La Villa ARSON Nice

DSC05338

Façade historique de la Villa Arson  Crédit Photo Diaconesco.tv

Créée en 1972, la Villa Arson est dès l'origine conçue comme établissement artistique d'un type nouveau ouvert aux échanges internationaux, réunissant une école supérieure d'art, un centre d'esxpositions d'art contemporain et des résidences d'artistes.

Aujourd'hui, la villa Arson est un établissement public poursuivant une vocation de formation, de recherche et d'aide à la création tout en ayant la volonté de faire découvrir les pratiques artistiques les plus actuelles à un public diversifié. Largement ouverte sur l'étranger, la Villa Arson participe activement aux échanges internationaux par de nombreux partenariats avec des institutions étrangères et par l'accueil d'étudiants, de chercheurs et d'artistes. Dotée d'un service des publics, elle veille aussi à élargir son audience régionale et nationale.

Ses missions sont à la fois distinctes et complémentaires :

- la formation artistique avec l'accueil d'environ 200 étudiants dans un unique département art, sur un curcus de 3 à 5 années, permettant l'obtention de diplômes d'Etat ( DNAP-DNSEP ) ;

- la production d'oeuvres et d'expositions, avec la réalisation in situ par le centre d'art contemporain de nombreux projets dans le cadre de la programmation d'expositions et autres manifestations artistiques;

- l'accueil en résidence d'artistes, de critiques ainsi que d'étudiants dans le cadre d'échanges internationaux au sein d'une quarantaine de studios et de chambres;

- l'information et la documentation sur l'art contemporain, avec une médiathèque spécialisée.

UN SITE ET UNE ARCHITECTURE EXCEPTIONNELS

Implantée sur la colline Saint-Barthélémy ( quartier nord ), la Villa Arson occupe un vaste domaine de plus de deux hectares dominant la ville et la Baie des Anges. L'ensemble architectural, érigé au milieu d'un jardin méditerranéen, regroupe l'ancienne demeure du XVIIIe siècle de la famille Arson, aujourd'hui enchâssée dans les constructions modernes, en béton et galets du Var, conçues par l'architecte Michel Marot. L'édifice bénéficie du label Patrimoine du XXe siècle.

L' ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D'ART

fait partie des sept écoles nationales installées en région sous la tutelle de la Délégation aux Arts Plastiques du Ministère de la Culture. Les orientations pédagogiques, portées par une équipe enseigante composée d'artistes, d'historiens et théoriciens de l'art, visent à proposer aux étudiants un parcours progressif par deux diplômes d'Etat : le Diplôme national d'arts plastiques en 3 ème année ( DNAP ) et le Diplôme national supérieur d'expression plastique ( DNSEP ) en 5 ème année. La particularité de cette école est d'offrir à ses étudiants la possibilité de poursuivre leur curcus dans l'immédiate proximité d'un centre d'art contemporain et de bénéficier directement de la fréquentation des artistes en résidence. Chaque année, de nombreux acteurs de la création contemporaine sont régulièrement invitész à rencontrer les étudiants et à travailler avecd eux. Les ateliers proposés sont autant orientés vers les techniques dites traditionnelles ( peinture, gravure, lithographie, sérigraphie, édition, céramique, bois, métal, photographie ) que vers les technologies contemporaines. L'école est dotée d'un pôle de recherche, de production et d'enseignement basé sur les technologies numériques. Cet équipement offre aux étidiants la possibilité d'expériementer toutes les manipulations liées à la production et la diffusion de l'imlage et du son, aussi bien que d'approfondir des recherches dans les domaines de la vidéographie, l'infographie, la photographie numérique, le son, l'édition, etc. L'établissement abrite également une " galerie de l'école " où les étudiants expérimentent en grandeur nature les conditions d'exposition de leurs travaux.

LE CENTRE NATIONAL D'ART CONTEMPORAIN

soutient les artistes dans leurs recherches, permet la concrétisation de nouveaux projets et contribue à documenter et à diffuser leurs créations. Son activité principale réside dans la conception et la mise en place d'expositions. Celles-ci peuvent être consacrées à un ou plusieurs artistes, le plus souvent en début de carrière ou peu présents sur la scène artistique française. La diversité des espaces, sur une surface de 1200 m2, permet l'organisation de plusieurs expositions monographiques simultanées ou bien d'importantes expositions collectives. Contrairement à un Musée ou à un Fond Régional d'Art Contemporain ( FRAC ), un centre d'art ne constitue pas de collection. Il agit davantage comme un producteur, en apportant une aide technique et fiancière nécessaire à la réalisation des oeuvres.. Régulièrement, le centre d'art édite des catalogues et contribue ainsi autrement à la promotion des artistes mais aussi à la mémoire d'une histoire qui s'écrit au présent.

