Des policiers se mobilisent face aux accusations de racisme et critiquent le Mistre de l' Intérieur Christophe Castaner

11 juin 2020, 18:35 © Charles Baudry / RT France IMAGES

images

Mobilisation devant un commissariat parisien, le 11 juin. Des rassemblements se sont tenus à Roubaix, à Nice ou Toulouse pour dénoncer les accusations de racisme adressées aux forces de l'ordre. Dans le même temps, les syndicats étaient reçus place Beauvau, avec le sentiment d'être abandonnés par l’exécutif. Plusieurs manifestations de policiers se sont déroulées les 10 et 11 juin dans l’Hexagone pour protester contre les accusations de racisme proférées à l’encontre des forces de l’ordre ainsi que pour exprimer un mécontentement face aux récentes déclarations du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

 

5ee0f58e87f3ec53bb3c1a41

 

Celui-ci avait envisagé le 8 juin «la suspension systématiquement envisagée en cas de soupçon avéré de racisme», provoquant nombre de réactions. L’exécutif «risque de subir la colère des policiers», selon le syndicat Alliance. Dans le même temps, les représentants syndicaux de la police ont été reçus par le ministre place Beauvau, ce 11 juin, pour deux journées d'entretiens. Katia Pecnik, notre journaliste sur place, a évoqué des «policiers et syndicats extrêmement en colère».

«C'est trop facile de citer M.Castaner. Il y a M.Castaner et tous les autres [...] Au dessus de M.Castaner il y a M.Macron et aujourd'hui il ne soutient pas sa police. Le gouvernement a deux choix : soit la soutenir [la police] et l’annoncer soit ils risquent de subir la colère des policiers», a tempêté Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat Alliance au micro de RT France. Même constat chez son collègue Yves Lefebvre (Unité SGP Police FO), qui a, lui, appelé sur BFMTV les policiers à «se rassembler ce soir à 18h devant les commissariats et à déposer à terre de manière symbolique leurs menottes».

5ee25da887f3ec7c18023105

Roubaix, Nice, Toulouse, Paris, peu avant le début des réunions, une centaine de policiers se sont réunis devant le commissariat de Roubaix (Nord) selon actu.fr. Une vidéo mise en ligne par un membre des forces de l’ordre renommé sur les réseaux sociaux, @DeltaMike59, aussi connu sous le pseudonyme «Matricule007», montre les fonctionnaires alignés devant l’hôtel de police. Leurs menottes sont déposées au sol.

«Les policiers en ont ras-le-bol d’être pointés du doigt […] les accusations de racisme sont totalement disproportionnées. On fait une généralité sur toute une profession d’une minorité qui effectivement a des comportements condamnables […] Effectivement, il y a des comportements qu’il faudra sanctionner, mais l’institution n’est pas raciste, la majorité des collègues font un boulot exceptionnel», assure auprès du site d’informations un agent présent sous couvert d’anonymat.

Eu4MuXCY-IdTYRsV

Plus tard dans l'après-midi, ils étaient une centaine devant le commissariat de Toulouse et ont aussi déposé leurs menottes au sol en signe de protestation, d'après des images d'un journaliste de Radio Occitania, radio associative basée dans la Ville Rose. Vers 18h, des policiers se sont également rassemblés devant un commissariat parisien, comme en témoignent les images de notre reporter sur place.  La veille, quelques dizaines de fonctionnaires de police s’étaient, eux, retrouvés sur la place Masséna de Nice, d’après nos confrères de Nice-Matin. Ils étaient 70, accompagnés de 16 véhicules selon Karine Jouglas, secrétaire départementale du syndicat Alliance.

JARINE JOUGLAS DU SYNDICAT ALLIANCE-PHOTO DR

«On bafoue nos droits et la présomption d’innocence. Les policiers ne comprennent pas pourquoi le gouvernement réagit dans la précipitation après une manifestation de 23 000 personnes alors que plus de 80 % de la population ont confiance en la police. Beaucoup de ceux qui nous critiquent ignorent la réalité de notre métier, la détresse des habitants des cités qui subissent la délinquance au quotidien», s’est-elle insurgée auprès du quotidien régional Nice-Matin.

POLICIERS EN COLERE CONTRE CASTANER

Lire aussi Violences policières : le Défenseur des droits ouvre une enquête sur l'affaire Gabriel.

Autre point de crispation : l’abandon de la technique de «la prise par le cou». Jugée trop dangereuse par le ministère, comme par certaines familles de victimes, son interdiction avait également été décidée par Christophe Castaner lors de sa conférence de presse du 8 juin. «Que les politiques écoutent les hommes de terrain. Il n’y a pas une intervention qui se ressemblent […] Les techniques utilisées sont éprouvées», a fait valoir de son côté un ancien patron du Raid à Nice, toujours auprès de Nice-Matin. Ces derniers mois, entre crise des Gilets jaunes, mouvement contre la réforme des retraites ou encore mobilisation dans les services publics, de nombreuses tensions sont apparues entre le Ministère de l'Intérieur et ses agents.

