Une guerre civile européenne inévitable d’ici 2025 ? Paul Weston

Paul Weston « European Civil War inevitable by 2015 ? Part 2 »

Freque-islam-France

Ceci est la deuxième partie d'un article de mise en garde contre le développement d’une guerre civile religieuse et raciale en Europe, article écrit en 2007. Après les derniers événements en France et en Allemagne, je ne vois aucune raison de douter d’une future guerre. J’écris actuellement un article, bientôt publié ici, sur la guerre civile en France. Les deux articles historiques servent uniquement à fournir les informations d'arrière-plan.

La première partie de cet article présentait une explication sur une possible diminution de la proportion des Européens de souche en rapport à la proportion des musulmans européens en âge de combattre, proportion actuelle de 18:1, qui pourrait chuter à 2:1 en 2025. Ces chiffres sont hors de propos si l'on croit que l'islam peut coexister pacifiquement au sein de l'Occident, mais dans le cas où un tel scénario pacifique s’avérait être un fantasme multiculturel, nous ferions alors face bientôt à une situation sans précédent dans l'histoire de l'humanité.

prière-de-rue-Clichy

Les Européens ont été conditionnés dès leur plus jeune âge à la célébration de la diversité et du multiculturalisme, nous entraînant à une réelle capacité de coexister avec de nombreux peuples de cultures différentes. C’est ce que nous voulons, mais est-ce que l’islam veut la même chose ? L'islam est des plus monoculturel. Comment serait-il possible pour eux de vivre dans une société multiculturelle et libérale?

L’islam s’est répandu par l’épée. Après son irruption en quelques décennies dans le désert arabe du 7ème siècle, il a conquis la Palestine, la Perse, l'Egypte, l'Inde, l'Afrique du Nord et l’Espagne, paralysant ses adversaires par sa violence fanatique. Ce ne fut qu'en 732 que Charles Martel bloqua cette expansion islamique frénétique à la bataille de Tours, en France.

 

sans-titre

 

Dès le 13ème siècle, l’islam croissait à nouveau. Finalement en 1452, ils conquirent Constantinople, la capitale de l’Empire byzantin, et en moins de 100 ans, ajoutèrent à leur empire la Grèce, la Bulgarie, la Serbie, la Bosnie, l’Albanie, la Roumanie et la Hongrie. Les tentatives de prendre Vienne échouèrent à deux reprises avant que Jean Sobieski ne déroute finalement l’armée islamique de l’Empire ottoman en 1683 aux portes de Vienne. Après cette défaite, l’Empire ottoman s’est progressivement morcelé et la plupart des pays européens occupés exigèrent leur indépendance. L’Europe chrétienne avait vaincu.

Mais aujourd’hui au 21ème siècle, l’islam est de retour et veut ce qu’il a toujours voulu : un califat mondial. Cette fois, contrairement aux tentatives militaires précédentes pour renverser l'Occident, ils sont déjà à l’intérieur de l’Europe, bien financés, radicalisés et en expansion rapide. La violence qu’ils commettent se développe proportionnellement à la croissance de leur nombre – ainsi que nous l'avons vu dans toute l'Europe au cours des dernières années.

Mais pas uniquement en Europe; l’islam est engagé dans un conflit religieux dans le monde entier, de l'Amérique au Nigeria, en passant par la Somalie, le Soudan, la Thaïlande, les Philippines, l'Indonésie, le Cachemire, l'Inde, la Russie, le Liban, la Palestine, etc. etc. Il y a conflit partout où l'islam entre en contact avec le non-islam.

Une réalité flagrante se distingue dans chacun de ces pays. L'islam est toujours l'agresseur, même quand ils sont en minorité. En Thaïlande où ils représentent cinq pour cent de la population, nous observons le glissement inexorable du pays vers la guerre civile.

La prédominance de la violence islamistes est telle que Samuel Huntingdon, auteur du livre Le Choc des civilisations, a inventé l'expression « frontières sanglantes de l'islam ». Cette violence est inventoriée dans le documentaire de Gates of Vienna « Bloody Borders project » dans lequel figure l'activité terroriste islamiste à partir de l’attentat du 11 septembre.

