10 mars 2017

COMMUNIQUE DE PRESSE DU FRONT NATIONAL DE NANTERRE

LES DÎNERS-DÉBATS DE VALEURS A PARIS LE 22 MARS 2017 & MEETING DE MARINE LE PEN A SAINT-RAPHAËL LE 15 MARS 2017
 
       

C1v9YY3WIAQ0BCU

Yves de Kerdel, Directeur général de "Valeurs Actuelles" vous propose de débattre au cours du 2º dîner :
                         Le mercredi 22 mars 2017 
avec Madame Marion Maréchal-Le Pen, Député du Vaucluse (84), Présidente du groupe FN en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Représentante de la candidate Marine Le Pen, dans le salon Élysée des salons Hoche, Paris VIIIº.

- 19 h 30 : Accueil
-  20 h 00 : Dîner-Débat
-  22 h30 : Fin de la Soirée.
Le nombre de places est limité.

Pour tous renseignements : 
01 77 75 18 52  et  <evenements@agence-interactions.fr>
Renvoyer l'inscription avant le mercredi 15 mars 2017, sous enveloppe affranchie, accompagnée d'un règlement par chèque à l'ordre de Valmonde et Cie, de 135 € par personne à : 
Valeurs Actuelles / Les dîners de Valeurs Actuelles : 24 rue Georges-Bizet - CS 41748 - 75773 Paris cedex 16.

( Indiquez vos nom, prénom, adresse, téléphone et E-mail ).

marine_le_pen_3

De plus le grand meeting tant attendu en région PACA avec Marine Le PEN aura lieu le mercredi 15 mars 2017 à Saint-Raphaël dans le var (83) au grand Palais des Congrès quai du Commandant LE PRIEUR dès 19 heures sur le nouveau port de Saint-Raphaël.

***********************************************************************************************

LA LETTRE DE MARINE LE PEN DU 10 MARS 2017
 

3

Chers amis,
 
Ce sont les thématiques économiques qui ont dominé le début de ma semaine de campagne. J’ai ainsi eu l’occasion d’exprimer mardi devant la CPME mon projet en faveur des petites et moyennes entreprises. Elles sont au cœur de la vie économique du pays et ce sont elles qui créent de l’emploi : j’assume donc de leur donner une priorité dans mes engagements présidentiels, et de mettre l’Etat stratège au service de leur vitalité plutôt qu’à celle des grands groupes. Les multinationales, les banques et les grandes puissances d’argent ont déjà leurs candidats, MM. Macron et Fillon.

J’ai le lendemain eu le plaisir d’échanger une nouvelle fois avec des acteurs de la vie économique lors d’un petit déjeuner organisé par ETHIC.

Pour la journée des droits de la femme, ce jeudi 8 mars, j’ai choisi de visiter une chocolaterie, dirigée par une femme et employant de nombreuses femmes, dans le Doubs. J’ai pu mesurer la qualité de leur investissement professionnel, et l’énergie qu’elles mettent à concilier leur métier et leur vie de famille. En tant que mère, je sais les contraintes qui pèsent sur une femme lorsqu’elle doit faire face à de nombreux défis en même temps. J’ai exprimé à cette occasion ma volonté de mettre en place une politique ambitieuse en matière de réduction des inégalités salariales entre femmes et hommes. J’ai aussi, lors de cette journée, exprimé mon inquiétude concernant le recul des droits des femmes dans certaines zones du territoire, où elles ne peuvent plus se vêtir comme elles le souhaitent, où certains endroits leur sont désormais interdits aussi, comme ce café à Sevran, sous la pression du communautarisme et de l’idéologie islamiste. C’est insupportable. La France, c’est le pays de Brigitte Bardot, pas celui du burkini !

Pour terminer, je suis allée dans le Gers, où j’ai visité une exploitation agricole et discuté avec un éleveur de canards. Cette rencontre était passionnante, et je le remercie encore pour son accueil chaleureux. La chaleur était aussi au rendez-vous le soir même à Mirande, dans le même département, lors d’une réunion publique enthousiaste et patriote.
 
Merci à vous tous pour vos mots de soutien. Je compte sur vous pour relayer notre campagne en ligne. Nous ne sommes plus qu’à 6 semaines du premier tour et il faut intensifier encore notre action ! Diffusez nos engagements : les visuels sont maintenant disponibles ici. Bonne campagne !
 
 
 
 
François Fillon s’aplatit devant Jean-Christophe Lagrarde, champion du communautarisme !