S'il [Christophe Castaner] veut décrisper la situation, qu'il démissionne !

castaner-nunez

Le vrai geste qu'attendent les gens, c'est ça. Sur l'affaire Traoré, ce n'est pas la peine de nous jouer les bourgeois de Calais qui viennent faire amende honorable avec la corde au cou. On ne joue pas l'apaisement après avoir mis le feu à la citoyenneté pendant toute la crise des Gilets jaunes», avait souligné Jean-Pierre Colombies, ancien commandant de police et porte-parole de l'association de policiers en colère UPNI, auprès de notre journaliste Antoine Boitel. Présent au Sénat le 10 juin, le Premier ministre Edouard Philippe a assuré ne pas vouloir «que la peur change de camp, que la présomption passe de celui qui trouble l’ordre public à celui qui le défend». «Si nous acceptons cette facilité de l'esprit sous le coup d'une émotion légitime et partagée, la République bascule», a-t-il ajouté devant les élus du palais du Luxembourg. LIRE AUSSI Le gouvernement lâche-t-il sa police ? Policiers de terrain et organisations syndicales en colère.

Manifestation-des-policiers-C-est-un-avertissement-severe-au-gouvernement

France Raconter l'actualité

SOURCE : En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/75888-policiers-se-mobilisent-face-accusations-racisme-critiquent-castaner?utm_source=browser&utm_medium=push_notifications&utm_campaign=push_notifications

 

 

cropped-fp-266x200

Lettre ouverte du syndicat France Police – Policiers en colère au Président de la République Emmanuel Macron lui demandant les démissions de Christophe Castaner et Nicole Belloubet

belloubet castaner démission policiers en colère racisme camélia jordana

Monsieur Le Président de la République,

Jamais sous la cinquième République, la police nationale et la gendarmerie nationale n’avaient été à ce point humiliées.

Le réflexe pavlovien du ministre de l’Intérieur et de la Garde des seaux consistant à accréditer les discours laissant croire que nos deux Institutions seraient racistes, est de nature à affaiblir l’autorité de l’Etat et à excuser les violences graves commises chaque jour contre nos personnels.

En piétinant la présomption d’innocence par la promesse de suspendre systématiquement nos collègues en cas de soupçon avéré de racisme, votre ministre commet une faute politique et juridique, tout comme il se trompe lorsqu’il refuse de déposer plainte contre une Camélia Jordana accusant la police nationale de massacrer des personnes en banlieue en raison de leur couleur de peau.

En voulant recevoir la famille Traoré alors qu’une enquête judiciaire est en cours et que rien ne prouve en l’état que nos collègues gendarmes ont commis une bavure, la ministre de la Justice porte atteinte au principe de séparation des pouvoirs et à l’indépendance des juges qu’elle tente d’influencer par un rendez-vous médiatique.

Monsieur le Président de la République, vous êtes le gardien de nos Institutions et de notre Constitution. Les fautes graves commises par deux membres du gouvernement à la tête de deux ministères régaliens ne peuvent rester sans une réponse directe de votre part. Le lien et la confiance entre ces deux ministres et les policiers sont irrémédiablement altérés. Madame Belloubet et monsieur Castaner doivent rendre les clés des places Vendôme et Beauvau.

Dimanche, vous vous adresserez aux Français. Les policiers attendent une clarification de votre part.

Non, la police n’est pas raciste. Les violences policières racistes n’existent pas. En revanche, oui, les policiers et les gendarmes subissent quotidiennement des violences graves et, malheureusement, la réponse judiciaire est souvent insuffisante, voire inexistante.

Les accidents domestiques causent la mort de 20.000 français par an. Sur les millions d’interpellations de police pratiquées au cours d’une décennie, il peut y avoir quelques cas litigieux, ce n’est pas pour autant qu’il faut remettre en cause les techniques d’intervention policières.

Plus de 3.000 personnes perdent la vie chaque année sur les routes de France. Va-t-on pour autant interdire aux Français de prendre leurs voitures ?

Le risque zéro en matière d’interpellations n’existe pas et n’existera jamais. Le meilleur moyen d’éviter les blessures lors des interpellations est de ne pas résister aux agents interpellateurs.

Concernant l’écran de fumée du pistolet à impulsions électriques, notre organisation syndicale accepte sa généralisation en moyen de défense supplémentaire mais pas en remplacement de techniques professionnelles qui seraient interdites.

L’usage du Taser répond aux règles très strictes de la légitime défense. Cette arme de force intermédiaire ne peut se substituer aux techniques d’étranglement ou de plaquage ventral.

Dans l’attente de vous rencontrer pour échanger avec vous sur ces sujets, recevez, monsieur Le Président de la République, le témoignage de mon profond respect républicain.

Michel Thooris,secrétaire général du syndicat France Police – Policiers en colère.

