LES VACCINS CONTRE LE COVID ONT FAIT NEUF NOUVEAUX MILLIARDAIRES DONT LE PDG DE MODERNA, STÉPHANE BANCEL, À LA TÊTE DU VACCIN MODERNA-COVID, POISON MORTEL « SM-102 ». LE CONNECTICUT PUBLIE LES « INGRÉDIENTS » DE CE VACCIN.

L’ONG Oxfam estime que leur fortune cumulée permettrait de vacciner les pays les plus pauvres, et réclame la gratuité des vaccins contre le Covid partout dans le monde.

Les vaccins contre le Covid ont permis à au moins neuf personnes de devenir milliardaires, dont le PDG français de Moderna Stéphane Bancel, et leur fortune cumulée permettrait de vacciner les pays les plus pauvres, a affirmé jeudi 19 mai l’ONG Oxfam. Ces nouvelles fortunes ont émergé «grâce aux profits faramineux des groupes pharmaceutiques qui ont un monopole sur la production de vaccins contre le Covid», estime Oxfam dans un communiqué publié avant un sommet mondial sur la santé du G20, vendredi à Rome.

Les deux premières fortunes, qui se détachent du lot, sont détenues par le PDG de Moderna, Stéphane Bancel (4,3 milliards de dollars) et le PDG et cofondateur de BioNTech, Ugur Sahin (4 milliards). Huit autres milliardaires, dotés de «vastes portefeuilles d’actions» dans des sociétés pharmaceutiques, ont connu une hausse cumulée de leur patrimoine de 32,2 milliards de dollars, «assez pour vacciner toute la population indienne», ajoute le communiqué.

Ces vaccins ont été financés par des fonds publics et devraient être avant tout un bien public mondial. »Sandra Lhote-Fernandes, d’Oxfam France

Ces chiffres se basent sur le classement du magazine américain Forbes et sont publiés par la «People’s Vaccine Alliance», dont fait partie Oxfam, qui regroupe des organisations et personnalités réclamant la gratuité des vaccins contre le Covid partout dans le monde. La fortune cumulée des neuf milliardaires cités, 19,3 milliards de dollars, «permettrait de vacciner 1,3 fois l’ensemble des pays à faibles revenus», qui «n’ont reçu que 0,2% des vaccins produits dans le monde, notamment en raison de l’important déficit de doses disponibles», selon Oxfam. «Ces vaccins ont été financés par des fonds publics et devraient être avant tout un bien public mondial», estime Sandra Lhote-Fernandes, d’Oxfam France, appelant dans le communiqué à «mettre fin de toute urgence à ces monopoles».

La commission européenne a assuré mercredi que l’UE serait «constructive» à l’OMC pour évaluer une levée des brevets de vaccins anti-Covid, voulue par Washington, mais qu’elle proposerait d’abord des mesures permettant d’augmenter rapidement la production. La veille, les pays africains, européens et d’autres continents ainsi que les organisations internationales présentes à un sommet sur les économies africaines organisé à Paris avaient demandé la levée des brevets des vaccins anti-Covid, pour permettre leur production en Afrique. Mais «des membres clés du G20, notamment le Royaume-Uni et l’Allemagne, continuent de bloquer les initiatives visant à lever les barrières liées à la propriété intellectuelle» sur les vaccins, dénonce Oxfam, qui pointe aussi une «position ambiguë» de la France sur le sujet.

Le Figaro : https://www.lefigaro.fr/flash-eco/les-vaccins-contre-le-covid-ont-fait-neuf-nouveaux-milliardaires-20210520


URGENT – Le Connecticut publie les ingrédients du Vaccin Moderna COVID : POISON MORTEL « SM-102 – Ne pas utiliser chez l’homme ou l’animal ».

 


PARTAGEZ CET ARTICLE :

Le département de la santé publique du Connecticut a publié la liste des ingrédients du « vaccin » Moderna COVID et cette fiche technique confirme qu’il contient un produit chimique « SM-102 ».

La fiche de données de sécurité du SM-102 décrit ce produit chimique comme « NOT FOR HUMAN OR VETERINARY USE ».

Voici les informations publiées par le Département de la Santé du Connecticut sur le vaccin Moderna COVID, qui énumère ses INGRÉDIENTS :


Plus :

Selon le fabricant, Cayman Chemical Company, dans son dossier auprès de l’Administration de la santé et de la sécurité au travail (OSHA), ce produit chimique provoque une « Toxicité aiguë « fatale par contact avec la peau ».

Dans ce même dossier OSHA, le fabricant déclare que le SM-102 « provoque des dommages au système nerveux central, aux reins, au foie et au système respiratoire en cas d’exposition prolongée ou répétée ».

Cela semble être ce qu’ils injectent dans VOTRE bras lorsque vous prenez le Vax Moderna COVID. Vous êtes manifestement empoisonné !

C’est peut-être la raison pour laquelle tant de personnes ont des « réactions indésirables » à ce soi-disant « vaccin » ?

Pourtant, les services de santé de tout le pays diffusent des publicités à la télévision et à la radio pour dire au grand public que ce vaccin est « sûr ». Cela semble être de la publicité mensongère.

Le communiqué d’information complet du département de la santé du Connecticut, énumérant les ingrédients, peut être téléchargé directement sur le site du gouvernement de l’État du Connecticut.

La fiche de données de sécurité complète du produit chimique « SM-102 » peut être téléchargée sur le site de la société Cayman Chemical.

Maintenant que ces informations sont connues, VOUS voudrez peut-être réfléchir à la question de savoir si vous voulez que quelqu’un vous injecte ce produit.

Pour ceux qui ont pris la décision de se faire vacciner, vous pouvez prendre contact avec un bon avocat spécialisé dans les dommages corporels et lui présenter cette information. (Pendant que vous êtes encore en vie).

AVIS DE LA RÉDACTION DE HAL TURNER

Il est clair qu’un très grand nombre d’entre vous ont pris la décision de recevoir ce vaccin sur la base d’affirmations délibérément fausses de la part de politiciens, de célébrités, de responsables de la santé publique, de chaînes de télévision et de stations de radio, de la presse écrite et électronique (ABC, NBC, CBS, CNN, MSNBC, CNBS, etc.) et peut-être d’autres personnes.

Peut-être que CES PERSONNES devraient être poursuivies pour ce que leurs fausses informations vous ont fait subir. Où était leur diligence raisonnable ? Ont-ils pris la peine de vérifier les ingrédients avant de dire au public que ce produit était « sûr » ?

