QUELQUES MORCEAUX CHOISIS DU SYNDICAT FRANCE POLICE - POLICIERS EN COLERE 

 

Estimation de la participation à l’acte 6 des Gilets jaunes à 19h00 : au moins 300.000 manifestants dans tout l’hexagone selon l’estimation du syndicat France Police – Policiers en colère

 

 

france gilets jaunes policiers en colère

Parmi une ultra-majorité de manifestants pacifiques, des centaines de casseurs infiltrés rendent les opérations de maintien de l’ordre très complexes à cette heure.

A plusieurs reprises, des casseurs s’en sont gravement pris à nos collègues, les obligeant à sortir leurs armes de service de l’étui pour se défendre. Encore une fois, les collègues auraient pu faire usage du feu en état de légitime défense. Ils ont fait le choix de mettre en danger leur vie pour protéger celles de casseurs..

L’arrestation d’Eric Drouet, rue Vignon à Paris, a été manifestement programmée et ordonnée par l’autorité administrative ou judiciaire.

Nos collègues n’ont pas interpellé d’initiative ce leader des Gilets jaunes.
A ce stade, il n’y a pas, pour notre organisation syndicale, de lien entre les casseurs et l’arrestation d’Eric Drouet.

Vous êtes nombreux à nous contacter pour avoir des explications sur cette arrestation. En l’état, notre organisation syndicale n’a pas élément juridique pour expliquer cette interpellation. Inutile de nous appeler.

* Notre syndicat de police n’a aucun lien avec Eric Drouet.

* Les images intégrées à cet article sont des images d’illustration qui ne reflètent pas notre comptage.

* Notre syndicat ne fait pas circuler de fake news contrairement à ce que certains médias malhonnêtes véhiculent. Nous sommes la 5ème force syndicale du ministère de l’Intérieur et produisons un travail sincère et honnête pour informer nos collègues et l’opinion publique sur les problématiques policières.

Rue Vignon à Paris, la rue de la honte et de la fin de l’Etat de droit

 

rue vignon

Depuis maintenant plus de cinq heures, des centaines de manifestants sont encadrés par nos collègues sur ordre de l’autorité préfectorale, privés de leur liberté d’aller et venir dans un micro-périmètre.

France Police – Policiers en colère dénonce un placement en garde à vue déguisé et illégal de ces personnes porteuses de gilets jaunes.

Notre organisation syndicale demande au Procureur de la République de préciser le statut de ces personnes.

Soit elles sont placées en garde à vue avec les droits y afférents pour participation à une manifestation non déclarée, depuis le moment où elles ont été privées de leur liberté d’aller et venir, soit elles doivent être libérées sur le champ.

Les conditions de parcage de ces manifestants sont contraires à toutes les règles de droit et contraire à la dignité humaine.

L’autorité judiciaire doit passer au-dessus de l’autorité administrative pour faire respecter les libertés publiques.

Notre pays est une démocratie, pas un Etat totalitaire.

Trahison ! En quelques heures de négociations secrètes place Beauvau, la bande des cinq liquide les intérêts des policiers nationaux en catimini sur l’autel de la République en Marche !

 

Castaner, Nunez, Lefebvre, Delage et Capon.. Ces cinq noms resteront longtemps gravés dans la mémoire collective des policiers..

Collègues ! Découpez vos cartes syndicales et renvoyez-les aux fossoyeurs de notre profession !

100 euros de + par mois pour.. :

Que tu fermes ta gueule.. Que tu te flingues discrètement sans salir la moquette.. Que tu te fasses immoler en silence à coups de cocktails Molotov.. Que tu te fasses écraser par ta hiérarchie, les médias, les politiciens et la justice.. Que tu ailles réprimer les gilets jaunes pacifiques à coups de LBD et de grenades de désencerclement..

100 euros de + pour renoncer à tout.. Même à ton honneur et à ta dignité.. 100 balles pour maintenir un semblant d’écart entre nos salaires et ceux des smicards qui augmentent également d’une centaine d’euros alors que notre point d’indice est gelé..

France Police – Policiers en colère dénonce la signature scandaleuse de ce protocole d’accords après un simulacre de négociations, bâclé en quelques heures.

Plusieurs recours ont été lancés pour faire annuler les élections professionnelles.

Espérons que cette parodie de démocratie sociale soit sanctionnée par la justice administrative de notre pays.

Notre organisation syndicale va poursuivre le dialogue avec toutes celles et ceux qui refusent cette oukase et réfléchir à la bonne stratégie à adopter après ce coup de poignard dans le dos.

