Coronavirus : les incapables qui

 

gouvernent les Français

 

veulent s’auto-amnistier

 

Auteur de la SOURCE : Publié le 7 mai 2020 - par

FacebookTwitterLinkedInVKWhatsAppSMSFacebook Messenger

« Les salauds dorment en paix», tel est le titre d’un film de l’immense réalisateur qu’était le Japonais Akira Kurosawa. L’un de ses thèmes favoris était l’incompétence, les conflits d’intérêts, la corruption et la criminalité politicienne de son époque. Le scandale de santé publique française lié à la pandémie du Covid-19 ne l’aurait à coup sûr pas laissé indifférent.

Chaque jour voit surgir une nouvelle plainte au pénal ou un recours devant les tribunaux administratifs, ou devant le Conseil d’Etat, contre les responsables criminels de la gestion du coronavirus en France. Lesquels ont à répondre de quelque 33 000 morts (à ce jour) et de milliers de gens contaminés, non protégés, non dépistés, et non soignés efficacement à temps.

Mensonge initial de l’ex ministre de la Santé, Agnès Buzyn, sur la réalité des dangers du virus mortel, mensonges réitérés du gouvernement, confinement abusif, illégal, coercitif et propice à la contamination, incurie et intentions assassines pèsent sur le président Macron, le gouvernement Philippe et les hauts-fonctionnaires qui ont soutenu leur action. Tous redoutent désormais  d’être traduits en justice. Les griefs sont légion, de l’interdiction du traitement du Pr Didier Raoult, aux morts en EHPAD, en passant par la sélection des vieux malades visés par le décret d’euthanasie arbitraire « Rivotril » etc :  https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041763328&categorieLien=id

Sauve-qui-peut à la République en Marche

Aussi, la classe politique au pouvoir multiplie les propositions de textes pour enrayer toute poursuite judiciaire à l’encontre des décideurs qui ont à rendre compte des infractions pénales dans leur gestion de la pandémie. Craignant la vindicte populaire, ces sournois avancent masqués. Prenant hypocritement compassion pour la responsabilité pénale des maires, un ramassis de 138 députés et 19 sénateurs d’En marche pour Macron demandent une protection juridique pour les maires, dans le cadre du déconfinement. Là est le kiosque du sous-marin. En profondeur, la machinerie monte en puissance pour alimenter la plus grande machination sanitaire de la Ve République : le blanchiment total de la caste des serviteurs croque-morts de la macronie.

La loi pour amnistier Macron et ses ministres votée par le Sénat « Nul ne peut voir sa responsabilité pénale engagée du fait d’avoir exposé autrui à un risque de contamination par le coronavirus »

« Du jamais vu ! C’est la première fois dans l’histoire de France qu’un président et son gouvernement proposent un projet de loi pour s’auto-amnistier avant même la fin d’une crise… et les sénateurs l’ont déjà voté !

Après la suppression de la liberté de mouvement, de la liberté de manifester, de la liberté de se soigner, de la liberté de travailler et de protéger sa famille, les pauvres Français se voient supprimer la liberté de demander réparation en justice… » : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Next INpact a analysé ligne par ligne, le texte sénatorial transmis à l’Assemblée nationale. « Là, où le gouvernement pourra compter sur « sa » majorité parlementaire »

article 1er « Cet amendement réduit la durée de la prorogation de l’état d’urgence sanitaire proposée  et anticipe sa date de fin au 10 juillet, au lieu du 23 juillet dans le projet de loi déposé.

Au regard des incertitudes qui pèsent encore sur les conditions dans lesquelles sera mené le déconfinement, il apparaît en effet souhaitable que le Parlement, si un nouveau prolongement de l’état d’urgence sanitaire se révélait nécessaire, se prononce dans un délai plus court que celui proposé par le Gouvernement. » :  https://www.senat.fr/amendements/commissions/2019-2020/414/Amdt_COM-159.html , la suite expliquée simplement sur : https://www.nextinpact.com/news/108959-le-projet-loi-sur-letat-durgence-ligne-par-ligne-version-senat.htm

Les liens de référence : 

http://www.senat.fr/scrutin-public/2019/scr2019-101.html  + https://www.senat.fr/amendements/2019-2020/417/Amdt_194.html + http://www.senat.fr/espace_presse/actualites/202005/prorogation_de_letat_durgence_sanitaire.html + http://www.senat.fr/scrutin-public/2019/scr2019-103.html

Qui a voté quoi au Sénat et ventilation par groupe politique : http://www.senat.fr/scrutin-public/2019/scr2019-103.html

 

Nombre de votants : 345
Suffrages exprimés : 265
Pour : 240
Contre : 25

Objectif : soustraire à la justice les acteurs publics de la crise sanitaire 

Morgane Daury-Fauveau,  directrice du Centre d’Etudes et de Recherches Universitaire (laboratoire d’idées indépendant), n’est pas dupe et alerte : « alors que le titre de la tribune, et son ton général semblent ne se préoccuper que du sort des maires, il apparaît en réalité que ses signataires veulent soustraire à la justice une très grande partie des acteurs publics de la crise sanitaire que nous traversons.

