CLUB_VILLEPIN_2009_2010






Dominique de Villepin

2 009 a été une année de chocs et de bouleversements pour nous tous. Une crise économique sans précédent depuis l’après-guerre, une hausse vertigineuse du chômage, la prise de conscience d’urgences globales comme le changement climatique bien sûr, mais aussi la faim.

2010 sera une année de défis à relever. C’est maintenant qu’il s’agit de trouver les voies du renouveau de notre société, de la reconstruction de notre économie. Peu de générations auront eu autant de responsabilité et autant de liberté. A nous de nous hisser à la hauteur des défis.

Mais pour donner des repères aux citoyens de notre nation dans la mondialisation, nous ne croyons pas qu’en monopolisant la parole, en dictant l’agenda et en débauchant des personnes, on peut aller de l’avant. Voilà pourquoi nous avons voulu apporter notre pierre à la construction commune. Nous avons choisi de sortir des sentiers battus, car le nouveau ne saurait être de l’ancien déguisé, pas plus que de faux débats ne sauraient construire une vraie politique.

Le Club Villepin a franchi un cap ; notre dernière rencontre à la Maison de l’Amérique Latine a montré le dynamisme et la mobilisation de tous ses membres. Je mesure les sacrifices de chacun pour concilier votre engagement avec votre activité professionnelle et votre vie familiale. Grâce à vous, notre Club est parvenu à s’installer dans la vie publique comme un lieu de débat moderne, ouvert et imaginatif. Tout cela n’est qu’un début. D’autres missions nous attendent, et notamment le travail de nos équipes de réflexion et de proposition qui a commencé et portera bientôt ses fruits. Une alternative se construit.

Je voudrais profiter de ce regard sur l’année passée pour vous dire ma reconnaissance pour votre ardeur à la tâche. Elle est d’autant plus grande que j’ai dû traverser personnellement des épreuves difficiles. Je ne peux manquer de vous dire à cette heure combien votre soutien a été précieux.
Notre engagement est plus que jamais nécessaire, au milieu du doute et de l’incertitude. Que voulons-nous ?
A l’heure des sondages et des jeux d’opinion, nous voulons montrer que des vrais débats sont possibles, sans faux-semblants, sans coups médiatiques, avec un travail de fond et de réflexion, un travail collectif au service de l’intérêt de la nation. Bien sûr cela passe par une compréhension exigeante des nouvelles lois du monde, mais surtout par une écoute attentive des souffrances et des aspirations des Françaises et des Français.
Ayons le courage de la justice dans nos propositions et de la fidélité à nos principes républicains. Veillons à ne laisser personne au bord du chemin. Nous avons besoin de respect, d’équilibre et de résultats.
Nous voulons plus de nation, c’est vrai, car nous voulons un pays maître de son destin, capable de choisir et de changer, avec des citoyens soucieux de faire vivre nos valeurs. Le devoir de la nation, c’est le rassemblement. Le devoir de l’Etat, c’est le service des Français. Le devoir du citoyen, c’est le service de l’intérêt général.
Nous voulons aussi une Europe plus forte, plus assurée sur ses bases, capable de dépasser enfin sa crise institutionnelle. Souhaitons que 2010, avec la mise en œuvre du Traité de Lisbonne, soit le nouveau départ tant attendu.
Nous voulons un monde mieux gouverné et plus conscient de ses défis communs, pour trouver une nouvelle architecture multipolaire capable de résoudre progressivement ces crises, car, au Proche Orient comme en Afghanistan, l’année 2009 n’a pas permis de concrétiser les espoirs nés de l’élection de Barack Obama.

En ces temps difficiles, nous avons plus que jamais besoin de vous pour porter notre projet commun au service de l’intérêt général.

Avec estime et amitié, je vous adresse, à vous et à votre famille, tous mes vœux pour cette nouvelle année. 

Dominique de VILLEPIN


La mise en place des comités locaux

Le Club Villepin affiche l'objectif ambitieux de réunir 100 000 adhérents d'ici à la fin de l'année 2010. Cela ne dépend que de chacune et chacun d'entre nous.

