Émeutes urbaines : le gouvernement paralysé

P1220239

MARINE LE PEN AVEC OLIVIER BETTATI A NICE POUR LA COMMEMORATION DE L'ATTENTAT DU 14 JUILLET 2016 SUR LA PROMENADE DES ANGLAIS - AGENCY PRESS INTERNATIONAL - DIACONESCO.TV - C. COPYRIGHT 13.02.2017 - NICE

Communiqués / 13 février 2017 / /

Communiqué de presse de Marine Le Pen

Depuis plusieurs jours, des émeutes d’une rare violence secouent de nombreuses villes de France, provoquant des dégâts considérables tant sur des biens publics que privés. Les forces de l’ordre y sont prises pour cible par des bandes de racailles que plus rien ne dissuade, et certainement pas la Justice, dans un contexte de laxisme généralisé.

Devant cette situation qui fait la honte de la France à l’étranger et le malheur des habitants des quartiers touchés, le gouvernement se mure dans un silence qui reflète autant sa lâcheté que son impuissance.

Pourtant, des questions légitimes se posent. Pourquoi une manifestation publique a-t-elle été autorisée à Bobigny samedi après-midi, alors que l’on savait le risque de troubles à l’ordre public maximal ? Par ailleurs, quel est le bilan réel de ces émeutes urbaines dont certains voudraient à tout prix masquer l’ampleur et taire le nom ?

Face à ces questions, pas un mot du nouveau ministre de l’Intérieur, le fantomatique Bruno Le Roux, qui manifestement fuit ses responsabilités. Quant aux Républicains, on comprend leur silence, eux qui ont effondré les moyens et les effectifs de la police et de la gendarmerie.

Nous rappelons que notre pays est en situation d’état d’urgence. Mais là encore, à quoi cela sert-il si le gouvernement se refuse à utiliser les moyens dont il dispose pour maintenir l’ordre public et faire respecter l’autorité de l’Etat ?

La sécurité n’est pas un privilège mais un droit fondamental qui doit être rétabli pour tous les Français. Dans ce contexte, je renouvelle également mon soutien sans faille aux forces de l’ordre confrontées à une extrême violence dans l’indifférence totale du gouvernement.

Marine Le PEN

 

C4e64imWIAA9zmZ

C4f-IvmWIAQC4dq

C4ft25uWYAE7t-t

C4gA9LPWEAAGLbp

 

**********************************************************

LE SOUTIEN DU SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE AUX MANIFESTATIONS ANTI-POLICE EST UN DANGER POUR LA RÉPUBLIQUE !

18 février 2017

En plein état d’urgence, il est à mon sens tout à fait irresponsable de laisser s’organiser une manifestation contre la police et de prétendues violences policières. Que le gouvernement ne prenne aucune disposition pourrait à la limite ne pas surprendre. Ce gouvernement est en effet resté sans réaction pendant des années devant des racailles qui font leur loi dans certains quartiers et n’hésitent pas à déchaîner leur violence dès qu’une manifestation leur en donne l’occasion, ce gouvernement a toujours laissé les milices d’extrême gauche s’allier à ces mêmes pilleurs et casseurs sans jamais les mettre en cause et les dissoudre, ce gouvernement se précipite au chevet des très rares victimes de violences policières sans même attendre que la lumière et la justice soient faites. Ce gouvernement donc ne nous surprendra pas en laissant s’organiser des manifestations potentiellement dangereuses.


En réalité, à travers cette complaisance irresponsable, il cherche à appeler une paix sociale, de même que nombre d’élus LR ou PS le font à coup de subventions dans certaines villes. C’est une pratique désormais très répandue, elle sert à faire croire aux Français que la situation est sous contrôle, alors même que la gangrène du communautarisme, la haine de la France et la volonté d’en découdre prospèrent de manière parfaitement inquiétante dans notre pays, laissant déjà pointer le risque d’une véritable guerre civile.

