6ème MARCHE EN FAVEUR DE LA LUTTE

CONTRE LA MALADIE D'ALZHEIMER

EN PRINCIPAUTE DE MONACO


LUNDI 21 SEPTEMBRE 2015

monaco


L’Association Monégasque pour la Recherche sur la Maladie d’Alzheimer (AMPA) vous invite à participer à la Journée Mondiale de Lutte contre la maladie d’Alzheimer.


PROGRAMME

12HOO - rendez-vous sur la Place du Palais
12h15 - départ donné par S.E.M Michel Roger de la 6
ème Marche AMPA
12H15 / 13h15 – MARCHE dans les rues de Monaco
13h15 – arrivée au Fort Antoine


ITINERAIRE
PALAIS PRINCIER - distribution GRATUITE d'eau minérale.
PLACE D’ARMES
RUE PRINCESSE CAROLINE
BOULEVARD ALBERT 1er
RUE GRIMALDI
PLACE D’ARMES
MONTEE DE LA PORTE NEUVE
FORT ANTOINE - collation GRATUITE à tous les participants.

La 6ème marche AMPA aura du succès si vous venez nombreux.


Renseignements :

Portable : 06 08 21 98 32

***************************************************************************************************

Tout sur la Maladie d'Alzheimer

 

Maladie d'Alzheimer

Classification et ressources externes

Description de cette image, également commentée ci-après

Comparaison d'un cerveau normal âgé (gauche) et du cerveau d'un patient atteint d'une maladie d'Alzheimer (droite).

CIM-10 G30, F00
CIM-9 331.0, 290.1
OMIM 104300
DiseasesDB 490
MedlinePlus 000760
eMedicine neuro/13 
MeSH D000544
GeneReviews alzheimer
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La maladie d'Alzheimer (en allemand alʦhaɪ̯mɐ) est une maladie neurodégénérative (perte progressive de neurones) incurable du tissu cérébral qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales et notamment de la mémoire. C'est la forme la plus fréquente de démence chez l'être humain. Elle fut initialement décrite par le médecin allemand Alois Alzheimer en 19061.

Le premier symptôme est souvent des pertes de souvenirs (amnésie), se manifestant initialement par des distractions mineures, qui s'accentuent avec la progression de la maladie. Les souvenirs plus anciens sont cependant relativement préservés. L'atteinte neurologique s'étend par la suite aux cortex associatifs frontaux et temporo-pariétaux, se traduisant par des troubles cognitifs plus sévères (confusions, irritabilité, agressivité, troubles de l'humeur et des émotions, des fonctions exécutives et du langage) et la perte de la mémoire à long terme. La destruction des neurones se poursuit jusqu'à la perte des fonctions autonomes [réf. nécessaire] et la mort2.

Deux types de lésions du cortex cérébral ont été mises en évidence dans la maladie d'Alzheimer : les plaques séniles et les dégénérescences neurofibrillaires. Cependant, les causes exactes de ces lésions restent encore inconnues. Il a néanmoins été montré que des facteurs génétiques et environnementaux contribueraient à l'apparition et au développement de cette maladie. Par ailleurs, des facteurs de risques ont été identifiés : certaines anomalies génétiques, des facteurs de risque cardio-vasculaires ou encore l'intoxication à certains métaux lourds.

Le diagnostic de la maladie d'Alzheimer repose essentiellement sur l'interrogatoire, des tests neuropsychologiques et sur la mise en évidence d'une atrophie corticale qui touche d'abord le lobe temporal interne et notamment l'hippocampe, régions importantes pour la mémoire. Elle est généralement diagnostiquée à partir de l'âge de 65 ans3. Des formes précoces, plus rares (moins de 5 % des patients), peuvent cependant apparaître beaucoup plus tôt. Les premiers signes de la maladie d'Alzheimer sont souvent confondus avec les aspects normaux de la sénescence, une dépression, un stress ou d'autres pathologies neurologiques comme la démence vasculaire. Elle fut ainsi sous-diagnostiquée jusque dans les années 1960.

La vitesse et l'évolution de la maladie sont variables d'un individu à l'autre, ce qui rend difficile tout pronostic précis. L'espérance de vie varie ainsi de 3 à 8 ans selon l'âge du patient au moment du diagnostic4,5. Avec l'évolution de la maladie, les patients souffrent parfois de rejet de la part de la société et de leur famille6,7.

Il n'y a actuellement pas de traitement qui diminue la progression de cette maladie. Les soins proposés sont principalement d'ordre palliatif et n'ont qu'un effet limité sur les symptômes. La stimulation cognitive, l'exercice physique et un régime alimentaire équilibré pourraient retarder l'apparition de troubles cognitifs chez les personnes âgées8. Parce que la maladie d'Alzheimer ne peut être guérie et qu'elle est dégénérative, le patient s'appuie sur les autres pour l'aider. Le rôle de l'aidant principal est primordial9,10,11,12.

La maladie d'Alzheimer touchait environ 26 millions de personnes dans le monde en 2005 et pourrait en toucher quatre fois plus en 205013, ce qui équivaudrait alors à une personne sur 8514. Dans les pays développés, la maladie d'Alzheimer est l'une des pathologies les plus coûteuses pour la société15,16.

Étant donné la prévalence de la maladie, un important effort est mené par la recherche médicale pour découvrir un médicament qui permettrait de stopper le processus neurodégénératif. La principale piste de recherche vise à s'attaquer aux plaques amyloïdes qui se forment entre les neurones au cours de la maladie et aux agrégats de protéines tau formant les dégénérescences neurofibrillaires à l'intérieur des neurones.

Sommaire

 

Stades d'évolution

La progression de la maladie d'Alzheimer est divisée en quatre stades, avec une progression caractéristique de troubles cognitifs.

 

Pré-démentiel

La progression de la maladie d'Alzheimer. La mort neuronale et la formation d'enchevêtrements neurofibrillaires et des plaques de bêta-amyloïde.

Les premiers symptômes sont souvent confondus avec les effets normaux du vieillissement ou du stress6. Des tests neuropsychologiques poussés peuvent cependant révéler des problèmes cognitifs légers jusqu'à huit ans avant que la personne ne remplisse les critères diagnostiques de la maladie d'Alzheimer17. Ces premiers symptômes affectent principalement les activités les plus complexes de la vie quotidienne18. Le déficit le plus notable est la perte de mémoire, qui se manifeste par des difficultés à se souvenir des faits récemment appris et à acquérir de nouvelles informations17,19. Des problèmes plus subtils au niveau des fonctions exécutives comme l'attention, la planification, la flexibilité et l'abstraction ou encore des défauts de mémoire sémantique (mémoire du sens des mots et des concepts) sont également évocateurs des stades précoces de la maladie d'Alzheimer17. Une apathie peut être observée dès ce stade et reste le symptôme le plus persistant à travers l'évolution de la maladie20.

Cette caractéristique préclinique de la maladie est également appelée trouble cognitif léger19. Cependant, le fait qu'il corresponde avec certitude au premier stade de la maladie d'Alzheimer reste controversé21.

 

Léger

Chez les personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer, l'évolution des symptômes (troubles de la mémoire, difficultés d'apprentissage, besoin d'aide dans l'accomplissement des tâches de la vie quotidienne) participe à la confirmation du diagnostic. Chez une partie de ces patients, des symptômes autres que les problèmes de mémoire apparaissent au premier plan et révèlent la maladie, notamment les problèmes liés au langage, aux fonctions exécutives, à l'identification (agnosie) ou encore à l’exécution des mouvements (apraxie)22.

 

Les formes de mémoire à long terme

La maladie d'Alzheimer n'affecte pas de façon égale toutes les formes de mémoire. En effet, étant contrôlées par des structures cérébrales différentes, elles ne sont pas détériorées à la même vitesse par la maladie.

L'atteinte de la mémoire épisodique (création et gestion des souvenirs de la vie de la personne) est le trouble le plus précoce et le plus marqué dans la maladie d'Alzheimer, notamment avec des difficultés lors des étapes d'encodage, de stockage, de récupération des informations. Ces troubles peuvent être évalués avec le test de Gröber et Buschke23.

La mémoire sémantique (les faits appris, comme « Rome est la capitale de l'Italie ») et la mémoire implicite (mémoire des gestes, comme faire du vélo) sont moins affectées au stade léger24,25.

 

Le langage

Les problèmes de langage (aphasie) sont caractérisés pour l'essentiel à ce stade par un « manque du mot » (ou aphasie léthologique), à l'origine d'un appauvrissement du vocabulaire et de la fluidité du discours ainsi que de l'expression orale et écrite22,26. À ce stade, la personne touchée par la maladie d'Alzheimer est cependant toujours capable de communiquer des idées simples de manière adéquate22,26,27.

 

La motricité

De même, bien que la personne reste capable de réaliser des tâches motrices fines, comme l'écriture, le dessin ou l'habillage, certaines difficultés apparaissent dans la coordination et la planification des mouvements (apraxie) mais sont rarement remarquées22. Au stade léger de la maladie, la personne reste indépendante lors des tâches courantes, mais va requérir de l'assistance ou de la supervision pour les activités complexes22.

 

Modéré

La détérioration progressive des différentes fonctions cognitives conduit finalement à la perte d'indépendance : lorsque le sujet n'est plus capable de réaliser seul les activités les plus courantes22. Les difficultés du langage deviennent évidentes lorsque l'incapacité à se rappeler le vocabulaire (aphasie léthologique) conduit le patient à effectuer des substitutions incorrectes de mots (paraphasie) de plus en plus fréquentes. Les capacités de lecture et d'écriture se perdent progressivement22,27. Avec la progression de la maladie, les séquences motrices complexes deviennent moins coordonnées, ce qui augmente les risques de chutes22. Durant ce stade, les problèmes de mémoire s'aggravent et la personne peut commencer à ne plus reconnaître ses proches22. La mémoire à long terme, jusque-là épargnée, commence à se détériorer22.

Les changements comportementaux et neuropsychiatriques deviennent prévalents. Les manifestations classiques sont des errements, de l'irritabilité et une labilité émotionnelle qui conduit à des pleurs, des poussées d'agressivité soudaines ou de la résistance irrationnelle au soin22. Des périodes de grande confusion ont tendance à apparaître, notamment au coucher du soleil (la luminosité influant sur le caractère)28. Environ 30 % des patients Alzheimer développent des symptômes délirants et notamment des délires de changements d'identité22. Les patients perdent également la conscience de leur maladie et des limitations qu'elle entraîne (anosognosie)22. Enfin, ils peuvent souffrir d'incontinence urinaire22. Ces différents symptômes peuvent créer un stress important chez les proches et l'aide soignant, stress qui peut être réduit en passant d'un soin à domicile au placement en maison de soin spécialisée22,29.

