PUBLIÉ PAR MAGALI MARC LE 5 MARS 2017

La team 100 jours (Magali Marc depuis le Canada, Annika depuis la Floride, Jean Patrick Grumberg depuis Los Angeles et Tel-Aviv) couvre les 100 premiers jours de Donald Trump parce que les médias refusent de le faire honnêtement

Contrairement à ce qu’affirment les médias gauchistes, Trump est très populaire aux États-Unis.

CNN, le Chicago Tribune et le Washington Post, entre autres, ont fait des gorges chaudes la semaine dernière avec sa supposée chute dans les sondages jusqu’à ce qu’un sondage Gallup publié le 2 mars prouve exactement le contraire.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit ce texte de Ben Shapiro
paru le 3 mars dans le New York Post.

« Les sondages montrent que Trump est encore gagnant »

La cote d’approbation du président Trump n’a rien d’extraordinaire.

En fait, elle est extraordinairement basse par rapport aux normes historiques.

  • Selon le dernier sondage de NBC News/Wall Street Journal, elle est à 44 %.
  • Sa base de soutien est très polarisée, avec l’appui de 85 pour cent des républicains et seulement de 9 pour cent des démocrates.

Si ces taux baissent constamment dans les deux prochaines années — et étant donné le niveau de polarisation, ils le pourraient certainement — les républicains seraient sérieusement en danger de perdre leur majorité à la Chambre (des Représentants), étant donné que les faibles taux d’approbation présidentielle sont en corrélation avec les élections à la Chambre.

Par contre, la base de soutien de Trump pourrait demeurer stable.

Voici pourquoi.

  • Selon ce même sondage, environ 57 pour cent des électeurs disent que Trump se comporte à peu près aussi bien qu’ils l’escomptaient.
  • Pendant ce temps, sa cote d’approbation dépasse de loin celle du Congrès, dont le taux est à 29 pour cent.

Il s’agit d’une statistique non partisane.

  • 31 pour cent approuvent les démocrates au Congrès, tandis que 32 pour cent approuvent les républicains au Congrès.
  • La figure la plus impopulaire de la politique américaine reste la leader de la minorité de la Chambre, Nancy Pelosi, une démocrate de Californie, avec 19 pour cent qui la voient positivement contre 44 pour cent qui la perçoivent négativement.
  • Les cotes négatives du Parti démocrate sont le double de celles du Parti républicain.
  • Ce sentiment relativement positif envers les républicains signifie que 60 pour cent des répondants sont optimistes quant à l’avenir du pays, et 40 pour cent sont pessimistes. Et cela avec un échantillon qui compte seulement 37 pour cent des répondants ayant voté pour Trump lors de l’élection présidentielle.

⇒ Rien de tout cela ne dit que tous les Américains sont heureux avec Trump.

  • 52 pour cent disent que le style chaotique de Trump est « unique à cette administration et (indique) des problèmes réels. »

Il reste que le peuple américain est largement d’accord avec l’ordre du jour de Trump.

  • 86 pour cent affirment qu’« un petit groupe de personnes dans la capitale de notre pays profite des places au gouvernement tandis que la population en assume les coûts ».
  • 53 pour cent affirment que « les médias d’information et les autres élites exagèrent les problèmes de l’Administration Trump ».
  • Alors que 37 pour cent des répondants disent qu’ils veulent que les démocrates au Congrès déterminent l’ordre du jour, seulement 19 pour cent affirment que ce sont les républicains au Congrès qui devraient le faire, et 37 pour cent disent que c’est Trump qui devrait le faire.
  • 57 pour cent des Américains disent que Trump est susceptible d’apporter des changements — et
  • 63 pour cent de ces gens estiment qu’il apportera de bons changements.
  • 41 pour cent des Américains disent que l’économie va s’améliorer, et
  • 73 pour cent d’entre eux attribuent ce succès potentiel à Trump.
  • Seulement 4 pour cent des Américains estiment que l’Obamacare fonctionne bien dans son état actuel.

Et voici la meilleure statistique de tous pour Trump personnellement :

  • 38 pour cent des Américains disent qu’ils l’aiment personnellement, indépendamment du fait qu’ils apprécient ou non ses politiques.

Tout cela suggère que les Américains souhaitent donner une chance à Trump et qu’ils sont fatigués des médias qui ne le font pas. Ils pensent que Trump va apporter du changement, et ils veulent lui donner l’occasion de réaliser ce changement.

Les démocrates et les membres des médias qui continuent de dire que Trump n’est pas digne de confiance à la barre du gouvernement devraient appliquer la stratégie suivante : lui laisser toute la marge de manœuvre qu’il souhaite, puis le regarder poursuivre les politiques qu’ils croient impopulaires.

En agissant comme des obstacles pour Trump, les médias et la gauche, en réalité le servent : ils lui permettent de leur donner le mauvais rôle et de les dénoncer comme des empêcheurs de tourner en rond qui ne veulent rien changer.

Trump est à la barre. Le peuple américain est prêt à le regarder faire.

Il est temps pour lui de s’imposer et d’amener le changement qu’il souhaite depuis si longtemps.

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pourDreuz.info.

C2Vacv1UsAAx9Pz

 

***********************************************************

Donald Trump : Les 100 premiers jours – mise à jour quotidienne

 

 

SOURCE : PUBLIÉ PAR TEAM 100 JOURS LE 4 MARS 2017

Les médias continuent de ne rien comprendre à Donald Trump et au monde.

  • Ils ont dit que sa candidature n’était pas sérieuse lorsqu’il l’a annoncée le 16 juin 2015, ils se sont trompés.
  • Ils l’ont donné perdant à la primaire présidentielle, ils se sont trompés.
  • Ils l’ont donné perdant contre Hillary, ils se sont trompés.
  • Ils l’ont dit incapable de former un cabinet, et son gouvernement est composé d’hommes et de femmes remarquables.
  • Ils ont dit qu’il ne tiendrait pas ses promesses. Trump a montré le contraire.
  • Ils disent que ses promesses sont impossibles à mettre en pratique, et qu’elles n’auront aucun effet, Trump met en pratique ses promesses, et les premiers effets sont déjà là.

Les journalistes penchent tellement à gauche qu’ils se sont éloignés du monde et ne le comprennent plus, et ils n’arrivent pas à s’ajuster à la présidence de Donald Trump.

Ils ont décidé de ne pas rapporter honnêtement les décisions, les actions et les résultats obtenus par le président, ou de les passer sous silence, alors que les gens veulent savoir ce que ce président atypique, l’homme le plus puissant du monde, décide et fait.

C’est pour eux que Dreuz a mis sur pied une team 100 jours (Magali Marc depuis le Canada, Annika depuis la Floride, Jean Patrick Grumberg depuis Los Angeles et Tel-Aviv) qui va couvrir les 100 premiers jours de Donald Trump.

Vendredi 3 mars

  • Le Président Trump a très symboliquement réservé sa première visite d’une école à laSt Andrew Catholic School d’Orlando en Floride.
    • C’est en partie pour trancher avec la tradition progressiste de gauche qui depuis 30 ans tente de détruire le christianisme.
    • Mais c’est surtout parce que l’administration Trump a financé – c’est une première – la possibilité pour les élèves et étudiants de familles modestes et défavorisées de choisir entre une école publique et une école privée, dont les résultats scolaires sont bien supérieurs à ceux du public, gangréné par les syndicats.
    • Trump a ainsi respecté une autre de ses promesses de campagne : offrir aux afro-américains et pas seulement aux classes moyennes, le choix de leur établissement scolaire, afin de sortir les quartiers défavorisés du cycle vicieux des gangs, qui crée des familles de mineures monoparentales peu outillées pour élever des enfants et alimentent le marché de la drogue, qui encourage l’échec éducatif, qui grossit les rangs de chômeurs, et assure la relève des gangs, et ainsi de suite…
    • A St Andrew, près de 300 élèves bénéficient d’un programme de bourses de l’Etat de Floride similaire au programme fédéral décidé par le président Trump.

A cette occasion, le Président a répété qu’il va réformer le système éducatif « afin d’offrir un meilleur avenir à nos enfants ».

We must fix our education system for our kids to Make America Great Again. Wonderful day at Saint Andrew in Orlando.

  • Puis Donald Trump s’est rendu à Palm Beach pour assister au dîner du Parti Républicain.
  • En réponse à la vicieuse campagne média fabriquée de toutes pièces contre le Secrétaire à la Justice Jeff Sessions, qui suite à un quiproquo, n’a pas indiqué lors de l’enquête du Sénat avoir rencontré un ambassadeur russe lors d’une soirée mondaine (d’ailleurs organisée par Obama), le président Trump a publié les photos du Sénateur Chuck Schumer en présence de Poutine et réclamé une enquête sur ses liens avec la Russie, puis une photo de Nancy Pelosi, réclamant une autre enquête car elle a menti en disant qu’elle ne connait pas l’ambassadeur russe, photo où on la voit attablée en sa présence.

    I hereby demand a second investigation, after Schumer, of Pelosi for her close ties to Russia, and lying about it.http://www.politico.com/story/2017/03/nancy-pelosi-sergey-kislyak-meeting-235653 

    Photo published for Photo contradicts Pelosi's statement about not meeting Kislyak

    Photo contradicts Pelosi's statement about not meeting Kislyak

    The Democratic House leader sat with the Russian ambassador and other officials in 2010.

    politico.com

     

    We should start an immediate investigation into @SenSchumerand his ties to Russia and Putin. A total hypocrite!

  • Lors de son discours hebdomadaire à la Nation, le président Trump a expliqué que l’« investissement militaire » qu’il a décidé « signifie un investissement dans la paix – parce que le meilleur moyen d’éviter une guerre, comme George Washington l’a dit, est de s’y préparer. Et le plus important, c’est qu’un investissement dans l’armée est un investissement dans les incroyables hommes et femmes qui en uniforme servent notre pays. Ils sont la plus grande force de paix et de justice que le monde a jamais connu – et nous allons les soutenir à tous moments dans toutes les étapes.

Jeudi 2 mars

  • Le Président Trump est monté sur le navire de guerre USS Gerald Ford, et a fait un discours sur le futur de l’armée américaine et son engagement de dépenses pour le secteur militaire.De nombreux médias enthousiastes ont salué le superbe discours du Président devant les deux chambres du Congrès et les deux partis politiques comme un des plus beaux discours jamais prononcé par un président. (Liste des médias)
    • L’Etat major lui a offert un blouson et une casquette de l’armée, et Trump a insisté pour les porter durant son discours – les militaires étaient aux anges !« Ils viennent de m’offrir ce beau blouson. Ils m’ont dit, voici Mr. le Président, emportez-le chez vous c’est un cadeau. J’ai répondu : laissez-moi le porter. Et ils m’ont donné cette superbe casquette, et j’ai dit, vous savez, peut-être que je vais la porter aussi[…]C’est un honneur pour moi de me trouver devant vous aujourd’hui, les extraordinaires hommes et femmes de la marine américaine. Les marins de l’armée américaine sont les meilleurs combattants maritimes au monde, et de très très loin. »
  • Trump s’est félicité de la bonne santé de la bourse, du jamais vu en 8 ans de présidence Obama.

Since November 8th, Election Day, the Stock Market has posted $3.2 trillion in GAINS and consumer confidence is at a 15 year high. Jobs!

  • La première dame Melania Trump, très à l’aise dans ses nouvelles fonctions officielles, a célébré la journée de la Croix Rouge.
  • Le Secrétaire d’Etat à la Justice Jeff Sessions, qui a croisé un ambassadeur russe avant la victoire de Trump et ne l’a pas mentionné lors de son audition au Sénat, s’est récusé concernant toute enquête du Congrès concernant l’intervention supposée de la Russie dans l’élection. L’hypocrisie est à son maximum dans le camp démocrate qui n’a pas exigé de Loretta Lynch, sa prédécessrice, qu’elle se récuse lorsqu’elle a secrètement rencontré Bill Clinton alors que sa femme était sous enquête de son Ministère, ni Eric Holder, le prédécesseur de Lynch, pour avoir menti lors de l’enquête du Congrès en disant qu’il n’était pas impliqué dans la mise sur écoutes de journalistes, puis a fini par avouer qu’il en avait donné l’ordre.

