Lundi 14 Février 2011
509 sujets traités
168 200 pages visitées
85 800 lecteurs à ce jour

JOURNEE SENTINELLE :

BEN , Fred FOREST, Philippe PIGUET …

UNIVERSITE DE PERPIGNAN DOMITIA

18 Février 2011

PORTRAIT_FRED_FOREST_BOBOUR_5_1

Résumés :

n Núria d’Asprer :

« Littérature cubiste, cubisme dans l’écriture »

Axé sur les relations entre peinture et écriture, le présent travail part de l’observation des processus de signification déployés par les deux techniques de composition cubistes.

L’analyse et la synthèse ce n’est pas une invention des peintres, mais il est certain que le mérite des artistes cubistes est d’avoir puisé sur ces deux techniques et de nous avoir ainsi montré leur fondement au sein des processus de symbolisation. Opérant un éclatement et une abstraction de la figure selon ces deux procédés digressifs, l’expérimentation cubiste entraîne une remise en question des enjeux de la représentation, elle met en lumière les rapports contingents entre l’image et la chose ainsi que la tension manifeste entre analyse et synthèse.

Démarche à l’appui d’approches théoriques concernant, d’une part, les concepts de digression et de métaphore et, d’autre part, les formalisations de la psychanalyse et de la linguistique Jakobsonienne au regard des concepts de déplacement et de condensation.

 

n SERGEBONNERY :

« Ecriture – peinture : confrontations avec Joë Bousquet »

L’histoire de sa vie en témoigne : Joë Bousquet tissa avec les peintres de son temps une relation intense. Collectionneur, il accumulait dans sa chambre aux volets clos de Carcassonne des tableaux de Max Ernst, Salvador Dali, André Masson, Hans Bellmer, René Magritte, Yves Tanguy, Jean Fautrier, Francis Picabia… De ce face-à-face quotidien naît une écriture dont le projet consiste, non plus à changer le monde, mais à changer le regard sur le monde. « Lisez des livres qui vous apprennent à regarder », disait Joë Bousquet.

Installé depuis plus de dix ans dans la maison du poète, rue de Verdun à Carcassonne, le centre Joë Bousquet propose, dans ses expositions temporaires, d’explorer les relations entre écriture et peinture dans la création du XXe siècle et aussi dans la création contemporaine. Mon propos sera de vous faire partager l’expérience de nos rencontres et confrontations.

 

n Francesca Caruana :

« Ben en peinture et le chagrin figuratif »

La peinture ne se lit pas, elle est fondamentalement plastique. L’oeuvre de Ben tente d’en détourner cet aspect définitoire en proposant une écriture exécutée sur tableau. C’est en ayant un « regard rapproché de la peinture », comme le suggérait Daniel Arasse dans son ouvrage éponyme (Champs arts-1992) qu’il convient d’aborder les oeuvres encore controversées de Ben, en tentant d’en remarquer la profonde analogie d’avec des toiles classiques, et d’en abstraire la substantifique figuration.

 

n dominique clevenot :

« Les pictogrammes. Aux commencements de l’acte de voir »

Si la relation peinture / écriture constitue une problématique traversant tant l’histoire de l’art que celle de la littérature, si, dans le champ de l’art du XXe siècle en particulier, l’intégration de l’écrit dans l’image picturale est un phénomène aux formes multiples, il s’agira ici d’aborder la question en prenant comme objet de réflexion la rencontre singulière entre image et écriture que réalise le « picto/gramme ».

Selon la formule du peintre Adolph Gottlieb, acteur du mouvement de l’Expressionnisme abstrait américain, le pictogramme nous renverrait « aux commencement de l’acte de voir ». Système d’écriture pensée comme « archaïque » par une histoire évolutionniste de l’écriture, le système pictographique peut en effet apparaître comme une proto-écriture se situant au seuil de distinction entre l’image et l’écrit. Le recours à ce modèle archaïque par Adolphe Gottlieb, qui développe dans les années 40 sa série des Pictographs, répond à une volonté, dont on pourra souligner les références à la pensée de Jung, de refonder la peinture dans un langage visuel universel antérieur aux diverses constructions culturelles. C’est une démarche voisine que met en oeuvre à la même époque le travail de Joaquin Torres Garcia, mais c’est aussi un retour du pictogramme dans les pratiques picturales auquel on assiste avec l’oeuvre d’artistes comme Penck, Basquiat ou Haring. Quel sens prend alors ce néo-primitivisme urbain des années 80 ?

