PUBLIÉ PAR TEAM 100 JOURS LE 7 OCTOBRE 2020

La « Team 100 jours » qui a couvert les 100 premiers jours de l’élection du président Trump (1) publie chaque jour les événements essentiels qui entourent cette élection, et n’en déplaise à beaucoup, en se basant sur les faits, rien que les faits.

La page est quotidiennement actualisée, et à mettre dans vos favoris.

Chaque jour jusqu’au 3 novembre, nous publierons les événements essentiels de cette élection. Dreuz a beau être un site conservateur et souhaiter un second mandat de Donald Trump, nous sommes avant tout un site d’information honnête, et nous rapporterons des faits dont peu de médias, voire aucun média ne veut parler, lorsqu’ils sont à mettre au crédit du président – les informations négatives, elles, sont immédiatement sur toutes les chaînes.

DONALD TRUMP PRESIDENT IN 2020 NOW !

Mercredi 7 octobre – 28e jour

Trump

  • Les principaux rabbins d’Israël ainsi que l’envoyé spécial américain ont prié lundi pour que le Président Donald Trump se remette du coronavirus en le nommant pendant les prières de Soukkot au Mur Occidental de Jérusalem.
    Le rabbin du Mur Occidental, Shmuel Rabinovitch, a annoncé qu’une mi-sheberach spéciale — la prière juive pour la guérison — serait récitée au nom de « Donald John, fils de Fred » :

« Que celui qui a béni nos ancêtres Abraham, Isaac et Jacob, Moïse, Aaron, David et Salomon envoie un prompt rétablissement à Donald John, fils de Fred », a entonné le rabbin Rabinovitch.

« Que le Saint Béni déborde de compassion pour lui, qu’il le restaure, le guérisse, le fortifie, l’anime ».

  • Les personnes présentes à la prière, dont les grands rabbins d’Israël David Lau et Yitzhak Yosef, l’ambassadeur américain en Israël David Friedman, le maire de Jérusalem Moshe Leon, ont répondu « Amen ».
  • Mardi matin, le Président Trump a déclaré qu’il attendait avec impatience le prochain débat avec l’ancien vice-président Joe Biden, bien qu’il ait contracté le coronavirus. Il a écrit sur Twitter :

« J’attends avec impatience le débat du jeudi 15 octobre au soir à Miami. Ce sera génial ! »

  • Le président a été testé positif pour le virus dans la nuit de jeudi à vendredi et a été transféré à l’hôpital Walter Reed pour y être soigné. Il est revenu à la Maison-Blanche lundi soir.
  • Il a également écrit sur Twitter mardi qu’il se « sent bien » malgré sa lutte contre le virus.
  • Le médecin de la Maison-Blanche, le Dr Sean Conley, a déclaré mardi que le Président n’avait aucun symptôme après être rentré chez lui lundi soir :

« Ce matin, l’équipe de médecins du président l’a rencontré à la résidence. Il a passé une première nuit reposante à la maison, et aujourd’hui il ne rapporte aucun symptôme. »

  • Selon le Dr Conley, les signes vitaux et l’examen physique du président sont restés stables, avec un niveau de saturation en oxygène ambulatoire entre 95 et 97 %.

« Dans l’ensemble, il continue de se porter extrêmement bien », a conclu le Dr Conley. « Je vous tiendrai au courant dès que nous en saurons plus. »

  • Mardi après-midi, le Président a mis fin aux négociations avec la présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, pour un projet de loi visant à lutter contre le coronavirus, après des semaines de tentatives infructueuses :

« Nancy Pelosi demande 2,4 milliards de dollars pour renflouer les Etats Démocrates mal gérés et à forte criminalité, c’est de l’argent qui n’a rien à voir avec le coronavirus », a écrit Trump sur Twitter.

« Nous avons fait une offre très généreuse de 1,6 milliard de dollars et, comme d’habitude, elle ne négocie pas de bonne foi ».

  • M. Trump a déclaré que son administration réexaminerait l’idée d’une aide pour les coronavirus après les élections :

« J’ai demandé à mes représentants d’arrêter de négocier jusqu’après l’élection, lorsque, immédiatement après ma victoire, nous adopterons un important projet de loi de stimulation qui se concentrera sur les Américains qui travaillent dur et les petites entreprises », a-t-il écrit.

Biden

  • Lundi soir, NBC a accueilli Joe Biden pour une assemblée publique, avec des électeurs supposément « indécis ».
    • Parmi les quelque 11 électeurs qui ont pu poser des questions, l’un « penchait » vers Biden, un autre était un « Républicain enregistré » qui penchait vers Biden, et un autre encore était un ancien Républicain enregistré qui avait voté pour Hillary Clinton en 2016.
    • Un autre électeur avait également voté pour Hillary Clinton en 2016, mais avait également voté pour des Républicains. Aucun des électeurs n’a été décrit comme soutenant le Président Donald Trump ou comme « penchant » de son côté.
    • Toutes leurs questions portaient sur ce que Biden avait l’intention de faire en tant que président, au lieu de questions difficiles qui auraient remis en question son bilan en tant qu’homme politique ayant servi 36 ans au Sénat et huit ans en tant que vice-président de Barack Obama. Les critiques ont pris note de l’échange peu stimulant de lundi soir.
    • Il n’y avait pas non plus de cris et de questions qui dérangent. Cette assemblée publique ressemblait davantage à une émission de télévision, doublée d’un publireportage sur Joe Biden.
  • Joe Biden a confirmé qu’il assisterait au second débat avec Trump en personne si les scientifiques disent que c’est sans danger :

« Écoutez la science, si les scientifiques disent que c’est sans danger et que les distances sont sans danger, alors je pense que ça va », a déclaré M. Biden aux journalistes lors d’un voyage en Floride. « Je ferai tout ce que les experts disent être approprié. »

L’Amérique socialiste bidenisée

  • Le Sénateur Républicain du Texas, Ted Cruz a dénoncé le New York Times (NYT) plus précisément la chroniqueuse de la section Opinions du Times, Maureen Dowd, après qu’elle ait affirmé que la réputation de l’Hôpital Walter Reed était en « lambeaux » après avoir traité le Président Donald Trump pour le coronavirus :

« Lorsque Trump en a franchi les portes, Walter Reed avait une réputation d’excellence. Lorsqu’il en est sorti, 72 heures plus tard, la réputation de l’hôpital a été démolie. Il n’y a rien que Trump ne puisse ruiner. » a déclaré Mme Dowd alors que la nation apprenait le départ imminent de Trump de l’hôpital après qu’il y ait passé le weekend dernier, sous traitement pour le virus de Wuhan.

