EXPOSITION MARCEL ALOCCO A LA GALERIE CHRISTIAN DEPARDIEU A NICE LE 30 AVRIL 2015

EXPO DEPARDIEU 0011

TOILES ‘ PEINTES ‘ EN BLANC

 

Marcel Alocco garde les formes et supprime les couleurs. Une démarche inverse de celle d’un artiste récemment présenté au musée des sports de Nice, Laurent Perbos éliminant les formes pour ne conserver que les couleurs. Marcel Alocco est un habitué de la galerie Depardieu. Cet artiste un peu touche à tout, de l’esprit Fluxus, à la fois peintre et écrivain, il sera un des promoteurs de l’école de Nice.

Tisserand, il va à partir de cheveux de femmes, poser une autre question sur la peinture et la couleur, tissant des miniatures. Marcel Alocco garde les formes et supprime les couleurs ? Oui, à partir de tissus blancs qu’il détrame, détisse ou découpe en morceau, il nous présente des tableaux. Le visiteur découvre sur les cimaises des toiles célèbres comme les demoiselles d’Avignon où il a rajouté Adam et Eve puis en une seconde version, seulement Eve.

Ses tableaux ont une dimension spirituelle, la Bible et la genèse ne sont jamais bien loin. Les couleurs surgissent en une magnifique robe éthérée et printanière, ce pourrait devenir une mode dont le mannequin déesse du printemps met en valeur le tissu, les couleurs et la beauté féminine. Le blanc est-il une couleur ? On décortique ce mot ‘blanc’ jusqu’à sa moelle et Marcel Alocco a atteint son objectif. Il n’a pas copié les Demoiselles d’Avignon, il les a interprétées.

L’ajout du premier couple de la création, puis seulement d’Eve, inverse le message biblique, la femme devenant l’origine du monde et une autre représentation de Courbet nous l’explique. La chaise, le châssis, le chevalet et l’échelle, ont un point commun entre eux, faire tenir debout, droit, en position verticale.  Cette verticalité étant ici le divan psychanalytique du peintre : il peut être assis ou debout, mais il est droit ! Le châssis posé sur le chevalet est droit ! L’échelle sert à monter, à lever, elle est droite et ainsi Marcel Alocco nous invite à décliner ce mot : Droit. Ces cinq objets sont bleus, couleur du ciel et doivent être interprétés ensemble. 

Le public va découvrir qu’à partir d’un simple morceau de tissu, l’on peut composer et créer à l’infini.  Un chiffon devenant ainsi une œuvre d’art.  Marcel Alocco et la galerie Depardieu permettent au public et aux amateurs d’arts, de soulever le coin du voile, d’entrer dans l’intimité de l’artiste, celle de ses émotions et de ses sentiments. On ne sait plus qui a dit : « l’artiste est exhibitionniste et le public voyeur. » C’est un peu vrai et le travail du critique est de ne pas céder à son voyeurisme, de décrire ce qu’il ressent et non ce qu’il voit. Marcel Alocco nous  fait voyager dans son univers, blanc comme la neige, celui de la feuille blanche, angoisse de l’écrivain et à chacun de noircir cette page en philosophant sur la genèse de la vie dont Eve, ici, en est bien l’origine.  La femme est l’avenir de l’homme disait Jean Ferrat.

Thierry JAN

Critique d'Art - Ecrivain

 

IL ETAIT UNE FOIS L'ARTISTE NICOIS MARCEL ALOCCO DE L'ECOLE DE NICE

FILM VIDEO REALISATION DIACONESCO.TV - INTERNET COUNCIL LLC - NICE 30.04.2015

 

RENSEIGNEMENTS :

Exposition jusqu’au 30 mai 2015

Galerie Depardieu Nice

Galerie.depardieu@orange.fr

 

 

BIOGRAPHIE DE MARCEL ALOCCO

 

Il vit à Nice, où il est n en 1937. A partir de 1963, il travaille dans l'esprit FLUXUS, avec " l' Idéogrammaire " et les " Tiroirs aux Vieilleries ", le rapport Matière / Objet / Forme / Texte. Tout en expérimentant avec l'idéogrammaire la construction du sens ( naissance de l'écrit ) dans la peinture, il explore ( 1967-1968 ) sur des draps de lit la modification des formes confrontées aux conditions d'application. Pour lui l'image est l'une des composantes incontournables de la peinture car, écrit-il alors : " Toute peinture fait image ". Il participe ainsi dans les années soixante à l'élaboration de l'esthétique de la peinture analytique-critique, dite plus tard Supports-Surfaces et participe aux premières expositions sur la plage à Cannes ( Hawaï-Plage 18 mai 1968 ) et en avril 1969à l'exposition " La Peinture en question " ( Ecole Spéciale d'Architecture, Paris). Par des expositions et des écrits, il contribue à la mise en évidence de "L'Ecole de Nice ).

A partir de 1973 Marcel Alocco élabore les Fragments de La Peinture en Patchwork avec des images du patrimoine iconographique sur tissus déchirés et recousus ou détissés. L'exploration des techniques archaïques l'ont conduit à s'intéresser à l'invention ( selon une hypothèse de S. Freud ) du tissage à partir des cheveux de femmes : de 1995 à 2000 il interroge ainsi la peinture au moyen du support-couleur cheveux développant de fines miniatures de tissages élémentaires.

Depuis 2010 son travail se poursuit avec des images en " Blanc sur Blanc " creusées dans la matière du tissu par simples dé-tissages ou découpages. Depuis 1989 Marcel Alocco expose régulièrement à la Galerie Alain OUDIN, à Paris.

Créateur de revues - notamment Identités ( 1962-1966) puis Open ( 1967-1968) - auteur de romans ( édités par P.-J Oswald, Demaistre, l'Amourier ) de recueils de poêmes ( dont " Musique de la vie " , éditions de l'Ormaie en 2002, " Bruits de vie " en 2014, éditions La Diane Française ) et de livres d'essais, il donne de nombreux articles dans des publications culturelles, actuellement surtout au magazine PerformArts auquel il collabore depuis le premier numéro.

 

Galerie DEPARDEU

6, rue du docteur Guidont

Tél : 09 66 89 02 74  

06000 NICE  France