MASSACRE ET CARNAGE A NICE SUR LA PROMENADE DES ANGLAIS LORS DU FEU D'ARTIFICE DU 14 JUILLET 2016

CnaEhfPWAAERICX

Le président du conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur, Christian Estrosi, s'adresse aux Niçois.

4742999lpw-4743122-article-christian-estrosi-jpg_3671031_660x281

Hier, 14 juillet 2016, Nice, notre ville, a vécu dans la chair de femmes, d’hommes et d’enfants la pire tragédie qu’elle ait connue depuis la Seconde Guerre mondiale.
Tous les Français, déjà si durement frappés à Paris, à Montrouge, à Saint-Denis en janvier et en novembre 2015, et de nombreux peuples – je pense aux Belges, eux aussi endeuillés – s’unissent autour de notre ville, de ses visiteurs, de chacun de vous, pour vous dire leur affection et leur soutien, et je les en remercie en votre nom.

Ces femmes, ces hommes, ces enfants que la mort a frappés, que la fureur a blessés, c’étaient des Niçois, c’étaient des visiteurs fascinés par la beauté de Nice, c’étaient des innocents.

Peu importe les mobiles qui ont guidé leur assassin, un seul mot vient sous ma plume pour le qualifier: un terroriste ivre du venin répandu par d’autres terroristes sur toute la planète.

Je sens monter autour de moi la colère.
Je sens monter autour de moi la haine.
Je peux comprendre ces sentiments.

Ils m’ont emporté, moi aussi, sur notre Promenade, à la vue de ces corps ensanglantés des victimes de tous âges, de toutes couleurs de peau, de toutes origines, et parmi eux tant d’enfants!

Et puis le cœur a pris le dessus, et d’autres sentiments m’ont envahi, envers les victimes, ceux qui nous ont quittés et ceux qui restent, ceux qui souffrent dans leur chair, ceux qui souffrent dans leur âme, leurs parents, leurs amis qui les cherchent encore, qui les pleurent déjà, et à qui je veux dire combien je suis bouleversé, et combien je veux me battre pour faire rendre justice à leurs morts et à leurs blessés.

Dans l’immédiat, la ville de Nice, secondée par nombre d’entre vous, s’est montrée à la hauteur de son historique sens de la solidarité, dans les limites que la loi lui laisse. Et au CUM, avec les cellules de soutien psychologique, comme dans les hôpitaux, les fonctionnaires municipaux, les experts ont accueilli les victimes et leurs proches. Je peux en témoigner: vous avez tous été impeccables.

Je tiens aussi à complimenter les forces de sécurité qui ont fait de leur mieux pour stopper et mettre hors d’état de nuire le terroriste, les services de secours et d’incendie, les services hospitaliers et le corps médical qui ont réussi à sauver des vies. Mais si les sentiments, la colère, la haine, la compassion sont humains, ils sont inefficaces.
Et ce qui me guide, aujourd’hui, ce n’est pas le chagrin, ce n’est pas la pitié, c’est une froide, une implacable détermination.

Je suis froidement déterminé à exiger que la République frappe, sur son territoire et à l’extérieur, avec une force inégalée, dont nos gouvernants actuels sont incapables.
Je suis froidement déterminé à faire changer la loi et à la faire appliquer dans toute sa légitime dureté, alors que nous sommes en guerre et que la ville de Nice, si elle peut contribuer au maintien de la paix, n’a pas les armes pour faire la guerre. Et je veux savoir pourquoi.

Pourquoi, alors que j’ai demandé il y a quinze jours à la préfecture de rehausser le niveau de sécurité des Prom’ Party, il m’a été répondu qu’on n’y voyait pas de nécessité, en l’absence d’alerte particulière? Pourquoi, alors que depuis deux ans, je ne cesse de réclamer du gouvernement de nouveaux moyens de combattre le terrorisme, des moyens en armement pour nos policiers nationaux et municipaux, des moyens réglementaires, des moyens législatifs, on ne m’a jamais répondu? Pourquoi, alors que depuis deux ans, je ne cesse d’alerter le gouvernement sur les faiblesses dont nos ennemis peuvent se saisir, sur nos frontières, dans nos cités, n’a-t-il pas tiré les leçons de l’expérience, voire anticipé sur la menace? Pourquoi le président de la République, à qui j’ai écrit le 13 juillet une lettre comme prémonitoire, pour lui demander de renforcer les moyens de la police, proclame sa volonté de lever l’état d’urgence le 14 juillet à midi, pour annoncer qu’il le remettra en vigueur le15 juillet à 3h45?

