ECHOS DU FESTIVAL DU

LIVRE DE NICE 

17-18-19 juin 2011

Par Thierry JAN

festival_livre_nice_2011_lg

nice_1niice_2

 

Le festival du livre de Nice clôture traditionnellement l’année culturelle. C’est à la mi juin, alors que les bacheliers ont affronté la philosophie que ce festival s’installe dans le jardin Albert 1er. Le lieu est tout un symbole avec le front de mer tout proche, la place Masséna et la vielle ville situées toutes deux à un jet de pierre. Cette année, un peu pour poursuivre les fêtes du 150ème anniversaire du rattachement, la langue Française est l’invitée d’honneur de cette manifestation qui réuni durant trois jours les plus jeunes et les vieux amateurs de livres et de poésie. Outre un panel d’auteurs chaque année augmenté, plus de 200 cette année, on assiste à des débats, des conférences qui mènent les amateurs des ‘mots’ entre ce jardin, la bibliothèque Nucéra, le CUM , le théâtre de la Photo, les arènes de Cimiez et l’hôtel Aston. C’est le café littéraire qui attire le plus nombreux public.

grand_hotel_aston_in_nizza_nice_aussenansicht

Le vendredi, à quelques jours d’un mariage princier, Jean Pax Méfret présentait un ouvrage luxueux sur la Principauté et son corps d’élite des carabiniers. Deux officiers de ce corps Monégasque venaient répondre aux questions du public et brosser une brève histoire de la garde ‘prétorienne’ de son Altesse Sérénissime.

CARABINIERS_MONEGASQUES

C’est Patrice Zehr qui animait les débats. Suivait Eric Zémmour qui présentait ses derniers ouvrages dont Mélancolie Française. Le polémiste, véritable jongleur des mots, nous démontrait l’état de notre société complètement formatée et conditionnée par la presse, la télévision et la radio.

ERIC_ZEMMOUR

Aujourd’hui on ne peut pas dire la vérité, on est sous le joug d’une inquisition de la pensée. On se retrouve, la guillotine en moins, comme à l’époque de Marat et son journal : Le père Duchesne. Les mots peuvent vous condamner, c’est une dialectique à caractère marxiste. Cette gauche soit disant bien pensante se sert des mots pour juger. Il ne faut surtout pas parler d’assimilation, car cela peut être vu comme raciste. L’idéologie marxiste a noyauté l’éducation, la magistrature et l’information.

Eric_Zemmour

Ainsi il n’y a plus d’idée, les gens réagissent en groupe, en masse, on ne pense plus par soi même. Eric Zémmour poursuit son exposé en citant les programmes de la classe de 5e en Histoire : tandis que l’on apprend les royaumes Africains, les collégiens ignorent Louis XIV. Or l’histoire est le patrimoine commun d’un peuple, c’est elle qui fait prendre conscience des racines communes et donc favorise l’assimilation à la société Française. Le polémiste termine par une phrase qui résume tout : « Avoir une opinion oui ! mais avoir tous la même opinion. » On l’aura compris, Eric règle ses comptes avec l’establishment. C’est sous les applaudissements d’un auditoire acquit qu’il rejoignit son stand où il dédicaçait ses ouvrages dont un nommé Z, clin d’œil à un fameux justicier.

Thierry JAN

La chronique culturelle

par Thierry JAN (suite et fin )

 

RIVIERE_ARGENTDans le livre de méditation du pape Jean Paul II, on trouve une réflexion sur l’existence et la vie. Avec le matérialisme athée, on a dépouillé l’homme, on l’a aliéné en lui ôtant son essence. La vie n’est plus qu’une séquence plus ou moins longue entre la naissance et la mort. Ne venant de rien et aboutissant à rien, elle perd son caractère sacré. L’homme ainsi, est prisonnier de son enveloppe corporelle et de sa chair. La Foi, en revanche libère l’homme, car la naissance, la vie et la mort sont des étapes vers son père, vers Dieu. Avec le christianisme l’homme est un acteur du déroulement de l’histoire, de son histoire. L’homme a donc le choix entre : être un élément qui subit ou au contraire faire cette histoire. C’est toute la différence entre la fadeur matérialiste et l’élévation spirituelle. L’homme veut-il être Libre ou esclave ? C’est lui qui a la réponse. La promenade cette semaine va nous emmener à l’embouchure de l’Argens.

