenus Paul Spinelli et Joseph Calza, ce dernier qui depuis plusieurs conseils municipaux jouant à l'homme invisible !

Puis ce fut au tour du vote de la délibération 13.6 sur le dossier d'aménagement du Grand Stade de Football à Saint-Isidore dans la plaine du var, délibération annoncée par l'Adjoint Jean-Claude Mari le Beau-frère du Sénateur-Maire. Cette démarche de principe de "délégation de service publique " comme celle qui ne fût jamais entérinée par le Tribunal Administratif de Nice pour la ligne T1 du futur Tramway niçois, est elle à la recherche d'un éventuel repreneur concessionnaire du futur Grand Stade de Nice, à l'époque le projet CARI-SPADA avait été retenu, mais depuis...

Cette fois-ci la délibération passa comme une seule lettre à la poste avec toutes les voix de la majorité du Maire, le Front National ajoutant les siennes comme à son habitude; mise à part celles de Gilbert Stellardo et de Auguste Vérola qui s'étaient absentés lors de ce vote.

Quand à la Gauche Plurielle pour une dernière fois encore unie, elle vota contre ce "dossier Grand Stade retoqué " aux yeux de Patrick Mottard, bien seul dans son coin au fond de la salle du Conseil Municipal.

Et Maître Jacques Peyrat juché du haut de son pupitre de conclure dans un grand soupir de soulagement: "Ouf, le Grand Stade est sauf!"

                                                                             ... affaire à suivre ...

 

Gérard Diaconesco


SENATEUR_MAIRE_JACQUES_PEYRATSENATEUR_MAIRE_JACQUES_PEYRATSENATEUR_MAIRE_JACQUES_PEYRAT