Après avoir soutenu François Fillon et conclu un accord pour les élections législatives, puis l’avoir désavoué bruyamment, l’UDI et son président Jean-Christophe Lagarde reviennent à nouveau dans le giron des « Républicains ». Les places sont trop bonnes ! Lire la suite

 
Lycée Suger : remettre l'ordre républicain dans les banlieues doit être une priorité !

On apprend avec stupéfaction ce matin les très graves événements qui se sont déroulés à Saint-Denis hier matin, dans le lycée Suger puis en ville. Des dizaines de personnes ont provoqué un début d’émeutes dans l’établissement scolaire, victime de tensions et de violences depuis des mois. Lire la suite

 
Le monde de la santé est encore dans la rue : il y a urgence à agir !

Aujourd’hui, les professionnels de santé sont appelés une nouvelle fois à battre le pavé pour dénoncer leurs conditions de travail : cadences infernales, manque de personnel et de moyens, faiblesse des salaires, manque de considération de la pénibilité du travail, reconnaissance et valorisation des formations d’infirmiers spécialisés (IADE, IBODE),… Lire la suite

Voir toutes les actualités !
 

61% DES FRANCAIS CROIENT EN LA VICTOIRE DE MARINE LE PEN

 

Oui, la victoire de Marine Le Pen

 

 

 

 

est devenue possible ...

 

 

 

SOURCE : Publié le 10 mars 2017 - par  

Deux jours après un procès que notre correspondant Hector Poupon qualifiera de « dérive inquisitoriale », Robert Ménard a accepté de répondre à nos questions sur sa ville, la situation politique française, et ce procès, bien sûr… A savourer, ces propos d’un homme libre et courageux, un vrai Gaulois…

Les voyous n’hésitent plus, le but c’est de « tuer du flic »

Riposte Laïque : Monsieur le Maire, pouvez-vous d’abord nous donner des nouvelles des policiers biterrois sur qui une voiture a foncé délibérément ? Comment réagissez-vous à cette nouvelle agression contre les forces de l’ordre ? 

Robert Ménard : Certains ont été blessés, mais ils vont bien. Je leur ai apporté immédiatement tout mon soutien. L’agression qu’ils ont vécue a été d’une extrême gravité. En France, en 2017, les voyous n’hésitent plus. Le but, c’est même de « tuer du flic ». Ils ont le sentiment qu’ils jouissent d’une quasi impunité. Les peines sont légères, la prison est brève… quand il y a prison. Nos forces de l’ordre en payent le prix, chaque année plus lourd.

Pour l’instant, on ne parle que de Pénélope, et pas de la vague migratoire

Riposte Laïque : Dans certains milieux de la réinfosphère, on entend parler de « Coup d’État » judiciaire au sujet du harcèlement subi par François Fillon, et de la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen. On vous sait prudent, vous qui, comme président de « Reporters Sans Frontières », avez côtoyé de véritables coups d’État, et de véritables dictatures, avec l’emploi de ces mots. Pour autant, que vous évoque la campagne présidentielle actuelle ?

Robert Ménard : oui, le mot « coup d’État » est exagéré. Nous ne sommes pas au Chili de 1973. Disons que les affaires judiciaires tombent miraculeusement sur les candidats de droite au moment de la campagne présidentielle… Les Français ont, à juste titre, le sentiment d’un acharnement… qui peut paraître suspect.

Le problème le plus grave, c’est que cette campagne est volée au peuple. Dans les journaux, sur les chaînes d’info, on ne parle que de Pénélope 24/24h ! La France est menacée par une vague migratoire d’une ampleur historique, elle est victime d’attentats islamiques, elle est écrasée par une dette colossale, un chômage sans fin, sa place stratégique dans le monde est remise en question : voilà les problèmes dont on voudrait parler.

61 % des Français croient possible la victoire de Marine Le Pen

Riposte Laïque : Vous avez, tout en appelant à voter pour le Front national, critiqué assez vivement certaines de ses orientations, et notamment celles de Florian Philippot. Aujourd’hui, à deux mois du deuxième tour, quel est votre regard sur la campagne de Marine Le Pen, et croyez-vous sa victoire possible ?

