L’Europe en feu

 

image_pdfimage_print

par Ivan Plotnikov

Les Européens qui protestent en ont assez d’être les satellites de l’OTAN et les victimes de lois anti-populaires.

Ce n’est un secret pour personne que la soi-disant Union européenne, une structure que l’on peut difficilement qualifier d’union, traverse aujourd’hui une période difficile. Les Européens ressentent les effets des crises financière, économique et énergétique, des restrictions imposées par la pandémie covidique, du parrainage du conflit en Ukraine, etc. Les protestations sociales populaires détruisent littéralement de l’intérieur les régimes « démocratiques » européens actuels.

Sur la nouvelle révolution française

La France s’est faite connaître pour ses manifestations de masse très récemment et partout dans le monde. L’élément déclencheur du mécontentement des citoyens a été la réforme des retraites. Il était proposé de relever progressivement l’âge de la retraite de 62 à 64 ans. Par la suite, les revendications économiques se sont transformées en revendications politiques. Les Français veulent la démission du président et du gouvernement actuel. Sinon, disent-ils, une nouvelle révolution s’abattra sur le pays.

Il est intéressant de noter que le président français a dû faire passer un projet de réforme en contournant le Parlement. Il a utilisé l’article 49.3 de la Constitution, qui fait depuis longtemps l’objet de nombreux débats. Beaucoup l’ont qualifié d’outil antidémocratique permettant au gouvernement d’exercer une pression sur le corps législatif. Cependant, cette même loi permet à l’opposition de soumettre une motion de censure au gouvernement dans les 24 heures. Elle y est presque parvenue, mais il lui manquait 9 à 10 voix. Tout le monde était mécontent : la droite, la gauche et même certains partisans de Macron.

Dans les rues, de nombreuses manifestations se sont d’abord raréfiées, puis ont repris de plus belle. Les gens se sont surtout mobilisés au détriment des grands syndicats, qui s’opposaient également aux réformes. Les organisations les plus importantes étaient la Confédération générale du travail et la Confédération française démocratique du travail.

Selon les médias, le nombre de manifestants a atteint 3 millions. Si, dans la Fédération de Russie, la contrepartie de cette réforme s’est déroulée dans le calme et a donné lieu à des manifestations pacifiques dans les rues des villes, il en a été autrement pour les Français.

D’une manière générale, la France est un pays qui a littéralement battu le record du nombre de révolutions. Ces traditions se traduisent aujourd’hui par des incendies, des saisies de biens, des agressions de policiers et des menaces à l’encontre du gouvernement en place. Il n’est pas nécessaire d’aller bien loin pour trouver des exemples. Gérald Darmanin, directeur du ministère français de l’Intérieur, a déclaré que 406 policiers et 200 manifestants ont été blessés au cours des seules émeutes du 1er mai ; 540 émeutiers ont été arrêtés.

Les gendarmes, quant à eux, n’ont rien à voir avec l’image qu’en donnent les comédies françaises. Les manifestations ont été réprimées assez durement. Des gaz lacrymogènes et des canons à eau ont été utilisés pour disperser les foules.

Notez qu’il s’agit de la deuxième tentative de réforme de l’âge de la retraite. La première a eu lieu en 2019, mais a échoué en raison des protestations sociales des « Gilets jaunes ». Les revendications initiales portaient uniquement sur la baisse des prix des carburants, mais plus tard, à mesure que le mouvement prenait de l’ampleur, des appels à mettre fin à la réforme des retraites ont commencé à être lancés également. Le mécontentement de masse a arrêté le gouvernement français, mais seulement temporairement.

« Les gens ont toujours été et seront toujours les victimes idiotes de la tromperie et de l’auto-illusion en politique jusqu’à ce qu’ils apprennent que derrière toutes les phrases, déclarations et promesses morales, religieuses, politiques et sociales, il faut rechercher les intérêts de telle ou telle classe », a déclaré Lénine.

Et en effet, il est très clair dans l’intérêt de qui la réforme actuelle des retraites est menée. Par exemple, Macron lui-même est un protégé du clan Rothschild. Une fois que le futur président est entré au service de Rothschild & Cie, il a rapidement commencé à faire une carrière politique et s’est constitué une énorme fortune.