À ces questions, pour l’heure, je n’ai pas de réponse. Il faudra les donner, ces réponses, et vite!

Niçois et visiteurs amoureux de Nice ont payé de leur sang ce si long silence.

La date sacrée du 14 juillet, qui devrait être une date d’union, de célébration et de joie est désormais, pour longtemps, entachée de tristesse et de mort.

Nice, grande ville de France et du monde, subit cruellement aujourd’hui l’aveuglement des uns et la barbarie des autres.
Nice n’oubliera rien.

Vous qui avez été frappés, vous qui avez été blessés, nous qui avons vécu ces tristes jours porterons longtemps dans nos cœurs cette vive blessure.
Un homme fou de haine a aujourd’hui couvert de sang innocent notre Promenade, ce magnifique visage de la liberté et du bonheur de vivre que Nice offre la France et au monde.

Il a défiguré Nice. Mais Nice guérira, tandis qu’il sera lui maudit pour toujours. Car toujours, dans son histoire, Nice est sortie plus forte des épreuves qui l’ont bouleversée, et un jour prochain, nous verrons sourire à nouveau sur notre Promenade le visage niçois du bonheur.

Christian ESTROSI

Président de la Métropole Nice Côte d'Azur

Président de la Région PAC

33512658

 La messe à la Cathédrale Sainte Réparate dans le vieux Nice avec les élus Niçois en présence de Nicolas SARKOSY le 15.07.2016

**********************************************************

LUTTE CONTRE LE TERRORISME : POUR UNE NATION EN ARMES

 

Rédigé le Vendredi 15 Juillet 2016 à 08:53 

7118376-10908211

 

Carl Lang et le Parti de la France adressent toutes leurs condoléances aux familles et proches des victimes fauchées hier soir à Nice par un tueur binational Franco-Tunisien. 
Par ailleurs sous contrôle judiciaire, ce tueur illustre une nouvelle fois le laxisme irresponsable et criminel du système judiciaire français ainsi que les sanglantes conséquences des politiques dites d'intégration républicaine des immigrés.
 

Le Parti de la France rappelle pour la énième fois les mesures politiques et de sécurité intérieure qu’il réclame depuis près de deux ans:
  

  • la réforme du code de nationalité et la fin de la politique d’attribution automatique de la nationalité française pour les étrangers nés en France, véritable politique de destruction de l’identité nationale. 
  • la déchéance immédiate de la nationalité pour tous les binationaux associés à des réseaux islamistes ou criminels ;
  • le rétablissement des contrôles aux frontières nationales. Notre sécurité intérieure étant directement menacée, la France doit sortir immédiatement de l’espace Schengen. L’absence de contrôles aux frontières intérieures de l’Union est en effet un cadeau fait à tous les trafiquants d’armes ainsi qu’aux réseaux djihadistes ;
  • l’arrêt immédiat de toute immigration en provenance des pays arabo-musulmans à l’exception éventuelle d’un soutien humanitaire accordé aux Chrétiens d’Orient persécutés. Il est temps d’en finir avec le processus d’immigration-colonisation et d’islamisation de la France ;
  • l’expulsion immédiate de tous les étrangers en situation illégale en France ;
  • la mise en place d’une structure nationale de coordination de nos moyens de renseignements ;
  • Le décuplement des moyens affectés à nos services de renseignement et à nos forces spéciales ;
  • La création d’une garde nationale composée de volontaires formés, encadrés et armés en permanence et ce, dans l'esprit nécessaire  d’une Nation en  armes et le souhait d'associer tous les Français volontaires à la lutte pour le  rétablissement de notre sécurité intérieure; 

Face à la guerre révolutionnaire qui a commencé et qui se livre sur notre territoire, si le Président de la République et son gouvernement ne sont pas capables de prendre les mesures nécessaires et urgentes de sauvegarde nationale et de lutte contre les réseaux et les tueurs djihadistes et autres, le mieux pour la France et les Français est qu’ils partent. 