France Police – Policiers en colère lance un grand référendum d’initiative policière !

castaner nunez syndicat police

Collègues ! Les syndicats majoritaires négocient dans votre dos avec les Castaner et Nunez dans le plus grand secret à Beauvau ! Ils vont encore une fois se coucher pour des miettes !

Collègues ! Indiquez en commentaires vos revendications ! Nos amis gilets jaunes peuvent également participer sur la thématique des rapports entre police et population..

En notre qualité de 5ème puissance syndicale du ministère de l’Intérieur et de 1ère force d’opposition de la police nationale, nous irons déposer ces revendications sur le bureau du ministre !

Partagez massivement ce post ! Les collègues des syndicats majoritaires peuvent aussi proposer.. Ce n’est pas interdit !

L’appel à l’intersyndicale lancé par le syndicat Unité SGP Police FO est-il une vaste fumisterie ?

service minimum

Malgré nos différences, France Police – Policiers en colère a immédiatement répondu favorablement à cet appel à l’union dans le seul but de défendre les intérêts des policiers.

Or, ce syndicat n’a pas jugé utile de donner suite à notre réponse positive.

Préférant négocier dans la plus grande opacité avec le duo Castaner / Nunez dans les alcôves de la place Beauvau, les trois syndicats 100% maison (Unité, Alliance, Unsa) vont à l’évidence se coucher devant l’exécutif et ramasser des miettes pour les collègues.

Alors que le contexte actuel nous permet d’obtenir à peu près tout ce que l’on désire, les syndicats majoritaires vont-ils à nouveau trahir les collègues de base pour garder la mainmise sur l’avancement et les mutations ?

Le paiement des heures supplémentaires n’est pas un cadeau mais un dû tout comme le dégel du point d’indice avec rattrapage..

Alors que Brigitte Macron coûte aux contribuables français quelques 280.000 euros par an selon la Cour des comptes, Christophe Castaner propose une prime de 300 euros aux policiers pour les remercier d’avoir écrasé le mouvement des gilets jaunes

 

Une prime de 300 euros.. Cela en dit long sur le mépris des politiciens à l’égard des policiers..

Après avoir enfumé les gilets jaunes, la Macronie tente de rouler les policiers dans la farine..

France Police – Policiers en colère appelle l’ensemble des personnels du ministère de l’Intérieur à maintenir une pression maximale sur l’exécutif. Il est hors de question de se contenter de quelques miettes..

En plus d’avancées sociales réelles et d’une augmentation des salaires, notre syndicat exige des réformes sociétales urgentes :

– Modification de la légitime défense pour les policiers.

– Ultra-simplification de la procédure pénale et retrait des droits exorbitants accordés aux mis en cause.

– Remplacement du système de confusion de peines par un cumul de peines (la racaille en prison !).

– Référendum d’initiative policière pour toutes les questions touchant à notre profession.

– Véritable réforme des corps et carrières avec la suppression des concours externes pour le recrutement des officiers et des commissaires (recrutement interne).

On ne lâche rien !

Le syndicat France Police – Policiers en colère dépose plainte contre la société Vinci Autoroute pour collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite, faits prévus et réprimés par l’article 226-18 et 226-24 du code pénal

MOL181124A-

Durant plusieurs semaines, des millions d’automobilistes ont circulé sur le réseau autoroutier français sans s’acquitter du péage, les barrières étant levées.

Le seul moyen d’envoyer la facture à ces automobilistes de bonne foi, c’est d’accéder aux données contenues dans le système d’immatriculation des véhicules (SIV).

Or, la collecte des données de ce fichier apparait déloyale dans la mesure où Vinci n’a pas prévenu les automobilistes qu’ils seraient poursuivis pécuniairement ultérieurement alors que l’accès au réseau était libre.

De plus, la fuite de millions de données contenues dans le SIV, dont le caractère est hautement privé et personnel, vers une entreprise privée dont les personnels ne sont pas assermentés, pose un grave problème en matière de protection des données et de la vie privée.

L’exploitation des images de vidéoprotection du réseau autoroutier à des fins purement commerciales est tout autant attentatoire à la vie privée et aux libertés.

C’est pourquoi, en plus d’une plainte auprès du Procureur de la République contre Vinci, France Police – Policiers en colère va saisir la CNIL sur ce dossier.

En outre, notre syndicat de police met en garde l’Etat, gestionnaire du SIV, sur les conséquences juridiques liées à la communication du contenu de ce fichier SIV à Vinci alors même que l’incertitude juridique dans ce dossier est manifeste.

 

5bfb9618488c7b800b8b4568