Macron tu es foutu le Peuple des  gaulois récalcitrants, des sans dents, des riens, des feignants, des bons à rien sont dans la rue car ils en ont mare d'êtres à la rue et d'êtres mangés tout cru !

1-6

 

GILETS JAUNES : LES LEÇONS

 

DU 17 NOVEMBRE

 


par L’Imprécateur

 

Le Mouvement du 17 Novembre et ses « Gilets Jaunes » ont été l’expression nationale du ras-le-bol fiscal que ressentent tous les Français quels que soient leurs choix politiques. Il déroute le pouvoir parce qu’il montre l’absence de vraies réformes, l’échec de l’ENA et l’échec de la classe politique et des syndicats qui sont restés complètement largués.

Ce mouvement de révolte est parfaitement légitimé par le fait que nous sommes dans l’un des rares pays au monde qui soit complètement et uniquement géré dans l’archaïque idéologie économique keynésienne et politique socialiste. Les énarques qui nous gouvernent depuis près d’un demi siècle ne savent résoudre les problèmes de la société et de l’Etat que par l’impôt. Ce qui fait de nous les champions du monde de la pression fiscale !

L’ENA remise en cause, faible niveau des élèves et de l’école

L’ENA est sérieusement remise en cause, au sein même de l’établissement. Le président du jury, Paul Faugère et les examinateurs dénoncent la moyenne des notes : 9,46 / 20 en droit public, 9,06 en économie, 8,64 en finances publiques. « La majorité des devoirs présentent souvent des lacunes importantes de forme et de fond … les copies manquent pour la plupart de rigueur… le niveau général de connaissance et d’analyse est très insuffisant« .  Plus grave, le niveau de la formation est remis en cause. Dans son ouvrage La Ferme des Enarques, Adeline Baldacchino, magistrat à la Cour des comptes, dénonce « une formation dépassée, déconnectée des réalités de l’économie et de la société« .

Et il y a des centaines d’énarques à l’Elysée, au gouvernement, dans les ministères. Le proverbe à la mode : « Quand on ne sait pas faire, on enseigne, quand on ne sait ni faire ni enseigner, on entre en politique. » C’est la raison probable pour laquelle tant d’énarques veulent à tout prix entrer en politique. L’image de l’ENA est très dégradée par les énarques eux-mêmes qui étalent leur incompétence dans leurs discours et leurs actes.

Même chose avec Sciences Po. Le classement de Shangaï n’étant pas favorable aux établissements français, on lui préfère le QS (Quacquarelli Symonds) World University. Normale Sup y est 33ème, (69ème chez Shangaï), Polytechnique 53ème, Centrale 164ème, Sciences Po 220ème !

En finir avec l’économie keynésienne et socialiste

Il faut arrêter dans cette voie socialo-keynésienne, totalement dépassée, il y a des décennies d’exemples de pays qui, persévérant dans cette voie, finissent dans la misère. Comme le Zimbabwe ex-Suisse de l’Afrique, le Venezuela ex-pays-le-plus-riche d’Amérique du Sud où la monnaie, le bolivar ne vaut plus rien et où, de toutes façons, il n’y a plus rien à acheter.  


Certains, en France, accusent le libéralisme d’être la cause de nos malheurs. On rejette ainsi la faute de l’échec sur le meilleur des remèdes ! Beaucoup plus nombreux sont ceux qui, s’étant rendu compte de l’impasse dans laquelle ils étaient engagés, ont radicalement changé leur modèle de gestion économique alors même qu’ils étaient dirigés par des communistes ou des socialistes. Ils ont compris que, pour ne pas finir un jour lynchés par le peuple, il était prudent d’abandonner rapidement les principes de l’économie redistributrice socialiste et d’adopter un libéralisme bien géré pour en éviter les excès (c’est le cas de la Chine, du Vietnam, de Cuba, de la Suède, du Danemark, de la Russie, du Rwanda et du Sénégal).

La France est toujours sur la mauvaise pente

La France est sur la pente savonneuse, comme l’a constaté le Ministre de l’Intérieur récemment démissionnaire, Gérard Collomb, dénonçant un risque grandissant de guerre civile. Il est dû à ce que des régions entières sont rongées par le narcotrafic, l’islamisme, la corruption, l’insécurité, les mafias. Et que l’Etat n’ose même plus y intervenir pour redresser énergiquement la situation. Comme en Seine Saint Denis, le tristement fameux 9-3, qui conjugue l’un des taux de pauvreté les plus élevés de France, et en même temps le département où se vend le plus de Ferrari, Porsche, Aston-Martin…, et dont les propriétaires ne sont pas de riches industriels, mais des chefs de bandes.

