Guerre d’Ukraine – Jours 152-158 –

 

 

Emmanuel Macron n’est pas content –

 

 

Sergueï Lavrov lui a volé la vedette

 

 

en Afrique – par Edouard Husson

"Placées aux deux extrémités de l’Europe, la France et la Russie ne se touchent point par leurs frontières, elles n’ont point de champ de bataille où elles puissent se rencontrer ; elles n’ont aucune rivalité de commerce, et les ennemis naturels de la Russie sont aussi les ennemis naturels de la France". (François-René de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe). On ignore souvent que Chateaubriand fut la principale source d'inspiration du Général de Gaulle en matière diplomatique. Au coeur de la vision d'une politique étrangère forgée par la monarchie et qui pût être utilisée, sans modification, par la République, il y avait la nécessité de s'entendre avec la Russie, telle que l'auteur des Mémoires d'Outre-Tombe, qui fut aussi Ministre des Affaires Etrangères sous la Restauration, l'expose. Faute d'avoir adhéré à ces "piliers de la sagesse diplomatique" française, notre actuelle diplomatie est en train d'être engloutie dans le désastre d'une guerre occidentale qui n'est pas la nôtre, au risque de voir notre pays écarté pour longtemps des affaires du monde - alors que notre géographie nous met en position idéale, sur tous les océans de la planète. Il faudra sans aucun doute du temps pour réparer les énormes erreurs de l'actuelle (absence de) stratégie française. Ce n'est pas une raison pour ne pas comprendre le monde tel qu'il change: non seulement l'évolution de la bataille d'Ukraine mais le retour à l'équilibre des puissances avec, au coeur du nouveau dispositif, la Russie et l'Eurasie.

L’OTAN: une  machine à gaspiller les budgets militaires? 

Deux chiffres, pour commencer. Les Etats-Unis dépensent 800 milliards pour leur défense, la Russie seulement 65 milliards.  Les premiers, à la différence de la seconde, s’inquiètent sur l’épuisement des stocks de munitions et d’armes engagés dans la guerre en Ukraine; et ils n’ont pas encore été capables de réussir un essai de missile hypersonique. 

Il y a une sérieuse question d’utilisation des ressources. 

+ Les USA, à l’abri de ce budget pléthorique, ont perdu le contact avec le réel. Un article paru dans le National Interest propose que les USA servent de médiateur pour une sorte de nouvel accord de Minsk….Mais c’est en-deàa de ce que l’Ukraine et la Russie avaient négocié à Istamboul fin mars….

+ utile récapitulatif par southfront.org de l’affaire des CAESAR: 

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que la France allait fournir à l’Ukraine plusieurs obusiers automoteurs CAESAR dans une interview accordée à Ouest-France et publiée le 22 avril.

Macron a ajouté qu’une quarantaine de militaires ukrainiens seraient formés au CAESAR en France. Chaque obusier nécessite un équipage de cinq à six personnes. Ainsi, environ deux douzaines d’obusiers français pourraient être utilisés par des militaires ukrainiens formés. En juin, l’armée ukrainienne a présenté les obusiers français déployés sur les lignes de front du Donbas.

En juin, la chaîne de télévision France24 a rapporté que Paris avait déjà transféré 18 affûts d’artillerie automoteurs CAESAR des bases de stockage de l’armée française à Kiev. La France a récemment promis de fournir au pays six obusiers CAESAR supplémentaires ainsi qu’un “nombre significatif” de véhicules blindés de transport de troupes VAB.

Le 22 juin, l’avocat et homme politique français Regis de Castelnau a révélé que deux obusiers CAESAR étaient tombés entre les mains de l’armée russe. À l’époque, Regis avait déclaré que l’armée russe avait transféré les obusiers à l’usine Uralvagonzavod de Nizhny Tagil, qui développe et produit des chars de combat, des véhicules blindés et des obusiers, pour les étudier.

Le Donbass Insider a rapporté le 6 juillet que des officiers ukrainiens avaient vendu deux obusiers automoteurs CAESAR de fabrication française à la Russie. Ces affirmations ont ensuite été reprises par le président biélorusse Alexandre Loukachenko.
Les obusiers français Caesar sont activement utilisés par les forces armées ukrainiennes sur les lignes de front en Ukraine orientale. Cependant, ils ne se contentent pas de frapper des cibles militaires ennemies, mais sont également utilisés pour bombarder des civils en République Populaire de Donetsk et en République Populaire de Lougansk.

Les journalistes militaires russes ont partagé la vidéo montrant l’obusier automoteur Caesar détruit, fourni par la France aux forces armées ukrainiennes. Il s’agit du premier Caesar dont la destruction a été confirmée”.

+ L’armée ukrainienne n’a quasiment plus d’avions en état de se battre. Les services ukrainiens ont tenté de corrompre des pilotes russes pour deux millions de dollars afin qu’ils passent à l’ennemi avec leurs avions. 

25 juillet 2022; 

+Le 25 juillet, le ministère russe de la Défense a cité  trois  cibles des frappes de missiles russes en Ukraine.

Dans l’ouest de l’Ukraine, des missiles russes ont frappé une base de transbordement du matériel occidental, détruisant des munitions fournies par les États-Unis pour les systèmes de roquettes à lanceur multiple HIMARS et des obus pour les obusiers américains de gros calibre M777. L’attaque a été menée près de la ville de Bogdanovtsi, dans la région de Khmelnitskïi.

Une autre cible des missiles russes était un point de déploiement temporaire de la 95e brigade d’assaut aéroportée des forces armées ukrainiennes dans le village de Konstantinovka en République populaire de Donetsk. À la suite de cette attaque, plus de 100 militaires ukrainiens et mercenaires étrangers ont été tués.

Le même jour, le ministère russe de la Défense a indiqué qu’une tentative d’infiltration ukrainienne à partir de bateaux de débarquement rapides sur le territoire de la région de Kherson a été déjouée dans l’estuaire de Dnieprovski. Deux bateaux ont été détruits suite à la frappe russe.

+Le 25 juillet, les militaires de la République populaire de Donetsk ont commencé à prendre possession de la centrale électrique de Vouglegorska, située dans la banlieue ouest de la ville de Svetlodarsk.

Selon les rapports de la région, le commandement ukrainien a quitté la zone de la centrale et seuls de petits groupes de militaires ukrainiens continuent de se battre.

Le maire de Gorlovka a annoncé le blocage complet de la centrale électrique. L’armée ukrainienne ne peut se retirer que par la route de Semigorïe qui est déjà sous le contrôle des forces russes.

Le même jour, des unités des forces alliées sont entrées dans la propre ville de Novolouganskoïe, où les affrontements se poursuivent. L’avancée des troupes russes est compliquée par le minage des routes principales.

Le contrôle russe de la centrale électrique de Vouglegorska ouvre la voie à une avancée sur les bastions ukrainiens de la ville de Bakhmout (Artiomovsk).

Pendant ce temps, dans les faubourgs de Bakhmout, l’assaut russe sur le village de Pokrovskoye a commencé. Au même moment, les forces alliées ont lancé un assaut sur le village de Bakhmoutskoïe, à la périphérie sud-est de Soledar. 

Et la fameuse contre-attaque d’un million d’Ukrainiens dans le sud? 

Après l’échec de plusieurs opérations, les militaires ukrainiens ont construit un passage supplémentaire sur la rivière Ingoulets dans la zone d’Andreïevka, dans le nord de la région de Kherson. Des affrontements ont été signalés mais, le matin du 25 juillet, le chef adjoint de l’administration de la région de Kherson a déclaré que les troupes ukrainiennes avaient échoué dans leur contre-attaque.

Incapables de mettre au point une contre-offensive efficace sur les lignes de front, les forces armées ukrainiennes continuent de bombarder les civils en République populaire de Donetsk et en République Populaire de Lougansk. Pour la seule ville de Donetsk, Laurent Brayard parle – dans une boucle WhatsApp à laquelle j’ai accès – de 3 à 400 projectiles envoyés par les Ukrainiens tous les jours. Avec des blessés et des morts. Mais il faut croire que certains crimes de guerre sont moins criminels que d’autres puisque les médias occidentaux n’en parlent jamais ou reprennent la version ukrainienne selon laquelle les Russes bombardent les leurs…..

Le 24 juillet, les forces ukrainiennes ont frappé les villages de Stakhanov et de Krasni Loutch en République populaire de Lougansk.

Trois missiles HIMARS MLRS de fabrication américaine ont été retrouvés non explosés à Krasni Loutch. Au total, six de ces missiles ont été tirés, mais seuls trois d’entre eux ont explosé, ce qui indique la faible efficacité de l’un des plus récents MLRS de fabrication américaine.

Tpujours pour la journée du 25 juillet, en suivant @rybar (en cliquant sur ce lien, vous avez accès à une vidéo avec une carte): 

Des formations ukrainiennes ont bombardé le village d’Alekseïevka dans le district de Glouchkovski, région de Koursk, sans que l’incident ne fasse de victimes.

Les forces armées russes ont frappé les positions des militaires ukrainiens dans les villages de Iastrebinoïe, Grabovskie et Vladimirovka, dans la région de Soumy.

L’artillerie russe a frappé des positions ennemies à Kharkov. 

 Dans la région de Borchevaïa, des unités spéciales des forces armées russes ont mené un raid sur les positions ennemies.

 L’aviation ukrainienne continue de voler depuis l’aérodrome de Mirgorod. Au moins trois avions Su-24/25 effectuent des patrouilles quotidiennes.

Les forces armées ukrainiennes effectuent des tirs de barrage dans la région de Berestovoïe et Bologovka.

Les forces armées russes ont mené des frappes sur les installations de l’armée ukrainienne à Nikopol et Marganets dans la région de Dniepropetrovsk.

 En plein jour, les troupes russes ont lancé une attaque de missiles sur une installation de l’armée ukrainienne dans la région de Kiev.

26 juillet 2022: 

L’armée russe a récemment intensifié les frappes de missiles sur les positions militaires ukrainiennes dans la ville de Konstantinovka en République populaire de Donetsk. Une quarantaine de volontaires/mercenaires étrangers, en particulier des Polonais auraient été tués. 

Une autre frappe a touché le village de Zaitsevo situé au sud-est de Konstantinovka. La frappe aérienne sur les positions de combat du bataillon de la 72e brigade mécanisée de l’armée ukrainienne aurait touché plus de 70 Kiéviens et un dépôt de munitions.

La veille, le point de déploiement temporaire de la 95e brigade d’assaut aéroportée des forces armées ukrainiennes à Konstantinovka a été détruit par une frappe d’arme de haute précision des forces aérospatiales russes. Plus de 100 militaires ukrainiens et mercenaires étrangers auraient été tués.

De nombreux obusiers M777 ont été repérés à Konstantinovka. Il y a du personnel militaire américain sur place, responsable du calcul des trajectoires pour les canons. Ils portent même des uniformes et des signes distinctifs des forces armées des États-Unis d’Amérique.

Les forces dirigées par la Russie s’approchent de la ville de Bakhmout par l’est et le sud. Konstantinovka est situé à 20 kilomètres à l’ouest de Bakhmout sur la route menant à la ville. 

+ Le 26 juillet, un incendie s’est déclaré dans un dépôt pétrolier dans le district Boudionnovski de Donetsk à la suite d’un bombardement ukrainien. Les troupes ukrainiennes ont tiré trois missiles de la MLRS américaine HIMARS sur ce dépôt de pétrole, ont rapporté les autorités de la République populaire de Donetsk. L’incendie a été rapidement maîtrisé et il n’a pas fait de victimes. 