Pourquoi les islamistes agissent-ils ainsi ? Parce qu’on le leur ordonne, c’est aussi simple que cela. Être musulman, c’est obéir au Coran où figurent de nombreux ordres de mener le djihad, ou la guerre sainte contre l’infidèle. Certes, il n'y a pas d’ordre explicite unique, mais il est possible d'interpréter de nombreuses exhortations dans ce sens, ce que font précisément les imams radicaux dans l’ensemble de l’Occident. Contrairement à la relation ténue qu’entretien le chrétien moderne avec la Bible, les musulmans adhèrent à chaque décrets du Coran de la même manière servile que celle pratiquée au 7ème siècle. Malheureusement pour nous, le décret principal est de conquérir ou de supprimer tous les non-croyants.

Allant dans ce sens, il y a maintenant près de 2.000 mosquées en Europe occidentale, beaucoup d'entre elles financées directement par l'Arabie saoudite, à hauteur de 90 milliards de dollars. Dans ces mosquées, des imams - formés ou en provenance directe d'Arabie saoudite – pratiquent la prédication du wahhabisme extrême. Ils appellent au renversement de l'Occident et encouragent les attentats suicide et le martyre. Channel Four a récemment envoyé un journaliste pour infiltration dans diverses mosquées au Royaume-Uni permettant de démasquer ces imams et mettre au grand jour leur appel à la guerre sainte contre l'Occident. Le reportage peut être vu sur Youtube (Lien sur le blog). CNN a également diffusé une interview avec Anjem Choudary, du Al-Muhajiroun, à l’occasion de laquelle celui-ci appelle à la charia en Grande-Bretagne. C’est l’homme qui prédisait que le drapeau islamique flotterait sur 10 Downing Street.

algérie-france-448x293

Malgré les avertissements clairs, la plupart des Européens n’ont pas encore compris pleinement le concept de la charia. En vertu de ses lois, ils pourraient être tués pour le refus de se convertir à l’islam, ou deuxième possibilité, ils ne pourraient vivre qu’en acceptant le statut de seconde classe connu sous le nom de dhimmitude. Les homosexuels pourraient être tués également, les apostats tués, les femmes adultères lapidées à mort et certaines parties du corps pourraient être amputées après un vol. 40 % des musulmans britanniques souhaitent que ces pratiques soient appliquées.

Quel est le pourcentage de jeunes hommes parmi les personnes désirant l’application de ces pratiques ? Les femmes musulmanes soumises à la loi chariatique ont beaucoup à perdre et les musulmans plus âgés sont beaucoup moins radicalisés que les jeunes. Il est donc très probable que parmis les jeunes hommes, le pourcentage soit encore beaucoup plus élevé.

Ainsi donc, l’islam a une histoire faite de tentatives de conquête de l’Occident et une politique actuelle de domination globale. Dans les pays tels que le Soudan, ils procèdent efficacement au génocide pour atteindre ce but. En Occident, leur rhétorique djihadiste est accompagnée de violence à grande échelle et d’atrocités plus adaptées, afin d’attirer notre attention. Il y a eu de nombreux évènements en Occident uniquement depuis 2001 (sans compter la violence en Inde et au Pakistan et les Talibans) :

  • le 11 septembre bien sûr;
  • les attentats du métro de Londres;
  • les attentats de Madrid;
  • les violences à plus petite échelle, comme le meurtre de Theo Van Gogh;
  • la torture indescriptible et l’assassinat d'Ilan Halami;
  • le viol des femmes européennes comme décrit par Fjordman;
  • les troubles civils en France, où la police affirme être au centre d'une guerre civile;
  • et les menaces de mort proférées contre les politiciens qui s’y opposent, comme Gert Wilders.

Quelle est la réponse des élites dirigeantes de l'Europe face à cette vague incessante d’agression islamiste ? La réponse est : une soumission lâche. En France, les politiciens promettent plus d'argent pour les banlieues, dans lesquelles la charia est pourtant appliquée et où aucun Européen blanc n’ose mettre les pieds. En Espagne, ils se sont rassemblés sur les places après l'attentat de Madrid et ont veillés à la chandelle pour la paix, avant de voter pour leur gouvernement et de le remplacer par un autre, plus à l'écoute des demandes islamistes. Aux Pays-Bas, le ministre de la Justice Piet Hein Donner n'a pas d'objection à ce que la charia soit imposée, à condition que ce soit fait démocratiquement, et en Suède, le ministre de l'intégration Jens Orback a déclaré: « Nous devons être ouverts et tolérants envers l'islam et les musulmans parce que lorsque nous serons une minorité, ils seront ouverts et tolérants envers nous".

