Vers une candidature du Général Pierre de Villiers en 2022 ?

Publié le 21 novembre 2019 - par  

Sommes-nous condamnés à Une présidentielle sans fin ? Devrons-nous, impuissants, revivre encore et encore le duel Macron/Le Pen avec toujours le même résultat ?
Une voie pourrait s’ouvrir, celle de la candidature du général Pierre de Villiers.
Dans l’édition de poche de son livre Qu’est-ce qu’un chef ? – livre dans lequel les piques à l’adresse de Macron et de la morgue de la macronie ne manquent pas, Pierre de Villiers a glissé une postface qui pourrait être un pas vers la présidentielle de 2022.

 

41ikgTjGX-L

 

 

il est sans doute aujourd’hui le seul homme qui dans le commandement saurait marier verticalité et horizontalité.

Il a une idée de quelle manière il faudrait réorganiser la France, la pacifier.
Pierre de Villiers peut être le rassembleur d’un pays fragmenté à l’extrême, archipellisé, au bord d’une guerre civile qui a peut-être commencé dans les banlieues des grandes villes.

Les Français demandent non seulement à être protégés de la mondialisation, mais surtout à être moins pris pour des cons par le pouvoir. Celui-ci ne cesse de lancer que les citoyens n’ont pas d’autres choix que lui-même, qu’il est le seul à connaître les lois de l’économie, qu’il est le meilleur, que sans lui la menace (celles des Russes, des Chinois, de Trump, du Brexit, des populismes et des foules haineuses, des aliens…) deviendra agression.

Pierre de Villiers est capable de mettre à mal l’idéologie macroniste qui se pense unique vérité, seule réalité du monde.
Les Français dans leur majorité ne verraient pas d’un mauvais œil l’accession d’un militaire à l’Élysée tant notre pays est fragile, peu sûr de lui, bateau ivre dans ce tempétueux premier quart du XXIe siècle. Ils sont même 77 % des sympathisants du Rassemblement national à souhaiter cette éventualité.

Le régime macronien, fort avec les faibles – la répression des Gilets jaunes dans leur version d’origine fut sans pitié – faible avec les forts – il a laissé hurler « Allahu akbar » dans les rues de Paris à trois jours de la commémoration des massacres musulmans du Bataclan et des terrasses.

Les voix des résistants à l’islamisation, aux brutalités du régime sont sanctionnées par les politicards, les journaleux et les juges. Le cynisme du macronisme et de ses satellites est tel que l’on a l’impression à chaque intervention de ces gens-là d’assister à une parodie de l’émission Quotidien de l’ultra salopard Yann Barthès.

Dans la postface de son ouvrage, Pierre de Villiers écrit « L’individu se sent ignoré, laissé pour compte, sans pour autant savoir qui décide vraiment de son sort ». Il souligne : « Nos élites sont parfois de bons tacticiens ; ils sont souvent de piètres stratèges (…) Nos élites manquent de profondeur (…) Il nous manque des chefs qui incarnent une voix et fixent la voie ».

Les Français en ont-ils suffisamment marre de ministres sodomisant les mouches ?

Du règne du « moi-je », des associations qui nous imposent les clandestins et pourrissent ainsi notre vie de tous les jours, de l’écriture inclusive, de l’universalisme et du mercantilisme, pour plébisciter la venue d’un général sur la scène politique ?

Sont-ils assez consistants pour porter devant la scène un Président qui voudrait revenir aux fondamentaux, un Président qui revaloriserait une alliance avec les Russes, se méfierait des Américains, saurait dire « non » aux Chinois et remercier sèchement les technocrates européens ?

Les Français sont-ils capables de voter pour quelqu’un qui sera lucide et honnête quand il faudra annoncer les périls qui nous guettent et la manière dont il faudra agir pour les repousser ?
Peut-être.

Mais d’ici-là, la route est encore longue et n’en doutons pas, semée d’embûches. Les coups bas ne manqueront pas.
Les politiciens de métier, le showbiz, les médias, les universitaires, sauront instiller le doute sur l’homme, débusquer ses moindres faiblesses, fouailler les plus intimes coins d’ombre de sa vie.

Pierre de Villiers a la capacité de résister et de vaincre.
Mais voudra-t-il entrer sur ce champ de bataille ?
Citons les dernières lignes de son ouvrage : « La joie de l’âme réside dans l’action », disait Lyautey. Alors « en avant ! ».

Marcus Graven

 

GeneralVilliers

 

**************************************************************

Pierre de Villiers (militaire)

Pierre de Villiers par Claude Truong-Ngoc septembre 2015.jpg
Pierre de Villiers en 2015.
Fonctions
Chef d'État-Major des armées
15 février 2014 - 19 juillet 2017
Major général des armées
11 mars 2010 - 15 février 2014
Pierrick Blairon (d)
Chef du cabinet militaire du Premier ministre
29 août 2008 - 11 mars 2010
Jean-Marc Denuel (d)
Biographie
Naissance 26 juillet 1956 (63 ans)
BoulogneVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de 1975Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Pierre Le Jolis de Villiers de SaintignonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Formation École de cavalerie de Saumur
Prytanée national militaire (1973-1975)
École spéciale militaire de Saint-Cyr(1975-1978)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille Famille Le Jolis de Villiers
Père
Fratrie Philippe de Villiers
Bertrand de Villiers
Emmanuel de Villiers (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme Armée de Terre
Grade militaire
Conflit Guerre du Kosovo
Guerre d'Afghanistan
Guerre du Mali
Troisième guerre civile centrafricaine
Seconde guerre civile irakienne
Guerre civile syrienne
Grade Général d'armée
Distinctions Grand officier de l'Ordre national de la Légion d'honneur
Officier de l'ordre national du Mérite
Blason famille Le Jolis de Villiers.svg
blason

Pierre Le Jolis de Villiers de Saintignon, dit Pierre de Villiers, est un général d'armée français, né le 26 juillet 1956 à Boulogne (Vendée). Il est chef d'État-Major des armées de 2014 à 2017.