« Le NYT s’en prend à Walter Reed parce que le Président n’est pas mort ! » s’est indigné le Sénateur Cruz, « Votre haine vous a détruit ».

  • Des personnalités progressistes ont lancé une série d’attaques contre le président depuis sa sortie de l’hôpital, lui reprochant d’avoir enlevé son masque à l’extérieur de la Maison-Blanche et de s’être déchaîné avec un message positif, dans lequel il disait au peuple américain de ne pas vivre dans la peur du virus.
  • Le professeur d’une école secondaire de la région de Seattle a grondé un élève de 10 ans et l’a brièvement expulsé de sa classe virtuelle la semaine dernière après que l’enfant ait déclaré admirer le Président Trump.
  • Brendan Stanton, un enseignant de sixième année au collège Perry G. Keithley de Tacoma, a demandé vendredi à ses élèves de nommer une personne qu’ils admirent et de dire pourquoi. Les élèves étaient censés taper leurs réponses dans un salon de discussion en ligne.

« J’admire Donald J. Trump parce qu’il rend l’Amérique à nouveau géniale », a écrit l’enfant. « Et parce qu’il est le meilleur président que les États-Unis d’Amérique puissent jamais avoir. Et qu’il a construit le mur pour que les terroristes ne puissent pas entrer aux États-Unis. Trump est la meilleure personne au monde. Et c’est pourquoi je l’admire. »

  • Le prof Stanton a chassé l’enfant du tchat [la discussion] et a commencé à dénigrer le Président Trump sans dire son nom :

« L’exemple qui a été partagé dans le “tchat”, que j’ai effacé, n’était pas approprié… ? D’autant plus que cet individu a créé tant de division et de haine entre les gens et a spécifiquement parlé de haine à de nombreux individus différents, OK ? Je ne pense pas que ce soit un exemple approprié de modèle que nous devrions admirer. »

  • La mère du gamin de dix ans a enregistré les remarques du professeur et a envoyé l’enregistrement à Fox News.

SCOTUS

  • Le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a annoncé dans un tweet lundi soir que les audiences sur la nomination à la Cour suprême de la juge Amy Coney Barrett débuteront dans une semaine.
  • Le Sénateur McConnell a indiqué que ces audiences seraient des sessions « mixtes », ce qui signifie qu’il y aura un mélange d’options physiques et numériques disponibles pour les législateurs et les témoins qui y assisteront.

« Le président [Lindsey] Graham dispose de tous les outils pour mener une audition hybride, tout comme les 150 autres que le Sénat a tenues cette année. Nous ne cesserons pas de travailler pour le peuple américain parce que les Démocrates ont peur de perdre un vote », a ajouté le leader de la majorité.

  • Le leader Démocrate minoritaire au Sénat, le Sénateur Chuck Schumer, a tenté d’utiliser la pandémie de coronavirus comme raison pour reporter les audiences de la Cour suprême après les élections.

Vote par correspondance

  • Plus de 2 000 électeurs du comté de Los Angeles ont reçu des bulletins de vote « défectueux » qui ne comportaient pas de section permettant de voter pour le Président des États-Unis, a confirmé lundi le Bureau du greffier du comté.
  • Selon le Los Angeles Times, environ 2 100 électeurs ont reçu des bulletins de vote défectueux, auxquels il manquait une section pour voter pour le président. L’agence a indiqué que les bulletins étaient principalement limités à ceux de la région de Woodland Hills.

« J’ai toujours voté en personne, donc je n’avais même pas prévu de regarder le bulletin de vote avant le jour où j’allais voter », a déclaré Christy Gargalis, résidente de Woodland Hills, expliquant qu’elle avait comparé son bulletin de vote à ceux de son mari et de sa sœur – auxquels il manquait également la section permettant de voter pour le président.

« Quelque chose me disait que c’est une élection différente, une année différente, et que je devais vérifier mon bulletin de vote. Je suis heureuse de l’avoir fait », a-t-elle dit, ajoutant que ses « voisins ont tous le même problème ».

  • Cette erreur énorme fait suite au décret, publié en mai, du Gouverneur, Gavin Newsom, qui exige que l’État envoie à tous les électeurs inscrits des bulletins de vote par correspondance avant les élections du 3 novembre. Il a utilisé le coronavirus chinois comme raison principale pour envoyer des bulletins de vote à environ 21 millions de personnes en Californie.

Sondages

  • Le sondage NBC/Wall Street Journal publié dimanche montrant que le candidat Démocrate à la présidence Joe Biden, a 14 points d’avance sur le président Donald Trump, a nettement sur-échantillonné les Démocrates.À un mois du jour de l’élection, une vague de nouveaux sondages nationaux et d’État sera publiée chaque jour. Un examen minutieux de la méthodologie et des techniques d’échantillonnage de chaque sondage est un élément clé pour tout lecteur averti.
    • Le sondage de 800 électeurs inscrits a été réalisé entre le 30 septembre et le 1er octobre et a une marge d’erreur de 3,46 %.
    • 35 % des personnes interrogées se sont identifiées comme Démocrates, tandis que seulement 27 % se sont identifiées comme Républicains et 32 % comme indépendants (et il n’est pas indiqué combien sont des Indépendants qui votent Démocrates, et combien votent Républicains), ce qui donne un échantillon de sondage d’au moins +8 % de Démocrates.
    • Dans un seul domaine, les personnes interrogées pensent que Donald Trump fera un meilleur travail que Joe Biden:
    • 48 % ont déclaré que Donald Trump fera un meilleur travail en matière d’économie, contre 41 % qui ont déclaré que Joe Biden ferait mieux.
  • Un sondage national de CNN montre que l’ex-vice-président Joe Biden mène le président par 16 points parmi les électeurs probables.Un sondage publié la semaine dernière a révélé que 66 à 70 % des électeurs probables dans cinq États charnières de cette saison électorale préfèrent pouvoir choisir leurs écoles, de la maternelle à la 12e année, ce que le candidat Démocrate à la présidence Joe Biden a rejeté.
    • Selon ce sondage, 57 % des électeurs potentiels disent appuyer Joe Biden et 41 % appuient le Président Donald Trump.
    • Le sondage a été réalisé entre le 1er et le 4 octobre.
    • Il a été mené auprès de 1 205 adultes : 33 % se sont décrits comme Démocrates, 28 % comme Républicains et 39 % comme indépendants ou membres d’un autre parti.