 

Après les attentats dans le métro de Londres, la réaction immédiate du gouvernement n’a pas été celui de se soucier des Anglais. Ils se sont souciés de la terrible oppression dont les auteurs avaient dû souffrir pour commettre un tel crime. Mais pour la plus grande perplexité de nos dirigeants, il s’est avéré que les " fabulous 4" étaient instruits et de la classe moyenne; leurs actes étaient motivés par l'islam, et non par l'oppression.

Dans certaines écoles britanniques l'Holocauste n’est plus enseigné parce qu'il va à l'encontre des croyances négationnistes musulmanes, alors que dans le même temps, l'historien britannique David Irving a été emprisonné pour avoir présentés les mêmes points de vue que ceux des musulmans. Nos syndicats d'enseignants sont également d'avis que l'idée d'enseigner les valeurs britanniques est raciste, et la BBC est si vicieusement antichrétienne et pro-islamique qu'il n'y a tout simplement pas la place nécessaire ici pour le détailler. La trahison de la BBC exige un article spécifique et long de surcroit  (c’est une des plus impondérable pathologie exhibée par la BBC, compte tenu du fait que la corporation a protégé et encouragé un nombre élevé d' homosexuels et de féministes. Comme vous le savez, les deux groupes sont sur les listes islamiques d'extermination).

Il y a beaucoup d'autres exemples d'agression islamiste et de l'apaisement européen subséquent. Il est évident que jusqu'à présent, nous sommes poussés vers une soumission écrasante. Les politiciens européens sont clairement terrifiés par l'islam. Ils peuvent bien l’être. Alors que faut-il entreprendre ? L’islam peut-il être contenu ou l'Europe est-elle à la dérive inexorable vers une guerre civile ?

Il y a cinq options fondamentales.

Première option, l'islam s’intègre au sein des démocraties libérales de l'Europe et nous vivrons heureux pour toujours.

Ce scénario ne tient pas compte de l'égout moral dans lequel l’Europe a été jetée par la politique "liberale" ; une Europe que l’islam considère à juste titre avec répulsion. Il ne tient pas compte du fait que l'islam aujourd'hui est identique à l'islam du 7ème siècle. Pourquoi devraient-ils se réformer maintenant ? Compte tenu de la radicalisation croissante des jeunes musulmans et les chiffres inquiétants du nombre de sympathisants aux activités terroristes, ce scénario n’est possible que dans l’état d'esprit illusionné des libéraux ignorants, dont la naïveté est suicidaire à l'extrême. La première option peut donc être écartée.

Deuxième option, l'islam prend tranquillement le dessus sur ​​le plan démographique par le poids du nombre, et l'Europe est islamisée en vertu de la charia.

Bernard Lewis et Mark Steyn pense que c’est inévitable, Steyn étant d'avis que tout pays capable du type d’appeasement en cours aujourd'hui en Europe est également un pays incapable de monter une défense. Bien que ce soit une possibilité, il est peu probable que nous ne ripostions pas, la deuxième option peut donc également être écartée.

Troisième option, l'Europe se réveille au danger qui l’entoure et expulse tous ses musulmans.

Cela ne va pas se produire; l'Union européenne appuie l'islam, comme mentionné par Bat Ye'or dans son livre Eurabia (voir le très bon résumé de Fjordman). Non seulement l'UE n’a pas l'intention de passer à une telle action, mais ses représentants n’ont même pas l’intention d’interrompre une future immigration islamique. Les 2,2 millions de migrants majoritairement musulmans qu'ils souhaitent faire entrer en Europe chaque année jusqu'en 2050 est une affaire entendue en ce qui les concerne.

En effet, dans l’extrait d’un rapport inquiétant publié par le European policy center, on peut lire que l'UE a pour objectif l’immigration, pas uniquement pour des raisons économiques mais également pour des raisons sociales :

" Cependant, les arguments contre l'immigration restent dominants dans les débats politiques de nombreux pays européens et doivent être pris au sérieux et contestés si l'immigration veut garder sa place dans l'agenda social et économique. "

Tant que cette attitude prévaut, nous pouvons écarter la troisième option.

Quatrième option, les musulmans modérés reprennent leur religion pacifique aux mains des « fondamentalistes », qui comme on nous le répète encore et encore dans nos médias, ne sont pas représentatifs de l'islam.

