LE JOUR OU LE DOLLAR S'EFFONDRERA ...

302757_Dollar

Par Christian Scherer Président d'ADMINET CAWA  FRANCE

LE_REPUBLICAIN_DU_TEXAS_RON_PAUL

Ron Paul le représentant Républicain du Texas

On ne s’interroge pas suffisamment sur la signification de la monnaie.

La monnaie est indispensable aux échanges marchands, sans lesquels une société humaine ne pourrait pas fonctionner. Certes, quelques systèmes alternatifs subsistent, comme le troc, les SEL (systèmes d’échanges locaux, les tickets restaurant, ou les coquillages du Club Med, mais ils sont restés jusqu’ici marginaux. Les premières qualités que l’on attend d’une monnaie sont d’être commode à manipuler, facile à diviser, et suffisamment difficile à contrefaire pour qu’on puisse lui faire un minimum de confiance. La confiance n’est d’ailleurs pas la première qualité requise. Lorsque plusieurs monnaies sont disponibles pour les échanges, on peut observer que les agents économiques préfèrent se débarrasser de la monnaie la moins sûre, qui de ce fait circule plus facilement, contribuant à l’essor des échanges. Les spécialistes rendent compte de ce phénomène en disant que "la mauvaise monnaie chasse la bonne". Avez-vous déjà vu un commerçant regarder avec suspicion le billet vert qu’un client lui tend pour payer ses emplettes ? Un dollar contrefait a exactement la même valeur qu’un vrai, sa fabrication n’a rien coûté à l’Etat et il contribue tout autant à la prospérité américaine.

La coexistence de plusieurs monnaies en circulation complique les échanges et crée de l’insécurité pour les agents économiques qui sont obligés contre leur gré de se transformer en spéculateurs pour choisir quelle monnaie conserver. Le besoin de sécurité des transactions propice à l’essor du commerce crée un consensus entre les acteurs économiques pour en appeler à l’intervention d’un pouvoir qui va décider du choix de la monnaie ayant cours légal : c’est le pouvoir de battre monnaie, qui échoit naturellement à l’autorité qui dispose des meilleurs moyens d’assurer la tranquillité des échanges et de garantir les droits de propriété.

Aujourd’hui à l’échelle du monde, c’est encore le dollar qui joue ce rôle, mais pour combien de temps encore ? Sur une longue période, le pouvoir de battre monnaie incite à la paresse, et ne peut perdurer que s’il est adossé à un autre pouvoir, de type militaire, capable d’empêcher toute velléité d’un tiers d’introduire une monnaie concurrente.

C’est la situation dans lequel se trouve aujourd’hui le monde, avec une Chine qui a tellement accumulé de dollars, qu’elle se trouve dans la situation de la corde qui tient le pendu : si elle décide de se débarrasser de ses dollars contre une autre monnaie qu’elle estime plus sûre ou qu’elle aura créé elle-même, le dollar s’écroulera instantanément et ne vaudra plus rien face aux biens ou monnaies que la Chine aura décidé d’acquérir en échange.

La Chine n’a pas intérêt à l’écroulement des Etats-Unis, ou plus exactement à un écroulement brutal du dollar, générateur de désordres et de tentations militaires qui pourraient émerger si les fermiers du Texas devaient voir monter brutalement le prix du gallon à la pompe. Une autre menace existe, en cas de tension internationale, c’est que les Etats-Unis gèlent les avoirs chinois en dollars comme ils l’ont fait avec ceux du réseau Al Qaeda, ou comme le firent jadis les Russes : les T-Bonds commencent à ressembler furieusement aux célèbres emprunts russes de jadis. Comment réagit un créancier à qui on annonce qu’il ne sera pas remboursé ?

L’intérêt de la paix et du développement du monde appellerait plutôt une meilleure répartition du pouvoir de battre la monnaie mondiale, dollar ou autre, avec les pays économiquement émergents, pour lesquels l’argent accumulé correspond à une vraie création de valeur. C’est ce qu’essaie de faire la Chine en proposant de transférer l’actuel pouvoir de création monétaire de la Federal Reserve vers un Fonds Monétaire International dont la gouvernance lui ferait une plus juste place.

Il y a peu de chances que les Etats-Unis acceptent de renoncer à ce privilège exorbitant qui leur permet de rester riches en créant de la monnaie, aussi longtemps qu’ils seront la première puissance militaire de la planète.

Réalistes, les Chinois savent qu’ils devront donc patienter un peu, et continuer à essayer discrètement de convertir leurs dollars en d’autres formes de placement plus sûrs dans le long terme : de l’or, des matières premières, en attendant qu’on les autorise à prendre le contrôle d’entreprises occidentales, comme a pu le faire Mittal récemment.

Mais une autre réponse pourrait bien venir de la communauté des détenteurs de dollars eux-mêmes, qui ne sont pas tous chinois, et qui pourraient s’entendre localement pour créer de nouvelles monnaies régionales, assises sur de vraies richesses et un vrai travail, suffisamment soutenues par des Etats pour pouvoir exister et même prétendre à un certain niveau de convertibilité, entre elles d’abord, et avec le dollar ensuite.

Alors le dollar s’effondrera de lui-même, tout doucement, sans bruit, comme le fit jadis le rideau de fer, dans une relative indifférence générale.

Christian SCHERER

Lire aussi

- Russia Dumping T-Bills (Forbes)
- Exportations de matières premières : UE et Etats-Unis envisagent une plainte devant l’OMC contre la Chine (AFP)
- Obama : il faudra un "temps considérable" pour sortir de la crise (Le Monde)
- Dollar stops being Russia’s basic reserve currency (Pravda)
- L’hégémonie du dollar est attaquée de toutes parts (Le Monde)
- G20 - La Chine et le Brésil d’accord pour abandonner le Dollar et contourner le FMI
- La fin du règne du dollar est inéluctable (Le Monde)
- Who’s Afraid of a New Reserve Currency ? (RGE monitor)
- US Dollar to be Replaced as the World’s Reserve Currency ? (MetalMiner)
- China is preparing for a world where the yuan trumps the dollar (Telegraph)
- "Pékin mène l’offensive internationale contre le dollar" (Le Figaro)
- Pékin se fait du mouron pour le dollar par Ian Campbell
- Le dieu dollar peut en cacher un autre
- A propos des monnaies régionales
- L’épée de Damoclès du système bancaire n’est toujours pas levée par Michel Aglietta (CEPII) - Uruguay goverment will release complementary currency by Bernard Lietaer
- Quand Marie-Georges Buffet distribue des faux billets de 500 euros aux travailleurs
-