PUBLIÉ PAR GUY MILLIÈRE LE 3 FÉVRIER 2021

La presse française étant en pamoison devant Joe Biden, et des biographies qu’on croirait écrites par des journalistes de Gala ou de Voici parlant d’un chanteur pour adolescents attardés, il me semble utile de rappeler quelques vérités sur celui qui est devenu le quarante-sixième Président des Etats-Unis, pour le malheur du monde.

Joe Biden a derrière lui un demi-siècle de vie politique, et si vous cherchez ce qu’il a accompli de marquant pendant tout ce temps, vous aurez les plus grandes difficultés à trouver, car il n’a peu ou prou rien fait.

Si vous cherchez chez lui une idée originale, vous n’en trouverez pas non plus.

 Joe Biden est la quintessence du politicien médiocre et vide.

Si vous creusez un peu davantage, vous trouverez quelques détails intéressants. Joe Biden a fréquenté de très près au début de sa vie politique un certain Robert Byrd, qui fut sénateur de West Virginia et qui fut aussi l’un des plus hauts gradés au sein du Ku Klux Klan.

Cela permet de rappeler que le parti démocrate a été le parti du racisme et de la ségrégation raciale jusqu’au moment où Lyndon Johnson en a fait le parti qui a placé les noirs en position d’assistés permanents en leur accordant des allocations sociales massives que de grands intellectuels noirs, tell\s Thomas Sowell, ont appelé les chaines esclavagistes d’une “nouvelle plantation”.

Jusqu’au début des années 1980, Joe Biden a multiplié les déclarations racistes, et il a, par exemple, dit, lorsque des logements sociaux destinés à loger des familles noires devaient être construits à proximité de sa maison dans le Delaware, qu’il ne voulait pas “vivre dans la jungle”. Quand Barack Obama s’est présenté, il lui a réservé un compliment remarquable, et a déclaré que c’était “le premier noir qu’il rencontrait qui était intelligent et propre”. Apparemment, Barack Obama a apprécié, puisqu’il l’a choisi comme vice-président. Au cours des élections primaires démocrates de 2020, d’autres candidats ont rappelé aux électeurs que Joe Biden était raciste.

Quand le parti a décidé que Joe Biden serait le finaliste, les autres candidats se sont tus, et le silence sur le sujet règne depuis.

Outre le vide et le racisme qui le caractérisent, Joe Biden a aussi montré un visage antisémite le jour où il s’est autorisé, lors d’une visite du Premier Ministre israélien Menahem Begin à Washington, à tenir des propos arrogants vis-à-vis des Juifs et d’Israël, ce qui lui a valu une réponse cinglante de Menahem Begin.

Joe Biden a aussi montré plusieurs fois un visage méchant et vil. Il a trainé plus bas que terre un juriste absolument remarquable que Ronald Reagan entendait nommer à la Cour Suprême, Robert Bork. Et il est pour beaucoup dans le fait que Robert Bork ait dû renoncer. Au moment où il se conduisait ainsi vis-à-vis de Robert Bork, Joe Biden savait que l’épouse de Robert Bork était à l’hôpital en train de mourir d’un cancer. Ce genre de détail n’arrête pas un homme tel que Joe Biden.

Quelques années plus tard, il a tenté le même type d’opération contre un autre juriste absolument remarquable, Clarence Thomas, en y mettant un acharnement du sans doute au fait que Clarence Thomas est noir, et Clarence Thomas l’a accusé de vouloir le lyncher. Il a, cette fois, échoué et Clarence Thomas siège aujourd’hui à la Cour Suprême, où il est un exemple d’intégrité (donc l’inverse absolu de Joe Biden).

Dois-je ajouter que Joe Biden s’était auparavant présenté deux fois à la présidence, sans succès :  il avait, la première fois, recopié in extenso un discours d’un travailliste britannique, Neil Kinnock, en se l’attribuant, la deuxième fois il avait abondamment menti sur son passé : à l’époque, les journalistes d’investigation faisaient leur métier. Ce n’est plus du tout le cas. Ou plus exactement : les journalistes d’investigation qui font encore leur métier sont traités de psychopathes ou de “complotistes”, le mot favori des totalitaires aujourd’hui.

