06 mai 2018

LA FÊTE DU SOUVENIR DE LA BATAILLE DE CAMERON AVEC LA LÉGION ÉTRANGÈRE A EU LIEU LE 14.04.2018 A NICE ET LE 30.04.218 A AUBAGNE

Camerone 2018 à la Maison

Mère (Aubagne dans les

Bouches-du-Rhône)

le lundi 30 avril 2018

camerone-2014-voie-sacree-2000

Comme chaque année, et officiellement depuis 1931, la Légion étrangère honorera le 30 avril 2018 le sacrifice des légionnaires du Capitaine Danjou, glorieusement tombés au Mexique, dans l’hacienda de Camerone. Ce combat s’est déroulé le 30 avril 1863, dans l’accomplissement sacré de la mission qui avait été confiée aux légionnaires : assurer la couverture au profit d’un convoi logistique ravitaillant les unités françaises qui assiégeaient la ville de Puebla.

maxresdefault

Ce combat regroupe à lui seul toutes les valeurs fédératrices de la Légion étrangère : le caractère sacré de la mission, la fidélité à la parole donnée ainsi que la communauté de destin choisie et acceptée par les officiers, sous-officiers et légionnaires. Ces trois vertus légionnaires connues de tous, expliquées aux plus jeunes et commentées à chaque occasion constituent le fondement de l’esprit de corps qui nous anime.

Cette année la cérémonie aura pour thème « Légionnaire, tu es volontaire », rappelant aux quelques 9 000 hommes formant aujourd’hui la Légion étrangère le premier pas de leur engagement à servir.

images

 

 LA VIDEO DE DIACONESCO.TV

AUBADE MUSICALE DE LA LEGION ETRANGERE A LA FETE DE CAMERONE A AUBAGNE 30 04 2018

 

Histoire de la bataille de

 

CAMERON au MEXIQUE

La bataille de Camerone est un combat qui opposa une compagnie de la Légion étrangère aux troupes mexicaines le 30 avril 1863 lors de l'expédition du Mexique . Soixante-deux soldats de la Légion, assiégés dans un bâtiment d'une hacienda du petit village de Camaron de Tejeda (« Camerone » en français), résistèrent plus d'une journée à l'assaut de 2 000 soldats et cavaliers mexicains. À la fin de la journée, les six légionnaires encore en état de combattre, à court de munitions, se rendent à leurs adversaires à condition de garder leurs armes et de pouvoir secourir leurs camarades blessés.

camerone-2017-53

Camerone est célébré chaque année comme un haut fait de la Légion étrangère, le 30 avril, dans toutes ses unités de Légion étrangère, dont la plus importante des cérémonies a lieu à AUBAGNE dans les Bouches-du-Rhône.

1-affich10-001

1-1beprep

1-paras légion étrangère en opération et saut

1-camero10

NOTA : Agency Press International DIACONESCO.TV a été présent à la Fête de CAMERON à Aubagne cette année 2018 pour couvrir médiatiquement cet événement majeur de mémoire de la Légion Etrangère.

*******************************************************

REPORTAGE PHOTOS PRESSE DE GERARD DIACONESCO MEMBRE DE L'AMICALE DE LA LÉGION ÉTRANGÈRE DE LA SECTION DE NICE MEMBRE DE L'UNION NATIONALE DES COMBATTANTS DE LA SECTION DE NICE

 

FÊTE DE CAMERONE A AUBAGNE DE LA LÉGION ÉTRANGÈRE LE 30.04.2018

Comme chaque année, et officiellement depuis 1931, la Légion étrangère a honoré le 30 avril 2018 le sacrifice des légionnaires du Capitaine Danjou, glorieusement tombés au Mexique, dans l’hacienda de Camerone. Ce combat s’est déroulé le 30 avril 1863, dans l’accomplissement sacré de la mission qui avait été confiée aux légionnaires : assurer la couverture au profit d’un convoi logistique ravitaillant les unités françaises qui assiégeaient la ville de Puebla. Ce combat regroupe à lui seul toutes les valeurs fédératrices de la Légion étrangère : le caractère sacré de la mission, la fidélité à la parole donnée ainsi que la communauté de destin choisie et acceptée par les officiers, sous-officiers et légionnaires. Ces trois vertus légionnaires connues de tous, expliquées aux plus jeunes et commentées à chaque occasion constituent le fondement de l’esprit de corps qui nous anime. 
Photos Presse Agency Press DIACONESCO.TV - C. Copyright - 30.04.2018 - AUBAGNE

