LUI OU L'APPEL DES ELEPHANTS

LE NOUVEAU LIVRE DE FRED FOREST A L'HARMATTAN

éléphant de fred forest



--------------------------------------------

LUI OU L’APPEL DES ÉLÉPHANTS


ESSAI

Fred Forest cet artiste hors du commun nous conduit une fois de plus là où l’on ne l’attendait guère ! Il offre à notre réflexion, dans cet essai un parcours insolite. Un itinéraire où, tenant par la main son héros, qu’il a nommé « Lui », il déambule en sa compagnie dans un aéroport un jour de grève. Ce jour béni et imprévu où le
temps s’arrête net pour nous tous, et donne à chacun la chance de la reconquête de soi.

Mais ce temps de latence n’est nullement frappé ici du sceau d’une immobilité stérile. De cette attente de la reprise des vols,il fait au contraire un espace symbolique de la rencontre avec l’autre.

En effet, quand s’arrête net l’activité fébrile, où chaque voyageur se précipite en aveugle sa valise à la main pour faire avancer son destin, chacun se voit soudain stoppé dans son élan, et confronté à la rencontre avec autrui… Ces échanges éphémères, faits de croisements et de bifurcations inattendus, s’opèrent dans un espace architectural et volumétrique où se superposent trois niveaux :
celui du ciel, inaccessible en quelque sorte, celui de l’espace des services où des comptoirs alignés désespérément vides attendent la reprise des vols et, enfin,
celui de sous-sols obscurs, où sont préparés des aéronefs aux fuselages étincelants, qui comme de grosses baleines blanches, s’apprêtent à bondir vers le ciel.

La circulation de « Lui » se poursuit ponctuée de rencontres aléatoires, selon des itinéraires improbables et dynamiques en forme d’hypertextes. Il y rencontre
également, entre autres, un groupe d’éléphants, deux ouvriers portugais, et un éthologue belge aux yeux injectés d’un étrange liquide jaune...

Pour l’auteur c’est clair, tout être humain est un éléphant qui s’ignore, jusqu’au moment où il en devient lui-même un !
Comprenne qui voudra, comprenne qui pourra…
Fred Forest né à Mascara (Algérie), artiste international, pionnier de l’art vidéo et des nouvelles technologies, professeur émérite de l’Université de Nice, cofondateur du Collectif d’art sociologique et de l’Esthétique de la communication. Artiste critique, dont la pratique est fondée sur l’analyse institutionnelle.

Illustration de couverture : Sophie Lavaud.
ISBN : 978-2-343-05078-2

***********************************************************

Février 1995 .... Février 2015 ... 20 ans déjà ... que le temps passe :

IL ETAIT UNE FOIS ... MON AMI FRED FOREST

Il était une fois...mon ami

Fred Forest !

fred forest

Fred Forest - Photo archives Gérard DIACONESCO

Parfois la vie vous réserve de belles surprises, la rencontre entre hommes d'exception qui va changer et bouleverser tout le cours de votre existence, cela peut arriver à n'importe quel moment de votre vie.

Nous sommes vers la fin du XX e siècle, pour être précis en ce début d'année 1995 au mois de Février, à cette époque de mon existence je vais sur mes 55 ans, demeure et travaille dans ma bonne ville de Nice qui m'a vu naître. Je suis salarié de " La Maison des Artistes de Nice Côte d'Azur " depuis deux ans et travaille comme  animateur culturel, responsable de la Communication de cette Association. Je suis aussi le Président actif d'une petite association culturelle que je venais de créer au début de 1994: DIACO TELE VIDEO.

Avec cette association D-TV le but recherché était de pouvoir lancer une " Télévision Régionale Locale " de proximité en P.A.C.A. , un espoir qui au fil du temps et dans une conjoncture de plus en plus morose devait s'amoindrir avec les années qui passaient, et dont l'aventure s'arrêtera définitivement un jour après avoir dépensé jusqu'à mon dernier centime en 1997 sans aucune aide de personne, comme cela devient une habitude en France quand vous êtes un illustre inconnu, invisible aux yeux du monde " politico médiatique " !

