21AdMPSfywL

 

CHINA'S NEWS 

Today's briefs

 

BANKING & FINANCE

 

1. China’s central bank launches $79 billion stimulus for virus-hit companies 

 

China’s central bank has launched a $79 billion stimulus effort to help the country’s coronavirus-stricken companies on the same day other Asia-Pacific central banks looked to shore up crisis-hit markets and economies, reported the Financial Times.

The People’s Bank of China late on Friday cut reserve requirements for banks, a move that will free up an additional RMB 550 billion ($78.8 billion) in funds that the authorities want banks to lend to companies hit by the outbreak. 

The PBoC, which lowered the reserve requirement ratio by 0.5-1 percentage points, said it was a “financially inclusive” cut to the amount of cash banks are supposed to hold in reserve, signalling the new funds should be directed at smaller businesses that struggle to access bank lending. Joint-stock banks, in which the government and private sector hold shares, will be allowed to lower the reserve requirement ratio, or RRR, by an additional 1 percentage point. 

“We think the PBoC’s ongoing monetary easing efforts should be able to drive a pick-up in credit growth later this year, providing a tailwind to the post-virus economic recovery,” said Julian Evans-Pritchard, senior economist at Capital Economics. 

PROPERTY

0602284091430-web-tete

2. Property developers increase borrowing as Covid-19 slows sales 

Chinese property developers stepped up borrowing through bond sales to ease capital pressures as the Covid-19 outbreak slammed the brakes on the housing market. They are benefiting from sharply lower rates as authorities pump liquidity into the financial system, reported Caixin.

During the week of March 5-11, major property companies issued 22 bonds totaling RMB 29.2 billion ($4.17 billion), up 38.4% from the previous week, according to real estate data cruncher CRIC.

During the first 11 days of March, developers sold RMB 43.4 billion of debt, including RMB 23.8 billion in the domestic bond market and RMB 19.6 billion offshore, CRIC data showed. That compared with RMB 57.9 billion of bond sales by developers in February.

Developers are picking up the pace of borrowing to supplement capital flows as the novel coronavirus outbreak slows housing sales. As people stayed home since January, developers across the country have experienced sharp sales declines. In February, total sales by China’s top 100 developers plunged 43.8% from the previous month and 37.9% from a year ago, according to CRIC.

21AdMPSfywL21AdMPSfywL21AdMPSfywL

Mémoires du jour

BANQUE ET FINANCE

1. La banque centrale de Chine lance un programme de relance de 79 milliards de dollars pour les entreprises touchées par le virus

La banque centrale de Chine a lancé un effort de relance de 79 milliards de dollars pour aider les entreprises du pays touchées par le coronavirus le même jour, d'autres banques centrales d'Asie-Pacifique ont cherché à consolider les marchés et les économies touchés par la crise, a rapporté le Financial Times.

Vendredi soir, la Banque populaire de Chine a réduit les réserves obligatoires des banques, ce qui libérera 550 milliards de RMB supplémentaires (78,8 milliards de dollars) de fonds que les autorités souhaitent que les banques prêtent aux entreprises touchées par l'épidémie.

La PBoC, qui a abaissé le taux de réserves obligatoires de 0,5 à 1 point de pourcentage, a déclaré qu'il s'agissait d'une réduction «financièrement inclusive» du montant des espèces que les banques sont censées détenir en réserve, signalant que les nouveaux fonds devraient être destinés aux petites entreprises en difficulté. pour accéder aux prêts bancaires. Les banques par actions, dans lesquelles le gouvernement et le secteur privé détiennent des actions, seront autorisées à abaisser le taux de réserves obligatoires, ou RRR, d'un point de pourcentage supplémentaire.

"Nous pensons que les efforts d'assouplissement monétaire en cours de la PBoC devraient être en mesure de stimuler la reprise du crédit plus tard cette année, ce qui fournira un vent arrière à la reprise économique post-virus", a déclaré Julian Evans-Pritchard, économiste principal chez Capital Economics.


LA PROPRIÉTÉ

2. Les promoteurs immobiliers augmentent leurs emprunts alors que Covid-19 ralentit les ventes

Les promoteurs immobiliers chinois ont intensifié leurs emprunts grâce à la vente d'obligations pour atténuer les pressions sur les capitaux alors que l'épidémie de Covid-19 a brisé les freins sur le marché du logement. Ils bénéficient de taux nettement plus bas alors que les autorités injectent des liquidités dans le système financier, a rapporté Caixin.

Au cours de la semaine du 5 au 11 mars, les grandes sociétés immobilières ont émis 22 obligations totalisant 29,2 milliards de RMB (4,17 milliards de dollars), en hausse de 38,4% par rapport à la semaine précédente, selon le cruncher des données immobilières CRIC.

