MACRON L'HOMME DU REMPLACEMENT DE HOLLANDE ET DU SYSTEME DE LA MONDIALISATION 

GdeMagouille

Macron-12fev-17

Haute Autorité pour la transparence de la vie publique

98-102 rue de Richelieu- CS 80202

75082 Paris Cedex 02

14 février 2017

Madame la Présidente,

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) que vous présidez est une autorité administrative indépendante (AAI) chargée d’une mission de service public : promouvoir la probité et l’exemplarité des responsables publics.

Selon votre site internet : « tout citoyen peut adresser à la Haute Autorité des observations sur les déclarations »

C’est en tant que citoyens que nous avons l’honneur de porter à votre connaissance nos observations quant à la déclaration de revenus et de patrimoine faite par M. Emmanuel MACRON le 24 octobre 2014 (voir PJ) suite à sa nomination comme ministre de l’Economie le 26 août 2014.

Il en ressort que :

1. Ses revenus 2010-2013 ont été de 3 010 996 €

A savoir :

a/ Des salaires à hauteur de 1 022 583 €

356 095 € de salaires en 2010 (Rothschild)

403 557 € de salaires en 2011 (Rothschild)

100 811 € de rémunération 2012 (Présidence de la République)

162 120 € de rémunération 2013 (Présidence de la République)

b/ Des « bénéfice industriels et commerciaux » à hauteur de 1 426 831 €

706 310 € de bénéfice industriels et commerciaux en 2011 (Rothschild)

720 521 € de bénéfice industriels et commerciaux en 2012 (Rothschild)

c/ Des revenus de capitaux mobiliers à hauteur de 561 582 €

291 286 € de revenus de capitaux mobiliers en 2011

270 296 € de revenus de capitaux mobiliers en 2012

Total des revenus: 3 010 996 €

2. Sa fortune déclarée en 2014, lorsqu’il fut nommé ministre, était de 156 160.43 €

A savoir :

a/ des liquidités à hauteur de 195 097.75

86 344.84 € pour un contrat d’Assurance vie souscrit le 25/4/11

53 192.19 € sur son compte courant chez le Crédit Mutuel, le seul déclaré.

52 467.85 € placée dans un PEA

3 092. 62 € sur son compte d’associé chez Rothschild.

b/ des investissements à hauteur de 1 015 330,62 €

20.92 € pour 1 action Lagardère

74 309.70 € de « valeurs en bourse et placements divers »

935 000 € (valeur estimée pour son appartement acquis en juin 2007 au prix de 890 000 €)

6 000 € (valeur estimée pour sa voiture achetée en 2005)

c / des dettes à hauteur de 1 054 267.32 €

- 295 689.79 restant dû sur prêt du Crédit Mutuel pour travaux résidence secondaire

- 558 577.53 € restant dû sur prêt du Crédit Mutuel pour achat résidence secondaire

- 200 000 € restant dû sur un prêt particulier sur 10 ans obtenue en 2007 (550 000 €) et remboursable 55 000 € / an)

Fortune nette totale : + 156 160.43 €

Observations / Questions:

Nous nous interrogeons dès lors sur la sincérité du patrimoine déclaré. En effet,

a/ Comment peut-il se faire qu’après avoir eu en 2010-2013 des revenus supérieurs à 3 000 000 € sa fortune déclarée en 2014 n’ait été que de 156 160 € ?

b/ Comment peut-il se faire qu’il n’ait eu en 2014 que 56 254,41 € sur son compte courant alors que plus de 3 000 000 € y avaient été crédités durant les trois années précédentes ?

Et où est passée la différence, sachant que, sur la période 2010-2013, il n'a pas utilisé ses liquidités pour investir substantiellement dans l’immobilier ou en Bourse, ni pour rembourser ses emprunts, à l’exception de son emprunt privé remboursé à hauteur de 220 000 € (4 x 55 000 €) ?

c/ Enfin, où est passé le portefeuille lui ayant permis de toucher 561 582 € de revenus mobiliers en 2011-2012, car il n’apparaît pas dans sa déclaration de patrimoine ? A noter que pour pouvoir générer de tels revenus, il se devait d'être au moins de 3 000 000 € (sur la base d’une rentabilité moyenne de 10 %) ?

Et si son portefeuille a été liquidé en 2012, juste avant qu’il n'arrive à l'Élysée, où est alors passé le produit de la vente, puisqu’il n’est manifestement pas arrivé sur son compte au Crédit Mutuel, le seul déclaré ?

Il nous serait agréable que vous nous fassiez savoir si nos interrogations sont ou non fondées, sachant qu’"omettre de déclarer une partie substantielle de son patrimoine ou en fournir une évaluation mensongère est un délit pénal".

Dans l’attente des réponses que vous voudrez bien apporter à nos interrogations, nous vous prions d'agréer,

Madame la Présidente, l’expression de notre profond respect.