DSC_0342

n Fred FOREST:

« Du détournement de la peinture au détournement dans l’art »

Un parcours entre avril 1984, où je participais à une exposition collective intitulée « Ecritures dans la peinture » pratique la synthèse entre ces deux modes d’expression. (Catalogue Complet 2 volumes. CENTRE NATIONAL DES ARTS PLASTIQUES)...

Qui se poursuit en septembre 1986 dans le cadre d’une exposition de peintures lettriste au Grand Palais, organisée par Roland Sabatier, où je présentais un journal lumineux à diodes électroniques déroulant des textes... En 1999 je mets en place le Centre du monde à l’espace Cardin constitué par des phrases qui viennent du monde entier sur des écrans à leds...

En juillet 2011, je créerai un environnement électronique participatif à distance « Flux er reflux » par l’intermédiaire d’Internet une commande du Centre d’Art le LAIT d’Albi sur le thème de l’allégorie de la caverne de Platon.

n Léa Friis Alsinger :

« Les inscriptions dans la peinture médiévale des musées de Gérone »

Les retables occupent une place prépondérante dans la peinture médiévale. Quelles sont les inscriptions que l’on y retrouve ? L’écrit dans les oeuvres peintes, renvoie-t-il à une valeur de langage ou bien d’illustration ? Quels sont les contextes socioculturels des artisans-artistes médiévaux et de leurs publics ?

 

n Philippe Piguet : 

« Regardez dire ou Et le verbe s’est fait oeuvre »

L’histoire de l’art abonde en créations de toutes sortes qui en appellent au langage. Des graffitis aux propositions conceptuelles les plus radicales, les oeuvres d’art sont nombreuses qui ont fait de l’écrit, du mot ou du texte leur matériau et le vecteur de leur message. Aperçu d’une forme d’oeuvre qui substitue l’image au profit du verbe.

 

n ChristianSkimao : 

« Michel Butor : écrire l’oeuvre d’art »

Michel Butor a beaucoup écrit sur l’art comme bien des écrivains et des philosophes du 20ème siècle. Pour lui existe trois catégories d’intervention concernant les relations entre l’écrit et la peinture : les textes « sur » la peinture, les textes « avec » la peinture et ceux « dans » la peinture. C’est dans cette circulation entre la critique d’art traditionnelle, l’écrit sur l’art à la recherche d’une équivalence, enfin la création poétique dans le cadre de l’oeuvre croisée que se situe cette recherche. Elle met en lumière le caractère nomade de l’écriture butorienne, éminemment contemporaine car toujours mouvante, jouant avec les « frontières et bordures », pour reprendre le titre d’un livre consacré à Pierre Alechinsky.

 

n Jordi vidal :

« Du détournement de la peinture au détournement dans l’art »

Sous forme de mots, de slogans, de fragments textuels ou d’images, le détournement impose un autre regard sur l’action de peindre et plus généralement de penser la pratique artistique dans le champ de l’art contemporain.

 

Galerie

expo_balbino_giner_a_cent_metres_du_centre_du_monde_2_jpg

Vincent Madramany  (Galeriste)

À cent mètres de la gare de Perpignan, sur 1.400 m² l’ancien dépôt d’expédition devient hangar d’exposition. Le Centre d’Art Contemporain Acentmetresducentredumonde a ouvert ses portes en Juin 2004, tout près de la gare de Perpignan, lieu emblématique de l’univers dalinien. Né d’une initiative totalement privée, géré par une association loi 1901 à but non lucratif (enregistré sous le n° 0662013669), cet espace aux dimensions imposantes compte par les plus grandes salles de la région consacrée à l’art.

C’est ainsi que le Centre a eu l’honneur de présenter le travail d’artistes comme Rafael ARMENGOL, Artur HERAS, Ben VAUTIER, Claude VIALLAT, Jean LE GAC, Josep GUINOVART, Adrià PINA, Antoine GIACOMONI, Tony BEVAN, Vincent CORPET, CharlElie COUTURE, Jean-Michel MEURICE, Claudia BUSHING, Javier CHAPA, VACCARO, etc.

Le Centre a pour objectif de montrer des artistes d’horizons très divers, provenant de la scène locale, nationale ou internationale à travers des expositions individuelles ou de groupes. Il ne se restreint pas à une approche conceptuelle particulière, mais déploie un intérêt pour divers médias : sculpture, peinture, dessin, vidéo, installation, performance et son, etc.

 

Le Centre souhaite créer un espace convivial, stimulant et pédagogique pour le public à travers un programme d’expositions et de divers évènements artistiques comme des conférences, concerts, présentations de catalogues, de livres, projections, etc.

Remerciements aux étudiants participants, particulièrement à Camille Baco, chargée de coordination et à Léa Friis Alsinger.


