Emmanuel Macron prend les Corses pour des saucissons !

images

Publié le 5 avril 2019 - par  

Enfin, la fin du Grand déballage voulu par Emmanuel Macron au service des Européennes ! Qu’est-ce qu’il va en sortir pour la France ? Une grande déception probablement ! Et pour les Corses ? 

Après les maires de la France profonde pris pour des couillons, et à qui l’on serre la pince vite fait ! ( sur 360 maires corses convoqués seulement 66 sont allés écouter son monologue du Grand déballage de Bla ! Bla ! Blat ... ! )

Voici les saucisses corses, puisque peu de couillons de Corse se sont déplacés pour l’écouter !

On serre ce que l’on peut et ma foi, monsieur le président Emmanuel Macron semble prendre du plaisir à tripoter les saucissons corses. Il semble inspiré, il soupèse, il tâte, il jauge et espérons qu’il finisse par acheter (à nos frais) cette merveilleuse charcuterie.

Est-ce qu’il songe à ces petits cochons noirs de la Corse, qui vivent si heureux comme des clandestins en France, en toute liberté dans les forêts de cette belle île ! Ils font une viande savoureuse car bien engraissés de châtaignes, un peu à la manière de nos mineurs clandestins de 47 ans en Charente (Source) qui ont trouvé que la France était généreuse ! (50 000 € par an et par mineur

Songe-t-il au choix qu’il va faire ? Entre un saucisson de bonne taille, bien coloré, sentant bon la ferme, et la bête, ou pense-t-il déjà à se taper les maires qui ont fait le déplacement pour aller s’emmerder à l’écouter pendant trop d’heures ?

Pour Arnaud Benedetti, professeur associé à l’université Paris-Sorbonne, Emmanuel Macron a commis une grave erreur en refusant de s’entretenir avec les nationalistes corses. On sent le Colomba de Mérimée pointer sous le discours !  La vendetta n’est pas loin !

Mais au fond, comment un président de la République, même amoureux du saucisson corse, pourrait-il obéir à des habitants, aussi haut soient-ils ? Il l’a dit d’ailleurs, un président de la République ne peut pas répondre à la convocation d’un président de Région, fût-il de la Corse !

Je lui donne raison ! 

En fait, nous savons tous que les Corses aiment le beurre, l’argent du beurre, et ils ont ce défaut bien de chez eux d’avoir envie de s’envoyer  la bergère française au passage ! Ils se foutent que celle-ci aime le saucisson corse ; ce qu’il veulent, c’est lui montrer qui est le chef de la famille ! Avec ou sans le beurre !

Alors quoi, devons-nous accepter que la patrie d’origine de notre bien aimé Empereur, celui qui fit de la France une grande puissance, nous fasse le coup de l’indépendance à la Paoli ? Parce que c’est de ça qu’il s’agit, sous prétexte d’approfondir l’autonomie, de mettre la langue corse au même niveau que la langue française.

Les Corses veulent l’indépendance ! Pas tous les Corses, car ils ne sont pas stupides, les insulaires ; l’immense majorité sait que du jour au lendemain, sans la France, au bout de 8 jours, les Corses descendraient des montagnes, déferleraient des plaines pour envahir Bastia et faire la peau aux indépendantistes !

La Corse a beaucoup donné durant les guerres, particulièrement celle de 14/18 ! Elle a beaucoup donné dans l’armée, dans les administrations, dans la police et aussi dans la pègre ! La France sans la Corse, ce ne serait plus la France, il faut bien le dire ! Mais la Corse sans la France, ce serait probablement une  future Algérie aux portes de l’Europe !

La plupart des habitants partiraient pour ne pas assister au naufrage de cette île de beauté, pour sauver leurs retraites, leurs acquis, etc. Ce n’est pas le tout d’être belle en été, d’être agréable, d’avoir de beaux atours, mais si elle décide de nous quitter, de partir, en quelques mois, il n’y aura plus de têtes, ni de mains, seulement des pieds et des yeux pour pleurer.

Gardons espoir. Les Corses, ce n’est pas uniquement les tartufes qui sont au pouvoir actuellement ! De pseudo-nationalistes tendance radicale-socialiste qui sont prompts à vouloir accueillir de l’immigré, du clandestin soudanais, irakien, afghan ou érythréen aux frais des Corses, mais aussi des Français continentaux comme l’a proposé le président de la Communauté de l’agglomération de Bastia, François TATI.

Beaucoup refusent cette implantation mais y mettent des pincettes pour le dire comme Jean-François Baccarelli avec son petit couplet politiquement correct « nous sommes émus par la détresse de ces gens-là », « nous ne sommes pas racistes », et bla bla ! 

Il n’empêche, l’Assemblée de Corse a voté une motion favorable à l’accueil des migrants. Une motion à l’initiative de Jean-Charles Orsucci, maire de Bonifacio et leader du groupe La République en marche (LREM) à l’Assemblée de Corse. Ils sont fous ces maires !

Je connais bien cette ville de toute beauté et je plains d’avance les habitants de l’éventuelle arrivée de clandestins ! En trois mois, elle sera dévastée. Ses rues et ses magnifiques falaises y compris !

Nous avons les mêmes à la porte de la Chapelle et s’il les veulent, ils peuvent toujours les prendre ! Mais je conseille au maire Jean-Charles Orsucci de faire gaffe à ses arrières, car les Corses ne sont pas des petits moutons de France.

En attendant pace i salute !

Gérard Brazon (Libre Expression)