 

Paul Mumbach

Candidat des maires en colère à la présidentielle

Maire de Dannemarie (68), Président des maires ruraux du Haut-Rhin

25 rue de Cernay, 68210 Dannemarie / Mail: paul.mumbach@dannemarie.fr

Jean-Philippe Allenbach

Président du Mouvement Franche-Comté

3 Place du 8 septembre, 25000 Besançon / Mail: pfed.allen@gmail.com

Serge Grass

Président de l'Union Civique des Contribuables Citoyens (U3C)

77 Grande rue, 25360 Nancray / Mail: sg44@free.fr

***********************************************************************************************

 

Docteur Macron et Mister Système...

3-1184x789-1-1184x789

 
DOCTEUR MACRON ET MISTER SYSTÈME

Manuel Valls a donc rallié Emmanuel Macron.

La réalité de la candidature Macron apparaît dès lors au grand jour : c’est une vaste entreprise de recyclage des sortants du système.

Manuel Valls dit ne pas accepter “la marginalisation de la gauche de gouvernement”. On entend plutôt qu’il n’accepte pas ‘la marginalisation du gouvernement de gauche” qu’il a dirigé avec Hollande.

L’arrivée de Manuel Valls confirme qu’Emmanuel Macron est devenu un simple rouage dans ce grand plan de sauvetage de la Hollandie. Sa candidature est manifestement sous la tutelle des sortants, sous la tutelle du système qui veut se recaser à tout prix.


C4d6H9fWYAcjn5U

Il a beau se démener à nous faire croire le contraire, s’il était élu en mai prochain, il est évident qu’Emmanuel Macron aurait à s’appuyer à l’Assemblée nationale sur une majorité de sortants. Il est aussi évident qu’il continuerait sans en changer une virgule la politique désastreuse menée ces dix dernières années, application stricte de la feuille de route de Bruxelles. On savait que la candidature d’Emmanuel Macron était la candidature du vide, on sait désormais qu’elle n’est que le paravent du système. Lire la suite

DÉCOUVREZ QUI EST LE VRAI MACRON !
 

 

120.000€ détournés par Macron : Internet expose ses casseroles puisque les médias ne le font pas

PUBLIÉ PAR ALAIN LEGER LE 26 FÉVRIER 2017

MacronPiedsNoirs

 

Les députés Philippe Vigier et Christian Jacob ont accusé Emmanuel Macron de s’être servi dans les caisses de l’Etat pour financer son mouvement «En marche !»

Macron est bordé de partout, protégé par les médias qui refusent de faire leur métier et enquêter, protégé par une justice – qu’on sait politiquement corrompue avec l’acharnement juridique – qu’on l’aime ou pas – contre Fillon, il ne reste qu’internet pour faire le sale boulot.

Philippe Vigier et Christian Jacob s’appuient sur un livre enquête (Dans l’enfer de Bercy: Enquête sur les secrets du ministère des Finances*) consacrée aux coulisses du ministère de l’Economie et des Finances dont un croustillant passage est consacré à Emmanuel Macron à Bercy.

«Il y a des choses importantes qu’on a apprises … notamment au niveau des frais de bouche, puisque 120.000 euros des crédits du ministre à Bercy [ont servis à ] des agapes En marche!, pour réunir tel ou tel, pour préparer sa campagne présidentielle», accuse le le député UDI Philippe Vigier.

Les journalistes Marion L’Hour et Frédéric Says ajoutent :

«Emmanuel Macron a utilisé à lui seul 80% de l’enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère par le Budget.

[…]

L’enveloppe annuelle des frais de représentation du ministère de l’Economie dépasse cent cinquante mille euros, soit au moins cent vingt mille euros utilisés en huit mois par le jeune ministre pour ses seuls déjeuners et dîners en bonne compagnie».

View image on Twitter

 

 Follow

Philippe Vigier 

✔@VigierPhilippe

#Macron en marche aux frais des contribuables. Il ne sert pas la Fr. , il se sert. Nous allons saisir la Haute Autorité pour la transparence

 

Le 20 janvier 2017, Le Figaro accusait à son tour :

«Pendant deux ans, l’ancien ministre de l’Economie a eu recours à tous les moyens et facilités offerts par son ministère, y compris financiers, pour installer sa candidature.»

Le quotidien expliquait que Macron s’est servi de son ministère comme «d’une rampe de lancement» de sa campagne. «Le jeune ex-ministre … est resté moins de deux ans dans les murs. Le temps de façonner sa cote de popularité, de renforcer ses réseaux, d’acquérir l’expérience de l’Etat, bref, de préparer l’offensive, dans le confort d’un ministère puissant»précise l’article.