L’Allemagne finit par livrer du matériel

+Le 26 juillet, le ministre allemand de la défense, Christina Lambrecht, a déclaré que l’Allemagne avait livré à l’Ukraine les systèmes de roquettes à lancement multiple (MLRS) de type Mars II qui lui avaient été promis. Trois obusiers automoteurs Panzerhaubitze 2000 supplémentaires ont également été remis à Kiev.

J’ai toujours le même haut-le-coeur à penser que des Allemands de 2022 puissent soutenir une guerre faite à la Russie et soutenir un régime fascisant qui envoie à une mort inutile des centaines d’Ukrainiens chaque jour. 

+Le 26 juillet, les Forces armées ukrainiennes (AFU) ont attaqué la région russe de Briansk. Suite à une attaque de drone sur le poste de contrôle frontalier de Troebortnoïe, situé dans le district de Sevski de la région de Briansk, quatre personnes ont été blessées, dont des civils.  L’un des blessés, un citoyen moldave, a succombé à ses blessures.

Toujours le 26 juillet dernier, selon @rybar (vidéo au bout du lien!): 

 Les forces armées russes ont frappé les positions kiéviennes à Khrenivka et Senkivka, dans la région de Tchernigov, et à Tolstodubovo et Znob-Novgorodskie, dans la région de Soumy.

Au nord de la région de Kharkov, il y a des combats de position près de Borchtcheva et Svitlichnïe. Dans la nuit, les forces armées russes ont lancé une série de frappes sur les sites d’hébergement de l’armée ukrainienne à Kharkov.

Dans la soirée, des informations font état de la prise de contrôle par les Alliés du village de Berestovoïe, sur la route Bakhmout-Lisitchansk.

Pour la direction de Soledar, des unités du PMC Wagner ont pris tout le village de Pokrovskïe, ouvrant la voie à une offensive sur Bakhmout (Artiomovsk) depuis l’est.

 Les unités du PMC Wagner ont également délogé définitivement et complètement les forces armées ukrainiennes du territoire d’Ouglegorska, autour duquel des combats avaient lieu depuis la fin mai. Les unités kiéviennes à Novoluganskie sont encerclées par les forces alliées.

 Les forces armées ukrainiennes continuent de bombarder l’agglomération de Donetsk, faisant des blessés parmi les civils.

Dans la région de Zaporojie, les duels d’artillerie se poursuivent : les forces armées russes frappent les positions de l’armée ukrainienne à Orekhovie, Kamenskoïe et Zelenoïe Pole.

Les forces armées russes ont frappé des cibles à Nikolaïev dans la matinée. Plusieurs infrastructures ont été endommagées.

L’armée kiévienne tente une nouvelle fois de bombarder Kherson, mais les forces de défense aérienne russes parviennent à repousser l’attaque.

Les forces russes ont frappé plusieurs installations de l’armée ukrainienne dans la région d’Odessa au cours de la nuit : des cibles dans la zone de Zatoka et Karolino-Bougaz, ainsi qu’un dépôt de munitions 1513 près de Belenki.

27 juillet 2022 

Le 27 juillet, le représentant officiel de la milice populaire de la République Populaire de Donetsk, Ivan Filipenko, a confirmé la destruction complète des unités ukrainiennes qui étaient déployées dans la centrale thermique d’Ouglegorsk.

Après la fin des opérations de prise de contrôle de la centrale thermique d’Ouglegorsk, les forces russes ont avancé vers l’ouest. Des affrontements ont éclaté pour le contrôle du village de Semigorie.

Dans la région de Bakhmut/Artiomovsk, de violents combats se poursuivent dans les villages de Veselaïa Dolina, à la périphérie sud de la ville.

Après que les unités de la République Populaire de Donetsk ont pris le contrôle de la ville de Pokrovskie située à la périphérie est de Bakhmout, les forces alliées intensifient le bombardement des positions des forces armées de l’Ukraine directement dans la ville.

Dans la région de Slaviansk, les médias ukrainiens ont diffusé de fausses nouvelles sur le contrôle ukrainien de la ville de Bogoroditchni et d’un certain nombre d’autres localités, mais plus tard, les rapports ont été démentis.

Les batailles se poursuivent dans les villages de Sidorovo et Dolina. Les forces russes frappent les installations de l’armée ukrainienne à Slaviansk, Kramatorsk, Konstantinovka.

L’armée ukrainienne envoie des mines de type PFM sur Donetsk pour blesser les civils, en particulier les enfants

Les forces kiéviennes ont été repoussées de leurs positions à Belogorka ainsi que de la zone d’Andreïevka. Les groupes d’assaut ukrainiens ont  subi de lourdes pertes dues aux tirs d’artillerie et à l’aviation russes et ont battu en retraite.

Au cours de la journée écoulée, l’armée ukrainienne a ouvert le feu 146 fois sur le territoire de la République populaire de Donetsk, tirant plus de 800 projectiles, soit le maximum depuis le début des hostilités en février de cette année. Bien entendu, une grande partie de ces tirs sont intercveptés par la DCA des troupes alliées.

À Donetsk, l’armée ukrainienne a commencé à miner la ville avec des lance-roquettes multiples. Des mines PFM-1 “Petal” sont larguées sur la ville par des MLRS ukrainiens. J’en ai eu la confirmation par Laurent Brayard, qui se trouve sur place.  Le dispositif d’ explosion est décrit dans la fiche ci-dessous.  

Le 27 juillet, 4 personnes ont été tuées sur le territoire de la République Populaire de Donetsk, 11 autres ont été blessées.

selon @rybar: 

 Les forces armées ukrainiennes ont bombardé Belgorod dans la matinée. Tous les missiles ont été interceptés par les moyens de défense aérienne russes.

L’artillerie russe a touché des cibles dans les zones frontalières des régions de Tchernigov et de Soumi.

 Les forces armées russes ont effectué des frappes de missiles et d’artillerie contre les installations d’hébergement de l’AFU dans les districts Industrialniï et Novobavarskiiï de Kharkov et d’autres localités de la région.

Le commandement ukrainien a envoyé des renforts à Oudi et Tcherkassi Tichki. L’artillerie kiévienne a bombardé Rubijnie et Khotomlïa.

 Dans une zone boisée à l’ouest d’Izioum, les forces armées russes ont pris en embuscade des hommes la 81e brigade de l’armée ukrainienne. Le groupe a subi des pertes et a battu en retraite.

Les forces armées ukrainiennes se préparent à une offensive des forces armées russes à la périphérie de Seviersk. A Nagorni et Iakovlevka, les unités du génie de la 54e brigade ukrainienne installent des champs de mines.

 Les unités des forces armées russes et de la République démocratique populaire de Donetsk ont complètement libéré Novolouganskoïe.

 Les unités du PMC de Wagner ont repoussé avec succès une contre-attaque ukrainienne sur Pokrovskie.

Le commandement ukrainien prépare Soledar et ses environs à la défense. Un bataillon combiné de 450 hommes de la 10e brigade d’Ogsh est déployé dans la ville, et des positions de tir et des hôpitaux sont mis en place à la périphérie.

 Dans la direction de Donetsk, l’artillerie russe a lancé des frappes massives sur les positions des forces armées ukrainiennes sur la ligne de contact.

 Dans la nuit, les HIMARS MLRS ukrainiens ont à nouveau frappé le pont Antonov à Kherson. La surface de la route a été gravement endommagée et la circulation a été restreinte.

 Ce sont des unités des troupes aéroportées russes, soutenues par des avions et de l’artillerie, qui ont délogé les formations ukrainiennes d’Andreïevka, qui ont été  contraintes de se replier derrière Ingoulets.

Les forces armées ukrainiennes poursuivraient les préparatifs d’une offensive dans la direction de Krivoï Rog. Mais on a du mal à comprendre la logique de ces opérations, qui obligent les Kiéviens à dégarnir le front du Donbass.  Et l’on constate que les débuts d’offensive provoquent de nombreuses pertes dans les unités lancées au combat. 

28 juillet 2022

+L’armée russe a détruit une station de communication pour drones de combat Bayraktar TB2, déployée par les forces ukrainiennes près du front à Kherson.

Selon @rybar

 Les forces armées russes ont frappé un aéroport civil à Kirovograd : les hangars des avions ont été détruits.

 Dans le district de Vichgorod, dans la région de Kiev, les troupes russes ont frappé une base d’entraînement du ministère ukrainien de la Défense avec une frappe de haute précision près du village de Lioutej.

 Dans la matinée, des équipements de défense aérienne se sont déclenchés au-dessus de Belgorod : ils ont repoussé un autre raid des forces armées ukrainiennes ; aucune victime.

Au moins neuf frappes ont été effectuées sur la base d’entraînement de la 57e brigade d’armée et de la 55e brigade d’armée de l’AFU à Gontcharovskoïe, dans la région de Tchernigov.

L’armée de l’air russe a détruit un lanceur de SAM S-300 ukrainien près de Kramatorsk.

Les unités de l’armée ukrainienne ont essuyé des “tirs amis” de la 14e brigade de la défense territoriale à Bakhmoutskoïe alors qu’elles se retiraient de Pokrovskie.

 L’armée ukrainienne poursuit le pilonnage massif de Donetsk : désormais, aux frappes d’artillerie s’ajoute la dissémination de mines ” pétales ” qui tuent. Au moins 20 personnes ont été blessées en 24 heures.

Les forces russes continuent de mener des frappes aériennes et d’artillerie à grande échelle sur les positions kiéviennes  à Avdeïevka, supprimant les points de tir ennemis en préparation d’une offensive.

Les forces alliées ont occupé le puits de ventilation de la mine de Chtchourovka, avançant jusqu’à 300 mètres vers le principal terril de Marinka. La capture du terril et du bastion kiévien ouvrira la voie à la libération de l’ensemble de Marinka.

 Dans la région de Zaporojie, des formations ukrainiennes ont largué des mines artisanales depuis un drone sur le village de Sosnovi Bor près d’Energodar, sans faire de victimes

29 juillet 2022

+ Selon @rybar:

Le village de Sachkovitchi dans le district de Klimovsk de la région de Briansk a été bombardé par les forces armées ukrainiennes : les lignes électriques ont été endommagées, aucune victime n’est à déplorer.

+ Les forces armées russes ont lancé des frappes de missiles contre des positions de formations ukrainiennes à Kharkov, ainsi que dans les districts de Tchougouiev et Bogodougov de la région de Kharkov.

 Les forces russes poursuivent leurs frappes sur les positions des forces armées ukrainiennes à Kramatorsk et Slaviansk.

 A Bakhmout (Artiomovsk), les unités du génie de l’armée ukrainienne continuent de se préparer à une défense prolongée de la ville. 

 Des combats ont lieu à proximité du village de Verchini, où des unités de la 72e brigade de l’armée kiévienne ont subi de lourdes pertes. Le commandement ukrainien renforce le groupement dans cette direction : des forces fraîches ont été transférées à Kourdioumovka et Nikolaïevka II..

 Les forces armées ukrainiennes bombardent continuellement les villes de l’agglomération de Donetsk, faisant de nombreux blessés parmi les civils. Les forces ukrainiennes dispersent des “mines pétales” dans les zones résidentielles.

Toujours aucun reportage dans les médias occidentaux….

 L’armée ukrainienne a frappé un grenier dans la ville de Kamianka-Dnieprovska, dans la région de Zaporojie, détruisant 9 000 tonnes de blé récolté.

