Sitrep Ukraine : Un autre genre de

 

guerre est sur le point de commencer

 

image_pdfimage_print
  1. Campagne de dons Octobre 2022

    Chers amis lecteurs. Nous lançons une campagne de dons pour ce mois d'Octobre et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Comme vous le savez, l'entretien et le fonctionnement de notre site ont un certain coût, et nous dépendons presque entièrement de vos dons pour en assurer le financement. Réseau International a besoin de vous plus que jamais pour assurer la continuité de son travail de réflexion et de réinformation
    2 196,00 € atteint

par William Schryver.

Trois semaines après la contre-offensive de Kharkov du 20 septembre 2022, largement célébrée et massivement médiatisée, les événements qui étaient initialement obscurcis par le brouillard de guerre peuvent maintenant être vus plus clairement.

Tout d’abord, il est bien établi que, de juillet à août, il y a eu une accumulation assez transparente de forces ukrainiennes et affiliées à l’OTAN (« volontaires étrangers ») fraîchement constituées et transportés dans le quadrant nord-est de l’oblast de Kharkov.

La grande majorité de la force ukrainienne était constituée de conscrits naïfs, dont une proportion importante avait reçu quelques semaines de « formation accélérée » dans des bases de l’OTAN en Pologne, en Allemagne et en Grande-Bretagne.

En outre, la part du lion de l’équipement de l’OTAN livré pendant cette période a été mise de côté pour cette nouvelle armée au lieu d’être dispersée dans d’autres régions le long de la ligne de contact de 1000 km entre Kharkov et Kherson.

Le nombre total de forces ukrainiennes rassemblées dans la région reste quelque peu incertain, mais il semble qu’il ait été compris entre 35 000 et 50 000, dont environ 5000 « volontaires étrangers » affiliés à l’OTAN qui devaient finalement servir de « troupes de choc » pour l’offensive.

Il est également indiscutablement établi que les Russes avaient, dans les semaines précédant l’attaque ukrainienne, considérablement réduit la densité des hommes et des équipements dans le triangle géographique formé par le fleuve SeverskyDonets, qui coule du nord-ouest au sud-est, et le fleuve Oskol, qui coule du nord au sud.

La confluence de ces deux rivières se trouve près du sud-est d’Izioum, avec le centre de transport de Koupiansk à cheval sur l’Oskol au nord, et Andreevka sur la rive gauche de la SeverskyDonets, au nord-ouest.

Les Russes ont laissé sur place des formations des milices du Donbass et de Rosgvardia (Garde nationale russe), petites mais approvisionnées de manière satisfaisante, couvertes par des tirs d’artillerie à longue distance relativement puissants, un soutien aérien rapproché modeste et des frappes occasionnelles de missiles de précision contre les concentrations de forces ukrainiennes.

Même les analystes favorables à la Russie ne s’accordent pas sur la question de savoir si les commandants stratégiques russes ont délibérément affaibli cette zone particulière ou s’ils ont simplement été contraints de la laisser affaiblie parce qu’ils ne disposaient pas de forces suffisantes pour couvrir l’ensemble du front.

Il existe des arguments convaincants en faveur des deux points de vue, bien que l’opinion générale soit que la ligne a été affaiblie par inadvertance dans cette région, principalement parce que les commandants russes pensaient que l’attaque imminente aurait lieu ailleurs.

Je reste persuadé que le haut commandement russe a intentionnellement affaibli sa ligne dans cette zone particulière afin d’inciter les commandants de l’OTAN de cette armée nouvellement créée à attaquer précisément là où ils l’ont fait, puis à les conduire délibérément dans la poche triangulaire définie par les deux rivières, comme décrit ci-dessus.

Mon argumentation à l’appui de ce point de vue est la suivante :

Tout d’abord, il faut garder à l’esprit que, depuis le tout début de cette bataille qui dure maintenant depuis trois semaines, les forces russes qui défendent la zone en question ont été dépassées en nombre d’au moins 5 contre 1 à presque tous les moments. Il est absurde de croire que cette disparité dans le nombre de forces n’a pas été anticipée par les commandants russes, alors un plan de bataille a été conçu pour exploiter la géographie et la supériorité inhérente de la puissance de feu de la force de défense afin d’effectuer une retraite tactique punitive.

Et, rétrospectivement, il est maintenant évident que c’est précisément ce qu’ils ont fait.

Contrairement aux récits ridiculement exagérés d’une retraite russe désordonnée – avec un millier de chars et de véhicules blindés détruits/abandonnés, des milliers de victimes et dix mille prisonniers (oui, des chiffres comme ceux-là ont été rapportés par les « analystes experts » occidentaux au cours de la première semaine de la bataille !) – les forces russes ont mené une retraite remarquablement disciplinée, ont progressé à travers de multiples lignes de défense préparées et ont infligé des pertes sévères aux hommes et au matériel ukrainiens à chaque étape du chemin, tout en subissant elles-mêmes des pertes relativement modestes.