  • Le Manhattan Institute a commandé une enquête de neuf questions relatives au choix des écoles et aux écoles à charte que le sondeur Rasmussen Reports a mené dans les principaux États de Pennsylvanie, de l’Ohio, du Wisconsin, du Michigan et de Caroline du Nord. Les questions ont été ajoutées au sondage régulier de Rasmussen auprès de 1 000 électeurs potentiels dans chacun de ces États charnières pour les courses à la présidence et au sénat.
  • Un nouveau sondage du Trafalgar Group a révélé que Donald Trump avait près de quatre points d’avance dans l’État de l’Ohio, un État charnière. Le sondage réalisé auprès de 1 035 électeurs potentiels a révélé que le Président recueillait 47,6 % des voix, contre 43,9 % pour Joe Biden. Seulement 3,6 % des électeurs se disent indécis.
  • D’autres sondages ont montré que Joe Biden est en tête dans cet État. Dans un sondage de Fox News publié le 24 septembre, Joe Biden était en tête avec cinq points, de 50 à 45 %.
  • En octobre 2016, l’Institut de recherche communautaire de l’Université Baldwin Wallace avait constaté qu’Hillary Clinton gagnait l’État par dix points. Selon ce sondage, Hillary Clinton était en tête de 48 à 38 %, avec 14 % d’incertitude.
    Le mois suivant, Donald Trump remportait l’État par une confortable marge de 51,3 % à 43,2 %.

TRUMP-BIDEN

Coronavirus

  • À Rome, le président de la Société italienne de thérapie anti-infectieuse (SITA) a déclaré mardi que le nouveau décret italien rendant obligatoire le port d’un masque en plein air est une erreur. Le Dr Matteo Bassetti, qui est également le directeur des maladies infectieuses à l’hôpital San Martino de Gênes, a déclaré que la décision du Premier ministre Giuseppe Conte d’imposer le port de masques extérieurs au niveau national n’a aucun fondement scientifique :

« L’utilisation de masques n’a de sens que dans les espaces confinés où il n’est pas possible d’avoir la certitude et la garantie de la distance physique nécessaire ou à l’extérieur lorsque vous ne pouvez pas maintenir une distance physique », a écrit le Dr Bassetti mardi matin sur Facebook. « J’ai essayé de chercher des preuves scientifiques concernant l’utilisation de masques en extérieur et leurs avantages potentiels pour la transmission de virus, mais je n’en ai trouvé aucune ».

  • Le Dr Bassetti a également déclaré que l’imposition de masques à l’extérieur ne fait que répéter les erreurs politiques passées de confinement général :

Rendre le masque obligatoire en plein air, dans toute l’Italie, sans aucune distinction entre les zones géographiques endémiques les plus élevées et les plus basses est une erreur. Jusqu’à présent, les régions et les administrations locales ont renforcé ou allégé les mesures de prévention en se basant sur les données épidémiologiques locales, qui sont les seuls chiffres fiables. Nous répétons l’erreur commise avec le confinement : une seule mesure pour toute l’Italie sans tenir compte des différences régionales et locales. Si aucun autre pays dans le monde n’a imposé une telle mesure par décret à l’échelle nationale, il y a sans doute une raison.

 

TrumpCovid

 

 

Mardi 6 octobre – 29e jour

Trump

  • Après Trump ?*, le nouveau livre de Guy Millière, est disponible en pré-commande. Cliquez ici : Amazon.
  • Le président Donald Trump est revenu à la Maison-Blanche lundi après un séjour de trois nuits à l’hôpital pour un traitement au COVID19.
  • Dr. Conley :

« Bien qu’il ne soit pas encore complètement sorti d’affaire, l’équipe et moi sommes d’accord sur le fait que toutes nos évaluations et surtout son état clinique soutiennent le retour du président chez lui en toute sécurité, où il sera entouré de soins médicaux de classe mondiale 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

  • Hunter Walker de Yahoo News a crié des questions sur le nombre de membres de son personnel qui sont malades et « pensez-vous que vous pourriez être un super-contaminateur, M. le Président ? »
  • Ce journaliste est typique des médias haineux. Il ne s’est pas honoré. On se souviendra de son manque total de respect pour Donald Trump en tant qu’être humain. Tout ce que Hunter avait à faire était de dire « M. le Président, nous sommes heureux que vous vous sentiez mieux ». Mais ça lui aurait arraché la gueule de le faire.
  • Le Président Trump diffuse un message vidéo à son retour à la Maison-Blanche.

« Nous nous remettons au travail. En tant que votre chef, c’st ce que je devais faire… » « …je sais qu’il y a un risque, qu’il y a un danger, mais ça va. » « Peut-être que je suis immunisé »

« N’ayez pas peur de Covid », « Ne le laissez pas dominer votre vie ». « Nous avons développé de très bons médicaments et de très bonnes connaissances », a ajouté le Président à sa sortie du Walter Reed National Military Medical Center.

  • Mais les médias sont furieux, et les théories complotistes ne s’arrêtent pas : « On dirait qu’il est à bout de souffle. »
  • lundi matin : Les partisans de Trump se rassemblent devant Walter Reed :
  • Trump interdit aux membres du parti communiste d’immigrer en Amérique.
  • Lundi, Trump a tweeté 18 fois en une heure : il est de retour !
  • Il était temps : Le chef d’état-major Mark Meadows annonce que le président Trump a demandé la déclassification de documents essentiels du spygate, y compris les interviews de Danchenko.