Désolé d’ébranler un peu plus le mythe ukrainien. Mais ce sont les Kiéviens qui veulent priver leur peuple et le reste du monde d’approvisionnement alimentaire, non les Russes. 

 Dans la direction Nikolaïevsk-Krivorojsk, les forces armées ukrainiennes n’abandonnent pas les plans visant à franchir la rivière Ingulets et se préparent à avancer près de Visokopolie et Krechenivka.

 Les unités de la 60e division d’infanterie du corps de réserve concentrent leurs forces près de Potemkino. Des positions de tir sont établies près du village.

 Une unité ukrainienne a tenté de pénétrer en territoire sous contrôle russe près de Zolotaïa Balka, mais a subi des pertes et s’est replié sur ses positions initiales.

L’armée ukrainienne bombarde le camps où sont prisonniers les “Azov”: pour les empêcher de parler ? 

L’APU a frappé les prisonniers de guerre d’Azov à Elenovka. Ce n’est pas la première fois que des tirs ukrainiens visent les endroits où les leurs sont prisonniers.

À la suite de cette attaque, 40 nationalistes ukrainiens ont été tués et 75 blessés, a rapporté le ministère russe de la défense.

Est-ce pour faire taire ceux qui commençaient à raconter les crimes de guerre ukrainiens? On regardera par exemple cette vidéo d’un sergent du Bataillon Azov racontant des meurtres de civils ukrainiens. 

Le prisonnier de guerre ukrainien du bataillon nazi Azov, Dmitry Kozatsky est un autre exemple:  il avait affirmé aux Russes que l’ordre d’assassiner les prisonniers de guerre russes avait été donné directement par le bureau du président Zelinski.

La frappe de Kiev est peut-être à la fois une tentative de les faire taire à jamais et d’intimider ceux qui ont survécu. 

Le régime de Kiev, comme nous y sommes habitués, lancé une campagne médiatique pour déclarer que l’attaque avait été menée par les Russes. 

La prétendue frappe russe a été expliquée par diverses raisons, notamment les tentatives des militaires de la République Populaire de Donetsk de dissimuler les tortures et les crimes commis contre les prisonniers de guerre ukrainiens. Cependant, de nombreux témoignages de prisonniers de guerre confirment qu’ils étaient en bonne santé et ont été bien traités.

Une vidéo montrant des obus HIMARS sur place ne laisse pourtant aucune place à une quelconque spéculation de la part de Kiev. Et le Pentagone a reconnu une frappe kiévienne mais “par erreur”. 

Un crime de guerre russe ? 

L’ancien président russe Medvedev réagit sur sa chaîne Telegram à la vidéo qui circule censée montrer un soldat russe en train de châtrer un prisonnier ukrainien:

“Des choses se passent à la guerre. Il arrive que des prisonniers de guerre soient torturés. Aucune armée au monde n’est épargnée.

Plusieurs questions se posent au sujet de la vidéo qui se répand aujourd’hui dans Telegram.
La première est. D’où vient la vidéo du côté ukrainien ?
Deuxièmement. La vidéo est-elle apparue accidentellement juste avant l’attaque prévue par l’armée ukrainienne [contre le camp de prisonniers “Azov] ?
Troisième question. Pourquoi la vidéo est-elle dispersée de manière synchrone par les chaînes TG ukrainiennes et les opposants russes ? S’agit-il d’une coïncidence ou d’un élément méthodologique ?

Quatrième question. Qui est réellement dans la vidéo ? Les gens n’ont pas d’accent spécifique, ethnique ou régional. Compte tenu du nombre de mercenaires du côté ukrainien, la vidéo aurait pu être tournée n’importe où.

Il est utile de rappeler ceci. Kiev a un problème évident : auparavant, il n’y avait que des vidéos de l’armée ukrainienne torturant des Russes dans le domaine public. Ils leur tirent dans les jambes, leur ouvrent la tête, les tuent avec un couteau dans l’œil. Brûlé vif, enchaîné à un hérisson anti-char.

Et maintenant cette vidéo avec un “prisonnier ukrainien” est apparue, très opportunément (du point de vue de l’absence d’opinion avant l’offensive).

Je l’ai mis entre guillemets car il y a trop de questions et de coïncidences. Et comme vous le savez, il n’y a pas de coïncidences. C’est juste le signe d’une sorte de complot. Dans ce cas, je regarde tout à travers le prisme de l’infoguerre.

Kiev a déjà essayé – sans succès – de montrer au monde les “atrocités des Russes”. Les centaines de femmes et d’enfants violés à Boutcha se sont révélés être le fantasme d’un fonctionnaire pervers. La frappe de la maternité de Marioupol s’est avérée être une fausse séance de photos, la frappe de missiles sur Kramatorsk, dont les Russes étaient accusés, s’est révélée être un crime des forces armées ukrainiennes, qui ont alors utilisé la Tochka-U.

En d’autres termes, la nécessité de disposer d’au moins quelques vidéos enregistrant les “atrocités des Moskals” est plus qu’évidente pour que le gouvernement ukrainien puisse poursuivre sa guerre de l’information.

Dans l’ensemble, la vidéo devrait être soigneusement analysée par les autorités chargées de l’enquête. Le bureau du procureur militaire et la police militaire. Si c’était un crime de guerre de notre part, les auteurs doivent être punis.

Et si c’est notre prisonnier, et que l’uniforme des bourreaux russes est un geste typique de Bandera ? Eh bien, quand les hommes de Bandera en uniforme du NKVD tuaient de paisibles paysans ? Alors la réponse est encore plus évidente. Pour trouver les bourreaux et les punir. De préférence selon la loi du temps de guerre

30 juillet 2022 

L’armée russe a détruit deux radars de contre-batterie des forces de Kiev qui avaient été fournis par les États-Unis, a annoncé le ministère russe de la Défense.

Les forces alliées russes et des deux Républiques poursuivent leur offensive le long des lignes de front de Bakhmout-Soledar-Seviersk.

Après que la centrale électrique d’Ouglegorskaïa était passée sous le contrôle de la République Populaire de Donetsk, les forces dirigées par les Russes ont avancé vers le village de Semigorie.

Le 30 juillet, l’état-major général des forces armées ukrainiennes a confirmé le retrait en cours de la bourgade de Semigorie. Selon le résumé du soir de l’armée ukrainienne, les districts orientaux du village sont complètement passés sous le contrôle de l’armée russe et de ses alliés.

Les positions militaires, renforcées ces derniers jours, de l’armée ukrainienne à Bakhmout sont déjà bombardées par des tirs précis de l’artillerie russe depuis la ville de Pokrovskoïe située à la périphérie ouest de la ville qui est récemment passée sous le contrôle de la République Populaire de Donetsk. Après avoir avancé dans Pokrovskoïe, les forces dirigées par les Russes ont pris le contrôle du village de Klinovie situé au sud.

Dans la périphérie sud-est de Bakhmout, la bataille principale se poursuit sur les lignes de front Veselaïa Dolina – Zaitsevo.

Les affrontements se poursuivent dans la région du village de Veselaïa Dolina. Au sud, les forces dirigées par la Russie s’approchent de Zaitsevo par l’est.

Le 30 juillet, les premiers rapports affirment que le village de Verchina est passé sous le contrôle de la République de Donetsk. Dans la matinée, l’état-major général des forces armées ukrainiennes a confirmé les actions offensives des forces alliées dans la direction de Bakhmout, notant un succès partiel dans la zone du village de Verchina. Plus tôt, le 28 juillet, l’armée ukrainienne avait confirmé que les Forces armées de la Fédération de Russie avaient pris le contrôle des quartiers nord-est du village. Les affrontements se poursuivent à la périphérie de Verchina et les militaires de la République Populaire de Donetsk n’ont pas encore revendiqué le contrôle. La 72e brigade motorisée séparée des forces armées ukrainiennes aurait subi de lourdes pertes et aurait presque perdu sa capacité de combat.

Le contrôle du village de Verchina ouvre la voie à une offensive russe sur Zaitsevo et à une nouvelle attaque sur les positions de l’AFU à Veselaïa Dolina depuis la direction du sud. Actuellement, les groupes d’assaut russes et de la République populaire de Donetsk ne peuvent pas s’approcher de Veselaïa Dolina depuis l’est à partir de leurs positions à Klinovie en raison des tranchées ukrainiennes qui ont été lourdement fortifiées par les Kiéviens au cours des huit dernières années.

Incapables d’arrêter les forces dirigées par les Russes dans la campagne, les troupes kiéviennes renforcent traditionnellement leurs positions militaires dans les rues des localités. Se préparant à la bataille de Bakhmout, les forces ukrainiennes bloquent les rues et établissent des postes de tir dans les bâtiments résidentiels.

Nous avons reproduit ce long récit de la bataille aux abords de Bakhmout car il fait comprendre la forme de la guerre qui se déroule actuellement dans le Donbass. 

C’est d’autant plus important à comprendre que nous autres Occidentaux  avons les yeux pleins d’images d’une “Blitzkrieg” fantasmée, des guerres d’Irak vues comme des avancées triomphales en quelques semaines et des jeux vidéos où un seul héros un peu entraîné au maniement des boutons, peut faire des cartons. 

La guerre, c’est autre chose: sur le long terme, les Américains ont perdu, en Irak comme en Afghanistan. Les Russes, eux, ont l’intention de rester durablement en Nouvelle Russie. Ils avancent donc lentement, non seulement parce que l’ennemi est enterré dans des tranchées mais parce qu’ils ne veulent laisser aucun combattant ennemi dans les territoires conquis. 

31 juillet 2022 

+ Les Kiéviens ont envoyé un drone lâcher une charge explosive sur le Quartier Général de la Marine à Sébastopol, quelques heures avant la parade pour la Fête de la Marine russe. Six personnes ont été blessées. la cérémonie qui devait avoir lieu à Sébastopol a été annulée. 

+ Vladimir Poutine a présenté ce matin la nouvelle doctrine de la marine russe et confirmé la mise en service prochaine des missiles hypersoniques Zircon. 

+ L’artillerie russe pilonne les positions kiéviennes à Avdeïevka

+ Les tirs de précision de l’armée russe ont abouti à la destruction d’entrepôts, de casernes et centres d’entraîneement à KharkovNikolaïev et Kherson. A Nikolaïev, l’oligarque proche de Porochenko, Vadatourski, a perdu la vie. 

Selon @rybar: 

 Dans le nord de la région de Kharkov, des informations se répandent parmi la population locale sur la contre-offensive de l’armée ukrainienne sur Kozacha Lopan. Des combats de position ont lieu près de Tcherkaski Tichki et Veselie.

 Des combats de position ont lieu à Bakhmout, à la périphérie est de Soledar et dans la banlieue de Bakhmut (Artiomovsk).

 Les forces alliées progressent  pour dégager Donetsk : un bastion près d’Avdievka a été occupé près de la mine de Boutivka. Des combats ont lieu à la périphérie de Piski.

 Les commandants ukrainiens tentent de détourner l’attention des forces alliées de la direction d’Avdievka. Un peloton de la 110e brigade mécanisée ukrainienne, soutenu par deux chars, tente une contre-attaque près de Spartak.

 Des systèmes antichars de fabrication occidentale ont été fournis aux positions avancées des Kiéviens à Orikhove, Novoandrievka, Kamïanskie dans la région de Zaporojie.