Dans un article publié sur Atlantico, les bonnes feuilles du livre de Says et L’Hour révèlent des détails embarrassants sur ces dépenses personnelles et formulent de lourdes accusations :

  • «Emmanuel Macron a utilisé Bercy pour s’élever» : utiliser Bercy, cela veut dire utiliser l’argent public à des fins privées.
  • «Emmanuel Macron recevait à tour de bras les personnalités influentes dans son bureau du troisième étage. Y compris des hiérarques religieux, des philosophes, des responsables associatifs, tous estimables, mais qui n’avaient pas grand-chose à voir avec les attributions officielles du ministre.»
  • « Il multipliait les dîners, parfois deux par soir », raconte un autre membre du gouvernement installé à Bercy.
  • «Michel Sapin [qui] a eu vent de ces repas par les huissiers et les chauffeurs de Bercy, s’est indigné».
  • «Dans les murs du ministère, Emmanuel Macron a aussi reçu des centaines d’“amis” Facebook. Par deux fois, il a organisé avec eux des soirées de discussion.»
  • «A posteriori, ces rendez-vous ressemblent davantage à un pré-meeting électoral.»
  • «Michel Sapin se reproche sa naïveté : “Avec Macron, nous avions une relation très simple, très fluide. C’est un esprit alerte, très léger, pas lourdingue. Je m’en veux de n’avoir pas vu assez vite qu’il avait une ambition cachée.»
  • En mai 2016, lors d’un déjeuner avec quelques journalistes, le chef de l’État se joint aux critiques de ses ministres et compare Emmanuel Macron à Donald Trump « Trump est un milliardaire, donc les gens se disent : “Tiens, il ne va pas être corrompu car il est déjà riche.” », ce que son passage à Bercy ne démontre pas.
  •  

Suite à de telles accusations, le parquet national financier (PNF) devait demander à Macron de détailler avec quel argent, pour quel montant, de quelles sources, il a financé sa campagne. Le PNF déclencher s’auto-saisir d’une enquête comme pour Fillon. Sauf que le conseiller justice du chef de l’Etat est un ancien substitut du PNF…

La France est un pays corrompu (elle arrive au 23e rang du classement mondial deTransparency International), et lorsqu’on tombe à ce rang, il n’est pas évitable, à un moment où à un autre, que la corruption soit visible à l’œil nu : vous y êtes en plein, vu l’importance de l’échéance présidentielle.

Notre prochaine enquête : Macron reçoit 3 millions chez Rothschild, mais il ne paie pas l’ISF.

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

***********************************************************************************************

Lettre ouverte à monsieur Macron

du Général de Corps d’Armée (2S) Michel Franceschi

 

Ancien Inspecteur des Troupes de Marine, héritières des Troupes Coloniales, j’ai l’impérieux devoir de prendre ès-qualité leur défense morale, en réaction à votre diabolisation de la colonisation. Ma carrière d’officier colonial épanoui, à la charnière de la colonisation et de la décolonisation de l’Afrique, me confère le double caractère d’acteur de terrain et de témoin privilégié. Je me sens donc parfaitement qualifié pour vous administrer une salutaire leçon d’histoire que vous n’aurez pas volée.

Tout d’abord, je dois vous rappeler que la conception de l’épopée coloniale de la France fut l’œuvre de grands Républicains appartenant au Panthéon de votre obédience politique. N’est-ce pas Jules Ferry qui a voulu « porter la civilisation aux races inférieures » ? Albert Sarraut a défini notre « politique indigène comme étant la Déclaration des Droits de l’Homme interprétée par Saint Vincent de Paul » (sic). De son côté, Léon Blum a déclaré en 1925 à la tribune du Palais Bourbon  « il est du devoir des races supérieures de venir en aide aux races inférieures ». Et honni soit qui mal pense de ce vocabulaire !!!

Les prestigieux artisans de cette grande œuvre humaniste s’appelèrent Gallieni, Lyautey, Savorgnan de Brazza, Auguste Pavie, Charles de Foucauld et autre docteur Schweitzer, figures de proue d’une nombreuse cohorte de valeureux exécutants plus humbles. Résumons leur œuvre à l’essentiel. Ils ont d’abord libéré les populations autochtones du joug sanguinaire de ce que l’on a appelé les « rois nègres », à la source de l’immonde chaîne de l’esclavage qu’ils ont aboli. Ils ont mis un terme aux perpétuelles guerres tribales qui saignaient à blanc le continent africain, apportant un siècle de « paix française ». A défaut d’une totale liberté qui n’était pas l’aspiration prioritaire, ils ont apporté l’Ordre et la Justice de nos admirables administrateurs coloniaux. Ils ont éradiqué les épidémies qui anéantissaient des tribus entières. Ils ont fait disparaître les endémiques famines qui aggravaient la dépopulation.

Libre à vous, monsieur Macron, de penser que les conquêtes de la Liberté, de la Paix et de la Santé sont des crimes contre l’humanité !