Mercredi 1er mars (41e jour)

  • Trump a eu un déjeuner avec les leaders républicains du Congrès.
    • Les participants étaient le vice-président, le leader du parti républicain au Sénat Mitch McConnell, le président du groupe républicain à la chambre des représentant Paul Ryan, le sénateur Cornyn, le leader républicain Kevin McCarthy, le sénateur Gardiner et le sénateur Perdue.
  • Le Sénat a confirmé Ryan Zinke au poste de Secrétaire d’Etat à l’Intérieur.En soirée, Trump a dîné avec le secrétaire D’État Rex Tillerson.
    • L’ancien «Seal» devra jouer un rôle dans le Cabinet qui exigera de lui d’équilibrer l’objectif du président Donald Trump, de stimuler la production de combustibles fossiles tout en protégeant de vastes terres fédérales dans l’Ouest.
    • Ce natif du Montana dirigera une agence qui gère un cinquième des terres de la Nation et se compose de neuf immenses départements, chacun avec sa propre culture et ses mandats pour superviser les parcs nationaux, les refuges fauniques, les grands barrages hydroélectriques, des zones propices au forage pétrolier et d’autres activités énergétiques.
  • Fait rare, ce mercredi 1er mars, le Président Trump n’a écrit qu’un seul tweet. Le voici :

Mardi 28 février

  • Le Président Trump a rencontré l’association nationale des procureurs généraux.
  • Le Président a demandé à ce que la loi Obama réduisant les terres utilisables en raison de restrictions environnementales draconiennes et liberticides soit passée en revue.
  • Trump a demandé à transférer les bureaux de l’HBCU (université historiquement noires) du département de l’Education à la Maison-Blanche.
  • Trump a signé deux résolutions.Le président a signé un autre décret pour annuler certains contrôles avant d’autoriser la vente d’armes.
    • Une pour encourager la présence des femmes à la NASA
    • une autre pour promouvoir l’entreprenariat féminin.
  • Le Président Trump a fait un important discours devant les membres du Congrès, qui a été 53 fois acclamé, et a été jugé positif par 78% des Américains. Attaquant les supporteurs d’un monde sans frontières, immigrationniste et hostile aux nationalistes, Donald Trump a déclaré :

« mon travail, ce n’est pas de représenter le monde, mais de représenter les Etats-Unis d’Amérique. »

  • Selon plusieurs responsables de la Maison-Blanche, et comme tous les présidents le firent avant lui, président Trump a passé la journée à réviser, retravailler et répéter son discours, avant de s’adresser à une session conjointe du Congrès. L’attention qu’il porta aux détails de son speech était quelque peu inhabituelle pour un président qui semble souvent improviser.
  • Voici les points clés d’un discours qui vise à traduire ses promesses de campagne, en agenda pour le gouvernement.
    • Le président Trump entama son discours en faisant cas de la communauté afro-américaine «Aujourd’hui marque la fin du mois de commémoration de l’histoire des noirs américains. On se souvient du passé de notre nation, des droits civiques, et du travail qu’il nous reste à faire. » Puis il déclara «les récentes menaces ciblant la communauté juive, et la fusillade la semaine dernière à Kansas City nous rappellent que même si nous sommes une nation divisée en matière de politique, nous sommes un pays uni pour condamner la haine et le mal sous toutes ses tristes formes. »
    • «Je suis ici ce soir pour livrer un message d’unité et de force, et je vous parle à cœur ouvert. » Un élan unificateur devant un congrès très divisé. 
    • Revitalisation nationale – Trump donna une de ses évaluations les plus détaillées du «séisme» politique qui l’a propulsé à la Maison-Blanche, et peint sa victoire électorale comme une «rébellion» populiste et un «tremblement de terre». Il promit de recomposer les forces armées, de mettre fin à l’épidémie d’opiacés en Amérique, de relancer ses villes déshéritées et de ramener à la vie les «industries mourantes».
    • Les valeurs boursières montent en flèche -Trump a fait remarquer que les marchés ont répondu à la promesse de sa présidence, avec la flambée des cours des actions. Il en profita pour saluer l’interdiction d’embaucher du personnel supplémentaire au gouvernement fédéral. Puis, il nota qu’il avait ouvert la voie pour la construction des pipelines de pétrole bloqués par son prédécesseur, ce qu’il considère comme une première victoire pour faire avancer la déréglementation de l’industrie.
    • Un grand mur -Trump a promis que la construction d’un «grand mur à travers notre frontière méridionale» commencerait bientôt – comme étant la manifestation physique d’une loi cohérente sur l’immigration. Il a déclaré que ses mesures visant à freiner la migration provenant de certains pays musulmans empêcheraient une « tête de pont du terrorisme » de se former en Amérique. Quant à l’approbation des nouveaux immigrants, il privilégie un nouveau système fondé sur le mérite.
    • Protection du commerce – Le président a promis une réduction historique sur l’impôt des sociétés, ceci dans le but de stimuler les exportations américaines. Il en profita pour saluer la politique de protection de son prédécesseur, le président Abraham Lincoln.
    • Les nouvelles négociations commerciales, les pressions exercées sur les entreprises pour qu’elles ne fassent pas l’objet d’une externalisation de la main-d’œuvre et des réductions d’impôts vont «ramener des millions d’emplois», a-t-il promis.
    • Package de mille milliards -Trump exhorta le Congrès à soutenir un plan d’infrastructure qui coûterait mille milliards de dollars, et d’adopter un de ses objectifs primordiaux «Buy American and Hire American» (acheter américain, embauchez un américain).
    • Il a prié les législateurs de soutenir ses efforts pour abroger la loi sur l’assurance santé subventionnée [mise en place par Obama], et de la remplacer par un programme qui réduirait le coût des assurances privées.
    • Cycle de violence -Trump conseille vivement de soutenir la police et les victimes de crimes violents, deux groupes qui avaient été négligés sous les présidences précédentes. Il pointa du doigt les migrants qu’il considère comme une source de violence, en présentant les épouses de deux officiers qui ont été assassinés par un immigré clandestin.
    • Reconstruire l’armée – Les États-Unis dépensent déjà autant en matière de défense que l’ensemble des 14 pays les plus puissants, néanmoins Trump promis la plus grande augmentation dans l’histoire américaine.
    • Il s’engage à soutenir l’alliance de l’OTAN, mais renouvelle ses avertissements que les Etats membres européens se doivent de payer leur part.
    • Il reçut de nombreux applaudissements d’une audience de cet évènement. Tantôt la salle entière lui accorda une standing ovation, tantôt il ne fut applaudi que par les nombreux républicains (sur l’aile droite) dans la salle.

Lundi 27 février (39e jour)

  • Trump a rencontré l’Association Nationale des Gouverneurs.

Il a décrit son projet de hausse des dépenses pour la Défense dans le cadre de son plan budgétaire à venir.

Le président Trump a l’intention de demander une augmentation de 54 milliards de dollars pour la Défense, tout en poursuivant des réductions ailleurs dans le gouvernement fédéral, dans le cadre de son plan budgétaire à venir.

«Ce budget sera un budget de sécurité publique et de sécurité nationale ». Le plan inclura une « augmentation historique des dépenses en matière de défense afin de reconstruire l’armée appauvrie.»

  • Le président a réitéré qu’il veut mieux préparer les militaires afin de non seulement décourager la guerre mais aussi de gagner des guerres quand ils sont appelés à se battre. Il faut « gagner ou ne pas combattre du tout », a déclaré Trump.Le président Trump a tenu une audience avec les PDG des compagnies d’assurance maladie dans la salle Roosevelt
    • Le directeur du budget de la Maison Blanche, Mick Mulvaney, a confirmé plus tard, au cours de la conférence de presse quotidienne, qu’ils recherchaient un budget de défense de 603 milliards de dollars, «l’une des plus importantes augmentations de l’histoire».
    • Le bureau du budget de la Maison-Blanche a publié une déclaration confirmant qu’une soumission budgétaire provisoire sera publiée à la mi-mars. « Le président et son cabinet travaillent en collaboration pour créer un budget qui tient les promesses du président pour sécuriser le pays et restaurer la santé publique ..», a déclaré John Czwartacki, porte-parole du Bureau de la gestion et du budget. Czwartacki a déclaré que la soumission de mars ne porterait que sur les budgets de fonctionnement des agences financés par le Congrès et que les propositions sur la réforme fiscale et les programmes dits obligatoires – les bons d’alimentation, les prêts étudiants, les programmes de santé et les subventions agricoles – seront publiés plus tard. Le communiqué de mars devrait également inclure une infusion immédiate de liquidités pour le Pentagone qui devrait enregistrer environ 20 milliards de dollars ou plus et de contenir la première vague de financement pour le mur de la frontière promis par Trump et d’autres initiatives comme l’embauche d’agents d’immigration. En augmentant la défense et en laissant l’assurance-maladie et la sécurité sociale intacte, le plan budgétaire final de Trump est sûr de projeter des déficits importants. Durant la campagne, Trump avait promis d’importantes réductions d’impôts, mais les principaux dirigeants du GOP comme le Président de la Chambre, Paul Ryan, ne veulent pas que la réforme fiscale de cette année augmente le déficit budgétaire.

Lors de la réunion, Trump a promis de travailler avec les assureurs pour « sauver les Américains » de la Loi sur les soins abordables, qu’il a promis de démanteler et de remplacer. Il souhaite assurer une transition en douceur vers une alternative. Il notamment déclaré : que ce ne serait pas «… juste de laisser Obamacare s’effondrer. Ce ne serait pas juste pour les gens. »

  • Donald Trump a rencontré 64 présidents des collèges et universités pour les Noirs.En soirée, le Sénat a confirmé la nomination du milliardaire Wilbur Ross en tant que secrétaire du Commerce.
    • Trump s’était engagé à améliorer la vie des Noirs américains, en dépit du fait qu’ils aient voté massivement en faveur de son adversaire lors de l’élection présidentielle de 2016.
    • Il signera mardi une ordonnance visant à faire avancer le programme du gouvernement fédéral afin de promouvoir les collèges et universités historiquement noirs, connus sous le nom de HBCU.
    • L’ordonnance devrait permettre aux HBCU de « devenir des partenaires stratégiques afin de créer des emplois et de rendre les quartiers défavorisés plus sécuritaires ».
    • Lors de cette audience à la Maison Blanche avec des représentants de 64 des quelque 100 établissements de ce type aux États-Unis, le vice-président Mike Pence a souligné que l’administration Trump voulait travailler avec eux.«Vous méritez beaucoup plus de reconnaissance pour vos efforts, et sachez qu’à compter d’aujourd’hui, cette administration est déterminée à faire en sorte que nos collèges et universités historiquement noirs reçoivent le crédit et l’attention qu’ils méritent»,a-t-il ajouté.
    • Bien que les Afro-Américains appuient massivement les démocrates dans les sondages, de nombreux experts de l’éducation reconnaissent que les leaders républicains ont fait d’avantage pour aider à améliorer les HBCU.
    • Certains administrateurs de collèges noirs disent qu’ils ont été déçus par le président Barack Obama car il n’a pas fait des écoles une priorité et, dans certains cas, il a nui à leur santé financière et contribué à une baisse des inscriptions à cause de changements qu’il a apporté aux programmes de prêts.

Wilbur Ross, un homme d’affaires de 79 ans devrait jouer un rôle de premier plan dans la politique commerciale et économique de Trump tandis que ce dernier cherchera à renégocier l’ALENA avec le Canada et le Mexique et à réduire le déficit commercial de 500 milliards de dollars avec la Chine.

Dimanche 26 février

  • Le Président Trump et la première dame Melania Trump ont invité les gouverneurs au bal de la Maison-Blanche.