 

Avancé

Durant la phase finale de la maladie d'Alzheimer, le patient est complètement dépendant du personnel de soin22. Le langage est réduit à quelques phrases simples ou même seulement des mots, ce qui conduit finalement à une perte complète de la parole22,27. Malgré cette perte des capacités verbales, les personnes perçoivent encore les émotions de leur vis-à-vis et sont capables d'y répondre par des signes émotionnels22. Une certaine agressivité peut encore être présente, mais le plus souvent les conséquences de la maladie sont une extrême apathie couplée à un état de fatigue constant22.

Les patients les plus avancés ne sont plus capables d'effectuer la moindre tâche motrice sans assistance22. La musculature et la mobilité sont détériorées au point que le patient reste alité et ne peut plus se nourrir seul22. La maladie d'Alzheimer est une maladie terminale, mais la cause de la mort est souvent due à un facteur externe, comme une infection des escarres ou une pneumonie, plutôt que la maladie elle-même22.

 

Mécanismes pathologiques

Lors de la maladie d'Alzheimer, le cerveau du patient est victime d'un double processus de dégénérescence et d’inflammation. Il est caractérisé par deux types de lésions, chacune causée par une accumulation de protéines qui entraîne un dysfonctionnement de la cellule. Les progressions différentes de ces deux types de lésion participent à une lésion plus globale du cerveau :

 

  • au niveau extracellulaire, l'accumulation du peptide β-amyloïde provoque des plaques amyloïdes ;
  • au niveau intracellulaire, l'accumulation de protéine Tau s'appelle neurofibrilles.

 

Atrophie corticale

La maladie d'Alzheimer est caractérisée par une perte de neurones et de synapses dans le cortex cérébral et certaines régions subcorticales. Cette perte anormale entraine une atrophie des régions affectées, incluant le lobe temporal, pariétal et une partie du cortex frontal et du gyrus cingulaire30. Le cerveau peut ainsi perdre 8 à 10 % de son poids tous les dix ans, contre 2 % chez un sujet sain. L'atrophie corticale s'accompagne d'une dilatation des ventricules cérébraux et des sillons corticaux ainsi que d'une perte neuronale affectant particulièrement le système cholinergique (noyau basal de Meynert, septum, cortex entorhinal, amygdale et hippocampe).

 

Les études utilisant l'IRM et le PET scan ont documenté une réduction de certaines régions spécifiques chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer lorsqu'elles progressent d'un trouble cognitif léger vers une maladie d'Alzheimer, en comparaison des images de sujets sains âgés31,32.

 

Plaque amyloïde

Article détaillé : plaque amyloïde.

 

Des plaques séniles dans une coupe microscopique de cerveau.

 

Origine

Les plaques amyloïdes correspondent à l'accumulation extracellulaire d’un peptide appelé « β-amyloïde » ou « peptide Aβ42 » (42, parce que constituée de 42 acides aminés). Cette protéine est une forme clivée anormale d'une glycoprotéine membranaire appelée « protéine précurseur de la protéine β-amyloïde » (ou APP pour Amyloïd Protein Precursor). C'est une enzyme, la β-secretase, qui provoque, pour des raisons encore mal comprises, le clivage anormal de la protéine APP. En temps normal cette protéine de la membrane des neurones est clivée par des secretases en peptide P3 non toxique.

Le peptide Aβ42 est un peptide insoluble qui ne peut être dégradé efficacement par les cellules environnantes. Il s'accumule dans le milieu extracellulaire, formant des plaques séniles qui compriment les neurones. Le peptide β-amyloïde est donc une protéine neurotoxique.

 

Mécanismes pathologiques

La présence de plaques amyloïdes entraîne un dysfonctionnement des neurones environnants, puis la mort neuronale par apoptose ou par nécrose.

Les plaques séniles libèrent de l'eau oxygénée, un peroxyde de formule H2O2, et entraînent un stress oxydant sur les neurones environnants. Dans H2O2, la liaison entre les deux atomes d'oxygène étant relativement faible, elle peut se cliver en présence d'un ion métallique ayant des propriétés redox (tels que le cuivre et le fer, tous deux présents dans le cerveau). Un radical OH° (hydroxyles), un des radicaux libres, est ainsi produit selon la réaction : H2O2 + Fe2+ = OH° + OH- + Fe3+ (réaction de Fenton). Les radicaux libres ne respectent pas la règle de l'octet. Ils sont donc instables car ils cherchent à coupler leur électron libre. Pour ce faire, ils vont arracher un atome d'hydrogène à la membrane du neurone (composée de molécules carbonées présentant de nombreux atomes d'hydrogène). La membrane « trouée » va donc laisser pénétrer d'autres radicaux libres qui s'attaqueront à l'ADN du neurone, entraînant la destruction des fonctions de la cellule privée d'information génétique. Dans le corps neuronal proprement dit, la membrane étant abîmée par les radicaux libres, les ions calcium et des fragments ß-amyloïdes vont également pénétrer et activer les phosphokinases à calcium (PKC) dont le rôle est d'éliminer la membrane neuronale abîmée. La PKC suractivée va éliminer des portions de membrane saines et accélérer le processus de destruction. Les radicaux libres et les fragments d'Aß42 vont pénétrer en surnombre dans le corps du neurone, affecter son fonctionnement et contribuer à l'apoptose.

D'autre part, le stress oxydatif provoque une réaction inflammatoire par le recrutement de la microglie qui va accélérer la destruction des neurones.

 

Autre hypothèse

Selon certains, il existerait une production cérébrale d'insuline. Cette production serait altérée dans le cadre de la maladie d'Alzheimer et pourrait être responsable des mécanismes en cause. Cette hypothèse est parfois dénommée diabète de type 3 par abus de langage, en référence au diabète sucré33,34.

 

Causes

L'apparition de plaque amyloïde peut être dû au vieillissement normal. L'accumulation anormale sous-jacente à la maladie d'Alzheimer reste cependant inexpliquée. La responsabilité de toxiques est suspectée, tels que le mercure lorsqu'il est accumulé dans le cerveau sous sa forme ionisée divalente (Hg2+)- pro-oxydante et à forte affinité pour les groupements soufrés thiols[précision nécessaire].

 

Localisation et progression

Les plaques amyloïdes sont principalement localisées dans le néocortex et l'hippocampe

 

Dégénérescences neurofibrillaires

Les dix stades de la pathologie tau35,36 (animation).

 

Animation présentant les 10 stades caractéristiques d'atteinte.
Protéine tau dans un neurone sain et dans un neurone malade.

 

La protéine Tau est une macromolécule essentielle à la stabilité de la tubuline, protéine constituant majoritairement l'assemblage des microtubules qui forment le cytosquelette des axones. Les protéines tau se positionnent perpendiculairement à l'axone et assurent la rigidité des microtubules et le bon transport axonal.

Normalement, des protéines Tau se détachent périodiquement des microtubules, mais sont remplacées et rapidement dégradées chez le sujet sain. La maladie d'Alzheimer est caractérisée par des protéines Tau se détachant des microtubules et restant dans le milieu intracellulaire. Elles ne sont pas toutes dégradées et vont donc s'agréger. C'est cela qui va former les neurofibrilles. Trop de neurofibrilles bloquent le fonctionnement du neurone car elles ne permettent pas le transport axonal nécessaire à son activité. Les neurofibrilles compriment le neurone et provoquent une mort neuronale par apoptose.

Il existe plusieurs explications au détachement des protéines Tau, la principale reposant sur un problème de phosphorylation. La protéine tau est normalement peu phosphorylée. Lorsqu'elle est très phosphorylée, elle ne peut pas s'attacher aux microtubules. Dans la maladie d'Alzheimer, les protéines tau seraient hyperphosphorylées. Elles se détachent, se conforment en paire de filaments hélicoïdaux pathologiques et s'accumulent en formant des neurofibrilles. La cause de l'augmentation de la phosphorylation est inconnue. Une hypothèse avance que les radicaux libres, dus à la présence de plaques amyloïdes, détériorent la paroi membranaire des axones et laissent ainsi pénétrer des ions calcium qui vont sur-activer les Map kinases chargées de contrôler la phosphorylation des protéines tau. Ces protéines vont donc recevoir 5 à 9 groupements de phosphates, au lieu de 2 ou 3, et leur schéma de construction va changer.

Les coupures protéolytiques des protéines tau, qui sembleraient intervenir de façon précoce et seraient un événement concomitant à l'hyperphosphorylation de ces protéines.

Diversité génétique

Comme pour toutes les protéines, il existe un gène qui code la protéine Tau. Le gène présente notamment un motif appelé motif R qui permet à la protéine tau de se fixer sur les microtubules. Le gène tau a sept allèles différents qui peuvent être classés en deux catégories selon le nombre de motif R qu'ils possèdent :

 

  • ceux à trois motifs R ;
  • ceux à quatre motifs R.

 

Les protéines tau qui proviennent des allèles à trois motifs R ont une fixation moins importante que les protéines qui proviennent des allèles à quatre motifs.

 

Génétique

La majorité des cas de maladie d'Alzheimer sont dits sporadiques, ils ne sont pas héréditaires, bien que la présence de certains gènes soit un facteur de risque.

Cependant, environ 0,1 % des cas sont des formes génétiques familiales à transmission autosomale dominante (non-liée au sexe) qui se déclenchent habituellement vers 65 ans37. Cette forme de la maladie est connue comme la maladie d'Alzheimer familiale précoce (Early onset familial Alzheimer's disease).

La majorité de ces formes familiales autosomales dominantes peuvent être attribuées à une mutation sur un des trois gènes suivants38 :

La plupart des mutations de ces trois gènes provoque une augmentation de la production de l'Aß42, le composant des plaques séniles amyloïdes39. Certaines mutations affectent uniquement le ratio entre la forme Aß42 et la forme normale Aß40, sans affecter le niveau de la protéine Aß42 elle-même39,40. Cela suggère que les mutations de la preseniline peuvent causer la maladie même lorsqu'elle diminue la quantité totale d'Amyloïde-ß, ce qui suggère un rôle de cette protéine à un autre niveau du mécanisme pathologique que sur le seul fragment Aß (ex. : sur l'APP ou sur un autre fragment).

 

Facteurs de risque génétiques

Un des facteurs de risque génétiques les mieux décrits est la possession de l'allèle ε4 du gène de l'apolipoprotéine E (APOE)41,42. Ce gène se présente sous trois allèles possibles chez l'homme : ε2, ε3 et ε4. Les allèles ε2 et ε3 sont spécifiques de l’espèce humaine. Ils proviennent d’une mutation du gène ε4. L’allèle le plus répandu est l’allèle ε3 (70 %), suivi de l’allèle ε4 (20 %) puis de l’allèle ε2 (10 %). Les allèles ε2 et ε3 sont associés au mécanisme de croissance neuritique (formation des axones et des dendrites). Cette croissance est importante pour la plasticité neuronale, un mécanisme assurant le bon fonctionnement et la longévité du système nerveux. Au contraire, l'allèle ε4 inhibe la croissance neuritique, diminue la plasticité neuronale et est par conséquent associé aux maladies du dysfonctionnement neuronal. Dans certaines populations, entre 40 et 80 % des personnes touchées par la maladie d'Alzheimer possèdent au moins une allèle APOEε442. La présence de l'allèle APOEε4 augmente le risque de la maladie de trois fois à l'état hétérozygote et de quinze fois à l'état homozygote37.