 Dans la direction Nikolaïev-Krivoï-Rog, un groupe de combattants du 18e bataillon de la 35e brigade d’infanterie de marine a tenté de reprendre pied à Andrievka, mais a subi des pertes et a battu en retraite.

 Dimanche soir, les troupes russes ont lancé une attaque à la roquette aux abords de l’aéroport d’Odessa.

+ Le sujet n’est jamais abordé par les médias subventionnés: je recommande la vidéo de George Eliason, journaliste américain actuellement sur le terrain dans le Donbass, sur le régime de terreur imposé par Vladimir Zelenski à la population ukrainienne pour éviter qu’elle bascule majoritairement du côté des Russes. 

l’Ukraine interdit à ses banques de publier les taux de change entre la grivna et les principales monnaies du monde.  L’Ukraine est pratiquement en défaut de paiement

 

L'Ukraine vidée de son or par les Occidentaux

De la russophobie ordinaire

+ “Je déteste les Russes” : Diplomate norvégienne en Russie, Elisabeth Ellingsen, a piqué une colère dans un hôtel à Mourmansk parce que le nettoyage de sa chambre “a pris beaucoup trop de temps” et parce que sa chambre était sale: “Vous savez que je suis habituée aux chambres propres, je viens de Scandinavie, pas comme une femme russe qui nettoie comme elle peut“. La russophobie a remplacé l’antisémitisme de l’entre-deux-guerres pour cristalliser le malaise existentiel des Occidentaux. Le ministère norvégien en charge des Affaires étrangères a présenté des excuses

Le gouvernement norvégien a refusé de fournir à Kiev environ cinq milliards de mètres cubes de gaz pour la saison de chauffage de 2022-2023. Malgré le fait que M. Zelensky ait tenu bon devant le parlement norvégien et exprimé sa confiance dans la coopération bilatérale à long terme dans ce domaine, les dirigeants norvégiens, après avoir consulté leurs représentants de l’industrie pétrolière et gazière tels qu’Ekinor, Statoil, ont ouvertement fait état de graves préoccupations et de la faible rentabilité des projets communs en raison de la corruption à grande échelle dans le secteur énergétique ukrainien.

+ La Commission Européenne pousse un plan de réduction généralisée de 15% de la consommation de gaz cet hiver dans l’ensemble de l’UE si la Russie devait réduire ses livraisons. La Hongrie s’y oppose. 

+ Je reçois cette information: “Si vous êtes un homme Ukrainien avec des connaissances particulièrement (chimiste, médecin, routier, …). Les patrons européens vous embauchent et ainsi vous êtes exemptés d’armée. Une connaissance qui est docteur en chimie a eu un emploi en Allemagne donc passage de la frontière avec un grand sourire“. 

Elle m’inspire ce commentaire: pour le patronat allemand, la main d’œuvre ukrainienne est depuis longtemps un recours face à la montée des salaires dans le hinterland immédiat d’Europe Centrale. C’est pourquoi je ne crois pas que les Allemands soient seulement soumis aux Américains dans cette affaire. Ils ont été co-acteurs de la destruction occidentale de l’Ukraine depuis la révolution orange. Si l’on ne voit pas cela, on ne comprend pas le rôle moteur de l’Allemagne et de l’UE dans le coup de Maïdan. Là où les technocrates de l’Union Européenne sont surpris, c’est qu’ils avaient oublié que, lorsqu’il n’est plus contenu par la souveraineté nationale et l’état de droit – qui protègent l’économie de marché accessible à tous – “le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage” selon la célèbre formule de Jean Jaurès. 

L’Ukraine dépouillée de son or par les Occidentaux 

+Pour mieux comprendre l’attitude fondamentale  des Occidentaux face à l’Ukraine, un bon résumé de  Drago Bosnic:

Le pillage de l’Ukraine se poursuit depuis plus de trois décennies maintenant. Depuis les événements malheureux de la fin des années 1980 et du début des années 1990, le pays a été la cible de diverses entités de l’Occident politique. L’économie, le potentiel scientifique, les ressources naturelles et le peuple ukrainien lui-même ont été soumis à l’un des pires cas d’exploitation de l’histoire récente. L’économie a été pillée par les oligarques corrompus, tandis que le pays a connu une grave fuite des cerveaux, entraînant une dégradation complète de son potentiel scientifique, autrefois de premier ordre, malgré le fait que les institutions scientifiques du pays étaient essentielles dans des projets comme l’exploration spatiale, qui était de première importance pour l’humanité entière.

Les vastes ressources naturelles de l’Ukraine sont encore volées aujourd’hui, tandis que la population du pays a énormément souffert, étant soumise à diverses formes d’exploitation brutale. Des millions de jeunes filles et de femmes ukrainiennes ont été contraintes de se prostituer, fournissant ainsi un approvisionnement constant en esclaves sexuels pendant des décennies. Tout cela a conduit à un déclin catastrophique de la population, qui est passée de 52 millions en 1991 à 41 millions en 2021, soit une baisse stupéfiante de 21 % en seulement 30 ans. Et alors qu’il semblait que les choses ne pouvaient pas empirer, l’Occident politique est intervenu en 2014 et a installé un gouvernement fantoche rempli d’un mélange volatile d’oligarques corrompus et d’organisations ouvertement néonazies, plongeant le pays dans une guerre avec sa propre population, et préparant le terrain pour un conflit avec la Russie, une superpuissance militaire en possession du plus puissant arsenal nucléaire du monde.

À l’heure actuelle, alors que l’Ukraine n’a plus grand-chose à se mettre sous la dent, le régime de Kiev a décidé de céder les derniers vestiges de la richesse nationale du pays – ses réserves d’or. Selon Gold Seek, le régime de Kiev a récemment remis aux États-Unis au moins 12 milliards de dollars de réserves d’or ukrainiennes. Il semblerait que ce soit les dernières réserves d’or du pays. Depuis que la Russie a commencé son opération militaire spéciale en février, l’Occident politique, dirigé par les États-Unis, s’est approprié des dizaines de milliards de dollars des réserves de devises et d’or de l’Ukraine. Après avoir reçu des dizaines de milliards de dollars en soi-disant “aide militaire”, ainsi que des financements pour ses institutions gouvernementales, le régime de Kiev a été contraint de renoncer à ses réserves d’or comme condition à toute “assistance” des États-Unis et de l’UE.

L’auteur du rapport, Chris Powell, secrétaire-trésorier du Gold Anti-Trust Action Committee Inc, a déclaré : “Depuis que la Russie a commencé son attaque sur le territoire ukrainien non criméen en février, les États-Unis et leurs alliés ont alloué des dizaines de milliards de dollars d’aide militaire et humanitaire à l’Ukraine. Alors pourquoi l’Ukraine devrait-elle vendre ses réserves d’or, à moins que cela ne soit une condition de toute cette aide américaine et européenne, d’autant plus que les États-Unis ont déjà pris possession de l’or ukrainien ?

Dépouiller les blessés de leurs objets de valeur en temps de guerre suggère toujours la cupidité ou le désespoir – comme le désespoir de maintenir le prix de l’or à un niveau bas pour soutenir le dollar américain et les autres monnaies occidentales…”

La semaine dernière, Reuters a également rapporté que le régime de Kiev avait remis l’or du pays. Selon ce rapport, la Banque centrale d’Ukraine a vendu 12,4 milliards de dollars de réserves d’or depuis le début de l’opération militaire spéciale de la Russie le 24 février, a déclaré le 17 juillet le directeur adjoint de la banque.

“Nous vendons (cet or) pour que nos importateurs puissent acheter les biens nécessaires au pays”, a déclaré la vice-gouverneure Kateryna Rozhkova à la télévision nationale. Elle a déclaré que l’or n’était pas vendu pour soutenir la monnaie ukrainienne, la hryvnia.

Le régime de Kiev est sous perfusion financière (et sous d’autres formes) depuis des années, car il gère très mal l’économie depuis près de dix ans. L’Occident politique a manifestement voulu s’assurer qu’il drainait la dernière goutte du sang de ce malheureux pays, en plus de mettre en place une sorte de police d’assurance pour garantir que sa soi-disant “aide” n’était pas fournie gratuitement. Avec l’avancée constante des forces russes et de la DNR/LNR dans le Donbass, il est très peu probable que le régime survive au-delà de 2022, et encore moins qu’il l’emporte, d’autant plus que la soi-disant “aide militaire” qu’il a obtenue s’est avérée efficace uniquement dans la guerre de propagande. Malgré les efforts déployés par le régime de Kiev et les médias d’État occidentaux pour présenter les armes fournies comme susceptibles de changer la donne, au-delà de certains succès tactiques, elles se sont révélées largement sans conséquence.

Selon divers rapports, l’armée russe a déjà détruit la plupart des armes envoyées par l’Occident politique et ses nombreux États satellites. En plus de se débarrasser de matériel rouillé et ancien, ce qui profite directement aux complexes militaro-industriels de l’OTAN (principalement les États-Unis), l’Occident politique a également l’occasion de vendre des armes plus récentes, en particulier des avions de chasse, pour remplacer les anciennes plates-formes, tout en prenant une plus grande part du marché mondial de l’armement, extrêmement rentable. Et c’est précisément le régime de Kiev qui paie pour cela avec l’argent, les ressources et maintenant l’or gagnés par d’innombrables générations d’Ukrainiens. Pire encore, la population elle-même le paie dans le sang, car les hommes ukrainiens sont essentiellement kidnappés et envoyés vers une mort presque certaine dans un combat qu’ils ne peuvent espérer gagner.”

Comme les BRICS, l'Organisation pour la Coopération de Shanghai va structurer le monde du 21è siècle

Emmanuel Macron dépassé par la complexité de la géopolitique mondiale

+ A regarder, cet entretien accordé par Marc Endeweld à l’occasion de la sortie de son ouvrage sur les origines de la guerre d’Ukraine. Endeweld ne brise pas le consensus occidental sur les origines du conflit. Il ne voit pas non plus ce qui se passe en Eurasie ni le basculement du monde non-occidental vers la Russie. Mais il a bien compris une chose: la centralité de la question nucléaire,civile et militaire. Zelenski a voulu passer d’une coopération avec les Russes à une coopération avec les Américains. Plus la provocation absolue, celle du discours de Munich le 19 février, où Z menace la Russie d’une renucléarisation militaire de son pays

+ Visiblement, le succès rencontré par Sergueï Lavrov en Afrique  ne plait pas à Emmanuel Macron, qui s’est laissé aller à parler de néocolonialisme à propos de la Russie

Peut-être le président français devrait-il écouter le long entretien accordé par Jean de Giniasty, ancien ambassadeur de France en Russie, qui explique à www.les-crises.fr pourquoi “diplomatie” et “volonté d’imposer ses valeurs”, c’est incompatible. 

+ Une crise de nerfs de plus! L’UEFA n’est pas contente: les supporters du club turc de Fehnace ont scandé le nom de Vladimir Poutine lors d’un match de leur équipe contre le Dynamo de Kiev. 

+ Changement d’époque: le jour où la Biélorussie rappelle son ambassadeur à Londres, suite à des “mesures hostiles” du gouvernement britannique, l’accession du pays à l’Organisation de la Coopération de Shanghai (voir la carte ci-dessus) est discutée à la réunion de Tachkent.  (la candidature de l’Iran est examinée, aussi)

+La Russie prévoit d’allouer 30 milliards de dollars aux chemins de fer vers la Chine, le Kazakhstan et la Mongolie.

Le projet d’investissement du ministère des transports prévoit la construction de 369 km de voies ferrées dans la Fédération de Russie, écrit Vedomosti.