Mais où exactement sont ces musulmans modérés, quel pouvoir exercent-ils sur l'islam dans son ensemble ? Quand avons-nous vu des marches et des manifestations qu’ils auraient organisées, brandissant des banderoles «Pas en mon nom » ou « Pas au nom de l'islam ? ». Ils sont tout aussi intimidés par les radicaux que le sont nos politiciens, ou peut-être qu'ils sont en accord avec les fondamentalistes, tout en étant dégoûtés lorsque le sang coule. Le seul visage de l'islam que nous voyons ou dont nous entendons parler en Occident est celle du djihadiste violent. En tant que telle, la quatrième option peut être écartée.

Cinquième option, nous résistons à la prise islamique et contre-attaquons.

Je suis en désaccord avec Lewis et Steyn, qui tous deux semblent penser que l'Europe va s’incliner et se soumettre. La transformation raciale et culturelle généralisée et sans précédent d'un continent qui a une histoire faite de guerres violentes ne se produira tout simplement pas sans confrontation.

Les options une, deux, trois et quatre étant écartées, il nous reste une option. La cinquième : se battre. Bien qu’il soit regrettable que nous soyons confrontés à une culture en expansion, jeune, ayant un ensemble de croyances pour lesquelles ils sont prêts à mourir, au moment où nous sommes dans un déclin démographique, vieillissant, et qu’apparemment nous ne croyons qu’aux achats, aux célébrités et à l’alcool, cela ne signifie pas que nous ne combattrons pas. Nous y seront contraints. Non pour la domination, mais pour la survie.

Raymond Hall, professeur de biologie à l'Université du Kansas, est l'auteur de l’ouvrage décisif sur la faune américaine, The Mammals of North America (Les mammifères d’Amérique du Nord). Il énonce la loi biologique que «deux sous-espèces de la même espèce n’apparaissent pas dans la même zone géographique». Les races humaines sont des sous-espèces biologiques et le professeur Hall écrit expressément que cette loi s’applique à l'homme tout comme elle s’applique à d'autres mammifères : «S’imaginer qu’une sous-espèce de l'homme vive sur un pied d'égalité pour longtemps avec une autre sous-espèce n’est qu’un vœu pieux et ne conduit qu’à la catastrophe et à l'oubli de l'une ou de l'autre ».

L'histoire des hommes est essentiellement une histoire de guerres, où le territoire, la tribu ou la religion pousse à la conquête. Le fait qu’aujourd’hui en Occident, nos élites libérales dirigeantes croient que l'histoire, la réalité présente et la loi de la nature ne soient plus applicables en ce qui nous concerne, ne signifie pas pour autant la fin des guerres. Au contraire, leur vœu pieux rend simplement la tâche plus facile à ceux qui sont déterminés à nous mener la guerre. L'idée que les guerres sont une chose du passé est si fantaisiste que seuls les libéraux, incapables de distinguer l’imaginaire idéologique de la réalité historique, peuvent éventuellement croire que la guerre puisse être vaincue un jour.

L'activité terroriste islamiste est constamment déjouée par les services de renseignement européens, mais au cours des dix prochaines années, certains de ces djihadistes vont passer au travers des mailles du filet et mener à bien leur prochaine très grande atrocité. Bien que la plupart des Européens soient toujours dans un profond sommeil en ce qui concerne l'islam, cela ne va pas durer. D’ici 2017, les tensions entre Européens et l’islam auront atteint un pic. Les fonctionnaires impotents utiliseront des contrôles gouvernementaux d’autant plus strictes dans une vaine tentative de préserver la façade de l'ordre social.

Quelque part entre 2017 et 2030, au cours d’une période de tension élevée, des islamistes en France, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni feront sauter une église, un train ou un avion de trop. Des représailles débuteront et, eux, à leur tour y répondront. C’est ainsi que la spirale s’enclenchera.

La police est incapable de faire face maintenant; elle le sera encore moins alors. L'armée sera mobilisée, et les membres de l'armée, même ceux prêts à exécuter les ordres contre leurs voisins, vont se retrouver massivement en infériorité numérique et débordés. Les civils seront massacrés. Ainsi commence la guerre civile.

Lorsque la violence atteindra un point de bascule, chaque personne - qu'elle soit modérée ou extrémiste dans ses points de vue - sera obligée de prendre parti dans cette guerre. Il n'y aura pas de spectateurs, et pas de civils. Les musulmans modérés seront selon toute vraisemblance du côté des extrémistes. Cette guerre ne ressemblera à aucun des conflits précédents en Europe lorsque ses armées étaient massées le long de lignes clairement définies. Dans la conflagration à venir, ce seront d’abord des civils, armés non de chars et de mitrailleuses, mais de couteaux, de bombes et du terrorisme, qui déchaîneront les fureurs de la guerre.