Mais il est parfaitement scandaleux d’apprendre dans le même temps que le Syndicat de la magistrature apporte son soutien à ces manifestations anti-police ! Ce syndicat, qui s’illustre à chaque occasion par un laxisme inouï, qui donne des leçons de morale à la terre entière en permanence, vient signifier aujourd’hui, par cet appel à manifester, qu’il méprise totalement les forces de l’ordre. Faut-il rappeler que les magistrats, pour faire leur travail, ont besoin d’une police forte et efficace ? Faut-il leur rappeler que cette même police, de même que la gendarmerie, a aujourd’hui besoin de tout sauf d’être mise en accusation permanente ? Ce syndicat comprend-il le message terrible qu’il envoie à ces jeunes casseurs et à toute cette population en guerre contre l’autorité républicaine ?

C’est à côté d’autres organisations coupables que le Syndicat de la magistrature préfère se ranger. Aux côtés du Cran, de SOS racisme, de la ligue des droits de l’homme, et d’autres associations encore, toutes grassement subventionnées alors qu’elles ne représentent personne, le Syndicat de la magistrature se décrédibilise encore une fois de manière honteuse. Il révèle son vrai visage : celui d’une organisation en réalité parfaitement mal à l’aise avec la notion d’Etat de droit, avec l’autorité républicaine, et en réalité avec l’idée de Justice elle-même.

On comprend mieux à travers de tels agissements, pourquoi dans de nombreux cas les décisions judiciaires concernant les délinquants sont pour le moins laxistes, et pourquoi tant de policiers et gendarmes sont si souvent découragés de voir ceux qu’ils arrêtent immédiatement bénéficier de la clémence incompréhensible des juges.

Le Syndicat de la magistrature ferait mieux de soutenir les policiers et gendarmes dans leurs tâches de plus en plus difficiles, plutôt que de s’associer aux attaques perfides lancées contre la police et de devenir un danger pour la République !

Nous savons qu’il faut en France plus de juges, qu’il faut donner plus de moyens à la Justice. Mais il faut aussi demander aux magistrats de s’abstenir de lancer de tels messages politiques dévastateurs. C’est pourquoi j’ai mis dans mon projet présidentiel mon souhait de revoir la formation des magistrats, et d’en finir véritablement avec la culture du laxisme. Comme dans le reste des domaines qui relèvent de l’action présidentielle, en matière de Justice, je compte bien aussi remettre de l’ordre.

Marine Le PEN

C49Co71W8AAi0T_

C49fiArWcAIZATY

C49HWp2W8AAEidm

C49I4f2WcAE-Kw5

C49JD2DWEAAnOcU

C49paJZWIAE5sVG

**********************************************************

Reportage photos Presse - Agency Press DIACONESCO.TV - 13.02.2017 - NICE

 

P1220093

P1220095

P1220100

P1220101

P1220109

P1220111

P1220112

P1220113

P1220114

P1220125

P1220120

P1220129

P1220157

P1220158

P1220159

P1220160

P1220161

P1220162

P1220163

P1220164

P1220165

P1220166

P1220181

P1220202

P1220215

P1220231

P1220238

P1220239

P1220240

P1220241

P1220260

P1220284

P1220285

P1220286

P1220287

P1220291

P1220297

P1220298

P1220313

P1220320

P1220328

P1220346

P1220353

P1220363

Photos Presse Gérard Diaconesco C. COPYRIGHT - DIACONESCO.TV - 13.02.2017 - NICE

**********************************************************

LES VIDEOS DES TELEVISIONS DU 13.02.2017

Déplacements

  • 4:15

ASKANEWS TELEVISION DI ROMA ITALIA 

  1. Marine Le Pen a Nizza: ricreiamo i controlli alle frontiere

    • il y a 32 minutes
    • 2 vues
    Roma, (askanews) - Marine Le Pen ha fatto visita a Nizza, dove ha parlato di controlli ai confini e immigrati. Circondata da ...

     

     *******************************************************