Carl Lang  
Président du Parti de la France

**********************************************************

Attentat de Nice: la nuit où la télé française a sombré

SOURCE : Titiou Lecoq

 15.07.2016 - 9 h 59, mis à jour le 15.07.2016 à 12 h 15

 

Le naufrage a eu lieu sous nos yeux. Il a été long, violent et retransmis en direct.

L’une des choses qui m’a frappé d’abord après l'attaque de Nice, ça a été nos réactions. Évidemment, beaucoup de rumeurs ont circulé les premières dizaines de minutes sur internet. Mais on a aussi, malheureusement, acquis des réflexes. On contacte les proches possiblement concernés. On (re)met en place le hashtag #PortesOuvertes. On rappelle que les sources les plus fiables restent ceux de la préfecture, place Beauvau, Nice Matin, etc. On se répète que non, il ne faut pas propager d’images du carnage. On se refile les démarches à effectuer pour signaler des comptes qui contreviennent à cela. Dans l’ensemble, on essaie de se gérer pour ne pas transformer les réseaux sociaux en vaste n’importe quoi.

Et on allume la télé.

Et très vite, on découvre que les chaînes, elles, ont tout oublié. C’est la panique. Au début, BFM et iTélé sont les premières à couvrir l’événement. Il y a ce moment totalement irréaliste où elles diffusent un gros plan du feu d’artifice de Paris avec Björk en fond sonore et en-dessous un bandeau sur Nice. Mais, à la limite, vu l’absence d’information confirmée à ce stade, je comprends qu’elles ne se jettent pas sur le live immédiatement

Aveu: l’espace d’un instant, j’ai même cru qu’elles allaient être sérieuses.

ATTENTAT DE NICE

Suivez la situation en direct sur notre live

VOIR LE LIVE

Je zappe régulièrement sur TF1 pour vérifier qu’elle continue bien de diffuser Destination Finale 5, le film sur l’histoire de gens qui meurent. Un bon choix. En plus, le cinquième volet, c’est clairement pas le meilleur de la série. En même temps, à partir de 00h30, comme prévu, Canal + lance la diffusion d’un live de… Eagles of Death Metal à l’Olympia. Incroyable.

Le choix de la rumeur

En fait, le problème, c’est qu’à partir d’une heure du matin, TF1 passe en mode direct. Et leur mode direct, c’est LCI. Je n’avais pas d’avis sur cette chaîne (je ne l’avais jamais regardée) et là, paf, je découvre qu’ils pédalent dans la merde. Je suis désolée, il n’y a pas d’autres mots. Diffusion de photos trash, témoignages inutiles de personnes totalement déboussolées (comme ce monsieur qui parlait de «gens morts et allongés»), des personnes qui ont clairement besoin d’aide psychologique plutôt que d’une interview par téléphone. Mais, nettement plus grave, LCI est aussi, à ma connaissance, la première à parler de prises d’otage.

Alors que BFM et iTélé font le silence sur cette rumeur qui circule, LCI se lance allègrement: «On parle de prises d’otage.» Ok. Parfois, on parle aussi de balais de chiottes qui volent mais jusqu’à preuve du contraire, ils n’existent pas. Et ils n’en parlent pas pour dire «mais rien n’est confirmé, ce sont des rumeurs». Non. ILS les évoquent, comme ça, au passage.  

Pendant ce temps, iTélé et BFM ont eu le temps de faire venir leurs experts. Par contre, les individus qui font les bandeaux n’ont pas encore repris tout à fait leurs esprits. C’est la seule explication pour que ce bandeau ait tourné aussi longtemps sur iTélé:


Le cuisinier qui ne sait rien. Ça valait vraiment le coup d’en faire un encart. Mais à partir d’une heure du matin, c’est l’escalade du seau de merde entre TF1 et France 2. D’abord, les deux se tirent visiblement la bourre à qui rediffusera le plus la vidéo du camion qui roule. Sur France 2, la journaliste qui précise qu’ils rediffusent cette vidéo «au ralenti». Histoire qu’on profite bien de tous les détails. La même journaliste qui nous dit qu'elle a «sans doute été filmée par un touriste». Ce qui signifie que madame diffuse une vidéo dont elle ignore totalement la provenance. (Et pourquoi un touriste d’après elle? Parce que c’est flou?)  