P1020092 P1020095 P1020098 P1020102 P1020105 P1020106 P1020108 P1020109 P1020110 P1020111 P1020112 P1020115 P1020117 P1020118 P1020126 P1020127 P1020130 P1020131 P1020135 P1020139 P1020140 P1020142 P1020154 P1020156 P1020158 P1020161 P1020170 P1020174 P1020180 P1020183 P1020186 P1020189 P1020192 P1020194 P1020200 P1020208 P1020211 P1020213 P1020214 P1020226 P1020254 P1020259 P1020266 P1020273 P1020278 P1020282 P1020292 P1020302 P1020304 P1020305 P1020310 P1020312 P1020316 P1020317 P1020326 P1020330 P1020332 P1020344 P1020363 P1020367 P1020370 P1020383 P1020386 P1020390 P1020403 P1020427 P1020434 P1020438 P1020441 P1020450 P1020492 P1020528 P1020532 P1020539 P1020542 P1020561 P1020570 P1020574 P1020580 P1020591 P1020602 P1020603 P1020605 P1020608 P1020609 P1020613 P1020617 P1020640 P1020643 P1020675 P1020678 P1020679 P1020682 P1020686 P1020688 P1020694 P1020697 P1020703 P1020705 P1020708 P1020712 P1020723 P1020732 P1020741 P1020762 P1020764 P1020774 P1020776 P1020781 P1020783 P1020787 P1020795 P1020796 P1020799 P1020800 P1020803 P1020805 P1020806 P1020812 P1020813 P1020816 P1020818 P1020821 P1020823 P1020828 P1020836 P1020842 P1020844 P1020846 P1020848 P1020852 P1020856 P1020860 P1020861 P1020863 P1020865 P1020868 P1020869 P1020872 P1020872 P1020877 P1020881 P1020883 P1020891 P1020894 P1020895 P1020898 P1020900 P1020903 P1020907 P1020908 P1020909 P1020911 P1020242

 

**************************************************************************

HISTOIRE DE FRANCE :

30 avril 1863 ... IL Y A 145  ANS : LA BATAILLE DE CAMERONE par José CASTANO

85725547_p

30 Avril 1863… Il y a 154 ans :

CAMERONE

Historique par José CASTANO

Sur la terre imprégnée du sang des légionnaires,

le soleil ne se couche jamais

 

« Nous sommes ces soldats qui grognaient

   par le monde

   Mais qui marchaient toujours et n’ont jamais plié…

   Nous sommes cette église et ce faisceau lié

   Nous sommes cette race éternelle et profonde…

   Nos fidélités sont des citadelles » (Charles Péguy)

103839987

Bien loin de la France et de l’Algérie française, berceau de la Légion étrangère, un conflit se déroulait au Mexique. Ce pays avait acquis son indépendance en 1821, après onze ans de guerre contre l’Espagne. A partir de cette date, il était ravagé par une guerre civile où s’opposaient le parti conservateur et religieux (catholique) de Félix Zuloaga et  le parti libéral anticlérical de Bénito Juarez qui rêvait d’une république fédérative à l’image des Etats-Unis.

Le premier installa son gouvernement à Mexico, le second à Vera Cruz. Après sa reconnaissance par les Etats-Unis (6 avril 1859) et sa victoire de Calpulalpam, Juarez contrôlait l’intégralité du pays à la fin de l’année 1860. Cette période de troubles ayant épuisé les finances du pays, il décida de confisquer les biens de l’Eglise et de suspendre le paiement de la dette extérieure. A cela s’ajoutait le fait que durant cette guerre civile, les ressortissants des pays occidentaux avaient été dépouillés de leurs biens et même massacrés. Santa-Anna, l’un des chefs de parti, entama, dès 1854, des négociations avec plusieurs familles régentes européennes pour obtenir qu’un de leurs membres acceptât de devenir empereur du Mexique.

En 1861, l’archiduc d’Autriche Ferdinand Joseph Maximilien, accepta de porter la couronne impériale mexicaine après avoir reçu de Napoléon III l’assurance qu’il l’aiderait à établir et protéger la monarchie du Mexique. En outre, Benito Juarez, président du Mexique, décida, à la fin des années 1850, de supprimer pendant deux ans le paiement de la dette due aux nations étrangères. Ainsi, la France, l’Angleterre et l’Espagne conclurent une convention, le 31 décembre 1861, à Londres, par laquelle elles s’engageaient à envoyer des corps expéditionnaires au Mexique.