Trois mille autres kilomètres de voies seront posés sur le territoire chinois, kazakh et mongol.

Pour augmenter le trafic de marchandises sur les voies ferrées, de nouveaux postes frontières seront reconstruits et les anciens seront remis en service.

La proposition du ministère des transports constituera la base du modèle gouvernemental de développement de la Russie dans les nouvelles conditions géopolitiques.

+ Pour échapper au contrôle occidental, des tankers russes transfèrent leurs cargaisons de pétrole à des tankers chinois en plein océan atlantique

 

Un article de Pepe Escobar à lire absolument

+ Selon Pepe Escobar, la Russie va remplacer les turbines de Siemens, pour ses centrales électriques, par des turbines iraniennes. 

+ On lira aussi le dernier papier publié par Pepe Escobar: “En allant à Samarkand”:

La réunion du Conseil ministériel de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui s’est tenue à Tachkent vendredi dernier, a porté sur des affaires très sérieuses. Il s’agissait de la réunion préparatoire clé avant le sommet de l’OCS qui se tiendra à la mi-septembre dans la légendaire Samarkand, où l’OCS publiera une “Déclaration de Samarkand” très attendue.

Comme on pouvait s’y attendre, ce qui s’est passé à Tachkent n’a pas été rapporté par l’Occident collectif et n’a toujours pas été digéré par une grande partie de l’Est.

Une fois encore, c’est au ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, qu’il revient d’aller droit au but. Le plus grand diplomate du monde, au milieu du drame tragique de l’ère de la non-diplomatie, des menaces et des sanctions inventée par les Américains, a mis en évidence les deux thèmes principaux qui se chevauchent et qui font de l’OCS l’une des organisations clés sur la voie de l’intégration de l’Eurasie.

L’interconnectivité et “la création de corridors de transport efficaces”. La guerre des corridors économiques est l’une des caractéristiques essentielles de la 21ème
Dessin “la feuille de route pour l’augmentation progressive de la part des monnaies nationales dans les règlements mutuels”.
C’est pourtant lors de la session Q@A que Lavrov a, à toutes fins utiles, détaillé toutes les grandes tendances de l’état actuel, incandescent, des relations internationales. Voici les principaux points à retenir.

Dans quelle mesure êtes-vous à l’aise avec le dollar américain ?

Afrique : “Nous sommes convenus de soumettre aux dirigeants, pour examen, des propositions d’actions spécifiques pour passer à des règlements en monnaies nationales. Je pense que tout le monde va maintenant y réfléchir. L’Afrique a déjà une expérience similaire : des monnaies communes dans certaines structures sous-régionales, qui, néanmoins, dans l’ensemble, sont liées aux monnaies occidentales. À partir de 2023, une zone de libre-échange continentale commencera à fonctionner sur le continent africain. Une étape logique serait de la renforcer par des accords monétaires.”

Le Belarus – et bien d’autres – est impatient de rejoindre l’OCS : “Il existe un large consensus sur la candidature biélorusse (…) Je l’ai ressenti aujourd’hui. Il y a un certain nombre de prétendants au statut d’observateur, de partenaire de dialogue. Certains pays arabes montrent un tel intérêt, tout comme l’Arménie, l’Azerbaïdjan et un certain nombre d’États asiatiques.”

La diplomatie du grain : “En ce qui concerne la question des céréales russes, ce sont les sanctions américaines qui n’ont pas permis la pleine application des contrats signés en raison des restrictions imposées : Les navires russes sont interdits d’accès à un certain nombre de ports, il y a une interdiction pour les navires étrangers d’entrer dans les ports russes pour prendre des cargaisons d’exportation, et les taux d’assurance ont augmenté (…) Les chaînes financières sont également interrompues par les sanctions illégitimes des États-Unis et de l’UE. En particulier, la Rosselkhozbank, par laquelle transitent tous les principaux règlements des exportations alimentaires, a été l’une des premières à figurer sur la liste des sanctions. Le secrétaire général de l’ONU, A. Guterres, s’est engagé à supprimer ces obstacles pour faire face à la crise alimentaire mondiale. Voyons voir.”

Taiwan : “Nous n’en discutons pas avec notre collègue chinois. La position de la Russie sur l’existence d’une seule Chine reste inchangée. Les États-Unis confirment périodiquement la même ligne en paroles, mais dans la pratique, leurs ‘actes’ ne coïncident pas toujours avec les paroles. Nous n’avons aucun problème à défendre le principe de la souveraineté chinoise.”

L’OCS doit-elle abandonner le dollar américain ? “Chaque pays de l’OCS doit décider lui-même dans quelle mesure il se sent à l’aise de dépendre du dollar, en tenant compte du manque absolu de fiabilité de cette monnaie pour d’éventuels abus. Les Américains y ont eu recours plus d’une fois à l’égard d’un certain nombre d’États.”

Pourquoi l’OCS est importante : “Il n’y a pas de leaders et de suiveurs dans l’OCS. Il n’y a pas de situations dans l’organisation comme dans l’OTAN, lorsque les États-Unis et leurs alliés les plus proches imposent une ligne ou une autre à tous les autres membres de l’alliance. Dans l’Organisation de coopération de Shanghai, la situation que nous observons actuellement dans l’UE n’existe pas : des pays souverains sont littéralement “assommés”, on leur demande soit de cesser d’acheter du gaz, soit d’en réduire la consommation en violation des plans et des intérêts nationaux.”

M. Lavrov a également tenu à souligner comment “d’autres structures dans l’espace eurasiatique, par exemple l’UEE et les BRICS, sont fondées et fonctionnent sur les mêmes principes” que l’OCS. Il a également évoqué la coopération cruciale avec les dix pays membres de l’ANASE.

Il a ainsi préparé le terrain pour le clou du spectacle : “Tous ces processus, interconnectés, contribuent à former le grand partenariat eurasiatique, dont le président Vladimir Poutine a parlé à plusieurs reprises. Nous y voyons un avantage pour l’ensemble de la population du continent eurasiatique.” (…)

La véritable grande histoire des années folles est la façon dont l’opération militaire spéciale (OMS) en Ukraine a de facto donné le coup d’envoi de “tous ces processus”, comme l’a mentionné Lavrov, menant simultanément à l’inexorable intégration de l’Eurasie.

Une fois de plus, il a dû rappeler deux faits fondamentaux qui continuent d’échapper à toute analyse sérieuse à travers l’Occident collectif :

Fait 1 : “Toutes nos propositions visant à leur retrait [en référence aux moyens d’expansion de l’OTAN] sur la base du principe du respect mutuel des intérêts de sécurité ont été ignorées par les États-Unis, l’UE et l’OTAN.”

Fait 2 : “Lorsque la langue russe a été interdite en Ukraine, et que le gouvernement ukrainien a promu les théories et pratiques néonazies, l’Occident ne s’est pas opposé, mais, au contraire, a encouragé les actions du régime de Kiev et a admiré l’Ukraine en tant que ‘bastion de la démocratie’. Les pays occidentaux ont fourni des armes au régime de Kiev et ont planifié la construction de bases navales sur le territoire ukrainien. Toutes ces actions visaient ouvertement à contenir la Fédération de Russie. Cela fait dix ans que nous avertissons que c’est inacceptable.”

Il est également approprié que Lavrov remette une fois de plus l’Afghanistan, l’Irak et la Libye dans leur contexte : “Rappelons l’exemple de l’Afghanistan, où même les cérémonies de mariage ont fait l’objet de frappes aériennes, ou de l’Irak et de la Libye, où l’État a été complètement détruit et où de nombreuses vies humaines ont été sacrifiées. Lorsque des États qui ont facilement mené une telle politique font maintenant des histoires à propos de l’Ukraine, je peux en conclure que la vie des Afghans et des Arabes ne signifie rien pour les gouvernements occidentaux. C’est regrettable. Les doubles standards, ces instincts racistes et coloniaux doivent être éliminés.”

Poutine, Lavrov, Patrushev, Madvedev ont tous souligné ces derniers temps le caractère raciste et néocolonial de la matrice OTANstan. L’OCS et d’autres organisations pan-eurasiennes jouent un jeu complètement différent – respectueux, consensuel. Et c’est pourquoi elles attirent toute l’attention de la plupart des pays du Sud. Prochain arrêt : Samarkand.”

 

Un contributeur du Guardian parle ouvertement du fiasco des sanctions occidentales

Simon Jenkins, dans le Guardian, a presque tout compris (il croit encore que les Russes ont des difficultés militaires; mais personne n’est parfait…..): 

Les sanctions occidentales contre la Russie sont la politique la plus mal conçue et la plus contre-productive de l’histoire internationale récente. L’aide militaire à l’Ukraine est justifiée, mais la guerre économique est inefficace contre le régime de Moscou, et dévastatrice pour ses cibles involontaires. Les prix mondiaux de l’énergie s’envolent, l’inflation monte en flèche, les chaînes d’approvisionnement sont chaotiques et des millions de personnes sont privées de gaz, de céréales et d’engrais. Pourtant, la barbarie de Vladimir Poutine ne fait que s’intensifier, tout comme son emprise sur son propre peuple.

Critiquer les sanctions occidentales est proche de l’anathème. Les analystes de la défense sont muets sur le sujet. Les groupes de réflexion stratégique sont silencieux. Les leaders putatifs de la Grande-Bretagne, Liz Truss et Rishi Sunak, rivalisent de rhétorique belliqueuse, promettant des sanctions toujours plus dures sans un mot d’intention. Pourtant, faites allusion au scepticisme sur le sujet et vous serez excorié comme “pro-Poutine” et anti-Ukraine. Les sanctions sont le cri de guerre de la croisade de l’Occident.

La réalité des sanctions contre la Russie est qu’elles invitent à des représailles. Poutine est libre de geler l’Europe cet hiver. Il a réduit jusqu’à 80 % l’approvisionnement des principaux pipelines tels que le Nord Stream 1. Les prix mondiaux du pétrole ont grimpé et le flux de blé et d’autres denrées alimentaires de l’Europe de l’Est vers l’Afrique et l’Asie a été pratiquement suspendu.

Les factures de gaz domestique de la Grande-Bretagne risquent de tripler en un an. Le principal bénéficiaire n’est autre que la Russie, dont les exportations d’énergie vers l’Asie ont explosé, entraînant sa balance des paiements dans un excédent sans précédent. Le rouble est l’une des monnaies les plus fortes du monde cette année, s’étant renforcé de près de 50 % depuis janvier. Les avoirs de Moscou à l’étranger ont été gelés et ses oligarques ont déménagé leurs yachts, mais rien n’indique que Poutine s’en soucie. Il n’a pas d’électorat pour l’inquiéter.

L’interdépendance des économies mondiales, si longtemps considérée comme un instrument de paix, est devenue une arme de guerre. Les politiciens autour de la table de l’OTAN ont été sagement prudents quant à l’escalade de l’aide militaire à l’Ukraine. Ils comprennent la dissuasion militaire. Pourtant, ils semblent être de parfaits ingénieurs en économie. Ici, ils sont tous des perroquets du Dr Strangelove. Ils veulent bombarder l’économie russe pour la ramener à l’âge de pierre.