Un nouveau cap dans le n'importe quoi

Et ensuite, c’est l’incompréhensible. L’insoutenable. L’accélération du naufrage: France 2 interviewe un homme à côté du cadavre de sa femme.

Je reste sans voix. (Mais pas les journalistes de France 2.) Ce n’est pas que d’ordinaire j’ai une estime considérable pour le traitement de l’information sur la grande chaîne du service public, mais on vient de franchir un cap. A tel point que France 2 s'est excusé le 15 juillet.*

A LIRE AUSSI

Les attaques à bord de véhicules, un mode opératoire préconisé par les djihadistes

LIRE L'ARTICLE

Le problème, ce n’est pas celui d’un besoin de pudeur, d’un refus d’affronter l’horreur (même si cela joue aussi et à mon avis, dans le bon sens). Le premier problème que pose cette interview «sur le vif» est purement pragmatique: comment vérifier que cet homme ne dit pas n’importe quoi? Comment vérifier son identité? Donc, on laisse tomber la prudence habituelle et zou, on y va franco.

Alors que les comptes des forces publiques comme Place Beauvau nous enjoignaient, à nous internautes, de cesser de diffuser des images du massacre, France 2 contrevenait à toutes ces demandes

Le deuxième problème c’est que si cet homme parle aussi clairement, c’est parce qu’il est dans un état du genre de l’état dissociatif. Il vient de perdre sa femme et son fils. Il répond aux questions de la télé. À ce moment-là, c’est au journaliste de décider de ne pas faire cette interview, de comprendre que c’est à lui de prendre cette décision et pas à cet homme qui en est incapable dans ce moment-là.

Il y a de nombreuses années, j’ai rencontré une journaliste qui faisait des reportages pour le JT de France 2. Elle devait partir suivre une femme qui partait se faire euthanasier à l’étranger. Elle avait décidé de dire non à la chaîne. Au début, j’ai pensé qu’elle était motivée par une pudeur un peu hypocrite. Et puis elle m’a expliqué «si j’accompagne cette femme, si je la filme, la simple présence de ma caméra risque de l’influencer. Imaginons qu’elle veuille changer d’avis, qu’elle recule devant l’euthanasie. Elle risque de ne pas le faire à cause de moi. Même si je ne lui mets aucune pression. Je ne dois pas faire ça. Il faut la laisser».

A LIRE AUSSI

Après l'attentat de Nice, l'émotion des premiers dessins

LIRE L'ARTICLE

Wikileaks craque

Pendant ce temps, sur Twitter, c’est une autre «institution» qui vrille. Sous prétexte de dénoncer l’état d’urgence, l’état policier, l’état qui nous ment et ne sait pas nous protéger, le compte Twitter de Wikileaks poste d’abord un lien vers YouTube d’une vidéo… Une vidéo filmée par un homme sur la Promenade des Anglais qui avance au milieu des corps sans vie et des flaques de sang et des cris des vivants. Mais comme ils devaient craindre que YouTube censure trop vite ce film, ils l’intègrent également directement dans leur fil Twitter. Le journaliste de Télérama Olivier Tesquet les interpelle, en vain.

Que s’est-il passé cette nuit? Ce n’est évidemment pas la première fois que les chaînes d’infos font des erreurs pendant ces lives particulièrement difficiles. Mais cette fois, on ne pourra pas dire que «c’est BFM, ils sont moches et vilains et nuls». La palme de l’horreur revient à France 2. La palme de la rumeur à LCI/TF1.

Il s’est passé un phénomène très contradictoire qui n’a pas échappé à de nombreux internautes. Alors que les comptes des forces publiques comme Place Beauvau nous enjoignaient, à nous internautes, de cesser de diffuser des images du massacre, France 2 contrevenait à toutes ces demandes. L’irresponsabilité n’était pas du côté prévue. Sur internet, je voyais les gens à titre individuel adopter plutôt de bons réflexes (même si, évidemment, il y a eu les messages de connards disant qu’ils avaient des photos des victimes qu’ils acceptaient de vendre), s’organiser pour s’aider dans la mesure du possible, les médias les plus emblématiques ont agi comme si c’était la première fois de leur vie qu’ils se trouvaient face à cette situation.