Au cours des 11 premiers jours de mars, les développeurs ont vendu 43,4 milliards de RMB de dette, dont 23,8 milliards de RMB sur le marché obligataire national et 19,6 milliards de RMB à l'étranger, selon les données du CRIC. Cela se comparait à 57,9 milliards de RMB de ventes d'obligations par les développeurs en février.

Les développeurs accélèrent le rythme des emprunts pour compléter les flux de capitaux alors que la nouvelle épidémie de coronavirus ralentit les ventes de logements. Comme les gens sont restés chez eux depuis janvier, les développeurs à travers le pays ont connu une forte baisse des ventes. En février, selon le CRIC, les ventes totales des 100 meilleurs développeurs chinois ont chuté de 43,8% par rapport au mois précédent et de 37,9% par rapport à il y a un an.

21AdMPSfywL21AdMPSfywL21AdMPSfywL

Home Investment Shanghai’s new tech board might perform better than previous attempts

 

19083060-23109859

Shanghai’s new tech board might perform better than previous attempts

on: February 26, 2019In: Investment, Markets, Markets & Finance, Tech, Media & Telecom, WeeklyTags: 1 Comment

PrintEmail

SOURCE : By Max Kaernfelt (*)

President Xi Jinping announced in November 2018 that the Shanghai Stock Exchange will establish an innovation and technology equity board. No exact launch date appears to have been provided to the public. The new board represents a renewed attempt to turn stock markets into a catalyst for technological innovation. By improving smaller companies’ access to capital, the new board is intended to help put capital into the hands of companies who have promising new business models or technology.

le premier chinois

Whether the tech board can help to effectively accomplish this goal is far from certain. Other tech boards previously launched have been underperforming the market for years. Characteristics of the market are unfavorable for the shares of smaller idiosyncratic firms, but recent developments address some of these problems. There is reason to be optimistic about the new board.

The new board could address several government goals at once

Recent documents related to the Made in China 2025 industrial upgrading plan highlight innovative businesses’ role in the future of the Chinese economy. Providing these companies with enough financial support and sharing their profits with the domestic market is becoming a policy priority. According to some reports China now has more unicorns than the US. But more favorable conditions outside the country often lead to these companies choosing to list abroad or in Hong Kong where most Chinese cannot benefit from their success.

The Chinese government likely hopes the board will also attract existing tech giants to list their shares there. Attempts to bring the shares of Chinese tech companies listed abroad such as Alibaba and Xiaomi home to the domestic market have been unsuccessful. A report co-authored by CICC states that the board is expected to attract a larger number of overseas stocks. As CICC is majority government owned the report’s predictions might give a window to the government’s hopes for the board.

Beijing has drafted special rules designed to make the board an attractive place for companies to list. The rules clearly favour start-ups. It allows companies which have not yet become profitable to list; the listing process will be faster; companies with weighted voting rights will be accepted (this corporate structure typically puts more power in the hands of founders); and more price movements are to be tolerated. Additionally, the launch of the board will likely be covered closely and favourably by the state media. This should lead to large amounts of capital being raised in the first round of IPOs.

Past attempts to use equity markets to spur innovation might give an idea of the life cycle of the new board

Shenzhen’s ChiNext tech board which was launched in 2010 had similar goals as the new tech board. Initially, ChiNext performed extremely well, between 2010 and 2015 the value of the index quadrupled. It then crashed and stabilized at a lower level. In recent years it has underperformed the market. The amount of capital raised has been declining, and the number of IPOs has likewise fallen.

 

ChiNext’s initial performance looked very much like a bubble, a common phenomenon in China’s financial markets (see a MERICS blog on the topic here). Once stock prices left bubble territory performance deteriorated. ChiNext has underperformed the Shanghai Stock Exchange since 2017. There is more than one likely reason why this is the case.

One problem faced by the kind of smaller firms which might list on a tech board is poor access to credit as state banks generally prefer lending to SOEs. This problem has been covered extensively (for example by me here). 

A lesser known problem is Stock Price Synchronicity, when stock prices move together. This phenomenon, caused primarily by a lack of reliable firm-specific information, is common in emerging markets. The most cited scientific study on the topic found that 80 percent of Chinese stocks move together in a given week (compared to 56 percent in the US).

This following example illustrates how this phenomenon can distort the market, and hurt the performance of companies with unique business models:

*Imagine a skilled investor who is considering buying shares in a company which is developing industrial robots. Despite being very different from most listed companies the share price of this company will, because of stock price synchronicity, often move in a similar way. The investor would, however, still bear the risk of losing his entire investment. This could happen if, for example, it was discovered that company’s robots did not work, causing it to go out of business. While the returns are distorted, the risk of losing everything is the same. Under these circumstances the investor might decide to buy into a fund which tracks the market instead. The returns on his investment would often be similar, but without the risk of losing the whole investment.