 

Le risque de maladie d'Alzheimer, toutefois, ne peut être expliqué uniquement par la génétique. Par exemple, chez certaines populations nigérianes, il n'y a aucune relation entre la présence de l'APOEε4 et l'incidence ou l'âge de déclenchement de la maladie d'Alzheimer38,43,44.

 

Une mutation particulière du gène TREM2 augmente, dans à peu près les mêmes proportions que celle de l'APOE, le risque de contracter la maladie d'Alzheimer45,46. La protéine codée par ce gène interviendrait dans l'élimination des neurones nécrosés par apoptose47, la dysfonction de celle-ci pourrait alors contribuer à la survenue des lésions propres à l'Alzheimer48.

 

Les généticiens s'accordent sur le fait que de nombreux autres gènes sont également des facteurs de risque ou, au contraire, ont des effets protecteurs et influent donc sur le déclenchement des formes tardives de l'Alzheimer. Néanmoins, des études comme celle effectuée au Nigeria et la pénétrance incomplète des facteurs de risque génétiques associés aux formes sporadiques indique une très forte influence de l'environnement. L'influence de plus de 400 gènes différents a été testée38, la plupart sans donner de résultats37.

 

  • les personnes porteuses de trisomie 21 (syndrome de Down)49,50,51.
  • gène de la clusterine52 ;
  • gène codant la protéine PICALM (phosphatidylinositol-binding clathrin assembly protein) qui contribue au système immunitaire ;
  • CR1 (récepteur 1 du composant 3b/4b du complément) a aussi été ajouté à la liste des gènes fortement suspectés53.

 

Effets des lésions selon la localisation

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

 

Selon les endroits touchés par les lésions causées par la démence d'Alzheimer, les résultats seront différents :

 

 

Diagnostic

La maladie d'Alzheimer ne peut pas être diagnostiquée avec certitude. Seule l'autopsie, après le décès du patient, permet de confirmer avec certitude le diagnostic de maladie d'Alzheimer, grâce à un examen anatomo-pathologique du cerveau. Le recours à des biopsies de tissu cérébral est dangereux et s'avère peu utile. Le diagnostic de maladie d'Alzheimer est néanmoins donné lorsqu'un diagnostic clinique de démence est établi et que les examens complémentaires éliminent l'ensemble des autres diagnostics possibles (diagnostic par défaut)[réf. nécessaire].

Il faut noter d'autre part que des examens cérébraux post mortem peuvent attester d’un stade avancé de la maladie d'Alzheimer, sans que les malades n'aient présenté de signes cliniques de type altération cognitive. Ces observations ont entrainé le développement du concept de réserve cognitive ((en)), qui influe sur le profil d'évolution des signes cliniques : absence de signes au début de la maladie puis accélération rapide passé un « seuil » pour les personnes dotées d'une forte réserve54.

 

Diagnostic clinique

Dépistage

Actuellement, il n'est pas recommandé de recourir au dépistage de la maladie, c'est-à-dire à la recherche de la maladie chez des personnes qui n'ont aucun symptôme55. En effet, en l'absence de traitement curatif, cette stratégie n'est pas pertinente au plan de la santé publique. Par contre, il est recommandé de reconnaître la maladie chez des personnes qui ont des symptômes ou des signes évocateurs. Il est alors question de détection et de diagnostic.

 

Signes précurseurs

On peut retrouver des signes précurseurs de la maladie d'Alzheimer jusqu'à 12 ans avant le diagnostic56.

La maladie d'Alzheimer débute habituellement par des troubles de la mémoire. Certains patients remarquent que leur mémoire fonctionne moins bien qu'autrefois et consultent leur médecin pour cela. Chez d'autres patients, l'entourage plus que le patient lui-même remarque ses difficultés de mémoire. Les symptômes liés à la mémoire (plainte mnésique) ne sont cependant pas spécifiques de la maladie d'Alzheimer (voir diagnostics différentiels).

La maladie peut aussi se manifester par d'autres symptômes, comme une dépression, une perte d'indépendance fonctionnelle (nécessité d'une aide humaine dans les gestes de la vie quotidienne), des chutes répétées, un amaigrissement ou encore des troubles du comportement. À un stade plus évolué, d'autres troubles cognitifs apparaissent progressivement : altérations du langage, des gestes, de la motricité et de la communication. L'ensemble de ces symptômes ne sont pas spécifique d'un Alzheimer mais conduisent le patient à consulter un médecin qui le guidera le cas échéant vers un diagnostic en centre spécialisé.

 

Ce diagnostic est posé en deux étapes :

  • rechercher l'existence d'un syndrome démentiel par un médecin pas forcément spécialisé ;
  • rechercher la cause de ce syndrome démentiel.

Pour poser le diagnostic de démence, il est nécessaire de conduire une évaluation détaillée des fonctions cognitives qui est habituellement réalisée par un psychologue spécialisé en neuropsychologie.

 

Démence et maladie d'Alzheimer

Le terme démence signifie que les troubles cognitifs de la personne ont un retentissement dans son autonomie au quotidien57. La démence regroupe un ensemble de pathologies dont la maladie d'Alzheimer qui en est la forme la plus emblématique et la plus fréquente.

 

Critères de démence

Les critères de démence du DSM-IV reposent sur l'installation de troubles intellectuels portant de manière partielle ou complète sur :

 

  • la mémoire : amnésie des faits récents puis anciens ;
  • des troubles des fonctions exécutives : faire des projets, organiser, ordonner dans le temps, avoir une pensée abstraite ;
  • une aphasie : perturbation du langage (manque du mot) ;
  • une apraxie : altération de la capacité à réaliser une activité motrice malgré des fonctions motrices intactes (difficulté à s'habiller) ;
  • une agnosie : impossibilité de reconnaître ou d’identifier des objets malgré des fonctions sensorielles intactes.

 

Ces troubles ont un retentissement socio-professionnel. Leur évolution se fait de manière progressive et irréversible (déclin continu, etc.). Enfin, ces signes ne peuvent être expliqués par d'autres causes : ni organique (tumorale, infectieuse, toxique), ni psychique (dépression, schizophrénie), et en dehors d'une confusion aiguë.

 

Outils d'évaluation cliniques

Le diagnostic de maladie d'Alzheimer nécessite l'évaluation de plusieurs fonctions cognitives. Certaines perturbations sont en faveur du diagnostic.

 

Tests de diagnostic précoce réalisables par un médecin
  • Le MMSE (Mini Mental State Evaluation, ou Test de Folstein), est le test le plus répandu et celui recommandé par la Haute Autorité de santé57. Il comporte 18 questions ou tâches et il est réalisable en 15 minutes environ. Il fournit un score variant de 0 à 30 points : un score inférieur à 24 sur 30 est suspect de démence ; un score de 28 ou plus est normal. Ce résultat doit cependant être interprété selon le niveau éducatif du patient car un haut niveau peut améliorer le score et donc fausser le test (quel est son dernier diplôme obtenu, quel est son (ancienne) activité professionnelle). Il faudra s'assurer de l'absence de confusion avant sa réalisation. Il est recommandé de ne pas faire ce test dès l'arrivée des patients dans le services mais à distance de quelques jours [réf. nécessaire].
  • Le test Codex58 : ce test réalisable en 3 minutes combine une épreuve de mémoire et un test de l'horloge : ces éléments forment un arbre de décision complété pour certains patients par des questions sur l'orientation spatiale. Il est redondant avec certains autres tests (réalisés en routine en gériatrie hospitalière) mais il est plus rapide et particulièrement adapté à la médecine de ville59.
  • Le « test de l'horloge »60 : il consiste à faire dessiner à la personne le cadran d'une montre. On demande au patient d'indiquer une heure choisie par l'examinateur. Par exemple, mettez une petite aiguille et une grande aiguille pour indiquer cinq heures moins le quart. Il est réalisable en 2 minutes environ.
  • Le « test des 5 mots » de Dubois61 : ce test évalue la mémoire en distinguant les processus d'encodage et de rappel.
  • D'autres tests peuvent également être réalisés en pratique courante : le MoCA62, les fluences verbales…

 

Outils d'évaluation cognitive en milieu spécialisé réalisés par un neuropsychologue

Outre les tests précédents, on peut citer :

  • le test de Gröber et Buschke pour explorer la mémoire63 ;
  • le test Trail Making Test64, pour explorer les fonctions exécutives et l'attention [réf. nécessaire] ;
  • le test de Stroop pour explorer l'attention65 ;
  • les tests de dénomination, pour explorer le langage [réf. nécessaire] ;
  • la copie de figures complexes (ex. : la figure complexe de Rey)[réf. nécessaire].

 

Examens complémentaires

Le diagnostic de démence est essentiellement clinique. Des examens complémentaires doivent être réalisés afin d'éliminer des causes curables.

 

Les examens biologiques recommandés sont57 : dosage de la thyréostimuline hypophysaire (TSH), un hémogramme, une CRP, une natrémie, une calcémie, une glycémie, une albuminémie et un bilan rénal (créatinine et sa clairance). Les examens biologiques à réaliser en fonction du contexte sont : vitamine B12, folates, bilan hépatique (transaminases, gamma GT), sérologie syphilitique, VIH ou maladie de Lyme.

 

L'imagerie cérébrale est systématique :

 

  • L'IRM est l'examen d'imagerie de choix pour le diagnostic étiologique des démences. Dans la maladie d'Alzheimer, elle peut montrer une atrophie corticale (on recherchera surtout une atrophie hippocampique en coupe coronale séquence T1), cependant l'atrophie corticale ou sous-corticale n'est pas spécifique de la maladie d'Alzheimer. Cet examen permet aussi d'éliminer notamment d'autres causes : tumeurs, accident vasculaire cérébral, hématome intra-cérébral ou sous-dural, encéphalopathie éthylique. Des indices sont cependant en cours d'évaluation pour tenter de faire un diagnostic précoce (dont la diminution de la taille de l'hippocampe). Cependant, cet examen est peu accessible, son coût est élevé et son délai d'attente est long.
  • Le scanner cérébral est réalisé si l'IRM est contre-indiquée ou n'est pas réalisable. Son coût est faible et son délai d'attente est court. Il est moins précis que l'IRM, mais permet d'éliminer les causes curables sus-mentionnées.