Il est de notre devoir de Français d’honorer la mémoire de tous ceux qui ont laissé leur vie dans cette grandiose aventure humaine dont nous devons être fiers. J’ai pu me recueillir sur bon nombre de  leurs sépultures, qui jalonnent notre épopée coloniale. J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour remédier à leur état lamentable, jusqu’à m’attirer les foudres d’une administration lointaine. En ces lieux émouvants, cadres et simples soldats côtoient leurs frères d’armes du Service de santé, particulièrement éprouvés par leur place en première ligne des épidémies. Ces Français de condition modeste avaient votre âge, monsieur Macron. Ils avaient quitté courageusement le cocon métropolitain pour servir la France au loin sans esprit de lucre et au mépris des dangers encourus. Alors, de grâce, daignez leur accorder un minimum de respect.

Voilà, monsieur Macron, ce que j’ai eu à cœur de vous dire. Au Tribunal de l’Histoire devant lequel je vous ai fait comparaître, je laisse à votre conscience et au suffrage universel le soin de prononcer le verdict.      

Michel Franceschi

Général de Corps d'Armée

***********************************************************************************************

Lettre ouverte à Emmanuel Macron

de Bernard Debré

Monsieur le Ministre – ou devrais-je plutôt vous appeler « Monsieur le Conseiller de François Hollande », tellement vous avez été proche de lui, étant même l’inspirateur de sa politique économique qui a mis la France parterre. Peu importe ! 

Il n’est interdit à personne de reconnaître ses erreurs. Êtes-vous à droite, au centre ou à gauche ? Personne ne le sait. Vous tentez de garder votre secret, même si quelques indices percent et vous placent totalement à gauche de l’échiquier politique, cette gauche libertaire, « bobo » et inconstante. 

Vos dernières déclarations sont incroyables. La France a donc, à vos yeux, commis un crime contre l’humanité lors de la colonisation. Repentance, condamnation ! Avez-vous pesé vos mots ? Non bien sûr et c’est impardonnable de votre part. Alors que vous voulez représenter la France au plus haut niveau, voici que vous la condamnez. Bravo ! Je vous rappelle qu’un crime contre l’humanité est imprescriptible. Vous demandez donc que notre pays soit jugé par le Cour pénale internationale. Beau début de campagne !

Mais vous n’en êtes pas à votre première bourde. 

Vous avez, il y a quelques jours, déclaré qu’il n’y avait pas de culture française, niant Victor Hugo, Céline Druon, pour ne citer que ces écrivains alors qu’il y en a des centaines et des centaines qui ont façonné la culture française. Vous oubliez le Siècle des Lumières. Vous oubliez le rayonnement de la France par sa culture propre et enviée dans le monde entier. Désolant !

Même en France, vous méprisez les femmes et les hommes qui travaillent : « l’alcoolisme et le tabagisme se sont peu à peu installés dans le bassin minier », avez-vous dit à Hénin-Beaumont. Sans oublier que vous avez traité d’ « illettrés » les travailleurs de l’entreprise Gad de Bretagne.

Les Français n’accepteront pas d’être méprisés par vos propos irresponsables. 

Vous voulez apparaitre comme un télé-évangéliste : « Saint Macron ». Ce serait plutôt « Saint Maclou » tant vos arguments sont au raz des tapis. Vous êtes un illusionniste médiatique sans programme, sans idée ou alors des idées qui varient dangereusement d’un jour à l’autre.

Il est temps que les Français s’aperçoivent de la vacuité de votre esprit uniquement tourné vers la propagande, vers les mots dangereux et trop souvent creux.

« Je vous aime furieusement », avez-vous dit à une foule qui était venue vous écouter. Monsieur le Ministre, une chose est certaine : vous n’êtes pas apte à devenir un Président de la République respecté et respectable. 

Bernard Debré 

***********************************************************************************************

                                INCULTURE 

On sait que le crime contre l’humanité est, selon le tribunal de Nuremberg, l’extermination et la réduction en esclavage. La Cour Pénale Internationale a, certes, élargi l’incrimination notamment à la déportation, aux disparitions et autres abominations génocidaires mais l’idée reste la même, celle d’un crime abominable : l’anéantissement programmé d’un groupe d’hommes.

Notre mignon petit télé-évangéliste, banquier d’affaires auto-proclamé juriste et historien voit dans la colonisation d’une contrée sous domination turque, devenue Algérie, un véritable crime contre l’humanité. Peu important pour ce sympathique ignare que les peuplades qui y vivaient misérablement en 1830 soient évaluées à 3 millions et qu’en 1962 la population indigène de la colonie soit devenue supérieure à 9 millions.

Peu important aussi, pour ce petit personnage, que les victimes, mues  par le complexe de Stockholm se précipitent en rangs serrés depuis plus de cinquante ans chez leurs anciens bourreaux.

