Situation sur la frontière entre l'Ukraine et la Crimée, le 27 février 2022 - Sputnik France

En continu: l’Occident promet des

 

armes létales à Kiev, une

 

2e rencontre Russie-Ukraine en attente

 

 

S'abonnerGoogle news
En cours de mise à jour
Après le premier volet des pourparlers, Moscou et Kiev ont convenu de poursuivre le dialogue sur le cessez-le-feu. L’Occident a décidé de ne pas déployer ses forces en Ukraine, mais d’envoyer des armes létales et des avions militaires, et d’adopter de nombreuses sanctions.
Sputnik France reste toujours accessible sur TelegramTwitter et Youtube.
Les promesses européennes et américaines sur la livraison d’une aide militaire à l’Ukraine se concrétisent, parmi lesquelles figurent des armes létales de grands calibres et des avions de combat. Selon les forces de Kiev, la Bulgarie, la Pologne et la Slovaquie vont fournir 70 avions, notamment des MiG-29 et des SU-25.
Entre-temps, des délégations russe et ukrainienne se sont retrouvées pour le premier volet des pourparlers tenus en Biélorussie. Les parties ont déclaré avoir trouvé d’éventuels terrains d’entente. Elles ont convenu d’une deuxième rencontre prochainement.
Les forces armées russes sont entrées dans plusieurs grandes villes ukrainiennes, dont la capitale Kiev, et Kharkiv, deuxième ville du pays, et ont revendiqué leur suprématie dans l’espace aérien du pays. Selon la Défense russe, des groupes d’extrémistes et de nationalistes ukrainiens déploient des armes dans les quartiers résidentiels, utilisant les civils comme boucliers humains. Le pilonnage du Donbass par les forces ukrainiennes continue.
Les sanctions de l’Occident déferlent sur la Russie, touchant l’économie, l’énergie, les transports et les médias. Après que Bruxelles a annoncé vouloir bloquer Sputnik et RT dans l’UE, le groupe Meta a interdit le 28 février l'accès à Sputnik sur Facebook et Instagram dans les 27 pays de l'UE, ainsi qu’en Ukraine. La Moldavie et la Roumanie ont déjà bloqué l’accès au site de Sputnik dans leurs langues.
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
08:06 01.03.2022
Les forces de Kiev mènent un nouveau pilonnage intense contre Gorlovka, près de Donetsk, indique la Défense de la République
08:02 01.03.2022
Trois pays de l’Otan transmettent 70 avions de combats à l’Ukraine
La Bulgarie, la Pologne et la Slovaquie vont fournir à Kiev 70 aéronefs militaires, susceptibles d’être basés sur des aérodromes polonais, indique le service de presse des forces armées ukrainiennes sur Facebook.
Selon l’instance, il s’agit de 16 chasseurs MiG-29 et de 14 bombardiers SU-25 bulgares, de 28 MiG-29 polonais et de 12 MiG-29 slovaques.
07:54 01.03.2022
La Russie introduit une mesure réciproque contre la Suisse qui a fermé son espace aérien aux avions russes
07:50 01.03.2022
Tous les observateurs de l’OSCE quittent la République de Donetsk, rapporte un correspondant de Sputnik
07:49 01.03.2022
La ville de Marioupol, située dans la région de Donetsk, pourrait être encerclée par les forces du Donbass dans la journée
L’encerclement de la ville sera achevé le 1er mars, a fait savoir le porte-parole de la milice populaire de la République de Donetsk, Edouard Bassourine. Il a également mis en valeur la nécessité d’organiser un corridor humanitaire pour les habitants. Auparavant, des messages sur le blocage de la ville ont été relayés par l’armée russe.
07:48 01.03.2022
L’Espagne refuse de fournir directement une aide militaire à l’Ukraine
Madrid ne serait prêt à envoyer des armes offensives que via la Facilité européenne pour la paix (EPF), a fait savoir Pedro Sanchez, chef du gouvernement espagnol, auprès de la chaîne de télévision TVE.
La veille, la Hongrie avait refusé de fournir des armes à Kiev.

cover-r4x3w1000-578ef06c382c7-un-rafale

L'UE s’apprête à livrer des armes

 

de gros calibre à l'Ukraine

 

 

 

S'abonnerGoogle news
Le conflit militaire en Ukraine risque de prendre plus d’envergure. L’UE va fournir à Kiev notamment des armes de gros calibre et antichars alors que la Russie a mis en alerte ses forces de dissuasion, lesquelles comprennent des armes nucléaires.
Alors que l’opération militaire russe bat son plein en Ukraine, l'UE va fournir aux forces armées ukrainiennes des armes de gros calibre et antichars dans le cadre de l’aide de 500 millions d'euros convenue, a déclaré ce 28 février le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, avant une réunion sur la situation en Ukraine.

"Ce demi-milliard d'euros sera consacré à fournir des armes défensives, des armes de gros calibre, des antichars et des équipements de toutes sortes afin de repousser l'agression. Les États membres doivent fournir ces armes et nous devons coordonner ce qu'ils font et ce que nous pouvons faire, en plus, avec ces ressources."

En outre, il a souligné l’importance de fournir des munitions et du carburant pour les chars et les avions.
À l’issue de cette réunion des ministres de la Défense de l'UE en visioconférence qui s’est tenue cet après-midi, Josep Borrell a confirmé l’engagement des États membres de l'UE à renforcer leur soutien militaire à l'Ukraine sur une base bilatérale et entendent intensifier ces efforts avec des financements européens.

L’arme nucléaire russe mise en alerte

Ces livraisons d’armes sont planifiées alors que les nationalistes ukrainiens prennent en otage les civils pour les utiliser comme des boucliers humains: telle a été la mise en garde lancée par le représentant permanent de la Russie aux Nations unies, Vassili Nebenzia.

"Il y a beaucoup de preuves diffusées par des Ukrainiens que, malgré leurs protestations, les nationalistes déploient des équipements lourds et des systèmes de lance-roquettes multiples dans des zones résidentielles", a déclaré le diplomate.

Il estime qu’il s'agit d'une "violation flagrante du droit international humanitaire qui doit être dûment condamnée", comparant cette tactique à celle des terroristes de Daech*.
Face aux démarches économiques hostiles de l’Occident et à des propos agressifs de hauts responsables de l’Otan, Vladimir Poutine a ordonné le 27 février de placer en alerte les forces de dissuasion russes.
Son porte-parole, Dmitri Peskov, a conseillé de ne pas y chercher de double sens. "C'est un ordre absolument exhaustif du chef suprême [des armées]", souligne-t-il.

Opération militaire en Ukraine

L’opération militaire spéciale russe a commencé le 24 février, trois jours après que Vladimir Poutine a reconnu l’indépendance des Républiques de Lougansk et de Donetsk, expliquant que l'Ukraine ne respectait pas les accords de Minsk et que la situation dans le Donbass pouvait être qualifiée de "génocide".
Le Président russe a alors souligné que les plans de Moscou n'incluaient pas l'occupation des territoires ukrainiens, mais la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine, ce qui a été confirmé le 25 février par le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Lequel assure que cela permettra aux Ukrainiens de "déterminer librement leur avenir", une fois qu'"ils se seront libérés de leur joug".
*Organisation terroriste interdite en Russie
à suivre ... à suivre ... à suivre ...