À moins que, et cette hypothèse est nettement plus horrible, à moins que précisément la répétition de l’horreur ne désensibilise certains, ne fasse sauter les digues de l’humanité et du respect. Dernière question que je n’arrive pas à m’ôter de la tête: auraient-ils couvert le drame de la même manière s’il avait eu lieu à Paris, à côté de chez eux. Est-ce que, si c’est à Nice, on s’autorise plus de latitude?

En tout cas, on attend avec impatience les avis du CSA.

**********************************************************************************************

CONFÉRENCE DE PRESSE A NICE DU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE François MOLINS

attentat-nice-francois-molins-mohamed-lahouaiej-bouhlel (1)

 

Le Procureur de la République Française François MOLINS chargé de la section antiterroriste du Parquet de Paris tenait une conférence de presse au Palais de Justice de Nice le vendredi 15 juillet 2016 dès 17 heures pour livrer à la Presse les premiers éléments de l'enquète judiciaire en cours sur l'attentat meurtrier qui a frappé la Ville de Nice lors du feu d'artifice au soir du 14 juillet sur la Promenade des Anglais.

 

" Mesdames, Messieurs,

Je voudrais d'abord avoir une pensée émue envers l'ensemble des victimes de cette nouvelle barbarie terroriste qui a touché hier soir la ville de Nice, et envers leurs proches.

Al'heure où je vous parle, nous déplorons la mort de 84 personnes, dont des enfants. 202 personnes ont été blessées, dont au moins 52 en état d'urgence absolue, et parmi celles-ci 25 sont en réanimation.

Le terroriste conduisant le camion a été abattu pour l'empêcher de poursuivre son action criminelle.

Je voudrais souligner l'engagement des premiers services de Police intervenant qui ont réussi à neutraliser cet individu et ont ainsi permis d'éviter d'autres victimes.

Je voudrais plus largement rendre hommage à l'ensemble des services de l'Etat mobilisés à la suite de cette tragédie, forces de sécurité, pompiers et services de secours, médecins, associations d'aide aux victimes, mais également l'ensemble des habitants de Nice qui ont fait preuve d'un exemplaire sens du devoir et de la solidarité.

Je souhaite également souligner la mobilisation des équipes de l'Institut médico-légal de Nice et de l'ensemble des médecins et personnels qui ont proposé leur assistance pour que les procédures d'identification des victimes puissent débuter dans les meilleurs délais. Ce processus est nécessaire pour avoir une certitude absolue de l'identité des victimes.

Je m'attacherai à ce que toutes les mesures soient prises pour accélérer au maximum cette attente douloureuse.

Je rappelle que la cellule interministérielle d'aide aux victimes a été immédiatement activée après l'attentat et qu'elle est joignable au 01 43 17 56 46.

Cette cellule vise à apporter un soutien et une réponse personnalisée aux besoins des victimes et de leurs proches : accompagnement psychologique, écoute, démarche administrative, aide sociale ...

Une cellule d'information du public a également été mise en place, elle est joignable au 04 93 72 22 22.

S'agissant de l'enquête judiciaire, en étroite collaboration avec le Procureur de la République de Nice qui a dirigé les premiers actes d'investigation, mon Parquet s'est saisi peu après une heure du matin, en activant immédiatement la cellule de crise de la section anti-terroriste du Parquet de Paris.

Quatre magistrats de mon Parquet se sont immédiatement rendus à Nice et dirigent cette nuit les opérations de Police judiciaire.

L'enquête, confiée à la DCPJ et à la DGSI, a été ouverte des chefs :

- d'assassinats et tentatives d'assassinats en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste,

- de tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique, en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste,

- et d'association de malfaiteurs en vue de préparer des crimes d'atteintes aux personnes.

J'en viens aux faits tels qu'ils ressortent des premières constatations et premiers témoignages.

Jeudi 14 juillet, vers 22 heures 45, un homme circulant seul à bord d'un camion frigorifique de 19 tonnes, loué le 11 juillet à une société de location de Saint Laurent du Var et qui aurait dû être restitué mercredi 13 juillet, a pénétré sur la Promenade des Anglais en provenance du quartier Magnan.