La programmation artistique est accompagnée de propositions mises en place par un service des publics et de médiation culturelle visant à favoriser la rencontre avec les artistes, à susciter chez le spectateur l'expérience de l'oeuvre et à lui donner les moyens d'une approche critique.

EXPOSITIONS DU CENTRE NATIONAL D'ART CONTEMPORAIN DE LA VILLA ARSON EN 2009

Jusqu'au 1er février 2009

MIKE NELSON Le Cannibale ( parody, consumtion and institutional critique ) - Commissariat Frédéric Bonnet

Jusqu'au 1er février 2009 / Prolongation du 20 février au 24 mai 2009

ACCLIMATATION - Commissariat Bénédicte Ramade

20 février - 24 mai 2009

TRIVIAL ABSTRACT sur proposition de Pascal Pinaut

26 juin - 29 novembre 2009 / Vernissage jeudi 25 juin 2009 à 18 h

THE SOUP SHOW - Gilles Barbier - Commissariat  Eric Mangion

26 juin - 29 novembre 2009 / Vernissage jeudi 25 juin 2009 à 18 h

RYAN GANDER - Commissariat Eric Mangion

VILLA ARSON - 20 avenue stephane Liégeard F - 06105 Nice cedex

Tél : + 0033 / (0) 4 92 07 73 73     - Service des publics Tél : + 00 33 / (0) 4 92 07 73 84    

http://www.villa-arson.org

cnac@villa-arson.org

HISTORIQUE DE LA FAMILLE ARSON LES PREMIERS PROPRIETAIRES DE LA VILLA ARSON

DSC05338DSC05355DSC05364

ARSON ( Pierre-Joseph ). Homme d'affaires avignonnais réfugié à Nice au début de la Révolution, oure une Banque qui prospère grâce aux relations de sa femme Catherine Landerer, fille d'une famille de négociants fort connus à Nice. Il aménage à Saint-Barthélémy une villa somptueuse au milieu d'un parc baroque. Ses loisirs l'amènent à s'intéresser à l'ésotérisme et il soutient les travaux du Polonais Hoene Wronsky dans ses recherches philisophico-matématiques sur l'Absolu, ce qui devait lui coûter plus de 100.000 frs ! Cet étrange épisode devait inspirer BALZAC dans " La Recherche de l'Absolu " ( le banquier Claës aux prises avec Wierzchonia ), mais n'aura pas le retentissement pour sa renommée : en 1830 il sera anobli ( Arson de Saint-Joseph ), fait Commandeur de l'ordre de Saint-Maurice et Lazare et nommé Premier Consul de la Ville de Nice !

ARSON ( Gonzague ) ( Paris, 1814 - Nice 1865 ). Fils de Pierre-Joseph, il se lance dans le journalisme en 1855, s'associe avec Alphonse Karr pour fonder la feuille " La Terre Promise " avec pour sous-titre " La Gazette de Nice "; en 1858, le sous-titre devient le seul titre d'un journal qui paraît jusqu'en décembre 1861; il est hostile au rattachement de Nice à la France, partisant de l'autonomie et de la neutralité du Comté de Nice; il défendit avec passion l'installation de la Gare de Nice à Riquier, et, pour cette cause, se battit en duel, avec A. MAZON, rédacteur en chef depuis deux ans du Messager de Nice ( 1861 ).

P.G.  Tristan ROUX, journaliste 1984.

HISTORIQUE DE LA VILLA ARSON

DSC05369DSC05373DSC05368

Lorsque Pierre-Joseph Arson vient s'installer à Nice dans les premières années du XIXe siècle, il possédait déjà sa légende. Il doit, à un séjour parisien et à sa rencontre avec Hoené Wronski, une aura de mage qui ne le quittera jamais plus. Le banquier Claës dans la " Recherche de l'Absolu " lui doit de nombreux traits et il n'est pas douteux que BALZAC connaissait l'étrange contrat que Wronski et Pierre-Joseph Arson avaient passé devant notaire, au terme duquel l'illustre philosophe devait révéler à son élève le secret de l'Absolu.