Dois-je ajouter que Joe Biden est l’un des politiciens les plus corrompus de Washington et est tenu par la Chine, la principale puissance ennemie des Etats-Unis (tous les détails sont disponibles et bien sûr, quasiment personne n’en parle), et dois-je ajouter qu’il est à la tête d’une famille criminelle, qui inclut son frère James, sa sœur Valérie, son fils Hunter ? Chacun sait tout cela à Washington, mais ceux qui ont porté Joe Biden au pouvoir sont aussi corrompus que lui, tout aussi tenus par la Chine, tout aussi criminels. Si je devais leur consacrer une notice biographique, elle serait longue pour chacun d’entre eux, et ressemblerait à un acte d’accusation conduisant à la prison à vie.

Dois-je ajouter que Joe Biden est atteint de sénilité avancée, et que chacun le sait aussi à Washington ?  

Dois-je ajouter qu’on lui fait signer des executive orders (décrets) qui ont été conçus par des gauchistes crapuleux et qui sont destinés à ravager l’économie et la société américaines. Il y a déjà des dizaines de milliers de chômeurs supplémentaires et des milliers d’entreprises en faillite. Et je ne parle pas des décisions en politique étrangère…. Xi Jinping et Ali Khamenei sont contents. Leurs victimes beaucoup moins.

La plupart des journalistes français sont en pamoison. La plupart des journalistes français aussi. Ce ne sont pas seulement de vils propagandistes. Ce sont des propagandistes qui tombent en dessous du degré zéro de la débilité mentale.

Les biographies de Joe Biden ne sont pas écrites par des journalistes de Gala ou de Voici. Les journalistes de Gala et de Voici savent qu’ils écrivent des articles débiles. Les auteurs des biographies de Joe Biden sont en deçà de la débilité, bien en deçà. Elles sont davantage dépourvues de la moindre once de vérité que les biographies de Joseph Staline écrites sous Joseph Staline. Et n’imaginez pas que leurs auteurs ont honte de ce qu’ils font. Ils sont fiers d’eux-mêmes. 

Un crétin fier de lui-même nommé Jean Eric Branaa parade sur les plateaux de télévision et ose traiter des gens comme moi de “complotistes”. Ce n’est pas surprenant. Triste époque.

SOURCE et MERCI © Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

 

********************************************************

PUBLIÉ PAR TEAM 100 JOURS LE 8 JANVIER 2021

Mercredi 3 février 2021

  • 14h36 : « Tout ce qu’elle vient de dire était du vent ! » – Jen Psaki, l’attachée de presse de la Maison Blanche, utilise les images d’enfants en cage des années Obama pour accuser Trump.
  • 11h45 : Le président Joe Biden a signé un décret qui vise à « réorganiser », c’est à dire faciliter, l’immigration légale des gens qui dépendent de l’aide sociale, ce qui va augmenter le poids des dépenses de l’Etat afin d’appauvrir les Américains, et d’attirer des étrangers qui voteront Démocrate.
  • 11h43 : Les Démocrates lancent des publicités accusant faussement le gouvernement de soutenir QAnon

    Le parti a faussement attaqué plusieurs Républicains dans une série de publicités lancées mardi, affirmant qu’ils soutenaient les théories conspirationnistes des QAnon.
  • 11h40 : Des tweets refont surface et hantent l’attachée de presse de la Maison Blanche Jen Psaki.

    Les anciens tweets de Jen Psaki montrent qu’elle a défendu le hoax de la collusion russe et a déclaré que « les supporters de Trump sont les pires êtres humains ».
  • 11h37 : Le traître. Fauci participe à un forum avec un médecin chinois qui prétend que le coronavirus a des « lieux de naissance multiples ».
  • 11h32 : Un fonctionnaire chinois demande à Biden d’abandonner les « politiques malavisées » de Trump.

    Un haut responsable de la politique étrangère chinoise, Yang Jiechi, l’un des principaux collaborateurs du dictateur Xi Jinping, a demandé lundi au président Joe Biden d’abandonner les « politiques malavisées » de son prédécesseur, Donald Trump.
  • 11h30 : Nancy Pelosi demande une « commission de type 11 septembre » pour enquêter sur les émeutes au Capitole.
  • 11h26 : L’attaché de presse de Biden met 16 000 employés du département de la Défense de la Force spatiale et leurs 42 000 familles potentiellement au chômage en se moquant d’eux. Elle les informe qu’ils pourraient ne plus avoir d’emploi, et se moque de leur mission et de leur branche de l’armée.
  • 11h23 : Le patron d’Amazon Web Services (AWS), Andy Jassy – qui est en fin de compte responsable de la censure de Parler – prendra la relève en tant que PDG d’Amazon lorsque Jeff Bezos quittera son poste.
  • 11h20 : L’ancien sénateur républicain Bob Corker, un anti-Trump, a déclaré mardi sur MSNBC que les partisans du président Donald Trump qui croyaient ses tweets et ses commentaires publics selon lesquels l’ancien vice-président Mike Pence ou le Congrès aurait pu renverser les résultats de l’élection présidentielle de 2020 le 6 janvier devaient apprendre « les bases de l’instruction civique » et cesser de « vénérer sa personnalité ».
  • 11h17 : Six personnes ont été arrêtées lundi après avoir prétendument changé le signe « Hollywood » en « Hollyboob ».
  • 11h13 : Twitter, qui censure les conservateurs à tour de bras pour un oui ou pour un non, permet au ministre turc de dénoncer les « déviants LGBT ».