 

D'autres examens sont réalisés dans certaines circonstances seulement :

 

  • le dosage dans le liquide céphalo-rachidien de la protéine tau, des protéines tau phosphorylées et du peptide amyloïde bêta de 42 acides aminés sont réalisés après une ponction lombaire. Ces dosages ne sont pas réalisés en pratique courante car ils sont pratiqués lorsque le diagnostic étiologique de la démence est incertain. Ils sont réalisés dans certains centres hospitaliers spécialisés ;
  • la tomographie à émission de positons ou TEP est un examen permettant l'analyse de certains traceurs radioactifs injectés dans l'organisme qui sont des marqueurs de la perfusion ou du métabolisme. On note une diminution assez nette du métabolisme de plusieurs parties du cerveau (lobe temporal, pariétal et postérieur) avec une bonne sensibilité et spécificité [réf. nécessaire]. La diminution de l'activité de l'hippocampe serait un indice prometteur. Cet examen n'est pas réalisé de façon courante. Il est utilisé lorsque le diagnostic étiologique de la démence est incertain, malgré l'évaluation clinique et l'IRM. La TEP peut aussi être utilisée avec des traceurs qui se lient aux plaques amyloides (PIB). Ce type d'examen est réalisé dans le cadre de protocoles de recherche ;
  • la tomographie à émission monophotonique (TEMP) utilise aussi des marqueurs de perfusion ou du métabolisme cérébral. Cette imagerie fonctionnelle est utile pour le diagnostic étiologique des démences, lorsque les données cliniques ou d'imagerie IRM ne suffisent pas à poser le diagnostic. En particulier, la TEMP est utile pour identifier les démences fronto-temporales. La TEMP peut aussi être réalisée avec des traceurs du système dopaminergique : c'est le Dat-scan, un autre examen d'imagerie isotopique utile pour différencier la maladie d'Alzheimer de la démence à corps de Lewy, une autre démence dégénérative. Dans cette maladie, il y a une hypofixation du traceur au niveau du striatum (zone de fixation normale pour cet examen). La Dat-scan utilise un traceur fixant spécifiquement les transporteurs de la dopamine marquée à l'iode 123.

 

Diagnostics différentiels

 

On peut évoquer le diagnostic de maladie d'Alzheimer devant beaucoup de situations différentes. Néanmoins de nombreuses autres pathologies ou conditions peuvent expliquer certains symptômes et doivent être écartées avant d'établir de manière certaine le diagnostic de maladie d'Alzheimer.

 

 

Une fois le diagnostic de démence posé, une évaluation cognitive globale, fonctionnelle, thymique et comportementale en centre mémoire spécialisé va permettre de poser le diagnostic étiologique de la démence66 :

 

 

Facteurs de risque

 

Le premier facteur de risque reste avant tout l'âge (supérieur à 65 ans), ce qui fait de la maladie d'Alzheimer une maladie du vieillissement. Un seul facteur génétique a été retrouvé l'allèle ε4 du gène de l'apolipoprotéine E. Cependant, l'utilisation du génotypage dans la pratique courante ou le dépistage n'est pas recommandé à ce jour du fait de l'absence de prise en charge spécifique. Voir Génétique. La petite taille, surtout chez les hommes, semble corrélée à un risque plus élevé de contracter la maladie67,68.

 

Facteurs de risque cardiovasculaires

 

Les maladies cardiovasculaires relativement précoces (à partir du milieu de vie)69,70,71,72 peuvent être un facteur de risque.

 

Un traitement contre l'hypertension artérielle limite le risque de mourir précocement, mais aussi celui d'être admis pour une longue durée dans un centre de soins (risque diminué de 49 %), pour des raisons encore incomprises. De manière générale, l'hypertension est un facteur de risque de démence73. Certains se demandent même si la maladie d’Alzheimer n'est pas une maladie vasculaire plutôt que neurodégénérative74, notamment liée à une hypoperfusion cérébrale75 et à une mauvaise irrigation du cerveau76, comme dans d'autres formes de démence peut-être77.

 

L'hypercholestérolémie78 est également un facteur de risque. Un régime riche en acides gras polyinsaturés oméga-3 et omega-6, et pauvre en acides gras saturés pourrait à l'inverse diminuer le risque de développer la maladie d'Alzheimer79.

 

Le tabagisme augmenterait sensiblement le risque de survenue de la maladie d'Alzheimer80.

 

Facteurs de risque médicamenteux

 

L'usage des anxiolytiques81(en particulier des benzodiazépines82) et des somnifères83 augmenterait le risque de survenance de la Maladie d'Alzheimer. Le risque serait majoré de 20 % à 50 %. La France est un pays de forte consommation de ces produits.

 

Facteurs de risques : maladies métaboliques

 

Le diabète est un facteur de risque. Les diabétiques courent un risque environ deux fois plus élevé d'être concerné par la démence vasculaire ou la maladie d'Alzheimer que le reste de la population84. Même pour les non-diabétiques un taux élevé de glucose élève significativement le risque85.

 

Facteurs environnementaux autres

 

D'autres facteurs de risque de la maladie d'Alzheimer ont été évoqués86 : des antécédents personnels de dépression87, un niveau socio-culturel bas88. Une méta-analyse met en avant la fragilité de constitution comme facteur de risque89. Les hypothèses du traumatisme crânien90,91 ou l'exposition à l'aluminium92,93,94 sont controversées. L'inactivité physique a été longuement étudiée et semble pouvoir être retenue comme facteur de risque95.

 

Mise en cause du mercure

 

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

 

Certains indices suggèrent une relation causale entre l'exposition au mercure et la maladie d'Alzheimer96. En revanche, les amalgames dentaires contenant du mercure ont fait l'objet de nombreuses études qui n'apportent pas la preuve de leur responsabilité au regard des maladies neurodégénératives97,98.

 

Ce mercure aurait pour principale origine les plombages dentaires : l’OMS considère que le mercure-vapeur émis par les amalgames dentaires est la 1re source d’exposition mercurielle des populations occidentales99. Les amalgames perdent environ 50 % de leur mercure (soit 1/2 gramme environ par amalgame), en 10 ans, avant stabilisation, et de nombreuses études récentes ont confirmé que le taux de mercure du cerveau est corrélé au nombre d’amalgames100,101,102,103,104.

 

Une revue105 (des connaissances et études récentes, faite par J. Mutter montre une grande cohérence des études disponibles. Boyd Haley et ses collègues (Université du Kentucky) ont récemment montré comment le mercure induit une neurodégénérescence caractéristique de la maladie d’Alzheimer, à la suite d'une exposition chronique à de faibles doses de mercure-vapeur106.

 

Une étude (de faible puissance statistique[réf. nécessaire] et portant sur des vétérans de l'US Army) avait en 1993 mis en évidence un taux 7 à 8 fois plus élevé de caries racinaires chez les victimes de maladie d'Alzheimer par rapport à un groupe témoin (apparié pour l’âge et le niveau d’éducation)107. Le mercure inhalé passe le mieux et plus directement au travers des poumons et qu'il est facilement stocké dans le cerveau qu'il gagne aisément grâce à sa lipophilie partielle. Ce sont les cellules gliales qui le stockent durablement, pour des dizaines d'années, sous forme d'un complexe insoluble soufré de cations mercuriques (Hg2+), après qu'il y a été oxydé par le peroxyde d’hydrogène dans une réaction catalysée par une catalase (la peroxydase).

 

En 2006, une étude suédoise montrait que les Suédois victimes de la maladie d'Alzheimer avaient plus souvent des problèmes dentaires que les non-malades108.

 

Chez le rat de laboratoire exposé à du mercure, des processus de dégénérescence du cerveau sont observés, semblables à ceux de la maladie d'Alzheimer. Le cerveau de rats de laboratoire exposés à une dose de mercure-vapeur équivalente à celle de quelques amalgames dentaires, présente les mêmes anomalies moléculaires que celles observées à l'autopsie de 80 % des cerveaux de patients morts après une maladie d’Alzheimer. Et la gravité de l'anomalie est bien corrélée au taux de mercure mesuré dans le cerveau109.

 

Un taux de mercure est mesuré plus élevé dans le cerveau des malades d'Alzheimer, et tout particulièrement dans le noyau basal de Meynert au centre de l'encéphale, là où la dégénérescence neuronale est la plus forte chez les malades110,111. Les malades ont presque toujours un taux de mercure sanguin anormalement élevé (2 à 3 fois plus élevé que pour l'échantillon témoin)112 et le taux sanguin du mercure est plus élevé chez les malades qui ont le plus de protéines β-amyloïdes se déposant dans le cerveau.

 

Le mercure et d'autres métaux lourds ont une affinité pour les groupements thiols, or la tubuline possède plusieurs cystéines, un acide aminé possédant une fonction soufrée thiol (indispensable à la polycondensation de cette protéine cytosolique et c'est cette polycondensation qui forme les microtubules rigides, principaux constituants du cytosquelette des neurones, nécessaire au transport axoplasmique qui nourrit le neurone. Les fonctions thiol ont une affinité très élevée pour les cations mercuriques hydrosolubles113, elles interviennent d'ailleurs dans les phénomènes naturels de détoxication des métaux lourds.

 

In vitro, de faibles doses de mercure inorganique (Hg2+) suffisent à inhiber la production de glutathion par les neuroblastomes (cellules neuronales modifiées). Le glutathion est un tripeptide soufré normalement très présent dans le cerveau qu'il protège en tant que puissant antioxydant du milieu cellulaire. À faible dose, le mercure induit aussi une hyperphosphorylation des protéines tau et un dépôt de protéine β-amyloïde, deux caractéristiques de la maladie d’Alzheimer (démontré expérimentalement chez le porc)114.

 

La mélatonine est une hormone essentielle, produite par la glande pinéale (ou épiphyse), synchronisant les biorythmes, mais jouant aussi un rôle antioxydant et protégeant les neurones du mercure. L'effet cytotoxique du mercure via le stress oxydatif est connu, mais des chercheurs ont montré dans les années 2000 qu'il augmente aussi la sécrétion de bêta-amyloïde et la phosphrylation des protéines Tau dans les cellules de neuroblastome SHSY5Y. Ils ajoutent que la mélatonine protège bien les neurones contre l’action oxydante des cations mercuriques115. In vitro, dans une culture de tissu cérébral humain, de très faibles doses de mercure inorganique suffisent à inhiber la phosphorylation de la tubuline par la guanosine-triphosphate (GTP), cofacteur nécessaire à la construction des microtubules, alors que d'autres métaux (même neurotoxiques connus comme le plomb, y compris sous leur forme ionisée) n'ont pas cet effet, pas plus que le fer ou le zinc ou l’aluminium, un temps suspectés116.

 

Le mercure inhibe la fixation des riboses sur l’adénosine diphosphate (ADP ; coenzyme nucléotidique de la tubuline), ce qui inhibe la polycondensation de cette protéine (30), entraînant la formation d’amas neurofibrillaires cytotoxiques117. Des neurones mis en culture dégénèrent quand ils sont exposés à de très faibles doses de mercure inorganique ionisé (Hg2+) avec, dans le même temps, formation d’amas de neurofibrilles. L'Université de médecine de Calgary a produit une vidéomicroscopie qui montre qu'une dose infime de (10-7 Mol) mercure suffit à mettre à nu une gaine de microtubules, par perte des neurofibrilles qui se dépolymérisent progressivement (Voir la vidéo). Cet effet n’est pas retrouvé avec d’autres métaux neurotoxiques : aluminium, plomb, manganèse118.

