RESULTATS DES ELECTIONS GENERALES EN ITALIE

DXhHyNvXkAAWM9E

Editorial de Gérard Diaconesco

 

Avec un score dépassant à peine les 19 % qui frise l'apocalypse à ces élections générale en Italie pour les démocrates socialistes au pouvoir avec Mateo RENZI à sa tête depuis 2011, la raclée fut sévère pour eux lors de ces résultats bien qu'encore provisoires du scrutin électoral de hier dimanche 4 mars 2018.

Car la surprise est totale au vu de ces élections générales avec la montée en puissance des partis politiques italiens  "antisystème" dits "populistes".

beppe-grillo

Avec un résultat de près de 32% pour le mouvement 5 étoiles ( M5S) obtenu par Luigi di MAIO le jeune dauphin de Beppe GRILLO fondateur de cette formation, ce mouvement populiste devient donc le premier parti politique d'Italie avec lequel il faudra compter à l'avenir.

202443435-c94545c0-933d-453d-97a5-6785359718bd

Mais les gagnants ou plutôt le grand gagnant de ces élections italiennes restent sans conteste le parti de l'ex Ligue du Nord dit La LEGA en la personne de Mateo SALVANI qui obtient à lui tout seul un score historique de près de 18% voir plus car tous les résultats définitifs ne sont toujours pas tombés, ce parti dit "xénophobe" par ses adversaires n'atteignant que péniblement par le passé ses 4% , ces résultat deviennent un véritable tremblement de terre historique en Italie qui aura certainement de sérieuses répercutions économiques avec la gestion calamiteuse des politiques et des technocrates de Bruxelles de l'Union Européenne, soyons en sur.

berlu_tajani

Quant à Silvio BERLUSCONI le " Cavaliere " avec son mouvement politique FORZA ITALIA qui revient sur la scène politique il atteint tout juste 14% à cette élection, ce dernier  aura quand à lui du mal à imposer son candidat Antonio TAJANI comme premier ministre comme il l'espérait avec son alliance de  "La LEGA " de Mateo SALVANI qui arrive largement en tête de la coalition droite-extrême droite et divers droites nationale qui obtiennent au total un score final de plus de 37,12 %.!

Au vu de tous ces résultats qui divisent la botte italienne en trois fractions politiques aujourd'hui , aucun n'obtenant la majorité absolue dont il faudrait avoir plus de 40% pour former un nouveau Gouvernement, il est fort probable que de nombreuses tractations en coulisse auront lieu dans les jours et semaines à venir.

Mais si aucun Gouvernement de coalition entre les uns et les autres de ces trois fractions ne peut être constitué, il est fort probable que les italiens seront obligés tôt ou tard de retourner à nouveau aux urnes dès cette année.

Gérard Diaconesco

 

DXhtr2NWAAEfoIV

 

DXhsY1dWsAAmkTD

000_11y3jt

7591155_2fa726a2-203d-11e8-a0a2-1e6002c27133-1_1000x625

119328498

berlusconi-comeback-italy-elections

DXerso2W4AE76pe

DXgQbclXkAAQUar

DXhDm40X0AAIsk2

eSVOPoT0

Fb1Fu1HC

DXgkapNWkAA5hNd

DXg4AiAWkAEJoP5

http-%2F%2Fo

 

* * * * * 

Les résultats définitifs communiqués par le Ministère de l'Intérieur italien

http://elezioni.interno.gov.it/camera/scrutini/20180304/scrutiniCI

 

Italia (esclusa VALLE D'AOSTA)

 

Sezioni: 61.374 / 61.401 | N. collegi unin. chiusi: 221 / 231
Gruppi uninominali e listeVoti%Seggi
CANDIDATI UNINOMINALI 12.147.611 37,00 109
LEGA LEGA 5.691.921 17,37 73
FORZA ITALIA FORZA ITALIA 4.590.774 14,01 59
FRATELLI D'ITALIA CON GIORGIA MELONI FRATELLI D'ITALIA CON GIORGIA MELONI 1.426.564 4,35 19
NOI CON L'ITALIA - UDC NOI CON L'ITALIA - UDC 428.298 1,30 -
TOTALE SEGGI     260
       
CANDIDATI UNINOMINALI 10.727.567 32,68 88
MOVIMENTO 5 STELLE MOVIMENTO 5 STELLE 10.697.994 32,66 133
TOTALE SEGGI     221
       
CANDIDATI UNINOMINALI 7.502.056 22,85 24
PARTITO DEMOCRATICO PARTITO DEMOCRATICO 6.134.727 18,72 86
+EUROPA +EUROPA 836.837 2,55 -
ITALIA EUROPA INSIEME ITALIA EUROPA INSIEME 196.766 0,60 -
CIVICA POPOLARE LORENZIN CIVICA POPOLARE LORENZIN 177.825 0,54 -
SVP - PATT SVP - PATT 134.651 0,41 2
TOTALE SEGGI     112
       