A cette occasion, le Président a déclaré :

« Je peux vous dire que ces quatre semaines, ça a été très fun – mais nous avons accompli presque tout ce que nous avons entamé. Les frontières sont mieux tenues. Le général Kelly a fait un travail fantastique avec l’armée. Et comme vous savez, nous avons un équipe extraordinaire. Il y a quelques gros problèmes dans le monde – vous savez cela très bien – mais nous sommes très heureux avec la façon dont les choses avancent. Et nous avons fait beaucoup de promesses ces deux dernières années, et nous avons tenu beaucoup de ces promesses. Nous nous sentons très honorés par ça. »

  • Bernie Sanders a apporté un soutien inattendu au président Trump :

“Même les démocrates admettent que l’Obamacare est simplement insoutenable. Il s’écroule sur lui-même.”

“Ce que je sais c’est que le Président peut promettre correspond exactement à ce qu’il a dit . . . Ce n’est pas seulement un programme pour annuler [Obamacare], et nous devons absolument l’annuler et le remplacer avec quelque chose de mieux. George, Même les démocrates admettent que l’Obamacare est simplement insoutenable. Il s’écroule sur lui-même. Il ne peut pas continuer sur cette voie, nous devons faire de gros changements.

[On savait] que ce n’est pas un président qui a été élu pour passer son temps avec les journalistes et les célébrités, c’est un président qui a fait campagne en parlant directement aux Américains, et c’est exactement ce qu’il va passer son temps à faire.

Je pense qu’il est très concentré sur la protection de nos frontières, la sécurité nationale, faire croître l’économie, et au lieu d’aller passer une soirée à faire ça [soirée des correspondants de presse de la Maison-Blanche], je pense qu’il va passer la nuit à se concentrer sur ce qu’il peut faire pour que l’Amérique soit meilleure.”

Samedi 25 février (37e jour)

  • Donald Trump a une fois de plus montré son talent en présentant ses félicitations au nouveau Secrétaire général du parti Démocrate dans un tweet qui va empêcher les hauts cadres du parti de dormir :

« Félicitations à Thomas Perez, qui vient tout juste d’être nommé à la présidence du DNC. Je ne pourrais pas être plus heureux pour lui, ou pour le parti Républicain ! »

Congratulations to Thomas Perez, who has just been named Chairman of the DNC. I could not be happier for him, or for the Republican Party!

  • Donald Trump a infligé un terrible camouflet aux médias en refusant d’assister – c’est une première – au dîner de l’Association des correspondants de presse de la Maison-Blanche. Trump ne se contente pas, contrairement aux premières impressions, de dénoncer les mensonges des médias, il est en train de minutieusement et efficacement détruire leur réputation de neutralité usurpée.

    I will not be attending the White House Correspondents' Association Dinner this year. Please wish everyone well and have a great evening!

  • Le Président s’est adressé à la nation sur Facebook, comme il le fait chaque semaine.Deux Tweets sur l’économie du Président Trump :
    • Il a salué les entrepreneurs afro-Américains, et tous ceux qui participent à transformer le cours de la nation. « Cette semaine, j’ai souhaité et j’ai eu le privilège de visiter le musée national d’histoire et de la culture afro-américaine à Washington. Il représente un vibrant exemple de l’extraordinaire contribution des afro-Américains à notre culture, à notre société et à notre histoire. Il raconte aussi la formidable lutte pour la liberté et l’égalité qui ont gagné contre le péché de l’esclavage et l’injustice de la discrimination. »
  • « Les médias n’ont pas rapporté que la dette, durant mon premier mois, a baissé de 12 milliards, comparé à une hausse de 200 milliards durant le premier mois de la présidence Obama. »

The media has not reported that the National Debt in my first month went down by $12 billion vs a $200 billion increase in Obama first mo.

  • « Beaucoup d’optimisme pour nos entreprises et nos emplois, avec la bourse qui atteint 11 jours de records d’affilés. Enormes réductions d’impôts et de réglementation à venir ! »

Great optimism for future of U.S. business, AND JOBS, with the DOW having an 11th straight record close. Big tax & regulation cuts coming!

Vendredi 24 février

  • Le président Trump a fait un discours remarqué lors de la Conférence conservatrice de CPAC, à National Harbor près de Washington.Il est monté en puissance contre les médias malhonnêtes, a qualifié CNN de Clinton News Network, et a déclaré qu’il est un grand défenseur du 1er amendement qui protège le droit de dire ce que l’on veut, en précisant « je suis un gros utilisateur ».
    • Trump a rappelé ses promesses de campagne et comment il entend les tenir.

« Il y a quelques jours, j’ai dis que les fake news sont “l’ennemi du peuple” — et c’est ce qu’ils sont. »

[…]

« Ce sont des gens très malhonnêtes. En fait, en rapportant mes paroles, les médias malhonnêtes n’ont pas dit que je considère les Fake News comme l’ennemi de la population. Ils ont supprimé le mot “fake.” Et soudain, l’histoire est devenue que je considère que les médias sont l’ennemi. Ils ont gommé le mot “fake”, et maintenant je me dis, ah ils ne valent pas grand chose. Mais c’est comme ça qu’ils sont. »

  • Trump a violemment détruit le concept « progressiste » de mondialisation :

La coopération mondiale, avoir des relations avec les autres nations, bien s’entendre avec les autres nations, c’est une bonne chose. C’est très important. Mais il n’existe pas d’hymne international, où de monnaie mondiale, ou de drapeau global. Je représente les Etats-Unis d’Amérique. Je ne représente pas la globalisation. Je représente votre pays.

  • Trump a signé un nouvel ordre exécutif pour demander à toutes les agences du gouvernement de mettre en place des groupes de travail destinés à éliminer les tracasseries administratives et l’excès de réglementation. Il a précisé :Le président a rencontré l’ex candidat à la primaire et gouverneur de l’Ohio John Kasich.
    • Les réglementations de la précédente administration ont coûté aux contribuables américains la somme de 873 milliards de dollars au total.
    • L’administration Obama a mis en place plus de 3000 réglementations.
  • Dans un tweet, Trump a dénoncé les fuites qui gangrènent le gouvernement.Avant sa rencontre avec le Président Pedro Pablo Kuczynski du Pérou, le Président Trump a déclaré, après avoir précisé que les Etats-Unis ont d’excellentes relations avec le Pérou :

« Nous avons un problème avec le Vénézuela. Ils se débrouillent très mal. Nous devons parler de nombreuses différentes choses. »

Jeudi 23 février

  • Donald Trump a participé à une réunion avec des fabricants américains.
  • Echange téléphonique avec le Premier ministre Justin Trudeau.
    • Trump a parlé de son intention de travailler en étroite collaboration avec le Canada sur les sujets frontaliers, y compris les décision de l’administration américaine de protéger l’Amérique des attentats terroristes préparés par des jihadistes étrangers et nationaux.
    • Les deux dirigeants ont noté leur intention de continuer à solidifier leur profond partenariat.
  • Le Président à écouté une session d’information sur le trafic d’êtres humains.Trump a encore dénoncé dans un tweet le carnage qui se produit à Chicago, ville gauchiste d’Obama.
    • « Mon administration va se concentrer sur les façons de mettre fin à cette horrible pratique du trafic d’êtres humains. Je suis prêt à mettre en place la force et le poids du gouvernement fédéral, et tout ce qui est faisable, afin de régler cet horrible problème. C’est de pire en pire, et ça se passe ici aux Etats-Unis et dans le reste du monde, mais ça existe aux Etats-Unis, ce qui est une chose terrible. »

  • Encore 7 personnes atteintes par balles et tuées hier à Chicago. Que se passe-t-il, c’est totalement hors contrôle. Chicago a besoin d’aide !

    Seven people shot and killed yesterday in Chicago. What is going on there - totally out of control. Chicago needs help!

  • Dans un autre tweet, Trump a évoqué la bonne santé de la bourse en raison de la nouvelle dynamique à l’emploi qu’il a entamée.

    'S&P 500 Edges Higher After Trump Renews Jobs Pledge'http://www.foxbusiness.com/markets/2017/02/23/s-p-500-edges-higher-after-trump-renews-jobs-pledge.html 

    Photo published for S&P 500 Edges Higher After Trump Renews Jobs Pledge

    S&P 500 Edges Higher After Trump Renews Jobs Pledge

    U.S. stocks edged higher on Thursday, buoyed by energy stocks and a renewed pledge by President Donald Trump to chief executives of major U.S. companies to bring back millions of jobs to the United...

    foxbusiness.com

Mercredi 22 février (34e jour)

  • Rencontre avec le Secrétaire d’État Rex Tillerson avant son départ pour le Mexique.Discussion du budget fédéral pendant le déjeuner, puis avec des membres de son équipe.
    • Rex Tillerson et John Kelly, Le Secrétaire à la Sécurité intérieure, seront à Mexico mercredi soir et jeudi afin de rencontrer des représentants du gouvernement mexicain, dont le président Enrique Peña Nieto.

Extraits du discours de Trump:

« Nous allons dépenser l’argent de façon très, très prudente. Notre devoir moral envers le contribuable nous oblige à réduire la taille du gouvernement et à le rendre plus responsable. Nous devons faire beaucoup plus avec moins. Et nous devons arrêter les paiements irréguliers et les abus, négocier de meilleurs prix, et chercher comment économiser le moindre dollar.

Nous avons déjà imposé le gel des embauches des employés gouvernementaux non essentiels, et une partie de notre engagement consiste à continuer de le faire pour les contribuables américains.

Nous avons nommé un Cabinet qui sait gérer judicieusement l’argent. (…) Nous allons gérer le gouvernement sans heurts, efficacement et au nom des contribuables les plus travailleurs – ce que les contribuables n’ont pas vu depuis longtemps. (…).

Je tiens à féliciter Steve Mnuchin, notre nouveau Secrétaire du Trésor. Il va être exceptionnel.

Donc nous allons continuer, et nous allons prendre ce budget, qui est … – en toute justice, je ne suis ici que depuis quatre semaines – donc je ne peux pas recevoir trop de blâme pour ce qui est arrivé. Mais il est absolument hors de contrôle, et nous allons faire des choses qui vont être énormes au fil des ans. Et nous devons prendre soin de nos militaires.

Le programme des soins de santé évolue très bien. Il est mis dans sa forme finale. (…)

Au cours du mois de mars, peut-être vers le début du mois de mars, nous soumettrons quelque chose et je pense que les gens seront très impressionnés.»

Mardi 21 février

  • Le Président Trump a visité le nouveau Musée national de l’histoire et de la culture afro-américaine à Washington D.C. 
    • Il s’est exprimé contre une vague récente de menaces antisémites, y compris des menaces à la bombe faites lundi contre onze centres communautaires. Des menaces similaires avaient été faites dernièrement envers des écoles juives, et jeudi dernier des vandales dans la banlieue de Saint-Louis au Missouri ont renversé des dizaines de pierres tombales dans un cimetière juif.

«Les menaces antisémites qui pèsent sur notre communauté juive et leurs centres communautaires sont horribles et moralement pénibles. C’est un très triste rappel du travail qu’il reste encore à faire pour éliminer la haine, les préjugés et le mal.»