Biden

  • On dirait que Joe Biden redevient flippant :
  • Question à Joe Biden : Allez-vous vous excuser d’avoir menti aux gens en disant que vous avez retiré toutes les publicités négatives contre Trump, puisqu’elles ont continué à être diffusées dans au moins dix États pendant 3 ou 4 jours ?
  • Que vous arrive-t-il, Joe ?
  • Joe Biden en campagne électorale : « Ne me dites pas que les choses ne peuvent pas changer » (Après 47 ans à ne rien faire ?)
  • Flashback : Joe Biden n’a pas seulement fait des compromis avec les ségrégationnistes. Il s’est battu pour leur cause dans les écoles.  
  • Biden :  » tous les travailleurs des épiceries sont des femmes noires « .
  • Un membre de l’équipe de transition de Biden a travaillé avec les responsables du parti Communiste chinois pendant plus d’une décennie.
  • Vidéo de l’effrayant Joe Biden faisant des commentaires grossiers et inappropriés sur des petites filles en Floride.
  • « En espérant que le président Trump puisse y participer » : Le responsable de la campagne de Biden déclare que le candidat démocrate sera présent au prochain débat comme prévu. Très classe.
  • Nancy Pelosi dit qu’elle n’est pas informée de l’état de santé de Trump.
  • Burisma admet avoir soudoyé Joe Biden, mais conteste le montant versé, devant le tribunal pénal ukrainien.  Les procureurs allèguent un paiement forfaitaire en espèces de 900 000 dollars.  Burisma affirme que, oui, nous avons soudoyé Joe Biden, mais il s’agissait d’un montant différent.
  • Joe Biden a traité un travailleur de l’automobile de Detroit de « trou du cul » après que l’électeur l’ait interpellé au sujet de sa volonté de priver les Américains de leur droit garanti par le Second amendement de porter une arme. 
  • « Joe Biden affirme qu’il n’est pas socialiste parce qu’il a battu Bernie Sanders lors des primaires des Démocrates. En réalité, il l’a battu et a ensuite adopté ses politiques socialistes. Le Manifeste de l’unité Biden-Sanders reprend mot pour mot la plate-forme de Bernie ».

L’Amérique socialiste bidenisée

  • Antifa a essayé de voler le drapeau américain d’une femme (une noire). Elle a refusé de lâcher prise et s’est battue malgré la violence de ces humanistes.
  • En voyant Trump à la Maison-Blanche, un professeur de Temple University écrit :

« C’est l’une des scènes les plus méprisables de l’histoire politique américaine moderne. Elle révèle les profondeurs de son narcissisme et de son indifférence sociopathique à la souffrance humaine. Plus qu’un message de santé publique follement irresponsable, c’est un acte carrément diabolique ».

  • Je suis d’accord avec lui. Vraiment. Je ne peux penser à rien de plus maléfique dans l’HISTOIRE DE L’AMERIQUE MODERNE que Trump debout sur le porche de la Maison-Blanche se remettant d’une maladie.
  • Les Démocrates et la presse sont mécontents que le Président se remette :
    • Sur CNN, Stelter est contrariée que Trump ne soit pas sur son lit de mort.
    • BREAKING / Une source anonyme citée par CNN affirme, après avoir vu un épisode des Simpsons, que Donald Trump est probablement mort.
  • LES SIMPSONS

    • Jake Tapper, correspondant principal de CNN à Washington dit de Donald Trump : « Malade et isolé … vous êtes devenu un symbole de vos propres échecs ».
    • Il y a trois jours, ils disaient : « Pourquoi Trump a pris un hélicoptère et n’a pas fait en voiture la courte distance jusqu’à Walter Reed ».
    • Aujourd’hui : « Pourquoi Trump met-il des vies en danger en conduisant une voiture pendant 5 minutes devant Walter Reed »

« Trump ne pourrait pas être autre chose que ce qu’il est : un escroc, une personne vivant dans un monde de mensonges et d’illusions, un homme cruel, solitaire, sans racines et profondément brisé… Maintenant il rend des comptes », écrit The Atlantic, magazine intellectuel de référence chez les intellectuels et universitaires.

  • Alexandria Ocasio-Cortez déconcerte la communauté juive en refusant de rencontrer ses dirigeants.
  • Autodestruction : Les feux de forêt record en Californie dépassent les 4 millions d’hectares. On nous coupe l’électricité – donc la climatisation – pendant des durées de 12 heures.
  • Un enseignant de la région de Seattle a puni un élève qui admire Donald Trump, ce qui a provoqué la colère des élèves. Lorsque la mère de l’élève s’est plainte, le professeur lui a menti sur ce qui s’était réellement passé. Malheureusement pour le sournois enseignant, la mère a enregistré l’incident sur son téléphone portable.
  • Un post citant les mots prononcés par Joe Biden a été « vérifié », c’est à dire censuré, par les vérificateurs de faits « indépendants » de Facebook. La citation, tirée du dernier débat, est strictement vraie, nous l’avons tous entendue : « Antifa est une idée, pas une organisation ». Mais Facebook ne veut pas que les gens s’en souviennent alors ils l’ont classé en Fake News.
  • Les Démocrates battent les records à Chicago : un autre week-end sanglant, 39 tentatives de meurtre par arme à feu ! 36 ont survécu, 3 sont morts.
  • Dans la salle de presse de la Maison-Blanche, Kaitlin Collins de CNN enlève son masque à la seconde où elle pense que les caméras sont éteintes. Dans le même temps, les journalistes assignés à la Maison-Blanche reprochent à McEnany, l’attachée de presse de la Maison-Blanche, de ne pas porter de masque lors des points presse et de mettre la vie des gens en danger : « Des vies sont mises en danger par elle sans réfléchir ».

SCOTUS

  • La famille d’Amy Coney Barrett est beaucoup plus diverse que la plupart des institutions de gauche des élites qui prétendent défendre la diversité.