Alors que ferait le président Macron ? Nécessairement un procès aux responsables de ce crime d’Etat et surtout à son instigateur  initial : Jules ferry, le maître à penser de la 3ème République qui, dans son célèbre discours du 28 juillet 1885 à la chambre osait proclamer :

« Est-ce que vous pouvez nier, est-ce que quelqu’un peut nier qu’il y a plus de justice, plus de d’ordre matériel et moral, plus d’équité, plus de vertus sociales dans l’Afrique du Nord depuis que la France a fait sa conquête ? Quand nous sommes allés à Alger pour détruire la piraterie et assurer la liberté du commerce dans la Méditerranée, est-ce que nous faisions œuvre de forbans, de conquérants, de dévastateurs ? ….. » 

Ferry sera-t-il condamné à être chassé de nos mémoires, gommé des livres d’histoire et des photos comme le faisaient les Empereurs rouges de Moscou au XXème siècle ? Notre sémillant président ira-t-il plus loin encore dans l’assimilation de Jules Ferry à Adolf Hitler en ouvrant un procès post-mortem devant une juridiction spéciale, créée à la façon de Charles le Félon ? 

Décidément le théâtre de l’actualité politique française où les pitres se bousculent, au risque d’endommager gravement nos zygomatiques, ne manque pas d’intérêt. Que les acteurs en soient remerciés !

Philippe CHIAVERINI

***********************************************************************************************

Aux propos de Mr MACRON au regard de l’Histoire.

Posté le dimanche 19 février 2017

MacronAttali&BandeVieuxBD

 

Lors de son voyage en Algérie le 15 février dernier, dans un entretien avec la chaîne Echourouk News, Mr Macron a déclaré : « La colonisation fait partie de l’histoire française... C’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes…»

Certes, des propos tenus lors d’une campagne électorale qui s’annonce difficile ne devraient pas être pris à la lettre… Mais enfin, si l’on comprend bien Mr Macron, seule la colonisation française est condamnable.

Pour qui s’est intéressé à l’histoire du Maghreb – le nord de l’Afrique au sud de la Méditerranée - ce qui est devenu l’Algérie fut colonisé par les Phéniciens, les Grecs, les Romains, les Vandales, les Byzantins, par les Arabes depuis 680 de notre ère, puis par les Turcs à partir du XVI° siècle. Qui peut croire que ces colonisations furent plus douces que la nôtre ? Peut-on rappeler qu’à partir de 707, une partie du sud de la France fut envahi et colonisé par des Musulmans venus d’Afrique du Nord. Saint-Tropez et Lagarde-Freinet ne furent libérés qu’en 980. La toponymie en conserve le souvenir : Roquemaure, Castelsarrasin, etc. Le colonialisme musulman a-t-il jamais fait l’objet d’excuses ou de repentance ?

Et dès le VIII° siècle, les pirates musulmans écumèrent les côtes de l’Europe : près de quatre millions d’Européens furent pris en esclavage, Saint Vincent de Paul et Cervantès furent les plus célèbres. L’ordre du Saint Esprit fut fondé pour racheter ces esclaves.

Si l’on admet que la colonisation fut un crime contre l’humanité, qu’en est-il de l’esclavage ? Car jusqu’en 1830, Alger et Tripoli furent des repaires de pirates chasseurs d’esclaves, contre lesquels nos rois luttèrent sans cesse. Louis XVI, souvent accusé de faiblesse, était décidé à régler ce problème et il envoya le Baron de TOTT et l’orientaliste Venture de Paradis reconnaître les fortifications d’Alger. Bonaparte donna pour mission au Capitaine Bergé et au Chef de Bataillon Boutin reconnaître la côte algérienne : c’est Boutin qui recommanda le site de Sidi FERRUCH pour un débarquement. C’est finalement Charles X qui décida en 1830 l’envoi d’une expédition pour en terminer avec la piraterie et le trafic d’esclaves au Maghreb.

Notre colonisation fut-elle aussi effroyable que la dépeint Mr Macron ? Je constate simplement que les Algériens demandent des visas pour venir en France, bien plus que pour aller en Arabie saoudite. Et les écrivains algériens d’expression française me semblent avoir plus de succès que leurs confrères qui ne s’expriment qu’en arabe…

Jean SALVAN

Officier général (2S)

***********************************************************************************

LE CHAGRIN ET LA PITIÉ

517CZbMQ81L


Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel MACRON candidat à l'élection présidentielle. 

par Jean-Paul SPINA


Monsieur,
 
Après avoir, avec vos allures de petite frappe pleine d'assurance et de suffisance devant un micro en Algérie, assassiné encore une fois la France et ceux qui sous son drapeau l'ont défendue, Pieds Noirs et Harkis rescapés du seul choix que le FLN leur laissait en 1962, la valise ou le cercueil, vous vous êtes pitoyablement confondu, vautré à Toulon, dans des excuses pleurnichardes ponctuées de "pardon, je vous aime"... Comediante ! !

Vous vous êtes ensuite englué dans des explications acrobatiques : "j'ai dit cela Alger, mais je ne voulais pas dire... ce que vous avez entendu"… Croyez-vous que vous allez ainsi conserver la confiance de ceux qui écoutent vos engagements de candidat ? Ils sont déjà en Marche Arrière car toutes les promesses inconsistantes que vous leur adressez sont noyées dans le flou et l'enfumage de votre illusoire projet pour la France.