Pourquoi ont-ils dit aux gens que c’était « sans danger » alors que la liste des ingrédients montre clairement un produit chimique « non destiné à l’usage humain » qui est connu pour « causer le cancer » et « endommager le système nerveux central » ?

Oh, et que dire des géants des médias sociaux (aux poches profondes) comme Facebook, Twitter, Reddit, Google/Youtube ? Non seulement ils ont diffusé de fausses informations, mais ils ont également bloqué de manière active et agressive les informations véridiques sur les mauvaises réactions qui se produisent, et ont censuré ou fermé les comptes qui tentaient de communiquer les faits au public. Quel prix doivent-ils payer pour ce qu’ils ont fait ?

Leur CENSURE semble avoir été un effort pour aider et encourager le flux de fausses informations de sécurité qui, en fin de compte, ont pu VOUS nuire ! Peut-être les sociétés de médias sociaux doivent-elles être poursuivies elles aussi ?

Je ne peux m’empêcher de penser que si les célébrités, les acteurs, les experts des médias de gauche et les politiciens, qui ont une grande gueule, se retrouvent tous poursuivis pour ce qu’ils ont publiquement dit aux gens de faire, peut-être que ces gens vont (enfin) se taire… ou faire faillite.

Ceux d’entre vous qui travaillent ou vont à l’école dans des endroits où les patrons ou l’administration de l’école ont exigé que vous vous fassiez vacciner comme condition pour continuer à travailler ou pour aller à l’école, peut-être qu’ILS DEVRAIENT ÊTRE POURSUIVIS AUSSI.

L’OSHA a clairement indiqué que lorsqu’un employeur exige que des personnes reçoivent un vaccin expérimental, il est responsable, en vertu des lois sur l’indemnisation des accidents du travail, des blessures ou des décès causés par cette exigence !

Beaucoup de ces personnes semblent penser qu’elles sont tellement plus intelligentes que tout le monde, et qu’elles doivent en quelque sorte dire à tous les « petites gens » ce qui est le mieux pour nous.

Qu’ils nous expliquent comment l’injection d’un produit chimique cancérigène, clairement étiqueté « PAS POUR L’USAGE HUMAIN », était « bonne » pour nous. Voyons ce qu’un jury pense de cela.

Laissons leur vaste intelligence personnelle, qu’ils semblent penser les rendre tellement plus intelligents que le reste d’entre nous, toucher leur portefeuille ; peut-être commenceront-ils à s’occuper de leurs propres affaires… s’il leur reste une entreprise après toutes ces poursuites !

Compte tenu des informations ci-dessus, il me semble que les personnes qui ont pris la « piqûre » Moderna risquent d’être de plus en plus malades jusqu’à leur mort. Je me trompe peut-être. Pourtant, la fiche de données de sécurité indique clairement que « l’exposition prolongée ou répétée peut endommager le système nerveux central, les reins, le foie et les voies respiratoires ». Pour moi, cela signifie que chaque fois que votre cœur bat et que votre sang circule, ce produit chimique frappe RÉPÉTITIVEMENT les cellules de votre corps. Pour moi, cela en fait une « exposition prolongée et répétée ».

Ceux d’entre vous qui souffrent de la « piqûre » devraient consulter un avocat.

Bien sûr, l’avocat vous dira peut-être que les fabricants de vaccins ont obtenu l’immunité comme condition à la diffusion de leur vaccin expérimental. Mais la Cour suprême des États-Unis a statué dans le passé que « la fraude vicie tout » (voir « ÉTATS-UNIS contre THROCKMORTON » 98 U.S. 61) et si ces fabricants de vaccins ont dit au gouvernement que leur vaccin était « sûr » alors que leur propre liste d’ingrédients dit le contraire, alors il se peut que ces entreprises aient commis une fraude… et… la fraude vicie tout. … et… la fraude vicie tout. Ainsi, peut-être qu’un tribunal jugera que ces fabricants de vaccins n’ont AUCUNE immunité ?

Bien sûr, prouver la fraude est une tâche juridique difficile. Les sociétés pharmaceutiques sont tenues d’insérer dans leurs produits un encart énumérant les ingrédients et tous les effets secondaires connus. Mais comme le montrent les images ci-dessous, ces encarts dans les boîtes de « vaccins »… sont vides ! SONT VIERGES !


Je ne suis pas un expert pharmaceutique et je ne sais donc pas pourquoi les entreprises ont laissé cet encart vide. Une personne que je connais a travaillé pour un grand FABRICANT de produits pharmaceutiques et m’a dit que ces encarts sont appelés « étiquettes auxiliaires » et que, lorsqu’il travaillait dans ce secteur, l’entreprise lui avait indiqué qu’il s’agissait d’une exigence de la FDA et qu’elle ne pouvait pas expédier de produits sans eux.

Pourtant, Moderna (et quelques autres) ont expédié des produits avec des inserts vierges. Pourquoi ?

Avaient-ils peur que les gens recherchent les ingrédients, découvrent qu’ils ne sont pas destinés à un usage humain ou vétérinaire, et deviennent fous ? En droit pénal, la décision d’utiliser des notices vierges pourrait-elle être considérée comme une « conscience de culpabilité » ? Je ne suis pas avocat, donc je n’ai pas les réponses.

Ceux d’entre vous qui n’ont PAS pris le vaccin, devraient peut-être réfléchir beaucoup plus longtemps avant de le faire.

SOURCE : France Média Numérique : https://francemediasnumerique.com/2021/05/19/urgent-le-connecticut-publie-les-ingredients-du-vaccin-moderna-covid-poison-mortel-sm-102-ne-pas-utiliser-chez-lhomme-ou-lanimal/

 

*******************************************************

Pfizer confirme que les personnes vaccinées contre le COVID peuvent «excréter» des protéines de pointe et nuire aux personnes non vaccinées
Publié parMohamed Tahiri13 mai 2021Publié dansNon classé

vaccinated



Une nouvelle étude a confirmé que les personnes qui ont été vaccinées contre le COVID produisent des protéines de pointe excessives capables de passer la barrière hémato-encéphalique et de causer des dommages irréparables au cerveau – et les propres documents de Pfizer préviennent que les personnes vaccinées excrètent en fait ces protéines de pointe excessives, ce qui fait courir un risque aux personnes non vaccinées :

Dans sa dernière note d’information, l’association America’s Frontline Doctors (AFLDS) a mis en garde contre la capacité des protéines spike issues des vaccins expérimentaux de thérapie génique COVID-19 à 1) traverser la « barrière hémato-encéphalique » en provoquant des lésions neurologiques, 2) être « excrétées » par les vaccinés, provoquant des maladies chez les enfants et les adultes non vaccinés, et 3) provoquer des saignements vaginaux irréguliers chez les femmes.