Partout en France, les clubs locaux se structurent. Des adhésions, des courriers amicaux, d'encouragements ou de soutiens, nous parviennent nombreux.
Chaque déplacement constitue pour Brigitte Girardin et moi-même une occasion de rencontrer les adhérents, les sympathisants, pour construire et mobiliser une équipe locale.
J'ai eu l'occasion de me rendre à Marseille, à Nice, à Bordeaux, dans le Nord-Pas-de-Calais ou chez moi, en Languedoc-Roussillon, chaque fois, j'ai rencontré des citoyens motivés et animés par une certaine idée de la France et de la politique.Mes collègues parlementaires font de même dans leur secteur, en Bretagne, en Ile-de-France, en Rhône-Alpes et ailleurs.
Dominique de Villepin a entrepris de sillonner la France. Ses déplacements, comme ce fut le cas récemment dans la région parisienne, en Bretagne, en Haute-Garonne, en Bourgogne et en Aquitaine, rencontrent chaque fois un succès populaire.
En 2010, nous terminerons avant l'été le maillage national du club.
Je comprends parfaitement l'attente et parfois même l'impatience de nos amis dans de multiples départements. Chacun doit savoir que cela ne peut se faire en un seul jour. Il faut du temps si l'on souhaite construire autour de Dominique de Villepin un rassemblement solide, efficace et utile.
Du fond du coeur, je dis merci à chacune et à chacun d'entre vous pour son engagement. Il est précieux, réconfortant et significatif.
En cette période de fêtes, j'adresse à chacune et à chacun d'entre vous mes souhaits de bonheur, de sérénité pour vous-mêmes, vos familles et vos proches.

Amicalement,

Jean-Pierre Grand
Député de l'Hérault


Voyage à l'intérieur du Club Villepin

A l’occasion de cette première lettre d'information, nous avons voulu vous offrir un voyage à l’intérieur du Club Villepin : ses actes fondateurs, son fonctionnement, ses bénévoles, ses joies et ses galères aussi au fil des semaines. Accrochez-vous, « ça va swinguer » !

« Ca va swinguer », c’est justement par ces quelques mots que Dominique de Villepin a lancé le Club, présidé par Brigitte Girardin, à l’occasion d’une première rencontre avec les blogueurs au siège de l’association dans le Marais à Paris, encore appelé « la cave ». Mais nous y reviendrons... Lors de ce premier rendez-vous, Dominique de Villepin rappelle que le site Internet du Club et le réseau social seront au centre de la stratégie de rassemblement. Et nous voilà partis pour une vidéo par semaine. C’est au pas de course que Brigitte, Christophe et la Caméra suivent Dominique, des quais de la Mégisserie à Paris quelques minutes avant le procès jusqu’au quartier de Naillac à Bergerac plus récemment.

Mais revenons à la Cave, le quartier général du Club Villepin. Une cave victime d’étranges phénomènes au fil des semaines : la fameuse coupure de l’accès Internet et une coupure inopinée d’électricité… Sans aucune incidence ou presque… Bien souvent le Club doit poursuivre son ascension grâce à des réunions improvisées à des terrasses de café. Nous n’avions pas le choix. Les quelques personnes qui font avancer ce mouvement ont dû expérimenter l’Internet mobile ! Brigitte en sait quelque chose. Mais rien ne pouvait nous arrêter.

Nous préparions la première réunion du Club, première rencontre de Dominique de Villepin avec tous les adhérents. Pour être francs avec vous et du fait des vacances scolaires, nous avions envisagé de réunir deux cents personnes dans un cadre convivial. Rapidement, nous avons été complètement dépassés par les centaines d’inscription qui nous parvenaient chaque jour et par les nouveaux adhérents qui nous confirmaient leur présence. Il fallait un changement de cap : direction la Maison de l’Amérique Latine où son directeur et toute son équipe ont grandement contribué au succès de cette soirée.

Mais revenons au Jour J et à H-1 avant le début de l’événement : tout le monde s’affaire : Romain court récupérer les boissons offertes gracieusement par des restaurateurs ; à la manœuvre Brigitte, Christophe, Nadine, France-Marie et tant d’autres bénévoles , tous très heureux de donner le meilleur d’eux-mêmes, 100 journalistes, 700 personnes à l’intérieur, autant qui patientent à l’extérieur en file indienne. Au moment où Dominique de Villepin prononce un discours fondateur, en bas, les portes se referment sur plus 500 personnes restées encore dehors. Nadine fait rouvrir les portes et demande de faire entrer ces invités dans le jardin de la Maison de l’Amérique Latine. On décide d’un second discours pour le jardin. Le rassemblement est un succès, le Club a gagné son premier pari.