Il a roulé sur une distance de 2 kilomètres environ, entre les numéros 11 et 147 de la Promenable, et a violemment percuté de tès nombreux spectateurs rassembés sur la Promenade pour assister au feu d'artifice du 14 juillet.

Le terroriste a tiré à plusieurs reprises sur 3 policiers, à hauteur de l'hôtel Negresco. Les policiers ont répuqué et ont poursuivi le camion, qui a cependant encore réussi à rouler sur près de 300 mètres. Ils sont parvenus à le neutraliser par des tirs, à hauteur du Palais de la Méditerranée.

Le terroriste a éé retrouvé mort sur le siège passager.

Le remorque du camion ne contenait qu'un vélo et 8 palettes vides.

Dans la cabine du camion, ont été découverts :

- un pistolet automatique de calibre 7.65 m/m,

- un chargeur, 

- des cartouches percutées de 7.65 m/m et de cartouches non percutées de 7.65 m/m,

- un 2ème pistolet automatique, factice,

- deux répliques de fusil d'assaut ( kalachnikov et M16 ), 

- une grenade percée,

- un téléphone portable, en cours d'exploitation,

- divers documents, également en cours d'exploitation.

Ont également été découvertes, toujours dans la cabine du camion, une carte conducteur et une carte bancaire au nom de Mohamed LAHOUAIEJ BOUHLEL, né le 3 janvier 1985 en Tunisie et domicilié à Nice.

Les relevés et comparaisons des empreintes papillaires ont permis de confirmer l'identité du terroriste.

Mohamed LAHOUAIEJ BOUHLEL était chauffeur livreur. De nationalité tunisienne, il était marié et père de famille.

Son épouse a été placée en garde à vue ce matin à 11 heures.

Mohamed LAHOUAIEJ BOUHLEL était connu des services de police et de justice pour des faits de menaces, violences, vol et dégradations commis entre 2010 et 2016, et avait été condamné le 24 mars 2016 par le Tribunal correctionnel de Nice à une peine de 6 mois d'emprisonnement avec sursis pour des faits de violences volontaires avec arme commis en janvier 2016.

Il est en revanche inconnu des services de renseignements, tant au niveau national que local, et n'avait jamais fait l'objet d'aucune fiche ou signalement de radicalisation.

Les premières exploitations de vidéo-surveillance permettent de repérer le camion utilisé par le terroriste dans le quartier Auriol, dans l'Est de Nice, où il était garé depuis le 13 juillet.

Le camion a été récupéré le 14 juillet à 21h34 par Mohamed LAHOUAIEJ BOUHLEL, lequel est arrivé seul, à vélo, vélo retrouvé dans la remorque du camion. Il s'est ensuite rendu vers l'Ouest de la ville.

Le camion réapparaît à 22h30 dans le quartier Magnan, avant de prendre la direction de la Promenade des Anglais.

Des perquisitions ont été réalisées ce matin à deux adresses connues du mis en cause. Divers matériels informatiques et de téléphonie ont été saisis, ainsi que différents documents.

Ces matériels sont en cours d'exploitation.

Tels sont les seuls éléments que je peux vous communiquer à ce stade des investigations, pour préserver au maximum le travail des enquêteurs, qui s'attachent notamment à exploiter l'ensemble des armes et matériels saisis et de très nombreuses données de téléphonie et de vidéo-surveillance.

L'enquête vise en effet à déterminer :

- les conditions dans lesquelles l'auteur a pu se procurer l'arme dont il a fait usage et le camion utilisé pour ses crimes,

- et s'il a pu bénéficier de complicités.

Elle s'attachera également à déterminer les éventuels liens de Mohamed LAHOUAIEJ BOUHLEL avec les organisations criminelles terroristes islamiques, puisque si l'attentat d'hier n'a pas été à cette heure revendiqué (nota : depuis DAECH de l'Etat Islamique vient de le revendiquer ), je rappelle cependant que ce type d'action correspond très exactement aux appels permanents aux meurtres de ces organisations terroristes, tels qu'elles le prescrivent notamment dans leurs revues ou vidéos.

Je vous remercie de votre attention, et vous tiendrai informés dès que possible des avancées de l'enquête."