Napoléon III, malmené par une opposition politique active, saisit cette opportunité pour entreprendre une nouvelle aventure extérieure, propre à affermir un pouvoir vacillant. Et ce fut le Mexique où le poussaient aussi les amitiés de l’impératrice Eugénie et l’envie d’établir une grande monarchie catholique et latine pour faire contrepoids aux Etats-Unis protestants et anglo-saxons. C’est ainsi que l’empereur forma le projet de renverser le président mexicain afin de réaliser son ambition.

Le 13 janvier 1862, les troupes alliées constituées de 700 royal marines britanniques, 6000 Espagnols et 2500 Français débarquèrent à Vera Cruz. Cependant, la plupart de ces hommes furent aussitôt frappés par la fièvre jaune. Dans ces conditions, il était impossible d’entreprendre quoi que ce soit…

            Lors des négociations qui s’ouvrirent sur le règlement de la dette, la France maintint sa demande de recouvrement, alors que les deux autres pays avaient compris que cela ne servait à rien. La réunion d’Orizabadu 9 avril 1862 se solda par un échec. Les troupes anglaises et espagnoles rembarquèrent aussitôt… tandis que 4000 soldats français supplémentaires arrivèrent sous le commandement du général de Lorencez. Le lendemain, le commandement français déclarait les hostilités ouvertes, officiellement en raison des déprédations causées par les troupes juaristes.

Les troupes françaises enlisées dans un pays hostile s’essoufflaient. La Légion n’avait pas été retenue pour participer à l’expédition. Ses officiers adressèrent à l’empereur une pétition pour solliciter son engagement. Si cette violation de la voie hiérarchique leur causa quelques désagréments, elle porta néanmoins ses fruits. Le 19 janvier 1863, ordre fut donné à la Légion stationnée en Algérie, de mettre sur pied deux bataillons.

En février 1863, ils s’embarquèrent à Oran après avoir défilé pour la première fois au rythme d’un hymne qui fera le tour du monde, « le Boudin », la célèbre marche officielle de la Légion étrangère, écrite par Guillaume-Louis Bocquillon, ditWilhem. Ils débarquèrent au Mexique le 28 mars 1863.

L’armée française assiégeait Puebla. La légion avait pour mission d’assurer, sur cent-vingt kilomètres, la circulation et la sécurité des convois. Le colonel Jeanningros, commandant le Régiment Etranger, apprit, le 29 avril 1863, qu’un gros convoi emportant trois millions en numéraire, du matériel de siège et des munitions était en route pour Puebla. Le capitaine Danjou, son adjudant-major, le décida à envoyer au devant du convoi une compagnie. La 3èmecompagnie du 1er Bataillon du  Régiment Etranger fut désigné mais elle n’avait pas d’officier disponible. Le capitaine Danjou en prit lui-même le commandement et les sous-lieutenants Maudet, porte-drapeau, et Vilain, payeur, se joignirent à lui volontairement.

 

85725855_p

Le 30 avril, à 1 heure du matin, l’unité, forte de trois officiers et soixante-deux hommes, se mit en route. Elle avait parcouru environ vingt kilomètres, quand, à 7 heures du matin, elle s’arrêta à Palo Verde pour faire le café. A ce moment, l’ennemi se dévoila et le combat s’engagea aussitôt. Le capitaine Danjou fit former le carré et, tout en battant en retraite, repoussa victorieusement plusieurs charges de cavalerie, en infligeant à l’ennemi des premières pertes sévères.

Arrivé à la hauteur de l’auberge de Camerone, vaste bâtisse comportant une cour entourée d’un mur de trois mètres de haut, il décida de s’y retrancher pour fixer l’ennemi et retarder ainsi le plus possible le moment où celui-ci pourrait attaquer le convoi.