Publié la semaine dernière et intitulé « Identifying Post-vaccination Complications & Their Causes : an Analysis of Covid-19 Patient Data », l’objectif déclaré du document est de « fournir des informations supplémentaires aux citoyens concernés, aux experts de la santé et aux décideurs politiques sur les événements indésirables et autres problèmes post-vaccination résultant des trois vaccins expérimentaux COVID-19 actuellement administrés sous EUA (autorisation d’utilisation en urgence) » par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

L’organisation à but non lucratif a mis en évidence les milliers d’événements indésirables liés à ces « vaccins » et recensés par le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) des Centers for Disease Control and Prevention (CDC). « Pourtant, ces complications n’ont reçu qu’une fraction de l’attention accordée à la controverse de J&J sur la coagulation du sang », ont-ils déploré avec consternation, en demandant « pourquoi ? ».

En examinant de plus près ces données, l’AFLDS

(https://www.americasfrontlinedoctors.org/)

présente « certaines catégories majeures de préoccupations qui n’ont pas encore été abordées publiquement par la FDA ou le CDC », affirmant que le fait que ces organismes de réglementation « ne tiennent pas compte de ces complications et d’autres « inconnues connues » est un manquement à la recherche médicale fondamentale ».

Ils répartissent leurs catégories générales de préoccupations comme indiqué ci-dessous :

Premièrement, il existe des craintes importantes concernant la distribution à grande échelle de ces nouveaux vaccins, qui font appel à une nouvelle technologie et ne sont qu’expérimentaux sans l’approbation complète de la FDA. Au lieu d’utiliser une réponse antigénique atténuée – comme c’est le cas avec les vaccins classiques – ces agents expérimentaux introduisent dans l’organisme une protéine appelée « protéine de pointe ».

« Il faut des années pour être sûr que quelque chose de nouveau est sûr », confirme le document de l’AFLDS. « Personne ne connaît définitivement les implications à long terme sur la santé du corps et du cerveau, en particulier chez les jeunes, liées à cette protéine spike. De plus, si des problèmes documentés liés à cette protéine surviennent, il n’y aura jamais aucun moyen d’inverser les effets indésirables chez les personnes déjà vaccinées. »


Deuxièmement, contrairement aux vaccins conventionnels, ces protéines spike, ainsi que les « nanoparticules lipidiques » ont la capacité de traverser la « barrière hémato-encéphalique » qui assure une protection spéciale de ces zones sensibles du corps.

« Il n’y a tout simplement pas eu assez de temps pour savoir quels problèmes cérébraux et à quelle fréquence un problème cérébral se développera à partir de cela », prévient le document.

Les risques d’une telle pénétration comprennent « une inflammation chronique et une thrombose (coagulation) dans le système neurologique, contribuant à des tremblements, une léthargie chronique, un accident vasculaire cérébral, la paralysie de Bell et des symptômes de type SLA. Les nanoparticules lipidiques peuvent potentiellement fusionner avec les cellules du cerveau, entraînant une maladie neurodégénérative retardée. Et la protéine spike induite par l’ARNm peut se lier au tissu cérébral 10 à 20 fois plus fortement que les protéines spike qui font (naturellement) partie du virus original. »

Troisièmement, comme ces vaccins expérimentaux produisent plusieurs trillions de protéines spike chez leurs destinataires, ces individus vaccinés « peuvent excréter certaines de ces particules (de protéines spike) à leurs contacts proches », provoquant ainsi la maladie chez eux.

Dans une correspondance électronique avec LifeSiteNews, le Dr Simone Gold, fondatrice de l’AFLDS, a dirigé cet auteur vers un tweet du 29 avril où elle a posté un document sur les essais expérimentaux de Pfizer dans lequel le géant pharmaceutique « reconnaît ce mécanisme » d’excrétion potentielle, écrit-elle.

Comme l’indique le document, on peut être « exposé à l’intervention de l’étude en raison d’une exposition environnementale », notamment « par inhalation ou par contact cutané » avec une personne participant à l’étude, ou avec une autre personne ayant été exposée de la même manière.

Et cela, selon l’AFLDS, peut être dangereux. Comme le poursuit la note d’information, « les protéines de pointe sont pathogènes (« causent des maladies ») tout comme le virus lui-même ». En outre, ces « protéines de pointe se lient plus étroitement que le virus entièrement intact » et, par conséquent, des cas dans le monde entier de « péricardite, de zona, de pneumonie, de caillots sanguins dans les extrémités et le cerveau, de paralysie de Bell, de saignements vaginaux et de fausses couches ont été signalés chez des personnes se trouvant à proximité de personnes vaccinées ».

Cette excrétion « semble également être à l’origine d’une grande variété de maladies auto-immunes (où le corps attaque ses propres tissus) chez certaines personnes ».

En outre, d’autres dangers plus graves sont possibles, même pour les personnes non vaccinées, du fait que ces « protéines de pointe peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique, contrairement aux vaccins traditionnels. »

Quatrièmement, cette excrétion rend les enfants vulnérables s’ils se trouvent à proximité de parents et d’enseignants qui ont reçu ces vaccins expérimentaux. Bien que la menace du COVID-19 pour les jeunes soit à juste titre décrite comme « non pertinente », avec notamment un taux de survie de 99,997% pour les moins de 20 ans, l’AFLDS craint que certains enfants ne deviennent symptomatiques en raison de cette proximité avec les vaccinés. Il existe alors un risque que les « bureaucrates de la santé publique » utilisent ces cas pour « spéculer que la maladie d’un enfant est liée à une « variante » du SRAS-CoV-2″, alors qu’elle résulte d’un contact avec des adultes vaccinés.

« Notre autre préoccupation est que les enfants pourraient développer une maladie auto-immune chronique à long terme, y compris des problèmes neurologiques, en raison du fait que les enfants ont des décennies devant eux et des billions de protéines de pointe mentionnées ci-dessus. »

Cinquièmement, « l’AFLDS a connaissance de milliers de rapports faisant état de saignements vaginaux, de saignements vaginaux post-ménopausiques et de fausses couches après la vaccination par le COVID-19, ainsi que de rapports anecdotiques faisant état d’effets indésirables similaires chez les personnes en contact étroit avec les vaccinés ». Bien qu’à ce stade, l’organisation de médecins indépendants « ne puisse pas faire de commentaire définitif sur les contacts étroits », si ce n’est qu’elle mentionne qu’elle « a entendu des rapports à ce sujet dans le monde entier », les nombreux incidents signalés de saignements vaginaux post-vaccination établissent un « lien clair entre le vaccin et les saignements irréguliers. »

« Malgré cette preuve évidente, les modifications du cycle menstruel ne figuraient pas dans la liste des effets secondaires courants de la FDA chez les participants à la phase trois de l’étude clinique. La santé reproductive des femmes doit être prise au sérieux plutôt que d’être balayée d’un revers de main par des responsables de la santé publique motivés par leur agenda », peut-on lire dans le mémoire.