François MOLINS

Procureur de la République Française

 

33512490

La carte de séjour temporaire de Mohamed Salmene LAHOUAIEJ BOUHLEL retrouvée dans le camion de la mort 

**********************************************************

P1130565

P1130566

P1130567

P1130568

P1130569

P1130570

P1130571

P1130572

P1130573

P1130574

P1130574

P1130575

P1130577

P1130578

P1130579

P1130580

P1130581

P1130582

P1130583

P1130584

P1130589

Photos Agency Press International DIACONESCO.TV  libres de tous droits - 15.07.2016 - NICE -

**********************************************************************************************

CnaAoRqWEAAv_zp

CnfQqVYXgAEb_so

Cngc5iIWgAAEc4o

CnZndafWIAAneZV

CnZnnxyXgAAkm0F

CnZnOC_WgAQhrhh

CnZqzZbXEAAlL0L

CnZrP77W8AEreIr

CnZtYYLXYAAsLB7

Photos Presse Nationale et Internationale (merci à eux)

***********************************************************************************Attentat islamiste de Nice: un journal tunisien dévoile tout sur le jihadiste auteur de l’attentat

proxy

Dans cette article exceptionnel on découvre l’identité du tunisien auteur de l’attentat jihadiste qui a fait plus de 84 morts dans la nuit du 14 au 15 juillet 2016 à Nice. Les médias français protègent manifestement la confrérie des Frères Musulmans liée au Qatar. 

Il s’appelle Mohamed Lahouaiej Bouhlel, originaire de Mseken et fils d’un membre du parti islamiste Ennahda connu pour son extrémisme. Il n’est donc pas franco-tunisien mais tunisien vivant en France depuis huit ans avec une carte de séjour, des aides sociales et autres avantages offerts aux étrangers. Ce citoyen tunisien vient de prendre la vie à 84 innocents.

Le terroriste qui conduisait le camion qui a écrasé 84 victimes à Nice n’est pas franco-tunisien comme cela a été annoncé par les médias français mais un émigré tunisien âgé de 31 ans, qui vivait en France depuis 2008 et qui a obtenu le séjour à la suite de son mariage avec une franco-tunisienne, sa propre cousine (elle s’appelle Hajer) qui est installée à Nice et dont il a eu trois enfants.

 

9851836-15932680

Il s’appellait Mohamed Lahouaiej Bouhlel et il est originaire de la ville sahélienne de Mseken (Gouvernorat de Sousse) où il est né le 3 janvier 1985. Selon nos sources policières en Tunisie, sa mère s’appelle Cherifa et son père est membre du parti islamiste Ennahda et il est connu à Mseken comme étant un extrémiste violent que la police de Ben Ali surveillait de près et qui est devenu après janvier 2011 l’un des leaders locaux d’Ennahda à Mseken. Le criminel de Nice ne s’est donc pas improvisé terroriste, mais il né et a baigné dans un milieu familiale favorable à la violence et au radicalisme. Il en va de même de sa belle famille.

Le permis de conduire du terroriste et sa carte de séjour ont été retrouvés dans le camion qu’il a utilisé comme une arme de guerre avant de se faire descendre par des agents municipaux qui étaient heureusement armés, contrairement à d’autres régions qui refusent le port d’armes à la police municipale. Non satisfait d’avoir tué autant de personnes innocentes, le terroriste tunisien voulait finir son parcours criminel sur un manège pour enfants. 

Selon certaines sources, cette crapule terroriste était mariée et père de 3 enfants. Son voisinage interrogé le décrit comme « pas très religieux, (qui) ne fait pas la prière, aime les filles et la salsa ». Des propos habituels qui montrent combien un intégriste daéchien peut dissimuler son vrai visage avant de passer à l’action. Et des criminels pareils, il y en a des centaines et des milliers en France. Pour nous, ce terroriste est né dans un milieu intégriste et il était « culturellement » prédisposé à devenir un terroriste. Les services de police devrait d’ailleurs s’inquiéter du fait que l’un de ses proches travaille à l’aéroport de Nice !

L’ayant identifié grâce aux documents retrouvés dans le camion et à l’analyse de ses empruntes digitales, les autorités policières ont pu retrouver rapidement son adresse. Une perquisition a eu lieu à son domicile aujourd’hui vers 09H30 en présence de membres du Raid lourdement armés. Vers 11H00, des membres de la police technique et scientifique étaient toujours présents dans l’appartement situé dans un petit immeuble d’un quartier populaire de l’est de la ville.