Si vos supporters persistent à croire un saltimbanque qui se renie devant son public et s'aplatit minablement devant 200 Pieds -Noirs et Harkis "aux cheveux blancs" qui ne demandaient que des explications, ce sera leur affaire "n'est ce pas Bruno" ! ! Car, comme nous en avons déjà fait le dramatique et douloureux constat, nous, les Pieds Noirs et les Harkis, savons trop bien hélas que "les promesses n'engagent que ceux qui veulent y croire", même si elles ont été annoncées d'un balcon d'Alger, ex capitale de la France Libre devant un million de personnes par un grand  homme qui s'était illustré en organisant, 15 ans auparavant et avec bien d'autres, la RESISTANCE de la France.

Vous êtes bien loin d'avoir sa carrure, Monsieur le candidat micron, et vous ne partageriez avec lui que le seul souci qui l'animait en 1958 : prendre le pouvoir au prix de toutes les trahisons, lui en trompant les 10 millions de Français qui vivaient dans ces trois départements de notre République et vous en nous faisant croire, quand cela vous arrange, que vous n'êtes plus en accord avec ceux qui vous ont nommé et que vous avez servilement servi comme Conseiller et Ministre.

Monsieur l'énarque, "ni de droite, ni de gauche", candidat à la magistrature suprême, vous êtes bien de ces politiques qui brûlent ceux qui les ont encensés et vous avez comme eux la trahison dans les gènes. Après vos falsifications préméditées, éhontées et injurieuses pour l'histoire de la France en Algérie, vous vous êtes permis, malgré les nombreux éminents historiens qui ont mis à jour votre "logiciel de la colonisation", de revendiquer avec force durant votre discours les idées de la gauche sur ce sujet, c’est-à-dire depuis les traîtres, assassins, porteurs de valises du FLN jusqu'aux recommandations de Terra Nova qui vous ont sûrement poussé à aller sur l'autre rive à la pêche aux voix.

Cette revendication publique fait aussi tomber le masque. Elle révèle ce que cachent vos allures de dandin boboïsé de la finance. Après votre show tragi-comique de compassion théâtrale pour les Pieds-Noirs et les Harkis et nous avoir assené, avec des regards complices vers vos fans, un ironique, sournois mais surtout cruel "je vous ai compris", nous avons senti le sel que vous veniez de jeter sur nos blessures, la dérision, le mépris de nos souffrances, celles que vous évoquiez 10 minutes avant  avec des trémolos d'opérette dans la voie... Tragediante ! !

A présent nous savons qui vous êtes et, pour nous, même si c'est un peu court jeune homme, ce que vous avez dit est pire qu'un crime, c'est une faute que nous ne vous pardonnerons pas. Vous êtes, à nos yeux encore horrifiés de ce qu'ils ont vu, vécu, ce que Napoléon pensait de son grand chambellan car, Monsieur, nous les Français d'Algérie, Pieds Noirs et Harkis, nous savons :


"que depuis qu'en cet autre langage on a si bien, si talentueusement parlementé,  il vous pousse un nouveau courage : l'audace de votre lâcheté".
  
Jean Paul Spina, 73 ans


descendant d'une famille d'émigrés italiens sardes-napolitains
comptant 4 de ses aieux engagés volontaires pour la grande guerre de 14-18 morts pour la France  et leurs fils rescapés de Koufra, Cassino, débarqués en Provence pour combattre jusqu'à Colmar, Strasbourg, Berchtesgaden et libérer la France .  

********************************************************************************************** 

C5sIrNXWgAEaqd_   

 