PEINTURE/ÉCRITURE

« le monde a besoin de tendances nouvelles en poésure et peintrie…

nous voyons avec nos oreilles et nous entendons avec nos yeux… »1

Kurt Schwitters

 

Journée sentinelle

autour de la relation

PEINTURE/ECRITURE 

 

« Journée sentinelle » est la première édition d’un projet transdisciplinaire de la mission culturelle de l’Université de Perpignan Via Domitia, axé sur la relation entre Peinture et Ecriture et ses problématiques contemporaines ; une proposition susceptible de faire se rencontrer des pratiques artistiques, des modes de diffusion, et de réunir autour d’un objet de réflexion chercheurs, artistes, éditeurs, critiques d’art, ou responsables de lieux. Le thème abordé dans ce premier événement relève d’une disparité statutaire, sémantique, souvent constatée entre l’écrit et le peint, l’écrivain et poète. Depuis la théorie de l’Ut pictura poesis élaborée jadis durant deux siècles par les peintres eux-mêmes pour égaler les acteurs littéraires, la période contemporaine a su maintenir d’autres passerelles entre ces deux univers si inopportunément séparés et souvent catégorisés. Aujourd’hui, devant l’imposant développement technologique, l’écran numérique apporte son lot d’interrogations.

Dès lors, au-delà de l’équivalence entre peinture et poésie qui fut surtout recherchée par le XVIIe siècle, quelles sont les interactions entre une oeuvre peinte et les mots qui la pénètrent ? Quels sont les impacts d’un titre sur l’interprétation d’une toile abstraite, ou lorsqu’il s’agit d’un « Sans titre » ? Quelles images ce rapport-là fait-il naître dans notre esprit ? Quelle part d’interprétation personnelle enrichit ou dévalue l’un ou l’autre des univers ? S’agit-il d’une juxtaposition de dispositifs esthétiques ou d’un désir inouï de fusion entre « les mots et les choses » ? Désigne-t-on quoi que ce soit de notre univers langagier par la peinture ?

La complexité de la question sera ainsi mise en silhouette par les travaux de chercheurs (universités de France et d’Espagne), d’artistes de renommée internationale, de critiques d’art contemporain, d’éditeurs de « livres d’artistes » (F.Caruana-enseignant-chercheur artiste, chargée de la mission culture de l’UPVD)

1 Exposition « Poésure et peintrie, d’un art, l’autre », Centre de la Vieille Charité -1993 Marseille

 

Lieux > Maisonde l’étudiant (Université de Perpignan Via Domitia)

Ø Galerie àcentmètresducentredumonde

 

Programme

Matin

8h45 Accueil

9h Ouverture de la Journée sentinelle par Francesca Caruana

9h30 Dominique Clévenot (Prof.Toulouse II) « Les pictogrammes. Aux commencements

de l’acte de voir »

10h Serge Bonnery (écrivain) « Ecriture – peinture : confrontations avec Joë Bousquet »

10h30 Francesca Caruana (artiste, MCF UPVD) : « Ben en peinture et le chagrin figuratif »

11h Fred Forest (artiste) : « De la peinture au numérique, Art et Science convergence et divergence »

déjeuner

 

Après-midi

14h30 Jordi Vidal (écrivain, Dr de la HEART de Perpignan) : « Du détournement de la peinture au détournement dans l’art »

15h Léa Friis Alsinger (doctorante) : « L’écriture dans la peinture médiévale géronaise »

15h30 Christian Skimao (critique d’art) : « Michel Butor : écrire l’oeuvre d’art »

16h Nuria de Asprer (MCF, UAB) : « Littérature cubiste, cubisme dans l’écriture »

16h30 Philippe Piguet (critique d’art) : « Regarder dire et le verbe s’est fait oeuvre »

17h30 Présentation des oeuvres de BEN - Visite de la petite galerie (BU)

 

Galerie àcentmètresducentredumonde

 

18h30 présentation de carnets et des « matchboox » par Richard Meier, créateur

de VOIXéditions

19h « Lecture performance d’une vie en 100 portraits » de Fred Forest

cocktail offert par le bureau des affaires culturelles de l’UPVD

 

Contact :

Mission culturelle: Francesca CARUANA / a 06 28 77 14 05

caruana.francesca@wanadoo.fr / caruana@univ-perp.fr

Divec: sabelle Olivé / Isabelle Cauwet / divec@univ-perp.fr / %

 04 68 66 20 44

1 Exposition « Poésure et peintrie, d’un art, l’autre », Centre de la Vieille Charité - 1993 Marseille