  • Le Président a annoncé que le lieutenant-général McMaster sera son conseiller à la Sécurité nationale. Le général McMaster a servi dans l’armée pendant plus de trois décennies, y compris durant l’opération Liberté irakienne, l’opération Enduring Freedom, et l’opération Tempête du désert.
  • Durant un point presse, Sean Spicer, le porte-parole de la Maison-Blanche commenta la visite du vice-président Pence en Europe, et le fait que Trump s’engage à travailler en collaboration avec l’OTAN. Le président et Pence vont récapituler ce voyage lors d’un dîner.
  • Sean Spicer a évoqué les détails d’un nouveau décret présidentiel intitulé «Amélioration de la sécurité des frontières et de l’application de la loi.»Un sondage Harvard-Harris indique que 80% des électeurs estiment que les immigrants illégaux appréhendés pour des délits doivent être transférés aux autorités fédérales afin d’être déportés. Ce sondage démontre combien Trump a le soutien du public américain dans son effort pour sévir contre les villes sanctuaires, et combien les médias restent déconnectés de la réalité et ne comprennent plus l’environnement qu’ils sont chargés de commenter.
    • Il a détaillé les mesures que le Département de la Sécurité nationale va prendre pour sécuriser la frontière mexicaine, prévenir l’immigration clandestine et rapatrier les immigrants clandestins rapidement et humainement dans leurs pays d’origine. Ceci comprend l’identification immédiate de toutes les sources de financement disponibles pour la planification, la conception, la construction et l’entretien d’un mur le long de notre frontière méridionale et l’embauche de personnel supplémentaire, dont 5 000 agents frontaliers supplémentaires.
  • On apprend que lorsque le président Trump avait fait une remarque sur la montée de la criminalité en Suède, il l’avait fait après avoir visionné un documentaire d’Ami Horowitz la veille.Horowitz : La Suède est aujourd’hui la capitale du viol au vu de l’immigration musulmane

Lundi 20 février (32e jour)

  • Trump rencontre des généraux à sa résidence de Mar-a-Lago en Floride.
  • Trump nomme le Lieutenant-Général HR McMaster au poste de conseiller à la sécurité nationale en remplacement de Michael Flynn qui a démissionné la semaine passée, après avoir passé le long weekend à interviewer des candidats potentiels.Dans un tweet, Trump est revenu sur la question des réfugiés en Suède :
    • Herbert Raymond McMaster est un général en exercice, âgé de 54 ans, vétéran d’Irak et d’Afghanistan. Il est un spécialiste de la contre-insurrection, notamment en Irak où il a servi pendant la guerre de 1991 et deux fois après l’invasion américaine de 2003, de 2004 à 2006, puis de 2007 à 2008. Il a également servi en Afghanistan.
    • David Petraeus et même John McCain (qui ne cache pas son mépris pour Trump) ont salué cette nomination.
    • Le Conseil de sécurité nationale (NSC) est chargé de conseiller le président en matière de sécurité et de politique étrangère.
    • Certains pensent que McMaster sera un allié naturel du Secrétaire à la Défense Jim Mattis et que les deux travailleront en harmonie.
    • Tout comme James Mattis, McMaster est connu des alliés traditionnels des États-Unis. Il est une figure rassurante pour l’establishment de sécurité américain.

« N’en jetez plus! – Les médias FAKE NEWS veulent faire croire aux Américains que l’immigration à grande échelle en Suède se déroule à merveille!»

Give the public a break - The FAKE NEWS media is trying to say that large scale immigration in Sweden is working out just beautifully. NOT!

  • Les dirigeants du Parti démocrate tentent de mettre un frein aux discours des militants de la base à propos de la destitution («impeachment») de Donald Trump.
    • Les militants exigent des enquêtes approfondies sur les liens que Trump entretiendrait avec la Russie. Mais les élus du parti démocrate à Washington (dont Nancy Pelosi), évoluant dans un Congrès dominé par les Républicains, se sont rendu compte qu’ils se sont piégés eux-mêmes en excitant leur base militante contre Trump. En fait le zèle des militants pourrait se retourner contre eux de manière spectaculaire.
    • Le refus de reconnaître que Trump est bel et bien le président légitimement élu, s’il aboutissait à une destitution, ne donnerait pas le pouvoir aux Démocrates, mais à Mike Pence, le Vice-président, considéré comme beaucoup plus conservateur que Trump.
    • De plus, les dirigeants démocrates craignent que la mobilisation des militants pro-destitution ait pour effet de solidifier le soutien républicain au président sous forme de collectes de fonds et d’augmentation de munitions politiques tandis que les chances de réussite de cette procédure paraissent lointaines.
    • Déjà, Jeff Cohen, l’un des instigateurs de la pétition pour destituer Trump parrainée par RootsAction, se contente de voir la pétition pour l’impeachment comme « … un outil de mobilisation en vue des élections de 2018». « Nous espérons que le Parti démocrate gagnera des sièges, en particulier des candidats de la tendance Sanders».

Dimanche 19 février (31e jour)

  • Donald Trump a eu des réunions avec les candidats potentiels au poste de Conseiller à la sécurité intérieure :
    • Le conseiller par intérim, général Keith Kellogg,
    • L’ex ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’ONU John Bolton,
    • Le lieutenant général des armées H.R. McMaster, et
    • Le superintendant de l’Académie militaire de West Point, le général Robert Caslen.

Samedi 18 février

  • Trump a tenu un grand meeting à Melbourne en Floride, un mois après son arrivée au pouvoir, pour rappeler aux Américains son plan d’action pour les mois à venir, faire un bilan de la situation qu’il a trouvée en arrivant à la Maison-Blanche, et dénoncer le filtre constant des Fake News, des médias malhonnêtes qui font partie intégrante de la corruption et du problème que rencontrent les Etats-Unis.Trump a encore dénoncé les Fake News des médias dans un tweet affirmant que la Maison-Blanche est en chaos et déclaré :« Ne croyez pas les Fake News des médias traditionnels. La Maison-Blanche se porte très bien. J’ai hérité d’une pagaille terrible et je suis en train de remettre ça en ordre. »
    • « Quand les médias mentent aux gens, je ne les laisserai jamais, absolument jamais s’en tirer ainsi avec leurs mensonges. Je ferais toujours le nécessaire pour dénoncer leurs mensonges, et ils n’échapperont pas à leurs responsabilités.

  • Don't believe the main stream (fake news) media.The White House is running VERY WELL. I inherited a MESS and am in the process of fixing it.

     

Vendredi 17 février

  • Le Président Trump s’est entretenu au téléphone avec le président tunisien Beji Caïd Essebsi. La transcription de l’échange est disponible ici.

  • Trump s’est entretenu au téléphone avec le président argentin Mauricio Macri. La transcription de l’échange est disponible ici.

  • Trump attaque les médias dans un tweet :

    « les médias de Fake News ne sont pas mon ennemi, mais l’ennemi du peuple américain ».

The FAKE NEWS media (failing @nytimes@NBCNews@ABC,@CBS@CNN) is not my enemy, it is the enemy of the American People!

 

  • Trump s’est rendu à Charleston, en Caroline du sud, pour rencontrer Boeing et parler emploi.
  • Dans son discours hebdomadaire à l’Amérique, Trump a déclaré :

    « Nous avons pris des mesures importantes durant les premières semaines de mon administration afin de supprimer le gâchis provoqué par des réglementations inutiles, et permettre aux gens de retrouver du travail. J’ai longtemps dit que c’est une chose que je ferais.
    Cette semaine, j’ai signé deux lois pour supprimer des entraves à l’économique, et j’ai continué à tenir mes promesses vis à vis du peuple américain, et fait bien plus encore.
    J’ai signé la résolution 38 passée par la Chambre des représentants qui élimine les réglementations contre l’industrie du charbon imposées par des bureaucrates illégitimes car non-élus. »

  • Le taux de confiance dans le programme de Trump continue de progresser. Une majorité d’Américains approuvent Trump.

Jeudi 16 février

(une panne de sauvegarde a détruit cette journée, nous la republions)

  • Trump a participé à une Session du Congrès.
  • Conférence de presse historique de Donald Trump où il a littéralement éviscéré les médias pour leur couverture malhonnête, mensongère, négative et remplie de mauvaises intention de sa présidence. Trump a déclaré à CNN :

    « vous auriez un bien meilleur taux d’audience si vous rapportiez la vérité aux Américains ».

  • Trump a signé une législation pour défaire les réglementations Obama contre l’exploitation des mines de charbon – comme il l’avait promis lors de sa campagne.
  • Dans un tweet, Trump attaque les démocrates :

    « Les démocrates devaient trouver une histoire pour expliquer pourquoi ils ont perdu l’élection – et de beaucoup (3O6 grands électeurs), alors ils ont fabriqué une histoire : la Russie. Fake news ! »

    The Democrats had to come up with a story as to why they lost the election, and so badly (306), so they made up a story - RUSSIA. Fake news!

  • Trump a lancé une enquête interne pour dépister les employés de la Maison-Blanche qui fuitent des informations à la presse « depuis trop d’années », a précisé Trump.
  • Le marché financier a encore battu tous les records, alors que les réformes fiscales et salariales ne sont pas encore en place.
  • Le couple présidentiel a reçu le Premier ministre israélien et sa femme à la Maison-Blanche.

Mercredi 15 février

  • Trump a rencontré l’Association des leaders de l’industrie du commerce de détail et les PDG des sociétés membres.
    • Le président a fait part de son intention de réformer le code d’imposition des biens importés.
    • Les dirigeants de l’industrie du commerce de détail ont fait valoir que le projet de réforme fiscale des Républicains serait préjudiciable à leurs entreprises – et à l’économie dans son ensemble. Par contre, de nombreux économistes rejettent les inquiétudes des détaillants quant aux effets potentiels de la mise en œuvre de la taxe. Ils disent que la valeur du dollar augmentera si elle est promulguée, ce qui aura pour effet de diminuer le coût des marchandises importées.
    • En sortant de cette rencontre avec le président, les leaders de la vente au détail semblaient satisfaits. Le PDG d’AutoZone, Bill Rhodes, a affirmé devant les médias qu’en tant que vétéran de 22 ans, il ne pouvait pas se souvenir d’un moment où les détaillants avaient rendu visite au président des États-Unis. Le simple fait que la réunion ait eu lieu semblait être en soi une réussite. Il l’a décrite comme une«conversation positive et productive.»
  • Rencontre de Trump avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, suivie d’un déjeuner de travail et d’une conférence de presse conjointe
    • Le président américain a déclaré qu’il appuierait soit la solution à un seul État, soit la solution à deux États lors de cette rencontre à la Maison-Blanche. Il s’est engagé à conclure un accord pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.

    • «J’examine (les solution à) deux États et un État. Je serai très heureux avec celle que les deux parties préféreront. J’ai pensé pendant un moment que la solutions à deux États seraient plus faciles à réaliser, mais honnêtement, si Bibi et les Palestiniens, si Israël et les Palestiniens sont heureux, alors je suis heureux avec la solution qu’ils trouveront la meilleure »,
    • a t-il déclaré.
    • Trump est le premier président américain depuis au moins deux décennies à s’abstenir de porter allégeance au paradigme de la solution à deux États et à ouvrir la porte à la possibilité d’idées alternatives pour parvenir à la paix entre Israéliens et Palestiniens.
    • Netanyahou, quant à lui, fait allusion à son soutien continu à la solution à deux États, notant que son opinion sur la question n’a pas changé depuis huit ans, lorsqu’il a parlé de deux États pour deux peuples.
      (Avant la rencontre, un haut responsable de la Maison-Blanche a déclaré que les États-Unis ne chercheraient plus à dicter les termes d’un éventuel règlement de paix, mais appuieraient ce sur quoi les deux parties tomberaient d’accord)

« Une solution à deux États qui n’apporte pas la paix n’est pas notre objectif », a déclaré le responsable lors d’un briefing avec des journalistes mardi soir.
«La paix est notre objectif. Que ce soit sous la forme d’une solution à deux États, ou autre chose, si c’est ce que les parties veulent, nous allons les appuyer. (…) Nous n’allons pas dicter les conditions de la paix». Un accord constitue « une très haute priorité pour l’administration ».)