Sa femme Catherine Landerer appartenaint à une famille établie à Nice et l'on peut penser qu'à partir de 1810 leurs soins se sont portés vers cette Villa Arson qu'ils venaient d'acquérir et qui était leur résidence campargnade alors que leur maison de ville se situait non loin du Port de Nice (...) L'année 1830 est une année faste dans la vie du Commandeur Arson de Sa&int-Joseph. Anobli et décoré de l'ordre des Saints Maurice et Lazare il est en outre nommé Premier Consul de Nice (...). Quelques années plustôt, en 1824, Talleyrand visitant la Villa devait s'écrier : " Si j'avais su que ce pays fut si beau, ce n'est pas le Roi de Sardaigne qui l'aurait "... Doit-on ici le rappeler ? C'est par amour de Nice et de la Monarchie que Pierre-Joseph était devenu plus niçois que les Niçois, plus sarde que les Sardes et ce zèle excessif quoique touchant vaudra à son fils ainsi qu'à sa famille bien des mécomptes à l'époque du Rattachement. Malgré les dons de cette généreuse famille à la Ville de Nice, celle-ci restera incomprise et son originalité taxée de folie. Il faut dire que le seul village du Comté à avoir voté contre le rattachement avait été Castellar où précisément les Arson possédaient un palais campagnard et dont Gonzague était le Maire. Aujourd'hui encore le village porte comme emblème l'aigle bicéphale, celui du drapeau Sarde.

Mais revenons à la Villa. En 1850, le romancier Edward Bulwer-Lytton y séjourna. L'auteur des " Derniers Jours de Pompéi " devait alors travailler sur des romans fantastiques voisins de notre science-fiction (...). Autre ami de Pierre-Joseph Arson, Alphonse Karr, qui nous rapporte comment le Commandeur en personne prenait soins de ses jeunes cyprès qu'on venait de planter et qui constituent aujourd'hui cette belle allée du couchant (...). Enfin Georges Elgood, de la Royale Academy nous décrit la mort de Pierre-Joseph mourant en 1851 dans son fauteuil, " comme un sage de l'Antiquité ".

(...) Son fils, le Chevalier Louis Gonzague Arson était un juriste. Egalement journaliste, il avait fondé " La Gazette de NIce " laquelle défendait une thèse particulariste : l'Autinomie de NIce dans le cadre du Royaume de Piémont. Il est resté célèbre pour s'être battu en duel avec Mazon, un journaliste français favorable au rattachement. Gonzague avait épousé une très belle anglaise brune, Jamina Taylor-Travers, et tous deux continuèrent l'oeuvre d'embellissement de la Villa Arson. Parmi leurs amis les plus assidus l'on comptait Maximilien de Bavière (...) et bien d'autres hôtes illustres, dont la Reine de Wurtemberg (...).

En 1855, note Cécile Arson, Louis Gonzague avait invité Giuseppe Garibaldi au baptême de sa fille Evelyne. En souvenir, le héro de l'indépendance Italienne avait fait don d'un drapeau ramené de la guerre d'Amérique lequel orna longtemps la chapelle de la Villa Arson, même après que celle-ci fut louée vers 1900 comme " Grand Hôtel de Saint-Barthélémy". Mais les anglais qui connaissaient l'histoire  voulaient voir le drapeau et, en souvenir, en emportaient de petits morceaux. Lorsqu'en 1920 la famille Arson en fit don à la Ville de Nice, la bannière n'était plus qu'un bâton avec quelques lambeaux d'étoffe (...).

Texte de Pierre Olivier tiré de " Mais qui était Monsieur Arson ? "

LA CONSTRUCTION DE L'ECOLE A PARTIR DE SEPTEMBRE 1966

DSC05382DSC05369DSC05371

Le site de la Villa Arson séduit André Malraux. Le domaine menaçait de ruine quand le premier coup de pioche entamait en septembre 1966 la transformation de ces murs historiques. L'ensemble fut conçu par Michel Marot, architecte des Bâtiments de France, premier Grand Prix de Rome et élève de Walter Gropins. Les travaux furent confiés à Pierre Allard, architecte des opérations de 1968 à 1971. Le 20 Mai 1972, Jacques Duhamel inaugurait la nouvelle Villa Arson, comportant l'Ecole Nationale d'Art Décoratif et le Centre Artistique de Rencontres Internationales.