Enfin, reconnaissant « l’incitation économique irrépressible des sociétés pharmaceutiques » à commercialiser des vaccins infantiles COVID, des rappels et autres, inutiles et dangereux, l’AFLDS insiste pour que « les experts de la santé publique s’arrêtent et évaluent les données sur les effets secondaires possibles des vaccins et les questions post-vaccinales connexes avant qu’il ne soit trop tard ».

Ainsi, le propre rapport interne de Pfizer (à la page 69) met en garde les travailleurs de la santé contre l’exposition à des personnes qui ont été vaccinées – ce qui est plutôt ironique étant donné que la plupart des travailleurs de la santé sont tenus d’être eux-mêmes vaccinés.

Toute personne entrant dans un hôpital ou un cabinet médical sera exposée aux protéines de pointe répandues par la quasi-totalité du personnel, mais les concentrations seront faibles par rapport à ce que l’on trouve dans le sang des personnes vaccinées.

Bien entendu, la quantité de protéines de pointe que vous pourriez effectivement respirer est minuscule comparée à la quantité que ces vaccins programment pour que les corps des personnes vaccinées fabriquent – sans interruption 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Une étude récente confirme que les protéines de pointe produites par les vaccins à ARNm peuvent effectivement causer de graves problèmes de santé en s’accumulant continuellement chez les vaccinés.

Au fur et à mesure que des billions de ces protéines s’accumulent et submergent votre corps, vos organes internes commencent à s’arrêter et votre cerveau cesse de fonctionner.

C’est pourquoi un rapport du gouvernement britannique prévoit qu’un pourcentage énorme de personnes doublement vaccinées mouront lors de la prochaine « troisième vague » de la fausse pandémie.

Ces décès massifs seront, bien entendu, imputés à de nouvelles « variantes » de virus aux sonorités exotiques – ou mieux encore, à des « géants de la peur » – et aux « non-vaccinés égoïstes ».

Il va sans dire qu’il serait bon que tous ceux qui ne sont pas vaccinés évitent toute exposition prolongée aux vaccinés, en particulier dans les espaces confinés.

Le monde entier n’a jamais été trompé à une telle échelle.
Il semblerait que Satan ait été libéré de sa prison – et il sait qu’il ne lui reste que peu de temps pour tenter de dominer ce monde avant d’être détruit.


Sommes-nous témoins de la fin promise ?

ob_f6558b_18157562-1531370793573906-157125000059

 

***********************************************************************
La FDA autorise le vaccin COVID-19 de Pfizer pour les adolescents
Publié parMohamed Tahiri12 mai 2021Publié dansNon classé

Pfizer


Pfizer a obtenu une autorisation
La Food and Drug Administration (FDA) a approuvé lundi l’utilisation du vaccin Pfizer-BioNTech chez les adolescents de 12 à 15 ans. Des millions de personnes peuvent désormais bénéficier de ce vaccin.

Cette décision va faciliter les choses à l’automne. Ainsi, les collèges et les lycées pourront fonctionner sans problème. C’est ce qu’on dit.

La FDA a examiné la demande de Pfizer et BioNTech et a passé en revue les résultats de l’essai clinique mené fin mars. Les vaccins sont efficaces chez les jeunes et ont la capacité de produire une forte réponse en anticorps. Ces vaccins provoquent les mêmes effets secondaires que chez les personnes plus âgées.

Les Centers for Disease Control and Prevention se réuniront mercredi pour examiner les résultats. Ils voteront également sur les recommandations relatives à l’utilisation des vaccins chez les adolescents. Une fois que le directeur aura donné son accord, les vaccins Pfizer pourront être administrés immédiatement.

Les personnes âgées de 16 ans et plus peuvent recevoir le vaccin. Moderna et Johnson&Johnson ne sont approuvés que pour les adultes. Cependant, ils le testent également sur les enfants.

Les enfants doivent être vaccinés pour augmenter le niveau global d’immunité dans la nation.

« L’action d’aujourd’hui permet à une population plus jeune d’être protégée contre le COVID-19, ce qui nous rapproche d’un retour à la normale et de la fin de la pandémie », a déclaré Janet Woodcock, commissaire par intérim de la FDA, dans un communiqué. « Les parents et les tuteurs peuvent être assurés que l’agence a entrepris un examen rigoureux et approfondi de toutes les données disponibles, comme nous l’avons fait pour toutes nos autorisations d’utilisation d’urgence du vaccin COVID-19. »

Les enfants ont un risque plus faible de développer des symptômes graves, mais les adolescents et les jeunes sont à risque.

Pfizer demandera une autorisation d’utilisation d’urgence pour les vaccins COVID-19 à administrer aux enfants âgés de 2 à 11 ans en septembre.

Plus de 260 millions de doses ont été administrées dans tout le pays, soit 40 % de la population totale.
Le pays dispose d’un excédent d’approvisionnement en vaccins. Plus de 68 millions de doses ont été livrées mais non administrées. Certains États ordonnent un nombre inférieur de vaccins.

_h9MYy6n


Joe Biden et son administration forcent les Américains à se faire vacciner. Son plan ne fonctionne pas.
« C’est un développement prometteur dans notre lutte contre le virus », a déclaré Joe Biden dans un communiqué lundi soir. « Si vous êtes un parent qui veut protéger son enfant, ou un adolescent qui souhaite se faire vacciner, la décision d’aujourd’hui est un pas de plus vers cet objectif. »

Un sondage de la Kaiser Family Foundation a confirmé l’empressement limité des parents à faire vacciner leurs enfants.
Sur l’ensemble des parents qui ont au moins un enfant âgé de 12 à 15 ans, 30 % ont déclaré qu’ils le feraient vacciner. Environ 26 % attendraient de voir si les vaccins sont efficaces et 18 % feraient vacciner leurs enfants si l’école de leur enfant l’exigeait. Environ 23 % ne feraient pas vacciner leurs enfants.

Le vaccin Pfizer peut provoquer une inflammation du cœur chez les personnes de moins de 30 ans, selon une étude qui a fait l’objet d’une fuite.