A la Maison des Artistes je m' étais lié d'amitié avec un " Artiste plasticien" Professeur d'Histoire de l'Art à ses moments perdus, mon ami Dominique Canioni dit " COLORADO " et dont j'ai malheureusement perdu la trace depuis. Un jour " Domi " me pris à part pour me dire si j'étais intéressé d'aller avec lui assister aux conférences que donnait au Musée d' Art Moderne et d ' art contemporain ( M.A.M.A.C. ) un certain Professeur Théoricien de l'Art Contemporain qu'il avait connu à la Sorbonne, et qui depuis 1994 enseignait en maîtrise du département A.C.L. à l' Université de la Fac de Lettres de Nice Sophia Antipolis 

Amoureux de toute forme d ' expression de l' Art, je lui dis pourquoi pas ? Et nous voici Domi et moi-même avec un petit groupe d'étudiants et d'artistes locaux à nous rendre en ce début 1995 un vendredi 10 février à 15 heures précises à l ' amphithéâtre du M.A.M.A.C. pour aller écouter ce "Professeur" inconnu qui sortait pour moi de nul part...

De cette première rencontre je m'en souviens encore comme si c'était hier, tant elle est restée gravée profondément dans ma mémoire. Domi me présenta à ce Professeur dont je serrais la main pour la première fois de ma vie et que je n'avais jamais rencontré durant ma longue quête d'humanité.

Il me fit penser dés le premier abord à un professeur de B.D.  dont j'étais un lecteur assidu de "Tintin " dans ma tendre enfance avec les personnages connus comme le Professeur " Tournesol " ou bien celui de l' Étoile Mystérieuse avec le professeur "Hippolyte Calys" , et j'en passe...

Ce jour là le séminaire portait sur " Les Frontières du Virtuel " tout un programme avec comme "invité " du jour de ce Professeur, le Polytechnicien Philippe QUEAU, ingénieur des télécommunications, Directeur de Recherche à l 'I.N.A. et responsable à l'époque du programme sur le Forum des Nouvelles images à Monaco qui deviendra par la suite le grand Salon de renommé Internationale de l'image virtuelle : " IMAGINA ".

Inutile de vous dire que ce jour là à la fin du séminaire qui durait tout de même parfois plusieurs heures, j'en sorti la tête pleine de choses qui pour moi venant d'un monde matériel bien réel, devenaient incompréhensibles pour mon esprit cartésien d' Homo Sapiens.

Comme à chaque fin de séminaire les gens qui se connaissent entre eux se rencontrent pour échanger des commentaires ou des impressions, moi ne connaissant que peu de monde dans l'assistance à ce premier séminaire, je restais discrètement à l'écart des autres tout en attendant mon ami l'artiste " Domi " qui discutait avec le " Prof ".

Domi me voyant rester à l'écart de tout le monde vint me chercher pour que je puisse cette fois-ci rencontrer plus longuement l'organisateur de ce séminaire, ce que je fis volontiers, tant les débats m'avaient passionné malgré une certaine "inculture d'incompréhension" de ma part.

Je me présentais à nouveau au Professeur en déclinant mon nom et qualités, et n'ayant pas bien saisi la première fois son nom il me dit qu'il se nommé Fred Forest, Artiste, Professeur de la Chaire sur l'Esthétique de la Communication et de l' Art technologique de l ' Internet du département A.C.L. de la Faculté de Lettres à l'Université de Nice Sophia Antipolis. (ouf !)

Bien qu'étant de nature peu impressionnable, j'avoue encore aujourd'hui que je fus à ce moment là fort impressionné par le personnage que j'abordais pour la première fois, moi illustre inconnu des sphères du monde Universitaire, n' ayant fait que de sobres études inachevées jusqu'à un bachot moderne que j'avoue n'avoir jamais passé dans ma tendre jeunesse, car l'aventure m'attendait déjà au coin de la route dès 1958 ( * voir ma biographie sur ce blog ).