Lendemain de fête, pas la gueule de bois mais du pain sur la planche, des adhésions à traiter par centaines, le réseau social qui compte son 3000ième adhérent. Toute l’équipe est mobilisée jour et nuit : France-Marie et Anne-Sophie s’attaquent aux adhésions, Julien met à jour le site Internet, la boîte gmail de Brigitte explose et Christophe monte les vidéos la nuit.

Le Club est lancé. Les premiers déplacements en province s’organisent. L’équipe prépare activement l’année 2010 avec au programme des rendez-vous importants dès les premières semaines de janvier. Accrochez-vous, « ça va (encore !) swinguer … »


Paroles d'élus

Les élus ont répondu aux nombreuses questions posées par les adhérents. Extraits :

La Politique

Question: Le mouvement autour de Dominique de Villepin se veut un rassemblement pour une alternative à la politique du gouvernement actuel. S’agit-il pour autant de créer un nouveau groupe ?

Jean Ueberschlag Jean Ueberschlag, député du haut Rhin. Avoir une indépendance en politique ne signifie pas être un électron libre mais c’est refuser le mandat impératif, le caporalisme d’aujourd’hui. L’indépendance en politique c’est avoir le courage de ses convictions et c’est aussi cultiver le pragmatisme gaulliste. Disons que si l’UMP actuelle n’écoute pas aussi les anciens du RPR, alors oui, style les conditions seront réunies pour qu’un groupe voie le jour mais nous n’en sommes pas encore là.

Jean Ueberschlag, député du haut Rhin. Avoir une indépendance en politique ne signifie pas être un électron libre mais c’est refuser le mandat impératif, le caporalisme d’aujourd’hui. L’indépendance en politique c’est avoir le courage de ses convictions et c’est aussi cultiver le pragmatisme gaulliste. Disons que si l’UMP actuelle n’écoute pas aussi les anciens du RPR, alors oui, style les conditions seront réunies pour qu’un groupe voie le jour mais nous n’en sommes pas encore là.

Georges Tron, député de l’Essonne. Faut-il aujourd’hui une révolution intellectuelle et morale ? Je pense qu’on a besoin d’un débat démocratique fondé sur les principes qui nous réfèrent à des valeurs. Je suis heureux que le mouvement autour de Dominique de Villepin réponde à ce besoin de débat démocratique. Je me réjouis que sa parole soit entendue au delà d’une formation politique. Il faut un socle de valeurs et de références afin de garder l’esprit de la démocratie.

Daniel Garrigue, député de Dordogne. Ce qui est commun au villepinisme  et au gaullisme, c’est l’idée d’indépendance transposée aujourd’hui à l’échelle de l’Europe. C’est la volonté d’avoir des finances publiques en état, l’idée de solidarité en matière de justice fiscale et sociale et le respect des institutions. Actuellement on dérape vers un présidentialisme, vers une volonté de main mise sur la justice.

Marie-Anne Montchamp

Marie-Anne Montchamp, député du Val de marne. Un président fédérateur, c’est ce dont la France a le plus besoin aujourd’hui. Dominique de Villepin possède assurément les trois valeurs indispensables à la fonction : besoin de vérité, courage, vision. Il a la distance à l’événement, la maîtrise de soi, même dans les moments difficiles, et le sentiment de l’importance de la fonction. Il possède les qualités pour réformer le pays en profondeur.

Nicolas Dupont-Aignan, député de l’Essonne.
Etre gaulliste pour moi, ce n’est pas une nostalgie, c’est avoir une morale de l’action. C’est un attachement indéfectible à la France, une certaine idée de la France. Etre gaulliste, c’est un comportement, un esprit de résistance, un respect du peuple, un attachement à la France belle, juste et forte.

Guy Geoffroy, député de Seine et Marne. Dominique de Villepin a une ambition pour notre pays dans le cadre des valeurs qui sont les nôtres. C’est sur la base de ces valeurs qu’il propose ce vaste rassemblement de l’alternative pour éviter l’alternance. Ce qui fait notre originalité, c’est d’avoir un camp bien identifié, ce qui ne nous empêche pas de donner la main à tous ceux qui cherchent une solution à la crise morale et politique que nous traversons.

