PREMIER SALON LITTÉRAIRE DE L'ECRIVAIN SOLDAT DE NICE

Hôtel Splendid , 50 Boulevard Victor Hugo à Nice salon Masséna le 8 Octobre 2016 de 10h00 à 18h00

P1180565P1180566

C'est dans le prestigieux salon Masséna du grand hôtel Splendid à Nice que s'est tenu le 1er Salon littéraire de l'écrivain soldat ce samedi 8 octobre 2016, salon présidé par Jean-Pierre Hutin ancien militaire parachutiste et qui fût l'attaché parlementaire de Maître Jacques Peyrat.

Ce salon de l'écrivain soldat était placé sous l'égide du Cercle littéraire Pages du Sud, le l'Amicale des Anciens de la Légion étrangère de Nice présidée par Maître Jacques Peyrat, du Cercle Algérianiste de Nice et des Alpes-Maritimes présidé par Madame Michelle Soler, de l'Union Nationale des Parachutistes de Nice de l'Union Nationale des Combattants 06.

Il faut dire que ce premier salon du soldat écrivain a permis de devenir avant tout une rencontre entre frères d'armes d'anciens d'Indochine ou d'Algérie, aujourd'hui plus près de nous avec les opérations Opex du Sahel et du Mali de l'armée française, salon qui a contribué à rendre hommages à toutes ces femmes et ces hommes qui resteront pour toujours le dernier rempart contre toutes les formes de barbarie que traverse aujourd'hui notre Monde.

Vidéo de Gérard Diaconesco

1er Salon de l'écrivain soldat à Nice le 08 10 2016

 

On pouvait remarquer la participation de plus d'une vingtaine d'auteurs écrivains soldats qui étaient présents pour dédicacer leurs œuvres durant cette journée dont  :

de-sueur-et-de-sable-280x425

- Raphaël BERNARD : De sueur et de sable;

En décembre 2014, durant quatorze jours, Raphaël Bernard, en poste à Kidal Nord-Mali, s’est élancé dans une mission d’ouverture de route de mille deux cents kilomètres. Seul Occidental à la tête d’un convoi de cent quarante-deux Tchadiens, Ivoiriens et Népalais, il a déjoué, avec les hommes de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), les pièges du désert et des terroristes.

Odyssée sisyphéenne entre Kidal et Tessalit, ce journal de bord montre, au travers de la rusticité et du courage des hommes de la MINUSMA et de BARKHANE, les efforts, les doutes et les pensées d’un chef militaire, seul dans son commandement face à l’adversité. Ces quatorze jours vous emmènent, au gré des vents et des pistes, des ennuis et des doutes, pour une aventure forte, aux effluves de sueur et de sable.

Saint-cyrien, Raphaël Bernard est colonel d’artillerie. Breveté de l’École de guerre et titulaire d’un MBA d’HEC, il a été projeté à de nombreuses reprises en individuel ou avec ses hommes au sein de l’ONU (Liban, Sahara Occidental, Côte d’Ivoire et Mali). Chef de corps du 1er Régiment d’Artillerie de 2013 à 2015, il sert désormais à Besançon comme chef opérations de la 1re Division. Chevalier de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du Mérite, il est divorcé et père de trois enfants.

Auteur : Raphaël Bernard
Nombre de pages : 255 pages
ISBN : 9791092525076

 

51MAHHJM62L

- Philippe BOISSEAU : Les loups sont rentés dans Bizerte;

mai 22nd, 2009

Les loups sont entrés dans Bizerte !

Rare récit des combats lors de la bataille de Bizerte en 1961.

Oui, il n’y eut pas seulement la guerre d’Algérie. Il y eut aussi de durs combats en Tunisie.

1961: la tension monte entre la jeune république tunisienne et le gouvernement du Général de Gaulle. La France occupe toujours la base aéro-navale de Bizerte, près de Tunis, dans le cadre d’accord bilatéraux avec la Tunisie. Cette base est essentielle à la surveillance de la Méditerranée occidentale dans le cadre de la guerre froide.