L' ARCHITECTURE

DSC05372DSC05336DSC05368

Pour conserver au site son intégralité, tout a été mis en oeuvre pour maintenir très bas les bâtiments qui occupent, en principe, les emplacements dépourvus d'arbres. Afin d'atténuer encore leur impact, les murs ont été traités en galets du Var. Les terrasses d'origine ont été remplacées par d'autres terrasses complantées d'essence du midi et formant les toits des bâtiments. Sous les terrasses supérieures, les espaces ont élé aménagés en lieux de travail, de promenade et de repos avec des ateliers, amphithéâtres, patios et bassins. La végétation joue un rôle très important dans cette architecture : la plupart des arbres du parc ont été préservés ou déplacés, tels ces deux palmiers et ce magnolia, jadis situés à l'emplacement de la bibliothèque actuelle. L'allée des cyprès, rectiligne et pentue, qui constitue l'une des parures de l'ancienne Villa Arson, a été intégralement conservée. Les fleurs qui couvrent ses abords varient selon les saisons de sorte que durant toute l'année la couleur vient rehausser la beauté des volumes de béton et des longs pans de galets.

Le parcours des dédales sous les terrasses pourrait donner à penser que les bâtiments sont enterrés. Rien de plus faux car tout baigne dans la lumière et le soleil joue constamment sa partie dans cet univers de béton. Pas une galerie qui ne soit traversée par un puit de lumière, pas un atelier ni une salle qui ne bénéficie, par l'intermédiaire de "Skydomes ", de l'éclairage zénithal. Le dépouillement vise ici à la grandeur : rien d'austère cependant dans cette architecture dont le moindre détail relève le souci d'originalité. La diversité des angles de vue, l'utilisation en plein soleil et de la verdure ont permis d'éviter l'ennui qui se dégage d'une construction trop sclolaire. Selon le désir des architectes, certains apports viennent atténuer la rigueur volumétrique des bâtiments : l'ancienne Villa conservée, consolidée et dominant l'ensemble fait éclater au soleil le bel ocre rouge dont on a revêtu sa façade, ce rouge évoque aussi Pompéi. Un décor en trompe-l'oeil de cette façade initialement proposé pour contrer la monotonie du béton, n'a jamais été  réalisé. L'escalier monumental qui de l'entrée conduit au coeur même des bâtiments révèle une architecture de mise en scène du jeu de l'ombre et de la lumière.

LES OEUVRES IN SITU PAR ORDRE D'APPARITION DE LA VILLA ARSON

SIAH ARMAJANI, mobilier du jardin, commande publique de l'Etat

MAURIZIO NANNUCCI, Nice 1990, dépôt de l'artiste

HUBERT KIECOL, sans titre, 1990, dépôt de l'artiste

FRANCOIS MORELLET, 90° à l'ombre, 1989, dépôt de l'artiste

JACQUES VIEILLE, sans titre, 1988, dépôt du FNAC

MICHEL VERJUX, sous le plafond, sur le sol exactement, 1988, dépôt du FNAC

DAN GRAHAM, Pyramid for Villa Arson, 1989, dépôt de l'artiste

BERTRAND LAVIER, Argens sur Decaux, 1990, dépôt de l'artiste

BP, sans titre, 1990

JEAN-LUC VILMOUTH, sans titre, 1989, dépôt de l'artiste

FELICE VARINI, Quatre points de vue, terrasse numéro 4, 1988, dépôt du FNAC

Nota : Ce texte en date du 24.11.2000 nous a été aimablement fourni par le Centre National des Arts Plastiques de la Villa Arson du Ministère de la Culture et de la Communication

EN CONCLUSION

En résumé, depuis sa création en 1973, la Villa Arson est placée sous le signe de la Recherche : en pédagogie, grâce au rôle pilote qui lui a été attribué par le Ministère de la Culture; dans les Arts Plastiques grâce à son département d'expositions qui expérimente les voies les plus actuelles de la démonstration et de la doffusion; dans le débat théorique, grâce aux conférences, aux séminaires et aux colloques qu'elle organise dans ses murs.