 

Des cultures de cellules souches de neurones ont été exposées à de faibles taux de mercure inorganique : celui-ci y bloque les fonctions de la tubuline, et induit la mort des cellules, par apoptose, ainsi que la formation de protéines connues pour être chaperonnes du stress thermique119.

 

Des chélateurs (molécules captant les métaux) associés à des antioxydants permettent une solubilisation de la protéine β-amyloïde (PbA). C'est un indice de plus en faveur d'une responsabilité du mercure dans l'accumulation de cette protéine pathogène120. Un métabolisme anormal (homéostasie cellulaire perturbée) de deux autres cations métalliques (cuivre et zinc, nécessaires au fonctionnement du cerveau) serait également associé à l'apparition des plaques amyloïdes. Débarrasser le cerveau de ses excès de certains métaux pourrait être une piste thérapeutique contre la maladie d’Alzheimer121. In vitro, le mercure interagit négativement avec le glutamate (neuromédiateur excitateur) dont il perturbe la synthèse et le transport122,123. Or, le glutamate est essentiel pour le cerveau et la mémoire, mais ne doit pas être présent en excès. Dans la fente synaptique, les cations mercuriques (à dose micromolaire, 10-6 Mol), freinent la capture du glutamate par les astrocytes, en se fixant sur les fonctions thiols des transporteurs protéiques du glutamate124[réf. insuffisante]. Le glutamate s'accumule et devient hyperexcitant, au point de tuer les cellules nerveuses.

 

In vivo, le liquide cérébrospinal des M.A contient toujours un taux anormalement élevé de glutamine synthétase (GS), ce qui peut être dû au fait que le mercure inorganique freine l’activité de la GS[Quoi ?] dans les astrocytes bien plus efficacement que le cation méthylmercure (… avec une relation dose-dépendante, et même à très faible dose puisque 5 μM de mercure inorganique durant 6 heures suffisent à diminuer de 74 % l’activité de la GS)125. Le mercure, en augmentant le taux de glutamate excitotoxique peut entrainer la lyse d'astrocytes126.

 

Le taux d'adénosine triphosphate (ATP) des cellules neuronales est en outre piloté par une enzyme (la créatine kinase, ou CK), qui est également vulnérable aux cations mercuriques car possédant un grand nombre de fonctions thiols. Or, un taux anormalement bas de cette enzyme est constatée dans les zones du cerveau les plus affectées par la maladie d’Alzheimer127,128.

 

Pronostic

 

Conséquences sociales

La famille comprend les enfants, les frères et sœurs, nièces et neveux, etc. En se référant au nombre estimé en 2007 de 800 000 malades en France et en considérant une moyenne de 3 cellules familiales autour d'un malade, ce sont plus de 2 400 000 personnes qui sont concernées plus ou moins directement par la maladie d'Alzheimer. C'est un problème majeur de société, la progression du nombre de malades étant d'environ 250 000 cas par an [réf. incomplète]129.

 

La famille a des ressources limitées en temps pour offrir à la personne malade le soutien dont elle a besoin de façon de plus en plus continue au fur et à mesure de l'évolution de la maladie. Pourtant, dans 70 % des cas, c'est la famille qui prend en charge la personne malade et lui permet de rester à domicile.

On a pris conscience de l'apport considérable de l'aidant naturel (aussi nommé aidant familial) et les professionnels se rendent compte que l'« aide aux aidants » est probablement une des manières de répondre à cet énorme défi de santé publique.

En France, 70 % des époux et 50 % des enfants d'une personne souffrant de la maladie d'Alzheimer lui consacrent plus de 6 heures par jour. 24 % des aidants – et 54 % s’il s’agit d’enfants d'une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer – doivent réaménager leur activité professionnelle. 20 % des aidants naturels d'une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer déclarent différer, voire renoncer à une consultation, une hospitalisation ou un soin pour eux-mêmes par manque de temps130[réf. incomplète]. Si la prévalence de la maladie continue d'augmenter, elle mobilisera à elle seule et pour le simple nursing un dixième de la population active. Par ailleurs, il semblerait que la mortalité des personnes aidant soit supérieure à celle de personnes du même âge ne s'occupant pas d'un malade, mais cela n'est pas clairement établi à ce jour131. Dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012, a été mis en place un métier le Technicien-Coordinateur de l’aide psycho-sociale aux aidants en réponse aux problématiques de ces aidants.

 

Traitements

Traitement préventif

 

Aucune méthode ne protège définitivement de la maladie d’Alzheimer, mais des facteurs de diminution du risque sont connus :

 

Hygiène de vie

Activité cognitive et niveau scolaire

Une activité cognitive aide à réduire les risques de la maladie, la dégradation des facultés intellectuelles étant d'autant réduite que le nombre d'activités (tricot, TV, cinéma, lecture, jeux…) augmente132.

La durée des études avant 25 ans n'a pas d'effet sur les pathologies à l'origine de la maladie d’Alzheimer, mais il protège des symptômes : le cerveau peut être atteint, mais les signes cliniques de dégénérescence cognitives sont retardés de 7 à 10 ans. Ce retard aboutit à diviser par deux la possibilité d'en manifester les symptômes pour la population la plus instruite133. Cet effet retardateur des symptômes a été constaté dans de nombreuses études, bien qu'elles présentent toutes des biais et aboutissent à des résultats détaillés divergents. Les différences portent sur l'effet protecteur des études dans le cas du stade de la démence grave, ou dans le cas de cerveaux de poids élevé auquel cas l'effet protecteur est divergent. Les mécanismes mis en œuvre dans cette faculté à compenser les causes de la maladie, désignés comme « réserve cognitive » ne sont pas connus, et il n'y pas de certitudes sur l'effet ou non d'autres facteurs tels que le style de vie dans les périodes ultérieures de la vie134.

 

Activité physique

L'exercice physique tout au long de la vie pourrait prévenir le risque de maladie d'Alzheimer chez les sujets à risque135, peut-être en diminuant le risque d'hypertension et d'accident cardiovasculaire136.

 

Alimentation équilibrée

 

  • riche en vitamines C et E provenant de l'alimentation137 ;
  • pauvre en cholestérol138,139,140. Le cholestérol semble avoir un effet négatif sur les processus de mémorisation et sur certaines structures du cerveau;
  • une alimentation moins riche en viande : plusieurs études cliniques tendent à démontrer que la consommation de viande141(y compris les œufs) en grande quantité favoriserait le développement de la maladie d'Alzheimer142,143,144,145,146. Outre l'augmentation du risque liée au cholestérol, il est notamment évoqué dans certaines études le rôle de la méthionine, transformé en homocystéine par le métabolisme intermédiaire. Une hyperhomocystéinémie est un facteur augmentant le risque cardiovasculaire, et semblerait jouer un rôle dans l'apparition de la maladie d'Alzheimer. Cependant, il est nécessaire de rappeler que la méthionine est un acide aminé tout à fait indispensable à la vie, qui lorsqu'il est consommé dans les quantités habituelles ne pose aucun problème de santé publique.[réf. nécessaire] Selon certaines théories, la hausse du nombre de cas développant la maladie d'Alzheimer pourrait correspondre à la hausse de la consommation de viande dans le monde143 : ainsi, une recherche de l’American Society for Nutrition (en), concernant des populations d'Amérique latine, de Chine et d'Inde, conclut que « la consommation de viande a été plus élevée chez ceux dont on a diagnostiqué une démence147. ». La consommation de poisson semble avoir un effet protecteur selon certaines études148, ou pas d'effet149, mais le poisson contient également de la méthionine. Les études sont intéressantes quand elles comparent deux groupes de même origine ethnique et du même âge qui ne consomment pas les mêmes aliments: japonais émigrés à Hawaii150 et africains envoyés aux États-Unis151. À chaque fois l'alimentation riche en viande et graisses saturées est liée à un taux plus élevé de maladie d'Alzheimer. Cette recommandation concerne à la fois les protéines animales et les matières grasses d'origine animale152 ;
  • parallèlement, un alimentation végétarienne aurait un effet protecteur153,154. Les populations indiennes pratiquant le végétarisme (depuis des générations) ont un taux d'individus touchés par la maladie d'Alzheimer qui est le plus faible enregistré de par le monde155,156 ;
  • pauvre en matières grasses154,152. Les matières grasses consommées devant préférentiellement être polyinsaturées en évitant les matières grasses saturées et les acides gras trans157 ;
  • pauvre en sel (pour limiter le risque d'hypertension158) ;
  • riche en oméga-3. L'effet préventif semble probable159, mais pas l'effet curatif160 ;
  • café et caféine ont été proposés comme l'un des moyens d'améliorer l'état des patients161,162, mais avec des effets secondaires possibles ;
  • « Le thé vert aurait une incidence directe sur les fonctions cérébrales, car il contribue à la préservation de ces fonctions et à la réparation des cellules endommagées163 » et réduirait le risque d'être atteint de démence et d'autres maladies neuro-dégénératives comme le Parkinson et l'Alzheimer164 ;
  • une limitation de l'apport en sucre. Les produits de dégradation du fructose (AGE pour Advanced Glycation End-Products) pourraient favoriser le vieillissement165.
  • des recommandations alimentaires combinant régime méditerranéen et d'autres facteurs évoqués ci-dessus ont été développées spécifiquement pour réduire le risque de maladie d'Alzheimer166, suivre ces recommandations permettrait de réduire le risque de 53%167.
  • certains nutriments méditerranéens typiques semblent avoir un effet plus marqué, en particulier l'huile d'olive168.
  • d'autres compléments alimentaires sont étudiés actuellement169,170, des antioxydants d'origine naturelle en général, que l'on trouve dans certains fruits et légumes: astaxanthine, lycopène ou d'autres caroténoïdes, flavonoïdes...

 

Jeûne et restriction calorique

 

Plusieurs études indiquent que le jeûne, la restriction calorique ou le jeûne intermittent auraient un effet protecteur contre les maladies dégénératives du cerveau171,172,173.

 

Lumière et rythmes biologiques

 

  • L'exposition à la lumière naturelle semble améliorer certains symptômes. La prise de mélatonine, associée à une luminothérapie pourrait améliorer les troubles du sommeil, en agissant comme inducteur de sommeil mais aussi comme facteur d'allongement de la durée de celui-ci174. L'exposition à la lumière naturelle diminuerait aussi chez ces malades les symptômes de dépression (-19 %), les limitations fonctionnelles au quotidien (- 53 %), la détérioration cognitive (- 5 %). Chez les malades observés, la prise de mélatonine facilitait l'endormissement. L'association lumière + mélatonine a aussi diminué les comportements agressifs (- 9 %), les phases d'agitation et de réveil nocturne. Il est donc conseillé175 « de bien éclairer les pièces en journée (… et) à l'inverse, de diminuer les sources de lumière en soirée pour que l'organisme reçoive le signal que la nuit est là ».