Vote par correspondance

  • Un Démocrate a été accusé de fraude électorale après avoir demandé un bulletin de vote pour sa femme décédée.
  • 21 millions de bulletins de vote par correspondance sont envoyés aujourd’hui à chaque électeur actif et inscrit en Californie.
  • Les Démocrates votent tôt, les Républicains voteront en personne le 3 novembre.
  • La Cour suprême casse une autre décision Démocrate, et rétablit l’obligation de présenter un témoin pour les bulletins de vote par correspondance en Caroline du Sud.

Sondages

  • L’économie figure en tête de liste des questions clés pour les électeurs à l’approche des élections selon Gallup. Rappel de cette phrase intemporelle destinée à ceux qui souhaitent savoir quelle est la priorité des Américains lors des élections : « C’est l’économie, idiot ! »

Coronavirus

  • Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a publié une note de service dénonçant la politisation de la course au vaccin, et a critiqué ceux « qui plaident pour un report ». Il dit qu’il s’en tient à son objectif d’un vaccin avant novembre – et précise que « nous approchons de notre objectif, et bien que n’ayant aucune considération politique avec notre date préannoncée, nous nous trouvons au cœur de l’élection présidentielle américaine ».
  • OMS : les « meilleures estimations » indiquent que 10 % de la population mondiale est déjà infectée par le COVID-19.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Lundi 5 octobre – 30e jour

Trump

  • Le président Donald Trump est apparu dimanche soir dans une nouvelle vidéo, remerciant le personnel hospitalier du Centre médical militaire national Walter Reed.
  • Plus tard, on l’a vu saluer des partisans depuis une voiture alors qu’il portait un masque.
  • Trump va nommer le président de Judicial Watch, Tom Fitton, au comité de surveillance des tribunaux. Cette commission a le pouvoir de censurer et/ou révoquer les juges de la Cour supérieure de Washington et de la Cour d’appel du district. Elle a été créée en 1970. 
    Grâce à la loi sur la liberté de l’information, Fitton a obtenu plus de documents du département de la Justice (DOJ) que toutes les commissions judiciaires et d’enquête du Sénat et de la Chambre des représentants elle-même. Sa raison d’être est la surveillance du DOJ.
  • Un membre noir de Proud Boys s’exprime. Les médias les qualifient de « suprémacistes blancs » parce que tout soutien de Trump est forcément un raciste…
  • Prières pour le président Trump de la part de chrétiens, de motards, de catholiques, de sikhs et d’autres personnes devant l’hôpital.
  • Les émeutiers tentent de perturber les prises de vue en direct autour de l’hôpital.
  • Mike Pompeo fait le point sur Trump après s’être entretenu avec lui : « Nous sommes tout à fait prêts pour toutes les possibilités qui pourraient se présenter. »
  • Le DOJ soutient l’église baptiste du Capitole dans un procès contre le maire de Washington qui veut la faire fermer à cause du coronavirus, mais n’interdit pas les manifestations anti-Trump.

Biden

  • Quelle corruption ! Si c’était Trump, on en parlera partout au journal télévisé.
    La nièce de Joe Biden sera traduite en justice pour conduite en état d’ivresse …. oui … le juge a fixé la date au lendemain de l’élection.
  • Voici Joe Biden : Si une entreprise mettait 47 ans à travailler sur votre maison et que celle-ci était toujours en ruine, l’engageriez-vous pour quatre années supplémentaires ?
  • Question interdite de média, et qui peut vous faire censurer par Twitter et Facebook : « Est-ce que Joe Biden va bien ? » Biden commence la journée en annonçant qu’il quitte la campagne pour toute la journée, après avoir été vu en vidéo avec le nez qui coule.
  • L’éloge de Joe Biden pour le Ku Klux Klan : zéro condamnation des médias. La constante condamnation du KKK par Trump : pas assez claire…

L’Amérique de gauche avec Biden

  • Une milice séparatiste noire a organisé un événement à Lafayette, Louisiane.
  • Le maire de New York De Blasio, en faillite, ferme des écoles et des entreprises dans 9 quartiers de New York où le virus est en plein essor.
  • @CNN est-il maintenant une machine de mort ? Le panel médiatique de Brian Stelter compare les rapports sur l’état de santé de Trump à la disparition de Staline.
  • Après la décision de la Cour suprême, le gouverneur du Michigan fait machine arrière et ne fera pas appliquer ses ordonnances liberticides et anticonstitutionnelles du COVID.
  • Le NYT, le WaPo, le LA Times ont chargé leurs meilleurs journalistes de mettre à jour la nécrologie de Trump.

Les journalistes en panique après avoir vu Trump dans un SUV devant l’hôpital saluer la foule.

  • Le présentateur de NBC : « Pourquoi un président malade est-il dans un 4×4 en train de saluer des partisans à l’extérieur de Walter Reed, mettant en danger les agents du Secret Service qui sont dans la voiture avec lui ? » [il y a toujours des agents du Secret Service avec Trump, où qu’il soit, idiot]
  • « Si Donald Trump était mon patient, dans un état instable + une maladie contagieuse, et il quittait soudainement l’hôpital pour aller faire un tour en voiture qui met en danger sa vie et celle des autres, j’appellerais la sécurité pour le retenir puis je ferais une évaluation psychiatrique pour examiner sa capacité de décision. »
  • Les médias au cours des dernières 24 heures…Association des Correspondants de la Maison-Blanche se dit « outragée » que Trump quitte l’hôpital sans service de protection.
    • Trump reste dans sa chambre à Walter Reed : « Il est mourant et son médecin ment. Il faut invoquer le 25e amendement ! »
    • Trump sort et salue ses partisans : « Il essaie de tuer tout le monde en leur donnant la peste ! »
  • Un médecin traitant du Walter Reed Medical Center où Trump est soigné a déclaré que le président Trump avait mis « des vies en danger pour le théâtre » parce qu’il est passé en 4×4 devant l’hôpital. Maintenant, le virus passe à travers les vitres blindées et fermées d’une voiture !