CANDIDATI UNINOMINALI 1.113.969 3,39 -
LIBERI E UGUALI LIBERI E UGUALI 1.109.198 3,38 14
TOTALE SEGGI     14
       
CANDIDATI UNINOMINALI 372.022 1,13 -
POTERE AL POPOLO! POTERE AL POPOLO! 370.320 1,13 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 312.192 0,95 -
CASAPOUND ITALIA CASAPOUND ITALIA 310.793 0,94 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 219.535 0,66 -
IL POPOLO DELLA FAMIGLIA IL POPOLO DELLA FAMIGLIA 218.866 0,66 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 125.903 0,38

-

ITALIA AGLI ITALIANI ITALIA AGLI ITALIANI 126.207 0,38 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 106.748 0,32 -
PARTITO COMUNISTA PARTITO COMUNISTA 106.182 0,32 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 47.953 0,14 -
PARTITO VALORE UMANO PARTITO VALORE UMANO 47.953 0,14 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 37.325 0,11 -
10 VOLTE MEGLIO 10 VOLTE MEGLIO 36.959 0,11 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 29.346 0,08 -
PER UNA SINISTRA RIVOLUZIONARIA PER UNA SINISTRA RIVOLUZIONARIA 29.176 0,08 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 20.943 0,06 -
PARTITO REPUBBLICANO ITALIANO - ALA PARTITO REPUBBLICANO ITALIANO - ALA 20.943 0,06 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 19.846 0,06 -
GRANDE NORD GRANDE NORD 19.846 0,06 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 19.307 0,05 -
AUTODETERMINATZIONE AUTODETERMINATZIONE 19.307 0,05 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 9.689 0,02 -
LISTA DEL POPOLO PER LA COSTITUZIONE LISTA DEL POPOLO PER LA COSTITUZIONE 9.532 0,02 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 7.079 0,02 -
PATTO PER L'AUTONOMIA PATTO PER L'AUTONOMIA 7.079 0,02 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 3.620 0,01 -
BLOCCO NAZIONALE PER LE LIBERTA' BLOCCO NAZIONALE PER LE LIBERTA' 3.552 0,01 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 1.428 0,00 -
SIAMO SIAMO 1.428 0,00 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 686 0,00 -
RINASCIMENTO MIR RINASCIMENTO MIR 772 0,00 -
       
CANDIDATI UNINOMINALI 574 0,00 -
ITALIA NEL CUORE ITALIA NEL CUORE 574 0,00 -
       
TOTALE Uninominale 32.825.399 100,00 607
  Proporzionale 32.755.044    

DATI PROVVISORI, TENENDO CONTO CHE ALCUNI VERBALI RISULTANO ESSERE STATI INVIATI DIRETTAMENTE ALLE CORTI DI APPELLO CHE, COME PREVISTO DALLA LEGGE, PROVVEDERANNO ALLA PROCLAMAZIONE DEGLI ELETTI

Il riparto provvisorio dei seggi si riferisce ad uno scrutinio non definitivo, non essendo pervenuti i risultati di tutte le sezioni

E' esclusa dal riepilogo la circoscrizione Valle D'Aosta

 

Élections en Italie : bravo à Attilio Fontana et Matteo Salvini !

Communiqué de presse du 5 mars 2018 de Philippe VARDON

 

La Lega (ex-Lega Nord), mouvement partenaire du Front National sur le plan européen, s’impose comme le grand vainqueur des élections italiennes.

Tant à la Chambre des députés qu’au Sénat, la Lega s’affirme comme la première force de la coalition arrivée elle-même en tête. C’est un résultat exceptionnel pour son leader Matteo Salvini, qui va désormais être incontournable dans les discussions pour former un gouvernement. 

En Lombardie (Milan), où se tenaient des élections régionales, un président de la Lega succède à un président de la Lega puisque les listes menées par Attilio Fontana devancent nettement le centre gauche. A la direction de la Région, il prendra la suite de Roberto Maroni qui n’avait pas souhaité briguer un nouveau mandat mais dont le bilan a donc été plébiscité.

C’est ainsi tout autant la Lega de la forte opposition nationale que celle de la bonne gestion locale qui ont été couronnées de succès hier.

Entretenant des liens de longue date avec la Lega et ses dirigeants, j’ai adressé hier un message de félicitations et d’amitié à Attilio Fontana et Matteo Salvini, ainsi qu’à leurs équipes. Leur dynamisme, leur pugnacité, leur courage politique ont payé.