Je dis « d'abord » parce que même si l'armée sera de peu d'utilité au départ, elle sera certainement capable de former une ligne inexpugnable derrière laquelle les Européens de souche, non familiarisés avec le combat au couteau vont fuir et se regrouper.

Et les USA, comme toujours, arriveront en sauveur. Pendant que les flottes européennes assureront un blocus des ports, les USA livreront l’armement aux Européens organisés, des armes contre lesquelles l’islam ne pourra pas riposter. Alors que les ennemis seront annihilés en réponse à la boucherie des débuts de la guerre, les pays musulmans comme le Pakistan et l’Iran menaceront de répliquer au nucléaire. Si cette menace a lieu, elle leur serait fatale.

C’est le futur provoqué par les "liberals" multiculturels. Non seulement seront-ils responsables de massacres jamais connus jusqu’alors, même au siècle dernier, mais ils seront également responsables de l’extinction de l’islam. En 1907, personne n’était en mesure de voir venir le carnage, alors qu’en 2007, toutes les personnes instruites avec un peu de connaissance en histoire peuvent voir l’inévitable. Il est bien sûr impossible de prédire quelle sera l’ampleur de cette guerre. Mais elle ne sera pas limitée à un conflit européen. Notre guerre civile pourrait bien devenir une guerre nucléaire globale contre l’islam. Une guerre que les islamistes n’ont aucune chance de gagner.

Un tel scénario est inimaginable pour les multiculturalistes mièvres, mais ce sont leurs actions, passées et présentes, qui produiront ce cauchemar. On peut difficilement blâmer l'islam de vouloir dominer le monde, mais on peut certainement blâmer les "liberals" qui leur donnent les moyens environnementaux et la confiance idéologique les confortant dans l’idée que c’est effectivement possible. Passeront-ils à ce scénario ? Ils s’y essaient maintenant déjà sur une petite échelle, au rapport de 18:1,  Comment pensez-vous qu'ils vont se comporter avec une proportion de 5:1, à fortiori de 2:1 ?

La réponse des "liberals" à un essai comme celui-ci repose sur des accusations d’hystérie et de paranoïa. A ces personnes, je ne dirai qu'une seule chose : plutôt que de laisser un commentaire sarcastique d’une seule ligne, donnez-nous un article raisonné et appuyé en mille mots expliquant pourquoi le scénario décrit ci-dessus est peu probable. Utilisez des arguments basés sur la réalité plutôt que de reprendre simplement l'idéologie dépassée.

Autant je voudrais que vous puissiez présenter un tel cas contre mon scénario, autant je crois que la guerre est inévitable, et ce sera une tragédie pour l'Occident, pour l'islam, et pour toute l'humanité.

Je vous prie de réfuter ceci. Je voudrais vraiment un autre avenir que celui que je viens d'exposer.

 

Paul Weston source et liens mentionnés ici

Traduction LesObservateurs, Caroline Guckt

Paul Weston

********************************************

Paul%20Various%20008

Saturday, 23 July 2016

European Civil War Inevitable by 2025? Part 2

SOURCE : http://paulweston101.blogspot.com/2016/07/european-civil-war-inevitable-by-2025_14.html

This is the second part of an article I wrote in 2007, warning about the build up to religious/racial civil war in Europe. After the events in France and Germany over the last few days I see no reason to doubt war will happen. I am currently working on an article about civil war in France, which will be posted here shortly. The two historical articles are purely to provide background information.
Part 1 of this article was an explanation of why our ratio of combat age native Europeans versus European Muslims could decline from 18:1 today, to 2:1 by 2025. These figures are largely irrelevant if one believes that Islam can peacefully co-exist within the West, but if such a scenario is simply a multicultural fantasy then we will shortly face a situation unprecedented in the history of mankind.

Europeans have been conditioned from an early age to celebrate diversity and multiculturalism, resulting in our genuine ability to co-exist with peoples of significantly different cultures. But, rather than what we want, is this what Islam wants? Islam is as mono-cultural as mono-cultural gets. How can they possibly live in a liberal, multicultural society?