 

***********************************************************************


Publié parMohamed Tahiri3 mai 2021Publié dansNon classé

Des chercheurs israéliens ont trouvé 62 cas de myocardite, dont deux décès, après une récente vaccination avec Pfizer. Cinquante-cinq des cas sont survenus chez des hommes – la plupart entre 18 et 30 ans.

Israel-Pfizer-heart-inflammation-feature-800x417


Le Defender subit la censure sur de nombreux canaux sociaux. Soyez sûr de rester en contact avec les nouvelles qui comptent en vous abonnant à nos meilleures nouvelles du jour . C’est gratuit .

Des informations divulguées dans un rapport du ministère israélien de la Santé ont soulevé des inquiétudes parmi les experts quant à un lien possible entre le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 et la myocardite, selon le Times of Israel et d’autres organes de presse.

Le rapport préliminaire d’ un comité chargé de surveiller les effets secondaires des vaccins a révélé 62 cas de myocardite, dont deux décès, chez des personnes ayant reçu le vaccin Pfizer. Cinquante-six des cas sont survenus après la deuxième dose du vaccin et 55 cas sont survenus chez des hommes – la plupart entre 18 et 30 ans .

Les deux patients décédés étaient apparemment en bonne santé jusqu’à ce qu’ils aient reçu le vaccin et n’avaient aucune condition préexistante. L’une était une femme de 22 ans, l’autre était un homme de 35 ans. Le rapport note que 5 millions de personnes en Israël ont été vaccinées contre le COVID .

La myocardite , ou inflammation du muscle cardiaque, peut entraîner une arythmie cardiaque et la mort.
Le coordinateur de la réponse à la pandémie d’Israël, Nachman Ash, a confirmé que «des dizaines d’incidents» de myocardite se sont produits chez des personnes vaccinées, principalement après la deuxième dose, mais a souligné que le ministère de la Santé n’avait pas encore tiré de conclusions.

Il serait difficile de déterminer un lien, a déclaré Ash, car la myocardite, une maladie qui disparaît souvent sans complications, peut être causée par une variété de virus, et un nombre similaire de cas a été signalé les années précédentes, a rapporté Reuters .

Cependant, selon des chercheurs de l’Organisation nationale pour les maladies rares, la myocardite peut résulter d’infections, mais «le plus souvent, la myocardite est le résultat de la réaction immunitaire du corps aux lésions cardiaques initiales».

Des chercheurs israéliens ont présenté leurs résultats au directeur général du ministère israélien de la Santé, Pfizer, aux Centers for Disease Control and Prevention et à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

Interrogé par Reuters sur l’examen, Pfizer a déclaré qu’il était en contact régulier avec le ministère israélien de la Santé pour examiner les données sur son vaccin et qu’il était au courant des observations israéliennes de myocardite survenant principalement chez les jeunes hommes.

«Les événements indésirables sont régulièrement et minutieusement examinés et nous n’avons pas observé de taux de myocardite plus élevé que ce à quoi on pourrait s’attendre dans la population générale», a déclaré la société . «Un lien de causalité avec le vaccin n’a pas été établi. Il n’y a actuellement aucune preuve permettant de conclure que la myocardite est un risque associé à l’utilisation du vaccin Pfizer / BNT COVID-19. »

Pfizer a déclaré qu’il n’avait pas détecté de résultats similaires dans le reste du monde, mais qu’il examinerait plus en profondeur le phénomène.

Cependant, une recherche de «myocardite» dans le système de notification des événements indésirables des vaccins du CDC a révélé 62 cas de myocardite , dont 70% chez des personnes âgées de 17 à 44 ans. Parmi les cas signalés, 23 ont été signalés après le vaccin Pfizer.

Les chercheurs qui ont mené l’étude israélienne ont souligné qu’une enquête plus approfondie était nécessaire pour confirmer un lien entre la myocardite et le vaccin, mais ont ajouté qu’ils avaient des préoccupations importantes. Ils ont écrit :

«À ce stade, selon les résultats préliminaires, qui doivent être corroborés davantage, on a l’impression d’un nombre plus élevé que prévu, en particulier pour les âges jusqu’à 30 ans. Un rapport plus avancé sur le sujet sera bientôt préparé.»

«L’impression est qu’il y a une augmentation de l’incidence du phénomène, en particulier chez les jeunes hommes, à l’échelle de 1: 20 000 après la vaccination. Il est probable que l’apparition de la myocardite soit associée à la réception du vaccin (en particulier la deuxième dose). »

Les experts du ministère de la Santé examinent le rapport et rendront les résultats publics . Cependant, dans une interview , Ash a déclaré que les avantages du vaccin sont si grands que «même si nous trouvons un lien entre certains des cas et le vaccin, il ne sera pas justifié de prendre des mesures concernant le vaccin.

***********************************************************************

Des recherches antérieures suggèrent que les vaccins à ARNm peuvent provoquer les mêmes symptômes que le COVID

435px-Coronaviruses_004_lores


Selon Lyn Redwood, infirmière autorisée, MSN et présidente émérite de Children’s Health Defence , «il n’est pas surprenant que nous assistions à la même réponse immunitaire résultant de la myocardite causée par la protéine de pointe des vaccins que celle que nous voyons dans l’infection réelle.»

Redwood a expliqué que les vaccins à ARNm agissent en incorporant le schéma génétique de la protéine de pointe clé à la surface du virus dans une formule qui, lorsqu’elle est injectée à l’homme, demande à nos propres cellules de fabriquer la protéine de pointe.

«Le problème avec cette approche est que la protéine de pointe seule – que les vaccins à ARNm demandent au corps de fabriquer – a été impliquée comme une cause clé de blessures cardiaques et de décès chez les personnes atteintes de COVID-19», a déclaré Redwood.

Selon Redwood, sur la base des recherches menées à ce jour , il est très probable que certains receveurs des vaccins à ARNm de protéine de pointe connaîtront les mêmes symptômes et blessures associés au virus.

Comme The Defender l’a rapporté le 10 février, le Dr J. Patrick Whelan, MD, Ph.D a cherché à alerter la FDA sur le potentiel des vaccins COVID de causer des blessures. Plus précisément, Whelan craignait que la technologie du vaccin à ARNm utilisée par Pfizer et Moderna ait «le potentiel de provoquer des lésions microvasculaires (inflammation et petits caillots sanguins appelés microthrombi) au cerveau, au cœur, au foie et aux reins d’une manière qui n’a pas été évaluée dans le cadre de la sécurité. essais. »

Bien que Whelan n’ait pas contesté le potentiel des vaccins à arrêter rapidement la propagation du virus (en supposant que les vaccins s’avèrent effectivement empêcher la transmission – également non évalué dans les essais cliniques), il a averti que «ce serait bien pire si des centaines de millions de les gens devaient souffrir de dommages durables, voire permanents, à leur cerveau ou à leur microvascularisation cardiaque en raison de ne pas apprécier à court terme un effet involontaire des vaccins à base de protéines de pointe sur toute la longueur sur d’autres organes.