Hervé Mariton

Hervé Mariton, député de la Drôme. Le patriotisme économique que Dominique de Villepin prônait et qu’il évoque encore aujourd’hui dans son dernier ouvrage n’est pas incompatible avec mes convictions libérales. Une des grandes forces de Dominique de Villepin, c’est de pouvoir nouer et faire prospérer une relation politique avec des hommes et des femmes qui ne sont pas toujours d’accord avec lui.

Question: N’y aurait-il pas lieu de créer de nouveaux groupes autonomes à l’Assemblée Nationale associant, entre autres, le MODEM et d’autres ?

Daniel GARRIGUE

Daniel Garrigue : Je crois qu’il y a virtuellement à l’Assemblée Nationale un groupe de gaullistes, de républicains sociaux qui existe. Je voudrais bien que certains de mes collègues me rejoignent et quittent l‘UMP. Il y a potentiellement la possibilité de créer un groupe autonome qui pourrait peser très très lourd à l’intérieur de l’assemblée nationale.

L’Economie

La Crise Financière - les Finances Publiques - le Grand Emprunt

Jean Ueberschlag : La crise financière n’est pas terminée et l’objectif, ce n’est pas d’être le meilleur mais d’être le plus efficace.

Question: Est-ce que la France est bien placée pour en sortir ?

François GOULARD François Goulard, député du Morbihan. Je n’en suis pas convaincu pour la simple raison que la France n’a pas fait les réformes qu’elle aurait du entreprendre. Nous sommes un pays dont le déficit s’accroît à une vitesse vertigineuse. La reprise en France va être sérieusement handicapée. Nous ne serons pas parmi les leaders de la croissance mondiale dans les prochaines années, alors que nous n’avons pas été les plus touchés. Il y aura beaucoup à faire pour que nous retrouvions un dynamisme économique réel.

Hervé Mariton : Dans le budget de François Fillon, il y a le problème d’une dépense non suffisamment tenue à cause d’une part, de toutes les dépenses exceptionnelles engagées pour la relance et, de plus, les dépenses pour le grand emprunt. On ne peut pas se contenter de dire : les dépenses n’augmenteront pas en volume.

Francois Goulard : Nous allons avoir un problème de finances majeur, il y a un moment où il va falloir faire les comptes. Jusqu’à 2007 on a réduit l’endettement de la France, on a réduit les déficits publics et puis, il faut bien dire qu’aujourd’hui, c’est aussi en partie l’action du gouvernement qui est en cause, nous sommes affaiblis et il y aura un jour ou l’autre un rendez vous pour les finances publiques de la France et ce jour est beaucoup plus proche qu’on ne le pense.

Georges Tron : Le grand emprunt se justifie à deux conditions : la première, c’est qu’on prenne des mesures d’économie de fonctionnement de l’Etat, la deuxième, c’est qu’il faut consacrer ces dépenses nouvelles financées par l’emprunt à un investissement productif. Je pense qu’il faut limiter le montant de l’emprunt à 25 – 30 milliards d’euros.

Daniel Garrigue : Nous sommes plongés dans une fuite en avant des déficits extrêmement dangereuse. On essaie de faire croire aux français qu’on peut vivre sans difficultés avec des déficits. Il y avait d’autres solutions que le grand emprunt. En ce qui concerne le déficit et la fiscalité, on est allé trop loin dans la défiscalisation et il faudra bien avoir le courage de revenir à l’impôt.

Question: Une taxe sur la spéculation financière ?

Georges TRON

Georges Tron : Pourquoi pas, à condition quelle soit limitée exclusivement à la spéculation financière. Je ne suis pas favorable à lancer des impôts nouveaux, fussent ils internationaux, mais quand on voit ce qui a généré la crise, on constate qu’il existe un trop grand décalage entre ce qui relève de la création de nouveaux gisements de richesses adossés à rien en matière de production et ce qui en revanche relève de productions bien ciblées et qui ne doit pas être pénalisée.

Justice sociale

Question sur la Nouvelle société

Daniel Garrigue : c’est un thème très actuel, et auquel je suis très attaché. Je pense que les Français s’attendent à ce que l’on s’attaque à un certain nombre de problèmes tels que : justice sociale, justice fiscale, «  flexisécurité » qui donne un peu plus de souplesse aux entreprises mais aussi des garanties beaucoup plus fortes aux salariés, notre système d’enseignement, notamment le problème des collèges qui n’est pas réglé, et aussi le développement du dialogue social qui manque aujourd’hui.

