Angela n’a pas de leçon à nous donner

de RESISTANCE 2016

SOURCE : http://www.resistance2017.net/2016/03/angela-na-pas-de-lecon-a-nous-donner/

ANGELA MERKEL

25 mars 2016

Angela Merkel a ouvert à tous les vents la porte de l’immigration en Allemagne en justifiant sa position par des principes moraux et humanitaires.

En réalité, Angela Merkel s’abrite derrière la morale pour essayer d’apporter une solution à un problème majeur et spécifique à son pays : la sous-natalité.

Le taux de fécondité nécessaire pour assurer le renouvellement harmonieux des générations dans un pays est de 2,1. La France est quasiment à cet équilibre puisque son taux de fécondité est de 2,08. Il faut noter au passage que ce taux élevé est largement dû à la forte fécondité de la population immigrée ou issue de l’immigration. Les Etats-Unis sont à 1,87 et ont recours à l’immigration pour renouveler et faire croître leur population.

L’Allemagne est à un niveau très bas puisque son taux de fécondité est de 1,36, un taux voisin du Japon (1,40). D’autres pays européens, qui ont eu traditionnellement des taux de fécondité élevés, ont vu leurs taux baisser récemment. C’est le cas de l’Italie (1,43) et de l’Espagne (1,49). L’un des taux les plus bas du monde est celui de Singapour (0,81).

Revenons à l’Allemagne. Depuis la réunification, elle a perdu trois millions d’habitants. Le déficit démographique (différence entre les décès et les naissances) est de 310 000 personnes par an. Il sera de 537 000 en 2030 malgré la politique actuelle du gouvernement allemand visant à encourager la procréation. Si les choses restent en l’Etat, la population allemande passera de 81 millions aujourd’hui à 66 millions en 2060. Dans le même temps, celle de la France passera de 66 à 74 millions. La situation des deux pays est ainsi radicalement différente.

Depuis de nombreuses années, l’Allemagne accueille entre 100 000 et 120 000 immigrants par an. Jusqu’à présent ceux-ci venaient surtout du sud de l’Europe, en privilégiant les jeunes formés issus de pays à fort taux de chômage. Beaucoup de jeunes sont ainsi venus de l’ex-Yougoslavie mais certains ont commencé à rentrer au pays.

Sans inflexion majeure, l’Allemagne sera confrontée à un problème de vieillissement accéléré de sa population et à un manque de personnes en activité. La seule voie de sortie possible pour l’Allemagne est un recours accru à l’immigration. Or les Syriens constituent une population relativement éduquée, peu raciste et donc facile à intégrer. Ce sont, avec les libanais et les jordaniens, un des peuples les plus évolués du moyen orient. D’où l’appel massif d’Angela en faveur des réfugiés syriens. Il y a cependant deux problèmes :

  • L’arrivée des syriens est polluée par celle des immigrants venus d’Irak, d’Afghanistan, d’Afrique du Nord, d’Afrique sub-saharienne, qui s’infiltrent parmi les réfugiés de guerre syriens et qui sont difficiles à expulser. Ces populations n’ont pas la même éducation et la même éthique que les syriens, comme les évènements de Cologne l’ont récemment montré,
  • L’accroissement massif du nombre de musulmans peut déséquilibrer l’équilibre du pays comme il est en train de le faire en France. L’Allemagne ne comporte aujourd’hui que 4,1 million de musulmans (5% de la population) et l’Allemagne peut probablement en accueillir 1 ou 2 millions de plus avant de susciter une réaction violente de sa population. En comparaison, la France compte officiellement 4,7 million de musulmans mais ce chiffre est certainement largement sous-évalué et la population musulmane en France est probablement supérieure à 6 millions.

Et bien sûr Angela n’a pas le courage de dire qu’elle souhaite privilégier l’accueil des syriens et des chrétiens, comme le réclame une grande partie de sa population.

L’Allemagne aura vite à choisir entre laisser sa population baisser et vieillir ou courir le risque d’un choc de culture créé par un afflux massif d’immigrés non contrôlés et difficiles à intégrer.

L’Allemagne en tout état de cause n’a aucune leçon de morale à donner aux autres pays, comme la France, qui connaissent une situation démographique très différente.

Et puis, on peut aussi s’interroger sur la méthode de Mme Merkel. Elle a annoncé qu’elle voulait accueillir un million d’immigrés cette année et à terme jusqu’à 2,5 million. Elle a ainsi créé un appel d’air considérable mais elle n’a strictement rien fait pour que ces migrants puissent rejoindre dignement l’Allemagne.

Au contraire, elle laisse les migrants vivre un véritable cauchemar pour essayer de rejoindre l’Allemagne, allant pour certains jusqu’à la mort.

Pour les réfugiés syriens, tout commence par un séjour dans des camps turcs surpeuplés où ils se font rackettés, puis par un voyage en canot gonflable pour passer de la Turquie à la Grèce, puis un par séjour dans des camps grecs encore plus surpeuplés, puis par un passage au compte-goutte de la frontière grecque suivie par un périple à travers les Balkans en évitant les pays qui ont fermé leur frontière, puis par la traversée d’une Autriche de plus en plus hostile, et enfin, pour ceux qui ont survécu, par l’arrivée en Allemagne dans des centres eux aussi de plus en plus surpeuplés.

Les allemands découvrent alors que 50% de ces migrants ne sont pas des réfugiés de guerre mais des migrants économiques qui ont souvent détruit leurs papiers pour se faire passer pour des réfugiés politiques.

L’Allemagne aurait été plus humaine et plus efficace si elle avait organisé dès l’origine un chemin digne pour ces migrants. Il suffirait de mettre en place en Turquie un grand centre d’accueil financé par l’Allemagne et dans lequel les candidats à l’immigration seraient sélectionnés. Les candidats retenus pourraient être acheminés en Allemagne en affrétant un ou deux grands navires de croisière. Pour les autres, l’Allemagne pourrait payer la Turquie pour organiser la reconduite à la frontière et éviter les départs vers la Grèce en contrôlant mieux ses cotes.

Lorsque les Etats-Unis ont décidé d’accueillir des immigrés par millions pour peupler leur territoire, ils ont mis en place Ellis Island.

L’Allemagne aurait bien été inspirée de mettre en place un véritable système de contrôle et d’acheminement des immigrés qui aurait été à la fois plus digne et plus efficace que l’anarchie actuelle.