Les policiers sont appelés à déposer symboliquement leurs menottes ce soir à 18h. Et après ?

POLICIERS RACISME PROTESTATION COLERE syndicats de police

Certains syndicats de police appellent les collègues à déposer symboliquement leurs menottes ce soir à 18h !

Si France Police – Policiers en colère soutiendra cette initiative, notre syndicat n’est pas dupe de la manoeuvre des syndicats de police majoritaires. Qu’attendent-ils pour demander la démission du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ?

Pourquoi ne pas avoir appelé les policiers à déposer leurs menottes au moment des Gilets jaunes ?

Ne nous y trompons pas ! Les syndicats de police reçus en ce moment place Beauvau par Castaner sont les meilleurs alliés de la Macronie !

Alors que le syndicat Alliance Police Nationale a appelé à voter Macron en 2017, que le syndicat Unité SGP Police FO passe son temps à voler au secours de Castaner, tout comme l’Unsa-police d’ailleurs, les représentants du personnel de la police nationale sont les premiers responsables de la situation actuelle.

Les syndicats de police n’ont qu’un seul et unique objectif : éviter un nouveau mouvement spontané de policiers en colère.

Après avoir vendu les collègues au moment de la réforme des retraites, les syndicats de police vont à nouveau essayer de faire avaler aux collègues des réformes qui affaibliront un peu plus encore l’autorité de notre Institution (si toutefois il reste une once d’autorité aux flics en France..).

Eviter une fronde similaire à celle de 2016 dans la police nationale tout en maintenant Castaner sous perfusion, c’est la délicate mission confiée aux sinistres syndicats policiers..

Ils nous prennent vraiment pour des cons..

Pour faire oublier les Gilets jaunes mutilés, nos publicitaires du gouvernement ont trouvé une astuce : faire passer les flics pour des racistes qui massacrent les dealers de couleurs dans les cités..

police raciste gilets jaunes mutilés castaner

Tout policier suspecté de racisme sera immédiatement suspendu ! C’est la promesse de Castaner à ceux qui manifestent en insultant nos collègues noirs de « traîtres » ou en qualifiant la France « d’Etat terroriste » et « totalitaire »…

Aux chiottes la présomption d’innocence pour les flics ! N’importe quel mis en cause pourra désormais accuser un policier de racisme pour le faire suspendre !

Collègues ! L’IGPN va devoir recruter !!! Les collègues en BSU ont jusqu’à 180 dossiers en souffrance, faute de personnels.. Combien de dossiers de dealers et autres braqueurs se plaignant d’interpellations trop musclées, « la police des polices » va t-elle devoir instruire ? Combien de collègues vont être suspendus sur dénonciations imaginaires ?

Faute d’affaire Floyd en France et l’affaire Théo ayant fait pschitt, nos artistes millionnaires « engagés » (dans leur quête du pognon et de leur notoriété) instrumentalisent une affaire de la gendarmerie, l’affaire « Traoré », faute d’affaire de la BAC ou des CRS à se mettre sous la dent..

Pourquoi la Macronie n’est-elle pas montée au créneau sur l’affaire Steve Caniço à Nantes ?

Peut-être parce que Steve Caniço était blanc et que la hiérarchie et le gouvernement étaient mis en cause par les médias dans sa noyade ? Non ?

En revanche en faisant un bon amalgame entre Floyd, Adama Traoré et TN Rabiot (Facebook), on obtient une excellente soupe à faire avaler à l’opinion publique pour faire passer l’ensemble des policiers pour des racistes et le gouvernement pour des saints, luttant contre le racisme !

On nous prend vraiment pour des cons..

La police française est-elle raciste ? Bfm Wc ne parle plus que de ça depuis 24h ! Traoré / Floyd même combat ? France Police – Policiers en colère a analysé les photos des fameuses gueules cassées..

les gueules cassées

Alors ? la police française est-elle raciste ou pas ? A vous de juger sur pièces !

Oui ! Ce post est polémique et nous l’assumons !

La police est black, blanc, beur.. Lorsqu’un collègue black interpelle un dealer noir, est-ce du racisme ? Lorsqu’un collègue rebeu interpelle un braqueur arabe est-ce du racisme ? Lorsqu’un collègue « gaulois » interpelle un « français de souche » en train de cogner sa femme, est-ce du racisme anti-blanc ?

La police n’est pas raciste ! Elle fait son travail et interpelle ceux qui enfreignent la loi, sans haine ni passion. Le racisme systémique dénoncé par quelques « artistes » n’existe pas, à moins de supposer que Sibeth Ndiaye ordonne par l’intermédiaire de Castaner d’arrêter des français noirs en raison de leur couleur de peau ! Ridicule !

Puisque la police est soit disant pourrie jusqu’à l’os, pourquoi le gouvernement et Bfm Wc ne décrètent-ils pas une semaine sans police ? Juste histoire de tester le civisme de la population et de voir comment la société s’organise sans nos services..? Chiche ?

POLICIERS EN COLERE A PARIS