 

CAMARGUE SUR ARGENS :

PONT_SUR_LA_RIVIERE_ARGENSCes dunes que la mer attaque et que des barrières protègent. Le sable qui est maître et s’insinue de partout. Cette Méditerranée qui infatigable et inlassable est un long tapis iodé qui défile sans fin. Une rivière, l’Argens achève ici sa course en luttant contre les vagues aux lèvres blanches et salées et finalement triomphe, se mélangeant à l’épouse de Neptune. Ce paysage, ancienne base aéronavale, d’où d’ailleurs s’envola Rolland Garros pour Bizerte en 1912 peut se comparer à la Camargue avec ses marécages, ses roseaux, ses dunes de sables et ses nombreux oiseaux marins.

800px_P1000359_Saint_Raphael_et_son_port_de_plaisanceLe paysage est ici sauvage et préservé et dans cet espace vierge, on porte son regard vers saint Raphaël et le dôme de sa magnifique basilique. On comprend devant ce vent et une mer crénelée de moutons, pourquoi la marine y expérimenta durant de nombreuses années ses hydravions. Les nuages se suivent en cohorte dans le ciel, ils n’ont pas vraiment le temps d’y dessiner leurs arabesques, effacés aussitôt par Eole. Une barrière rouillée retient les lambeaux d’un journal jauni par le soleil et le temps. Les racines des pins maritimes, telles des veines émergent de la peau sablée de la plage et le sable ondulant au rythme des caprices du vent.

city_of_frejus_place_fomigeFréjus c’est aussi la ville antique : « forum julii » édifiée par Jules César et depuis 49 avant Jésus Christ, elle a toujours eu cette vocation maritime. La cathédrale saint Léonce du Ve siècle, honore un des pères du monachisme provençal. Comme beaucoup d’églises de ces périodes reculées de la chrétienté, elle a deux époques et le gothique des XIIIe XIVe vient s’y mélanger .En avril 1482 saint François de Paule délivra Fréjus de la peste. Les arènes romaines étaient surtout connues des aficionados qui y célébraient le culte de la tauromachie. Certains s’opposent à cette tradition au motif d’une soit disant barbarie.

ARENES_DE_FREJUSLa mort est barbare et même de pêcher un poisson c’est cruel. Il ne faut surtout pas oublier que le taureau peut, héritage des Césars, voir les pouces se lever et être gracié en récompense de son courage. Il y a pour les amis de Jean Vilars, un théâtre antique. Vous visiterez avec intérêt le musée archéologique où est retracée la vie à l’époque romaine. Le pape Pie VII vint à Fréjus en 1802. Au voisinage de la cathédrale, on trouve l’ancien cloître avec un baptistère du Ve siècle.

489939FREJUSJean Cocteau n’a hélas pu voir sa chapelle achevée, étant mort avant la fin de sa réalisation. Le maître y exprime là et peut-être encore plus qu’à Villefranche son art et ses émotions. Fréjus fut une étape importante de la voie aurelienne. On y trouve de nombreux hôtels particuliers des XVIIe & XVIIIe siècles, où le Baroque s’exprime avec des odalisques et des balcons sculptés.

Thierry JAN



 Roman_amphitheatre_of_Frejus_or_Forum_Julii_Var_FrRoman_amphitheatre_of_Frejus_or_Forum_Julii_Var_FrRoman_amphitheatre_of_Frejus_or_Forum_Julii_Var_Fr