Les Collectivités locales

Nicolas Dupont-Aignan : La réforme des collectivités locales, c’est mal parti. Je pense qu’on peut changer sans bouleverser complètement le système.

Le développement durable

Question: Que veut dire Eco-maire ?

Guy Geoffroy Guy Geoffroy qui est le président de cette association qui œuvre pour la promotion du développement durable auprès des collectivités locales sur le plan national, par des actions pratiques et par des campagnes d’information innovantes. Un éco-maire c’est un maire qui a décidé que le développement durable n’est ni un slogan ni une mode, mais la toile de fond de l’ensemble de ses politiques publiques qui s’appuient sur les 3 piliers que sont : le volet écologique, le volet économique et le volet social.

L’Education nationale

Question: Comment faire pour que l’Education Nationale permette aussi d’intégrer la vie professionnelle ?

Guy Geoffroy : Tout faire pour consolider le système éducatif actuel et permettre que sur la base d’un socle de fondamentaux acquis, on puisse donner dans une formation initiale solide et dans une formation continue et permanente, des outils adaptés à la vie professionnelle de demain et d’après demain. Les générations futures seront confrontées à des changements de professions et donc à une nécessité d’adaptation. Le système éducatif est confronté à cette grande réalité, nous avons aujourd’hui les outils, encore faut il les mettre en place.

L’Europe

Nicolas DUPONT AIGNAN

Nicolas Dupont-Aignan : Le Traité de Lisbonne ne résoudra rien, il faut revenir à des coopérations plus concrètes entre les nations et rompre avec cette construction actuelle qui nous handicape dans notre jeu mondial. L’Europe est faible et son voisinage est soumis à de très fortes tensions. Nous avons un défi colossal qui est un défi géopolitique.

Daniel Garrigue : Je suis très attaché à la construction de l’Europe mais je souhaite une Europe qui ait une volonté d’indépendance et une Europe qui soit régulatrice. Il faut trouver une solution au dilemme actuel que représentent les tiraillements entre les atlantistes et les autres.

Retrouvez l’intégralité des propos des élus en cliquant ici.

Edito

Pari réussi!

Après un peu plus de trois mois d’existence, le Club Villepin est un vrai succès populaire grâce à votre engagement, votre enthousiasme et votre mobilisation. Vous avez été très nombreux à nous rejoindre de toute la France, hexagonale et ultra-marine, pour apporter votre soutien à Dominique de Villepin à travers son club politique. Ce succès, c’est avant tout le vôtre, et je vous en suis profondément reconnaissante. Car c’est un formidable encouragement pour la petite équipe de bénévoles qui travaille avec moi, qui ne ménage pas sa peine et qui, grâce à votre soutien, se sent encore plus forte et plus déterminée.

Mme Brigitte GIRARDIN

Le 27 octobre dernier, lors de ce magnifique rassemblement à la Maison de l’Amérique Latine offrant le visage d’une France diverse, rassemblée et ouverte, nous avons montré tous ensemble la force de notre engagement et de notre adhésion aux valeurs républicaines et de justice sociale défendues par Dominique de Villepin, qui incarne avec un immense talent, cette vision d’une France forte, indépendante et exigeante que nous voulons partager avec le plus grand nombre de Français.

 

Au fil des semaines, Dominique de Villepin a confirmé sa présence et son implication dans notre organisation lors de plusieurs rencontres avec les internautes ou à l’occasion de vidéos en réponse à vos questions. Il s’est aussi beaucoup déplacé sur le terrain où il a reçu partout un accueil populaire et chaleureux. Ces rencontres dans nos départements vont encore s’intensifier et c’est un véritable tour de France qui se poursuivra dès la mi-janvier, en commençant par une rencontre avec les habitants de Bondy en région parisienne.