 

Traitements médicamenteux des facteurs de risques cardiovasculaires

 

Les traitements médicamenteux contre les facteurs de risques cardio-vasculaires semblent diminuer la survenance de la maladie d'Alzheimer, ou la reculer.

 

  • Les traitements contre l'hypertension176,177,178, et notamment les diurétiques, et surtout ceux qui agissent sur le potassium, ont été associés à un moindre risque de maladie d’Alzheimer179. Ils diminuent le risque de n'importe quelle forme de démence.
    Les antihypertenseurs visant l'angiotensine semblent également diminuer le risque de MA180.

 

  • traitement contre l'hypercholestérolémie par des statines181.

 

 

Prise en charge dès les premiers signes

 

En France, un patient atteint de la maladie d'Alzheimer sur deux n'est pas diagnostiqué, et donc sans prise en charge adaptée184. Un dépistage et une prise en charge précoce sont conseillés pour favoriser le maintien à domicile le plus longtemps possible185.

 

Approche non-médicamenteuse

 

L'approche non-médicamenteuse est une dimension importante de la prise en charge. Des approches très diverses sont proposées. Peu ont une efficacité réellement documentée par des études scientifiques. Elles ont l'avantage de ne pas avoir d'effets indésirables.

 

  • La stimulation cognitive permettant de stabiliser les troubles cognitifs des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, des équipes spécialisée Alzheimer à domicile (ESAD ont été mises en place suite à la mesure 6 du plan Alzheimer 2008-2012. Ces équipes proposent de la stimulation cognitive, mais également des mises en situation pour travailler les activités de la vie quotidienne et permettre à la personne de rester autonome à son domicile plus longtemps. Les interventions envers les aidants familiaux des patients semblent capables de retarder l'entrée en institution gériatrique, en particulier les interventions d'un type éducatif.

 

  • Les aidants familiaux, par leur manière de se comporter, peuvent contrôler les troubles psychocomportementaux des malades. L'éducation des aidants, la notion de « base de sécurité » (un aidant choisi par le malade pour se sécuriser), de réseau d'aidants (autour de l'aidant principal), de tuteur de résilience pour l'aidant, sont autant d'éléments qui font de l'aidant familial un « traitement » en soi186.

 

Prises en charge sociale

 

 

Le maintien à domicile le plus longtemps possible est souvent la solution demandée par les patients mais elle n'est pas toujours possible. La prise en charge sociale consiste à trouver une solution pérenne la plus adaptée à la personne en fonction de ses souhaits et de ses capacités. Les démarches sont souvent faites par les familles aidées des médecins et des assistantes sociales.

 

Traitements médicamenteux

 

Il n'existe actuellement aucun traitement pour guérir, ni même arrêter l'évolution, de la maladie d'Alzheimer.

 

Médicaments déconseillés chez le patient atteint d'une Maladie d'Alzheimer

 

Tous les médicaments ayant une action sur le cerveau ont un risque d'aggraver les troubles cognitifs des personnes atteintes d'une démence. Les principales classes thérapeutiques qu'il convient d'éviter187 sont : les médicaments à effet anticholinergique et les psychotropes.

 

Utilisation des psychotropes chez le patient atteint de la maladie d'Alzheimer

 

Peu d'études ont été réalisées chez le patient atteint de la maladie d'Alzheimer concernant l'utilisation des psychotropes188. La plupart des recommandations sont faites à partir d'extrapolation des données issues des patients jeunes ou de l'expérience clinique.

 

Les études réalisées chez les patients atteints d'une maladie d'Alzheimer montrent que ces médicaments sont malgré tout très utilisés189 : ils sont prescrits chez plus de 2/3 des patients atteints d'une maladie d'Alzheimer.

 

  • Les antidépresseurs : la prévalence de la dépression est estimée entre 37 % et 50 % des patients190,191. Ils n'ont pas prouvé d'efficacité192 sur l'évolution de la maladie d'Alzheimer, mais ils peuvent avoir une efficacité sur la dépression associée, l'anxiété et les troubles du comportement193.

 

  • Les neuroleptiques sont fortement déconseillés chez les patients atteints d'une maladie d'Alzheimer188,194 sauf dans des situations particulières d'agitation majeure avec des risques de blessure pour le patient ou les soignants188. Ce traitement nécessite une réévaluation constante et doit être arrêté dès que possible. Par ailleurs, les effets indésirables de ces traitements sont nombreux195 chez ces patients : ils majorent le risque d'accident vasculaire cérébral et entraînent une mortalité accrue. L'arrêt de ces traitements en dehors des phases d'agitation aiguë ne semble pas aggraver les troubles du comportement196.

 

 

Traitements spécifiques des démences

 

Inhibiteurs de l'acétylcholinestérase

 

Ils inhibent la dégradation de l'acétylcholine, une molécule permettant la transmission entre certains neurones du cerveau par l'intermédiaire de ses synapses. Ainsi, ils visent à corriger le déficit en acétylcholine observé dans le cerveau des personnes atteintes de cette maladie.

 

Plusieurs inhibiteurs ont été testés de façon rigoureuse et ont prouvé une certaine efficacité, dans les formes légères à modérément sévères : le donépézil198, la rivastigmine, et la galantamine. En 2007 la Commission française de la transparence a réévalué quatre anticholinestérasiques et a conclu à une ASMR mineure199. D'après la revue Prescrire leurs effets sont modestes, de quelques mois, chez environ 10 % des patients200.
Bien que modestes, leurs effets sont significativement supérieurs à ceux du placebo : ralentissement ou retard du déclin cognitif et de la perte d'autonomie.

 

L'effet de ces traitements est stabilisateur et ils ne permettent pas de guérir la maladie, ni de récupérer le niveau de performances préexistant à sa survenue. Leurs utilisations exposent à de nombreuses interactions médicamenteuses, ainsi qu'à des effets indésirables.

 

Les anticholinestérasiques ont des effets secondaires201, surtout de type digestif (nausées et vomissement). Certains induiraient une surmortalité cardiovasculaire et des tremblements et/ou une aggravation de symptômes parkinsoniens202 ce qui a été à l'origine de controverses portant notamment sur leur justification économique203. Néanmoins, les organismes d'expertise les plus sérieux reconnaissent leur intérêt204. Les grandes agences de santé, en France, la Haute Autorité de Santé, ne recommandent plus leur utilisation dans la maladie d'Alzheimer en dehors d'un cadre très précis205.

 

Antagonistes du NMDA

 

  • Les récepteurs neuronaux au N-methyl-D-aspartate (NMDA) jouent un rôle important dans les processus de mémorisation. Il semble que lors de la maladie d'Alzheimer ces récepteurs soient hyperstimulés par le glutamate, ce qui serait délétère. Elle est réservée aux stades moyens ou avancés206.
  • La vitamine D a démontré une efficacité en synergie avec la mémantine. La mémantine et la vitamine D isolément n'ont guère amélioré l'état de patients atteints de la maladie d'Alzheimer mais ont permis des améliorations cognitives significatives en six mois lorsque prises conjointement207.

 

Recherche

 

Modèles animaux

 

Afin d'étudier l'apparition de la maladie, des souris transgéniques sont utilisées pour reproduire les symptômes observés chez l'homme. Les mutations sont donc principalement effectuées sur les gènes de la protéine tau et/ou de la protéine amyloïde. Cependant, les résultats sur ces modèles animaux restent difficiles à interpréter, notamment pour l'efficacité des éventuels traitements testés et leur transfert vers l'homme[réf. nécessaire].

 

Les souris ayant eu une mutation sur le gène codant la protéine Tau montrent une apparition de la maladie peu prononcée et les souris ayant eu une mutation sur le gène codant la protéine amyloïde se comportent comme des souris saines. C'est seulement lorsque les deux gènes sont mutés que les souris développent une maladie semblable à celle d'Alzheimer[réf. nécessaire]. Cela ne se passe pas obligatoirement de façon identique chez l'homme, mais cela montrerait que les plaques amyloïdes potentialisent l'apparition de la maladie. Les neurofibrilles apparaissent dans un premier temps et lorsque les plaques amyloïdes apparaissent, la maladie se déclenche. Il est certain que chez l'homme, le processus pathologique se développe bien avant que les premiers signes cliniques n'apparaissent[réf. nécessaire].

 

Diagnostic

 

Le but des recherches diagnostic est de permettre un diagnostic plus sensible et plus spécifique de la maladie d'Alzheimer que l'interrogatoire et les tests neuropsychologiques. De meilleurs tests pourraient permettre peut-être un diagnostic plus précoce et un traitement plus précoce pour freiner l'évolution. L’intérêt de détecter précocement la maladie d'Alzheimer pourrait permettre aux personnes atteintes de bénéficier de traitements spécifiques plus précoces. De nouveaux critères, provenant d’une combinaison entre tests de mémoire, données d'imagerie cérébrale et marqueurs biologiques, pourraient permettre de détecter la maladie d'Alzheimer à un stade précoce, dès les premiers symptômes, « avec un taux de certitude diagnostique supérieur à 90 %. »208 [réf. incomplète]

 

Projets de calcul distribué

 

Le projet international neuGRID est un système d'analyse des images d'imageries cérébrale. Il est financé par l'Union européenne, prévoit le développement d’une infrastructure numérique pour la recherche scientifique, fondée sur le système Grid. Il est équipé d’une interface d’utilisation facile, qui permettra aux chercheurs européens de neurosciences de faire avancer la recherche pour l’étude de la maladie d'Alzheimer et d'autres maladies neurodégénératives.

 

Traitements

 

Immunothérapie et vaccin

 

Aucun vaccin ou médicament immunogénique n'est aujourd'hui commercialisé. Un vaccin pouvant soigner cette maladie semble envisageable d'après des études menées chez l'animal. Les premiers tests sur l'homme ont été très décevants avec des effets secondaires majeurs (décès observés sans empêcher l'évolution de la maladie d'Alzheimer).

 

L'idée date de 1999 ; Dale Schenk, un chercheur américain, présentait dans la revue Nature une méthode semblant guérir la maladie chez des souris. En immunisant contre le peptide A bêta des souris transgéniques qui le surexpriment, il arrivait à prévenir l'apparition de dépôts chez les animaux jeunes et à limiter et même réduire leur extension chez les individus âgés.

 

Un premier essai clinique de phase 1 chez l'homme conduit ensuite en Angleterre a permis l'analyse suivante : les 80 patients traités supportent bien la vaccination et le quart d'entre eux produisent bien des anticorps. Un second essai a été interrompu en raison d'effets indésirables graves (méningoencéphalites). Le suivi ultérieur des patients qui ont reçu le vaccin est plus mitigé : même si chez certains patients traités les dépôts amyloïdes intracérébraux sont moins importants, le vaccin n'a pas empêché la progression de la détérioration intellectuelle jusqu'au stade terminal209.