Il est un fait certain que ma curiosité à cette époque pour la compréhension des nouvelles technologies et celle de la timide arrivée et percée en France et en Europe de ce nouveau "médium " qu'est devenu depuis INTERNET, fut ce jour là pour moi une véritable révélation presque mystique ou divine dirais-je !

Encore aujourd' hui je me dis souvent que si je n'avais jamais eu l'occasion de rencontrer Fred Forest ce jour là, je ne serais jamais arrivé là où j'en suis, car c'est grâce à lui j' ai su en temps voulu prendre une autre dimension sur les événements et les choses, ainsi qu'une distance bénéfique dans la relation avec mes contemporains, merci mon ami Fred pour m'avoir donné tout cela, tu m'as apporté dans la vie ce qui m'a manqué le plus souvent avant que je ne te connaisse, le sens humain de notre existence, depuis cette rencontre qui est devenue pour moi historique, je t'avoue être devenu un autre homme !

Et là on peut dire aujourd' hui que l' aventure " cybernétique  " a vraiment débuté pour moi et mon entourage familiale à cette époque où j'ai commencé à fréquenter assidûment tous les séminaires " FRED FOREST " au M.A.M.A.C. de Nice, sans en manquer un seul pendant près de cinq ans durant que mon ami Fred enseignait à l'Université de Nice dans le département prestigieux d'A.C.L.!

Par la force des choses, ne me demandez surtout pas le mois ou le jour, mais cela devait être déjà presque au début des séminaires de l' année 1995, quand je suis devenu le collaborateur et l'organisateur direct et bénévole de Fred Forest dans sa quête du "Cyberespace" de l 'INTERNET durant toute cette dernière décennie du siècle dernier !

Fin 1997 Fred est à Paris, il est l'invité d'honneur de Jean-Michel BILLAUT Président à cette époque du Club de l'Arche et de l'Atelier à la Banque Paribas-BNP dans le 8e arrondissement de Paris. Fred me demande alors de le rejoindre à Paris en vue d'une grande réunion au sommet des "décideurs " de la haute administration française en ce qui concerne la promotion des nouvelles technologies en France. C 'est à cette époque que se réunissent les " 12 grands clubs de réseaux internet " qui se regrouperont sous la bannière de l' A.F.I., pour lancer au printemps en mars 1998 la première " Fête de l'INTERNET ", manifestation toujours en place chaque année au printemps , mais avec depuis plusieurs organisations nationales et internationales comme entre autres celle de Diacocyber qui l'a coordonnée en Région P.A.C.A. jusqu'en 2005,  bref un vrai succès de Communication Universelle du Net pour les Autoroutes de l'Information, comme l'a dit si bien Bill GATES. ( Microsoft bien sûr).

Depuis la fin du XXe siècle, Fred a pris sa retraite en tant que Professeur émérite et a quitté Nice dont les "Politiques" du coin n'ont pas voulu ni rien compris de lui, tant pis pour eux, tant mieux pour Fred et le microcosme Parisien.

Il s'est marié à Issy-les-Moulineaux avec une amie artiste multimédia comme lui, Sophie LAVAUD ( le premier cyber-mariage qui ait eu lieu virtuellement dans le monde !) , ont eu un petit garçon Adrien qui est devenu depuis un beau petit bonhomme et qui me connaît bien. Nous gardons Fred et moi sans arrêt le contact, soit en nous voyant à Paris ou à Nice et même ailleurs, soit par téléphone, mais surtout le plus souvent possible en correspondant toujours par mail.

Fred est mon ami et bien qu' étant son ami seulement depuis vingt ans bientôt, c'est comme si je l'avais toujours connu, il fait partie de ma famille lui et les siens, je fais partie de sa famille moi et les miens... 

c'est çà la vraie amitié fraternelle entre les hommes !

Ton ami Gérard

***********************************************************