Mohamed Lahouaiej Bouhlel n’était pas connu des services de renseignement français pour radicalisation et ne disposait pas d’une fiche S de sûreté pour lien avec le terrorisme. Il était par contre bien connu des services de police pour des faits de droit commun, principalement des violences avec arme, violences conjugales, menaces et vol. 

Après analyse et enquête, le corps de cette crapule sera expédié en Tunisie, où sa famille, ses amis, ses voisins l’enterreront probablement en « martyr » (à la palestinienne), comme tous les criminels que ce pays autrefois civilisé et moderne a produit depuis la « Révolution Arabe » dite du jasmin qu’on avait fait faire à la populace tunisienne et que l’ensemble des politiciens et journalistes Français avaient à l’époque salué, acclamé et exalté.

Il y a à peine un mois, la France de Monsieur Hollande recevait en grande pompe le chef des Frères musulmans tunisiens, Rached Ghannouchi. Parmi les objectifs non avoués à l’égard d’un tel doctrinaire de l’islamo-terrorisme, encadrer, contenir et empêcher la jeunesse française de confession musulmane de basculer dans le radicalisme !

Pour demander des comptes aux agents de la Confrérie des Frères Musulmans en France, voici leur adresse: http://www.uoif-online.com/contact/

Nebil Ben Yahmed 
source: tunisie-secret

**********************************************************************************************

CnZndafWIAAneZV

Attentat de Nice : la criminelle politique des portes ouvertes

En période estivale, l’attentat de Nice a frappé des touristes de tout pays. Un Italien est décédé, trois sont encore hospitalisés et plus de 30 manquent à l’appel. 

Francesco Storace, homme politique italien, secrétaire national de « La Destra » (La Droite), ancien membre du parti Alliance nationale après avoir été membre du Mouvement Social Italien, le pendant du Front National français, actuel conseiller régional de la région Lazio, a publié une réflexion sur Giornale d’Italia qui s’attaque à la bien-pensance actuelle, coupable de la prolifération sur le sol européen de « loups ».

« L’horreur de l’attentat de Nice gèle le sang (…) Il faut lancer de sérieuses réflexions : le bric-à-brac de la bien-pensance est entrain d’introduire la guerre chez nous. Une guerre anarchique, une guerre basée sur la terreur et sur la surprise. L’ennemi veut tuer tout de notre monde : notre liberté, avec la démocratie; le fait de pouvoir sortir dans un restaurant, d’aller danser, de regarder les feux d’artifices ou une partie de foot; c’est l’antichambre pour nous enfermer chez nous, nous faire plier.

Cet ennemi a un nom, précis et clair. C’est cette politique criminelle des portes ouvertes, ce sont ceux qui, au nom d’un sens de la pitié et de l’égalité abstrait, ouvrent en grand les entrées de notre pays et de l’Europe. C’est cette politique idiote et myope qui voit les différents service secrets européens ne pas collaborer ensemble, au nom d’une pensée débile d’autonomie. Le compte doit être présenté à la chancelière allemande, Angela Markel, avec ses portes ouvertes; au président français, François Hollande, pour l’exécrable état des services de sûreté transalpins. 

Chez nous, les champions de la bien-pensance sont innombrables et cela ne vaut pas la peine de les citer. Mais tous ils ont dans les oreilles les déclarations contre le racisme à Fermo, ensuite démenties dans les faits, ces mêmes hauts représentants institutionnels qui s’étaient précipités à jacasser gardant alors le silence. Ou ceux qui régulièrement détruisent les forces de l’ordre chaque fois que cela est possible avec des coupes, des identifications, des armes et du matériel obsolètes (…)

Arrêtons avec l’idéologie du bon sauvage ! Devant nous il y a des loups. Qui ont démontré de ne pas connaître la pitié. Hier, la peur de l’immigration clandestine était celle de perdre son travail. Aujourd’hui, – après des dizaines d’années de portes ouvertes -, c’est celle de perdre la vie. Sans savoir pourquoi. »

SOURCE : Francesco de Villasmundo

***********************************************************************************