CE GOUVERNEMENT LREM DE MENTEURS ET DE MANIPULATEURS IL FAUT QU'IL ARRÊTE DE PRENDRE LES FRANÇAIS POUR DES CRUCHES AUJOURD'HUI LA MOBILISATION DES GJ A ÉTÉ AUSSI FORTE SI CE N'EST PLUS QUE CELLE DE SAMEDI DERNIER POUR L'ACTE XIV ENTRE 250 000 ET 300 000 GJ DANS LES RUES ...

acte-14-gilets-jaunes-estimation-de-la-participation-manifestation-16-fc3a9vrier-2019

 

 

Estimation de la participation à l’acte 14 des Gilets jaunes à 15h30 : 230.000 manifestants à travers toute la France d’après le décompte du syndicat France Police – Policiers en colère

 

15h30 - A cette heure, notre syndicat enregistre une nette baisse des violences par rapport à la semaine dernière.

Toutefois, il faut rester très prudent à cette heure sachant que la baisse de la luminosité se fera de manière un peu plus tardive aujourd’hui.

Cette baisse de la violence est à mettre en relation avec un dispositif de maintien de l’ordre moins offensif avec une nette diminution de l’engagement des moyens de force intermédiaire (LBD, GLI-F4, autres moyens lacrymogène..) contre les manifestants.

La condamnation de la France par l’ONU et l’Europe en matière de répression des Gilets jaunes a semble-t-il conduit à une modification de la doctrine du maintien de l’ordre pour cet acte 14...

 ******************************************* 

Dimanche dernier, Christophe Castaner a dénoncé des anomalies et des dérapages policiers et promis des sanctions.. Petit problème pour l’exécutif, l’ONU et le Parlement européen viennent d’épingler la France pour la répression des Gilets jaunes et dénoncent par conséquent, les ordres donnés à nos collègues par le gouvernement

philippe castaner macron onu parlement européen gilets jaunes répression mutilations blessures de guerre

Avant tout le monde, France Police – Policiers en colère a alerté l’opinion publique sur l’incroyable répression ordonnée contre les manifestants Gilets jaunes par la Macronie.

Notre syndicat de police a été le premier à introduire dans le débat public les notions de blessures de guerre et de mutilations suite à une lettre ouverte adressée au premier ministre Edouard Philippe.

Au moins 133 enquêtes visant nos collègues pour des faits supposés de violences policières sont actuellement diligentées par l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN).

Que nos collègues ne s’y trompent pas, personne ne les soutiendra et surtout pas les syndicats de police, tous macronistes jusqu’à l’os. Le ministre de l’Intérieur Castaner a d’ailleurs personnellement exigé que les 133 enquêtes aillent vite..

Comme il serait facile en effet de vite passer à la moulinette nos collègues instrumentalisés par le pouvoir politique pour mieux dédouaner les donneurs d’ordres et faire oublier que cette terrible répression n’est pas celle de la police mais celle d’une poignée d’individus détenant toute la puissance publique entre ses mains.

Selon le Canard Enchaîné, lors de l’acte 13 à Paris, un casseur particulièrement connu de la direction du renseignement de la Préfecture de Police a été interpellé très tardivement en fin de manifestation après avoir, à lui seul, multiplié les saccages dans la capitale.

Selon l’hebdomadaire satirique, nos collègues du renseignement en filature auraient demandé l’intervention d’un détachement d’action rapide (DAR) pour interpeller le casseur d’ultragauche mais la hiérarchie policière n’aurait pas donné suite, faute d’effectifs disponibles.

Etonnant de se retrouver en manque d’effectifs lorsque l’exécutif annonce un dispositif d’au moins un policier pour un manifestant à en croire les chiffres officiels..

Au moins 8.000 interpellations pour 1.800 condamnations depuis le 17 novembre, à minima 2.000 blessés chez les manifestants pour 1.200 du côté des forces de l’ordre selon les chiffres du gouvernement.