MACRON : UN CADEAU DE 14 MILLIARDS D’EURO A PATRICK DRAHI EN ECHANGE D’UNE CAMPAGNE DE MATRAQUAGE MÉDIATIQUE 
1) Patrick Drahi est un milliardaire patron du groupe Altice (Numéricable/SFR/SFR Médias). Il contrôle un groupe de médias puissant (BFM TV/RMC/L’express/Libération). 
2) Le 28 octobre 2014, le tout nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron autorisait le rachat de SFR par Patrick Drahi contre l’avis de son prédécesseur Arnaud Montebourg. Dans les 6 mois qui ont suivi cette décision, la valeur du groupe de Drahi a plus que doublé et a fait gagner plus de 14 milliards d’euro à ses actionnaires. 
3) Macron a floué l’état français car il a choisi un groupe qui paye très peu d’impôts en France. Montebourg craignait que le rachat de SFR par Altice ne se traduise par une gigantesque évasion fiscale. En 2014, Montebourg éreinte Drahi alors qu’il est ministre, des enquêtes fiscales sont alors diligentées par Bercy et ses déclarations ci-dessous sont sans ambiguïté. « Numericable a une holding au Luxembourg, son entreprise est cotée à la Bourse d’Amsterdam, sa participation personnelle est à Guernesey dans un paradis fiscal de Sa Majesté la reine d’Angleterre, et lui-même est résident suisse ! Il va falloir que M. Drahi rapatrie l’ensemble de ses possessions, biens, à Paris, en France. Nous avons des questions fiscales à lui poser ! ». Par ailleurs Drahi fera le plus grand plan social de 2016 en licenciant 5000 personnes chez SFR 
4) Pour remercier Macron, Drahi a mis son groupe de médias à disposition de sa campagne et a organisé un matraquage médiatique sans précédent en faveur de Macron. Ce soutien s’organise d’ailleurs de manière tout à fait évidente. Un proche de Patrick Drahi, patron du pôle médias du groupe Altice, Bernard Mourad, rejoint Macron pour organiser son mouvement « En Marche » en Octobre 2016. Bernard Mourad, ancien banquier de Patrick Drahi, s’était plus particulièrement occupé, en 2014, de l’opération de rachat de SFR. Depuis février 2015 il est le patron de la branche média du groupe Altice, c’est-à-dire la personne qui dirige l’Express, Libération, BFM TV et RMC.
5) En autorisant le rachat de SFR, Macron a fait d’une pierre deux coups. Cette opération se révèle en effet fort juteuse pour le clan Macron, puisque la banque d’affaires qui se charge de cette vente n’est autre que la banque Lazard. La banque Lazard est dirigée en France par Mathieu Pigasse, propriétaire du journal Le Monde et soutien essentiel de la campagne d’Emmanuel Macron. Les banques d’affaires toucheront de l’ordre de 260 million d’euro de commissions sur ce deal. Si l’on veut moraliser la vie politique et éviter les conflits d’intérêts, est-il normal que le patron d’une banque qui est aussi patron de presse soutienne un candidat dont la décision lui a rapporté autant d’argent ? Le 22 février Bayrou se ralliait à Macron sous quatre conditions. Macron acceptait avec un cynisme écœurant la condition suivante « Je demande expressément que le programme du candidat comporte en priorité une loi de moralisation de la vie publique, en particulier de lutte contre les conflits d’intérêt. Je refuse, comme je l’ai refusé toute ma vie que des intérêts privés, de grands intérêts industriels ou financiers, prennent la vie publique en otage. Je ne cèderai rien sur la séparation nécessaire de la politique et de l’argent. 

« Je crois avoir démontré qu’avec Macron nous sommes rentrés dans un niveau de corruption, de collusion avec les intérêts privés et de manipulation de l’opinion publique, jamais atteint dans notre 5ème république. Nous assistons au coup d’état médiatique d’un escroc. »
  
 
********************************************************** 

Une soirée de Macron à Las Vegas 

 

éveille des soupçons de favoritisme

SOURCE : © AFP 2017 PIERRE-PHILIPPE MARCOU
FRANCE
17:37 08.03.2017(mis à jour 17:59 08.03.2017) URL courte
513917947

De nouvelles révélations du Canard enchaîné pourraient causer du tort au candidat Emmanuel Macron, soupçonné de favoritisme alors qu'il avait rencontré des chefs d'entreprise français à Las Vegas en 2016. L'entourage de Macron rejette jusqu'ici les soupçons et demande à ce qu'on se focalise sur les faits.

Dans l'édition du mercredi 8 mars, le Canard enchaîné a évoqué un nouveau dossier sur le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron dévoilant que l'Inspection générale des finances (IGF) s'interrogeait sur une rencontre du candidat à la présidentielle française avec près de 500 entrepreneurs, représentants et dirigeants de divers start-ups françaises qui s'était tenue le 6 janvier 2016. La soirée avait été organisée à Las Vegas, sans appel d'offres, et pour la bagatelle de 380 000 euros.

« Cette opération de séduction, montée dans l'urgence à la demande expresse du cabinet du ministre, a été confiée au géant Havas par Business France (l'organisme de promotion de la French Tech dépendant de Bercy) sans qu'aucun appel d'offres ait été lancée », a précisé le journal.

Le coût de la soirée s'est avéré bien élevé, 381 759 euros, dont 100 000 pour l'hôtel (où le prix d'une nuitée excédait les 300 euros).

Ainsi, la commande de la prestation Havas pourrait bien « relever du délit de favoritisme », résume l'IGF, et Business France ou certains de ses salariés « pourraient être incriminés pour favoritisme », et les représentants et les dirigeants de Havas France « au titre de la complicité ou du recel ».

Face aux révélations, l'entourage de l'ancien ministre de l'Économie a affirmé que M. Macron n'était « absolument pas concerné par ces soupçons », alors que ce dernier a exigé une vérification des faits.

« Je n'ai pas pris connaissance de cela, mais je ne pense pas que ce soit mon ministère qui ait organisé un événement sans appel d'offres », a déclaré le candidat d'En Marche ! lors d'une visite aux Mureaux (Yvelines). « Je pense que ça peut être des agents de l'État ou en tout cas des entités publiques, mais je demande à vérifier les faits. »

Néanmoins, le candidat s'est dit sûr de son ministère qui, à l'époque où il était ministre, « a toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics ».

