La leçon de Cinéma de


COSTA-GRAVAS

 

COSTA_GRAVAS_le_r_alisateur_de_cin_ma

 

Vendredi 15 avril 2011 à 19h30

Cinémathèque de Nice

Acropolis – 3 esplanade Kennedy – 06300 Nice

SR2_2 

« Mes films reposent sur un suspense éthique : savoir ce qu'est la vérité. » (Costa-Gavras)

1_costa_gravas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Cinémathèque de Nice accueille le grand réalisateur Constantin Costa-Gavras pour une Leçon de cinéma, le vendredi 15 avril 2011 à 19h30, soirée au cours de laquelle il analysera plusieurs séquences de ses films. A cette occasion, la Cinémathèque proposera une rétrospective de son œuvre pendant tout le mois d’avril.

« Cinéaste engagé contre toute les oppressions » (Samuel Douhaire, Télérama)

Costa-Gavras décline la « révolte » d’une infinité de manières. Chaque film est une dénonciation d’un dysfonctionnement de la société.

L_AVEU_DE_COSTA_GRAVAS« Avec des films comme L’Aveu ou Z, j’ai voulu investir un pan de cinéma peu exploité, celui qui est en prise directe sur l’évènement politique ». (Costa Gavras)

Costa-Gavras débute comme assistant metteur en scène de René Clair, Yves Allégret, René Clément, Henri Verneuil, Jean Giono, Jacques Demy, Marcel Ophuls et Jean Becker. Il réalise son premier long métrage, Compartiment tueurs, un polar, grâce à l’appui d’Yves Montand et Simone Signoret.

Son goût pour les faits politiques et historiques apparaît dès son deuxième film, Un homme de trop, consacré à la Résistance.

 

Z_AVEC_YVES_MONTANDDénonciation de la Dictature des Colonels en Grèce, Z, une adaptation du roman de Vassili Vassilikos, remporte de nombreux prix dans de prestigieux festivals, dont le Prix spécial du Jury à Cannes. Dans la même veine, L’Aveu revient sur les procès staliniens, et offre à Yves Montand un de ses rôles les plus marquants.

2007_11_30_YvesMontand

Costa-Gavras touche un large public avec des sujets politiques qu'il traite de façon à inciter le spectateur à la réflexion. Avec Etat de siège, Section spéciale et Missing, tourné aux Etats-Unis et couronné par la Palme d'or au festival de Cannes, le cinéaste dénonce les avatars du totalitarisme et défend les Droits de l'Homme.

l_aveu_AVEC_YVES_MONTAN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une incursion dans le cinéma sentimental, Clair de femme, et la comédie, Conseil de famille, Costa-Gavras retourne vers son genre de prédilection, le thriller politique, avec La Main droite du diable où il s’attaque au Ku-Klux-Klan. Il remporte l’Ours d’or au Festival de Berlin en 1990 avec Music Box, un film sur la traque des criminels de guerre.

MAURICE_TRINTIGNAN_DANS_Z_DE_COSTA_BRAVAS

Après avoir critiqué le pouvoir des médias dans Mad City, le réalisateur signe le très controversé Amen, dans lequel il dénonce le silence du Vatican sur l'extermination des Juifs. Avec Le Couperet, Costa-Gavras signe une farce sociale macabre sur le chômage. Son dernier film en date, Eden à l’Ouest, est une Odyssée des temps modernes pour évoquer le sort des exilés.

Nommé Président de la Cinémathèque française une première fois en 1982, il occupe à nouveau ce poste depuis 2007 et travaille sur un nouveau projet. 

 

Ø      Carte d’abonnement : 1€

Ø      Séance : 2€

Ø      Etudiants, scolaires : 1,50€

Ø      Informations : www.cinematheque-nice.com

 

COSTA_GRAVAS_le_r_alisateur_de_cin_maCOSTA_GRAVAS_le_r_alisateur_de_cin_maCOSTA_GRAVAS_le_r_alisateur_de_cin_ma

BIOGRAPHIE  DE :

Costa-Gavras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, rechercher

Page d'aide sur l'homonymiePour les articles homonymes, voir Costa et Gavras.

Costa-Gavras


Costa-Gavras lors de l'avant-première de son film Le Couperet à Bordeaux, 2005


 

Nom de naissance

Konstantínos Gavrás

Naissance

12 février 1933
Loutra-Iraias (en)
Drapeau : Grèce Grèce

Nationalité

Drapeau de la GrèceGrecque,
Drapeau de la FranceFrançaise

Profession(s)

Réalisateur

Films notables

Z
L'Aveu
Missing
Mad City
Amen.
Le Couperet
Eden à l'ouest

Konstantínos Gavrás (en grec Κωνσταντίνος Γαβράς), dit Costa-Gavras (Κώστας Γαβράς), est un réalisateur de cinéma franco-grec, né à Loutra-Iraias (en) (Arcadie) le 12 février 1933.