Analyser le classement annuel de la corruption dans les 180 pays du monde établi par Transparency International est aussi très instructif. Dans les dix pays les moins corrompus en 2017, on trouve huit pays du Nord de l’Europe et deux de l’hémisphère Sud (la Nouvelle-Zélande et Singapour) – tous des pays riches où le niveau de vie est parfois plus du double de celui de la France, comme le Luxembourg ou la Suisse. En bas du classement, des pays très islamisés comme la Somalie ou le Soudan, en guerre comme le Yémen ou la Syrie et socialistes comme l’Angola, (alors que la Namibie voisine est relativement riche) et le Venezuela. La France est au 23ème rang, l’un des plus mauvais d’Europe, en raison d’un taux de corruption élevé dans l’Etat et l’administration. On le constate même à l’Elysée, où le chef de l’Etat « couvre » des membres douteux de son cabinet en délicatesse avec la Justice.

Partis et syndicats n’ont pas compris les Gilets Jaunes

Le mouvement de révolte des Gilets Jaunes du 17 novembre est mal compris des partis politiques et des syndicats qui vivent en grande partie du système. Ils ont hésité d’autant plus à prendre le train en marche pour tenter de le récupérer qu’ils se sont fait griller la politesse par les deux partis de droite de Marine le Pen et Dupont-Aignan. Ce sont les « gens de rien » comme dit Macron, les « déplorables », comme dit Hilary Clinton,  qui ont lancé le mouvement en se servant des réseaux sociaux, ce qui déroute complètement et inquiète les autorités.

Elles n’ont pas trouvé de chefs avec lesquels négocier, ni d’organisateurs avec lesquels discuter des axes routiers, des ronds-points ou des sites administratifs qu’il était permis ou interdit de bloquer, ni où, ni pendant combien de temps. Ce sont les Gilets Jaunes eux-mêmes qui sont allé déclarer dans les préfectures quels lieux ils souhaitaient bloquer.


Le gouvernement se méfie de ces mouvements spontanés qui peuvent se transformer en boule de neige et déborder un service d’ordre qui aura été éparpillé un peu partout faute de savoir où se concentrer. Il avait estimé 1 500 points de blocage, il y en eut 2 200 officiellement décomptés. Phénomène aggravant, la base des policiers et des gendarmes semble largement acquise au mouvement de révolte fiscale parce qu’elle en souffre autant que les simples citoyens. Eux aussi doivent rejoindre leur lieu de travail en voiture, d’autant que voyager seuls dans les transports publics peut être dangereux pour eux et qu’ils ont souvent, faute de moyens financiers, des petites voitures anciennes.

L’Etat a commis une erreur de timing colossale…

L’Etat réalise-t-il qu’il a commis une erreur de timing colossale avec l’augmentation des taxes sur les produits pétroliers à l’entrée de l’hiver ? Coïncidant avec une augmentation du prix des produits pétroliers décidée par l’OPEP, et à quelques mois d’une élection européenne qui risque d’être catastrophique  pour les élus de la majorité et de la gauche.

Augmenter à l’entrée de l’hiver, c’est taxer immédiatement tous ceux qui se chauffent au gaz ou au fuel, auxquels le remplissage de la cuve coûte en moyenne 2 000 € et le voient passer à 2 600 €. Les consommateurs de carburants pour leurs véhicules vont voir leur facture annuelle gonfler, en supposant qu’ils  parcourent 20 000 km/an, d’environ 55 €/mois en 2018 ; et si l’Etat augmente encore les carburants de 10 % en 2019 de 60 €/mois, soit 700 à 750 € pour l’année, auxquels vont s’ajouter l’augmentation des tarifs des péages et celle des contrôles techniques.

Augmenter les prélèvements alors que prix de base des carburants a été multiplié presque par deux par l’OPEP, c’est pour l’Etat gagner sur les deux tableaux puisque les taxes qu’il perçoit déjà (TCIP et TVA) qui vient se greffer dessus (c’est la double peine !) ont elle aussi augmenté d’autant. C’est l’astuce très rentable de la taxation en pourcentage.