Oui, plusieurs villes et villages ont été brièvement défendus puis abandonnés en cours de route. Dans chaque cas, les propagandistes ukrainiens et leurs alliés des médias occidentaux ont claironné les victoires glorieuses, mais aucun de ces récits de prétendue brillance martiale n’a pris la peine de mentionner le prix exorbitant payé pour les modestes gains de terrain qu’ils prétendent avoir « libérés ».

Les purges ultérieures par « filtration » des « collaborateurs russes » dans chacune de ces villes et chacun de ces villages n’ont pas non plus été rapportées dans les comptes rendus totalement partiaux des médias occidentaux. Au lieu de cela, les audiences occidentales ont été une fois de plus traitées avec des récits d’atrocités sans preuves, menées par de troupes russes barbares se livrant à des viols, des meurtres, des pillages, des tortures, des massacres aveugles et des fosses communes de civils innocents.

Mais malgré ce flot de propagande délirante, les mouvements de type blitzkrieg des premiers jours de l’offensive ont depuis longtemps ralenti jusqu’à atteindre un rythme sanglant dans la seconde moitié de septembre, dévorant des centaines d’hommes et des dizaines de pièces d’équipement chaque jour, avec une avance minime à la clé.

Les Russes ont établi leur première ligne de défense sur la rive est de la rivière Oskol. Chaque jour depuis deux semaines, des rapports ukrainiens affirmaient que les FAU avaient pris ou était sur le point de prendre Koupiansk, qui se trouve à cheval sur la rivière. Mais cela n’était vrai jusqu’à il y a deux jours, lorsque les forces russes dans la partie orientale de la ville l’ont finalement cédée aux Ukrainiens – mais pas avant d’avoir infligé un massacre totalement disproportionné par rapport à leurs propres pertes, et bien qu’elles aient continuellement fait face à des forces d’attaque plusieurs fois supérieures à leur propre nombre.

Non pas qu’il y ait eu beaucoup de combats d’infanterie. Au contraire, les Russes ont, de manière typique, ravagé les assauts ukrainiens principalement avec des tirs indirects fournis par l’artillerie et les frappes aériennes, continuellement corrigés par des drones et des observateurs avancés.

Dans l’extrême sud de la poche, les Russes ont abandonné rapidement Izioum, n’opposant qu’une résistance suffisante pour couvrir leur retrait. Ils se sont ensuite concentrés dans les environs de Liman, sur la rive est de l’Oskol, et c’est la défense de Liman qui est devenue depuis l’engagement le plus important et le plus sanglant de toute cette longue bataille.

Pendant plusieurs jours, les Ukrainiens et leurs troupes de choc de « volontaires étrangers » ont lutté, avec des pertes importantes en hommes et en matériel, pour établir des têtes de pont durables sur l’Oskol. Finalement, leur supériorité numérique l’a emporté et ils ont avancé leurs forces au-delà de la rivière.

Immédiatement, des rapports sur la « chute imminente de Liman » sont apparus dans les médias occidentaux. Mais ces annonces étaient toujours prématurées. Depuis plus d’une semaine, les tentatives répétées des Ukrainiens pour attaquer et vaincre les défenseurs de Liman ont été repoussées avec des pertes énormes pour les attaquants. Des milliers de soldats ukrainiens et des centaines de pièces de leur équipement fourni par l’OTAN ont été dévorés dans cette boucherie, et pourtant ils ont continué à envoyer encore plus de troupes, de blindés et de véhicules dans la mêlée, fanatiquement déterminés à prendre la ville à tout prix.

Au moment où j’écris ces lignes, les Ukrainiens ont finalement réussi à encercler presque totalement les forces russes à Liman. La seule voie de ravitaillement et de fuite qui leur reste est un couloir étroit, largement sous le feu de l’artillerie ukrainienne. Il reste à voir si ces forces russes résisteront jusqu’au bout ou si elles tenteront un retrait coûteux en traversant la zone de feu.

Dans tous les cas, la garnison de Liman et de ses environs, soutenue par l’artillerie à longue distance et les frappes aériennes, aura, par son sacrifice, infligé une blessure effroyable à la capacité de combat des formations de l’armée ukrainienne qu’elle a combattues. Le ministère russe de la Défense affirme que des milliers d’Ukrainiens ont été tués lors des récentes batailles le long de la ligne de défense de la rivière Oskol entre Kupyansk et Liman. Ces chiffres s’ajoutent aux milliers de morts de la première semaine de l’offensive. Et maintenant, des forces ukrainiennes bien épuisées se trouve à l’extrémité du saillant créé par cette « contre-offensive » de dernière minute.