Je serais curieux de savoir si un document a été soumis au cabinet de Boris Johnson pour prévoir l’issue probable des sanctions russes pour la Grande-Bretagne. L’hypothèse semble être que si les embargos commerciaux font mal, ils fonctionnent. Comme ils ne tuent pas directement les gens, ils constituent en quelque sorte une forme acceptable d’agression. Elles reposent sur l’hypothèse néo-impériale selon laquelle les pays occidentaux ont le droit d’ordonner le monde comme ils le souhaitent. Elles sont appliquées, sinon par des canonnières, du moins par la force capitaliste dans une économie mondialisée. Étant donné qu’elles sont le plus souvent imposées à des États petits et faibles qui ne font pas la une des journaux, leur objectif est essentiellement un symbole de “bien-être”.

L’historien américain Nicholas Mulder, spécialiste de l’économie, est l’un des rares à étudier ce sujet. Il souligne que plus de 30 “guerres” de sanctions au cours des 50 dernières années ont eu un impact minimal, voire contre-productif. Elles sont destinées à “intimider les peuples pour qu’ils retiennent leurs princes”. Elles ont plutôt eu l’effet inverse. De Cuba à la Corée, du Myanmar à l’Iran, du Venezuela à la Russie, les régimes autocratiques ont été consolidés, les élites renforcées et les libertés écrasées. Les sanctions semblent inculquer la stabilité et l’autosuffisance même à leurs victimes les plus faibles. Presque toutes les plus anciennes dictatures du monde ont bénéficié des sanctions occidentales.

(…) Un autre observateur, Richard Connolly, spécialiste de la Russie au Royal United Services Institute, a dressé le tableau de la réponse de Poutine aux sanctions qui lui ont été imposées depuis sa prise de contrôle de la Crimée et du Donbas en 2014. Leur objectif était de modifier la trajectoire de la Russie dans ces régions et de dissuader toute nouvelle agression. Leur échec pourrait difficilement être plus flagrant. Les apologistes expliquent cet échec par le fait que les embargos étaient trop faibles. Les embargos actuels, qui sont peut-être les plus sévères jamais imposés à une grande puissance mondiale, ne sont peut-être pas encore efficaces, mais ils le seront apparemment avec le temps. On dit qu’ils privent la Russie de puces électroniques et de pièces de rechange pour les drones. Ils vont bientôt faire en sorte que Poutine supplie pour la paix.

Si Poutine supplie, ce sera sur le champ de bataille. Sur le plan intérieur, Connolly montre comment la Russie “s’adapte lentement à sa nouvelle situation”. Les sanctions ont favorisé le commerce avec la Chine, l’Iran et l’Inde. Elles ont profité “aux initiés liés à Poutine et à l’entourage du pouvoir, qui réalisent d’énormes profits grâce à la substitution des importations”. Les restaurants McDonald’s du pays ont été remplacés par une chaîne russe appelée Vkusno & tochka (“Savoureux et c’est tout”). Bien sûr, l’économie est plus faible, mais Poutine est, en tout cas, plus fort, tandis que les sanctions donnent de la cohérence à un nouveau royaume économique à travers l’Asie, embrassant un rôle toujours plus important pour la Chine. Était-ce une prévision ?

Pendant ce temps, l’Occident et ses peuples ont été plongés dans la récession. Le leadership a été ébranlé et l’insécurité s’est répandue en Grande-Bretagne, en France, en Italie et aux États-Unis. L’Allemagne et la Hongrie, en manque de gaz, sont sur le point de suivre la voie tracée par Poutine. Le coût de la vie augmente partout. Et pourtant, personne n’ose remettre en question les sanctions. C’est un sacrilège d’admettre leur échec ou de concevoir une retraite. L’Occident s’est laissé entraîner dans l’éternelle ironie de l’agression. Finalement, sa victime la plus visible est l’agresseur. Peut-être, après tout, devrions-nous nous en tenir à la guerre.”

Rosatom vient de signer un contrat en Turquie pour la mise en place d’une centrale qui produira 10% du besoin en électricité du pays. Deux autres contrats sont à l’étude. 

xi jinping et poutine

Moscou solidaire de Pékin à propos de Taïwan

+ Le porte parole du Kremlin a fait savoir vendredi 29 juillet que Moscou était solidaire de Pékin dans la crise de Taïwan

Lu dans le Global Times:

Ces derniers jours, la Chine a mis en garde les États-Unis à six reprises contre le plan de Mme Pelosi, par l’intermédiaire de différents ministères et canaux. Lundi, le ministère chinois des Affaires étrangères a utilisé l’expression “yanzhen yidai” (Nous sommes pleinement préparés à toute éventualité) qui se traduit littéralement par “rationaliser la formation de l’armée pour attendre l’ennemi”, et le ministère de la Défense a déclaré que l’APL “ne restera pas les bras croisés” si Pelosi se rend à Taïwan. Hu Xijin, commentateur au Global Times, a déclaré que les récentes réponses de la Chine, y compris les deux expressions rares, ont envoyé le message que Pékin est déterminé à faire échouer le projet de Pelosi de visiter l’île de Taiwan.

Hu a cité quelques précédents où les deux expressions ont été utilisées.

Avant la guerre de résistance à l’agression américaine et d’aide à la Corée (1950-53), Zhou Enlai, alors premier ministre, avait averti que la Chine ne resterait pas les bras croisés si les troupes américaines franchissaient le 38e parallèle.

En 1964, le gouvernement chinois a mis en garde les États-Unis après l’incident du golfe du Tonkin en utilisant la même phrase, les exhortant à cesser de se diriger vers ce qui était alors la République démocratique du Viêt Nam.

L’expression “yanzhen yidai”, que le ministère des affaires étrangères a traduite par “entièrement préparé à toute éventualité”, suggère que la préparation n’est pas une mobilisation militaire ou une préparation logistique, mais plutôt le fait d’avoir tout le personnel en place et toutes les munitions prêtes pour un éventuel conflit, selon M. Hu.

Lü Xiang, chercheur à l’Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré au Global Times que “comme le statu quo a déjà été rompu par les États-Unis en raison de la visite de Pelosi, la Chine va activement façonner un nouveau statu quo”.

La Chine tirera le meilleur parti des erreurs des États-Unis, par le biais de mesures globales, y compris sur le plan militaire, en vue de prendre pleinement le contrôle de la situation dans le détroit de Taïwan pour mieux promouvoir le processus de réunification à l’avenir, a déclaré l’expert.

Si Mme Pelosi se rend sur l’île de Taïwan, les scénarios possibles sont les suivants : des avions de chasse de l’APL interceptent l’avion de Mme Pelosi et l’escortent jusqu’au continent, l’APL déclare les zones aériennes et maritimes autour de l’île de Taïwan comme zones d’exercice militaire interdites, ou organise des exercices militaires à grande échelle autour de l’île de Taïwan, y compris dans les eaux entre l’île de Taïwan et le Japon ainsi qu’entre l’île de Taïwan et Guam, selon les experts militaires.

Le fiasco de la politique étrangère de l’équipe Biden est total: les perspectives d’accord avec l’Iran ont du plomb dans l’aile. La guerre d’Ukraine tourne à l’avantage de la Russie. Et Mamdame Pelosi n’a pas pu se rendre à Taïwan.  

La semaine diplomatique de M.K. Bhadrakumar

Tensions entre Russie et Israël

” (…) [En fermant les bureaux de l’Agence Juive en Russie], la Russie fait claquer le fouet à un moment très sensible. Un Premier ministre israélien incapable de servir les intérêts de la diaspora juive n’est pas exactement en train de se glorifier en politique intérieure.

En effet, cette évolution n’a rien à voir avec la bigoterie contre les Juifs. Sous le régime de Netanyahou, Poutine avait l’habitude de s’associer personnellement aux événements juifs en Israël. Poutine était conscient de l’influence de la communauté juive de souche qui avait émigré en Israël et considérait qu’elle faisait partie de la mère patrie et constituait un atout pour la Russie.

Il est concevable que les intérêts de la Russie en matière de sécurité nationale soient impliqués ici. Selon le Congrès juif mondial, l’Ukraine abrite entre 56 000 et 140 000 Juifs. Les Juifs ukrainiens sont présents dans toute la société ukrainienne, y compris dans les hautes fonctions de l’État, le président Vladimir Zelenski étant lui-même l’un d’entre eux.

Quant à la Russie, sa population juive est estimée à environ 165 000 personnes, ce qui en fait la sixième plus grande communauté juive en dehors d’Israël. Les communautés juives d’Ukraine et de Russie ont des liens de parenté historiques. Il est possible que la position hostile et anti-russe des Israéliens et des Ukrainiens ait touché des nerfs à vif à Moscou. La presse israélienne a fait état de “volontaires” partant en Ukraine pour combattre les forces russes. (…)

Le gouvernement israélien prétend être “neutre”, mais il est membre de la “coalition des volontaires” du secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, qui combat les forces russes en Ukraine.

On peut parler de trapèze, d’équilibre ou de double jeu, mais Moscou ne peut se permettre d’ignorer les réalités du terrain, compte tenu du lien entre les services de renseignement américains et israéliens. En bref, il est possible que les agents de l’Agence juive en Russie aient eu une liaison secrète avec les services de renseignement américains.

À partir de février-mars, Moscou a commencé à déraciner tous les vestiges du renseignement américain du sol russe, y compris le centre Carnegie de Moscou. Il est tout à fait concevable que la CIA ait eu un plan de “secours” et que des “cellules dormantes” en Russie aient été manipulées par des associés. Il n’en reste pas moins que l’Agence juive a également un bureau à Kiev et que l’armée israélienne gère un hôpital pour soigner les soldats ukrainiens blessés.  (…)

La détérioration des relations russo-israéliennes survient à un moment où la sécurité régionale en Asie occidentale est en transition. Sur un plan plus large, il s’agit également d’une période de transformation de la géopolitique de la région. Le fait que Biden se soit fait sèchement rembarrer à Djeddah lorsqu’il a essayé de vendre l’idée d’une alliance régionale anti-Russie et anti-Chine parle de lui-même.

Par conséquent, dans cette prise de bec, Israël sera le perdant. Quant à la Russie, un irritant potentiel dans ses liens avec l’Iran – les équations russo-israéliennes en Syrie – est en train de disparaître. Cela pourrait avoir un impact mesurable sur la situation en Syrie, qu’Israël bombarde, sans provocation, depuis 2017. La Russie a jeté son filet en Asie occidentale et ses succès diplomatiques ne vont pas être affectés à cause de cette brouille avec Israël.

Israël aurait dû agir suffisamment tôt lorsque le petit nuage d’Elie, “aussi petit qu’une main d’homme”, a été repéré en mai lorsque les inspecteurs russes sont arrivés sur le seuil de l’Agence juive à Moscou. Tel Aviv ne s’attendait probablement pas à ce que les choses fassent boule de neige.

Il est clair que le réflexe israélien a été de se taire. Cela témoigne de la nervosité des services de renseignement israéliens;comme si leurs homologues russes avaient mis la main sur quelque chose de très peu recommandable“.

Retour sur l’accord pour l’exportation du grain depuis Odessa

 La controverse était inévitable lorsque la Russie a tiré quatre missiles Kalibr de haute précision et détruit l’infrastructure militaire ukrainienne dans le port d’Odessa, un jour seulement après la signature à Istanbul de l’accord sur les céréales entre la Russie et l’Ukraine, qui prévoit la reprise des exportations de céréales depuis la région.

Zelenski a rapidement crié que le tir de missile était un acte “barbare”. Et Blinken est monté au créneau pour porter des accusations contre la Russie ; Guterres est monté au créneau pour condamner “sans équivoque” le tir russe ; et, Borrell a paresseusement écrit sur Tweeter que le tir de missile était “particulièrement répréhensible & démontre à nouveau le mépris total de la Russie pour le droit et les engagements internationaux”.