Mardi 14 février

  • L’élection de Donald Trump fut une catastrophe pour l’Amérique «progressive». Aussi et en s’inspirant de la réussite du mouvement Tea-Party qui date de 2009, des anciens membres du Congrès pilotés par des démocrates mécontents, des militants de quartiers et autre «progressistes» ont posté un guide sur internet pour mobiliser les citoyens (qui se sentent) désabusés. Ce guide nommé «Indivisible» est une méthode pratique de résistance à l’agenda de Trump, qui a déjà été téléchargée plus d’un million de fois. Ce sera le mode de fonctionnement des démocrates pour les quatre prochaines années.
  • Le Président Trump a participé à une séance d’écoute de parents et enseignants à la Maison-Blanche.
  • Bill O’Reilly (Fox News) nous informe que 680 étrangers illégaux ont récemment été arrêtés par ICE (U.S. Immigration and Customs Enforcement). Ces raids coordonnés ciblent les étrangers qui ont commis des crimes, et 75% des personnes arrêtées furent condamnées pour leurs activités criminelles, dont meurtres et viols.Lundi, Michael T. Flynn démissionna du poste de conseiller de sécurité nationale après avoir avoué qu’il avait induit en erreur le vice-président Mike Pence au sujet de ses appels téléphoniques avec un diplomate russe. M. Flynn s’est «sincèrement excusé», mais des sujets qui fâchent font encore débat. Son comportement n’était pas illégal, mais il a perdu la confiance du président et de ses conseillers. Les démocrates, quant à eux, ne démissionnent pas lorsqu’ils sont pris en flagrant délit de mensonges, ou au lit avec une stagiaire. Mais là nous parlons de républicains.
    • Les medias de gauche, tel Paul Reyes sur MSNBC, ne mentionnent pas les activités criminelles des déportés, préférant la larme à l’œil « Il est inhumain de déchirer ces familles en brisant leurs portes d’entrées et de séparer les parents de leurs enfants »
    • En 2013, l’administration d’Obama a expulsé plus de 434.000 étrangers illégaux, un des chiffres les plus élevé de l’histoire de l’Amérique. 
    • Malgré tout, l’immigration est aujourd’hui un outil médiatique qui vise à diaboliser Trump en l’accusant de racisme et de force brutale contre les pauvres. Il y a un élément radical en Amérique qui vise à la détruire.
  • Déjeuner avec le gouverneur du New Jersey, Chris Christie et sa femme.
  • Le Président Trump a signé une législation pour annuler les réglementations financières Dodd-Frank. La loi abroge une règle qui exige que les compagnies pétrolières et gazières dévoilent les paiements qu’ils ont effectués aux gouvernements américains ou étrangers.

Lundi 13 février (25e jour)

  • Le président Trump a rencontré le premier ministre canadien Justin Trudeau à la Maison Blanche.
    Trump a salué Trudeau lundi matin avec une poignée de main ferme lorsque ce dernier est arrivé à la Maison Blanche.Les deux ont ensuite posé silencieusement devant les journalistes, jusqu’à ce que Trump suggère qu’ils se serrent la main à nouveau pour les caméras.Trudeau a apporté un cadeau personnel – une photo de Trump avec le père de Trudeau, le regretté Premier ministre canadien Pierre Elliott Trudeau.Trump et Trudeau ont également publié une déclaration conjointe affirmant leur « engagement de longue date à coopérer étroitement ». La déclaration mentionnait «les intérêts économiques importants entre les deux pays », disant que les États-Unis et le Canada reconnaissent l’importance de promouvoir la croissance et de s’engager vers «un commerce libre et équitable».

«Nous poursuivrons notre dialogue sur les questions de réglementation et nous viserons à mettre au point des règlements communs qui favoriseront les entreprises, réduiront les coûts et augmenteront notre efficacité économique sans compromettre la santé, la sécurité et les normes environnementales. »

Les deux hommes ont souligné leur objectif commun de création d’emplois après leur première séance d’information officielle.

M.Trudeau, âgé de 45 ans, et M. Trump, âgé de 70 ans, ont des perspectives très différentes sur le monde. Trudeau est un libéral qui défend le libre-échange et a accueilli 40 000 réfugiés syriens. Trump a pris une position protectionniste sur le commerce et veut lutter contre l’afflux de migrants et de réfugiés.

Donald Trump a cependant encore une fois défendu son offre controversée de suspendre des réfugiés et d’autres admissions, disant, « nous ne pouvons pas laisser entrer frauduleusement des personnes. Je ne vais pas permettre que cela se produise pendant ma présidence ».

Interrogé sur cette question, Trudeau a déclaré qu’il ne souhaitait pas faire la leçon à son voisin américain à l’occasion de cette visite à Washington.

Dans leur déclaration commune, il a été question de la sécurité des frontières considérée comme une «priorité absolue».

Réunion pour parler de la promotion des femmes en entreprise. Trudeau assis à côté d’Ivanka.

Les deux dirigeants ont également utilisé les réunions du jour pour lancer un effort conjoint visant à faire avancer les femmes sur le lieu de travail, participant à une table ronde.

Ivanka Trump, la fille du président qui a plaidé en faveur de mesures qui profiteraient aux travailleuses, a participé au recrutement des participants et à l’établissement de l’ordre du jour de la table ronde.

Tenue d’une conférence de presse conjointe dans la East Room à la Maison Blanche.

Trudeau a souligné les liens entre les Américains et les Canadiens et a fait la promotion de partenariats économiques «qui ont créé de bons emplois pour nos deux peuples».

Trudeau a déclaré que des millions d’emplois dépendent d’un flux souple de biens et de services à travers la frontière.

Il y avait des craintes à apaiser parmi les Canadiens à l’effet que leurs intérêts pourraient souffrir tandis que Trump parle de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain. Ce dernier a clairement indiqué que son voisin du nord n’est pas visé par de nouvelles négociations commerciales.

Vers la fin de la conférence de presse conjointe à la Maison Blanche, Trump a reconnu qu’il fallait «peaufiner» ce qu’il a décrit comme une «excellente» relation commerciale entre les États-Unis et le Canada.

« Il s’agit d’une situation beaucoup moins grave que ce qui se passe à la frontière sud », a déclaré M. Trump, indiquant qu’il souhaite renforcer les relations commerciales avec le Canada.

« Nous devrions nous coordonner étroitement, et nous le ferons afin de protéger les emplois dans notre hémisphère, et conserver la richesse sur notre continent », a déclaré M. Trump.

Après la conférence de presse conjointe, Trudeau s’est dirigé vers Capitol Hill pour une réunion avec le Président de la Chambre des Représentants, Paul Ryan. Les deux hommes ont échangé des plaisanteries sur le hockey. Ryan a critiqué en riant le fait que le Canada «vole» des joueurs de hockey américains.

– Nous avons de meilleures équipes, a répondu Trudeau.

Ce point est discutable étant donné qu’aucune équipe canadienne n’a remporté la Coupe Stanley depuis 1993. (En fait beaucoup de joueurs canadiens jouent dans les équipes américaines qui ont remporté ce précieux trophée !)

Trump a écrit un Tweet vers 1h30 dans lequel il qualifie de magnifique sa rencontre avec Trudeau et les PDG et femmes d’affaires canadiennes et américaines.

  • En soirée, Michael Flynn, le conseiller en matière de sécurité nationale du président Trump, a démissionné après plusieurs jours de polémique au sujet d’une conversation qu’il a eu avec l’ambassadeur de Russie.Flynn, dans sa lettre de démission, a reconnu qu’il « a par inadvertance» donné des informations incomplètes au vice-président Mike Pence concernant un appel avec l’ambassadeur Sergey Kislyak.Pence avait déclaré dans les interviews télévisées que Flynn n’avait pas parlé de lever les sanctions d’Obama contre la Russie avec l’ambassadeur. Or, Flynn a admis plus tard que la question avait peut-être été soulevée.Ceci a causé une tempête médiatique causant la démission de Flynn lundi soir.

    « J’ai présenté mes excuses sincères au président et au vice-président, et ils les ont acceptées ».

    CNN, le New York Times, le Washington Post et les autres médias anti-Trump se sont jetés avec appétit sur cette démission sans mentionner qu’Obama a eu trois conseiller en matière de sécurité nationale.

    James L. Jones a démissionné en 2010 à cause de ses relations glaciales avec Obama et a été remplacé par son assistant, Thomas E. Donilon, avec lequel il ne s’entendait pas.

    Donilon a démissionné en et a été remplacé par Susan Rice, une amie proche d’Obama, récompensée pour avoir menti concernant l’attaque contre la mission diplomatique de Benghazi en Libye, niant qu’il s’agissait d’une attaque terroriste.) Trump n’a pas commenté la démission de Flynn et a nommé le lieutenant-général Joseph Keith Kellogg, Jr., comme conseiller en matière de sécurité nationale.

Dimanche 12 février

Samedi 11 février

  • Donald Trump a joué au golf avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe au Trump International Golf Club de Jupiter, en Floride.
  • La Corée du Nord a tiré un missile balistique, provoquant une conférence de presse jointe des deux leaders politiques, non prévue, où Trump a déclaré qu’il soutient l’allié japonais à 100%.
  • Abe a qualifié le tir de missile nord coréen « d’absolument intolérable ».
  • Puis les deux dirigeants ont eu un dîner de travail à Mar-a-Lago.
  • Donald Trump a encore attaqué CNN et l’a accusé de Fake News, car ils ont coupé Bernie Sanders dans une interview au moment où il disait que CNN est Fake News !

    While on FAKE NEWS @CNN, Bernie Sanders was cut off for using the term fake news to describe the network. They said technical difficulties!

     

  • Trump a encore attaqué la décision de justice qui a bloqué son interdiction d’entrée, et a précisé que 72% des réfugiés admis aux Etats-Unis depuis que son décret est bloqué viennent des 7 pays sur la liste des pays dangereux.

Vendredi 10 février (22e jour)

  • Donald Trump a rencontré le Premier ministre Shinzo Abe, et a tenu une conférence de presse commune où il a promis plus d’actions concrètes sur l’immigration et la sécurité.
  • Trump a encore attaqué le New York Times qui diffuse des Fake News.Trump s’est rendu à Mar-a-lago à bord de l’Air Force One.
  • Trump a échangé avec les présidents argentin Mauricio Macri, colombien Juan Manuel Santos, le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, l’émir du Qatar Sheikh Tamim Bin Hamad al-Thani, l’émir du Koweït Sheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jabir Al-Sabah.
  • Donald Trump a déclaré l’état d’urgence suite au désastre naturel de l’Oklahoma, atteint par une très sévère tempête hivernale du 13 au 17 janvier 2017, et donné l’ordre d’une assistance fédérale aux tribus indiennes, à l’Etat et à l’effort local de réparation des dégâts.
  • Déclaration lors de la cérémonie d’investiture du Secrétaire d’Etat à la Santé, le docteur Tom Price.
  • Trump a honoré les héros américain à West Point.

Jeudi 9 février

  • Donald Trump a signé 3 décrets spécifiquement destinés à lutter contre le crime et les cartels.
  • Rencontre avec l’industrie du transport aérien dans le bureau ovale :

    « Rien ne vaut d’avoir des réunions à la Maison-Blanche. Les gens ne se rendent pas compte de la pagaille dont j’ai hérité. Une énorme pagaille. Je pense qu’ils le savent. Je pense qu’ils comprennent.

    L’an dernier, vous avez transporté près de 2 millions de personnes par jour dans notre pays, ce qui est un nombre incroyable. Et vous avez fait ça très bien malgré le mauvais équipement que les aéroports vous fournissent dans de nombreux cas, parce qu’ils ne peuvent pas faire approuver les bons équipements, et que nous avons des réglementations désastreuses.

    Et je peux vous dire que beaucoup de nouveaux équipements que nous achetons sont déjà obsolètes le jour où nous les commandons – et c’est selon des gens que je connais, y compris mon pilote. J’ai un pilote qui est un véritable expert, et il m’a dit, monsieur, l’équipement qu’ils installent, c’est juste pas les bons trucs.

    Nous avons dépensé 6 milliards de dollars — vous vous rendez compte — 6 milliards de dollars au Moyen-Orient. Et on n’a rien. On n’a rien. On n’a même pas gardé juste un tout petit puits de pétrole minuscule. Même pas un tout petit. J’ai dit ‘gardez le pétrole !’ Mais nous avons dépensé 6 milliards au Moyen-Orient. Et nous n’avons rien en retour. Et nous avons un système de transport aérien obsolète, nous avons des aéroports obsolètes, des trains obsolètes et des mauvaises routes.

    Nous allons changer tout ça mes amis. Vous allez commencer à être très heureux avec Trump. D’ailleurs je vois que vous l’êtes déjà [rires].

    Donc merci d’être venus tous ici. Je veux que cette réunion ait de la substance.