85725890_p

Pendant que les hommes organisaient à la hâte la défense de cette auberge, un officier mexicain, faisant valoir la grosse supériorité du nombre, somma le capitaine Danjou de se rendre. Celui-ci fit répondre : « Nous avons des cartouches et nous ne nous rendrons pas ». Puis, levant la main, il jura de se défendre jusqu’à la mort et fit prêter à ses hommes le même serment. Il était 10 heures. Jusqu’à 6 heures du soir, ces soixante hommes, qui n’avaient pas mangé ni bu depuis la veille, malgré l’extrême chaleur, la faim, la soif, résistèrent à deux mille mexicains : Huit-cents cavaliers, mille deux-cents fantassins.

85726709_p

            A midi, le capitaine Danjou fut tué d’une balle en pleine poitrine. A 2 heures, le sous-lieutenant Vilain tomba, frappé d’une balle au front. A ce moment, le colonel mexicain réussit à mettre le feu à l’auberge.

            Malgré la chaleur et la fumée qui venaient augmenter leurs souffrances, les légionnaires tinrent bon, mais beaucoup d’entre eux furent frappés. A 5 heures, autour du sous-lieutenant Maudet, ne restaient que douze hommes en état de combattre. A ce moment, le colonel mexicain rassembla ses hommes et leur dit de quelle honte ils allaient se couvrir s’ils n’arrivaient pas à abattre cette poignée de braves (un légionnaire qui comprenait l’espagnol traduisait au fur et à mesure ses paroles). Les mexicains allaient donner l’assaut général par les brèches qu’ils avaient réussi à ouvrir, mais auparavant, le colonel Milan adressa encore une somation au sous-lieutenant Maudet ; celui-ci la repoussa avec mépris.

85725941_p

L’assaut final fut donné. Bientôt il ne resta autour de Maudet que cinq hommes : le caporal Maine, les légionnaires Catteau, Wensel, Constantin, Léonhard. Chacun gardait encore une cartouche ; ils avaient la baïonnette au canon et, réfugiés dans un coin de la cour, le dos au mur, ils faisaient face. A un signal, ils déchargèrent leurs fusils à bout portant sur l’ennemi et se précipitèrent sur lui à la baïonnette. Le sous-lieutenant Maudet et deux légionnaires tombèrent, frappés à mort. Maine et ses deux camarades allaient être massacrés quand un officier mexicain se précipita sur eux et les sauva. Il leur cria : « Rendez-vous ! » - « Nous nous rendrons si vous nous promettez de relever et de soigner nos blessés et si vous nous laissez nos armes ». Leurs baïonnettes restaient menaçantes.

« On ne refuse rien à des hommes comme vous ! » répondit l’officier.

85726741_p

Les soixante hommes du capitaine Danjou avaient tenu jusqu’au bout leur serment. Pendant 11 heures, ils avaient résisté à deux mille ennemis, en avaient tué trois-cents et blessé autant. Ils avaient, par leur sacrifice, en sauvant le convoi, rempli la mission qui leur avait été confiée.

Après l’héroïque sacrifice de la Légion étrangère à Camerone, l’armée française enleva Puebla, le 17 mai, et entra à Mexico le 7 juin 1863. Le mois suivant, une junte conservatrice vota l’établissement d’un empire mexicain et légua la couronne à Maximilien qui ne l’accepta qu’après avoir obtenu de Napoléon III l’assurance d’un soutien prolongé de l’armée française.

Dès la fin de la guerre de Sécession (avril 1865), les Etats-Unis, qui n’avaient pas reconnu Maximillien, se montrèrent résolus à imposer au Mexique le respect de la doctrine de Monroe, Président des E.U de 1817 à 1825, qui consistait à repousser toute intervention européenne dans les affaires de l’Amérique et de l’Amérique dans les affaires européennes.

85725971_p

Ne voulant pas courir le risque d’un conflit avec les Américains, dès le mois de janvier 1866, Napoléon III entama, au mépris des engagements qu’il avait pris à l’égard de Maximilien, un retrait progressif du corps expéditionnaire français affaibli par la fatigue, la fièvre jaune et les désertions.

Ce mouvement fut accéléré par l’aggravation des tensions en Europe, provoquée par l’affrontement entre la Prusse et l’Autriche. Les dernières troupes françaises quittèrent le Mexique en mars 1867.

L’armée impériale mexicaine, pourtant forte de près de 30 000 hommes ne put alors empêcher la victoire des troupes juaristes en quelques semaines. L’empereur Maximilien refusa d’abdiquer et se réfugia à Querétaro. Trahi par ses propres hommes, il fut capturé le 14 mai 1867 et exécuté le 19 juin. Juarez retrouva un poste de président qu’il garda jusqu’à sa mort en 1872.