Islam expanded via the sword. Within decades of erupting out of the deserts of 7th Century Arabia it had conquered Palestine, Persia, Egypt, India, North Africa and Spain; its opponents were paralysed in the face of fanatical violence. It was only in 732 that Charles Martel stopped this frenetic Islamic expansion at the battle of Tours, in France.

In the 13th century Islam rose again. In 1452 they finally conquered Constantinople, the capital of the Byzantine Empire, and within 100 years added Greece, Bulgaria, Serbia, Bosnia, Albania, Romania and Hungary to their empire. Attempts to take Vienna failed twice, before Jan Sobieski finally routed the Ottoman’s Islamic army in 1683 at the Gates of Vienna. The Ottoman Empire gradually fell apart after this defeat, and most occupied European countries reclaimed their independence. Christian Europe had largely prevailed.

But now, in the 21st Century, Islam is back and wants what it has always wanted; a global caliphate. This time, unlike their previous military attempts to overthrow the West, instead they are already within Europe, well funded, radicalised and rapidly expanding. As their numbers grow, so grows the violence they perpetrate — as we have seen all over Europe within the last few years.

And not only within Europe; Islam is engaged in religious conflict all around the world, from America, Nigeria, Somalia, Sudan, Thailand, the Philippines, Indonesia, Kashmir, India, Russia, the Lebanon, Palestine, etc, etc. Wherever Islam comes into contact with non-Islam there is conflict.

In each and every country, one glaring reality stands out. It is always Islam as the aggressor, even when they are in a minority. In Thailand, where they represent five per cent of the populace, we have a country sliding inexorably toward civil war.

Such is the prevalence of Islamic violence that Samuel Huntingdon, author of The Clash Of Civilisations, coined the phrase “Islam’s bloody borders” the violence of which is represented by Gates Of Vienna’s animated Bloody Borders project which identifies Islamic terrorist activity just since 9/11.

Why do Islamists do this? Because they are commanded to, it is as simple as that. To be a Muslim means to obey the Koran, within which there are numerous commands to wage Jihad, or Holy War, against the infidel. Granted, there is no single explicit command, but it is possible to interpret many exhortations this way, which is exactly what radical Imams are doing all across the West. Unlike a modern day Christian’s tenuous relationship with the Bible, Muslims adhere to every edict of the Koran as slavishly as they did in the 7th Century. Unfortunately for us, the principal edict is to conquer or remove all non-believers.

To this end there are now some 2,000 Mosques in Western Europe, many of them funded directly by Saudi Arabia to the tune of 90 billion dollars. In these mosques are Imams — trained or imported from Saudi Arabia — preaching extreme Wahhabism. They call for the overthrow of the West, and promote suicide bombing and martyrdom. Channel Four recently sent an undercover reporter into various Mosques in the UK. The result was an exposure of these Imams in their call for Holy War against the West. It can be seenhere on Youtube. CNN also ran an interview with Al-Muhajiroun’s Anjem Choudray, where he calls for Sharia law in Britain. This is the same man whoprophesised that the Islamic flag will fly over 10 Downing Street.

Despite the clear warnings, the concept of Sharia is still not fully understood by most Europeans. Under its laws they could either be killed for refusing to convert to Islam or they could accept that second-class status known as Dhimmitude. Homosexuals could similarly be killed, apostates killed, adulterous woman stoned to death, whilst limbs could be amputated for stealing. Forty percent of British Muslims wish this to be introduced.

What percentage of those who desire this are young males? Muslim women have a great deal to be unhappy about under Sharia law, whilst older Muslims are far less radicalised than the young. It is quite possible therefore, that for young males with a favourable view of Sharia, the percentage of those who favour Sharia in Britain is far higher than this.

So, Islam has a history of attempted Western conquest, and a present day policy of global domination. In countries such as Sudan, they are efficiently perpetrating genocide to achieve that end. In the West, their Jihadist rhetoric is accompanied by large-scale violence and lesser atrocities guaranteed to catch our attention. (Leaving out the violence in India and Pakistan and the Taliban) just in the years since 2001, there have been numerous incidents in the West:
  • 9/11, of course;
  • the London tube bombings;
  • the Madrid train bombings;
  • the lesser violence such as the murder of Theo Van Gogh;
  • the indescribable torture and murder of Ilan Halami;
  • the rape of European women as described by Fjordman,
  • the civil unrest in France, where police claim they are in the midst of a civil war;
  • and the death threats made against politicians who speak out against them, such as Gert Wilders.