Chacun de ses films est pour lui l'occasion de témoigner de son engagement dans ses idées et de délivrer un message à propos du pouvoir. Hier thriller politique et drame sentimental ; aujourd'hui, social-fiction.

Il est le père de Romain Gavras, co-fondateur de la société de production Kourtrajmé, et de Julie Gavras, assistante et réalisatrice (La Faute à Fidel !, 2006).

Sommaire

[masquer]

Biographie[modifier]

Quand il quitte Athènes pour venir à Paris, il débute par une licence de littérature, puis il entre à l'Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC) et travaille comme assistant pour Henri Verneuil, Jacques Demy et René Clément.

Le film Le Jour et l'Heure, pour lequel il travaille comme assistant, lui permet de rencontrer Simone Signoret et Yves Montand, avec lesquels il deviendra très ami. Découvrant le livre Compartiment tueurs de Sébastien Japrisot, il en fit le scénario et réussit à y intéresser le producteur Julien Derode ; le film eut du succès en France et même aux États-Unis, où il reçut des critiques dithyrambiques.

C'est lors d'un séjour en Grèce, qu'il découvre le livre de Vassilis Vassilikos, Z, retraçant l'assassinat du leader de la gauche organisé par la police et camouflé en banal accident. Dès son retour il en écrit le scénario en collaboration avec Jorge Semprún. Ne trouvant pas le financement, il en parle à Jacques Perrin, qu'il connaissait depuis le film Compartiment tueurs. C'est à cette occasion que Jacques Perrin va créer sa propre maison de production pour monter le film et utiliser ses contacts, en particulier en Algérie, où sera tourné le film. Jean-Louis Trintignant a accepté un faible cachet et Yves Montand a accepté de participer. Le film a été un succès à travers le monde et les gens applaudissaient à la fin des séances; il a été récompensé par le « prix du Jury » à Cannes, l'Oscar du « meilleur film étranger » et celui du « meilleur montage ».

Lors du montage de Z, au cours du dîner de Noël, Claude Lanzmann lui parle de Lise et Artur London qui avait été vice-ministre des Affaires étrangères de Tchécoslovaquie et était un des trois rescapés des procès de Prague qui s'étaient tenus en 1952. Beaucoup d'intellectuels de sa génération s'étaient enthousiasmés pour le stalinisme « parce qu'il ouvrait des perspectives qui paraissaient formidables. Jusqu'à ce que, peu à peu, on prenne conscience de l'envers du décor. » Yves Montand adhère aussi au projet de L'Aveu, et les financements se débloquent grâce au succès de Z.

L'Aveu est sorti après Z, dans une époque assez manichéenne : on lui a reproché d'attaquer la droite puis la gauche, alors qu'il ne voulait que dénoncer les totalitarismes. Certains personnes ne lui pardonnèrent pas d'avoir levé le voile sur le stalinisme et l'évitaient ostensiblement. Le film a connu un succès considérable et devint un véritable phénomène politique et culturel qui a bouleversé son époque.

Le film Clair de femme (1979) est tiré d'un roman de Romain Gary qui estima que c'était la première fois qu'il était content de l'adaptation d'une de ses œuvres à l'écran. Costa-Gavras fut séduit dans cette histoire par le fait qu'il s'agissait d'une « tentative de profanation du malheur, d'un hymne à la vie et d'une réhabilitation du couple ». Dustin Hoffman considéra ce film comme la plus belle histoire d'amour qu'il connaisse et, lors du tournage du film Mad City, suggéra à Costa-Gavras d'en faire un remake.

Le scénario du film Porté disparu (Missing) (1982) est adapté du livre de Thomas Hauser : L'Exécution de Charles Horman, lui-même inspiré d'une histoire vraie. Le film raconte l'histoire de la disparition d'un jeune journaliste américain durant le coup d'État du général Augusto Pinochet en 1973. Ce qui l'avait touché dans cette histoire, était « beaucoup moins le contexte politique du putsch que le thème du père qui, accompagné par sa belle-fille, recherche son fils coûte que coûte dans un pays en plein chaos. »

Le film a été très controversé aux États-Unis car il met en lumière l'action des agents du gouvernement américain et leur responsabilité dans ce coup d'État. L'extrême-droite américaine demanda « Mais que vient faire ici ce communiste européen ? ». Cependant le film reçut la Palme d'or et le prix d'interprétation masculine au festival de Cannes, et l'Oscar du « meilleur scénario », et il est toujours montré et présenté comme un film majeur dans les grandes universités américaines. Les musiques sont d'un autre Grec fameux, Vangelis.

Dans les années 1980, il occupe le poste de président de la Cinémathèque française.

Il est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence et du comité de soutien de l’Association Primo Levi.

Le 13 juin 2007, il est nommé président et administrateur de la Cinémathèque française.

Récompenses[modifier]

Filmographie[modifier]

Réalisateur[modifier]

Costa-Gavras, en avril 2008, pendant le tournage de Eden à l'Ouest

1er assistant réalisateur[modifier]

Scénariste[modifier]

 SR2_2SR2_2SR2_2