En octobre 2020, les médecins ont averti que la recherche a démontré que le virus SRAS-CoV-2 pourrait avoir un impact sur plusieurs organes du corps, y compris le cœur, et que près d’un quart des personnes hospitalisées pour COVID souffrent de lésions myocardiques, telles que des arythmies ou une maladie thromboembolique 

Le Dr Hyung Chun, un cardiologue de Yale, a suggéré que les cellules endothéliales qui tapissent les vaisseaux sanguins libèrent potentiellement des cytokines inflammatoires qui exacerbent davantage la réponse inflammatoire du corps et conduisent à la formation de caillots sanguins. Chun a déclaré: «L’endothélium« enflammé »contribue probablement non seulement à l’aggravation du résultat du COVID-19, mais est également considéré comme un facteur important contribuant au risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.»

Dans une étude prospective qui a suivi 100 patients qui se sont rétablis du COVID, les chercheurs ont constaté une implication du cœur sur les IRM chez 78% des patients et une inflammation du myocarde en cours dans 60%. Ces résultats étaient indépendants de la gravité de l’infection, de l’évolution générale de la maladie et du temps écoulé depuis le diagnostic initial.

En octobre 2020, les chercheurs ont examiné plus en détail le cœur après la mort du COVID-19 et ont découvert que «les dommages cardiaques étaient courants, mais plus dus à la coagulation qu’à l’inflammation» et que «les microthrombi (petits caillots de taches) étaient fréquents».

«Nous ne nous attendions pas à cela», a déclaré le co-auteur de l’étude, le Dr Renu Virmani, du CVPath Institute de Gaithersburg, Maryland. «Il semble peu probable que l’invasion virale directe du cœur joue un rôle majeur dans la nécrose myocardique et les microthrombies.»

Une étude ultérieure publiée en janvier a confirmé les découvertes de microthrombi entraînant une nécrose myocytaire, signe d’un infarctus du myocarde récent (crise cardiaque), chez 40 personnes décédées d’une infection au COVID – les études ont également identifié les microthrombies comme une cause majeure de lésion cardiaque.

Les cliniciens du monde entier ont vu des preuves suggérant que le virus pouvait provoquer une inflammation cardiaque, une maladie rénale aiguë, un dysfonctionnement neurologique, des caillots sanguins, des lésions intestinales et des problèmes hépatiques.

***********************************************************************


Un garçon de 15 ans meurt d’une crise cardiaque deux jours après avoir pris un vaccin Pfizer, alors qu’il n’avait aucun antécédent de réaction allergique.
Publié parMohamed Tahiri3 mai 2021Publié dansNon classé

15-year-old-heart-attack-pfizer-vaccine



Un garçon de 15 ans du Colorado est mort d’une crise cardiaque deux jours seulement après avoir pris le vaccin Pfizer. Il n’avait pas d’antécédents médicaux.

Selon les données du système national de notification des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS), un garçon de 15 ans du Colorado est décédé d’une crise cardiaque deux jours seulement après avoir reçu une injection du vaccin controversé COVID-19 de Pfizer, alors qu’il n’avait aucun antécédent de réaction allergique.

Le cas, répertorié dans la base de données sous le numéro VAERS 1242573, révèle que le garçon de 15 ans a été « vacciné par Pfizer/Biontech » le 18 avril 2021. Il a commencé à présenter des réactions indésirables au vaccin le 19 avril 2021 et est « décédé le 20 avril 2021, 2 jours après la vaccination ». La base de données VAERS révèle également qu’il ne souffrait d’aucune autre maladie, d’aucune condition préexistante, d’aucune allergie connue, d’aucune anomalie congénitale et d’aucun handicap permanent. Il est simplement décédé d’une « insuffisance cardiaque » deux jours exactement après avoir reçu le vaccin controversé.

 

15-Year-Old-Heart-Attack-Pfizer-Vaccine


Cette révélation intervient alors que les médias grand public et le régime Biden ont critiqué à plusieurs reprises ceux qui suggéraient que les jeunes en bonne santé devraient envisager d’éviter le vaccin COVID-19. Joe Rogan a fait cette suggestion dans l’épisode du 23 avril de son podcast Joe Rogan Experience, provoquant une litanie de réactions et de critiques de la part de la gauche.

Cependant, la science semble donner raison à Rogan : les jeunes en bonne santé n’ont pratiquement aucune chance de mourir du COVID-19, mais sont plus susceptibles que les personnes plus âgées de souffrir de réactions indésirables graves au vaccin, comme l’a largement rapporté National File.

Ce rapport intervient également alors qu’une femme a subi une paralysie corporelle quasi totale et des douleurs intenses après avoir pris le même vaccin Pfizer que celui qui a précédé la mort de la jeune fille de 15 ans. Brandy Parker McFadden, une femme du Tennessee, a été réveillée par une douleur fulgurante après avoir pris le vaccin, et a rapidement réalisé qu’elle ne pouvait plus bouger ses bras ou ses jambes. Elle a été emmenée à l’hôpital, où les médecins ont commencé à paniquer. « Je me suis réveillée. Je ne peux pas bouger mes bras. Je ne peux pas bouger mes jambes. Alors, il panique. Les médecins paniquent », a déclaré McFadden.

Malgré les rapports horrifiants de décès et d’invalidité qui semblent être liés au vaccin Pfizer, la société a insisté sur le fait que ses vaccins sont sûrs. Dans une déclaration envoyée à WKRN News 2 par Pfizer à la suite de l’incident, on peut lire notamment : « À ce jour, plus de 200 millions de personnes dans le monde ont été vaccinées avec notre vaccin. Il est important de noter que les événements indésirables graves qui ne sont pas liés au vaccin sont malheureusement susceptibles de se produire à un taux similaire à celui de la population générale », rapporte National File.

Le PDG de Pfizer a toutefois récemment laissé entendre que deux doses du vaccin controversé pourraient ne pas être suffisantes. Selon lui, une injection de rappel sera probablement nécessaire environ six mois après la deuxième injection, puis des vaccinations annuelles seront nécessaires pour maintenir l’immunité contre une maladie dont plus de 99 % des jeunes gens en bonne santé devraient se remettre naturellement.