 

Nous avons franchi un cap essentiel. Il nous faut maintenant aller plus loin. Je lis tous vos messages et même si je ne peux répondre à tous, sachez que je tiens le plus grand compte de vos avis, de vos suggestions et aussi de vos critiques. Je connais votre impatience et votre exigence et vous avez raison de les exprimer car nous devons tous donner le meilleur de nous mêmes. Après avoir été les premiers dans le monde politique à créer un réseau social sur internet, nous allons relever de nouveaux défis en 2010: améliorer encore notre site internet pour en faire un outil plus performant au service de cette force de réflexions et de propositions constructives , dynamiser nos groupes de travail pour aider Dominique de Villepin à identifier cette politique alternative à la politique actuelle grâce à des propositions réalistes et innovantes, constituer un maillage territorial avec la mise en place dans chaque département d’un comité local du Club Villepin afin de démultiplier nos efforts pour rassembler autour de nos idées et de nos convictions...

 

Nous allons donc en 2010 poursuivre et amplifier le bel élan de 2009. Plus que jamais j’ai besoin de vous, de votre mobilisation et de votre dévouement pour que nous puissions au cours du premier trimestre montrer notre force incontournable et réussir dès le printemps 2010 un rassemblement massif et enthousiaste autour de Dominique de Villepin et de son ambition pour la France et au service des Français.

En adressant à chacune et à chacun d’entre vous mes remerciements très sincères pour votre soutien amical et fidèle, pour votre action déterminée et généreuse, je vous souhaite ainsi qu’à tous vos proches d’excellentes fêtes de fin d’année et vous présente mes vœux les plus chaleureux de bonheur et de santé pour 2010.

 

Très amicalement à vous,

 

Brigitte GIRARDIN

Ancien Ministre

Présidente du Club Villepin

 

 

_____________________

 

 

Dialogue avec les internautes

C’est l’un des engagements forts de Dominique de Villepin lors de la création du Club: le dialogue avec les internautes serait l’une des priorités au moins deux fois par mois. Et l’on peut constater aujourd’hui que les rendez-vous avec le réseau social Villepincom se sont multipliés.

Premier rendez-vous, le 25 septembre dernier. Dominique de Villepin répond par vidéo aux questions des internautes du réseau social sur les thèmes International, Europe, France. A noter aussi la réponse à une question concernant la justice de notre pays qui a été vue plus de 100.000 fois à ce jour.

Un second rendez-vous a été fixé le vendredi 2 octobre 2009. A cette occasion, Dominique de Villepin rencontre des jeunes de villepincom.net, au café de l’Industrie à Paris 11. Les thèmes de cette rencontre sont l’Iran, le G20 et la situation économique et sociale de la France. L’entretien se termine par des questions personnelles.

Le Club à Bastille

Le samedi 31 octobre, Dominique de Villepin a choisi d’être à l’écoute des jeunes blogueurs qui lui exposent les problèmes des Français à travers les commentaires remontant du réseau Internet et des blogs plus particulièrement.

Mercredi 11 novembre, Dominique de Villepin répond aux
questions du Club sur les thèmes de l’Alternative, la chute du Mur de Berlin, le renvoi en correctionnelle de l’ancien Président de la République Jacques Chirac et revient enfin sur les interrogations de la majorité UMP au niveau des réformes.

Le 20 novembre, Dominique de Villepin répond aux nombreuses questions des membres du réseau social Villepincom. Les sujets abordés à cette occasion sont à la fois d’ordre politique, social, mais concernent aussi le débat sur l’identité nationale et enfin l’Outre-Mer. DV expose également les cinq réformes qu’il juge prioritaires pour notre pays.

 

_____________________

 

 

Maison de l'Amérique Latine

Jardins de la Maison de l'Amérique Latine
27 octobre 2009

 

 

_____________________

 

 

Retrouvez l'ensemble des vidéos du Club Villepin:

 

 

_____________________

 

 

Déplacements de Dominique de Villepin

Lille, jeudi 15 octobre 2009

Déplacement à Lille

Premier déplacement de Dominique de Villepin à Lille à l’invitation des étudiants de l’école de commerce, l’EDHEC. Plus de 1000 jeunes ont fait le déplacement pour accueillir Dominique de Villepin dans leur école. Un vrai succès populaire dans cette ville du Nord très chaleureuse. Au cours de ces échanges avec les jeunes, Dominique de Villepin a abordé les thèmes liés aux réformes, rappelant l’exigence de méthode à ce niveau afin de suivre leurs applications sur le terrain. Dominique de Villepin y affirme aussi qu’il est nécessaire de suspendre le bouclier fiscal. Les autres sujets abordés lors de ce déplacement, concernent des thèmes comme l’international, l’Europe et sa gouvernance.