Mais la guerre d’Algérie et le soutien de la France à l’État d’Israël exacerbent les tensions. Bourguiba veut marquer les esprits arabes. Eté 1961, les troupes de la toute jeune Tunisie bloquent les troupes français encore présentes dans la base aéronavale de Bizerte. De Gaulle va réagir en envoyant les parachutistes. La situation va être réglée en quelques jours. La France finira par abandonner la place rapidement ensuite mais à son heure…

Philippe Boisseau nous fait revivre ces combats courts mais néanmoins très violents.Appelé du contingent, Philippe Boisseau était sergent au 3ème RPIMA. Il nous fait revivre dans un style très vivant ce moment de notre histoire totalement méconnu.

Les loups sont entrés dans Bizerte de Philippe Boisseau chez France Empire (1998).

 

51EHjgkxuXL

- Lucien-Henri GALEA : Aurore aux portes de l'enfer;

Aurore aux Portes de l'Enfer raconte l'aventure de quatre jeunes engagés volontaires dans les Fusiliers Marins à 17 ans, de leurs classes de jeunes soldats à leur mort pour certains et à la fin de leur affectation au poste de Bab el Assa sur la frontière marocaine, pour les autres. La guerre d'Algérie touche à sa fin en 1960. Les efforts de l'armée française tendant à éradiquer la rébellion et ses exactions à l'intérieur de l'Algérie, puis à repousser les soldats de l'ALN au-delà des frontières tunisiennes et marocaines sont à présent couronnés de succès. Les frontières obturées par un barrage électrifié sont la cible des troupes de l'ALN qui tentent de passer en Algérie pour combler les vides creusés par les opérations aéroportées. Les unités françaises patrouillent de nuit en half-track, le long de ce réseau afin de découvrir et de contrecarrer les tentatives de passage discrètes ou en force. Ces tentatives ont lieu par la force des choses de nuit et donc les combats n'ont lieu seulement que la nuit, ce qui augmente le stress du combat. La violence de ces combats se solde par des hécatombes qui ne se découvrent que lorsqu'une Radieuse Aurore éclaire de ses rayons le champ de bataille. Cette histoire ne fut jamais écrite. Elle le fut pour rendre hommage à tous ces appelés et engagés qui donnèrent "leur sang sans le marchander, comme le précise dans sa préface l'Amiral de Brossard.

 

1011044832

- Jean-Pierre HUTIN : Les enfants de Sidi Férruch;

Les Enfants de Sidi-Ferruch qu’évoque Jean-Pierre Hutin dans son livre de souvenirs colorés ne sont pas des enfants mais les parachutistes Coloniaux de Bigeard, cantonnés dans cette ville d’Algérie pendant la guerre. L’auteur s’est engagé en 1958, très jeune, dans cette troupe d’élite et nous raconte – dans une langue ‘san-antonionesque’ – au-delà de la vie très dure qu’il y mena pour devenir un ‘léopard’, c’est-à-dire un soldat d’élite, les accrochages avec les fellaghas, les morts, les blessures, les ‘virées’ pendant les permissions, comme les bagarres homériques mais fraternelles avec les Légionnaires, autres soldats d’élite très sourcilleux… Faire la guerre – en obéissant aux ordres – semble avoir été l’unique ‘morale’ de ces jeunes hommes mêlés, sous des Saint-Cyriens, à des vieux grognards d’autres guerres, dans d’autres camps, pour devenir une sorte de confrérie du courage absolu, indifférente sinon méprisante pour les autres, civils, politiciens, gradés, pieds-noirs, etc., à l’exception assez compréhensible des fellaghas qui vivaient la même vie face à eux.

L’auteur qui a vécu une guerre terrible, des djebels à la Casbah d’Alger, en a gardé la marque indélébile comme tous les soldats de toutes ces guerres qui leur étaient incompréhensibles : le sentiment d’avoir joué sa vie pour rien, pour d’autres douillettement à l’abri. S’il a survécu – sans trop savoir pourquoi comme tant d’autres revenus de Stalingrad ou d’Okinawa – il ne regrette rien, à l’image des paras du 1er REP…

Les enfants de Sidi-Ferruch de Jean-Pierre Hutin, Editions le spot à commander à l’auteur:

Le bois de Cimiez, 4 avenue Sainte Claire, 6100 Nice. 15 euros franco de port.

