LE CONFLIT GENERALISE EN

SYRIE VA-T-IL DECLANCHER

UNE 3 ème GUERRE MONDIALE

THAT IS THE QUESTION ?

 

syrian-rebels-kill-28-soldiers-as-fighting-rages

 

Syrie. L’Italie rejette toute action militaire sans mandat de l’ONU

Politique étrangère mardi 27 août 2013

« Il n’y a pas de solution militaire au confit syrien. La seule solution est une solution politique négociée », a martelé la ministre italienne des Affaires étrangères.

Photo : Ouest-France - Jean-Yves Desfoux.

L’Italie a rejeté mardi toute intervention militaire en Syrie sans approbation du Conseil de Sécurité des Nations unies, jugeant qu’il n’y a pas d’alternative à « une solution politique négociée ».

« L’Italie ne prendra part à aucune solution militaire sans mandat du Conseil de Sécurité de l’ONU », a déclaré la ministre italienne des Affaires étrangères Emma Bonino devant le Parlement.

« Une intervention limitée risque de devenir illimitée »

« Même l’option d’une intervention limitée risque de devenir illimitée », a estimé la ministre, ajoutant que l’Italie était « déjà engagée et même sur-engagée » militairement dans d’autres régions du monde, notamment en Afghanistan.

« Il n’y a pas de solution militaire au confit syrien. La seule solution est une solution politique négociée », a-t-elle martelé, appelant à « une grande détermination » dans la poursuite des négociations entre les parties au conflit.

Les Etats-Unis et leurs alliés semblaient de plus en plus déterminés mardi à lancer une frappe contre le régime de Bachar al-Assad, accusé d’être à l’origine d’une attaque chimique près de Damas, sur laquelle les experts de l’ONU poursuivent leur enquête.

 

Pour sauver les chrétiens de Syrie, dites non à l’intervention militaire des États-Unis et de ses alliés !

Signez et faites signer de toute urgence notre pétition au Président de la République !

Monsieur le Président,
Nous entendons avec inquiétude les bruits de bottes s’intensifier autour de la Syrie.
Nous qui,  depuis des mois, suivons avec vigilance et angoisse l’actualité dans cette région du monde, ressentons le pressant devoir de protester par avance contre toute participation française à une action aux conséquences incalculables, mais qui serait désastreuse pour toutes les chrétientés de la région.
La France, traditionnelle protectrice des chrétiens d’Orient, va-t-elle s’associer à une aventure militaire qui, de toute évidence, mettrait cette région, déjà tant éprouvée, à feu et à sang ?
La France, traditionnel recours des minorités opprimées de cette région, va-t-elle assumer l’inévitable arrivée des islamistes radicaux les plus barbares à la tête de ce pays (en attendant la chute, presque aussi inévitable, de la fragile démocratie libanaise) ?
Nous n’avons aucune tendresse pour l’actuel pouvoir syrien.
Mais l’intervention “occidentale” annoncée reposerait, une nouvelle fois, sur une manipulation médiatique. Alors que l’enquête internationale n’est pas conclue, il est insensé d’affirmer hautement que Bachar Al-Assad a fait gazer les populations civiles. Il est de notoriété publique que les prétendus rebelles (dont la plus grosse partie est, en réalité, constituée de djihadistes étrangers appartenant à Al Qaïda et à d’autres groupuscules que vous n’oserez sans doute pas qualifier, comme certains médias, « d’opposition démocratique ») ont pris des sites militaires et donc sans doute des réserves d’armes chimiques. Il est donc à peu près impossible de savoir sans une enquête approfondie ce qui s’est réellement passé. Malgré cela, vous laissez vos ministres désigner hautement des coupables tout trouvés et annoncer une intervention militaire pour laquelle le Parlement n’a même pas été consulté.
Nous vous demandons instamment de refuser cette intervention désastreuse et précipitée.
D’abord, parce que la France n’a aucun intérêt stratégique à l’embrasement d’une zone où elle était traditionnellement influente et écoutée.
Ensuite, parce qu’il est impossible, en l’absence de toute prise de position du Conseil de sécurité de l’ONU, de parler d’une intervention internationale. Dans l’état actuel des choses, il ne s’agirait que d’une intervention unilatérale sans aucune légitimité juridique – intervention d’autant moins fondée que la plupart des dirigeants occidentaux qui s’y préparent ont publiquement dénoncé l’intervention américaine en Irak, pourtant infiniment moins dangereuse.
Enfin, et surtout, parce que les premières victimes de cette guerre, et du régime qui en sortira le plus vraisemblablement, seront les minorités syriennes – tout spécialement la minorité chrétienne – à l’égard desquelles la France a des devoirs, maintes fois confirmés par les traités internationaux, puis par un effet de dominos les minorités chrétiennes de toute la région.
C’est pourquoi les signataires de cette lettre vous adjurent solennellement de refuser de laisser la France être entraînée dans une aventure militaire funeste pour la paix du monde, pour notre pays, pour nos soldats, pour le Proche-Orient, et pour les chrétiens de Syrie.
Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre très haute considération et de notre vigilante attention.