On déplorerait une vingtaine d’éborgnés, cinq mains arrachées et près de 200 blessures à la tête selon un comptage indépendant.

Et là ? Des enquêtes IGPN rapides seront-elles ouvertes pour faire toute la lumière sur la gestion délétère de certains maintiens de l’ordre par l’autorité administrative elle-même ?

***********************************************************************

Ds7SYNHWwAA1bao

A203C2E7-A70A-4F1D-8A39-C89FA716AEBD_cx0_cy6_cw0_w1023_r1_s

macron-demission5a09e5b143066

 

*******************************************

Acte 14 : après trois mois,

 

la mobilisation des Gilets

 

jaunes se poursuit ...

 

Acte 14 : après trois mois, la mobilisation des Gilets jaunes se poursuit (EN CONTINU)
© Fabien Rives / RT France
Des Gilets jaunes manifestent à Paris, le 16 février.

Ce week-end marque les trois mois du mouvement historique. Pour l'occasion, des Gilets jaunes ont appelé à une nouvelle mobilisation dimanche, au lendemain du quatorzième rassemblement.

Mise à jour automatique

Démarrée il y a maintenant trois mois, la mobilisation des Gilets jaunes devrait se poursuivre ce 16 février pour le quatorzième samedi consécutif. A Paris, des manifestations sont attendues samedi et dimanche. Des occupations de ronds-points sont également prévues dans plusieurs régions.

Plusieurs événements Facebook appellent une fois de plus les Gilets jaunes à se rassembler, à partir de 11 h, entre les Champs-Élysées et le palais de l’Élysée, dans le VIIIe arrondissement de Paris. Éric Drouet, l’une des figures du mouvement, qui comparaissait ce 15 février au tribunal correctionnel, devrait également être présent.

Un groupe nommé «Nuit jaune» organise de son côté un débat, à partir de 17 h, place de la République, sur le référendum d’initiative citoyenne (RIC). Ce groupe de Gilets jaunes veut également sensibiliser contre l’antisémitisme.

Le 17 février, qui marquera les trois mois jour pour jour de la naissance du mouvement le 17 novembre, est également prévue une manifestation à Paris pour cet anniversaire, au départ de l'Arc de Triomphe.

En province, de nombreuses marches sont également programmées ces 16 et 17 février. En Bretagne, les Gilets jaunes se rassembleront à Pontivy pour leur rassemblement régional, le 16 février. Selon Ouest-France, de 2 500 à 5 000 manifestants sont attendus dans la sous-préfecture du Morbihan, où les commerçants ont été invités à baisser le rideau. Des manifestations sont également prévues dans le centre-ville de Rennes et de Nantes, où des lignes de tramway et de bus seront coupées ou détournées, entre 13 h et 19 h, selon le quotidien régional.

Toujours selon la même source, au Mans, des Gilets jaunes organisent un événement baptisé «24h Pacifiq’Mans», entre marche et course, prévu pour durer tout le week-end du 16 au 17 février de 9 h à 9 h.

Dans l'ouest du pays, d'autres marches auront lieu aux Sables-d'Olonne, à Caen, à Avranches et à Granville.

Dans les autres régions, des manifestations sont annoncées à Bordeaux, à Lille, à Lyon, à Saint-Etienne, à Strasbourg ou encore à Montpellier et bien sûr à Toulouse, ville hautement contestataire depuis le début du mouvement.

Selon Ouest-France, les Gilets jaunes de Haute-Garonne veulent bloquer les accès à plusieurs supermarchés dans la matinée du 16 février. Comme un retour aux fondamentaux qui rappelle les débuts du mouvement. Priscillia Ludosky, figure médiatique des Gilets jaunes, pourrait peut-être les rejoindre car elle est attendue pour un débat à Castres, dans le Tarn, le 16 février au soir.

Lire aussi : «Peste jaune», «nazis» : un tag antisémite trop vite attribué aux Gilets jaunes

Raconter l'actualité