    Donc, laissez-moi vous poser la question : que pouvons-nous faire pour que vos compagnies aériennes aillent encore mieux, pour que vos bénéfices soient plus gros, pour que vous puissiez embaucher plus et créer plus d’emplois, pour que vous puissiez gagner la compétition dans le monde entier et que vous puissiez faire de plus en plus de business partout dans le monde ? »

  • Discours inaugural après la nomination du Secrétaire d’Etat à la Justice Jeff Sessions.
  • Trump a parlé au téléphone avec plusieurs leaders du Moyen-Orient, et il a rappelé à l’ordre le sénateur McCain qui commente le succès ou les échecs des opérations militaires à l’étranger.

    Sen. McCain should not be talking about the success or failure of a mission to the media. Only emboldens the enemy! He's been losing so....

Mercredi 8 février

  • Le Département de la Justice s’efforce de renverser la décision d’un juge de Seattle d’arrêter l’ordonnance controversée qui a suspendu le programme des réfugiés américains et bloqué temporairement l’immigration de sept pays majoritairement musulmans: l’Irak, l’Iran, la Syrie, le Yémen, la Libye, la Somalie et le Soudan. Une décision pourrait être prise à tout moment.
  • Trump a lu des parties de la Loi fédérale décrivant les pouvoirs présidentiels sur le sujet, disant qu’elle a été écrite clairement et «magnifiquement».La partie du code américain qu’il a lu précise que lorsque le président :

« constate que l’entrée d’étrangers ou de toute catégorie d’étrangers aux États-Unis nuirait aux intérêts des États-Unis, il peut, par proclamation … suspendre L’entrée de tous les étrangers ou toute catégorie d’étrangers en tant qu’immigrés ou non-immigrants, ou imposer à l’entrée des étrangers toute restriction qu’il jugera appropriée ».

Les opposants à l’ordonnance prétendent qu’elle est inconstitutionnelle et discriminatoire. Ils l’appellent l’« interdiction des musulmans ». La discrimination envers la religion est interdite par la Constitution.

  • Trump a rencontré les chefs du Renseignement pour son Intelligence Briefing quotidien mais les médias n’en ont retenu que son Tweet concernant la ligne de vêtements de sa fille, Ivanka, lâchée par Nordstrom.
  • Le Sénat a confirmé la nomination du Sénateur Jeff Sessions comme Procureur général de l’administration Trump malgré l’opposition acharnée du Parti démocrate.

Le vote à 52 contre 47 a clôturé des semaines de batailles sur la nomination de Sessions, un des premiers partisans du président Donald Trump et l’un des législateurs les plus conservateurs du Sénat. Après que le vote a été annoncé, les collègues républicains de Sessions ont applaudi le résultat tandis que seulement une poignée de démocrates ont fait de même.

  • Dans un éditorial aujourd’hui, l’éditorial Board du New York Times se porte à la défense des Frères Musulmans : All of Islam Isn’t the Enemy
  • Le niveau de confiance des chefs d’entreprise atteint un des niveaux historiques les plus élevés selon un sondage CNBC, « en raison de la guerre de Trump contre les tracasseries administratives. »
  • Trump s’est adressé à un rassemblement de shérifs de comté et de chefs de police à Washington.
  • Entretien téléphonique avec le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy, où Trump a réaffirmé la puissance des relations entre les deux pays sur de nombreux points. Les deux leaders ont discuté de l’urgence de se débarrasser d’ISIS, et Trump a réitéré son engagement en faveur de l’OTAN tout en insistant sur le fait que tous les Etats membres doivent payer leur cotisation à l’organisme de défense. Les deux dirigeants ont conclu de continuer leur collaboration dans les domaines économique, de la sécurité, et du contre-terrorisme.
  • Rencontre avec le président du géant d’Intel, qui annonce un investissement de 7 milliards de dollars dans une usine basée dans l’Arizona. 

Mardi 7 février

  • Le secrétaire au département de la Sécurité intérieure des Etats Unis, John F. Kelly, a témoigné devant un comité du Congrès, se portant responsable des problèmes associés avec la mise en application du décret présidentiel concernant la suspension temporaire d’entrée des ressortissants de sept pays majoritairement musulmans.Il a indiqué que rétrospectivement, il aurait dû retarder un tant soit peu le processus afin d’en discuter préalablement avec des membres du congrès, « Notamment avec le leadership d’un comité tel celui-ci, afin de les avertir sur cette décision prochaine ».
    Il ajouta « Néanmoins … l’interdiction d’entrée était un sujet abordé préalablement durant la campagne de Mr. Trump et durant la transition ».
  • Le Sénateur Tom Cotton, républicain de l’Arkansas, a introduit une proposition de loi sur l’immigration qui vise, entre autre, à réduire de moitié le nombre d’immigrants légaux.
    • Eliminer la loterie pour les visas (tirage au sort pour l’obtention d’une carte verte)
    • Imposer une limite plus réaliste sur le nombre de réfugiés afin de donner la priorité à l’emploi d’Américains.
    • Mettre en place une réduction globale de l’immigration de 41% la première année, et de 50% dans 10 ans.

Cotton affirme qu’il est temps de favoriser les travailleurs américains. Il estime que notre politique d’immigration reste généreuse, surtout quand on la compare aux autres nations. Il rejoint ainsi l’opinion d’un autre politicien de l’Etat d’Arkansas, Bill Clinton, qui s’exprimait dans des termes très proches en 1995, alors qu’il s’adressait au Congrès et qu’il reçut alors une standing ovation.

  • La Cour d’appel a écouté les arguments sur le décret présidentiel concernant la suspension temporaire d’entrée des ressortissants de sept pays majoritairement musulmans.Le Président Trump a rencontré divers sheriffs, ainsi que les représentants de la National Sheriff Association.
    • Jusqu’à présent, aucune preuve n’a été fournie sur le fait que l’Etat de Washington aurait souffert de « dommages irréversibles » du fait de ce décret, et aucune décision n’a été rendue.
    • Il est question maintenant de déterminer si cet ordre exécutif enfreintl’Establishment Clause du Premier Amendement de la Constitution des Etats-Unis, à savoir que « Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l’établissement ou interdise le libre exercice d’une religion ».
    • Il semble de plus en plus possible que cette contestation se termine devant laCour Suprême des Etats Unis.

An honor having the National Sheriffs' Assoc. join me at the@WhiteHouse. Incredible men & women who protect & serve 24/7/365. THANK YOU!!

  • Trump a assisté à une réunion avec les représentants des anciens combattants.
  • Il a rencontré le Président du Comité de surveillance de la Chambre des représentants, Jason Chaffetz.
  • Grande victoire : Betsy DeVos a été confirmée comme secrétaire d’Etat à l’Education, malgré une farouche opposition des syndicats de l’Education et d’autres groupes. Le Vice président Pence est intervenu et a accompli un tour de force historique en obtenant un vote de 51 votes pour contre 50. C’est l’immense pouvoir des syndicats qui vient de basculer, et tout le système éducatifs otage de la gauche qui vient de leur échapper, car DeVos est une farouche défenderesse du droit des classes moyennes et pauvres à choisir leurs écoles – comme les plus fortunés.
  • La sénatrice Elizabeth Warren, une des icônes très à gauche du parti démocrate, a été interdite de s’exprimer par un vote du Sénat en raison de ses commentaires offensifs contre le futur secrétaire d’Etat à la justice Jeff Sessions.
  • Donald Trump a accordé une très importante interview à Bill O’Reilly avant le Super Bowl, dont nous reparlerons.

Lundi 6 février (18e jour)

  • Donald Trump a effectué une première visite au quartier général du Commandement central des États-Unis, la base aérienne MacDill en Floride et a prononcé un discours devant les militaires.
  • Avec des membres de son personnel de la Maison-Blanche, Trump a déjeuné avec des officiers et des soldats de l’armée, de la marine, de l’armée de l’air et des Marines.
  • Le président a aussi été débriefé par CENTCOM et les leaders de SOCOM. Un certain nombre de ses conseillers, y compris le général Joseph Dunford, le président de l’état-major interarmées, et Michael Flynn, son conseiller en sécurité nationale, étaient également présents.
  • Le CENTCOM a supervisé un raid effectué récemment par les forces spéciales américaines contre une base d’Al-Qaida au Yémen, la première opération militaire autorisée par Trump. Un «Navy Seal», le chef de l’Opération de Guerre Spéciale William « Ryan » Owens, âgé de 36 ans, originaire de Peoria en Illinois, a été tué, ce qui en fait la première victime connue sous la présidence de Trump.
  • Trump a salué le courage des militaires qui ont servi au Moyen-Orient et en Afghanistan et a promis de grandement améliorer leur équipement :

«J’assure vos arrières » a affirmé le président en s’adressant aux militaires.

Il a affirmé son soutien à l’OTAN mais a demandé que les États membres payent leur part.

Il a dénoncé les attaques des radicaux islamistes aux États-Unis et en Europe et le silence des médias malhonnêtes.

« Nous sommes prêts à nous battre et nous prions pour la paix», a-t-il dit, rappelant que la paix s’obtient quand on a assez de puissance pour l’imposer.

  • Alors que le plus récent sondage Gallup (entre autres) estime que la popularité de Trump est plus basse que pour n’importe quel nouveau président (41%), le sondeur Rasmussen place l’appui au président à 54 %.Trump a écrit un tweet pour fustiger les médias qui diffusent des résultats de sondages négatifs à son endroit :

«Les sondages négatifs sont autant de fausses nouvelles, comme l’étaient les sondages de CNN, ABC, et NBC lors des élections. Désolé, mais les gens veulent la sécurité aux frontières et des vérifications très poussées (de migrants).»

  • Le ministère de la Justice a exhorté un tribunal fédéral à rétablir la suspension temporaire d’entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays majoritairement musulmans, insistant sur le fait que c’est la sécurité nationale qui est en jeu.Après qu’un juge de première instance ait bloqué la décision du président de suspendre les déplacements de 7 pays majoritairement musulmans, les avocats ont déposé un dossier auprès d’une cour d’appel fédérale le 6 février.Le tribunal a prévu d’entendre les plaidoiries à 18 heures, heure de New York, ce mardi 7 février. Il n’a pas arrêté de date pour rendre sa décision. La bataille pourrait aller jusqu’en Cour suprême.

Dimanche 5 février

  • Donald Trump a regardé le Super Bowl depuis Mar-a-Lago, la résidence construite en 1924 par une riche héritière qui l’avait léguée en 1973 à l’Etat pour en faire une résidence présidentielle de week-end dont les présidents n’ont pas voulu, et qui a été rendue aux héritiers en 1980, puis vendue à Trump en 1985, et qu’il utilise maintenant conformément aux voeux de la donatrice.
  • Trump a donné une interview exceptionnelle à Bill O’Reilly de Fox News qui sera diffusée lors de la couverture du Super Bowl par la chaîne numéro un des Etats-Unis, au cours de laquelle cet échange devra verser beaucoup d’encre :Un tribunal de Washington a rejeté la demande du Département d’Etat d’annuler la décision du juge fédéral contre le décret Trump d’une pause de 90 jours à l’immigration de 7 pays musulmans. Le tribunal du 9e circuit de la Cour d’appel a demandé aux parties de fournir leurs arguments avant de prendre sa décision, sans doute mardi 7 février. Il s’agit d’une Cour réputée très à gauche.En réaction, Donald Trump a tweeté qu’il a donné instruction à la Sécurité intérieure de vérifier de très près qui entre dans le pays en provenance de ces pays là, ajoutant que le tribunal leur a rendu la tâche très compliquée.
    • Bill O’Reilly : « Poutine est un tueur… »
    • Trump : “il y a beaucoup de tueurs. Est ce que vous pensez que notre pays est si innocent ?”

  • I have instructed Homeland Security to check people coming into our country VERY CAREFULLY. The courts are making the job very difficult!