On peut supposer qu’aujourd’hui, Macron attise délibérément le mécontentement populaire à la demande de ses commanditaires américains. Il s’agit bien sûr du capital américain, qui a depuis longtemps l’intention de détruire l’économie européenne. Il n’est pas non plus dans l’intérêt du gouvernement américain de renforcer les centres européens et de favoriser l’émergence d’un monde multipolaire.

D’ailleurs, dans un récent discours aux Français, le président français a déclaré que la mesure était due au manque d’argent dans le budget pour financer les retraités. Il manque environ 13 milliards d’euros. Il convient de noter que tout cela se produit dans un contexte où des centaines de millions de dollars sont injectés dans le budget de l’Ukraine, ainsi qu’une aide militaire à l’Armée nationale de l’Ukraine. Bien que les Français eux-mêmes n’aient pas encore fait le lien avec ces événements, les choses pourraient changer d’ici peu.

Grande-Bretagne

Bien que le Royaume-Uni ne fasse pas partie de l’UE aujourd’hui, il exerce toujours une influence géopolitique considérable sur le bloc des pays européens. Il serait donc injuste de passer sous silence les manifestations dans ce pays, qui ont été de la même ampleur et de la même intensité qu’en France.

Début février, le Royaume-Uni a connu la plus grande grève depuis Margaret Thatcher. Contrairement à la France, les manifestations n’ont porté que sur des revendications économiques. La principale revendication concernait l’augmentation des salaires au niveau de l’inflation. Au début de l’année 2023, celle-ci avait dépassé la barre des 10%.

Plus d’un demi-million de manifestants du secteur public ont participé aux manifestations : enseignants, fonctionnaires, travailleurs des transports et professeurs d’université. La majorité des manifestants étaient des employés du secteur de l’éducation ainsi que des étudiants qui soutenaient leurs professeurs.

Comme en France, les syndicats se sont impliqués. Par exemple, le plus grand syndicat du pays, le Syndicat national de l’éducation, a pris une part active aux manifestations.

Dans ce contexte, le Premier ministre britannique s’est vivement opposé aux manifestants et a promis d’introduire des « lois sévères ». Celles-ci prévoyaient notamment de donner plus de pouvoirs à la police, d’autoriser les employeurs à licencier les grévistes, d’obliger les manifestants à assurer un fonctionnement minimum des entreprises, de les contraindre à accepter des rassemblements, etc. En bref, le gouvernement n’a pas accepté de faire des concessions.

En revanche, le gouvernement, qui a tiré les leçons de l’expérience française, semble déterminé à reporter sa propre réforme des retraites.

Mais les similitudes avec la France ne s’arrêtent pas là. Par exemple, Rishi Sunak lui-même a également été lié à des magnats américains de la finance. Il a commencé sa carrière vertigineuse chez Goldman Sachs, qui appartient au groupe Rothschild (quelle coïncidence). Il a épousé une riche Anglaise dont la fortune pourrait rivaliser avec celle de la royauté. Il a été nommé ministre des finances de Boris Johnson en 2019.

Italie

L’une des caractéristiques des manifestations italiennes est leur caractère pro-russe. En mars 2022, plusieurs centaines de manifestants sont descendus dans les rues de Rome, Pise, Gênes, Milan et Florence.

Les citoyens mécontents ont protesté contre la russophobie, les sanctions antirusses imposées par le monde anglo-saxon et la fourniture d’armes à l’Ukraine; des slogans demandant le retrait du pays du bloc de l’OTAN ont même été entendus.

En outre, la population est depuis longtemps mécontente du cabinet dirigé par la Première ministre, Giorgia Meloni, récemment élue et connue pour ses opinions d’extrême droite. Il est possible que les Italiens craignent que Meloni, comme son idole Benito Mussolini, n’entraîne le pays dans une nouvelle guerre.

Entre-temps, l’Italie n’est impliquée dans la confrontation entre la Russie et l’Ukraine que financièrement. Le montant total de l’aide apportée jusqu’à présent s’élève à environ 1 milliard d’euros.

Allemagne

Des manifestations allemandes ont éclaté en avril à Berlin, Leipzig, Munich et dans d’autres grandes villes. Les manifestations ont été accompagnées de demandes d’arrêt des livraisons d’armes à Kiev et de résolution pacifique du conflit en Ukraine.