    Twitter signale qu’un tweet sur les « déviants LGBT » du ministre turc de l’Intérieur Suleyman Soylu est « haineux », mais ne le supprime pas.
  • 11h10 : Mayorkas a été confirmé secrétaire du département de la Sécurité intérieure de Biden, et chef de l’amnistie.
  • 11h00 : Jeff Bezos démissionne de son poste de PDG d’Amazon
  • 10h59 : Liz Cheney, qui a voté pour mettre en accusation Trump, censurée par le parti républicain dans 10 comtés du Wyoming.

    La présidente de la conférence républicaine de la Chambre des représentants, Liz Cheney, a maintenant été censurée par le GOP dans dix comtés du Wyoming.
  • 10h58 : Le sénateur démocrate Jon Tester a reconnu que la décision du Président Joe Biden d’arrêter la construction du pipeline Keystone XL était une erreur. Ce n’est pas pour changer notre climat (il a raison : le gaz sera transporté par camions et par rail).
  • 10h57 : Les fonctionnaires électoraux du Michigan ont reçu l’ordre de remettre leurs communications et dossiers échangés avec BigTech liés aux élections de 2020.
  • 10h54 : Analyste juridique de CNN : « Vous n’avez pas le droit de mentir au titre du premier amendement.

    Jennifer Rodgers, analyste juridique de CNN, a affirmé que le premier amendement ne protège pas le droit de mentir.
  • 10h50 : La nouvelle députée républicaine de Géorgie, Marjorie Taylor Greene (qui a été élue avec 75% des voix), a appelé les Américains à « fermer les rues » et à « inonder le Capitole » dans une vidéo de 2019.
  • 10h34 : Lori Lightfoot, maire démocrate de Chicago, la ville championne pour le nombre de meurtres de noirs par des noirs alors que les lois sur les armes sont extrêmement restrictives, a déclaré mardi sur CNN que « l’incompétence de l’administration précédente » est la raison pour laquelle les écoles de Chicago ne sont pas ouvertes. Indice : c’est elle a donné l’ordre de maintenir les écoles et les commerces fermés pour nuire à la réélection de Trump, et l’administration fédérale n’a rien à faire dans le fonctionnement quotidien d’une ville ou même d’un Etat.
  • 10h30 : Sénateur Démocrate Manchin bis. Il a le mérite de ne pas avoir cédé aux pressions de son parti : « Je ne voterai pas pour un budget COVID qui n’est pas bipartite ». Il a exclu de voter pour approuver le budget avec une majorité qui suit la ligne du parti. Il a en fait agi selon les mots d’unité de Biden. Mais les paroles de Biden n’étaient… eh bien… que des mots vides de sens.
  • 10h25 : Le sénateur Démocrate de Virginie occidentale Joe Manchin. a déclaré mardi qu’il n’était pas favorable à un salaire minimum de 15 dollars. Il me semble que les démocrates conservateurs existent donc encore.
  • 10h20 : mardi, le président Joe Biden et la première dame Jill Biden ont présenté leurs respects à l’officier de police du Capitole Brian Sicknick. L’officier Sicknick est décédé des suites de blessures subies lors de l’émeute du Capitole le mois dernier.
  • 09h44 : Treize sénateurs républicains ont voté contre le choix du président Joe Biden pour le secrétaire aux transports Pete Buttigieg mardi après-midi. Le maire Buttigieg a été une catastrophe pour sa petite ville.
  • 09h37 : Les membres du Sénat de l’Etat du GOP en Géorgie ont introduit une législation visant à réformer les lois électorales afin de garantir l’intégrité des élections.
  • 09h25 : Sean Hannity a demandé à Eric Trump ce qu’il dirait à son père s’il lui disait qu’il a décidé de se présenter en 2024 : « Aussi douloureux que cela ait été, je serais à ses côtés pour l’encourager ».
  • 09h10 : Le sénateur Lindsey Graham a défendu la Républicaine Liz Cheney alors que les Républicains s’efforcent de l’évincer de la direction du parti après qu’elle ait fait l’objet de critiques constantes pour avoir voté pour la destitution de l’ancien président Donald Trump à la Chambre.
  • 09h00 : Une étude présentée comme un coup porté aux plaintes des conservateurs sur la censure des grandes technologies, qui rejette les allégations des conservateurs sur la partialité de BigTech contre eux, était en fait 100% biaisée : elle a été financée par un important donateur de Biden. « Elle a en fait été financée par Big Tech et l’un des nombreux milliardaires de la Silicon Valley qui ont financé la campagne présidentielle de Joe Biden », a déclaré Tucker Carlson.
  • 08h59 : Washington DC demande une ordonnance de restriction de se rendre dans la capitale contre le syndicat des enseignants qui veulent y manifester : et c’est Trump qu’on accusait d’être un dictateur et de ne pas respecter la constitution, qui garantit le droit de manifester.
  • 08h42 : L’ancien avocat du FBI Kevin Clinesmith, qui a récemment été condamné à 12 mois de mise à l’épreuve pour avoir falsifié des emails dans le cadre de la procédure de la cour FISA pour espionner contre la campagne Trump, a été temporairement suspendu de l’exercice de la profession d’avocat. Il n’est qu’un sous-fifre dans l’affaire d’espionnage de Trump.
  • 07h44 : Les Républicains de la Chambre des représentants demandent au Sénat de retarder la confirmation du choix de Gina Raimondo par Biden, jusqu’à ce que le président clarifie s’il soutient le maintien de Huawei sur une liste noire.
  • 07h40 : Les responsables Démocrates de l’impeachment ont publié un dossier de 80 pages décrivant leurs plans pour le procès à venir. Les avocats de la défense de Trump ont répondu en déposant leur propre dossier en réponse.