***********************************************************************

Les autorités réglementaires européennes demandent à Pfizer, Moderna et AstraZeneca de fournir davantage de données sur l’inflammation cardiaque et le syndrome de Guillain-Barré.
Publié parMohamed Tahiri11 mai 2021Publié dansNon classé

EU-more-data-Covid-vaccine-injuries-feature-800x417

L’Agence européenne des médicaments souhaite également que Pfizer et Johnson & Johnson mettent à jour les avertissements et les listes d’effets secondaires relatifs au gonflement du visage (Pfizer) et aux caillots sanguins (J&J).

FW1_HEALTH-CORONAVIRUS-VACCINES-JOHNSON-JOHNSON_0224_11-1614172684_759176


Vendredi, les autorités de réglementation de l’UE ont demandé à Pfizer et Moderna de fournir des données supplémentaires concernant les vaccins COVID des sociétés et un lien potentiel avec l’inflammation cardiaque, après que l’agence ait terminé un examen de la sécurité des quatre vaccins COVID autorisés pour une utilisation d’urgence dans l’UE.

Le comité de sécurité de l’Agence européenne des médicaments (PRAC) a également demandé à AstraZeneca de lui fournir des données relatives aux cas de syndrome de Guillain-Barré signalés chez des personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca, et a recommandé à Pfizer et Johnson & Johnson (J&J) de mettre à jour leurs étiquettes en y ajoutant des avertissements sur les effets secondaires.

Dans un rapport publié le 7 mai, le PRAC a révélé que ses membres étaient au courant de cas de myocardite et de péricardite après la vaccination par Pfizer. Les autorités réglementaires ont déclaré que rien n’indiquait que le vaccin était à l’origine de ces cas, mais à titre préventif, le PRAC a demandé à Pfizer de fournir des données supplémentaires, notamment une analyse des événements en fonction de l’âge et du sexe, dans son prochain rapport de synthèse sur la sécurité en cas de pandémie, et examinera si d’autres mesures réglementaires sont nécessaires.
Moderna et Pfizer utilisant la même technologie ARNm pour leurs vaccins, le comité a demandé à Moderna de surveiller les cas similaires d’inflammation cardiaque.

La myocardite, ou inflammation du muscle cardiaque, peut entraîner une arythmie cardiaque et la mort. La péricardite est une inflammation de la membrane qui entoure le cœur.

Une recherche dans le Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) des CDC a révélé 213 cas de péricardite et de myocardite signalés aux États-Unis après la vaccination par COVID. Sur les 213 cas signalés, 105 cas ont été attribués à Pfizer, 93 cas à Moderna et 15 cas au vaccin COVID de Johnson & Johnson (J&J).
Le 27 avril, Reuters a rapporté que le ministère américain de la Défense enquêtait sur 14 cas d’inflammation cardiaque chez des personnes vaccinées par les services de santé de l’armée.

***********************************************************************

Sur les 14 cas, un patient a développé une myocardite après sa première dose de vaccin. Les 13 autres patients ont développé une myocardite après leur deuxième dose de vaccin. Onze ont reçu le vaccin Moderna et trois le vaccin Pfizer.

oibj-1


Le ministère israélien de la Santé examine également des cas d’inflammation cardiaque chez des personnes ayant reçu le vaccin COVID de Pfizer. Comme le rapporte The Defender le 26 avril, un rapport préliminaire du comité chargé de surveiller les effets secondaires des vaccins en Israël a identifié 62 cas de myocardite, dont deux décès, après une vaccination récente par Pfizer. Cinquante-cinq de ces cas sont survenus chez des hommes, la plupart âgés de 18 à 30 ans.

VACCIN ASTRAZENACA


Dans le cas d’AstraZeneca, le PRAC a déclaré qu’il examinait les rapports de syndrome de Guillain-Barré et a demandé des données plus détaillées et une analyse de tous les cas de syndrome de Guillain-Barré signalés.

Le syndrome de Guillain-Barré est une maladie immunitaire rare dans laquelle le système immunitaire de l’organisme attaque les nerfs, entraînant une paralysie. Il avait déjà été identifié par les autorités réglementaires comme un effet secondaire indésirable potentiel nécessitant une surveillance suite à l’injection du médicament par AstraZeneca.

L’EMA recommande des mises à jour des étiquettes et des listes d’effets secondaires
Dans son rapport du 7 mai, l’EMA a également recommandé à Pfizer d’ajouter un nouvel effet secondaire à ses informations sur les produits destinés aux personnes utilisant des produits de comblement dermique – des substances molles, semblables à du gel, injectées sous la peau.

Après avoir examiné toutes les preuves disponibles, y compris les cas signalés à la base de données européenne des effets secondaires suspectés et les données de la littérature scientifique, le PRAC a déclaré qu’il existe au moins une « possibilité raisonnable d’une association causale entre le vaccin et les cas signalés de gonflement du visage chez les personnes ayant des antécédents d’injections avec des produits de comblement dermique ».

Le comité de sécurité a également déclaré qu’il mettrait à jour son avertissement concernant le vaccin COVID de J&J après que les autorités de réglementation de l’UE aient identifié en avril un lien entre le vaccin et les caillots sanguins.
Bien que le PRAC ait déclaré que les avantages du vaccin l’emportent sur les risques, l’étiquette comprendra désormais une recommandation selon laquelle les patients chez qui une thrombocytopénie a été diagnostiquée dans les trois semaines suivant la vaccination doivent faire l’objet d’une recherche active de signes de thrombose et les patients qui présentent une thromboembolie dans les trois semaines doivent être évalués pour une thrombocytopénie.

La thrombose avec syndrome de thrombocytopénie sera également ajoutée en tant que » risque important identifié » dans le plan de gestion des risques pour le vaccin de J&J. Le comité a demandé à l’entreprise de fournir un plan pour étudier plus avant les mécanismes sous-jacents possibles de ces événements.

De plus, le PRAC a examiné les risques de coagulation avec les vaccins Pfizer et Moderna. Bien que plusieurs cas de faibles taux de plaquettes sanguines et de caillots aient été identifiés, le comité a conclu que pour le moment, il ne semble pas y avoir de preuve d’un signal de sécurité pour les injections d’ARNm.

À l’aide d’un critère de recherche incluant les rapports de caillots sanguins associés à des troubles de la coagulation sanguine, le VAERS a recensé un total de 2 808 rapports aux États-Unis pour les trois vaccins entre le 14 décembre 2020 et le 30 avril. Sur les 2 808 cas signalés, 1 043 rapports de troubles de la coagulation sanguine ont été attribués à Pfizer.