Les complotistes tournent à plein régime

  • Il y a deux camps : ceux qui prétendent qu’il n’a jamais été malade, et ceux prétendent qu’il est beaucoup plus malade.  Ils ne s’arrêteront jamais.
  • « Le diagnostic POTUS COVID appelle une enquête par des médias sérieux basée sur les faits. »
  • « Je ne vois aucune marque d’intra-veineuse sur ses mains. Il devait en avoir. A moins qu’on ne la pose plus haut dans son bras, mais je crois que ce n’est pas courant. »
  • « Je pense que le Président est plus malade que ce que les médecins laissent entendre », a déclaré Sanjay Gupta sur CNN. C’est donc là que nous en sommes. Les spéculations irresponsables du DOCTEUR SANJAY GUPTA sur ce qu’il « pense »…
  • Des complotistes aux yeux d’aigle affirment que la Maison-Blanche a supprimé les moments de toux du discours vidéo de Walter Reed à Trump.
  • Sénateur Démocrate Schumer : « Nous demandons au président de commencer à être sincère – pleinement et entièrement sincère. »
  • « Je ne peux pas m’empêcher de fixer ce reflet. »
  • CNN : « Les photos et les vidéos du président à Walter Reed sont de la propagande de la Maison-Blanche. Nous devons montrer et étudier les images avec cette idée à l’esprit ».
  • « Le président Trump a caché les résultats de son premier test COVID-19 positif jeudi en attendant les résultats d’un second test qui reviendrait plus tard également positif », a rapporté dimanche le Wall Street Journal. [Oui, il voulait être sûr. Il y a d’immenses conséquences s’il le président est atteint, et il voulait être 100% sûr dans un contexte où tous les tests ne sont pas 100% fiables. Et alors ? C’est une histoire sans fin !]
  • Un journaliste palestinien de Ma’an suggère que Trump a falsifié son COVID-19 afin de découvrir un faux remède avant les élections.
  • Une vidéo au ralenti montre un agent des services secrets portant un équipement médical complet…
  • Alors que de nombreuses photos montrant M. Trump dans différents endroits et avec différents vêtements ont été diffusées, « les métadonnées montrent qu’elles ont été prises à 10 minutes d’intervalle, ce qui implique qu’elles ont pu être mises en scène pour donner l’impression d’une journée entière de travail présidentiel ».

Élections avec Bernie SANDERS

  • Bernie Sanders fait campagne pour Joe Biden dans le New Hampshire. Regardez la foule !
  • Hawaï en campagne pour Trump
  • Des centaines de partisans en convoi brandissant des drapeaux se rendent à la tour Trump de New York.
  • La performance de la bourse ne décidera pas du vainqueur de la Maison-Blanche, mais l’histoire montre que les rendements faibles à l’approche du vote favorisent le challenger – et vice versa.
  • Le deuxième match des finales de la NBA, vendredi, aurait été le moins regardé de tous les temps.
    Selon OutKick, le match a été suivi en moyenne par 4,5 millions de téléspectateurs qui ont regardé les Lakers de Los Angeles affronter le Miami Heat, ce qui représente une baisse de 68 % par rapport au deuxième match de l’année dernière.
    Des millions d’Américains désabusés associent la NBA à la politique extrémiste. La superstar des Lakers, LeBron James, est devenue cet été l’un des plus ardents défenseurs du mouvement Black Lives Matter dans le monde du sport.

SCOTUS

  • Chuck Schumer : « Au nom de la Terre verte de Dieu, les audiences du SCOTUS devraient être retardées ».
  • 5 affaires majeures arrivent devant la Cour suprême.

Sondages

  • Le sondage mensuel Sunday Express du Democracy Institute pour l’élection présidentielle montre que M. Trump est toujours en course pour la victoire avec 46 % du soutien populaire, contre 45 % pour son rival démocrate Joe Biden.
  • Le sondage réalisé après le diagnostic de Trump montre que Joe Biden ne mène que de deux points samedi, le lendemain de la révélation que le président Trump avait contracté le coronavirus, selon un nouveau sondage de John Zogby Strategies.
  • Les résultats d’un nouveau sondage montrent que le président Trump a une avance de 1 point au niveau national, +4 points dans les États clés et au sein du collège électoral.
  • Mais pour CBS, c’est le contraire : L’avance de Biden sur Trump a presque doublé au niveau national, pour atteindre 14 points de pourcentage après le premier débat dans le sondage NBC/WSJ (mais avant l’hospitalisation de Trump).
  • CTrump et Biden même dans l’Ohio, alors que Biden est en tête en Pennsylvanie, selon un autre sondage de CBS.

Coronavirus

  • Un cocktail d’anticorps Regeneron pourrait aider à traiter les patients atteints de coronavirus en dehors de l’hôpital en réduisant les niveaux de virus et les symptômes, indiquent les premiers résultats d’une étude.
  • M. Trump dit avoir « beaucoup appris » sur les coronavirus pendant son traitement : « C’est la vraie école ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Team 100 jours pour Dreuz.info.

 

0a343860-3669-4bad-ad56-617fd8dde298

03xYUIiC

5ae9a653-2652-4ae2-807d-e44824451443

4dIAcHKK

621cea4_6T0Nu6VfsD7mQVsYumw7UCB4

920x920-2

994f9684-566e-4d06-abcb-643070f8b3ab-AFP_AFP_1UL04L-1

44254284_1576957736800622_r1

AP_19358837794831

AP_19359010423660

D-zuylZXsAEbN9J

EMly03eXYAA75qK

EMl3o4DWkAIRndj

GettyImages-1190468140

B73981CD-99F3-4212-BA79-258B0699B0A8

biden-the-coward

D_0ZuKQXUAAxZMn

D_2VNW-WwAAn3cS

D9ajw5NXUAEQmy7

chine-usa-decouplage

D9bvV62X4AE0cI2

D9ZhXSOWwAAE6fT

D9ZhXSPXYAASk-i

D9ZhXSRXsAAy7Ow

DONALD TRUMP PRESIDENT IN 2020 NOW !

Donald-Trump-e1516139108192

DrX0GwUk

D-uEMMxUcAMf0Vr

EAcWFudW4AAB55o

EDgB0BiXsAAmkos

EJ524OTVUAAobSq

retour de TRUMP

signature de TRUMP pour un espace spacial de l'armée américaine

TrumpCovid

TrumpBiden

TRUMP-BIDEN

 

 

****************************************************************

PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 8 OCTOBRE 2020

L’information vient d’une seule source, il convient de la prendre avec un grain de sel, mais il est de mon devoir de vous en informer, car aucun média ne le fera.