joe_biden_dollars_argent-1024x683

 

*******************************************

PUBLIÉ PAR MAGALI MARC LE 3 FÉVRIER 2021

Comme plusieurs conservateurs américains, je crois que Donald Trump peut rebondir dans l’arène politique.

Wayne Allyn Root propose un plan en 4 phases qui devrait effectivement permettre à Donald Trump de conserver le contrôle du Parti Républicain, grâce à sa base ; de corriger les fraudes électorales –ce qu’il ne pouvait pas faire de la Maison-Blanche car les élections fédérales se jouent au niveau des législatures des États– ; de créer une plateforme conservatrice sur Internet qui permette aux conservateurs de s’exprimer sans se faire bâillonner ; et de reprendre le pouvoir à Washington.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Wayne Allyn Root, paru sur le site de The Gateway Pundit, le 1er février.

**********************

Le retour de Donald Trump : Le projet qui rendra leur grandeur à Trump et à l’Amérique

Je suis l’auteur du best-seller «TRUMP RULES».

Mon livre identifie les dix règles majeures de Donald Trump qui ont fait de lui l’un des plus grands gagnants de l’histoire mondiale dans le domaine des affaires, de la notoriété publique, de l’immobilier, de la télévision, de l’édition et de la politique.

Donald Trump est la seule personne dans l’histoire du monde à avoir atteint le sommet de tous ces domaines. Et la seule personne à être devenue à la fois milliardaire et Président des États-Unis. Pas mal comme CV.

De nombreux critiques pensent que la série de victoires de M. Trump s’est terminée par une défaite présidentielle. Je ne suis pas d’accord. Je connais l’homme, je le comprends. Je sais ce qui va suivre. Ce sera peut-être son meilleur chapitre.

Pourquoi ? Parce qu’il est imbattable. Il est peut-être l’homme le plus implacable de l’histoire du monde. Le secret de son succès réside dans «l’art du retour». Chaque fois qu’il est laissé pour mort, il fait le plus grand comeback jamais réalisé. Il n’abandonne jamais, ni ne cède. Il trouve le moyen de transformer les coups durs en réussite. On ne peut pas le battre.

On ne peut pas parier contre lui. Comme je le dis toujours, «NEBAT» (Never Bet Against Trump : Ne jamais parier contre Trump).