Samedi 4 février

  • L’administration Trump a publié plusieurs documents récapitulant les deux premières semaines de la présidence Trump. Le premier s’intitule « retrouver le chemin de l’emploi pour les Américains« , et un autre « Renouer avec la sécurité en Amérique. »
  • Les actions concernant la sécurité des Américains incluent :L’administration Trump a fait appel de la décision d’un juge fédéral très à gauche (bien que nommé par Bush), qui a bloqué l’ordre exécutif de pause temporaire d’entrée pour 7 pays musulmans dangereux. Ce juge qui n’a pas de connaissances sur les risques sécuritaire a mis en danger le peuple américain car des islamistes peuvent très bien profiter de sa décision de justice pour entrer aux Etats-Unis.
    • Sanction contre 25 entités iraniennes après un tir de missile de provocation de l’Iran.
    • 4 actions et décrets présidentiels pour assurer la sécurité du peuple américain.
    • 4 déclarations présentant les actions de sécurité intérieure.
    • 1 réunion pour remercier les policiers qui ont participé au succès de la journée d’investiture.
    • 1 réunion avec des experts en cybersécurité pour examiner les menaces pour la nation.
    • Nomination de 6 membres de cabinets confirmant l’importance de la sécurité intérieure.
    • Trump a eu 16 entretiens diplomatiques avec des responsables étrangers afin de promouvoir l’idée que les intérêts de l’Amérique passeront avant tout dans la politique étrangère.

Vendredi 3 février

  • Trump a rencontré des dirigeants d’entreprises dans le cadre du forum pour la stratégie et la politique d’entreprise.
  • Le Département du Trésor a annoncé de nouvelles sanctions contre une vingtaine d’Iraniens et de compagnies iraniennes en réponse aux récents tests de missile – en contravention aux accords sur le nucléaire iranien.
  • Trump a signé un ordre exécutif destiné au Secrétaire du Trésor destiné à examiner la loi Dodd-Frank qui limite fortement les capacités d’emprunt et bloque la croissance.
  • Trump a demandé au Département du travail de repousser la mise en application d’une loi d’Obama très restrictive et inutilement contraignante exigeant des conseillers en investissement qu’ils « fassent passer les clients avant tout ».
  • Donald Trump a commenté l’attentat du Louvre à Paris :

    « Un islamiste radical est passé à l’attaque au Louvre à Paris. Les touristes ont été bloqués. La France est encore en crise. USA : soyez plus malin que ça »

    A new radical Islamic terrorist has just attacked in Louvre Museum in Paris. Tourists were locked down. France on edge again. GET SMART U.S.

    Il a ajouté : « nous devons bloquer le ‘mal’ en dehors de notre pays »

  • Trump a commenté les test de missile de l’Iran en attaquant Obama :« Les Iraniens jouent avec le feu – ils n’apprécient pas combien Obama a été « gentil » envers eux. Moi je ne le serai pas ! »

    Iran is playing with fire - they don't appreciate how "kind" President Obama was to them. Not me!

  • Puis il a remercié le Premier ministre australien qui a corrigé les fausses infos des médias, disant que Trump a été très agressif dans son échange téléphonique :

    « Merci monsieur le Premier ministre pour avoir dit la vérité au sujet de notre très aimable conversation sur laquelle les FAKE NEWS ont menti. »

    Thank you to Prime Minister of Australia for telling the truth about our very civil conversation that FAKE NEWS media lied about. Very nice!

     
  • Enfin, il a dénoncé les étudiants antifa qui détruisent et lynchent leurs opposants politiques pour les empêcher de s’exprimer et ont mis à sac l’université de Berkeley, en se faisant passer pour les défenseurs de la liberté d’expression et de la tolérance : 
  • « Des anarchistes professionnels, des voyous protestataires financés, démontrent pourquoi des millions d’Américains ont voté pour RENDRE À L’AMÉRIQUE SA GRANDEUR »

    Professional anarchists, thugs and paid protesters are proving the point of the millions of people who voted to MAKE AMERICA GREAT AGAIN!

     
  • Un juge fédéral de Seattle a bloqué l’application de l’ordre exécutif d’interdiction temporaire d’entrée des ressortissants de 7 pays considérés comme dangereux et a donné l’ordre aux Département des garde frontières de laisser entrer les voyageurs arrivant de ces pays. Les démocrates se sont réjouis de cette victoire. Se réjouiront-ils encore si un terroriste arrivant par ces vols commet un attentat ?L’administration Trump a promis d’examiner d’urgence la riposte, alors que paradoxalement, un autre juge fédéral du Michigan a jugé l’ordre exécutif parfaitement légal.
  • Donald Trump s’est adressé aux Américains sur Facebook :
  • 237 000 emplois nouveaux ont été créés dans le secteur privé en janvier – à peu près le double d’Obama, et très au dessus des prévisions des économistes – en raison de l’espoir retrouvé des Américains.
    D’ailleurs le taux de satisfaction envers Trump a maintenant atteint une majorité d’Américains : 54% selon Rasmussen – malgré l’analyse extrêmement négative des médias qui ne cessent d’expliquer ce que Trump ne peut pas faire, ne pourra pas faire, ne réussira pas à faire – et se trompent un cas après l’autre.

Jeudi 2 février

  • Trump a assisté au “petit déjeuner de la prière nationale” (organisé annuellement par la Fellowship Foundation, à Washington)
  • Trump a rencontré les dirigeants d’Harley-Davidson et les représentants des syndicats, qui ont garé leurs motos de légende devant la Maison-Blanche. Il les a invités à déjeuner à la Maison-Blanche.
  • Donald Trump est allé à leur rencontre sur le parvis : “je suis particulièrement honoré d’accueillir les ouvriers de l’acier et les mécaniciens à la Maison-Blanche. Vous avez été formidable envers moi”.Il les a félicité pour le maintien de la tradition d’une marque qui est une icône de l’Amérique, et leur a promis de réduire les tracasseries administratives et les impôts afin de les aider à créer plus d’emplois et plus d’usines en Amérique.Trump :

    “Comme c’est formidable d’avoir Harley-Davidson. Quel groupe formidable, et quel travail fantastique vous faites. Et merci pour tous les vote que vous m’avez apporté dans le Wisconsin.”“Merci Harley de construire en Amérique. Et je pense que vous allez encore vous développer – je sais que votre entreprise se porte bien, et il y a un formidable esprit en ce moment dans le pays, comme vous n’en avez pas vu depuis longtemps”.

  • Trump a parlé par téléphone avec le Premier ministre australien, et les médias ont rapporté qu’il a raccroché furieux – sans expliquer pourquoi. La raison est qu’Obama a accepté d’accueillir les réfugiés dont l’Australie ne veut pas, et en effet, Trump est très furieux de cet engagement.Il a fait sur ce point ce commentaire aux représentants de Harley Davidson :

    « Nous avons eu un cas en Australie – J’ai beaucoup de respect pour l’Australie – mais nous avons eu un problème parce que, pour une raison inconnue, le président Obama a dit qu’il allait prendre plus qu’un millier de migrants illégaux qui sont en prison là bas, et qu’il allait les faire venir aux Etats-Unis.
    Et j’ai juste dit “pourquoi ?” J’ai juste voulu poser une question : pourquoi ? 1250 migrants – ça aurait pu être 2 000, ou plus, et j’ai demandé : mais pourquoi ? Pourquoi on fait ça ? Quel est le but ? Donc on va voir ce qui va se passer.Si l’administration précédente fait quelque chose, on doit respecter ça, mais on peut aussi se demander pour quelle raison elle a fait ça. C’est pourquoi nous sommes dans la panade. »

  • A Tokyo, le Premier ministre Shinzo Abe a déclaré son intention de proposer à Trump, durant sa visite le 10 février, la création d’un marché de 450 milliards de dollars (51 trillions yen) et de créer 700 000 emplois notamment dans la construction de voies ferrées, de trains, de voitures, d’avions et de navires sans conducteurs, et d’autres investissement d’infrastructures, a rapporté le quotidien The Yomiuri Shimbun.
  • Samsung a déclaré que les conditions économiques annoncées par Trump font qu’il étudie la possibilité de construire une usine d’électroménager aux Etats-Unis, rapporte Reuters. Si le projet se confirme, Samsung sera, avec Whirlpool la seule marque internationale d’appareils électroménagers fabriqués aux USA.

Mercredi 1er février (13e jour)

Le Président Trump :

  • A participé à une rencontre à propos du Mois de l’histoire afro-américaine à la Maison Blanche.
  • A rencontré des groupes de la Cour suprême à la Maison-Blanche.
  • Dans un Tweet, il a écrit à propos des cris d’orfraie causés par son décret qui suspend temporairement l’immigration en provenance de sept pays musulmans, en raison de craintes que des terroristes puissent entrer aux États-Unis :

« Tout le monde discute pour savoir s’il s’agit ou non d’une interdiction. Appelez cela comme vous voulez, il s’agit de garder les mauvaises personnes (avec de mauvaises intentions) hors du pays ! »

  • Par ailleurs, le représentant républicain Jason Chaffetz, a déclaré que le Comité de surveillance du gouvernement et de ses réformes de la Chambre des représentants qu’il préside «ne ciblera pas personnellement le président» mais examinera les questions qui lui sont présentées à mesure qu’elles se présentent.
  • Le comité de Chaffetz a publié un ordre du jour énumérant 43 articles pour une enquête potentielle. Tout ce qui a trait à des conflits d’intérêts possibles du président Donald Trump et son empire commercial dans lequel il a conservé une participation, ne figurent pas parmi ceux-ci car le Président des Etats-Unis ne peut pas avoir de conflit d’intérêt.
  • Chaffetz, après avoir reçu l’assurance du président qu’il peut faire son travail en toute liberté, avec toute la puissance qui lui semble nécessaire, et enquêter sur tous les sujets qu’il juge essentiels, a promis de poursuivre son enquête sur l’utilisation d’un serveur de messagerie électronique par Hillary Clinton, ancienne candidate démocrate présidentielle, alors qu’elle était Secrétaire d’État.
  • Concernant les discussions sur les conflits d’intérêts potentiels de Trump, Chaffetz a rappelé que ce n’est que du bavardage de démocrates embourbés, et minoritaires dans les deux chambres du Congrès.

« Je sais que les démocrates débattent cette question et qu’ils veulent marquer des points. C’est tout ce qu’ils ont à faire en ce moment (…) Je crois que le président est tenu de divulguer ses avoirs financiers. En fin de compte, c’est ce qu’il a fait. Le président est exempté de la plupart des lois sur les conflits d’intérêts.»

Mardi 31 janvier

  • Nous avons appris au petit matin que tard la veille au soir, la ministre (intérimaire) de la Justice Sally Yates avait été licenciée après avoir refusé d’obéir à un décret présidentiel.

La Maison-Blanche a défendu le licenciement de cette ministre intérimaire (qui avait été nommée par B. Obama en 2015) après qu’elle ait instruit les avocats du gouvernement de ne pas faire respecter le décret présidentiel du président Donald Trump. (Le décret suspend temporairement l’immigration en provenance de sept pays musulmans, en raison de craintes que des terroristes puissent entrer aux États-Unis.)

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, a déclaré lors de son point presse de mardi que Mme Yates avait refusé de faire respecter un ordre « conçu pour protéger le peuple américain ». Il a affirmé que cet ordre n’était pas « extrême » mais « raisonnable », le refus de Yates d’exécuter cet ordre étant « aussi déroutant que défiant » du fait que — et aucun média ne l’a rapporté — le projet était passé par son département pour validation, et qu’il avait été validé.

  • Les démocrates au Sénat ont décidé d’entraver le processus politique, et ils boycottent les votes de confirmation de plusieurs nominés à des postes importants, forçant ces votes à être reportés. Les postes de ministre des Finances, de la Santé publique, et de la Justice — restent vides.
  • Aujourd’hui Trump a appelé à une baisse des prix des médicaments quand il rencontra des PDG de plusieurs gros groupes pharmaceutiques, ainsi que le puissant groupe de lobbying de l’industrie pharmaceutique (considéré aux Etats-Unis comme l’un des 10 plus puissants lobbys). Il avait promis, en mars 2016, de réformer cette industrie, notamment en supprimant les barrières contre le marché libre, afin de permettre aux consommateurs américains d’importer des médicaments fiables, sûrs, et moins chers.

En échange, il a promis de stimuler la compétitivité de cette industrie en baissant leur taux d’imposition fiscale, et en éliminant le nombre des réglementations fédérales de « 9 000 pages » à « 100 pages ».