Guillaume de Thieulloy (Riposte Catholique)

Daniel Hamiche (L’Observatoire de la Christianophobie)

Michel Janva (Le Salon Beige)

- See more at: http://www.christianophobie.fr/action/pour-sauver-les-chretiens-de-syrie-dites-non-a-lintervention-militaire-des-etats-unis-et-de-ses-allies#!prettyPhoto/0/

Pour sauver les chrétiens de Syrie, dites non à l’intervention militaire des États-Unis et de ses alliés !

Signez et faites signer de toute urgence notre pétition au Président de la République !

Monsieur le Président,
Nous entendons avec inquiétude les bruits de bottes s’intensifier autour de la Syrie.
Nous qui,  depuis des mois, suivons avec vigilance et angoisse l’actualité dans cette région du monde, ressentons le pressant devoir de protester par avance contre toute participation française à une action aux conséquences incalculables, mais qui serait désastreuse pour toutes les chrétientés de la région.
La France, traditionnelle protectrice des chrétiens d’Orient, va-t-elle s’associer à une aventure militaire qui, de toute évidence, mettrait cette région, déjà tant éprouvée, à feu et à sang ?
La France, traditionnel recours des minorités opprimées de cette région, va-t-elle assumer l’inévitable arrivée des islamistes radicaux les plus barbares à la tête de ce pays (en attendant la chute, presque aussi inévitable, de la fragile démocratie libanaise) ?
Nous n’avons aucune tendresse pour l’actuel pouvoir syrien.
Mais l’intervention “occidentale” annoncée reposerait, une nouvelle fois, sur une manipulation médiatique. Alors que l’enquête internationale n’est pas conclue, il est insensé d’affirmer hautement que Bachar Al-Assad a fait gazer les populations civiles. Il est de notoriété publique que les prétendus rebelles (dont la plus grosse partie est, en réalité, constituée de djihadistes étrangers appartenant à Al Qaïda et à d’autres groupuscules que vous n’oserez sans doute pas qualifier, comme certains médias, « d’opposition démocratique ») ont pris des sites militaires et donc sans doute des réserves d’armes chimiques. Il est donc à peu près impossible de savoir sans une enquête approfondie ce qui s’est réellement passé. Malgré cela, vous laissez vos ministres désigner hautement des coupables tout trouvés et annoncer une intervention militaire pour laquelle le Parlement n’a même pas été consulté.
Nous vous demandons instamment de refuser cette intervention désastreuse et précipitée.
D’abord, parce que la France n’a aucun intérêt stratégique à l’embrasement d’une zone où elle était traditionnellement influente et écoutée.
Ensuite, parce qu’il est impossible, en l’absence de toute prise de position du Conseil de sécurité de l’ONU, de parler d’une intervention internationale. Dans l’état actuel des choses, il ne s’agirait que d’une intervention unilatérale sans aucune légitimité juridique – intervention d’autant moins fondée que la plupart des dirigeants occidentaux qui s’y préparent ont publiquement dénoncé l’intervention américaine en Irak, pourtant infiniment moins dangereuse.
Enfin, et surtout, parce que les premières victimes de cette guerre, et du régime qui en sortira le plus vraisemblablement, seront les minorités syriennes – tout spécialement la minorité chrétienne – à l’égard desquelles la France a des devoirs, maintes fois confirmés par les traités internationaux, puis par un effet de dominos les minorités chrétiennes de toute la région.
C’est pourquoi les signataires de cette lettre vous adjurent solennellement de refuser de laisser la France être entraînée dans une aventure militaire funeste pour la paix du monde, pour notre pays, pour nos soldats, pour le Proche-Orient, et pour les chrétiens de Syrie.
Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre très haute considération et de notre vigilante attention.