En effet, la tribune annonce vouloir « élargir le champ de la réflexion à l’ensemble des personnes dépositaires d’une responsabilité publique ou d’une mission de service public ». On soulignera au passage la curieuse expression « dépositaire d’une responsabilité publique » inconnue du langage juridique et plus largement de la langue française jusque-là. Et plus loin, les signataires annoncent qu’ils vont proposer « une adaptation de la législation pour effectivement protéger les maires pénalement, mais aussi toutes les personnes dépositaires d’une mission de service public dans le cadre des opérations de déconfinement, et ce, pour une période limitée, et qui réponde principalement aux attentes réelles des édiles de France ».

Gageons qu’au bout du compte, on retrouvera dans le texte le tiercé habituel des atteintes à l’autorité de l’État, réprimées par le livre IV du code pénal : personne dépositaire de l’autorité publique, personne chargée d’une mission de service public et personne investie d’un mandat électif public… ». Source et analyse complète sur : https://www.ceru.fr/spip.php?article222

Echapperaient ainsi à toutes condamnations : le président de la République, les ministres, les secrétaires d’État, les parlementaires (une fois, le cas échéant, les immunités levées), le directeur général de la santé, les agents des ARS, le président et les membres du Conseil scientifique Covid-19, les préfets, les maires et leurs adjoints

« La proposition a donc pour ambition d’amnistier préventivement une bonne partie des agents de l’État et des collectivités territoriales, en tous cas ceux dotés d’un pouvoir de décision et souvent de contrainte (personnes dépositaires de l’autorité publique), les personnes, qu’elles soient fonctionnaires ou non, qui poursuivent une mission d’intérêt général, mais sans disposer d’un pouvoir de décision ou de contrainte (personnes chargées d’une mission de service public) et enfin les élus, tous les élus. Concrètement, ne seraient pas susceptibles de poursuites pénales, pêle-mêle et au hasard, le président de la République, les ministres, les secrétaires d’État, les parlementaires (une fois, le cas échéant, les immunités levées), le directeur général de la santé, les agents des ARS, le président et les membres du Conseil scientifique Covid-19, les préfets, les maires et leurs adjoints, etc… »

Toutefois : «  il est fort à parier que la pénurie de masques et de tests, l’inertie du gouvernement malgré les avertissements, notamment de l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, l’interdiction de prescription de l’hydroxychloroquine et azithromicine (si l’efficacité du traitement est finalement révélée), sont des scandales sanitaires majeurs dont les acteurs devront répondre. » Amnistie préventive : panique à bord. Pr. Morgane Daury-Fauveau, Professeur de droit privé, spécialiste du droit pénal, Directeur du CERU, le labo d’idées universitaire https://www.ceru.fr/spip.php?auteur22

Avec l’assentiment des maires, pas de procès pour le gouvernement. Le Sénat vote une loi pour amnistier le gouvernement des fautes commises durant la crise du COVID

https://youtu.be/ds4txwkZqsY

lien de secours https://youtu.be/ds4txwkZqsY

Ces chers maires, majoritairement de petites communes, si cajolés par les sénateurs qu’ils élisent

Le problème n’est pas nouveau et l’affaire de l’amnistie évoqué supra le remet sur le devant de la scène : à quoi servent les quelques 34 500 édiles inféodés aux millefeuille des compétences  intercommunales et assujettis aux préfectures? Réponse : à palper 1000 € d’indemnités minimum par mois pour réunir un conseil municipal par trimestre, pour entériner les décisions des intercos, puis attendre la validation de leurs délibérations par le préfet.

A leur décharge, ces maires, soi disant apolitiques, aux slogans de campagne puérils et convenus, sont élus par la puissance qui ne voit pas plus loin que le bout de son jardin, voire de ses terres d’élevage ou de céréales. Avec un phénomène qui progresse : des palanquées de bobos écolos friqués, nouveaux résidents ou néo ruraux revenus, qui se font élire haut la main, déduction faite des abstentionnistes de villages. Tôt ou tard d’ailleurs, tous verront des plantations d’éoliennes et des champs de panneaux solaires agrémenter leurs paysages. Le chant du coq, les grelots des vaches, les odeurs de fumier et de purin, les routes défoncées par les engins agricoles et les cloches de l’église ne tarderont pas aussi à déranger ces citadins en mal de verdure et en mal d’accueil de migrants.