L’échec de l’expédition du Mexique altéra gravement le prestige du second Empire. Cependant, Napoléon III décida que le nom de Camerone serait inscrit sur le drapeau du Régiment Etranger et que, de plus, les noms de DanjouVilain et Maudet seraient gravés en lettres d’or sur les murs des Invalides à Paris. En outre, un monument fut élevé en 1892 sur l’emplacement du combat. Il porte l’inscription :

Ils furent ici moins de soixante

Opposés à toute une armée,

Sa masse les écrasa.

La vie plutôt que le courage

Abandonna ces soldats français

Le 30 avril 1863.

A leur mémoire la Patrie éleva ce monument. 

Depuis, lorsque les troupes mexicaines passent devant le monument, elles présentent les armes.

Des combats comme celui de Camerone, la Légion étrangère en livra des centaines. Celui-là prit une valeur dramatique en raison de la disproportion des forces et de la fin tragique des défenseurs  qui choisirent de respecter jusqu’au bout le serment fait à leur chef de ne jamais se rendre et de résister jusqu’à la mort.

José CASATANO

***********************************************************

La Légion Étrangère a fêté à Nice ce samedi 14 avril 2018 le souvenir de ses légionnaires tombés au champ d'honneur à la bataille de CAMERON au MEXIQUE le 30 avril 1863.

1280px-Camerone

 

Histoire de la bataille de CAMERON au MEXIQUE

 

La bataille de Camerone est un combat qui opposa une compagnie de la Légion étrangère aux troupes mexicaines le 30 avril 1863 lors de l'expédition du Mexique . Soixante-deux soldats de la Légion, assiégés dans un bâtiment d'une hacienda du petit village de Camaron de Tejeda (« Camerone » en français), résistèrent plus d'une journée à l'assaut de 2 000 soldats mexicains et 1 000 cavaliers. À la fin de la journée, les six légionnaires encore en état de combattre, à court de munitions, se rendent à leurs adversaires à condition de garder leurs armes et de pouvoir secourir leurs camarades blessés.

Camerone est célébré chaque année comme un haut fait de la Légion étrangère, le 30 avril, dans toutes ses unités de Légion étrangère, dont la plus importante des cérémonies a lieu à AUBAGNE dans les Bouches-du-Rhône.

1280px-Camerone_2006

Programme de la journée à Nice de la Fête de CAMERON

09H30 - Messe du souvenir à l'Eglise du Port;

10H30 - Défilet jusqu'au Monument aux morts avec la musique (63 musiciens) de la Légion étrangère, les portes-drapeaux, les autorités civiles et militaires, les anciens des amicales de la Légion de Nice, Cannes, Le Luc et Aubagne;

11H00 - Les cérémonies au Monument aux morts en présence des autorités civiles et militaires;

11H45-12H00 - Aubade musicale pour le public par la musique de la Légion étrangère;

13H00 -  Nouvelle aubade musicale par la musique de la Légion étrangère pour les personnes présentes invitées au traditionnel repas donné en l'honneur de la fête de Cameron par la Légion étrangère au Park Phénix de Nice.

 

LE FILM SUR LA FÊTE DE CAMERONE DE LA LÉGION ÉTRANGÈRE A NICE 14 04 2018

 

images

maxresdefault (2)

743b202bcb786c9514fdd123f80ed753_large

1280x720-vmN

maxresdefault (1)

119547826

téléchargement (1)

114768626_o

110315855

 

LES VIDEO DE DIACONESCO.TV

 

Il était une fois la Légion étrangère à Nice pour la commémoration de Camerone

 

2 ème partie de il était une fois la légion étrangère à nice

 

 

IL ETAIT UNE FOIS LA LEGION ETRANGERE A NICE POUR CAMERONE 2018

La bataille de Camerone est un combat qui opposa une compagnie de la Légion étrangère aux troupes mexicaines le 30 avril 1863 lors de l'expédition du Mexique . Soixante-deux soldats de la Légion, assiégés dans un bâtiment d'une hacienda du petit village de Camaron de Tejeda (« Camerone » en français), résistèrent plus d'une journée à l'assaut de 2 000 soldats mexicains et 1 000 cavaliers. À la fin de la journée, les six légionnaires encore en état de combattre, à court de munitions, se rendent à leurs adversaires à condition de garder leurs armes et de pouvoir secourir leurs camarades blessés. Camerone est célébré chaque année comme un haut fait de la Légion étrangère, le 30 avril, dans toutes ses unités de Légion étrangère, dont la plus importante des cérémonies a lieu à AUBAGNE dans les Bouches-du-Rhône. 
C.COPYRIGHTS DIACONESCO.TV - 14.04.2018 - NICE