 

Un autre espoir, porté par le Japonais Tohru Hasegawa210 est d'utiliser l'acide homocystéique comme cible d'un vaccin. Cet acide - chez des souris 3xTg-AD (transgéniques, modifiées de manière à mimer les symptômes de la maladie humaine) - semble en effet nécessaire à la progression de la dégénérescence typique de cette affection211,212.
Le taux de cet acide est plus élevé dans le cerveau des souris 3xTg-AD de 4 mois que chez les souris témoins normales. Quand des souris 3xTg-AD sont soumises à une carence en vitamine B6 (ce qui augmente la quantité d'acide homocystéique dans leur cerveau), cela aggrave aussi leurs troubles mémoriels, sauf en cas d'injection d'anticorps anti-acide homocystéique. Injecter ces mêmes anticorps à des souris 3xTG-AD plus vieilles et normalement alimentées a également un effet curatif, en tous cas pour les troubles mémoriels. Les chercheurs restent prudents, car il a été vu dans le passé que la souris n'était pas un modèle parfait pour cette maladie. Le vaccin devrait être testé sur des singes avant tout essai clinique sur l'homme.

 

Champs magnétiques

 

D'autres pistes sont en cours d'évaluation. Selon une étude213, des souris (normales, et transgéniques présentant des troubles jugés comparables à ceux induits par la maladie d'Alzheimer) exposés plusieurs mois à certaines ondes électromagnétiques (de type téléphone portable ; 918 MHz ; 0,25 W/kg) améliorent leur mémoire, perdent moins de capacité cognitive en vieillissant et produisent moins de plaques amyloïdes dans leur hippocampe (-35 %) et leur cortex entorhinal (-32 %). Une température cérébrale plus élevée de °C et une accélération du débit sanguin cérébral sont constatées, mais le mécanisme global n'est pas compris. Si un effet similaire était constaté chez l'Homme, une piste nouvelle de traitement, non médicamenteuse et non chirurgicale s'ouvrirait.

 

Épidémiologie

 

 

Espérance de vie corrigée de l'incapacité concernant la maladie d'Alzheimer sur 100 000 habitants en 2004
  •      Aucune donnée
  •      ≤ 50
  •      50–70
  •      70–90
  •      90–110
  •      110–130
  •      130–150
  •      150–170
  •      170–190
  •      190–210
  •      210–230
  •      230–250
  •      ≥ 250

 

 

Nombre de malades attendus, selon un scénario tendanciel (World Alzheimer Report 2010214)

 

Deux formes de la maladie d'Alzheimer sont séparées :

 

  • la forme familiale, plus précoce, d'origine principalement génétique et donc assez rare ;
  • la forme sporadique, forme la plus répandue de la maladie et dont le risque augmente fortement avec l'âge.

 

Dans le monde, le nombre de cas de malades d'Alzheimer est passé de 11 millions en 1980 à 18 millions en 2000 et 25 millions en 2004215. Il est estimé que 35,6 millions de personnes vivent désormais avec une maladie d'Alzheimer dans le monde. Elles seront 65,7 millions en 2030 et 115,4 millions en 2050214. À l'échelle mondiale, la maladie d’Alzheimer est la troisième cause d'invalidité pour les plus de 60 ans (après les atteintes de la moelle épinière et les cancers en phase terminale13) avec une prévalence de l'ordre de 4 à 6 % à cet âge13. Ces chiffres proviennent essentiellement des études épidémiologiques effectuées dans les pays développés, en effet bien que cette maladie s'observe sur tous les continents, elle est peu caractérisée dans les pays en voie de développement où l'espérance de vie est souvent plus courte et les enquêtes épidémiologiques plus rares. La maladie d'Alzheimer est cependant considérée comme une pandémie186.

 

À part l'âge, les autres facteurs de risque de la maladie sont mal connus et les chercheurs se tournent de plus en plus vers la recherche de causes environnementales216.

 

L’incidence — aux mêmes âges — est toujours plus forte dans les pays riches qu'ailleurs (sauf au Japon, et moindrement en Amérique centrale et du Sud). Ceci est vrai pour les populations urbaines supposées plus exposées aux pollutions, mais aussi pour les populations rurales (qui par exemple en Inde développent 5,4 fois moins d'Alzheimer qu'en Pennsylvanie217).

 

De même, les Afro-Américains vivant aux États-Unis sont beaucoup plus touchés que les Yorubas du Nigeria. Des chercheurs ont comparé l'incidence de Maladie d'Alzheimer (MA) dans une population Yoruba du Nigeria et chez des Afro-Américains génétiquement proches (fréquence comparable (26 à 29 %) et élevée d'allèles APOE4)218. Le risque de maladie d’Alzheimer pour ces individus est deux fois moindre au Nigeria (1,15 %) qu'en Amérique du Nord (2,52 %) à âge égal, ce qui plaide aussi pour une cause environnementale, au moins dans 50 % des cas219.

 

Cette maladie est plus rare en Asie220. Le Japon est notamment une exception parmi les pays industrialisés et riches. La prévalence de la maladie y est presque 10 fois plus faible qu'en France. Cependant, un Japonais vivant à Hawaï ou aux États-Unis voit son niveau de risque augmenter (5,4 % pour les Japonais d’Hawaii) et se rapprocher de celui d'un Américain moyen, d'un Caucasien ou Européen220,221). De même, 5,7 % des Japonais ayant émigré au Brésil ont après quelques décennies le même risque de développer la maladie qu'un Brésilien moyen222,223. Cette analyse montre, comme pour l'étude sur les populations nigérianes, la prépondérance de l'environnement dans le déclenchement de la maladie d’Alzheimer. Au Japon, l'Alzheimer est rare, mais la démence vasculaire est - comme aux États-Unis - très élevée, probablement en raison d'une consommation trop importante de sel. Cette maladie diminue au Japon grâce à la prévention et à une prise en charge plus efficace de l'hypertension224.

 

Aux États-Unis, pays très touché, 5,3 millions de personnes ont la maladie d'Alzheimer225, avec une prévalence double chez les africains-américains et chez les hispaniques, par rapport à la population d'origine anglo-saxonne.

 

Impact économique

 

 

Comparaison du coût de la maladie dans le monde (2010) avec le budget de différents états (World Alzheimer Report 2010)214.

 

La maladie d'Alzheimer était, en 2010, dans les pays développés, l'une des maladies les plus coûteuses : 604 milliards de dollars. Aux États-Unis, elle a couté 94 milliards de dollars à l'assurance maladie américaine en 2008226.

 

Perspectives en Europe

 

En Europe, l’incidence des démences devrait croître en 50 ans de 1,9 million de nouveaux cas par an à 4,1 millions, selon les scenarii227.

 

En Belgique, 5 à 10 % des plus de 65 ans sont touchés et près de 20  % des plus de 80 ans228.

 

En France, l'étude « PAQUID » (1988-2001) a fait ressortir que 17,8 % des personnes de plus de 75 ans sont atteintes de la maladie d'Alzheimer ou d'un syndrome apparenté. D'après une évaluation ministérielle de 2004, environ 860 000 personnes seraient touchées par la maladie d’Alzheimer en France. Un chiffre qui pourrait atteindre 1,3 million en 2020 et 2,1 millions en 2040. Le nombre de nouveaux cas est d'environ 225 000 par an229. La prévalence des démences chez les plus de 75 ans atteint presque 18 % (maladie d’Alzheimer à 80 %)230. Ceci représente environ 900 000 malades (et dans les années 2000 environ 220 000 nouveaux cas par an), avec des tendances et projections très alarmantes : 1 200 000 malades en 2020, et plus de 2 000 000 vers 2040231[réf. incomplète].

 

Histoire et société

 

Histoire

 

 

Auguste Deter, patiente d'Alois Alzheimer, 1902. Son cas est le premier décrivant les symptômes de ce qui fut par la suite appelé la maladie d'Alzheimer.

 

Dès l'antiquité, philosophes et médecins associèrent l'âge avancé à une augmentation de la démence1.

 

Ce n'est qu'en 1901, qu'Alois Alzheimer (1864-1915), un psychiatre et neuropathologiste allemand, identifia le premier cas de la maladie qui portera son nom, chez une patiente de 50 ans, Auguste Deter. Il suivit son cas jusqu'à sa mort en 1906 et décrivit les altérations anatomiques observées sur son cerveau. Durant les cinq années suivantes, onze cas similaires furent rapportés dans la littérature médicale, certains employant déjà le terme de maladie d'Alzheimer232.

 

Les caractéristiques particulières de la maladie furent isolées pour la première fois par le psychiatre Emil Kraepelin (1856-1926), après le retrait de certains symptômes présents dans le cas initial d'Auguste D. (délire, hallucination et artériosclérose)233. Il inclut cette toute nouvelle maladie d'Alzheimer, qu'il appela également démence pré-sénile, comme un sous-type des démences séniles dans son manuel de psychiatrie publié en 1910234.

 

Durant la majeure partie du XXe siècle, le diagnostic de maladie d'Alzheimer fut réservé aux individus âgés de 45 à 65 ans qui développaient des démences. La terminologie changea en 1977, lors d'une conférence sur la maladie d’Alzheimer, où il fut conclu que les manifestations cliniques et pathologiques des démences séniles et pré-sénile étaient identiques, bien que les auteurs n’exclurent pas qu'elles aient des origines différentes235. Cela aboutit à un diagnostic de Maladie d'Alzheimer indépendant de l'âge236. Le terme de démence sénile de type Alzheimer fut utilisé durant un certain temps pour décrire les cas d'Alzheimer supérieur à 65 ans, et l’Alzheimer classique ceux plus jeunes. Finalement, le terme unique de maladie d'Alzheimer fut formellement adopté dans la nomenclature médicale pour décrire les individus de tout âge présentant un ensemble particulier de symptômes, de progression dans le temps et de caractéristiques neuropathologiques237.

 

L'après-baby boom (ou papy boom), la maitrise de la fécondité et le progrès médical conduisent les sociétés à devoir vivre une période où les personnes âgées seront très nombreuses. Cette maladie fait donc l'objet d'une attention particulière, notamment en France avec l'observatoire national sur la recherche sur la maladie d'Alzheimer (ONRA)238.

 

En 2009, la maladie d'Alzheimer correspond à plus de la moitié des cas de démence de la personne âgée dans les pays riches.

 

Personnes célèbres décédées de la maladie d'Alzheimer

 

Voir la catégorie « Mort de la maladie d'Alzheimer »

 

Médias

 

Œuvres cinématographiques

 

 

Œuvres littéraires

 

Depuis 1997, on note une forte augmentation des œuvres comportant des personnages atteints de la maladie d'Alzheimer ou de maladie apparentée239.