Avant d’entrer dans les détails du retour, définissons ce que signifie «gagner».

Ses critiques pensent qu’il vient de perdre, donc il n’est plus un «gagnant». Ce n’est pas vrai.

En 2016, il a remporté la plus grande victoire de l’histoire politique. Cette fois-ci, il a ajouté 11 millions de nouveaux votes. Ses 74 millions de votes ont été le plus grand nombre de votes pour un président sortant dans l’histoire de l’Amérique. Il a également reçu plus de votes que n’importe quel républicain dans l’histoire.

Désolé pour ses détracteurs, mais cela s’appelle «gagner» à un niveau surhumain.

Néanmoins, il a perdu (sur papier) et Biden a gagné. Les Démocrates, les RINOS et les faux médias croient tous qu’il est fini. Il est donc temps maintenant pour lui de faire le plus grand retour de l’histoire– pour l’Amérique.

Voici mon plan de match pour savoir comment Trump peut rebondir et redonner sa grandeur à l’Amérique.

  1.  Tout d’abord, il doit assurer le contrôle du GOP. Son armée compte 74 millions de membres. Le Parti Républicain lui appartient. Il doit refaire le parti à son image.

    D’une certaine façon, sa défaite a été un facteur de pouvoir car en tant que président, il ne pouvait pas se débarrasser des RINOS (NdT: Republicans in Name Only – les Faux Républicains) et des «Never-Trumpers» car il avait besoin de leurs votes.

    Mais de l’extérieur (de Washington), il peut refaire le parti, faire réélire ses alliés et mettre fin à la carrière des traîtres du GOP qui l’ont poignardé dans le dos. Allo Liz Cheney ? Vous entendez.

    Il devrait recruter, soutenir et faire campagne pour les Républicains pro-Trump lors de chaque primaire du GOP contre les RINOS, les Never –Trumpers et les traîtres. 74 millions d’électeurs de Trump voteront pour les candidats choisis par lui lors des primaires du GOP. D’ici 2022, le GOP sera entièrement refait à son image.
  2. Ensuite, M. Trump devrait passer les quatre prochaines années à corriger la «fraude électorale» au niveau des États. Il devrait recruter ses copains milliardaires pour qu’ils consacrent des centaines de millions à la lutte contre ce problème. Son objectif devrait être de réformer la loi électorale dans la poignée d’États qui lui ont coûté l’élection : La Pennsylvanie, la Géorgie, le Michigan, le Wisconsin, le Nevada et l’Arizona.

    S’il consacre son temps, son argent et son attention à la réforme des lois électorales dans ces six États, le GOP sera en mesure de rebondir en 2022 et 2024.
  3. Troisièmement, il doit réunir des milliards auprès de ses bailleurs de fonds milliardaires pour construire le TMN : le «Trump Media Network». Cela devrait inclure un réseau national de télévision par câble, un réseau national de radio parlée, la nouvelle version de Drudge (appelée «Trump Report»), et des versions conservatrices de Twitter, Facebook, Instagram et YouTube. Les conservateurs n’auront plus jamais à dépendre des grands médias ou de Silicon Valley pour diffuser leurs informations et leurs opinions.

    Seul Donald Trump a l’argent, la notoriété et la capacité de collecte de fonds nécessaires pour changer le paysage des médias et des médias sociaux de cette manière. Et pensez à l’incroyable bonus : non seulement 74 millions d’électeurs de Trump disposeront de lieux permanents pour communiquer, mais si nous nous éloignons tous des médias grand public et des médias sociaux, ils s’effondreront. Trump paralysera ses ennemis et mettra beaucoup d’entre eux en faillite.
  4. Enfin, voici une dernière idée pour M. Trump : Présentez-vous au Congrès en 2022. Choisissez n’importe quel district où les gens votent républicain en Floride, où vous êtes populaire. Prenez la place d’un RINO qui vous a poignardé dans le dos. Vous gagnerez la primaire par une victoire écrasante. Comme c’est une circonscription favorable au GOP, vous êtes assuré de remporter les élections générales. Une fois au Congrès, le GOP reprenant le contrôle en 2022, et la plupart des candidats vous étant fidèles, vous serez élu Président de la Chambre des Représentants. A partir de cette plateforme, vous pourrez mener la destitution du président Biden.

Que le retour de Donald Trump commence. 74 millions d’entre nous sont impatients.

SOURCE  : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Abonnez vous sans tarder à notre chaîne Telegram au cas où Dreuz soit censuré. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Trump-parti