PARLER POUR NE RIEN DIRE

 

Le mot Politique de Gérard DIACONESCO

Après avoir écouté avec attention le discours de politique générale du premier ministre, il en ressort tout d’abord que son exposé est bien celui d’un enseignant et on se croyait revenu en amphi a écouter  l’introduction générale  d’un cours de droit. En effet ses propos étaient plats et stériles. On ne pouvait donc ni y adhérer ni les repousser. On voit dans ce pitoyable exercice la confirmation que ceux qui devraient normalement défendre et représenter les citoyens, ne sont dans cet hémicycle que les défenseurs de partis et votent ainsi mécaniquement pour ou contre, sans même prendre la mesure de la signification de ce discours. A leur décharge on conviendra que le texte lu par le locataire de l’hôtel Matignon n’était guère explicite. On pourrait qualifier cet exercice par un titre peu glorieux : « PARLER POUR NE RIEN DIRE. »

Mais face à la crise qui semble devenir pérenne, à une mondialisation qui ne montre pour l’instant que des désavantages, à un chômage croissant, à une immigration qui bientôt nous submergera, devant tous ces défis on ne voit que des orientations qui vont les augmenter. En effet que dire des délocalisations privant la France d’emplois au profit d’autres nations aux charges salariales inférieures aux nôtres ? Que penser de l’immigration favorisée avec cette mesure pour les sans papiers, pour eux les soins seraient gratuits, sans franchises, ce qui n’est pas le cas pour les Français ? Tout va dans le mauvais sens, à l’opposé de ce qui devrait être fait et c’est notre pays qui en souffre et les Français en sont les premières victimes. Ce triste et effarant bilan nous remémore la période prérévolutionnaire.

Louis XVI et ses ministre avaient conscience de la nécessité de réformes, mais la classe dirigeante refusait tout changement et surtout ne voulait pas renoncer à ses privilèges. Il en a résulté la révolution et le chaos. Aujourd’hui face à la crise, il y a des privilégiés qui sont les premiers a demander aux Français des efforts, s’excluant bien entendu de ce sacrifice. Que penser en effet de nos élus ( députés, sénateurs, conseillers divers et autres) qui touchent des indemnités souvent supérieurs à 5000€ avec des enveloppes de fonctionnement sans oublier les nombreux avantages ( trains gratuits, chauffeurs, logement,etc….) tout cela bien sûr à la charge des Français. Pourquoi ne renoncent-ils à ces privilèges exorbitants ? Ce serait donner un signal, celui de leur solidarité dans le nécessaire sacrifice commun.

Hélas, tout comme en 1788-1789 ces élus professionnels refusent de voir la réalité. Le gouvernement annonce la réduction de la rémunération des ministres et du président, c’est une bonne décision qui est hélas rendue nulle par la multiplication des ministères dont  certains ont une attribution nébuleuse, songeant ici à celui du développement productif. Il faut ici reconnaître aux socialistes une imagination sans bornes pour inventer des mille feuilles. Mais la France n’a plus le temps de rêver, elle doit se ressaisir et ce n’est pas le discours vide de sens d’un premier ministre mal inspiré qui sera la base de départ du redressement de notre patrie.

La France est aujourd’hui dirigée par un Président socialiste qui n’est même pas maître dans son foyer, comment pourra t-il diriger la nation et la représenter sur la scène internationale ? Si le premier ministre a parlé pour ne rien dire, le président ne parlera pas, car il n’a rien à dire, sinon les inepties oniriques des éternels adolescents acnéens de mai 1968. Ce rêve éveillé la France en paye aujourd’hui le prix et avec ces socialistes irresponsables, la note va augmenter pour notre plus grand malheur. Nous n’avons ni de pucelle d’Orléans ( Dans la France décadente il n’y en a plus aujourd’hui) ni de Bonaparte et il est angoissant de voir son pays se désagréger jour après jour . France, fille aînée de l’Eglise, souvient toi de ton baptême et renonce à ces faux paradis, retrouve ce chemin, qui jadis a fait ta gloire et ta grandeur.

Gérard DIACONESCO

 

y1pJoPpy1H5i_KD89b9qdBJOBNoscGFQZB6CHduCQBBWCmFPWlSZ5Bv3Ob12TVpDvgJLBRFGzNHEdO5LQvz0bHMg_QauIlsTQ3Z