…Doublée d’une erreur de méthode

Seconde erreur, qui aggrave la réputation d’incompétence des énarques : inventer des usines à gaz à partir de « chèques » ou de « bons » dont les sommes ridicules ne sont pas significatives et qui, moyennant des paperasses supplémentaires ou l’appel au financement par les entreprises (prime au trajet travail), sont mal comprises et perçues comme injustes par les citoyens. Elles entraînent de plus des embauches de fonctionnaires, aggravant ainsi le déficit structurel de l’Etat. Ce n’est pas le moment quand l’Administration est obligée d’emprunter depuis le 15 novembre pour payer ses fonctionnaires.

Le matraquage fiscal, le mépris du peuple ostensiblement montré par la présidence et La REM, l’absence de résultats toujours reportés à Pâques ou à la Trinité, font qu’il y a une perte totale de confiance des trois quarts des Français. Le moyen d’y remédier ne réside pas dans de nouveaux bricolages, mais dans des actes qui montreront que tous les Français sans exception contribuent au redressement du pays : sortir trois millions de fonctionnaires du statut de la fonction publique, ce qui ne veut pas dire les licencier, mais les déplacer dans le régime général avec des CDI ou des CDD.
Cuba, qui est bien plus petite que la France, l’a fait pour un peu plus de 500 000 fonctionnaires en 2011, en six mois et avec succès. Ceux qui ont préféré rejoindre le secteur privé y ont été encouragés par des primes à l’installation ou des formations professionnelles prises en charge par l’Etat. Cuba va maintenant beaucoup mieux.
La Suisse, la Suède ont environ 400 fonctionnaires des finances, tous les autres sont des contractuels et ces deux pays sont très bien gérés.
Bercy en a approximativement 115 000 et ça cafouille dur.
Les urgences ? Décider la fin des privilèges fiscaux pour les élus, les fonctionnaires, les journalistes. Procéder à la refonte complète des statuts de la fonction publique et des syndicats qui datent de plus de 70 ans. Sonner la fin des dépenses somptuaires comme ces déplacements qui coûtent des centaines de milliers d’euros pour aller dire « que d’eau, que d’eau » devant une inondation et retour à Paris après avoir serré quelques mains, etc.

Du pain sur la planche !

L’Imprécateur
18 novembre 2018

 

LES VIDEOS SUR LES GILETS JAUNES

44:14

Paris : la colère des gilets jaunes

Where the Claim is
45 k vues
Nouveau
1:31

"Je resterai jusqu'au bout", témoigne ce gilet jaune sur un barrage filtrant près de Rennes

BFMTV
9,8 k vues
2:20

« Gilets jaunes » : manifestation de la nouvelle fronde populaire anti-Macron

Radio-Canada Info
5,8 k vues
Nouveau
2:38

La police avec les gilets jaunes [tentative forçage barrage]

Cyril Dft
36 k vues
Nouveau
2:19

Blocage des «gilets jaunes» : les moments forts de la journée

M1 B2
1,1 k vues
Nouveau
6:53

17 novembre les Gilets jaunes font le buzz de partout contre .....

ZAP VIDEOS
64 k vues
Nouveau

ACTUELLEMENT EN DIRECT
1:08

La mobilisation des gilets jaunes sur l’autoroute A1 près de Lille

BFMTV
4,6 k vues
Nouveau
1:12

"Macron, t"es foutu !" : les Gilets jaunes se massent devant le palais de l’Elysée, sous tension

Le Parisien
45 k vues
Nouveau
5:54

Gilets jaunes : bloquage et incidents Place de l'Étoile (17 novembre 2018, Paris) [4K]

CLPRESS
5,7 k vues
Nouveau
1:37:41

Paris : face-à-face tendu entre des centaines de Gilets jaunes et la police

RT France
70 k vues
Nouveau
1:17:05

Gilets Jaunes à Paris : Manifestation sous haute tension.