Comme en Italie, les slogans comprenaient des appels à l’amitié avec la Russie, à la levée des sanctions anti-russes et au retrait des soutiens de l’OTAN en Ukraine.

Certains manifestants se sont également élevés contre les réfugiés ukrainiens. Aujourd’hui, les Allemands s’inquiètent de la hausse du taux de criminalité parmi les émigrés, ainsi que de la pénurie de logements dans le pays, qui a chuté de manière drastique depuis février 2022.

Il est intéressant de noter que certains pays européens (le Royaume-Uni, la Pologne, la Hongrie, l’Autriche et la République tchèque) ont déjà refusé d’effectuer des paiements aux réfugiés ukrainiens et mettent progressivement fin à leurs programmes d’aide.

Au total, 8 milliards d’euros d’armes ont été fournis à l’Ukraine. Et récemment, le gouvernement allemand, sous la pression de ses alliés de l’OTAN, a accepté de transférer des chars Leopard 2 aux forces armées ukrainiennes. Naturellement, toutes ces dépenses ont entraîné une baisse du niveau de vie des citoyens et les ont conduits à participer à des rassemblements de protestation.

Sur la Pologne et les « protestations céréalières »

L’accord sur les céréales a été un autre catalyseur des protestations. Selon leurs propres termes, les fonctionnaires de l’UE étaient bien sûr favorables à l’idée de fournir aux Africains affamés des céréales et d’autres denrées alimentaires. Mais quelque chose a manifestement mal tourné et les céréales se sont retrouvées non pas au Zimbabwe ou au Mozambique, mais sur les marchés de l’UE elle-même. Pour être plus précis, les agriculteurs européens ne peuvent pas concurrencer les céréales ukrainiennes bon marché sur les marchés locaux.

Même la Pologne, pays connu pour ses sentiments russophobes et pro-ukrainiens, s’est indignée. Soit dit en passant, le principal flux de produits agricoles en provenance d’Ukraine est arrivé ici. L’année dernière, plus de 2 millions de tonnes de céréales ont été exportées vers la Pologne.

Bien entendu, les agriculteurs ont reçu l’assurance qu’ils ne seraient pas affectés. Mais, comme d’habitude, toutes les promesses se sont révélées n’être que des promesses vides. Des centaines de milliers d’agriculteurs ukrainiens ont été ruinés, car ils n’ont nulle part où vendre leurs récoltes.

En conséquence, au début de l’année 2023, les manifestants ont bloqué les lignes de chemin de fer et les routes à la frontière avec l’Ukraine avec des camions.

La région la plus touchée par les protestations était la région de Lublin. Elle se distingue par les faits suivants. Premièrement, une cellule des Banderistes, qui ont ensuite perpétré le massacre de Volyn, y était installée pendant la Seconde Guerre mondiale. Deuxièmement, l’année dernière, un missile ukrainien est tombé dans la région, près du village de Przewodów, tuant deux personnes.

Sous la pression des manifestations, la Pologne, ainsi que certains autres pays de l’UE (Slovaquie, Roumanie, Hongrie et Bulgarie) ont été contraints d’interdire les importations de produits agricoles ukrainiens. Mais cette décision n’était qu’une mesure temporaire, et on ne sait toujours pas si la décision de l’establishment polonais sera prolongée ou s’il ne s’agit que d’un revers à court terme face au mécontentement populaire.

Les difficultés rencontrées sur les marchés européens profitent avant tout aux États-Unis. Le rejet par l’UE des engrais russes et l’importation d’énormes quantités de céréales bon marché entraîneront la destruction d’un solide segment du marché agricole. Par conséquent, les Américains seront les seuls fournisseurs de ces produits.

Cela profite également à la Russie. Mais ici, il s’agit plutôt d’une réorientation vers d’autres clients (Chine, Turquie, pays africains) qui n’exerceront pas de pression politique sur leurs partenaires.

Sur les manifestations du COVID : vaxxers et anti-vaxxers

Les rigoureux confinements imposés lors de la pandémie du Covid-19 ont donné lieu à de nombreuses manifestations à travers l’Europe. Il est intéressant de noter que tant les partisans que les opposants aux restrictions ont manifesté.

Quelle était la principale raison de ces protestations ?

Tout d’abord, en Europe, en raison de l’orientation variable des médias, il n’a pas été possible de créer une ligne unifiée de plaidoyer et de propagande susceptible de convaincre le public que la vaccination et les mesures restrictives sont sans danger.