Que les défenseurs russes de Liman se battent jusqu’au dernier homme, qu’ils se rendent ou qu’ils parviennent à s’échapper, je pense que cette bataille sera considérée rétrospectivement comme le pivot de cette phase de la guerre.

Pour en arriver là, les Ukrainiens ont maintenant dépensé une partie irremplaçable de l’armée que leurs suzerains de l’OTAN ont travaillé si dur à assembler au cours de l’été. Oui, il reste peut-être encore plusieurs milliers de soldats moins aptes à participer nominalement aux futurs engagements, mais ils ont perdu un grand nombre de leurs troupes de choc constituées de « volontaires étrangers » ainsi que de vastes quantités d’équipement fourni par l’Occident et des stocks limités de munitions qui ne peuvent plus être remplacés facilement, pour la simple raison que tous les pays européens de l’OTAN, et même les États-Unis eux-mêmes, ont tout simplement épuisé leurs stocks limités de produits nécessaires à la guerre industrielle moderne.

Gardez donc ces réalités à l’esprit, même si, dans les jours à venir, les grands médias occidentaux exultent et se réjouissent de la « glorieuse victoire » à Liman.

Et puis, considérez les réalités les plus pertinentes de toutes :

Depuis plusieurs semaines, des trains apparemment sans fin d’équipements militaires russes circulent de la Russie vers l’Ukraine. Les preuves vidéo de cette accumulation sans précédent sont nombreuses et ont augmenté de manière significative au cours des deux dernières semaines, et en particulier ces derniers jours.

Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas de colonnes de chars et de véhicules rouillés et vétustes de l’ère Khrouchtchev, comme les propagandistes désemparés de l’empire voudraient vous le faire croire. D’après ce que j’ai vu, il s’agit essentiellement de matériel en parfait état – des centaines de chars de premier ordre, des pièces d’artillerie automotrices, des véhicules de combat d’infanterie, des centaines de lance-roquettes, un nombre impressionnant de systèmes de défense antiaérienne et un nombre incalculable de véhicules de soutien, de tous types, apparemment neufs.

Oui, au grand dam des nombreux analystes favorables à la Russie que je suis, il semble que pratiquement rien de cette énorme accumulation de force militaire n’ait été rapidement distribué sur les lignes de front. Les vaillantes forces qui ont combattu à Koupiansk, Liman et dans d’autres endroits au cours des dernières semaines ont apparemment été approvisionnées de manière adéquate, mais pas substantiellement renforcées. Le renforcement en cours est clairement réservé pour « un gros coup » dans les jours prochains.

Il est presque certain que ce « gros coup » se fera après les référendums de cette semaine dans les oblasts de Lougansk, Donetsk, Zaporijia et Kherson, ainsi que l’annonce, la semaine dernière, d’une mobilisation partielle des réserves russes – 300 000 soldats au total, dont la plupart seront finalement déployés pour prendre la place des troupes de combat beaucoup plus expérimentées qui ont été contraintes de servir également dans des rôles de soutien en arrière-plan au cours des sept derniers mois de cette guerre.

Le plus important est sans doute le nombre important, mais encore inconnu, de bataillons professionnels russes qui n’ont pas participé à cette guerre et qui vont maintenant être ajoutés à la puissance de frappe de la ligne de front, sans aucun doute équipés en grande partie par le nouvel ajout de blindés et d’artillerie qui a été observée dans la zone de combat.

Il est également essentiel de se rappeler que plus de huit cents avions de types multiples ont été rassemblés dans diverses bases russes entourant le théâtre d’opérations actuel. Bien que des sorties aériennes quotidiennes se chiffrant par centaines aient continué à être effectuées sur tout le champ de bataille, une simple fraction de la force immédiatement disponible n’a encore été déployée.

En effet, comme je l’affirme depuis de nombreux mois maintenant, la Russie mène cette guerre avec une main attachée dans le dos, alors même que les États-Unis et leurs divers vassaux de l’OTAN ont méthodiquement progressé d’une escalade à l’autre.

On rapporte que Vladimir Poutine est en train de prononcer un discours important pour célébrer le rattachement à la mère Russie d’une partie importante de la Novorossiya historique. Au lendemain du sabotage choquant des gazoducs Nord Stream en mer Baltique, et compte tenu du renforcement militaire massif mais encore inutilisé dans les zones actives de combat, il est presque certain que le mois d’octobre marquera un tournant majeur dans la guerre russo-ukrainienne.

source : Imetatronik

traduction Wayan, relu par Hervé, pour Le Saker Francophone

 

sukoi t-50 russe

Presidentielle-les-candidats-inquiets-des-consequences-de-la-guerre-en-Ukraine