Trump s’est également engagé à rationaliser la FDA (l’organisme de réglementation chargé de vérifier que les nouveaux médicaments sont sûrs et efficaces).

Suite à cette réunion, l’entreprise pharmaceutique PhRMA a fait écho dans sa déclaration que ces mesures, si promulguées, se traduiraient par environ 350 000 nouveaux emplois au cours des 10 prochaines années.

« La fiscalité, la déréglementation — sont des points qui pourraient vraiment nous aider à étendre nos activités », a déclaré Dave Ricks, PDG de Lilly.

  • La signature d’un décret présidentiel sur la cybersécurité n’a pas eu cours comme prévu, et le décret a été annulé sans explication.
  • Le Président Trump vient de nommer son candidat à la Cour suprême — Neil Gorsuch, 49 ans, juriste conservateur du Colorado, qui a fait ses études aux universités de Colombia, Harvard et Oxford.

Un homme érudit, qui interprète la Constitution américaine telle qu’elle fut écrite par les pères fondateurs. Il est pro-life, et contre le suicide assisté. Les démocrates au sénat ont juré de s’opposer à tout candidat quel qu’il soit, et la bataille sera rude.

La progressiste et très à gauche figure démocrate Nancy Pelosi, qui fait partie du camp de ceux qui considèrent que la Constitution est un document qui doit évoluer avec la société et se plier à la politique et à l’expérimentation sociale a déclaré : « c’est une nomination très hostile ».

(La Cour Suprême est au sommet hiérarchique du pouvoir judiciaire. Elle est l’interprète sans appel du droit fédéral tel qu’il est défini dans la Constitution. La nomination de ses juges se fait en deux temps ; ils sont désignés par le Président, puis confirmés par le Sénat. Ils sont nommés à vie, et leurs décisions influencent l’évolution pour les générations futures, d’où l’extrême importance de leur choix – et de leur âge)

Lundi 30 janvier (11e jour)

  • Trump a rencontré des chefs de petites entreprises à la Maison Blanche dans la Roosevelt Room et leur a promis de les débarrasser de la pression bureaucratique et des réglementations idiotes et inutiles qui les entravent dans leurs activités professionnelles.
  • Il a signé son septième ordre exécutif intitulé Réduction de la réglementation et contrôle des coûts réglementaires, destiné à faire en sorte que les agences abolissent deux règlements chaque fois qu’elles en introduisent un nouveau. (C’était une promesse de campagne qui visait à réduire la taille de l’État et à le rendre plus souple envers les entreprises.)
  • Il a écrit plusieurs tweets afin de répondre aux médias qui l’accusent de créer une situation de chaos avec son ordonnance sur les immigrants et réfugiés issus de pays islamiques foyers de radicalisme :

«Seulement 109 personnes sur 325 000 ont été détenues et retenues pour interrogatoire. Les gros problèmes dans les aéroports (ce matin) ont été causés par une panne informatique de (la compagnie aérienne) Delta, ..»

« Des manifestants et les larmes du sénateur Schumer. La Secrétaire (d’État) Kelly dit que tout va bien et qu’il y a très peu de problèmes. RENDONS L’AMÉRIQUE À NOUVEAU SÉCURITAIRE!»

« On ne peut pas se montrer gentils quand on cherche à empêcher des terroristes d’entrer dans notre pays. C’était une partie importante de ma campagne. Étudiez le monde! »

« Si l’interdiction était annoncée avec un préavis d’une semaine, les terroristes se précipiteraient dans notre pays pendant cette semaine. Beaucoup de mauvais « mecs » là-bas!»

  • Et un tweet pour cette annonce :

« J’ai décidé qui je veut nommer à la Cour suprême, je l’annoncerai demain mardi le 31 janvier à 20h » (remplacement du Juge Antonin Scalia.)

Dimanche 29 janvier

  • Donald Trump a parlé avec le roi d’Arabie saoudite Salman bin Abd-Aziz Mohammed bin Zayed, le prince des Emirats, et le Président sud coréen Hwang Kyo Ahn.
  • Il a défendu son plan sécuritaire d’interdiction de 90 jours de ressortissants de 7 pays musulmans, et a salué le Département de la sécurité intérieure pour la fluidité de la mise en application de son ordre exécutif.

Samedi 28 janvier

  • Trump, accusé d’isolationniste par les journalistes qui ne suivent pas l’information– un comble- a parlé avec cinq dirigeants étrangers : le Président russe Vladimir Putin, le Premier ministre japonais Shinzo Abe, la chancelière allemande Angela Merkel, le président français François Hollande, et le Premier ministre australien Malcolm Turnbull.
  • Trump a signé un ordre exécutif pour restructurer le Conseil de sécurité de la Maison-Blanche.
  • Il a signé deux mémorandums :
    • Un pour commencer à nettoyer le marécage de Washington, comme promis, en interdisant aux membres du gouvernement de travailler comme lobbyiste pendant 5 ans après la fin de leurs fonctions officielles, et de travailler à vie comme lobbyiste pour des puissances étrangères,
    • un autre pour intensifier la lutte contre l’Etat islamique : il a réclamé du Pentagone qu’il lui présente dans 30 jours un plan pour écraser l’Etat islamique. Et Trump a clairement dit qu’il ne veut pas dévoiler ses plans contre l’ennemi : rien de ce plan ne sera public, tout ce que vous pourrez lire sera de l’intox et des fausses informations.

 

C2shEenVQAEwAFx

 

Vendredi 27 janvier

Donald Trump : «Nous ne voulons pas d’eux ici. Nous voulons être sûr que nous n’acceptons dans notre pays la menace que nos soldats combattent à l’étranger. Nous ne voulons accepter que ceux qui soutiennent l’Amérique et aiment profondément notre peuple».

  • Trump, respectant ses promesses de campagne– du jamais vu à Washington– a signé un ordre exécutif pour limiter le flot de réfugiés de pays à risque afin de protéger les Américains de la menace terroriste de jihadistes infiltrés parmi les migrants. Les pays concernés sont l’Irak, la Syrie, l’Iran, le Soudan, la Libye, la Somalie et le Yémen, soit des nids à terroriste. Le programme d’entrée des réfugiés est également totalement gelé pendant 120 jours pour y voir plus clair.
  • Signature d’un ordre exécutif pour «reconstruire la puissance de l’armée américaine», une autre promesse de campagne destinée à imposer la paix par la puissance dissuasive– du bon sens à l’état pur, si l’on veut regarder les leçons de l’histoire. Trump a chargé le Secrétaire d’Etat MAD Dog Mattis de «développer de nouveaux avions, de nouveaux navires, de nouvelles ressources et de nouveaux outils pour les soldats américains».
  • Trump rencontre la Première ministre britannique Theresa May et lors de la conférence de presse commune, rappelle les liens privilégiés entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, et s’engage à les renforcer.

Jeudi 26 janvier

  • Trump averti le président mexicain Enrique Peña Nieto– par ailleurs extrêmement impopulaire dans son pays– que ce n’est pas la peine qu’il vienne le rencontrer s’il ne veut pas payer pour la construction du mur de séparation avec le Mexique.
  • Trump se rend à la réunion du Congrès républicain de Philadelphie et s’adresse aux républicains.

Mercredi 25 janvier

  • Trump signe un ordre exécutif pour avancer le projet de construction du mur de protection contre l’inondation de drogue, de gangs et d’illégaux traversants par le Mexique. L’ordre exige de toutes les agences et départements concernés de «déployer tous les moyens légaux» pour sécuriser la frontière sud du pays.
  • Immigration : Trump décide d’engager 10 000 agents de l’ICE, l’agence anti-immigration illégale dont la tâche est d’arrêter et expulser les illégaux.
  • Trump se rend au Département de la Sécurité intérieure.
  • Trump donne l’ordre au Secrétaire de la sécurité nationale et l’Avocat général (garde des Sceaux en France), de préparer le retrait des aides financières de l’Etat fédéral aux villes qui refusent d’appliquer les ordres d’expulsion de criminels étrangers (appelées villes sanctuaires).

Mardi 24 janvier

  • Trump autorise la reprise de l’exploitation du pipeline Keystone XL et celui du Dakota, gelés pendant 8 ans par Obama pour faire plaisir à une poignée d’écolos illuminés, afin de diriger le pays vers l’indépendance énergétique par rapport aux pays arabes et le chantage qu’il implique. Il met comme condition que l’acier utilisé soit d’origine américaine chaque fois que possible.
  • Signature d’un ordre exécutif pour accélérer la rénovation et la reconstruction des infrastructures du pays.
  • Trump impose un black-out média à certaines de ses administrations hostiles à sa politique. Le service de la recherche agricole, le Département de l’agriculture et l’EPA, l’agence pour la protection de l’environnement reçoivent l’interdiction de publier «tout communiqué de presse, mise à jour de blogs ou articles, tweets, et toute publication sur les médias sociaux de ces administrations». La manœuvre a pour but de mettre ces agences éprises des théories bidon du réchauffement climatique et d’écolo-totalitarisme, d’émettre des avis différents du Président, et de bien rappeler, comme Reagan l’avait fait en licenciant en cinq minutes la totalité des contrôleurs aériens d’Amérique parce qu’ils avaient refusé de rompre leur grève et avaient désobéi à Reagan, qui est le patron.
  • Trump rencontre les dirigeants des trois constructeurs automobiles, et leur promet une baisse massive des impôts de 38% en moyenne à moins de 20% (15 à 20%) pour les entreprises, la réduction massive (au moins 75%) des réglementations et normes qui étouffent les entreprises sous de la paperasse inutile, et leur imposent des tracasseries coûteuses et inutiles, afin de les encourager à construire des usines sur le sol américain. En sortant de la réunion, les dirigeants se sont déclarés enchantés par les propositions de Trump.
  • Trump a échangé au téléphone avec le président indien Modi.

Lundi 23 janvier

  • Annulation du traité de libre-échange avec 11 pays ou TPP (Trans-Pacifique Partnership), signé par Obama en 2015, dont la stupidité de ceux qui l’ont pensé fait qu’il pénalise fortement les Etats-Unis.
  • Trump signe l’interdiction faite à l’Etat fédéral de financer le remboursement des avortements pratiqués à l’étranger, connu sous le nom de «accords de Mexico City.»
  • Trump signe le gel de toute embauche de fonctionnaires, excepté pour les militaires.
  • Trump a invité les dirigeants des principaux syndicats américains– tous des électeurs démocrates qui ont voté pour Clinton– qui en sortant de la réunion, ont déclaré avec enthousiasme avoir été emballés par les propositions de Trump. Certains gros syndicats ont même déclaré qu’en 8 ans, ils n’avaient pas été reçus une seule fois par Obama.
  • Trump a discuté sécurité et collaboration avec le président égyptien al-Sissi.

Dimanche 22 janvier

  • Trump a discuté longuement accords de paix avec les Palestiniens, nucléaire iranien et d’autres sujets avec le Premier ministre israélien.
  • Trump a confirmé plusieurs membres de son administration y compris sa brillante conseillère Kellyanne Conway.

Samedi 21 janvier

  • Trump se rend au quartier général de la CIA à Langley, et s’engage à détruire l’Etat Islamique et se débarrasser du terrorisme de l’islam radical. Trump reçoit une ovation debout pendant de longues minutes.

20 janvier– 1er jour

  • Interdiction faite aux administrations concernées de sanctionner les personnes ou entreprises qui ne s’assurent pas à l’Obamacare, et interdiction de mettre en place toute réglementation qui pourrait gêner les entreprises, en attendant son remplacement.
  • Face au «carnage» qui se produit à Chicago, Trump offre au maire démocrate son aide pour mettre fin à la tuerie entre noirs.
  • Trump a également demandé à toutes ses administrations l’arrêt total de toute réglementation en cours d’élaboration, ou en cours d’application jusqu’à ce qu’un audit soit établi pour déterminer lesquelles entravent les entreprises.

15609918-donald-trump-est-elu-president-des-etats-unis

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Team Dreuz 100 premiers jours pourDreuz.info.