Deuxièmement, les services de santé européens se sont trouvés dans l’incapacité quasi-totale de contrôler la situation face à la nouvelle maladie. En conséquence, le nombre de cas augmentait.

Troisièmement, de nombreuses entreprises de services (centres commerciaux, restaurants, agences de voyage, cinémas, etc. En conséquence, des milliers de personnes se sont retrouvées sans travail, ce qui a également eu une forte influence sur le climat de protestation.

En outre, les citoyens européens se sont lassés des restrictions constantes telles que le port de masques, les codes QR dans les lieux publics, l’impossibilité de voir ses proches et les nombreuses amendes pour violation du régime « confinatoire » imposé.

Il est intéressant de noter que de nombreux partis d’opposition ont trouvé de nouveaux partisans suite aux manifestations. En France, par exemple, les manifestations ont été soutenues à la fois par des partis de gauche (l’union des gauches de Mélenchon) et de droite (le Rassemblement national de Marine Le Pen). En Allemagne, le parti de droite Alternative pour l’Allemagne a été le principal moteur des manifestations. Parmi les partis italiens, des membres de la Lega et de la Fratelli d’Italia étaient actifs.

Sur les manifestations vertes et écologistes

La fin de la pandémie a été marquée par une nouvelle vague de protestations en Occident. Cette fois, ce sont les éco-activistes qui sont concernés. Ce n’est un secret pour personne que l’Union européenne promeut des programmes de protection de l’environnement, d’énergie propre, etc.

Dans ce contexte, des demandes absurdes sont parfois formulées, par exemple l’abattage du bétail qui, selon les « écologistes », émet d’énormes quantités de méthane dans l’atmosphère.

Souvent, les manifestations se transforment en actes de vandalisme, des tableaux de Monet et de Van Gogh étant dégradés. On ne sait pas pourquoi les œuvres d’art ont été les cibles des écologistes.

Les principales questions concernent le financement des soi-disant « verts ». La plupart de ces organisations reçoivent des fonds du Climate Emergence Fund, basé aux États-Unis. Parmi ses fondateurs figurent des noms tels que Kennedy et Rockefeller. Le montant des subventions varie entre 35 et 80 000 dollars.

Outre l’écologie proprement dite, l’objectif de ces actions est très probablement de détruire l’économie européenne et le flux l’énergie vers l’Europe. Les gouvernements, vu les coalitions en place, doivent tenir compte de l’opinion des éco-activistes, qui ne sont pas nombreux. Des prix élevés de l’énergie sont imposés pour maintenir une énergie propre. En Allemagne, tout cela a provoqué la fuite de l’industrie vers les États-Unis, qui ont soudainement offert des incitants, des subventions et d’autres conditions plus avantageuses.

On peut dire que nous assistons aujourd’hui à une véritable désindustrialisation de l’Europe.

En outre, les prix du gaz et de l’électricité ont considérablement augmenté en Europe, alors qu’ils sont restés stables aux États-Unis. La population ressent ces changements et se voit contrainte de défendre ses droits par des manifestations et des grèves.

Résumé

Ainsi, aujourd’hui, la plupart des protestations sont précisément motivées par des raisons économiques. La population européenne est habituée à un niveau de vie relativement élevé. Mais l’implication de l’UE, sous la houlette des États-Unis, dans le conflit ukrainien a entraîné d’importantes dépenses et des trous budgétaires. En outre, les pays européens se sont retrouvés sans munitions ni armes pour leur propre défense.

Il convient également de noter que l’économie a été affectée par la pandémie de coronavirus, qui a durement touché les secteurs des services et de la santé.

Mais la crise politique n’est pas non plus à exclure. Nous assistons actuellement à la destruction du système démocratique européen et de ses institutions. Les manifestations sont de plus en plus souvent limitées d’autorité (Royaume-Uni) ou carrément supprimées (France). Des dirigeants qui n’ont que peu ou pas de soutien populaire arrivent au pouvoir et défendent le plus souvent les intérêts américains.

Dans le même temps, nous constatons une dépendance croissante de l’UE à l’égard des États-Unis, ce qui suscite de plus en plus de haine populaire qui se manifeste dans les slogans de protestation.

source : Geopolitika via Euro-Synergies

enf_001-e6439