TV Patriotes
5,5 k vues
Nouveau
16:51

Emeute Gilets Jaunes - Paris Bloquage Rue De Rivoli - 17/11/18

B’KENS
7,1 k vues
Nouveau
30:50

Gilets jaunes : incidents et tensions sur les Champs-Élysées (17 novembre 2018, Paris) [4K]

CLPRESS
21 k vues
Nouveau
1:31:19

La colère des Gilets jaunes jusqu'aux portes de l'Élysée / Paris - France 17 novembre 2018

Line Press
1,6 k vues
Nouveau
7:25

Mobilisation des «gilets jaunes» : «Incontestablement, c’est un succès»

RT France
17 k vues
Nouveau
6:39

Dijon : Face à face tendu entre policiers et Gilets Jaunes devant la préfecture

Infos Dijon
27 k vues
Nouveau
1:19

Un Gilet jaune passe les barrages et arrive à 5 m de l'enceinte de L'Élysée - 17 novembre 2018

Hors-Zone Press
7,8 k vues
Nouveau
8:00

PARIS 17/11/2018 : MOBILISATION DES "GILETS JAUNES" DANS LA CAPITALE

TARANIS NEWS
83 k vues
Nouveau
13:29

Gilets jaunes : opération de bloquage sur le périphérique (17 novembre 2018, Paris) [4K]

CLPRESS
20 k vues
 
25:55

Mobilisation du 17 novembre: "Emmanuel Macron, démission!" ?

Française Politique
15 k vues
Nouveau
1:18

manifestation Gilets Jaunes dans le centre ville de La Rochelle

Sud Ouest
6,4 k vues
Nouveau
4:19

[Zap Actu] Mouvement des gilets jaunes : Blocages, réactions politiques (18/11/18)

Zap Télé Officiel
54 k vues
Nouveau
14:21

Mobilisation des "gilets jaunes" : "c'est un message d'alerte extrêmement profond", François Baroin

Française Politique
5,2 k vues
Nouveau
2:29

Gilets jaunes : la tension monte place de la Concorde

BFMTV
11 k vues
Nouveau
20:12

L'avenir du mouvement des "gilets jaunes" est posé

Française Politique
14 k vues
Nouveau
6:27

Gilets jaunes en Haute-Loire (17 novembre 2018)

La Commère 43
29 k vues
Nouveau
NOTA : Pour visionner la vidéo en entier clicquer sur chaque photo

********************************************

 

Les photos des manifs des Gilets jaunes dans toute la FRANCE au nombre de près de 1.000.000 de personnes ( chiffres minorés à 287 710  manifestants seulement par le Ministère de l'Intérieure ) sur plus de 2.034 points de manifestations pacifiques dans tout l'héxagone, 1 mort, plus de 409 blessés dont certains gravement atteints, plus de 282 arrestations voir plus ...  du jamais vu dans ce pays depuis la Révolution de Mai 68 ... à suivre ... car le mouvement dans les jours qui viennent devrait se ducir, le Gouverment de MACRON faisant la sourde oreille aux revendications légitimes du bon Peuple de FRANCE car sa colère gronde et attention à son réveil ... 

DsM5mgcXgAA4H4c

DsEsjsWWoAc4pz0

DsHHbE5XoAAfmwh

DsDjnq4X0AAhznO

DsHTA7pX4AAv08T

DsHUWWSXcAAwj2E

DsL8Wd8WsAAK-oq

DsL97lvWwAUNCe8

DsM1Cz9XcAAMFnB

DsM4_OHWoAAJ52U

DsM4_OHXoAEksBg

DsM51WAXgAEjyzl

DsM51WBWoAEtAf4

DsM98WtWsAAnzid

DsMaccRWkAAe1-R

DsMdy9GXcAAImHb

DsMkziAW0AAtUhU

DsMpHo1U4AA0YGV

DsMrxFGX4AAaf1G

DsMvblmXcAAGBIc

DsMvxT3XgAIdLwM

DsNbGssXQAIrRF7

DsNBJQTXcAAHLjG

DsNDujSWwAAipt_

DsNEihdXoAAgpjc

DsNHd9oWsAAzAnX

DsNNMecXoAAgqRS

DsNONyGXoAEk7fH

DsNOQ0FXQAAuyiy

DsNOQ1dW0AAZl0u

DsNQJwDW0AYpewd

DsNQTTyXgAIIzLu

DsNRGPUU4AEZvBq

DsNRIKXWwAAbdj-

DsNS6whXcAAU1zN

DsNTiN5WoAAEBrA

DsNYf4_XQAAU-ZC

DsNYfB9WkAU7rFA

DsNZ4zBWoAIpSCU

ftv4874-00_00_06_19-3938214

hCaliZT2

images

khQiquVj

WJ-MyiqH

DsPSpSQXcAAUvXO

Capture-36

 ********************************************

Syndicat France Police – Policiers en colère

France Police – Policiers en colère dénombre plus d’un million de manifestants à seize heures partout en France malgré les chiffres très minorés du ministère de l’Intérieur

Il y a 18 heures

gilets jaunes palais élysée

Explications pour les nuls :

+ de 2000 points de rassemblements regroupant en moyenne 250 gilets jaunes (à minima).