De la même manière, la majorité des populations rurales se fout comme de l’an 40 des problèmes des zones urbaines de droit islamique, y compris quand ses étudiants s’y font massacrer. Il n’est de pires aveugles et de sourds que ceux qui ne veulent ni voir, ni entendre. Dans le concert des mal comprenants, ils sont légion.

Pourtant, tous les six ans, c’est ce bâton merdeux que des candidats à la mairie ne rechignent pas à briguer, sans jamais remettre en question, la question d’un échelon territorial de trop.

Et ces pions de mairies fleuries sont l’électorat majoritaire des sénateurs. Inutile donc de chercher bien loin la raison de leur vote : http://www.senat.fr/scrutin-public/2019/scr2019-103.html . Pas besoin non plus d’être Jérémie sur le pourquoi de la tenue du premier tour contaminant des élections municipales du 15 mars dernier, veille du confinement.

Coronavirus : Macron était au courant depuis… décembre

Le Canard enchaîné : « l’ambassadeur de France à Pékin Laurent Bili a alerté le Quai d’Orsay et l’Elysée dès le mois de décembre 2019 sur les dangers du virus alors signalé à Wuhan, soit plusieurs semaines avant son arrivée en Europe. Mais Jean-Yves Le Drian et Emmanuel Macron sont restés sourds à ces informations pour le moins inquiétantes. « Quand sont parvenues à Paris les informations relatives à l’apparition d’un nouveau virus, il était encore possible, pour un président conscient de ses responsabilités, de constituer un bon stock de masques, de tests et de respirateurs. Mais Macron n’a pas trouvé le temps d’y penser », Un premier cas le 27 décembre… »

* Les salauds dorment en paix : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19484789&cfilm=54494.html 

La France Retrouvée accuse le gouvernement français

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ». 

Constitution de l’an I, article 35 

Alors que la France compte parmi les niveaux de dépenses publiques et de prélèvements sociaux les plus élevés au monde, la gestion de l’épidémie de Covid-19 par le gouvernement français peut être qualifiée de catastrophique, compte tenu des résultats obtenus et des moyens déployés.

Même si le bilan définitif de l’épidémie n’est pas encore connu, il est aujourd’hui admis que : 

  • En France, près de 25 000 personnes ont été victimes du Covid-19
  • La France occupe le 4ème rang mondial en termes de décès par nombre d’habitant
  • La France a rapidement manqué de matériel et d’équipements essentiels à la lutte contre l’épidémie ainsi qu’à la protection du personnel médical et de la population : masques, blouses, tests…
  • La France a mis en place un des dispositifs de confinement parmi les plus longs et les plus stricts au monde, décision ayant grandement contribué à réduire les libertés publiques ainsi qu’à mettre gravement en péril l’activité économique.
  • Pas plus que cette crise n’était « imprévisible », ce résultat n’était pas une fatalité.
    Il est le fruit d’un échec systémique : faillite de l’État, organisation défaillante, refus de s’inspirer des bonnes pratiques en vigueur dans d’autres pays et en absence de mises en œuvre des protocoles pourtant développés par les services compétents pour faire face à des crises de cette nature.
    Par conséquent, la France Retrouvée accuse formellement le gouvernement français et les responsables de la gestion de cette crise d’avoir, par leur incompétence et leur négligence, mis en danger les Français et contribué à affaiblir davantage la nation française.

La France Retrouvée accuse le gouvernement français : 

