Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NEWS OFF AMERICAN INTERNET COUNCIL COMPANY - DIACONESCO.TV Phone : 06.32.17.36.33/ 06.50.34.10.26 diaconesco@gmail.com
NEWS OFF AMERICAN INTERNET COUNCIL COMPANY - DIACONESCO.TV Phone : 06.32.17.36.33/ 06.50.34.10.26 diaconesco@gmail.com
Visiteurs
Depuis la création 1 235 478
Newsletter
NEWS OFF AMERICAN INTERNET COUNCIL COMPANY - DIACONESCO.TV Phone : 06.32.17.36.33/ 06.50.34.10.26 diaconesco@gmail.com
Derniers commentaires
Archives
Pages
21 janvier 2019

L'INVASION DE MIGRANTS VENANT DE TOUTE L'AFRIQUE ET DU MOYEN-ORIENT EXPLOSE EN BELGIQUE MAIS AUSSI DANS TOUTE L'EUROPE

L' IMMIGRATION AFRICAINE ET NORD-AFRICAINE EXPLOSE EN BELGIQUE !
Belgique-Maroc : on s’est trompé d’immigrés…
Print Friendly, PDF & Email

« Chances pour la Belgique », les maghrébin.e.s venu.e.s en Belgique ? Pas vraiment, si l’on en croit ce que les bien-pensants doivent révéler aujourd’hui. Et l’affaire Proximus en est la preuve flagrante 

Tenez-vous bien à votre chaise. Alors que Proximus licencie autour de 2.000 personnes, prétendument trop vieilles et mal adaptées aux nouvelles technologies, elle veut engager quelque 1.250 nouveaux employés, plus jeunes, plus expérimentés et plus malléables.

Incroyable : l’opérateur téléphonique ne trouve pas les bons profils sur le marché de l’emploi belge. Elle fera donc venir des jeunes spécialisés, d’Afrique noire et d’Afrique du Nord, notamment du Maroc.

Tout cela dans un pays où, rien qu’à Bruxelles, on dénombre aux alentours de 88.000 chercheurs d’emploi, dont une majorité de personnes issues de la communauté marocaine.

Nous serions-nous trompés d’immigrés, en accueillant 800.000 Marocains et plus de 80.000 Turcs (chiffres de 2017) ?

Nous ne vivons plus dans les années 1970 

Pas de mauvaise foi. Dans les années 1970, les autorités belges ont fait venir des travailleurs marocains et turcs, parce qu’il y avait une demande de forces du travail, notamment dans le domaine des travaux publics. Mais ce débouché a disparu, et à présent, l’immigration relève plutôt du regroupement familial, selon les statistiques publiées par l’Office des Etrangers.

Une constatation : nous sommes loin d’avoir accueilli des Einstein et des Mozart, comme le prétendent les bien-pensants. Pire : leurs descendants, nés en Belgique, ne possèdent pas les compétences pour s’insérer dans le monde moderne.

Avec un résultat renversant : parmi la population marocaine de Belgique, nous ne trouvons pas les bons profils pour les emplois à pourvoir. Nous devons aller les chercher… au Maroc !

Et ce n’est pas nous qui le disons. Citation du ministre bruxellois de l’emploi, Didier Gosuin (DéFI) : « Nous devons stopper cet afflux annuel de jeunes non-qualifiés sortant de l’école. Cette arrivée de 3.000 jeunes sortant sans diplôme de l’école est inacceptable ». C’est parler d’or…

L’enseignement au Maroc est mieux adapté à la modernité qu’en Belgique

Reste que l’enseignement wallon et surtout bruxellois ont manqué ses objectifs : il produit des « travailleurs sociaux » à tour de bras, mais trop peu de vrais travailleurs. Dans le domaine de l’informatique, nous ne sommes nulle part. Rappelons que de nombreuses sociétés ont déjà engagé de jeunes spécialistes de l’informatique, venus d’Inde.

Les pédagogues de la Communauté Française ont réformé l’enseignement dans le mauvais sens. Ils font partie de ces « experts » hors-sol, qui ne comprennent rien aux réalités et aux besoins de notre économie. Ils n’auront réussi qu’à créer une situation explosive : 70 % des allocataires sociaux (90 % à Bruxelles), sont issus de l’immigration – soit 576.000 personnes. Les chiffres sont consultables ici. Et autre bilan désolant : l’enseignement au Maroc est mieux adapté à la modernité que l’enseignement en communauté française de Belgique…

Une situation explosive et surréaliste : nous avons fait venir des immigrés non qualifiés et nous sommes forcés d’aller chercher des spécialistes dans les mêmes pays pour occuper leurs emplois ! 