La caractéristique le plus saillante de la Villa Arson est la coexistence en un même lieu d'un Centre d'Art de réputation internationale et d'une Ecole Nationale d'Art. Les étudiants poursuivent leur cursus parmi les acteurs de la création contemporaine.

Un Collège de Professeurs qui compte de nombreux artistes en exercice fait de la Villa Arson une pépinière de jeunes créateurs. Son enseignement de haut niveau permet une insertion dans le milieu de l'Art Contemporain et assure une formation pour les professions para-artistiques qui lui sont liées.

La présence du Centre d'Art au sein de l'Etablissement facilite rencontres et échanges entre les étudiants et les artistes invités dans le cadre du programme des expositions. Ils côtoient aussi journellement des artistes accueillis en Résidence. Chaque année l'Ecole organise des "Workshops " au cours desquels les étudiants suivent un stage pratique accompagnés par les artistes Français et étrangers.

Le Collège des Professeurs dispense tour au long du cursus un enseignement constitué simultanément d'un encadrement technique, d'une direction artistique et de cours théoriques.

Les étudiants bénéficient donc à la fois de cours magistraux et d'un suivi de leurs travaux réalisés au sein d'ateliers ou de studios spécifiques : vidéo, photographie, son, édition, gravure...

Les compétences et les moyens techniques dont dispose l'Ecole permettent un enseignement qui va des disciplines traditionnelles de l'Art ( peinture,sculpture, deessin ) à la création numérique dans les domaines de la vidéo, de l'infographie, du son où des axes de recherche expérimentaux conduisent à de nouvelles investigations dans les partiques des Réseaux ( Internet, atelier en réseau, visio-conférences, etc... )


Programme du Colloque des Rencontres à Nice sur le Net.Art ... de la Société en réseau à l'Art Global en visio-conférence entre les Universités de Napoli, Nice et Barcelona

avec le concours des partenaires suivants :

Communauté Nice Côte d'Azur ( C.A.N.C.A. ) - Villa Arson Nice - Région P.A.C.A. - Pôle Industries de la Créativité et Innovation ( ICI ) - Université Nice Sophia Antipolis - Conseil Général des Alpes-Maritimes - Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle Côte d'Azur (ESRA)

09:00 / 10:00 - Ouverture officielle

09:20 / 09:30 - Présentation du projet entre les 3 cités avec :

Derrick de Kerckove, Docteur en Sociologie Culture Digitale, Professeur à Nice, Naples et Barcelone;

Olivier Eschapasse, Coordinateur du Pôle ICI, initiateur des Rencontres;

Intervenants :

Imma Tubella, Directrice de l'Université Oberta de Catalunya, Barcelona

Patrick Allemand, ( sous réserve ) , 1er Vice Président de la PACA

Alain Derey, Directeur de la Villa Arson, Centre National d'Art Contemporain

Albert Marouani, Président de l'Université de Nice-Sophia Antipolis

Didier Rochette, Directeur de la Culture du Conseil Général des Alpes-Maritimes

Gianfranco Pecchinenda, Président du Département de Sociolog de l'Université  Federico II, Naples

Nino Daniele, Maire de Ercolano ( Napoli )

Walter Ferrara, Directeur du Musé MAV d'Ercolano ( Napoli )

Giovanna Cassese, Diretrice de l'Académie des Beaux-Arts de Naples

10:00 / 11:30 - ART - INDUSTRIES - TERRITOIRES - Débat : Artistes, industries, territoires... collaborations croisées

Modérateur : Luc Martinez

Intervenants :

Didier Rochette, Conseil Général 06

Pascal Keiser, Directeur de TecnoCité ( Mons, Belgique )

Daniel Kaplan, Directeur Scientifique de la Fondation Internet Nouvelle Génération

11:30 - 12:15  En visio-conférence Rapport des échangesz entre les 3 villes NICE, BARCELONA, NAPOLI

12:15 - 13:30 - DEBAT SUR L' ART GLOBAL : MYTHE OU REALITE ?