Le journaliste Paul Sperry, que le président retweete régulièrement, affirme que Joe Biden fait l’objet d’une enquête criminelle fédérale active pour son rôle dans l’enquête contre Trump sur la Russie de 2016 qui a conduit à l’espionnage de sa campagne. De plus, son implication en Ukraine dans l’emploi qui a été offert à son fils Hunter par une compagnie gazière corrompue fait également l’objet d’une enquête.

Si Sperry a raison, c’est une énorme nouvelle à quelques semaines seulement de l’élection présidentielle, et qui indique que Joe Biden a beaucoup plus à perdre que la présidence s’il ne remporte pas l’élection.

Contexte

Mardi, le président Donald Trump a enfin pris le taureau par les cornes, et a annoncé dans un tweet qu’il a autorisé la déclassification « totale » des tous les documents dans les deux dossiers majeurs qui ont marqué l’année 2016 et affaiblit la démocratie américaine. Il s’agit de :

  • Tous les documents relatifs aux accusations de collusion avec la Russie qui ont été portées contre lui et ont servi à espionner sa campagne, engager des poursuites pénales contre plusieurs de ses collaborateurs, afin de comprendre quelle est leur origine, qui sont les personnes réellement impliquées au plus haut niveau, qui savait dans le cercle rapproché du président Obama et le président lui-même, et à quel degré la corruption a pénétré les agences de l’administration Obama.
  • Les enquêtes sur le serveur d’email privé d’Hillary Clinton.

Trump entend que toute la lumière soit faite avant la fin de l’année, sachant que s’il n’était pas réélu, l’ensemble du dossier serait enterré et les Américains n’apprendraient jamais la vérité. De plus, le mensonge resterait comme une marque indélébile sur sa présidence, ce qu’il ne veut pas.

« J’ai autorisé la déclassification totale de tous les documents relatifs au plus grand crime politique de l’histoire américaine, le hoax sur la Russie.

De même, le scandale des emails d’Hillary Clinton. Pas de censure », a-t-il tweeté vers 20 h 40 (heure de l’Est).

Plus tard, Trump a ajouté qu’il « n’arrive pas à croire que ces escrocs ne soient pas encore devant les tribunaux », faisant référence à d’anciens agents du FBI.

Il est exact que toute l’affaire montre les limites du pouvoir de l’homme le plus puissant au monde : il n’a pas réussi, en quatre ans de présidence, à fissurer l’épaisse carapace de Washington, le marécage, dont les membres, qu’ils soient Démocrates ou Républicains, se soutiennent les uns les autres, se protègent et s’épaulent comme un porc-épic.

La décision du président est intervenue après qu’il a pris connaissance des dernières découvertes de l’enquête du journaliste d’investigation de RealClearInvestigation, Andrew McCarthy, et de la déclassification, mardi dernier, par le directeur du renseignement national, John Ratcliffe, de certaines parties des documents qui révèlent le rôle d’Hillary Clinton dans l’orchestration de la collusion entre Trump et la Russie.

Si les informations de Sperry se confirment, elles contredisent ce qu’e le ministre de la Justice William Barr a déclaré récemment dans son interview à CNN, disant que Biden et Obama ne font pas l’objet d’une enquête. Mais la façon dont Barr l’avait annoncé plus tôt cette année laissait la place à des changements, et peut-être que des preuves nouvelles les ont conduits sur cette voie.

Si un autre journaliste confirme les propos de Sperry si près des élections, ce sera une vraie bombe de la même nature que la révélation à quelques semaines des élections de 2016 par James Comey, qu’il rouvrait le dossier contre Hillary Clinton concernant le scandale des emails.

Sperry a déclaré mardi que les enquêteurs de la Chambre se sont joints au Sénat pour demander au FBI d’ouvrir une enquête criminelle sur un « possible trafic d’influence étrangère » impliquant Joe Biden, son jeune frère et son fils.

Joe Biden

La semaine dernière, le Sénat a publié un rapport écrasant (1) sur l’activité criminelle potentielle à laquelle Hunter Biden était mêlé.

Voici les conclusions de l’enquête révélée par le sénat :

  • Début 2015, l’ancien chef de mission adjoint par intérim de l’ambassade des États-Unis à Kiev, en Ukraine, George Kent (4), a fait part de ses inquiétudes aux responsables du bureau du vice-président Joe Biden concernant un conflit d’intérêts en ce qui concerne le rôle de Hunter Biden au sein du conseil d’administration de la société ukrainienne Burisma.
  • Les inquiétudes de Kent sont restées sans réponse parce que l’Administration Obama était certaine qu’Hillary Clinton allait remporter les élections, et que le dossier de corruption serait enterré.
  • En septembre 2016 – avant l’élection de Trump à la présidence, Kent a indiqué dans un email à ses collègues,

« … La présence de Hunter Biden au conseil d’administration de Burisma est très gênante pour tous les responsables américains qui font avancer un programme de lutte contre la corruption en Ukraine ».

  • En octobre 2015, Amos Hochstein, haut responsable du Département d’État, avait également fait part de ses inquiétudes au vice-président Biden, ainsi qu’à Hunter Biden, en soulignant que la position de ce dernier au sein du conseil d’administration de Burisma permettait aux Russes de s’engager dans une campagne importante de désinformation, et risquait de saper la politique américaine en Ukraine.
  • Bien que Kent ait estimé que le rôle de Hunter Biden au sein du conseil d’administration de Burisma était gênant pour le programme de lutte contre la corruption en Ukraine, les commissions d’enquête du sénat n’ont eu connaissance que de deux personnes – Kent et l’ancien envoyé spécial américain et coordinateur des affaires énergétiques internationales Amos Hochstein – qui ont fait part de leurs inquiétudes au vice-président Joe Biden.
  • La gêne pour les responsables de l’administration Obama s’est poursuivie bien après sa présidence.
  • L’ancien secrétaire d’État John Kerry connaissait le rôle de Hunter Biden au sein du conseil d’administration de Burisma, mais lorsqu’on l’a interrogé à ce sujet lors d’une réunion publique à Nashua le 8 décembre 2019, Kerry a menti et déclaré :