Faced with this relentless tidal wave of Islamic aggression, what is the response of Europe’s ruling elites? Craven submission is the answer. In France the politicians promise more money for the banlieus, within which Sharia law operates and where no white European dare set foot. In Spain they gathered in squares after the Madrid train bombing and held candle-lit peace vigils, before voting out their Government and replacing it with one more in tune to the Islamists demands. In Holland, the Dutch justice minister, Piet Hein Donner has no objection to Sharia law being imposed, providing it is done democratically, and in Sweden, integration minister Jens Orback declared: “We must be open and tolerant towards Islam and Muslims because when we become a minority, they will be so towards us.”

After the London tube bombings, the government’s immediate response was to worry not about the English, but about the terrible oppression the perpetrators must have suffered from in order to commit such a crime. Much to our rulers’ dismay, the “fabulous four” were educated and middle class; their drive had come from Islam, not from oppression.

In some British schools the Holocaust is no longer taught because it runs counter to the Holocaust denial beliefs of Muslims, whilst British historian David Irving was imprisoned for holding the same views as that of the Muslims. Our teaching unions are also of the opinion that the idea of teaching British values is racist, and the BBC is so viciously anti-Christian and pro-Islamic that there is simply not the space here to detail it. The BBC treachery requires an article all its own, and a lengthy article at that (This is one of the more imponderable pathologies the BBC exhibits, considering the corporation has sheltered and encouraged a high number of homosexuals and feminists. As you know, both groups are on the Islamic extermination lists).

There are many more examples of Islamic aggression and of the consequential European appeasement. It is clear that so far we are impelled toward overwhelming submission. European politicians are clearly terrified of Islam. As well they might be. So, what can be done? Can Islam be contained, or is Europe drifting inexorably to all-out civil war?

Essentially, there are five options.

The first is that Islam integrates within Europe’s liberal democracies and we all live happily ever after
This scenario takes no account of the moral sewer that Liberal policies have turned Europe into; a Europe which Islam, quite understandably, views with revulsion. Nor does it take into account that Islam today is the same as Islam in the 7th century. Why should they reform now? Given the increasing radicalisation of Muslim youth and the disturbing numbers whoagree with terrorist activity, this scenario is only possible within the mindset of deluded, ignorant liberals, whose naiveté is suicidal in the extreme. Option one can therefore be discounted.

The second option is that Islam quietly takes over demographically through sheer weight of numbers, and Europe is islamised under Sharia law.
Bernard Lewis and Mark Steyn think this inevitable, Steyn being of the opinion that any country capable of the type of appeasement prevalent in Europe today, is also a country incapable of rousing a defence. Although this is a possibility, it is unlikely we will not fight back, so option two can also be discounted.

The third option is that Europe wakes up to the danger it is in and expels all its Muslims.
This is not going to happen; the European Union positively embraces Islam, as noted in Bat Ye’or book Eurabia (thankfully abridged by Fjordman). Not only does the EU have no intention of such an action, they will not even stop further Islamic immigration. The 2.2 million predominately Muslim immigrants they wish to bring into Europe each and every year up to 2050 is a done deal as far as they are concerned.

Indeed, in an extract from this disturbing report published by the European Policy Centre, the EU seeks immigration not only for economic reasons but also for social reasons:

“However, the arguments against immigration remain dominant in the political debates of many European countries, and must be taken seriously and challenged if immigration is to keep its place on the social and economic agenda.”

Whilst this attitude prevails we can discount option three.

The fourth option is that moderate Muslims reclaim their peaceful religion from the “fundamentalists”, who, as we are told over and over again by our media, are not representative of Islam.
But where exactly are these moderate Muslims, what power do they wield within Islam as a whole? When have we seen marches and protests organised by them, waving banners reading “Not in my name” or “Not in the name of Islam?” They are as cowed by the radicals as are our politicians, or perhaps they are in agreement with them, but are squeamish when it comes to spilling blood. The only face of Islam we see or hear in the West is that of the violent Jihadist. As such, option four can be discounted.

The fifth option is that we resist the Islamic take over, and fight back.
I disagree with Lewis and Steyn, who both appear to think Europe will roll over and submit. The wholesale and unprecedented racial and cultural transformation of a continent with a history of violent warfare will simply not happen without confrontation.