Comme l’a rapporté The Defender lundi, un adolescent de l’Utah reste hospitalisé avec trois caillots de sang dans et près de son cerveau qui se sont développés après qu’il ait reçu la première dose du vaccin COVID de Pfizer.
Le 7 mai, Pfizer est devenu le premier fabricant du vaccin COVID à demander l’approbation complète de la Food and Drug Administration américaine pour les personnes âgées de 16 ans et plus. Pfizer a demandé un examen prioritaire, qui demande à la FDA de prendre des mesures dans un délai de six mois, contre dix mois pour l’examen standard.

La FDA devrait modifier cette semaine l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) de Pfizer pour autoriser l’utilisation du vaccin chez les adolescents âgés de 12 à 15 ans. En septembre, la société a annoncé son intention d’étendre l’EUA pour son vaccin destiné aux enfants âgés de 2 à 11 ans.
En cas d’approbation, Pfizer sera le premier vaccin expérimental à recevoir une autorisation complète de la FDA.

 **********************************************************************

BOUM : Le gouvernement du Connecticut informe secrètement les professionnels de la santé que les vaccins contre le covid sont MORTELS, mais cache la même information au public.

Image: BOMBSHELL: Connecticut govt. secretly tells health care workers covid vaccines are DEADLY, but withholds the same information from the public

(Natural News) Aujourd’hui, nous vous présentons une histoire vraie choquante sur les vaccins covid-19, le gouvernement du Connecticut, et l’admission ouverte que les vaccins contiennent des substances dangereuses, voire mortelles (protéines de pointe) qui sont documentées et connues pour causer des dommages vasculaires aux êtres humains.

Tout est admis au grand jour, dans les documents du gouvernement du Connecticut présentés ci-dessous, qui admettent que ces vaccins peuvent être mortels. Les documents originaux utilisés dans cette recherche peuvent être consultés sur les liens suivants : (tous les documents PDF)

Formulaire de dépistage pré-vaccination – V20 – Site du gouvernement du Connecticut.

Liste des ingrédients du vaccin Covid-19 et propagande sur la protéine de pointe – Site du gouvernement du Connecticut.

Comme le Connecticut pourrait supprimer ces documents afin de cacher la vérité, nous les reproduisons également sur les serveurs de NaturalNews.com :

Formulaire de dépistage pré-vaccination – V20 – miroir de Natural News
Liste des ingrédients du vaccin Covid-19 et propagande sur les protéines de pointe – Natural News mirror.

Le Connecticut admet que les vaccins covid-19 contiennent des protéines de pointe, puis prétend qu’ils sont inoffensifs alors que le Salk Institute confirme qu’ils peuvent être mortels.

Dans ces documents, vous trouverez des aveux étonnants de la part du gouvernement du Connecticut. Pour commencer, examinez le graphique ci-dessous qui montre le gouvernement du Connecticut affirmant à tort que la protéine de pointe du vaccin est « une protéine inoffensive », alors même que les recherches publiées par le Salk Institute révèlent que « la protéine endommage les cellules ».

La recherche, publiée dans la revue Circulation Research, conclut : « … nous montrons que la protéine spike seule peut endommager les cellules endothéliales vasculaires en régulant à la baisse l’ACE2 et en inhibant par conséquent la fonction mitochondriale. »

Comme l’explique encore le Salk Institute, « …c’est la première étude qui montre que les dommages se produisent lorsque les cellules sont exposées à la protéine spike seule. »

Ainsi, le gouvernement du Connecticut ment à ses propres citoyens et les encourage à se faire injecter quelque chose qui causera des dommages étendus et même la mort :


Les ingrédients du vaccin Covid-19 comprennent le SM-102, une substance toxique connue pour être nocive pour les humains et les animaux.
Le prochain élément de propagande du gouvernement du Connecticut révèle que le vaccin Moderna mRNA contient un ingrédient connu sous le nom de « SM-102 », dont la toxicité pour les humains et les animaux est bien documentée.

Vous pouvez consulter n’importe quel moteur de recherche pour trouver des détails sur la toxicité du SM-102. Cherchez les fiches signalétiques qui s’y rapportent. Nous publierons plus de détails dans un prochain article :


Un document intitulé « Liste de contrôle des vaccins » avertit secrètement les professionnels de la santé que le vaccin covid-19 peut les tuer, mais ne divulgue pas cette information au public.
Dans ce troisième exemple choquant de ce qui sort du gouvernement du Connecticut en termes de propagande sur le vaccin covid-19, le gouvernement fait signer aux professionnels de la santé un avertissement / déni de responsabilité détaillé qui admet que le vaccin peut les tuer. Voir le document complet ci-dessous :

J’estime que les avantages l’emportent sur les risques et j’assume volontairement l’entière responsabilité de toute réaction pouvant résulter de ma réception du ou des vaccins… Ni le centre de vaccination de masse ni aucune des parties exonérées ne pourront, à aucun moment et dans quelque mesure que ce soit, être tenus pour responsables, de quelque manière que ce soit, de toute perte, blessure, décès ou dommage subi par toute personne, à quelque moment que ce soit, en rapport avec ou à la suite de ce programme de vaccination ou de l’administration des vaccins décrits ci-dessus.

Ce même document avertit les professionnels de la santé que le risque de réactions anaphylactiques est si élevé, qu’un « traitement médical pour les réactions allergiques graves » doit être mis à disposition dans tous les centres de vaccination de masse.

En outre, ce document révèle les effets indésirables connus des vaccins covid-19, en expliquant qu’ils sont les suivants :

* Sentiment de malheur imminent
* Perte de conscience
* Désorientation, confusion, faiblesse
* Diarrhée, nausée, vomissement
* Scintillement des lumières, vision en tunnel.
* Changements dans l’audition / perte d’audition
Le même graphique révèle que pour la plupart de ces effets indésirables répertoriés, l’État du Connecticut recommande de continuer avec une deuxième dose du vaccin, même si la première dose a provoqué ces réactions bizarres.

Voici le graphique :


J’ai couvert tout cela dans l’époustouflant podcast Situation Update d’aujourd’hui, qui révèle ces vérités choquantes ouvertement admises par le gouvernement du Connecticut ( USA )

SOURCES : Brighteon.com/15564ea8-2041-4523-856a-00f0da68d8a1

https://www.brighteon.com/15564ea8-2041-4523-856a-00f0da68d8a1

 **********************************************************************