Scale this example up to the whole market, and it becomes clear how stock price synchronicity can cause investors to systematically avoid risky stocks, contributing to them underperforming the market.

Reasons for optimism

Several developments make it likely the new board will perform better than ChiNext:

Firstly, as mentioned in the first part of this piece, new rules will improve the listing progress.

Secondly, increasing foreign investment can help address stock price synchronicity. Research shows that the stock price of companies with large degrees of foreign ownership is more closely related to fundamentals and less driven by the market.  This is likely because foreign ownership leads to a greater number of independent analysts covering the stock. China’s inclusion into the MSCI index and the establishment of the stock connect programs are examples of recent changes which will attract more foreign investment.

Finally, the government is pressuring banks to lend more to the private sector, this should also help the performance of stocks on the new board.

It would be surprising if Shanghai’s New Tech Board did not at least have a good start. Chinese investors have limited investment options, so the new board will be welcomed. Additionally, the government is guaranteed to lend a hand with promotion. At the very least a few impressive companies should make the board their home. However, there is a large risk that an initial stampede of investors could cause stock price overvaluations and subsequent crashes.

(*) Max Karnfelt is an economic analyst at the Mercator Institute for China Studies (MERICS). Follow him on Twitter at @max_karnfelt.

 

21AdMPSfywL21AdMPSfywL21AdMPSfywL

Home Investment

Le nouveau conseil technologique de Shanghai pourrait mieux performer que les tentatives précédentes.
Le nouveau conseil technique de Shanghai pourrait mieux fonctionner que les tentatives précédentes.

le: 26 février 2019 Dans: Investissement, Marchés, Marchés et Finances, Tech, Médias et Télécoms, HebdomadairesÉtiquettes: 1 Commentaire
Imprimer l'email

LE CORONAVIRUS ENCHINE


Par Max Kaernfelt (*)

Le président Xi Jinping a annoncé en novembre 2018 que la Bourse de Shanghai mettrait en place un conseil de l'équité en matière d'innovation et de technologie. Aucune date de lancement exacte ne semble avoir été communiquée au public. Le nouveau conseil d'administration représente une tentative renouvelée de transformer les marchés boursiers en catalyseur de l'innovation technologique. En améliorant l’accès des petites entreprises au capital, le nouveau conseil est destiné à aider à mettre le capital entre les mains d’entreprises dotées de nouveaux modèles commerciaux ou de technologies prometteuses.

Il n'est pas certain que le conseil technique puisse aider à atteindre efficacement cet objectif. D'autres cartes technologiques lancées précédemment ont sous-performé le marché pendant des années. Les caractéristiques du marché sont défavorables aux parts des petites entreprises idiosyncratiques, mais les développements récents résolvent certains de ces problèmes. Il y a lieu d'être optimiste quant au nouveau conseil d'administration.

unnamed

Le nouveau conseil pourrait atteindre plusieurs objectifs gouvernementaux à la fois

Des documents récents concernant le plan de modernisation industrielle Made in China 2025 mettent en évidence le rôle des entreprises innovantes dans l'avenir de l'économie chinoise. Fournir à ces entreprises un soutien financier suffisant et partager leurs bénéfices avec le marché intérieur devient une priorité politique. Selon certains rapports, la Chine compte désormais plus de licornes que les États-Unis. Mais des conditions plus favorables à l'extérieur du pays conduisent souvent ces sociétés à choisir de se faire inscrire à l'étranger ou à Hong Kong où la plupart des Chinois ne peuvent pas bénéficier de leur succès.

Le gouvernement chinois espère probablement que le conseil d'administration attirera également les géants de la technologie existants pour y inscrire leurs actions. Les tentatives visant à ramener sur le marché intérieur les actions d'entreprises technologiques chinoises cotées à l'étranger, telles qu'Alibaba et Xiaomi, n'ont pas abouti. Un rapport co-rédigé par la CCPI indique que le conseil devrait attirer un plus grand nombre de stocks à l'étranger. Comme la CCPI appartient majoritairement au gouvernement, les prévisions du rapport pourraient donner une fenêtre sur les espoirs du gouvernement pour le conseil d'administration.

Pékin a élaboré des règles spéciales conçues pour faire du conseil d'administration un endroit attrayant pour les entreprises. Les règles favorisent clairement les start-ups. Il permet aux entreprises qui ne sont pas encore devenues rentables de s'inscrire; le processus d'inscription sera plus rapide; les sociétés avec droit de vote pondéré seront acceptées (cette structure d'entreprise donne généralement plus de pouvoir aux fondateurs); et davantage de mouvements de prix doivent être tolérés. En outre, le lancement du conseil d'administration sera probablement couvert de près et favorablement par les médias d'État. Cela devrait conduire à des levées de capitaux importantes lors du premier tour des introductions en bourse.