La France est engagée actuellement dans une longue période électorale. L'élection présidentielle française de 2017 aura lieu les 23 avril et 7 mai. Les Français se rendront aux urnes pour élire le président du pays pour un mandat de cinq ans.

 **********************************************************************************************

   
Macron

Patrimoine non déclaré de Macron: pourquoi les médias et la justice sont-ils muets?

SOURCE : © AFP 2017 Eric Feferberg
FRANCE
17:27 07.03.2017(mis à jour 21:45 07.03.2017) URL courte
177272712585

Paul Mumbach, candidat des Maires en colère à la présidentielle, a saisi le Pôle financier à propos de la sincérité des déclarations de patrimoine d'Emmanuel Macron. Alors que la justice ne se hâte pas de réagir, M. Mumbach parle à Sputnik de l'équilibre nécessaire, et qu'à cette fin il faut faire la lumière sur ce cas négligé jusqu'ici.

Ayant découvert à l'époque que le candidat d'En Marche ! Emmanuel Macron aurait des actifs présumément non déclarés et étonnés par la lenteur de réaction des instances qui auraient pu s'intéresser à ce cas particulier, un trio de citoyens a décidé d'en référer à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Ce sont Paul Mumbach, candidat des Maires en colère à la présidentielle, Jean-Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté et Serge Grass, président de l'Union civique des contribuables citoyens.

La requête a été déposée le 14 février, mais depuis rien ne s'est produit, se désole le candidat à la présidentielle et maire d'une commune de quelques 2 000 habitants en Alsace, Dannemarie, dans un entretien à Sputnik. Pour lui, c'est une affaire de vérité, d'équilibre et d'équité vis-à-vis de tous les candidats. « Ce qui est vraiment navrant dans cette affaire, c'est que tous les candidats ne soient pas traités de la même façon », déplore-t-il.

Alors que le Canard enchaîné révélait à l'époque qu'Emmanuel Macron aurait remis une fausse déclaration de patrimoine à la Haute autorité, que cette fausse déclaration avait été transmise au fisc, et que depuis aucune explication officielle n'avait été fournie, Paul Mumbach note avec amertume le « silence radio », tout en gardant l'espoir que l'affaire ne sera pas éternellement étouffée.

 

« Ce qu'on a pu constater, c'est que d'autres candidats, et notamment M. Macron, avaient quand même sur cette même base de Haute autorité, des griefs qui sont passés sous silence, pour ne parler que de la presse aussi, c'est quand même surprenant que rien ne sorte, que la Haute autorité ne réponde pas. Les communiqués de presse qu'on a passés sont un peu noyés dans la masse et très peu diffusés ».

Entre-temps, tout le monde « se targue de dire que la justice ne traîne pas »… « Je ne critique pas forcément la justice, mais il faut qu'il y ait une certaine équité. S'il y a quelque chose à se reprocher les uns les autres, il faut que tout le monde soit sur le même équilibre », insiste M. Mumbach.

Le trio ne s'est pas contenté d'attendre la réponse les bras croisés et il a poursuivi son action citoyenne pour obtenir les réponses attendues.

« Ce qui nous a fait un peu bondir, c'est que la Haute autorité ne réponde pas. On a introduit une autre action qui est la sollicitation du parquet de Paris pour signaler le cas. Et comme tout le monde dit qu'elle est rapide, elle devrait se saisir très rapidement », espère-t-il.

M. Macron se défend en disant qu'il a tout dépensé, poursuit M. Mumbach, mais enfin ça fait pratiquement un Smic par jour, alors il devait être très dépensier. Or, il y a aussi des déclarations qui ont été faites en 2014 « sur la base de son appartenance à telle ou telle société à priori, sauf à ce qu'il dise le contraire, certaines sociétés n'ont pas été déclarées ».

Un certain nombre de dossiers, pour l'instant peu exposés, pèsent dans le dossier Macron : les fameuses dépenses de « frais de bouche » quand il était ministre de l'Économie, le financement de campagne non déclaré, un emploi à mi-temps en tant qu'attaché parlementaire d'un de ses organisateurs de campagne… Pourtant, il n'y a pas de date limite pour poser les questions à Emmanuel Macron, affirme Paul Mumbach :

« Absolument, nous ne le lâcherons absolument pas. Moi, je n'ai absolument aucune envie d'avoir un président de la République qui à un moment donné soit poursuivi et soit éventuellement condamné, ou on attendra la fin de son mandat pour essayer de le poursuivre. C'est trop important dans la situation où notre pays se trouve. Il y a le social, le taux de chômage, il y a aussi cette ambiance un peu délétère partout. Surtout, on se targue beaucoup de la République, mais on ne parle pas de la démocratie. »

« C'est une nécessité absolue si l'on veut faire redémarrer ce pays, de faire une réforme de nos institutions. Sinon on n'y arrivera pas », résume le candidat.

***********************************************************************************************