A.D.

C49HWp2W8AAEidm

********************************************

 

70 % des allocataires sociaux (9 sur 10, à Bruxelles) sont des immigrés !

 

Print Friendly, PDF & Email

Si la RTBF le dit, c’est que ça doit être vrai… Vrai, peut-être, mais incomplet. L’annonce : 576.000 Belges vivent d’une allocation sociale. Belges ? Oui, mais pas d’origine. Des Belges de fraîche date, en quelque sorte. En réalité 70 % des 576.000 bénéficiaires d’aides sociales sont d’origine étrangère, majoritairement maghrébine. L’immigration, une chance pour la Belgique ?

Le Parti Populaire a toujours dénoncé cette dérive de l’assistance aux plus démunis et a pointé l’arrivée d’immigrés sans qualifications et impossibles à insérer dans le circuit du travail. Lorsqu’il le faisait, les baves fielleuses se déchaînaient : au mieux, « populiste », au pire, « raciste », « xénophobe », « islamophobe » et, bien entendu, « nazi ».

Si on avait écouté le Parti Populaire, nous n’en serions pas là. Parce que si la RTBF divulgue (enfin !) nos chiffres, c’est que la catastrophe est proche. Malgré les rodomontades autosatisfaites de Charles Michel, la Belgique ne va pas bien, et l’état de ses finances entraînerait une mise en faillite immédiate dans n’importe quelle entreprise privée !

Par « assistés sociaux », il ne faut pas entendre « chômeurs » – eux, ils viennent en plus des 576.000 : ce sont, en gros, tous ceux qui dépendent des CPAS. La pauvreté s’étendant substantiellement dans notre pays, loin de nous l’idée de fustiger les bénéficiaires de ses aides. Les politiques des partis traditionnels en ont précipité un grand nombre dans la précarité, voire la misère.

La rage taxatoire de tous les permanents au gouvernement (PS, MR, CDH et les équivalents flamands) fait fuir les entreprises étrangères, entraîne la fermeture des fleurons belges de notre industrie et décourage les jeunes entrepreneurs, qui transfèrent leurs remarquables capacités sous des cieux plus cléments… Le contrecoup de cette folie fiscale, c’est l’allongement des files au chômage. Si on y ajoute la qualité en chute libre de l’enseignement, notamment dans une ville comme Bruxelles, on aura compris que les écoles sont devenues des fabriques à parias.

Et face à cette situation, MR, CDH, PS, DéFI et Ecolo continuent à prôner l’ouverture des frontières à des théories de personnes qui ne pourront jamais s’insérer dans le monde du travail et se retrouveront « assistés sociaux ».

Le problème, c’est que cette générosité, doublée d’aveuglement et de calcul électoraliste, a un prix. Et un prix fort. Un prix que la Belgique ne pourra plus assurer très longtemps. A

force de faire venir chez nous des gens dont seulement une minorité profite à l’économie belge, les partis traditionnels ont importé des gens qui ne cotiseront jamais à la sécurité sociale. Et pourtant, ce sont eux qui en disposent de la part du lion !

Les travailleurs (de quelque origine que ce soit), victimes des absurdités des gouvernements depuis la fin de la guerre, risquent de ne plus pouvoir émarger aux aides sociales indispensables, alors qu’ils auront cotisé toute leur vie active. Ils sont 4.032.000 dans le cas !

Les CPAS ont le couteau sur la gorge. Ils ont de plus en plus de mal à remplir leurs fonctions. Et recourent à l’emprunt. Ce qui n’est pas la meilleure idée.

La dette publique s’élevait, en 2016 (derniers chiffres officiels), à quelque 447 milliards, soit 105,9 % de la richesse belge (PIB – produit intérieur brut). En clair, chaque citoyen belge a une dette de quelque 40.000 euros, dès sa naissance. La charge de la dette représente 1.135 euros par habitant et 2.765 euros pour un travailleur.

Plus nous attirons des immigrés sans qualification, plus nous alourdissons notre dette.

Le Parti Populaire a analysé cette situation depuis longtemps. Ses conclusions n’ont pas été entendues. Pour une raison bien simple : le PP n’a pas accès aux médias (radio, TV, presse écrite), soumis aux partis qui se servent de l’immigration comme d’un réservoir électoral.

En attendant, les partis traditionnels, omniprésents sur les mêmes médias, nous auront bien englués dans la… gadoue.Et s’ils permettent à la RTBF de dévoiler, enfin, la vérité, c’est qu’ils veulent nous préparer aux mauvaises nouvelles et, peut-être au pire.

F. Molnar

 

111832737

 MAIS SURTOUT PADAMALGAM !

Commentaires