As options one, two, three and four can therefore be discounted; we are left only with option five: to fight. Whilst it is unfortunate that we should be confronted by an expanding, youthful culture with a set of beliefs they will die for, just at the time we are demographically declining, ageing, and apparently believe only in shopping, celebrity and alcohol, does not mean that we will not fight. We will simply have to. Not for domination, but for survival.

E. Raymond Hall, professor of biology at the University of Kansas, is the author of the definitive work on American wildlife, Mammals of North America. He states as a biological law that, “two subspecies of the same species do not occur in the same geographic area.” (Emphasis in the original) Human races are biological subspecies, and Prof. Hall writes specifically that this law applies to humans just as it does to other mammals: “To imagine one subspecies of man living together on equal terms for long with another subspecies is but wishful thinking and leads only to disaster and oblivion for one or the other.”

The history of man is essentially a history of warfare, where territory, tribe or religion drives the impetus for conquest. That our ruling liberal elites in the West today believe that history, current reality and the law of nature no longer apply to us, does not mean the end of warfare. Rather, their wishful thinking simply makes it easier for those who are determined to wage war against us. The idea that wars are a thing of the past is so fantastical that only liberals, who cannot distinguish ideological fantasy from historical reality, could possibly believe that war will ever be vanquished.

Islamic terrorist activity is being constantly thwarted by European intelligence services, but over the next ten years some of these Jihadists will slip through the net and carry out their next very large atrocity. Although most Europeans are still in a deep liberal sleep regarding Islam, this will not last. By 2017 the tensions between Europeans and Islam will have become nerve jangling. Impotent officials will employ ever-stricter government controls in a futile attempt to preserve the façade of societal order.

Somewhere between 2017 and 2030, during a period of heightened tension, Islamists in France, Holland or Britain will blow up one church, train or plane too many. Retaliation will begin and they, in turn will respond. So will the spiral begin.

The police are unable to cope now; they will be even less prepared then. The army will be drafted in, and members of the military who are even willing to carry out orders against their neighbours will find themselves massively outnumbered and outflanked. Civilians will be massacred. And so begins the civil war.

When the violence reaches a tipping point every person — be they moderate or extremist in their views — will be forced to take sides in this war. There will be no bystanders, and no civilians. Moderate Muslims will in all likelihood take the sides of the extremists. This war will resemble none of Europe’s previous conflicts, with their standing armies massed along clearly delineated lines. In the coming conflagration, it will initially be civilians, armed not with tanks and machine guns, but with knives, bombs and terror, who will call out the dogs of war.

I say “initially” because although the army will be of little use in the beginning, it will certainly be capable of forming an impregnable line behind which the native Europeans, unused to knife fighting, will flee and re-group.

And then, enter America — as always— Europe’s saviour. Whilst Europe’s navies blockade the ports, America will deliver technical weaponry to the organised Europeans, weaponry against which Islam will have no response. Whilst they are being annihilated in response to the butchery they carried out in the early days of the war, Muslim countries such as Pakistan and Iran will threaten a nuclear response. If they do, they too will be annihilated.

Such is the future brought about by multicultural liberals. Not only will they be responsible for bloodshed unseen even in the last century, they will also be responsible for the extinction of Islam. In 1907 no one could see the coming carnage, whereas in 2007 all educated people with some knowledge of history can see the inevitable. Quite how large this war becomes is of course beyond any prediction. However, it will not be limited to a merely European conflict. Our civil war could well become a global nuclear war against Islam; and one the Islamists have no hope of winning.

Such a scenario is unimaginable to the vapid multiculturalists, but it is their actions, past and present, which will bring about this nightmare. One can hardly blame Islam for wishing to dominate the world, but one can certainly blame liberals for giving them the geographical means and ideological confidence whereby they feel confident that it is actually possible. Will they attempt it? On a small scale, with their ratio of 18:1 they are attempting it now. How do you think they will behave with a ratio of 5:1 let alone 2:1?

The liberal response to an essay such as this is to make accusations of hysteria and paranoia. To those, I would say only one thing: rather than leave sneering one line comments, give us a thousand word, closely reasoned article explaining why the scenario outlined above is not likely. Use reality-based arguments rather than simply repeating outmoded ideology.

As much as I wish you could present such a case against my scenario, I believe the war is inevitable, and it will be a tragedy for the West, for Islam, and for all of mankind.

Please refute it. I really would like it another future than the one I have outlined.

Paul%20Various%20008Paul%20Various%20008Paul%20Various%20008