Sachant qu’en moyenne un gilet jaune reste 4 heures au maximum sur un point de contestation avant d’être remplacé par un autre gilet jaune, prenant à son tour « son service » pour le relayer, chaque point aura regroupé en moyenne, un minimum de 500 citoyens.

Le calcul est rapide. 500 manifestants X 2000 points = 1.000.000 (1 million) de manifestants et non 244.000 comme l’annonce la République en Marche via son porte-parole Christophe Castaner..

Décidément, le ministère de l’Intérieur a des problèmes avec les chiffres et autres statistiques lorsqu’il s’agit de dire la vérité aux Français..

Notre syndicat affinera les chiffres de la participation aux alentours de 21h en fonction des remontées du terrain.

A noter que les nombreux blessés et la gilet jaune tuée, sont victimes de la racaille routière, qui fonce sans état d’âme, sur les manifestants pour forcer le passage.

L’intention criminelle devra être retenue à l’encontre de ces voyous de la route par les tribunaux.

Catégories : Non classé

Syndicat France Police – Policiers en colère

************************************************************************

 

17 novembre : l’échec de Castaner et donc de son maître

Capture-39

Beauvau était son rêve. Gérard Collomb ne rêvait que d’une chose : en partir. Revêtir le costume de ministre de l’Intérieur scelle une carrière. Vous donne une aura, celle de « premier flic de France » qui vous permettra de nourrir les plus hautes ambitions, comme Nicolas Sarkozy. Cela peut aussi associer définitivement le nom d’un ministre à une mauvaise gestion d’un événement. Le 17 novembre restera dans l’histoire de la présidence Macron comme l’échec de Christophe Castaner comme ministre de l’Intérieur.

Il a péché à trois niveaux.

D’abord dans l’anticipation. Tout en montrant ses muscles, il aurait été mieux inspiré de demander aussi aux automobilistes de différer leurs sorties et de faire preuve de la plus grande prudence aux abords des blocages puisque tous n’étaient pas déclarés et identifiables dès le samedi matin. Avec l’ensemble du gouvernement, il aurait également pu se dispenser de jeter sur ce mouvement un opprobre injustifié qui a pu, dans l’esprit de certains, exciter une crainte ou une animosité qui n’avaient pas lieu d’être. Les accidents sont quasi exclusivement venus d’automobilistes qui voulaient forcer les barrages.

Ensuite, dans sa communication après le tragique accident de l’Isère, il n’a pas, non plus, été à la hauteur : en instrumentalisant le drame, tout comme le préfet de l’Isère, pour tenter de discréditer ou de contenir un mouvement d’ampleur, qu’il ne pouvait plus arrêter. Puis en minimisant les chiffres le matin, ce qui a eu pour effet de pousser davantage de monde dans les rassemblements l’après-midi. Or, le mouvement s’est, dans l’ensemble, caractérisé par une grande maîtrise et une grande sérénité, ce qui, vu l’ampleur et le mode de cette mobilisation mouvante fondée sur des déplacements motorisés, est un exploit. À noter, du reste, que cela a été souligné par le journaliste, spécialiste des questions de police sur BFM TV.

Enfin, en minimisant le nombre de rassemblements et de manifestants, il persiste dans son aveuglement et son mépris. Or, le mouvement est bien plus puissant : il suffisait de voir la sympathie des forces de l’ordre – gendarmes en province, CRS qui ont ouvert les barrières aux manifestants sur les Champs-Élysées – et de nombreux Français non engagés cette fois mais dont le gilet jaune sur le tableau de bord adressait un clin d’œil de soutien pour s’en convaincre.

Christophe Castaner a très mal géré ce 17 novembre, qu’il n’aurait jamais dû laisser advenir par la politique qu’il soutient depuis dix-huit mois.

En effet, plus fondamentalement, Christophe Castaner, pilier socialiste du macronisme depuis le début, a péché parce qu’il n’a pas vu monter la révolte, pas mesuré à quel point serait violente, pour le pouvoir, la conjonction des mesures fiscales infligées aux classes modestes et moyennes et les largesses octroyées à certaines catégories. En cet automne 2018, le macronisme est nu : il combinait le pire de la droite (les avantages pour les plus fortunés, taxes sur la consommation) et le pire de la gauche (impôts et délires sociétaux : PMA, immigration, etc.). Et Emmanuel Macron, par son parcours et ses graves erreurs de communication personnelle de ces derniers mois, incarne – presque de façon caricaturale – ce « en même temps » redoutable dont il peinera à se remettre.