Voir les vidéos de cette journée

Draveil (91), samedi 14 novembre 2009

Déplacement à Draveil

Ce déplacement dans une ville de banlieue parisienne permet à Dominique de Villepin d’aller à la rencontre des habitants du quartier des Mazières et d’être à l’écoute de leurs préoccupations et difficultés quotidiennes. En compagnie du député Georges Tron, qui l’invite à Draveil, Dominique de Villepin répond notamment à des questions sur le thème « Nation et République », plus particulièrement lié au débat sur l’identité nationale. Il aborde aussi les perspectives 2012 suite à la question d’un élu communiste de la ville. Plus tard dans la journée, la rencontre avec les commerçants du quartier des Mazières et le dialogue avec les acteurs associatifs et éducatifs du quartier à la maison de quartier seront autant d’occasions d’être à l’écoute des réalités du terrain. C’est aussi un jour d’anniversaire pour Dominique de Villepin, un gâteau d’anniversaire « surprise » lui sera offert par les enfants du quartier. A noter enfin une remise du prix du premier Roman au théâtre D. Cardwell pour boucler cette visite très riche.

Voir les vidéos de cette journée

Toulouse, mardi 24 novembre 2009

Déplacement à Toulouse

Outre un rendez-vous avec les adhérents du Club Villepin, le déplacement à Toulouse est l’occasion d’un déjeuner de travail et d’un échange avec des chefs d’entreprise et des responsables ressources humaines de la région. Des échanges sur les enjeux de la mondialisation permettent à Dominique de Villepin de souligner la nécessité de donner une véritable vision politique au niveau industriel dans un contexte de mondialisation croissante. En fin de journée, Dominique de Villepin est accueilli sous les applaudissements nourris des étudiants de l’Ecole Supérieure de Commerce de Toulouse. Il fait un discours sur le thème : «La France face aux nouveaux enjeux mondiaux » et répond aux questions d’actualité des étudiants.

Voir les vidéos de cette journée
 

 

 

Bourgogne, samedi 28 novembre 2009

Déplacement en Bourgogne

Dominique de Villepin visite une exploitation agricole à Saint-André en Terre Plaine dans l’Yonne aux portes du Morvan et de l’Auxois. La GAEC Cadoux est une entreprise familiale qui compte près de 400 hectares pour un troupeau inscrit au Herd Book Charolais de 240 vaches, consacrées exclusivement à la reproduction. Aujourd’hui, encouragés par les nombreuses récompenses acquises dans les grands concours officiels, les quatre frères Cadoux qui dirigent l’entreprise se sont fixés pour objectif de maintenir et de développer un cheptel charolais de qualité offrant toutes garanties sanitaires, composé d’animaux bien racés et performants. Cette rencontre permet de cerner les difficultés d’une agriculture spécialisée et performante.

Voir les vidéos de cette journée
 

 

 

Bergerac et Bordeaux, mardi 15 décembre 2009

Déplacement à Bergerac

Dans le cadre d’un déplacement à Bergerac puis à Bordeaux, le 15 décembre 2009, à l’invitation du député de la Dordogne Daniel Garrigue, Dominique de Villepin répond aux questions des étudiants de l’Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine (IJBA) sur les thèmes de la présidentielle 2012 et du discours à l’ONU en 2003. Il dira à cette occasion que « l’élection présidentielle le tente ». Lors d’un déjeuner-débat à Monbazillac, Dominique de Villepin répond aux questions sur les thèmes de l’identité nationale, de la ruralité et de la pénurie de médecins en milieu rural. Egalement au programme de la journée une rencontre très riche avec les habitants du quartier de Naillac à Bergerac. C’est encore l’occasion pour Dominique de Villepin d’être au plus proche des problèmes des Français.

Voir les vidéos de cette journée

 

 

_____________________

 

Agenda des manifestations à venir

Réunion du Conseil d'Administration
du Club Villepin

Déplacement de Dominique de Villepin
à Bondy (93)

Jean-Paul Bled répond
aux internautes de Villepincom

Déplacement de Dominique de Villepin
à Gretz (77)

 

_____________________

 

Liens

- Club Villepin -

- Adhérez au Club -

- VillepinCom -