 

41UZkaDAVxL

- Thierry JOUAN : Une vie dans l'ombre;

Treize ans officier du Service action de la DGSE, six ans aide de camp au palais princier de Monaco, Thierry Jouan a passé la plupart de sa vie professionnelle dans l'ombre et au service des princes de ce monde. "J'ai vraiment longtemps hésité à écrire sur cette période de ma vie, car comment parler des "Services secrets" puisque, par définition, c'est secret... Comment écrire et faire comprendre ce que j'ai vécu et ressenti durant ces treize ans sans dévoiler quelques petits secrets d'Etat ? Et que puis-je écrire ? J'ai prêté serment de "discrétion" en quittant le Service Action, le S.A., en novembre 1999, pour rejoindre le palais princier de Monaco. Mais aujourd'hui, mon envie de décrire l'aspect humain de cette expérience, durant ces années passées dans l'ombre, est plus forte que moi. Je tiens à ce que mes proches sachent les raisons de toutes ces années d'absence, d'inexistence, de mensonge et, quelque part, le début de ma fuite en avant." Une trajectoire humaine faite d'ombres et de lumière. Un homme qui essaye de fuir les cauchemars qui hantent ses nuits. Une tranche de vie dont il doit la vérité à ses proches. Des plaies encore ouvertes à refermer définitivement.

 

37328558

- Père Richard KALKA : Dieu désarmé;

Le padre Kalka entre Ecritures et écriture: "Dieu désarmé. Journal d'un curé de campagnes"

 

Je n'ai jamais eu l'occasion de rencontrer le père Kalka mais après la lecture de son livre Dieu désarmé. Journal d'un curé de campagne, je suis certain qu'en plus d'un plaisir, ç'aurait été un honneur pour moi.

Je dois donc remercier mon confrère (et préfacier du livre) Pierre Bayle de m'avoir adressé un exemplaire de cet ouvrage. On lira ici les lignes que Pierre Bayle consacre au père Richard Kalka sur son blog Pensées sur la planète.

Né en Pologne, touché par la Grâce de Dieu dans une "obscure salle d'attente de gare", Rickard Kalka a été ordonné prêtre en 1975. Trois ans plus tard, le voilà à Paris pour y travailler sur un doctorat. Naturalisé français, il décide d'entrer dans l'aumônerie militaire. Sa "carrière" commence en 1985, à Saintes (Charente-Maritime).

La suite? 27 années passées au milieu des paras, marsouins, spahis, dragons, en métropole bien sûr mais en opex surtout. Tchad, Centrafrique, Rwanda, Golfe, Cambodge, Côte d'Ivoire, Gabon, Burundi, Balkans, Afghanistan. "Mon propos", écrit d'ailleurs l'auteur dans sa conclusion, "était simplement d'exprimer ma joie et mon bonheur d'avoir été si souvent aux côtés de soldats dans leurs missions extérieures". Il le fait avec chaleur, humilité et humanité.

A-t-il lu Péguy? Je n'en serais pas étonné. Il y a dans l'écriture du padre Kalka un souffle qui rappelle celui de cet autre soldat-écrivain dans sa Tapisserie de sainte Geneviève et Jeanne d'Arc, 8e jour.

Dieu désarmé. Journal d'un curé de campagnes, éditions LBM, 221 pages, 17,80€

 

imageimage

-Jean-Louis MARTINEZ : Des mots pour des maux;

Jean-Louis Martinez, prend sa retraite militaire après une longue carrière de 37 ans au service de la France. Choisissant l'Armée de Terre, il rejoint l'Infanterie en 1975, au 2éme Groupe de Chasseurs en Allemagne, son parcours sera jalonné par différents théâtres d'opération, Afrique, Afghanistan, Kosovo.

Passionné par le dessin, il décide de réaliser ces ouvrages recueillant des crobars et des poèmes sur sa vie, sur celle de ses camarades et sur ses coups de gueule. Avec en point de mire le soutien à ses Frères d'Arme et à leurs proches.

 

9782296977129FS

- Malika MEDDAH : Une famille de Harkis;

Une famille de Harkis

De Meddah Malika (Auteur)

Publié par 

Harmattan

Récit d'une Française fille de harkis qui témoigne de l'impact que les événements d'Algérie ont eu sur sa famille, du quotidien de petits paysans kabyles au long isolement dans les camps forestiers et au désir d'intégration et d'assimilation. Dans le cadre de ce qu'elle a vécu, l'auteur relève les erreurs commises et désigne sans détours ceux qu'elle juge responsables. Elle démontre également que l'on peut retrouver la lumière en combattant et en témoignant.