MarineMénard


Robert Ménard : Je trouve que sa campagne est de qualité. Sobre, réfléchie. Elle n’a pas besoin d’en rajouter. Le réel est de son côté. Marine Le Pen écoute beaucoup, sans doute plus qu’avant. La ligne Philippot n’est plus aussi envahissante. La candidate a enfin repris les thèmes identitaires, charnels. Ceux de la droite hors les murs que je défends à Béziers. La politique, ce n’est pas que de l’économie. C’est surtout des vies, du souffle. Oui, la victoire de Marine Le Pen est devenue possible. 61 % des Français y croient. Tout sera question de dynamique. De place et de score au premier tour. De capacité d’alliance. Trump a prouvé que le peuple des profondeurs, le peuple de la périphérie, peut se révolter…

Vous pouvez tout perdre si vous critiquez les « bienfaits » de l’immigration

Riposte Laïque : Vous avez joint un message de soutien, lors de la conférence de presse organisée par le Cercle des Avocats Libres et Maître Pichon. Comment l’homme qui a défendu la liberté d’expression partout dans le monde vit-il ce qui se passe en France, et les nombreux procès d’opinion qui s’y déroulent ?

Robert Ménard : Je viens d’en subir un. Parce que j’ai osé dire que l’immigration se voyait dans nos écoles, dans nos rues. La liberté d’expression est réellement menacée en France. Bien sûr, nous ne sommes pas dans l’ex-URSS ou à Cuba. Vous n’allez pas dans un camp si votre parole dévie de la doxa du régime. Mais critiquer les bienfaits de l’immigration ou les joies obligatoires du « vivre-ensemble » peut coûter cher socialement. Le système peut vous anéantir. Vous perdez des amis, vous perdez votre boulot. Vous pouvez tout perdre.

Je tiens bon mais c’est une épreuve humainement difficile

Riposte Laïque : Vous vous êtes à votre tour, après Georges Bensoussan et Christine Tasin, retrouvé devant la 17e Chambre, le mercredi 8 mars. Cela vous met-il en colère ?

Robert Ménard : Cela a été terrible. Pendant des heures je me suis fait littéralement agonir. On m’a traité d’adepte du racialiste Gobineau. On m’a traité de lâche. Parce que j’ai dit que les photos de classes du passé nous montraient une France où l’immigration était quasi absente par rapport à aujourd’hui, on a invoqué les chambres à gaz, le génocide arménien, etc. C’est de la folie. J’avais l’impression d’être dans un mauvais rêve. Moi raciste ? Moi anti-musulman ? Moi qui ai pendant des années risqué ma vie pour sauver des journalistes dans le monde entier sans me soucier, bien sûr, de la couleur de leur peau ou de leur religion. Ces prétendues associations anti-racistes servent une idéologie. Elles ne sont plus dans le réel. Elles veulent faire des exemples avec un Ménard, avec un Zemmour. Je tiens bon mais c’est une épreuve humainement difficile.

Maire de Béziers, c’est épuisant, mais tellement passionant !

Riposte Laïque : Vous allez être bientôt à la moitié de votre mandat de maire de Béziers. Si cela était à refaire, vous lanceriez-vous de nouveau dans cette aventure ?
Robert Ménard : trois fois oui. C’est épuisant, ma vie personnelle s’est réduite à peau de chagrin, mais c’est tellement passionnant. En seulement trois ans, j’ai réussi, avec mon équipe, à changer la ville. Béziers crevait, Béziers était abandonnée. Nous avons prouvé que la politique pouvait être autre chose que des mots creux. Mais pour cela, il faut aimer les gens, il faut être amoureux de sa ville.

Les journalistes sont si nombreux à s’autocensurer pour survivre 

Riposte Laïque : Un commentaire sur l’attitude de vos anciens confrères à votre encontre et dans le traitement de la vie politique française ?

Robert Ménard : J’éprouve souvent de la peine pour beaucoup de mes confrères, honnêtement. Où est leur liberté ? Ils sont si nombreux à s’autocensurer en permanence pour survivre professionnellement. Ils sont pavloviens, chassent en meute. Ils sont sans surprise. On sait d’avance ce qu’ils vont dire, ce qu’ils vont écrire d’un édito à l’autre, d’un plateau à l’autre. Bien heureusement, tous ne sont pas du même bois mort. Mais quand même, lisez la presse régionale. Sans mettre tous mes ex-confrères dans le même panier, combien dans cette presse locale vivotent laborieusement à travers des articles médiocres copiant vaguement Libé ou Le Monde. L’absence de talent vire parfois au tragi-comique. A Béziers, ils nous combattent sans relâche. Jusqu’à inventer des faits, jusqu’à réécrire l’actualité pour qu’elle corresponde à leurs fantasmes. J’ai décidé de les contrer durement, avec notre journal municipal. Je sais que notre résistance leur fait mal. On essaye d’éveiller, de réveiller les gens…

Propos recueillis par Pierre Cassen


Commentaires sur COMMUNIQUE DE PRESSE DU FRONT NATIONAL DE NANTERRE

Nouveau commentaire