« Je n’avais aucune connaissance de tout cela. Aucune. Non. » [La preuve du contraire est détaillée dans la section V dit le rapport du sénat]

  • L’ancienne secrétaire d’État adjointe aux affaires européennes et eurasiennes, Victoria Nuland, a déclaré que le fait d’affronter les oligarques enverrait un message anticorruption important en Ukraine.
  • Kent a déclaré aux commissions du sénat que Zlochevsky était un « odieux oligarque ».
  • Cependant, en décembre 2015, au lieu de suivre les objectifs américains de confrontation avec les oligarques, le personnel du vice-président Biden lui a conseillé d’éviter de commenter sur Zlochevsky et lui a recommandé de dire « Je ne vais pas me lancer dans la dénonciation de noms ou l’accusation d’individus ».
  • Hunter Biden faisait partie du conseil d’administration de Burisma (censé être consultant en matière de gouvernance d’entreprise et de transparence) lorsque Zlochevsky aurait versé un pot-de-vin de 7 millions de dollars à des fonctionnaires du procureur général d’Ukraine, Vitaly Yarema, pour « clore le dossier contre Zlochevsky ».
  • Kent a témoigné que ce pot-de-vin avait été versé en décembre 2014 (sept mois après que Hunter ait rejoint le conseil d’administration de Burisma), et, après en avoir pris connaissance, lui et le conseiller juridique, ont rapporté cette allégation au FBI.
  • Hunter Biden a été un protégé des services secrets américains du 29 janvier 2009 au 8 juillet 2014. Un jour avant son dernier voyage en tant que protégé, le Time a publié un article décrivant les efforts de lobbying accrus de Burisma auprès des fonctionnaires américains et l’implication de Hunter dans le conseil d’administration de Burisma. Avant de mettre fin à sa mission de protection, Hunter Biden a bénéficié de la protection des services secrets lors de ses voyages à l’étranger, notamment à Moscou, Pékin, Doha, Paris, Séoul, Manille, Tokyo, Mexico, Milan, Florence, Shanghai, Genève, Londres, Dublin, Munich, Berlin, Bogota, Abu Dhabi, Nairobi, Hong Kong, Taipei, Buenos Aires, Copenhague, Johannesburg, Bruxelles, Madrid, Mumbai et au lac de Côme.
  • Andrii Telizhenko a rencontré au moins dix fois des responsables de l’administration Obama (3), dont Elisabeth Zentos, membre du Conseil de sécurité nationale d’Obama. Une société de lobbying des Démocrates, Blue Star Strategies, a passé un contrat avec Telizhenko de 2016 à 2017 et a continué à lui demander son aide aussi récemment qu’à l’été 2019. Un récent article de presse a détaillé d’autres contacts importants entre Telizhenko et des responsables de l’administration Obama.
  • En plus des plus de 4 millions de dollars versés par Burisma pour la participation de Hunter Biden et de son associé Devon d’Archer aux conseils d’administration, Hunter Biden, sa famille et Archer ont reçu des millions de dollars de ressortissants étrangers aux antécédents douteux.Hunter Biden a ouvert un compte bancaire auprès de Gongwen Dong pour financer une série de dépenses de 100 000 dollars avec James Biden et Sara Biden.
    • Archer a reçu 142 300 dollars de Kenges Rakishev du Kazakhstan, prétendument pour une voiture.
    • Le même jour, le vice-président Joe Biden a rencontré le Premier ministre ukrainien Arsemy Yasenyuk et s’est adressé aux législateurs ukrainiens à Kiev au sujet des actions de la Russie en Crimée.
    • Hunter Biden a reçu un virement bancaire de 3,5 millions de dollars d’Elena Baturina, l’épouse de l’ancien maire de Moscou.
  • Hunter Biden avait des relations d’affaires avec Ye Jianming, Gongwen Dong et d’autres ressortissants chinois liés au gouvernement communiste et à l’Armée populaire de libération. Ces associations ont généré des millions de dollars de liquidités.
  • Hunter Biden payait des femmes non-résidentes qui étaient des ressortissantes de Russie ou d’autres pays d’Europe de l’Est et qui semblaient être liées à un « réseau de prostitution ou de trafic d’êtres humains d’Europe de l’Est ».

Tous les faits mentionnés avaient déjà été révélés par le journaliste d’investigation John Solomon (2).

Clinton

Hillary Clinton a personnellement signé le hoax appelé depuis « Russiegate » dans le but de détourner l’attention de son scandale sur son serveur d’email privé, selon une note manuscrite de John Brennan, faisant référence à des informations des services de renseignement russes obtenues par les agences de renseignement américaines en juillet 2016.

C’est la révélation que le directeur national du renseignement John Ratcliffe vient de lâcher à la commission judiciaire du Sénat.

La lettre de Ratcliffe au président de la commission, Lindsey Graham, affirme qu’à la fin du mois de juillet 2016, les services de renseignement américains ont « obtenu des informations » d’espions russes, selon lesquelles la « candidate Démocrate à la présidence des États-Unis, Hillary Clinton, a approuvé un plan visant à provoquer un scandale » contre son adversaire Républicain, Donald Trump. Le plan consistait à « lier Trump à Poutine et au piratage par les Russes des serveurs du Comité national démocrate ».

En deux ans et demi d’enquête, l’enquêteur spécial Robert Mueller, nommé spécialement à cet effet, avec ses 15 enquêteurs et plus de 500 interrogatoires, n’a jamais été capable de trouver la moindre preuve de collusion. Et pour cause, elle n’existait pas – en tous cas pas du côté Trump mais du côté Hillary Clinton, sur laquelle il a refusé d’enquêter, évidemment : c’est le marécage et on s’y soutient les uns les autres.

  1. https://justthenews.com/accountability/russia-and-ukraine-scandals/senate-report-slams-bidens-conflicts-interest-flags
  2. https://justthenews.com/accountability/russia-and-ukraine-scandals/monamholdstate-dept-feared-burisma-paid-bribe-while

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.