 

$_57

- Claude NOIRTIN : Les yeux bleus brillaient dans la nuit;

Auteur : Claude Noirtin

 Récit d'un combat qui dura cinq jours dans l'Algérie en guerre de 1960, au col de Tiamimine, proche de la Tunisie. C'est là qu'un jeune militaire lorrain, Jean René Félix, trouvera la mort le dernier jour de son service militaire, à 21 ans. Mais c'est dans la Metz du XXIe siècle que ce récit va trouver son prolongement.

 

41776JEpYNL

- Philippe de PARSEVAL : Paul de Chazelles, le général oublié;

Paul de Chazelles, (1907-1979), issu d’une famille de militaires, est sorti de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr en 1930. Muté à la Légion étrangère au Maroc, il a participé à la fin de la pacification, puis a rejoint une unité métropolitaine lors du déclenchement de la IIe Guerre Mondiale. Affecté dans les Corps Francs en Lorraine, il a été fait prisonnier à l’issue de la campagne de France, évadé en 1941, a rejoint l’Afrique du Nord et l’AOF pour préparer la revanche : campagne d’Italie puis débarquement en Provence, campagne de France et d’Allemagne. Dès la fin de la guerre, il se porte volontaire pour l’Indochine puis, à son retour, rejoint le Maroc pour prendre le commandement du 2e Régiment Étranger de Cavalerie. Il participera à la Guerre d’Algérie au cours de deux séjours. Comment cet officier destiné aux plus hauts niveaux de la hiérarchie militaire n’a-t-il terminé sa carrière « que » colonel ? C’est à cette légitime question que répond l’auteur. Le lecteur, en survolant trente ans de campagnes à travers cette biographie, comprendra que le sens de l’honneur et la fidélité à la parole donnée passent avant toute autre considération.

Philippe de Parseval est né en 1939 dans une famille de marins et de soldats. Sorti de Saint-Cyr, il sert dans l’armée pendant quelques années. En 1970, à sa demande, il quitte l’armée d’ac­tive et entreprend une seconde carrière dans des entreprises de transports internationaux et de commerce extérieur qui le con­duiront de par le monde. Il passera huit années au Moyen-Orient dans le domaine de l’Armement. Il a été témoin de la guerre du Golfe et de l’environnement géopolitique de cet évènement déterminant pour l’avenir du monde occidental. Avec Paul de Chazelles, le général Oublié, l’auteur effectue un retour en arrière et plonge le lecteur dans les trente années qui virent l’ eff­on­drement de notre empire à travers la vie d’un officier exemplaire dont le sens de l’engagement lui fit préférer son honneur à sa carrière.

 

les-joutes-de-l-arene-me-jacques-peyrat-un-temoin-engage

 

- Jacques PEYRAT : Les joutes de l'arène ;

L'histoire n'est pas toujours un long fleuve tranquille. Régulièrement, comme aux saisons des crues, son cours s'accélère et tel un torrent furieux, elle brise et submerge des digues qui semblaient inébranlables. C'est ce qui est arrivé durant la deuxième moitié du XXe siècle, comme peut-être jamais encore auparavant parce que le monde, lui aussi, va plus vite. J'ai été le témoin de cette dérive qui, en un peu plus d'un demi-siècle, a fragilisé nos fondations, érodé nos valeurs, emporté des pans de notre société. Témoin impuissant, d'abord, entraîné par le flot de la débâcle. Témoin engagé, plus tard, dans ma vie militaire, familiale, professionnelle et, enfin, en politique.

Comme volontaire étudiant, soldat, homme d'affaires, avocat, militant, élu, j'ai passé ma vie dans l'arène, à livrer des batailles parfois perdues, parfois gagnées, mais dont chacune d'entre elles m'a montré que jamais, jamais, il ne faut désespérer, ni renoncer à repousser les flots, à reconstruire les barrages, à redonner ses droits à la vie. 

Je le crois encore aujourd'hui, alors même que l'on a essayé, encore une fois, de m'abattre, de m'empêcher de continuer à mener mes combats. Pour mes idées, pour mes concitoyens, pour ma ville et pour la France.

Par ce livre, j'ai souhaité apporter un témoignage de ce que j'ai vu à travers la manière dont je l'ai vécu, à la fois spectateur et acteur. Et parfois, critique.

