13 MARS 2011 

 

* 533 Sujets traités

* 175 000 Pages visitées

* 89 700 lecteurs ce jour

 

Chronique Culturelle de Tierry JAN

 

BLASON_VILLEFRANCHE

 

Le récent drame du Japon nous invite à reprendre la vraie mesure de l’homme dans l’univers. Aussi développé que soit un pays, il ne peut rien contre la nature. C’est toujours elle qui a le dernier mot. Nos contemporains qui se gargarisent de formules toutes faites, devraient à cette occasion, accepter leur petitesse, celle de l’humble roseau décrit par Pascal et reprendre son pari pour eux même. L’homme n’est vraiment rien sans Dieu et si l’on voit tant de désespoir chez les jeunes occidentaux, c’est ce manque de divin qui en est la cause . Alors profitons de cette tragédie pour retrouver notre sérénité. Cette semaine nous allons faire une petite balade à Villefranche.

 

LA CITADELLE ET LA

 

 

DARSE DE

 

 

VILLEFRANCHE

 

 

SUR MER

 

Villefranche_sur_Mer_22378_Villefranche_sur_mer_depuis_la_basse_cornic

 

 

Si la rade est fréquentée dès l’antiquité par les Grecs et les Romains, ce n’est qu’au XVIe siècle que l’on construit un premier embarcadère. En 1612 Charles Emmanuel 1er institut le statut de port franc. Ce dernier subsistera jusqu’en 1853. Les Savoie ayant hérité de l’ancienne république de Gènes au congrès de Paris, se désintéressent du Comté, ayant de meilleures facilités maritimes avec la Lanterne qui illumine la Superbe. Après la porte de la citadelle, on peut admirer sur notre gauche les vestiges d’une frégate «La Lomellina » coulée dans la rade par un ouragan en 1516. Avec la dédition de 1388, les Savoie acquière un territoire qui est voisin du royaume de France et se trouve sur la route de l’Italie.

 

 villefranche_sur_mer_3_b

 

Le Comté va devenir  un des champs de batailles qui opposèrent les rois de France à Charles Quint et aux Habsbourg.

En 1550 Olgiati l’architecte militaire du roi d’Espagne créé la citadelle et les forts du mont Alban et de saint Hospice. Villefranche désormais aura la destinée d’une base navale et d’un port de guerre. Ses galères participèrent avec succès à la bataille de Lépante. Par la suite, ce sera d’abord la marine impériale Russe jusqu’à 1917.L’académie navale de St Petersbourg a fait don à Villefranche de trois bustes, ce sont ces trois officiers du Tsar qui nous accueillent à l’entrée de cette citadelle. Puis ce sont les Américains qui durant un demi siècle séjourneront dans la rade. La citadelle a ses musées : dont Volti, un enfant de la cité. Vous serez entouré de statues de femmes  et l’occasion vous sera donnée de visiter les anciennes casemates fortifiées.

 

 LA_CITADELLE_DE_VILLEFRANCHE_SUR_MER_2

 

Trois  autres musées vous attendent au bastion La Turbie : Goetz Boumeester, qui rassemble des œuvres des grands peintres contemporains. Collection Roux, c’est une collection de figurines des époques Carolingiennes et médiévales. Salle du souvenir du 24e BCA, évocation des diables bleus avec photos et rappel de ceux qui donnèrent leur vie pour le triomphe de la liberté. Villefranche fut en effet une caserne et le 24e BCA n’a rien à envier au 22e des Niçois. Un siècle de glorieux combats qui se conclu au plateau des Glières en 1944, nous est évoqué. Au théâtre de verdure, vous aurez un des plus beau balcons de la côte d’azur avec une vue sur la pointe st Hospice, le cap Ferrat et les navires qui dansent légèrement sur une mer à peine ridée par les risées et dont le soleil fait briller ses milliers d’écailles, diamants luminescents.

 

citadelles_villefranche_sur_mer_france_1381714856_1205410 

 

Une promenade longe les remparts et va jusqu’au port de la Darse, on peut arpenter la digue fortifiée et revenir par l’écluse du bassin de radoubs. La darse a son origine au XVIe siècle, bien que ses fortifications datent de 1388, réalisées par les Savoie. Le Comté étant pour eux un débouché sur la mer, la darse deviendra port Royal en 1713 avec un devellopement voulu par Victor Amédée. En 1719 outre les chantiers navals, ce sont des magasins qui sont creusés dans la roche sur 30 mètres de profondeur .Les cuisines pour la chiourme sont aménagées entre 1725 et 1728. La première galère Villefranchoise, « La Santa Barbara » sort des chantiers navals en 1739.  Un bagne y sera édifié en 1770. Un an plus tard, ce sont la corderie un hôpital et une caserne pour les soldats qui sont construits. La caserne sera détruite en 1942. La mosquée des Turcs est détruite par une tempête en 1773. Le bagne deviendra à la fin du XIXe la maison Russe et sur l’initiative du professeur Alexis Korotneff de Kiev, un laboratoire de biologie marine en 1885. Aujourd’hui c’est l’université de Paris qui y continue ses recherches.

 

Thierry JAN   

 

IMG_4166   

villefranche06