Quant aux Russes, ils ont dormi sur leurs deux oreilles – du moins jusqu’à dimanche, lorsque, en fin d’après-midi, le ministère de la défense à Moscou a inséré deux phrases lapidaires dans son habituel bulletin quotidien sur les opérations du jour en Ukraine :

“L’attaque lancée par des missiles de haute précision à longue portée basés en mer a permis d’éliminer un navire militaire ukrainien et un dépôt de missiles antinavires Harpoon livrés par les États-Unis au régime de Kiev dans le port maritime d’Odessa. La liste des cibles neutralisées comprend également les installations de production d’une entité spécialisée dans la réparation et la modernisation de la flotte de la marine ukrainienne.”

Zelenski a rapidement publié une clarification indiquant que la mise en œuvre de l’accord sur les céréales du port d’Odessa n’était pas remise en question. (…)

Fondamentalement, l’accord sur les céréales est une plaie pour l’administration Biden, qui ne s’attendait pas à pouvoir négocier un accord exigeant une grande flexibilité de la part de l’armée russe. Ce qui est encore plus exaspérant, c’est que l’accord s’avère être une victoire politique pour la Russie.

Moscou bénéficie d’une bonne publicité pour le pragmatisme dont elle a fait preuve en levant son blocus naval pour faire face à la crise alimentaire mondiale. Mais ce qui n’est pas évident pour la plupart des gens, c’est que l’accord sur les céréales est également un accord adossé qui engage les Nations unies à faire lever les restrictions imposées par l’UE et les États-Unis sur les exportations de céréales et d’engrais de la Russie.

Outre les importants revenus tirés des exportations de céréales et d’engrais, Moscou bénéficie d’une bonne volonté non quantifiable de la part de nombreux pays qui dépendent de manière critique du blé russe, notamment en Asie occidentale et en Afrique. De toute évidence, Blinken & Co. ont trouvé irrésistible l’envie de gâcher la fête à Moscou.

C’est là qu’intervient Sergueï Lavrov. Depuis Oyo, en République du Congo, au cœur de l’Afrique, où il se rendait pour assurer le suivi de l’accord sur les céréales – la Russie est le premier fournisseur de céréales de l’Afrique – le ministre des affaires étrangères, M. Lavrov, a perçu l’immense potentiel de la situation émergente. En quittant Oyo en direction de Kampala, M. Lavrov a fait trois remarques:

L’accord sur les céréales ne contient rien “qui nous empêche de poursuivre l’opération militaire spéciale et de frapper les infrastructures militaires et d’autres cibles militaires. Et les représentants du secrétariat des Nations unies… ont confirmé cette interprétation des documents hier.” (Guterres n’était apparemment pas au courant.)
Le tir de missile visait “une partie distincte du port d’Odessa, la partie dite militaire” et, par conséquent, “il n’y a pas d’obstacles à l’expédition de céréales vers les entrepreneurs en vertu des accords d’Istanbul et nous n’en avons créé aucun.” (D’ailleurs, Zelenski lui-même le reconnaît).
Le tir de missile visait le dépôt où étaient stockés les missiles antinavires Harpoon du Pentagone. “Ces missiles ont été livrés pour constituer des menaces pour la flotte russe de la mer Noire. Maintenant, ils ne représentent aucune menace.”
Ce que Lavrov n’a pas dit mais aurait laissé entendre, c’est que le théâtre de guerre d’Odessa est désormais devenu “cinétique” et que l’attaque de vendredi crée un précédent. Le tir de missile souligne que Moscou a probablement anticipé les pitreries du Pentagone pour utiliser l’accord sur les céréales afin de protéger son déploiement de missiles Harpoon avancés dans le port d’Odessa.

Curieusement, au large de la Bulgarie, à côté d’Odessa, du 14 au 25 juillet, les États-Unis ont pris part à un exercice maritime multinational, Breeze 2022, auquel ont participé 24 navires de guerre, des cotres, des navires auxiliaires, cinq avions et quatre hélicoptères, avec 1 390 membres du personnel naval de onze pays membres de l’OTAN !

La controverse suscitée par le tir de missile montre que les opérations militaires spéciales de la Russie en Ukraine resteront incomplètes et peu concluantes tant que Moscou n’aura pas complètement coupé l’accès des États-Unis et de l’OTAN au port d’Odessa et n’aura pas paralysé les capacités de l’alliance en mer Noire. De toute évidence, cela n’est pas encore pour demain.

Pendant ce temps, le grand jeu s’accélère en mer Noire, Blinken redoublant d’efforts pour courtiser l’Azerbaïdjan. Il s’est entretenu avec le président Aliyev lundi pour insister sur l’offre imminente de Washington “en vue de faciliter l’ouverture des liaisons régionales de transport et de communication”. L’Azerbaïdjan est la tête de pont choisie par l’OTAN dans le Caucase du Sud”.

 

poutine et son armée

Vostok 2022 -manoeuvres militaires d’envergure annoncées par la Russie

“L’annonce faite mardi par le ministère russe de la Défense concernant les exercices du poste de commandement stratégique Vostok-22, qui se dérouleront du 30 août au 5 septembre, constitue un message important pour l’Occident en termes politiques et militaires.

L’annonce dit : “En plus des troupes (forces) du district militaire oriental, des unités des troupes aéroportées, de l’aviation à longue portée et de l’aviation de transport militaire, ainsi que des contingents militaires d’autres États, participeront à ces manœuvres.”

S’il y a une participation de la Chine, elle sera très significative dans le contexte actuel de la politique mondiale, notamment en Extrême-Orient.

Vostok 2018, qui s’est tenu il y a exactement quatre ans, était la première fois qu’un exercice militaire aussi massif était organisé après la dissolution de l’Union soviétique. (Au plus fort de la guerre froide, en 1981, sous Leonid Brejnev, l’Union soviétique a organisé son dernier exercice Vostok). En l’occurrence, Vostok 2018 s’est transformé en une foire aux armes russo-chinoise.

La Fédération de Russie a déployé plus de 300 000 soldats sur le terrain – aux côtés de dizaines de milliers de chars, d’hélicoptères et d’armes de toutes sortes – pour un gigantesque jeu de guerre dans l’extrême est de la Russie, et a invité l’Armée populaire de libération de la Chine à jouer le jeu, ce qu’elle a fait.

Et un tout nouveau sillon dans les affaires internationales a commencé à apparaître, signifiant que les intérêts de la Russie et de la Chine ont une fois de plus commencé à s’aligner – cette fois, en réponse à la puissance militaire américaine sous un président pugnace, Donald Trump.

En marge de l’exercice, les présidents Vladimir Poutine et Xi Jinping ont pris ensemble un petit-déjeuner de blinis à Vladivostok. Il s’agissait d’un signal fort indiquant que la Russie ne voyait plus la Chine comme un adversaire mais comme un allié militaire potentiel. Il a été largement noté au niveau international comme annonçant un changement majeur dans le rapport des forces dans la politique mondiale.

Il va sans dire que toute participation de la Chine à Vostok 2022 fera également l’objet d’une analyse minutieuse de la part de Washington et de ses alliés à un moment où les relations entre les États-Unis et la Chine sont très tendues, Pékin ayant averti la semaine dernière qu’il prendrait des “mesures résolues et fortes” si la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, donnait suite à son projet de visite à Taïwan.

La Chine a juré d’annexer Taïwan par la force si nécessaire, et a fait part de cette menace en faisant voler des avions de guerre près de l’espace aérien taïwanais et en organisant des exercices militaires basés sur des scénarios d’invasion. Lors d’une réunion à Singapour début juillet avec le président des chefs d’état-major interarmées américains, le chef du département d’état-major interarmées de la Commission militaire centrale chinoise, le général Li Zuocheng, a averti que l’armée chinoise “sauvegarderait résolument la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale. Si quelqu’un crée une provocation gratuite, il sera confronté à la contre-attaque ferme du peuple chinois”.

Cependant, au bout du compte, la participation de la Chine à Vostok 2022 sera considérée comme une expression de solidarité avec la Russie, dans le meilleur esprit de la déclaration conjointe du 4 février des deux dirigeants, qui stipule que “l’amitié entre les deux États n’a pas de limites, il n’y a pas de domaines de coopération “interdits”.”

Peu importe le mantra habituel selon lequel le Vostok 2022 n’est pas dirigé contre une tierce partie, son optique sera de contrer la pression américaine sur la Russie et la Chine. Ces derniers temps, la Russie et la Chine sont toutes deux confrontées à de nouveaux défis en matière de sécurité en Extrême-Orient, notamment la résurgence du “militarisme” au Japon, le renforcement des positions de l’OTAN en Asie-Pacifique et la belligérance des provocations américaines à l’égard de Taïwan.

L’agence de presse Tass a rapporté que le ministère russe de la défense a proposé certains amendements à la loi fédérale russe “sur les eaux territoriales, la mer territoriale et la zone contiguë de la Fédération de Russie”, imposant des restrictions au passage des navires militaires étrangers par la route maritime du Nord reliant l’Europe et l’Asie de l’Est.

L’amendement proposé obligera les navires militaires et d’État étrangers à emprunter la route maritime du Nord sans entrer dans les ports ou les bases navales et, en outre, à demander l’autorisation des autorités russes au moins 90 jours à l’avance. L’amendement limitera effectivement l’utilisation de la route maritime la plus courte vers l’Asie pour les marines occidentales opérant dans la région Asie-Pacifique.

Cette décision russe intervient alors que l’OTAN prévoit de renforcer les liens de sécurité entre la zone de l’Atlantique Nord et les pays de la région Asie-Pacifique (Japon, Corée du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande) dans le cadre d’une stratégie coordonnée visant à contrer la montée en puissance de la Chine.

De même, la mise en scène de Vostok 2022 intervient à un moment où les opérations militaires de la Russie en Ukraine entrent dans une phase cruciale. Dans un discours important prononcé à Moscou le 7 juillet lors d’une réunion avec les dirigeants du Parlement, M. Poutine a prévenu que tout le monde devait comprendre que la Russie “n’a, dans l’ensemble, encore rien commencé de sérieux” en Ukraine.

Certes, Vostok 2022 va à l’encontre de la propagande occidentale selon laquelle les capacités militaires russes s’affaiblissent régulièrement en raison du conflit en Ukraine. L’annonce du ministère de la Défense concernant Vostok 2022 a tenu à l’évoquer indirectement.

Le communiqué du ministère de la Défense indique : “Un certain nombre de médias étrangers diffusent des informations inexactes sur de prétendues activités de mobilisation. Veuillez noter que seule une partie des forces armées de la Fédération de Russie est impliquée dans l’opération militaire spéciale, dont le nombre est suffisant pour remplir toutes les tâches fixées par le commandant en chef suprême.

“En outre, aucune des activités prévues d’entraînement opérationnel et de combat et de coopération militaro-technique et internationale du ministère russe de la Défense n’a été annulée et sera dotée du personnel, des armes, des équipements et des matériels militaires nécessaires.”

Cette décision est tout à fait logique puisque, après l’hémorragie massive subie par l’armée ukrainienne au cours des cinq derniers mois, l’équilibre militaire joue désormais en faveur des forces russes. De même, la stratégie militaire russe consistant à broyer les forces ukrainiennes avec de l’artillerie lourde et des frappes de missiles, ainsi que la lenteur du conflit, font que les opérations sont viables sur une période prolongée.