Guillaume de Thieulloy (Riposte Catholique)

Daniel Hamiche (L’Observatoire de la Christianophobie)

Michel Janva (Le Salon Beige)

- See more at: http://www.christianophobie.fr/action/pour-sauver-les-chretiens-de-syrie-dites-non-a-lintervention-militaire-des-etats-unis-et-de-ses-allies#!prettyPhoto/0

3084763_syriegeo

Syrie ... Guerre généralisée dans tout le Moyen-Orient ?

 

Haytham-Manna

 

 

navire de guerre russe

 

 

navire-russe1

 

 

 

183058834

 

Cinq porte-avions occidentaux au large de l’Iran en août

BREIZATAO – ETREBROADEL (17/07/2012)

Les États-Unis renforcent considérablement leur présence militaire au large de l’Iran, dans des proportions identiques à celles ayant précédé l’invasion de l’Irak en 2003.

Les États-Unis alignent désormais trois porte-avions face à l’Iran. L’USS Dwight Eisenhower est le premier d’entre eux, commandant par ailleurs l’USS Enterprise et l’USS Abraham Lincoln. Ils seront bientôt rejoints par l’USS John C. Stennis en août.

À noter l’envoi par la France du porte-avion Charles de Gaulle en renfort, ce qui fera une flotte de cinq porte-avions au total, confirmant l’alignement français sur les USA. En outre la France poursuit le renforcement de sa présence aérienne sur la base d’Al Dhafra aux côtés d’escadrilles américaines.

Pour notre rédaction, ces informations ne constituent pas une surprise, mais la concentration de force est si massive qu’elle ne peut qu’annoncer des frappes de grandes envergures contre l’Iran. Israël avance la date d’octobre pour une guerre, mais rien n’est sûr de ce côté là. L’agression est en revanche acquise pour les chancelleries mondiales.

En outre les USA ont déployé huit navires chargés du déminage dans le Détroit d’Hormuz. Or, ces navires ne le sont que dans l’hypothèse d’un minage par l’Iran de ce détroit par où transitent des masses énormes de pétrole. Un tel minage n’aurait éventuellement lieu que si l’Iran répondait à des frappes contre son territoire. De telles mesures défensives de la part des USA trahissent donc la mise en œuvre du dispositif de défense des forces occidentales, dans le cadre de l’attaque prévue de la République Islamique d’Iran.

La situation en Syrie en outre devient réellement dangereuse, avec des menaces adressées à Bashar Al Assad de bombardements du territoire syrien au motif d’utilisation “d’armes biologiques” (gaz moutarde, gaz sarin). Nous avons donc au moins deux états voisins menacés par les USA, liés par une alliance militaire, dans une zone stratégique clef. Avec l’implication d’Israël et des révolutions islamistes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, nous approchons d’un conflit au moins régional ayant un potentiel mondial de par ses dimensions religieuses et énergétiques. Sans parler des alliances diverses qui traversent la région et qui impliquent la quasi totalité des pays du monde. Le contexte est similaire à celui des Balkans en 1913.

 

Le porte-avions Charles de Gaulle envoyé vers les côtes syriennes?

Le porte-avions Charles-de-Gaulle, navire amiral de la flotte française. (c) Reuters

Le porte-avions Charles-de-Gaulle, navire amiral de la flotte française. (c) Reuters

Selon une source proche du ministre de la Défense, le porte-avions français Charles de Gaulle devrait rejoindre de façon imminente le "théâtre est-méditerranéen, quelque part entre Chypre et les cotes syriennes". La même source indique que "la décision a été prise, même si elle n’est pas encore officielle". Le porte-avion nucléaire, fleuron de la marine nationale, est à nouveau opérationnel après une remise à neuf effectuée lors d’un arrêt technique de plusieurs mois au chantier naval DCNS de Toulon.

"Il est toujours à quai et n'a reçu aucun d'ordre" précise le Colonel Gilles Jarron, porte-parole du chef d'Etat-major des Armées qui dément qu'une telle décision ait été prise..

Selon nos informations, la sortie du porte-avion, sur ce qui pourrait devenir un théâtre opérationnel, se fera en collaboration avec la marine américaine qui a déjà positionné un destroyer supplémentaire en Méditerranée. Au total quatre navires de l’US Navy équipés de missiles de croisière Tomahawk y seront présents.

Hubert Levet pour Challenges

 

2099714_BacharAlAssad

 

2098424_aaasyrie

**************************************************************************

 

Source : Monde - le 29 Août 2013

Syrie : et maintenant, le ridicule

C'est un monde, la chronique de José Fort.

Pas si simple quand même de « punir » la Syrie, selon la formule de François Hollande. Il ne s’agit pas là, en effet, de régler un problème de sous préfecture, y compris corrézienne. Il s’agit de plus sérieux, de plus complexe exigeant la maîtrise de soi.