232 photos publiées

P1000721 P1000722 P1000725 P1000726 P1000727 P1000728 P1000729 P1000732 P1000733 P1000734 P1000735 P1000741 P1000742 P1000743 P1000744 P1000745 P1000747 P1000750 P1000751 P1000752 P1000753 P1000754 P1000755 P1000756 P1000757 P1000758 P1000759 P1000760 P1000764 P1000765 P1000768 P1000771 P1000778 P1000779 P1000801 P1000806 P1000807 P1000809 P1000810 P1000811 P1000815 P1000817 P1000818 P1000900 P1000905 P1000906 P1000909 P1000912 P1000913 P1000914 P1000917 P1000919 P1000921 P1000922 P1000924 P1000925 P1000927 P1000929 P1000936 P1000940 P1000943 P1000945 P1000946 P1000947 P1000960 P1000961 P1000968 P1000969 P1000970 P1000971 P1000972 P1000973 P1000974 P1000975 P1000976 P1000977 P1000991 P1000992 P1000996 P1000997 P1010006 P1010022 P1010024 P1010027 P1010030 P1010034 P1010035 P1010047 P1010047 P1010048 P1010048 P1010049 P1010049 P1010050 P1010050 P1010050 P1010052 P1010057 P1010059 P1010060 P1010061 P1010063 P1010064 P1010065 P1010066 P1010067 P1010069 P1010071 P1010072 P1010077 P1010081 P1010085 P1010098 P1010102 P1010103 P1010105 P1010108 P1010120 P1010128 P1010129 P1010130 P1010132 P1010134 P1010135 P1010144 P1010147 P1010148 P1010152 P1010155 P1010158 P1010160 P1010166 P1010167 P1010170 P1010171 P1010178 P1010180 P1010183 P1010184 P1010185 P1010188 P1010196 P1010198 P1010200 P1010205 P1010206 P1010225 P1010227 P1010228 P1010234 P1010238 P1010244 P1010257 P1010259 P1010264 P1010268 P1010269 P1010271 P1010274 P1010289 P1010292 P1010301 P1010337 P1010350 P1010353 P1010354 P1010355 P1010373 P1010381 P1010395 P1010412 P1010416 P1010418 P1010419 P1010424 P1010425 P1010428 P1010432 P1010435 P1010442 P1010457 P1010469 P1010471 P1010476 P1010482 P1010486 P1010494 P1010502 P1010503 P1010507 P1010515 P1010518 P1010540 P1010540 P1010551 P1010555 P1010562 P1010565 P1010586 P1010590 P1010595 P1010600 P1010608 P1010610 P1010614 P1010620 P1010629 P1010633 P1010636 P1010639 P1010654 P1010657 P1010663 P1010664 P1010665 P1010669 P1010674 P1010677 P1010704 P1010707 P1010709 P1010713 P1010720 P1010724 P1010726 P1000963 P1000964 P1000967 P1010192 P1010163 P1010164 P1010641

232 PHOTOS PUBLIEES PAR AGENCY PRESS INTERNATIONAL DIACONESCO.TV - 14.04.2018 - NICE

 

VOIR SUR DIACONESCO.TV : 


Commentaires sur LA FÊTE DU SOUVENIR DE LA BATAILLE DE CAMERON AVEC LA LÉGION ÉTRANGÈRE A EU LIEU LE 14.04.2018 A NICE ET LE 30.04.218 A AUBAGNE

    Merci pour le souvenir de la bataille de CAMERON avec la Légion Etrangère.
    Ce défilé, je ne pourrai malheureusement pas y assister. Seul, le souvenir de mes jeunes années me revient en mémoire lorsque
    j'assistais chaque 30 avril à chaque défilé de La Légion Etrangère à Sidi Bel Abbès. Merveilleuse Légion Etrangère, si chère en nos coeurs.

    Posté par Lucie, 10 avril 2018 à 16:00 | | Répondre
Nouveau commentaire