En tout état de cause, compte tenu de l’attitude hostile des forces de l’OTAN le long des frontières occidentales de la Russie, il est inconcevable que Moscou ait pris des risques en engageant massivement ses forces dans les opérations en Ukraine.(…)

Vostok 2022 sera axé “sur l’utilisation de groupements de troupes (forces) pour assurer la sécurité militaire”. Il se déroulera dans 12 lieux différents répartis dans le district militaire oriental, l’un des cinq districts militaires de la Russie, avec une vaste étendue géographique de 7 millions de kilomètres carrés, dont le siège est à Khabarovsk, sur le fleuve Amour, dans l’Extrême-Orient russe, près de la frontière entre la Russie et la Chine, et qui comprend les régions jusqu’à l’Oblast de Sakhaline, qui inclut les îles Kouriles“.

Au fait, Anthony Blinken a retrouvé le numéro de téléphone de Sergueï Lavrov

M. Blinken a répété l’hyperbole selon laquelle les sanctions ont “un effet puissant et croissant” et ont “profondément affaibli la Russie”, et l’administration Biden fera tout ce qu’elle peut “pour renforcer la position de l’Ukraine sur le champ de bataille afin qu’elle ait la position la plus forte possible à la table des négociations”.

Cependant, ce qui ressort, c’est l’inquiétude croissante de Washington qui, à son grand désarroi, constate que la position de la Russie n’a fait que se durcir ces derniers temps. Selon M. Blinken, cela “provoque des alarmes”. Il a notamment noté la remarque de M. Lavrov, la semaine dernière, selon laquelle les objectifs du Kremlin en Ukraine se sont élargis. “Ils cherchent maintenant à revendiquer davantage de territoire ukrainien, au-delà du Donbas”, a-t-il commenté.

En effet, la guerre est sortie de l’algorithme américain. Comme l’a souligné le Premier ministre hongrois Orban la semaine dernière, les sanctions anti-russes “n’ont pas ébranlé Moscou”, mais l’Europe a déjà perdu quatre gouvernements et traverse une crise économique et politique.

La Russie rend la monnaie de sa pièce aux États-Unis et à l’OTAN, comme ces derniers l’ont fait en démembrant la Yougoslavie. La guerre de l’OTAN en Yougoslavie s’est déroulée à un moment où la Russie était faible et a assisté, impuissante, au dépeçage d’un pays slave par l’Occident.

La Russie ne se laissera pas décourager maintenant, car elle a déjà dépassé le stade de la mi-parcours. Blinken a noté frénétiquement : “Je pense qu’il est très important maintenant que nous voyons quel est le prochain plan de la Russie – c’est-à-dire l’annexion de plus de territoire ukrainien – que les Russes, le ministre des affaires étrangères Lavrov, entendent directement de ma part, au nom des États-Unis, que nous voyons ce qu’ils font, nous savons ce qu’ils font, et nous ne l’accepterons jamais. Cela ne sera jamais légitimé. Il y aura toujours des conséquences si c’est ce qu’ils font et si c’est ce qu’ils essaient de maintenir.”

Cependant, le paradoxe est que l’initiative revient toujours aux Etats-Unis. L’armée russe s’enfoncera plus profondément dans l’Ukraine en proportion de la fourniture par les États-Unis d’armes avancées ayant une longue portée sur le territoire russe. Mais Moscou n’est intéressé que par le fait que le territoire russe soit à l’abri de toute attaque de l’Ukraine.

L’administration Biden a le choix entre prolonger la durée de la guerre ou accroître la portée de l’opération russe. Washington a commis une erreur catastrophique en torpillant l’accord russo-ukrainien conclu en avril à Istanbul, lorsque Kiev a accepté de se contenter des modestes exigences russes.

Mais c’était l’époque faste où le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, plaisantait – avec Blinken à ses côtés – après un voyage rapide à Kiev que les États-Unis voulaient voir la Russie “affaiblie au point qu’elle ne puisse plus faire le genre de choses qu’elle a faites en envahissant l’Ukraine”. Austin s’est vanté que la Russie avait “déjà perdu beaucoup de capacités militaires” et “beaucoup de ses troupes. Nous voulons qu’elle n’ait pas la possibilité de reproduire très rapidement cette capacité.”

Entendant le cri de guerre d’Austin, Blinken est intervenu : “La stratégie que nous avons mise en place, le soutien massif à l’Ukraine, la pression massive contre la Russie, en solidarité avec plus de 30 pays engagés dans ces efforts, a des résultats réels. Et nous le voyons lorsqu’il s’agit des objectifs de guerre russes.”

“La Russie échoue. L’Ukraine réussit”, a affirmé M. Blinken. Ce triomphalisme n’était pas présent dans la prestation de M. Blinken hier.

Une grande beauté des conférences de presse est que certains journalistes les rendent vivantes et révélatrices. Ainsi, un journaliste américain a demandé à M. Blinken : “Vous avez parlé de l’isolement de la Russie sur le plan international, et pourtant nous voyons le ministre des affaires étrangères Lavrov sillonner l’Afrique et le Moyen-Orient et le président Poutine se rendre à Téhéran… Ils font valoir qu’ils ne sont pas isolés, et maintenant vous êtes sur le point d’avoir cette conversation avec eux. Alors, qu’est-ce que cela dit des efforts de l’administration pour isoler la Russie quand vous leur tendez la main pour parler des problèmes ?”

L’explication de Blinken : “Matt, en ce qui concerne certains des voyages dans lesquels le ministre des Affaires étrangères, par exemple, est engagé, ce que je vois est un jeu de défense désespéré pour essayer d’une manière ou d’une autre de justifier au monde les actions que la Russie a prises...”

 

Et il lui a même téléphoné! 

 Après le coup de téléphone entre Blinken et Lavrov

Des conversations comme celle d’hier souffrent d’être totalement opaques. Blinken n’arrive même pas à formuler les questions de fond qui préoccupent Biden – les fissures dans l’unité occidentale.

Curieusement, le Biden est confronté à deux situations de crise au potentiel explosif en ce moment – en Ukraine et à propos de Taïwan. En effet, il est clair comme de l’eau de roche que ces deux situations ont été précipitées par Washington. Pourtant, la manière dont Biden les gère ne pourrait pas être plus différente.

Dans le cas de Taïwan, Biden n’a pas hésité à appeler le président chinois Xi Jinping pour apaiser les tensions. Mais il a choisi une voie différente pour communiquer avec le président Vladimir Poutine.

Certes, après six mois de conflit en Ukraine, Biden a finalement décidé de prendre le taureau par les cornes et de reprendre des contacts de haut niveau avec Moscou. Mais il a choisi de communiquer avec Poutine par l’intermédiaire de son secrétaire d’État !

Le problème est que, bien que les relations entre les États-Unis et la Chine soient tendues, Biden ne les a jamais portées à un niveau personnel. Il n’a jamais utilisé de langage désobligeant pour contrarier Xi Jinping, comme il l’a fait à plusieurs reprises avec Poutine.

Mais M. Blinken est lui aussi confronté à un problème similaire. Les 7 et 8 juillet, il a évité de serrer la main de Lavrov lors de la réunion ministérielle du G20 à Bali et a sauté le banquet officiel parce que Lavrov était présent. Mais après un tel comportement, il était hier à la recherche de Lavrov !

Le département d’État aurait récemment envoyé une circulaire aux ambassades américaines pour demander aux diplomates de dissuader les dirigeants étrangers de se faire photographier avec Lavrov, afin que le projet de Washington d'”isoler” la Russie gagne du terrain ! Lavrov l’a apparemment appris de ses hôtes !

Sans surprise, Blinken a d’abord dû convoquer une conférence de presse pour rationaliser publiquement son besoin de parler avec quelqu’un qu’il traitait de “paria” il y a seulement trois semaines. Blinken est un homme intelligent et il sent que Biden cherche désespérément à ouvrir un canal de communication avec le Kremlin. (Nous ne savons pas si une conversation Biden-Poutine a figuré dans la discussion d’hier).

Le fait est qu’après cinq mois de conflit en Ukraine, l’économie russe ne s’est pas effondrée mais s’adapte à une “nouvelle normalité” dans les conditions géopolitiques. La monnaie russe se porte à merveille. Et il n’y a pas eu d’insurrection en Russie. Et surtout, la Russie est en train de gagner la guerre en Ukraine et se prépare à dicter les termes de la paix.

Lavrov doit être bien conscient des véritables raisons de l’appel de Blinken. Tout d’abord, une situation catastrophique risque de fissurer l’unité occidentale, car le spectre de la coupure de l’approvisionnement en gaz russe menace les pays européens. Quatre gouvernements européens sont tombés jusqu’à présent.

Tout le monde comprend qu’il s’agit de bien plus qu’une crise énergétique. Si les économies commencent à s’effondrer, des troubles sociaux et politiques suivront. L’inquiétude est omniprésente dans les capitales européennes. Le jeu des reproches a commencé.

Washington ne pourra peut-être pas sauver le poste d’Ursula von der Leyen, chef de la Commission européenne, bien longtemps. Les dirigeants européens se rendent compte qu’Ursula s’est jouée d’eux avec sa croisade personnelle pour punir la Russie.

Il y a aussi beaucoup de ressentiment refoulé à l’égard de l’Allemagne. Les Européens ne versent pas de larmes sur la situation critique de l’Allemagne. L’imposition par Berlin d’un programme d’austérité sévère à ses voisins du sud est encore un souvenir douloureux.

Par conséquent, le dernier projet farfelu d’Ursula, qui consiste à imposer une réduction de 15 % de la consommation de gaz à tous les pays de l’UE (pour renflouer Berlin), se heurte à une certaine résistance. En réalité, il n’y a pas d’alternative au gaz russe et Washington a oublié sa promesse de trouver un substitut.

Biden n’a fait qu’attirer cette calamité sur les Européens. Le doute privé de Barack Obama est désormais une sagesse publique pour les Européens : “Ne sous-estimez pas la capacité de Joe à tout faire f…”.

Lavrov connaît également la deuxième raison pour laquelle Blinken veut se réengager. Les opérations militaires spéciales russes progressent bien et tout indique que le régime de Zelensky s’effrite. Ainsi, les préparatifs ont commencé pour l’organisation de référendums dans les régions de Kherson et de Zoporozhia afin de connaître les souhaits de la population.

La Russie a également invité les résidents de Kharkov à demander la citoyenneté, et la monnaie rouble est en cours d’introduction. Poutine vient d’approuver un plan directeur de trois ans pour la reconstruction de Mariupol. L’ancienne ville aura bientôt des ponts, des routes et des écoles qui feront honte à Washington.

Plus important encore, M. Biden doit s’inquiéter du fait que, même s’il multiplie par cent le dépeçage du Kosovo par Washington en tant qu’État-nation en 2008, cela ne correspondra toujours pas à ce qui se passe en Ukraine. Et les Européens regardent tout cela – sans voix, incrédules – alors que les frontières territoriales sont redessinées sur leur continent bien entretenu.

Il y a de nouveaux faits sur le terrain depuis le mois de mars, lorsque la Russie et Kiev ont conclu un accord à Istanbul (que l’équipe belliqueuse de Biden a rapidement torpillé en promettant la lune à Zelensky). Tant d’eau a coulé sur le Dniepr depuis lors.”

Le duc de Richelieu (1766-1822), gouverneur de la Nouvelle Russie de 1803 à 1814, a sa statue à Odessa face au port