Il s’agit d’affaires mondiales, de guerre ou de paix, du sort des peuples.
On ne traite pas des puissances comme la Russie, quoi qu’on puisse penser de ses gouvernants actuels, avec une légèreté méprisante. En matière de relations internationales, la discrétion, l’intelligence du propos, la compréhension du monde et de tous ses dangers restent une donnée essentielle comprise par les grands de ce monde depuis des siècles. Visiblement pas par M. Hollande et son équipe.

Pas de consensus à l’ONU alors qu’Obama cherche une sortie à moindre coup. Cameron obligé de faire marche arrière face à son parlement opposé à la guerre. Une large majorité de citoyens étatsuniens, britanniques, français hostiles aux possibles opérations armées. Bientôt, seul M. Hollande demandera, fanfaron et ridicule, une « punition ».

Que le président et le gouvernement français se discréditent une fois encore (après l’affaire de l’avion du président bolivien) est une chose. Autre chose est une politique officielle française se ridiculisant aux yeux du monde et portant atteinte à la France,  à son honneur et à son prestige.

José Fort

 

 

SOURCE : Monde - le 27 Août 2013

Syrie. Avec la peau des autres

C'est un monde, la chronique de José Fort.

Sur toutes les radios et télés publiques et privées,  sur la plupart des sites internet, la mobilisation est générale. Chroniqueurs du matin, experts en tout et pour tout, observateurs jamais démentis, militaires à la retraite, sont sur le pont avec pour seule lettre de mission : faire accepter par l’opinion publique l’entrée en guerre des puissances occidentales dans le conflit syrien.

Il y a comme un goût de déjà vu. Souvenez-vous de la première guerre US en Irak lorsque les médias français s’étaient transformés en studios d’état major diffusant en direct les frappes et leurs traînées verdâtres,  diffusant des informations mensongères avec le terrible résultat que l’on connaît. Ces gens là sont prêts à en découdre avec la peau des autres. L’Irak, l’Afghanistan, la Libye ne leur suffisent pas : les petits nouveaux à la sauce Obama et Hollande veulent leur guerre et peuvent compter sur des médias à la botte.

Ils jouent avec le feu. Celui qui peut embraser l’ensemble de la région déjà au plus mal et au delà. Car une question n’est jamais posée : et si dans la folie de l’escalade guerrière le bouton de l’arme atomique démangeait certains ?

José Fort

**************************************************************************

L'observatoire de la Christianophobie

Author

Madame, Monsieur,

Il y a fort à craindre qu'une intervention militaire des Etats-Unis se prépare en Syrie.

Et nos dirigeants voudraient nous entraîner dans cette funeste aventure.

Or, une chose est certaine: cette intervention - sans la moindre légitimité internationale, puisque le conseil de sécurité de l'ONU ne sera évidemment pas consulté, la Russie étant décidée à exercer son droit de veto - entraînera, dans l'immédiat, un chaos indescriptible dans la région.

Et, après l'éviction de Bachar Al-Assad, l'installation d'un régime fanatiquement anti-chrétien et "Islamiste" !

Les chrétiens de Syrie sont déjà égorgés par dizaines par des barbares. La France, traditionnelle protectrice des chrétiens d'Orient, va-t-elle, non seulement les abandonner, mais encore armer leurs bourreaux?

Il semble malheureusement que le président de la république et son gouvernement y soient disposés.

Nous ne pouvons pas laisser faire cela!

Nous devons absolument être des milliers à parler pour ceux que l'on n'entend pas, pour ceux dont les médias politiquement corrects détournent pudiquement les yeux et que l'on peut donc massacrer impunément : les chrétiens d'Orient.

Alors, s'il vous plaît, signez vite notre lettre au président de la république pour dire clairement, fermement et solennellement notre NON A L'INTERVENTION OCCIDENTALE EN SYRIE!

Signez et faites signer d'urgence. C'est dans les prochains jours, peut-être même les prochaines heures, que tout va se jouer.

Non, la France, qui, pendant des siècles, a protégé les chrétiens d'Orient, ne peut pas prendre part à leur éradication complète en Syrie, au Liban, et bientôt dans tout le Proche-Orient.

Merci de votre soutien à nos frères chrétiens de Syrie!

Daniel Hamiche

Directeur de l'Observatoire de la christianophobie

PS: Pour lire, diffuser, signer et faire signer notre lettre, vous pouvez soit vous rendre sur notre site, soit sur notre page Facebook.