NAPOLI - Modérateur :

Lello Savonardo, Docente di Teorie e tecniche dei nuovi media - Università degli studi di Naploli FEDERICO II

Intervenants :

Gianfranco Pecchinenda, Preside della Facoltà di Sociologia - Università degli Studi di Napoli FEDERICO II

Derrick de Kerkhove, Docente di Sociologia della cultura digitale - Università di Napoli FEDERICO II

Sergio Brancato, Docente di Sociologia della Comunicazione - Università degli Studi di Salerno

Luigi Amodio, Direttore Fondazione IDIS - Città della Scienza ( Napoli )

NICE - Modérateur :

Luc Martinez, Compositeur, concepteur multimédia et directeur artistique

Intervenants :

Norbert Hilllaire, Professeur à l' Université de Nice Sophia Antipolis, Directeur du Département Art Communication Langage ( A.C.L. )

Jean-Claude Moineau, critique d'art et auteur de " Contre l'Art Global ? , Professeur émérite Université Paris VIII

Philippe Franck, critique d'art, Directeur de TRANSCULTURES et du Festival CITY SONICS à MONS ( Belgique )

BARCELONA

Modérateurs :

Paul Alsini, Direttore della rivista ARTNODES

Antoni Mercader, Laboratori de Mitjans Interactius

Intervenants :

Tere Badia, Ricercatrice, Promotrice di DISONANCIAS CATALUNYA

Lara Baigorri, Professoressa e ricercatrice alla Facoltà di Belle Arti di Barcellona

Ruben Martinez, Imprenditore, Produttore d' Y PRODUCTIONS

Roc Pares, Artista, Istituto Universitario dell' Audiovisuale

Joan Leandre, Artita, co-fondatore di OVNI ( Observatori De Video No Identificat )

Rosa Pera, Curatrice, Direttrice del Centro d'Arte Contemporanea BOLIT di GIRONA

Pedro Soler, Direttore di HANGAR, Design Group 

12:30 - 14:00 - En visio-conférence Rapport des échanges entre les 3 villes : NICE, BARCELONA, NAPOLI

                                                      14.00  -  15.30 h : PAUSE - DEJEUNER ...

PRESENTATION DE PROJETS ARTISTIQUES EN VISIO-CONFERENCE ENTRE NICE-NAPOLI-BARCELONA

15:30 - 18:00 h - Ateliers d'artistes / Laboratoire de R & D

NAPOLI - Présentation : Derrick de Kerckove

Projets : L'Essere Globale avec Franz Iandolo in collaborazione con iMediaintegrati

               L'architettura dell'intelligenza avec Giuseppe Stampone in collaborazione con progetto Solstizio e MLAL progetto mondo

               Digital Ports avec Franz Cerami

NICE - Présentation : Philippe Baudelot

Pojets : Azimuth avec Frédéric Alemany / Le Hublot

              Oeuvres interactives avec Keiko Courdy

               Horizon Méditerranée : Luc Martinez / Medialoft

BARCELONA - Présentation : Paul Alsina e Antoni Mercader

Pojets : OVNI avec Joan Leandre

              intervention de Roc Pares de l'Intituto Universitario del Audiovisual ( IUA )

18:15 - 18:30 h en visio-conférence avec la ville de Montréal ( Quebec Canada ) et les 3 villes de NICE - NAPOLI et BARCELONA :

ARTISTES EN RESEAU - EXPERIENCE DE LA SOCIETE DES ARTS TECHNOLOGIQUES DE SAT MONTREAL ( http://www.sat.qc.ca ) avec en direct René Barsalo, Direceteur de Recherche et Stratégie

18:45 - 19:00 h : PROJETS INDUSTRIELS EN REGION PACA ( FRANCE )

19:00 - 20:30 h : en visio-conférence avec les 3 villes de NICE-NAPOLI et BARCELONA

Modérateur : Olovier Echapasse

Intervenants : Alain Georges ( New Wave Labs ) : Outils de création musicale on et off line

Karen Nahon ( UAC LABS ) : Ecrans haute définition de taille modulables à partir de plaques encastrables de leds haute-puissance

Benoit Collardelle ( SCEN & ACT ) : Le Théâtre Bulle, structure de spectacle légère et transportable.

20:30 h - 10:30 :

BUFFET CONVIVIAL réunissant tous les intervenants et participants à ce Colloque à la Villa Arson


Pôle " Industries de la Créativité et Innovation " ( ICI )

Association " Industries de la Créativité et Innovation "

UNIVERSITE DE NICE SOPHIA ANTIPOLIS

20 AVENUE VALROSE 06100 NICE

Tél : 06 28 05 59 92  E-mail : asso@lerondpointdici.org  - http://lerondpointdici.fr

Le pôle « Industries de la Créativité et Innovation » (ICI) prend peu à peu ses marques dans le paysage régional de l’innovation et du développement économique. Depuis le 28 février dernier, date officielle de sa naissance, ses objectifs et le contour de ses thématiques se précisent même si le champ d’investigation est complexe compte tenu de l’envergure du sujet, de son caractère très novateur et de la vitesse de ses mutations.