Ce résultat est une bonne nouvelle pour l’Italie, mais aussi pour la France et l’Europe. Si la Lega parvenait à être le pivot central du futur gouvernement chez nos voisins directs ce serait singulièrement une bonne nouvelle pour les Alpes-Maritimes et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, notamment dans la lutte contre l’immigration massive et incontrôlée.

 

Philippe Vardon

Vice-président du groupe FN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur

Responsable du Bassin niçois

***********************************************************************

 

«Vaffanculo» lancent les Italiens aux « élites » européennes

Publié le 5 mars 2018 - par

 

L’Italie a voté et les Italiens ne se sont pas dégonflés.

Les 32,4% des voix obtenues par le Movimento Cinque Stelle (le Mouvement 5 étoiles –M5S) et les 36,7% gagnés par la Liga, Fratelli d’Italia et Forza Italia, font que les souverainistes, les anti-européens, les anti-immigrations sont désormais largement majoritaires en Italie. Presque 70%.

Les journaux français sont extrêmement discrets sur ce résultat. Ils préfèrent titrer sur les Oscars et la victoire de La forme de l’eau, cet “hymne”  niaiseux à la différence et à l’accueil de l’Autre, sur les avalanches qui fauchent les crétins du hors piste, sur le vote SPD qui valide la große Koalition entre la non moins grosse Merkel et les ânes Martin socialistes germaniques (on ne change pas une coalition qui perd)…

Quand nos journaleux parlent de l’Italie, c’est pour dire d’un sourire crispé qu’elle est ingouvernable. Ils brandissent alors le quotidien Il Tempo qui titre “che bordello” avec la photo de Berlusconi soumis au mitraillage des seins maigrichons de la “femen” d’usage.

Mais les européistes, ces fanatiques de l’ouverture, de l’immigration de masse maquillée en progrès, du tabassage moral systématique des Européens de souche, camouflent mal qu’ils commencent à faire sous eux. Après le Brexit, après l’installation d’un gouvernement de la droite nationale en Autriche, après la résistance du groupe de Visegrád (Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie) au chantage de Bruxelles, après l’Afd (Alternative für Deutschland) en passe de devenir le second parti en Allemagne et la seule opposition à Mémerkel, voici la révolte des électeurs italiens.

Ce n’est pas encore la décomposition avancée du régime européen, mais ça commence tout même à puer sérieusement le cadavre.

A ce rythme, le vote français pour Macron va devenir l’exception consolante pour les nains politiques européens et leur patron. En marche… vers l’abîme.

Les Italiens en envoyant une magistrale claque à la nomenklatura bruxelloise, lui rappelle que contrairement à Trump, elle n’a jamais tenu ses promesses notamment sur l’euro, la sécurité, l’emploi.

Evidemment, en France, la presse du régime n’a que le mot « populisme » à la bouche et sous la plume.

Tous les partis traditionnels, les médias subventionnés, les pseudo élites qui refusent depuis des années de protéger les citoyens européens, les vrais, pas ceux de papier dont les naturalisations ne cessent d’engrosser l’Europe de l’Ouest, ont longtemps cru qu’il suffisait de fournir de la bouffe ultra-transformée et des loisirs imbéciles aux peuples pour qu’ils adhèrent à leur psalmodie sur le “marché”, la “croissance”, le “progrès“. Mais l’invasion migratoire, l’universalisme obligatoire, l’ordre de se plier au métissage généralisé a détruit l’illusion. La réalité vécue par les habitants de l’Europe occidentale est bien différente de la vie rêvée des élites, de leur prêche sur le vivre-ensemble et autres foutaises.

Ils les ont abandonnés et, aujourd’hui, ce sont eux qui, à leur tour, sont abandonnés par leurs électeurs. Le camp du Bien n’en revient pas. Ses commentateurs lâchent leur litanie contre le totalitarisme, le protectionnisme, le populisme en sentant le sol se dérober sous leurs pieds.

Avec 19% des voix, le PD (Partito Democratico) classé en général au centre gauche réalise le plus mauvais score de son histoire. Renzi avait fixé à 25% le seuil d’une défaite honorable et à 20% la digue qui le séparait d’une débâcle. Il est hors champ. Quant au reste de la gauche, ce n’est plus que quelques chiures de mouche sur la photo. Il faut dire qu’en faisant campagne avec de telles affiches, il n’y a rien de surprenant.

J’espère que le sort de Renzi qui n’a pas survécu au règlement de comptes à PD Corral, annonce celui de Macron. Les Français qui l’ont élu par défaut – devant le peu d’appétence de Marine Le Pen à faire le job – doivent réclamer une alliance des droites françaises.

Il est temps de dire à notre tour à nos élites politico-médiatico-intello-pipoles: « Allez vous faire foutre ! »

Marcus Graven

1- « Va te faire foutre », nom des journées organisées par Beppe Grillo – le fondateur du M5S – contre les élites.

**********************************************************