Il y a deux jours, Emmanuel Macron reconnaissait son échec à réconcilier le peuple et ses dirigeants. Le peuple a confirmé. Il y a trois mois, il lançait un arrogant « Qu’ils viennent me chercher ! » Samedi, sur les Champs-Élysées et jusque sous ses fenêtres, mais ici aussi, dans le Sud-Ouest, la phrase flottait dans l’air et dans les têtes.

************************************************************************

 

 

Gilets jaunes : une triple victoire qui renverse la table et fera date

DsKO6wbXQAE8OAs

 

 

 

 

D’ores et déjà, et quelle que soit la suite du mouvement, ce qu’il obtiendra ou pas, et l’amertume qu’il laissera, le mouvement des gilets jaunes a gagné. Ou, plutôt, il a fait gagner le peuple. Pas celui des syndicats. Pas celui de la gauche. Pas celui des banlieues. Le peuple qu’ils n’aiment pas, celui qui vote mal – c’est-à-dire pas pour Macron et les partis qui l’ont enfanté : celui de la province, de la voiture, des budgets serrés, du travail, de l’exaspération devant les délires de la France d’en haut. Le peuple de la France périphérique.

 

On pourra faire remarquer que le mouvement est sans lendemain, sans « débouché politique », mais sa victoire est ailleurs : le peuple a gagné face à lui-même, face à l’image que « l’autre peuple », celui des villes, des milieux aisés et intellectuels a de lui et lui renvoie.

Merci à Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement qui, pour une fois, a dit la vérité, la vérité de ce que ce peuple d’en haut pense de l’autre, avec sa sortie sur le peuple des « clopes et du diesel ». Le mépris exprimé sans filtre.

 

Les gilets jaunes ont remporté une triple victoire.

 

D’abord, ils se sont exprimés avec ce qu’ils sont et d’où ils sont. Rien de plus fort et de plus symbolique que cet objet – le gilet jaune – et ces lieux : ronds-points, péages qui disent leur quotidien. Booba et le peuple d’en haut fréquentent les aérogares ; la France périphérique a montré son univers quotidien, dans ce qui synthétise le mieux ses difficultés : éloignement, trajets, travail, coûts (essence, péages, normes, impôts locaux, logement des enfants étudiants, etc.).

 

Ensuite, face à un pouvoir né de la maîtrise de la communication et des réseaux, le mouvement a montré qu’il pouvait se battre au même niveau. Pas de grande manifestation parisienne. Ils ont inventé le « circuit court » de la communication et de la manifestation, réseaux sociaux aidant. Face à l’irruption de cette géographie d’en bas, Emmanuel Macron a eu tort d’opposer des symboles inappropriés qui n’ont fait qu’accroître le décalage : la polémique Pétain, l’instrumentalisation du 11 Novembre et, enfin, le porte-avions Charles-de-Gaulle. Grosse erreur de com’. Dans ce conflit, l’ancien monde, c’était Macron.

 

Enfin, ce mouvement, qui est encore taxé de « beaufitude » par les petits Griveaux de service, a gagné la bataille intellectuelle face à tous les experts, les donneurs de leçons fiscales et écologiques. Il a mis sur la table les questions que ces gens-là, grands culpabilisateurs devant la planète, se gardaient bien de poser, les mensonges et les injustices du catéchisme fiscalo-écolo-bobo : et le coût écologique des avions ? Des voitures électriques ? Et la question fiscale ?

 

Pour ces trois raisons, ce mouvement des gilets jaunes est une révolution, un renversement de perspective. Et il fera date car il a permis au peuple de prendre conscience de sa force d’action – et de blocage – et de réflexion. Il a aussi montré la faiblesse des grandes « valeurs » du pouvoir en place : l’écologie aujourd’hui. L’immigration demain ?

 

 

SOURCE : Boulevard VOLTAIRE

http://www.bvoltaire.fr/17-novembre-lechec-de-castaner-et-donc-de-son-maitre/

3-singes

UN GOUVERNEMENT MACRON SOURD, AVEUGLE ET MUET AUX JUSTES REVENDICATIONS DU PEUPLE DE FRANCE