Maître Jacques Peyrat est né le 18 octobre 1931 à Belfort et s'est définitivement installé à Nice en 1946. Parachutiste, engagé volontaire dans la Légion Etrangère pour servir en Indochine, il a travaillé comme agent immobilier, puis cadre à la Mobil Oil avant de revenir à sa vocation première en devenant avocat pénaliste, ce qui lui vaudra notamment de défendre Albert Spaggiari, le cerveau du "Casse du siècle", organisateur du cambriolage de la Société générale à Nice. Entré tôt en politique, Jacques Peyrat a été conseiller municipal de Jean Médecin, Conseiller Général, Conseiller Régional, Député puis Sénateur des Alpes-Maritimes, Maire de Nice de 1995 à 2008, et président fondateur de la Communauté d'Agglomération Nice Côte d'Azur de 2002 à 2008.

 

9782357910867_1_282924

 - Robert SAUCOURT : Georges Masselot ;

Lieutenant Georges Masselot

Honneur à la Légion et aux Paras - Fidélité à l'Algérie française
Robert Saucourt

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il n'existait pas, à ce jour, d'ouvrages racontant la vie — et quelle vie! — du lieutenant-colonel Georges Masselot (1911-2002). 

Cette anomalie est aujourd'hui corrigée par Robert Saucourt, président de l'Association pour la mémoire de l'Empire français (dont Masselot fut président d'honneur jusqu'à sa mort).

En parlant de Masselot, on a envie de dire: « Quel roman fut sa vie! ». Sauf que l'on n'est pas dans le roman, mais dans la réalité d'un grand soldat, atypique à bien des égards. Il fut au ren¬dez-vous de tous les combats pour la France: Seconde Guerre mondiale, Indochine et — surtout peut-être — l'Algérie française, la terre de ses ancêtres. L'Algérie à qui il donna son fils, Philippe, tombé en opération à ses côtés.

Il paya le prix fort ses engagements. Trente années de service exemplaire, trois blessures au feu, 15 citations (dont 10 à l'ordre de l'armée), commandeur de la Légion d'honneur. Dans la tradition de la Légion et des paras: honneur et fidélité.

 

51ZZIFkHFdL

- Jean-Claude SAULNIER : Une vie de légionnaire;

Au mois de mai 1978, jeune légionnaire à peine sorti de l'instruction, Jean-Claude Saulnier, alias Julien Soral, participe avec le 2e régiment étranger de parachutistes à la dernière grande opération aéroportée de l'armée française sur Kolwezi, où il reçoit sa première blessure et conquiert son premier titre de gloire. En 2010, alors au faîte des honneurs, chevalier de la Légion d'honneur, médaillé militaire, adoubé dans l'ordre restreint des maréchaux de la Légion étrangère, l'adjudant-chef Saulnier mène sa dernière campagne en Afghanistan en tant que président des sous-officiers du 2e REP au sein de la Task Force Altor. Au cours de ses trente-quatre années à la Légion étrangère dont trente et un ans au 2e régiment étranger de parachutistes, Jean-Claude Saulnier aura été l'acteur et le témoin des formidables mutations technologiques, stratégiques et humaines qui ont fait de la Légion étrangère une force d'intervention projetable parfaitement adaptée au rôle de la France dans le monde.

 

9782310024273_1_161934

- Wladyslaw SOBANSKY : Camp 113;

Camp 113

Se taire est impossible
Wladyslaw Sobanski - Préface de Pierre Mazeaud, président honoraire du Conseil Constitutionnel

« Face à nos conditions de détention inhumaines, notre commissaire politique français, Georges Boudarel, reste de marbre. Il en est ignoble ! Pire, lui qui écrira dans sa biographie que sa « motivation » principale pour rejoindre le Vietminh fut « le dégoût d'un monde de violence et de mépris », participe à l'affaiblissement physique et moral de ses compatriotes en mettant en œuvre tout un processus de manipulation mentale, de lavage de cerveau, destinés à retourner les prisonniers survivants, à convertir les « ennemis de classe » que nous sommes en « combattants de la Paix », c'est-à-dire en promoteurs de l'idéologie marxiste-léniniste. pour que nous en fassions l'apologie lorsque nous serons de retour en France. Nous convertir au communisme, nous dresser contre la France et son gouvernement : telles sont les missions que lui a confiées Hô Chi Minh.
L'humiliation permanente que constituent nos conditions de vie vise à l'avilissement des internés. Notre personnalité et notre dignité sont bafouées en permanence pour éradiquer nos valeurs et nos convictions et, ainsi, finir par tuer l'homme que nous étions pour en faire émerger un nouveau. »