  • de n’avoir pas tenu compte des signaux d’alerte communiqués dès janvier par différents canaux : spécialistes du risque, retour de terrain, services de renseignement et de n’avoir pas préparé le pays en conséquence
  • de n’avoir pas constitué ou reconstitué rapidement des stocks stratégiques de masques et de tests et de n’avoir pas donné suite à un grand nombre de propositions et d’initiatives visant à fournir de manière rapide de tels équipements à la population française
  • de ne pas avoir suivi les protocoles de gestion de crise mis en place par les services de l’État, notamment le plan du Secrétariat Général à la Défense et à la Sécurité Nationale datant de 2009 prévoyant en cas de pandémie la fermeture des frontières, l’arrêt des liaisons aériennes et plus généralement le maintien d’un stock important de masques dans l’éventualité d’une telle crise.
  • d’avoir refusé par idéologie de fermer les frontières de la France, de stopper les liaisons aériennes en provenance des zones à risque et de ne pas avoir identifié les voyageurs porteurs du virus pour assurer ensuite leur placement en quarantaine
  • de ne pas avoir encouragé puis exigé le port obligatoire du masque dans l’espace public et d’avoir dans le même temps empêché les professionnels de santé, notamment les pharmacies, de rendre de tels équipements largement accessibles aux Français
  • d’avoir maintenu le premier tour des élections municipales en dépit du risque sanitaire immense que cette décision faisait peser sur les électeurs et les élus
  • d’avoir indûment jeté l’opprobre et interdit la prescription hors du cadre hospitalier d’un médicament connu depuis près de 80 ans et prescrit chaque année à des dizaines de millions de patients et constituant une piste prometteuse de traitement d’urgence
  • d’avoir donné l’ordre aux forces de sécurité de ne pas chercher à faire respecter le confinement dans certains quartiers par crainte d’émeutes et de troubles à l’ordre public.
  • plus généralement d’avoir démontré à chaque étape de cette crise, une incompétence, une désorganisation et une incohérence dans le discours comme dans les actes.

Pour toutes ces raisons, La France Retrouvée demande donc : 

  • la démission du président de la République et en cas de refus, sa destitution
  • la démission de l’ensemble du gouvernement
  • la dissolution de l’Assemblée Nationale
  • la création d’une cour de justice exceptionnelle afin de juger devant la Nation les responsables de la gestion désastreuse de cette crise : président, ministre, conseillers, directeurs des agences de santé, médecins mais aussi journalistes et « experts ».
  •             Une cour de justice exceptionnelle 

    Cette cour sera un tribunal populaire.
    Elle aura pour objectif d’établir les responsabilités des dirigeants actuels dans ce désastre mais aussi celles des gouvernements précédents dont les décisions ont pu contribuer à affaiblir nos capacités de réponse à une crise sanitaire de grande ampleur.
    Cette cour aura également pour but de déterminer dans quelle mesure la défense d’intérêts particuliers, étrangers ou catégoriels ont pu conduire à la prise de décisions contraires à l’intérêt général et à la mise en danger des Français.
    Enfin, elle établira la responsabilité des journalistes, « experts » et autres intervenants médiatiques dans la propagation d’informations erronées ayant pu contribuer à désinformer les Français sur un sujet d’intérêt général et de santé publique.
    Les jugements prononcés par cette cour pourront inclure des peines de prison ferme, la confiscation des biens, la privation des droits civiques, la déchéance de la nationalité française suivie de l’expulsion du territoire national et la condamnation à la damnatio memoriae. » NDLR : La damnatio memoriae était votée par le Sénat romain à l’encontre d’un personnage politique. Elle consiste par exemple en l’annulation de ses honneurs, l’effacement de son nom des monuments publics, la déclaration de son anniversaire comme jour néfaste ou le renversement de ses statues. Source Wikipédia. 

  • Dans le même contexte

Lons-le-Saunier, Jura : l’épouse d’un médecin décédé du coronavirus va porter plainte contre Olivier Véran, Agnès Buzyn et l’Agence régionale de santé « J’irai très loin ! » : https://www.europe-israel.org/2020/05/lons-le-saunier-jura-lepouse-dun-medecin-decede-du-coronavirus-va-porter-plainte-contre-olivier-veran-agnes-buzyn-et-lagence-regionale-de-sante-jirai-tres-loin/

Des médecins portent plainte contre le « respectable » Pr Chauvin. Publié le 2 mai 2020  https://ripostelaique.com/author/jacques-chassaing

Nos criminels prolongent l’état d’urgence sanitaire pour se protéger. Publié le 3 mai 2020  https://ripostelaique.com/nos-criminels-prolongent-letat-durgence-sanitaire-pour-se-proteger.html

Un Nuremberg pour nos politicards est impossible, sauf si…. Publié le 29 avril 2020  https://ripostelaique.com/un-nuremberg-pour-nos-politicards-est-impossible-sauf-si.html

Il faut empêcher la fuite du gouvernement génocidaire de Macron. Publié le 22 mars 2020  https://ripostelaique.com/il-faut-empecher-la-fuite-du-gouvernement-genocidaire-de-macron.html

651 drones pour surveiller les Gaulois réfractaires. Publié le 6 mai 2020  https://ripostelaique.com/651-drones-pour-surveiller-les-gaulois-refractaires.html

 

Auteur de l'éditorial :

Jacques CHASSAING

IMPORTANT : Tous les liens et renvois mentionnés dans cet article constituent des éléments factuels corroborés, à l’appui des opinions et des faits exprimés par l’auteur Jacques Chassaing, ici, ainsi que dans tous les articles qu’il signe.