Ce pôle touche au cœur de “l’économie de la connaissance” que les instances européennes placent comme l’avenir économique du continent.

Le pôle se construit autour du croisement entre 2 axes économiques et un axe artistique. Ces interactions sont à double sens. Les entreprises ont bien compris combien la créativité artistique pouvait transformer l’attractivité de leurs produits et services, le design n’étant qu’une des nombreuses applications de ce mariage improbable. De leur côté, depuis plus de 15 ans, les artistes explorent les potentialités créatives qu’offrent certaines technologies dont le numérique et, plus largement, le champ des TIC dans le domaine des interactions entre les individus et leur environnement.

C’est la raison pour laquelle le pôle a mis un groupe de créateurs au cœur de sa démarche et privilégie le développement rapide de collaborations avec d’autres groupes créatifs similaires à l’international comme au local, avec des laboratoires et des universités spécialisés. Cette association constitue un choix stratégique encore plutôt rare : en l’adoptant, la petite ville de Mons a attiré sur son territoire des laboratoires d’entreprises comme Microsoft et Google). Elle doit constituer une source essentielle de créativité pour les 2 cibles économiques majeures identifiées :

- L’univers de la ville interactive et intelligente qui communique vers ses usagers et, en retour, qui encourage son appropriation de l’espace par la capacité d’y laisser des « traces ».
L’exemple de Tokyo illustre parfaitement ce choix. La ville s’équipe massivement de”ucodes” qui sont placés dans les trottoirs, qui peuvent guider vocalement un aveugle dont la canne blanche, reliée au “communicator”, sert de lecteur, qui sont capables de servir de guide touristique ou de donner des consignes de sécurité en cas de séisme en fonction du lieu où l’on se trouve. Des dizaines de milliers d’”ucodes” sont déjà installés : balises de guidage, de communication et de services polyglottes, multimédia, toujours disponibles, actualisés et reproductibles à l’infini. Si les technologies, essentiellement TIC, peuvent être développées au sein de certains pôles de compétitivité SCS, Cap Digital, … (certaines sont déjà disponibles), c’est sur les services associés, la composition de bouquets technologiques originaux et l’innovation dans les usages que se concentreront les entreprises liées à ICI.

- L’univers des espaces intelligents qui détectent et s’adaptent aux besoins de leurs usagers.
L’exemple des panneaux d’information d’aéroports qui délivrent leurs messages en fonction de la langue dominante des personnes qui les regardent est significatif. Ce repérage se fait de façon non intrusive, au travers le repérage des pays d’origine des opérateurs GSM des voyageurs. Là encore, la technologie est présente dans les laboratoires sophipolitains ou peut naître au sein de certains pôles mais le service et sa scénographie sont encore à réaliser. Une réflexion est notamment à l’étude sur la réalisation de “magasins à valeur ajoutée scénographique”. Les applications dans le domaine du tourisme sont multiples.

- Le champ artistique est un agent particulièrement fertilisant et stimulant pour les entreprises du pôle. Autour de ce “cœur de cible” économiquement novateur et territorialement très structurant, le pôle ICI se donne les moyens d’explorer tous les aspects économiquement viables des développements scénographiques, à commencer par l’univers des arts vivants qui, depuis longtemps maintenant, imagine et réalise des développements qui étonnent  par leurs aspects techniques très consommateurs de technologies et par leurs aspects sociologiques reflétant très directement les changements comportementaux qui sous-tendent la logique du pôle ICI.

Le pôle ICI se situe dans un environnement où commanditaires publics et privés sont en demande de solutions nouvelles répondant aux exigences de plus en plus diversifiées de leurs usagers et “clients”, y compris dans leurs aspects contradictoires : le ”sur-mesure” devient la norme et il s’agit d’y répondre de façon massive. Le pôle ICI est une tentative pour anticiper, imaginer et réaliser ces réponses et pour développer ou associer les technologies nécessaires à leur mise en œuvre.


abocawa