Wadyslaw Sobanski, fils d'émigré polonais, fut employé dès l'âge de 13 ans dans les mines du nord de la France. Pour échapper à une vie misérable et sans perspective, il s'engagea à 20 ans dans l'année française, ce qui le conduisit en 1951 en Indochine. Quelques jours avant son retour en métropole, il tomba aux mains du Vietminh et passa 409 jours dans le pire de ses camps d'internement. pour ne par dire d'extermination :le camp 113. Il en fut l'un des rares survivants.
Des années plus lard la réapparition de son tortionnaire, un Français passé à l'ennemi, l'amène à entreprendre le combat de sa vie : le fait condamner pour crimes contre l'humanité, malgré l'amnistie dont il a bénéficié, puis faire voter une loi rendant de tels crimes inadmissibles. Un combat qui n'est toujours pas terminé à ce jour... 
Ce livre, témoignage terrifiant et bouleversant pour l'Histoire, raconte aussi la résilience d'un homme, toujours debout, combatif et porté par ses convictions à bientôt 88 ans !

 

9782877069625

- Eric DESCHODT : Penjab;

PENJAB

·         De Eric Deschodt

  • Éditeur : Fallois (Editions de)
  • Parution : 07 septembre 2016

La rédaction : 

 

La chute de Napoléon et son exil à Sainte-Hélène dont il ne reviendra pas ont désespéré des milliers de ses soldats qui ne vivaient que dans l'attente de son évasion et de son retour. Le capitaine Allard et le maréchal des logis Ventura sont de ces désenchantés. Fuyant une Europe sans âme, ils vont chercher en Inde la vie supérieure qui leur est interdite par l'insupportable Sainte-Alliance "des rois contre le peuple". 

La gloire donc, et la fortune, la première entraînant la seconde. Au pied de l'Himalaya, entre l'Hindoustan et l'Afghanistan, l'empire sikh du Penjab ne cesse de s'étendre et son maître, Ranjit Singh, maharadjah de Lahore, a besoin d'hommes sûrs pour assurer cette croissance.

 

En dix-sept ans, l'intime alliance d'un prince exceptionnel et de quatre fidèles de l'Empereur, Allard ayant fait venir en renfort deux camarades de leur grande époque, va contre- dire les lieux communs de la faiblesse humaine, en premier l'inconstance et l'envie. 


L'empereur a marié lui-même Allard et Ventura à deux belles princesses pour les attacher au Penjab, mais surtout - c'est un prince qui voit loin - pour contribuer au rapprochement des peuples grâce à leurs enfants et préparer l'avènement d'un monde pacifié. Conte de fées ? Pas du tout. Résultat concret d'une alliance de vertu et de grandeur que seule la mort interrompra.

 

Reportage exclusif et Photos Presse de Gérard Diaconesco

C. Copyrights and all Rights - Agency Press International DIACONESCO.TV - 08.10.2016

P1180222

P1180224

P1180226

P1180233

P1180240

P1180244

P1180248

P1180251

P1180252

P1180255

P1180265

P1180268

P1180269

P1180271

P1180272

P1180273

P1180274

P1180283

P1180288

P1180295

P1180303

P1180310

P1180312

P1180316

P1180319

P1180327

P1180328

P1180334

P1180337

P1180341

P1180342

P1180346

P1180352

P1180356

P1180358

P1180359

P1180363

P1180366

P1180367

P1180369

P1180371

P1180374

P1180377

P1180381

P1180386

P1180391

P1180393

P1180395

P1180401

P1180402

P1180404

P1180414

P1180421

P1180444

P1180448

P1180450

P1180464

P1180469

P1180473

P1180491

P1180495

P1180501

P1180517

P1180519

P1180520

P1180523

P1180532

P1180536

P1180541

P1180547

P1180548

P1180551

P1180553

P1180570

P1180577

P1180592

P1180593

P1180597

P1180602

P1180604

P1180613

P1180621

P1180633

P1180646

P1180649

P1180650

P1180659

P1180663

P1180668

P1180672

P1180677

P1180684

P1180685

P1180694

P1180698

P1180701

P1180702

P1180707

P1180709

P1180710

P1180711

P1180716

 Photos Agency Press International DIACONESCO.TV - C.Copyrights - 08.10.2016 - Nice 

***********************************************************************************************************