 

  • Still Alice, de Lisa Genova, Pocket Books 2007
  • Alzheimer, mode d'emploi, de Jean-Pierre Polydor, L'esprit du temps 2009
  • Histoire de ma mère, de Yasushi Inoué, Stock 1997, 2004 et 2007
  • Je ne suis pas sortie de ma nuit, de Annie Ernaux, Gallimard 1997 et Folio 1999
  • Ton chapeau au vestiaire, de Nadine Trintignant, Fayard 1997 et Pocket 1999
  • Small World, de Martin Suter, Christian Bourgois 1998, et Points Seuil 2000
  • Quel jour sommes-nous ? de Firmin Le Bourhis, Chiron 2000
  • La Cavale du géomètre, d'Arto Paasilinna, Gallimard/folio 2000
  • Élégies pour Iris, de John Bailey (en), L’Olivier 2001
  • Les jours heureux, de Laurent Graff, La Dilettante 2001 et J’ai Lu 2003
  • L’Effacement de l’aube, de Ronald Nossintchouk, E-Dite 2002
  • Les Corrections, de Jonathan Franzen, L’Olivier 2002 et Points Seuil 2003
  • Pourquoi ma mère me rend folle, de Françoise Laborde, Ramsay 2002 et J’ai Lu 2003
  • Ma mère n’est pas un philodendron, de Françoise Laborde, Fayard 2003 et J’ai Lu 2005
  • L’Éclipse, de Serge Rezvani, Actes Sud 2003
  • Ultime amour, de Serge Rezvani, Les Belles Lettres 2012
  • Mon vieux, de Thierry Jonquet, Seuil 2004
  • Le Dernier qui part ferme la maison, de Michèle Fitoussi, Grasset 2004 et Poche 2006
  • Les Cœurs décousus, de Jacqueline Girard-Frésard, Le Cherche Midi 2004
  • Puzzle : journal d’une Alzheimer, de Claude Couturier, Josette Lyon 2004
  • Les Quantités Négligeables (Le combat ordinaire, Tome 2), de Manu Larcenet, Dargaud 2004
  • Sœurs, de Catherine Locandro, Gallimard 2005
  • Mémorial, de Cécile Wajsbrot, Zulma 2005
  • Le Piano désaccordé, de Christine Devars, Anne Carrière 2005
  • Devant ma mère, de Pierre Pachet, Gallimard 2007
  • Rides, de Paco Roca, Delcourt 2007
  • Élégie : 1996-2006. La maladie d’Alzheimer vécue à deux, de Jean Sauvy, L’harmattan 2007
  • Les Artistes de la mémoire, de Jeffrey Moore, Philippe Rey, 2007
  • Les Madones de Léningrad, de Debra Dean, Grasset, 2007
  • Le vieux roi en son exil : récit, de Arno Geiger, Gallimard (Du monde entier), 2012
  • La mémoire de ma mère Annie Girardot, de Giulia Salvatori, M. Lafon 2007
  • Rainbows end, de Vernor Vinge, Robert Laffont 2007
  • On n’est pas là pour disparaître, de Olivia Rosenthal, Gallimard (Verticales) 2007
  • La Vie sur terre, de Dorothée Janin, Denoël 2007
  • La Plume du silence - Toi et moi… et Alzheimer, de Jean Witt, Presses de la Renaissance 2007
  • L'Homme inquiet de Henning Mankell, Seuil Policier 2010
  • De Peur que j'oublie, de Marie-Noël Rio, Les Éditions du Sonneur, 2014

 

Le lobe temporal du cerveau


Animation tridimensionnelle du cerveau humain montrant le lobe temporal gauche en rouge à l'intérieur d'un crâne rendu transparent. L'hémisphère cérébral droit n'est pas montré afin de mieux mettre en valeur le gauche

Le lobe temporal est une région du cerveau des vertébrés située derrière l'os temporal (l'os situé derrière les tempes), dans la partie latérale et inférieure du cerveau.
Chez l'Homme, c'est une zone importante pour de nombreuses fonctions cognitives, dont notamment l'audition, le langage, la mémoire et la vision des formes complexes.

Sommaire

Anatomie

Les lobes externes du cerveau humain. Sont aussi dessinés le cervelet en bleu et le tronc cérébral en noir qui sont des structures nerveuses distinctes du cerveau proprement dit.
Dessin illustrant la position du lobe temporal (en vert foncé) par rapport au reste de la tête ; il est situé en regard des os de la tempe et se prolonge en arrière derrière l'oreille

Les lobes temporaux sont situés à l'arrière des lobes frontaux et au-dessous des lobes pariétaux. Le sillon latéral (ancienne scissure de Sylvius) en constitue la frontière. En arrière du lobe temporal se trouve le lobe occipital où les informations visuelles parviennent au cortex. On inclut dans le lobe temporal des structures profondes, l'hippocampe et l'amygdale.

Les principales circonvolutions du lobe temporal sont :

Par ailleurs, on distingue différentes sous-régions au sein du lobe temporal :

  • le pôle temporal : la partie la plus antérieur du lobe temporal située en position ventrale par rapport à l'opercule frontal
  • le lobe temporal médian : la partie la plus interne du lobe temporal qui inclut les régions limbiques et paralimbiques que sont l'amygdale, l'hippocampe et les cortex adjacents.
  • le cortex inférotemporal : la partie ventrale du lobe temporal qui est en continuité avec le lobe occipital au niveau du gyrus fusiforme (qui devient alors le gyrus occipital postérieur.

Physiologie

Le lobe temporal joue un rôle dans de multiples processus cognitifs. Il nous permet principalement de répondre à la « question du quoi ». On peut le diviser en deux grandes parties : le cortex temporal supérieur et le cortex temporal inférieur. Il est connu avant tout pour le traitement des informations auditives (les bruits, la musique et le langage) qu’on peut localiser dans le cortex temporal supérieur. Mais il intervient aussi pour une autre modalité : le traitement des informations visuelles, qui se déroule dans le cortex temporal inférieur. Ces deux cortex vont aussi stocker en mémoire les informations qu’ils nous permettent d’identifier.

Le cortex temporal supérieur

Article détaillé: cortex auditif

Le cortex temporal inférieur

Les autres parties du lobe temporal : les aires temporales moyennes, les aires temporales médianes supérieures ainsi que le cortex inféro-temporal (partie inférieure du lobe temporal) sont impliquées dans l’analyse des informations visuelles, d’abord traitées dans le cortex visuel primaire situé dans le cortex occipital. Une lésion dans cet endroit entraine des déficits visuels, le sujet voit mais il est incapable de reconnaître ce qu’il voit. Elles constituent ainsi des éléments du cortex visuel multimodal (appelées aires visuelles associatives ou aires secondaires) et participent à une intégration plus élaborée des informations visuelles.

Une certaine proportion de cellules dans ces régions répond à des stimuli visuels d’abord simples, moyennement complexes, puis complexes (comme les visages) à mesure que l’on progresse dans les circuits. Il y a donc un traitement toujours plus complexe de ces informations, se terminant dans le gyrus para-hippocampique où sont analysées les scènes visuelles complexes. Elles sont réparties en régions du lobe temporal, lobe pariétal et lobe occipital et forment des réseaux nécessaires à l’analyse du mouvement, des relations spatiales, la perception des formes, l’identification et la reconnaissance des couleurs ou encore aux mécanismes de contrôle dans les mouvements de poursuite oculaire. La lobectomie temporale bilatérale (privation des lobes temporaux de chaque hémisphère cérébral) pratiquée sur des singes provoque une cécité psychique les rendant incapables de reconnaître les objets de l’environnement (syndrome de Klüver&Bucy1). On a pu identifier dans le cortex inféro-temporal une aire sensible à la présentation des visages et au sentiment de familiarité (gyrus fusiforme moyen), qui en cas de lésion, serait responsable du syndrome de prosopagnosie (incapacité à reconnaître un visage ou un lieu bien que l’on soit capable de les décrire).

La mémoire

Les aires corticales qui sont le siège du traitement de l’information, sont aussi le siège de la mise en mémoire de ces informations. En stimulant des zones du lobe temporal chez des patients conscients, Wilder Penfield2 a montré que cela provoquait des hallucinations d’expériences passées. À partir de ces expériences, on peut faire l’hypothèse que le lobe temporal est impliqué dans le stockage de la mémoire à long terme. Le lobe temporal médian joue un rôle fondamental dans la mémorisation. Il est en effet le siège d’un circuit neuronal auquel on attribue la consolidation de la mémoire déclarative (mémoire des informations verbales). Les informations issues des aires corticales associatives chemineraient dans le lobe temporal médian en passant par le cortex rhinal (périrhinal et entorhinal) puis par le cortex parahippocampique pour rejoindre l’hippocampe. Elles passent ensuite dans le fornix pour atteindre le thalamus et l’hypothalamus. Ce circuit participerait au stockage des informations en mémoire. Le cas célèbre du patient HM, qui a subi une section bilatérale (dans les deux hémisphères) sur la face interne du lobe temporal, y compris l’amygdale et les 2/3 de l’hippocampe, présente une amnésie antérograde sévère. Il était capable de se souvenir des expériences enregistrées avant l’opération en mémoire à long terme, mais il était incapable de se souvenir d’une personne qu’on lui a présentée cinq minutes plus tôt. Il ne pouvait former de nouveaux souvenirs déclaratifs (mémoire épisodique). Il était capable par exemple de réaliser une tâche mais pas de se souvenir qu’on la lui ait demandée.

Étant connecté à l’amygdale, le lobe temporal contribue à la mémorisation selon les qualités affectives d’une situation.

Autres fonctions

Le lobe temporal est impliqué dans le vécu émotionnel. Les crises d’épilepsie localisées sur ce cortex entrainent en effet des sensations d’angoisse, d’euphorie, des hallucinations et des illusions. Parmi les illusions, on a attribué récemment l’ « impression de déjà vu » à un dysfonctionnement de la mémoire, et une incapacité à identifier les expériences comme nouvelles. On a pu montrer qu’une stimulation du cortex entorhinal serait à l’origine de cette impression, et on peut donc supposer que cette zone serait impliquée dans la distinction entre l’inconnu et le familier. Le neuropsychologue Michael Persinger3 a trouvé que la stimulation d’une certaine région du lobe temporal droit provoquait le sentiment du divin, ou l’expérience de religiosité. Les spécialistes appellent cette région le « point de dieu ». Le syndrome de Klüver&Bucy1 peut être interprété comme mettant en évidence d’autres fonctions du lobe temporal. Les singes présentaient, en effet, une dérégulation dans leur comportement alimentaire, mais aussi dans le comportement sexuel. Mais ces fonctions peuvent être en lien avec une perturbation générale affective et motivationnelle. Des recherches sont en cours pour traiter les troubles d’accès de panique, ou les déviations sexuelles en intervenant sur le fonctionnement du lobe temporal.

Notes et références

Notes

Références

  1. a et b Klüver H, Bucy PC. (1939).Preliminary analysis of functions of the temporal lobes in monkeys.Arch Neurol Psychiatry.
  2. Penfiel, W., & Perot, P . (1963). The brain’s record of auditory and visual experience. A final summary and discussion. Brain, 86(4), 595-696.
  3. Murphy, T. &Persinger, M. (2011). Behavioral Neuroscience Program.Laurentian University.