Les tentatives passées d'utiliser les marchés boursiers pour stimuler l'innovation pourraient donner une idée du cycle de vie du nouveau conseil d'administration

Le conseil technique ChiNext de Shenzhen, qui a été lancé en 2010, avait des objectifs similaires à ceux du nouveau conseil technique. Initialement, ChiNext a extrêmement bien performé, entre 2010 et 2015, la valeur de l'indice a quadruplé. Il s'est ensuite écrasé et s'est stabilisé à un niveau inférieur. Ces dernières années, il a sous-performé le marché. Le montant des capitaux levés a diminué et le nombre d'introductions en bourse a également diminué.

La performance initiale de ChiNext ressemblait beaucoup à une bulle, un phénomène courant sur les marchés financiers chinois (voir un blog MERICS sur le sujet ici). Une fois que les cours des actions ont quitté le territoire de la bulle, les performances se sont détériorées. ChiNext a sous-performé la Bourse de Shanghai depuis 2017. Il y a plus d'une raison probable à cela.

Un problème rencontré par le type de petites entreprises qui pourraient figurer sur un tableau technique est le faible accès au crédit, car les banques d'État préfèrent généralement prêter aux entreprises publiques. Ce problème a été largement traité (par exemple par moi ici).

Un problème moins connu est la synchronisation des cours des actions, lorsque les cours des actions évoluent ensemble. Ce phénomène, provoqué principalement par un manque d'informations fiables spécifiques à l'entreprise, est courant dans les marchés émergents. L'étude scientifique la plus citée sur le sujet a révélé que 80% des actions chinoises évoluent ensemble au cours d'une semaine donnée (contre 56% aux États-Unis).
Cet exemple suivant illustre comment ce phénomène peut fausser le marché et nuire aux performances des entreprises dotées de modèles commerciaux uniques:

Imaginez un investisseur qualifié qui envisage d'acheter des actions dans une entreprise qui développe des robots industriels. Bien qu'il soit très différent de la plupart des sociétés cotées, le cours de l'action de cette société évoluera souvent de la même manière en raison de la synchronisation des cours des actions. L'investisseur supporterait cependant toujours le risque de perdre la totalité de son investissement. Cela pourrait se produire si, par exemple, on découvrait que les robots de l'entreprise ne fonctionnaient pas, ce qui provoquait la fermeture de l'entreprise. Si les retours sont faussés, le risque de tout perdre est le même. Dans ces circonstances, l'investisseur pourrait décider d'acheter un fonds qui suit plutôt le marché. Les retours sur investissement seraient souvent similaires, mais sans risque de perdre la totalité de l'investissement.

Mettez cet exemple à l'échelle de l'ensemble du marché et il apparaît clairement comment la synchronisation des cours des actions peut amener les investisseurs à éviter systématiquement les actions risquées, ce qui contribue à leur sous-performance sur le marché.


Raisons d'optimisme
Plusieurs développements laissent supposer que la nouvelle carte fonctionnera mieux que ChiNext:
Tout d'abord, comme mentionné dans la première partie de cet article, de nouvelles règles amélioreront la progression de la cotation.
Deuxièmement, l'augmentation des investissements étrangers peut aider à remédier à la synchronicité des cours des actions. La recherche montre que le cours des actions des sociétés à forte participation étrangère est plus étroitement lié aux fondamentaux et moins déterminé par le marché. Cela est probablement dû au fait que la propriété étrangère conduit à un plus grand nombre d'analystes indépendants couvrant le stock. L’inclusion de la Chine dans l’indice MSCI et la mise en place des programmes Stock Connect sont des exemples de changements récents qui attireront davantage d’investissements étrangers.
Enfin, le gouvernement fait pression sur les banques pour qu'elles prêtent davantage au secteur privé, ce qui devrait également contribuer à la performance des actions du nouveau conseil d'administration.
Il serait surprenant que le New Tech Board de Shanghai n’ait pas au moins pris un bon départ. Les investisseurs chinois ont des options d'investissement limitées, donc le nouveau conseil sera le bienvenu. De plus, le gouvernement est assuré de prêter main forte à la promotion. À tout le moins, quelques entreprises impressionnantes devraient faire du conseil d'administration leur domicile. Cependant, il existe un grand risque qu'une ruée initiale des investisseurs puisse entraîner des surévaluations des cours boursiers et des krachs ultérieurs.


(*) Max Karnfelt est analyste économique au Mercator Institute for China Studies (MERICS). Suivez-le sur Twitter à @max_karnfelt.

tintin-lotus-bleu-e1520363779177