Famille

Article connexe : Famille Le Jolis de Villiers.

Il est le frère cadet de l'homme politique Philippe de Villiers1.

Marié à 31 ans, il est père de six enfants2.

Carrière militaire

De 1973 à 2003

Après deux années de corniche au Prytanée national militaire de La Flèche, Pierre de Villiers est admis à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1975 (promotion Capitaine Henri Guilleminot). Il entre à la fin de sa formation dans l'arme blindée et cavalerie et rejoint l'école d'application de sa spécialité à Saumur (promotion Lieutenant Charles de Foucauld)3. Il est chef de peloton de chars AMX-30 au 2e régiment de dragons à Haguenau dans le Bas-Rhin dès 19784.

Il est ensuite entre 1979 et 1987 au 4e régiment de dragons de Mourmelon (où il y avait aussi un peloton de chars AMX30). Il commande l'escadron d’éclairage divisionnaire de la 7e division blindée (EED7) au camp du Valdahon dans le Doubs.

Il est également à trois reprises instructeur des sous-officiers et des lieutenants à Saumur en Maine-et-Loire4.

En 1989-1990, il est stagiaire à l'École supérieure de guerre (103e promotion de l'ESG) puis, en 1990-1991, stagiaire au Cours supérieur Interarmées (XLIIe session du CSI).

Puis il est nommé comme chef de corps du 501e-503e régiment de chars de combat à Mourmelon-le-Granddans la Marne4. En juin 1999, il commande pendant cinq mois le bataillon d'infanterie mécanisée de la brigade Leclerc, entrée en premier au Kosovo avec l'opération KFOR4. Pendant douze ans, il est en poste à Paris à l'état-major de l'Armée de terre, puis à l'inspection de l'Armée de terre et membre de la direction des affaires financières du ministère de la Défense4.

 

pierre de villiers 3

 

De 2003 à 2008

De septembre 2003 à juin 2004, il est auditeur au Centre des hautes études militaires et à l'Institut des hautes études de Défense nationale. Adjoint au chef de cabinet militaire du Premier ministre le 1er juillet 2004, il est promu général de brigade le 1er décembre 2005. Il est nommé commandant de la 2e brigade blindée et commandant d'armes de la place d'Orléans le 1er août 20064, fonctions qu'il occupe jusqu'au 31 août 2008. Parallèlement, de décembre 2006 à avril 2007, il commande le Regional Command Capital (RCC) qui regroupe 2 500 militaires de 15 nationalités différentes4 lors de la guerre d'Afghanistan.

De 2008 à 2014

Il est nommé chef du cabinet militaire du Premier ministre à compter du 15 septembre 20084, fonction qu'il occupe jusqu'en mars 2010, date à laquelle il est remplacé par Bernard de Courrèges d'Ustou.

En mars 2010, il se voit promettre le poste de chef de l'état-major du président de la République, avant que celui-ci décide de nommer le général Benoît Puga5.

Par décret du 11 mars 2010, il est nommé aux fonctions de major général des armées6.

De 2014 à 2016

Pierre de Villiers en 2014.

Le 15 février 2014, il devient chef d'État-Major des armées, succédant à l'amiral Édouard Guillaud7. Chargé des ripostes contre l'État islamique après les attentats du 13 novembre 2015, il juge que les nécessaires actions militaires contre cette entité ne peuvent à elles seules garantir la paix et la sécurité, tout en appelant à conforter les moyens de l'Armée française8,9.

Il coordonne les opérations extérieures Barkhane au SahelSangaris en République centrafricaine et Chammalen Syrie et en Irak. Il est également chargé de l'opération intérieure à caractère antiterroristeSentinelle.

En décembre 2016, il s'exprime en faveur de l'augmentation du budget des armées, demandant sa hausse progressive pour le porter de 1,7 à 2 % du produit intérieur brut (PIB) avant la fin du prochain quinquennat, en 202210,11.

Année 2017

En mars 2017, durant la campagne présidentielle, Pierre de Villiers exprime de nouveau le souhait de voir porter le budget de la Défense à 2 % du PIB en 2022 — ce qui correspond à une augmentation d'environ trois milliards d'euros par an12. Le candidat Emmanuel Macron s'engage quant à lui à atteindre progressivement 2 % à l'horizon 202513.

Désaccord sur le budget militaire

Pierre de Villiers avec le général Martin Dempsey (2014).

Le 11 juillet 2017, dans le cadre d'une réduction globale des dépenses publiquesGérald Darmanin annonce que le budget de la Défense respectera l'enveloppe votée par le parlement et sera réduit de 850 millions d'euros pour l'année 201714. Le lendemain, Pierre de Villiers expose son désaccord devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale ; « Je ne me laisserai pas baiser comme ça » lance-t-il15. Ces propos sont tenus à huis clos, mais une fuite est rapportée par le journal Le Monde14.

Le 13 juillet, lors du traditionnel discours aux armées, le président de la République, Emmanuel Macron, réaffirme son intention de porter le budget de la Défense à 2 % du PIB. En rappelant « je suis votre chef », il rejette les critiques sur l'effort d'économie prévu et ajoute qu'« il n'est pas digne d'étaler certains débats sur la place publique »16 […] « Les engagements que je prends devant nos concitoyens et devant les armées, je sais les tenir. Et je n'ai à cet égard besoin de nulle pression et de nul commentaire »17. Selon Pierre Servent, expert en stratégie militaire, « c'est la première fois qu'un président de la République fait une déclaration aussi brutale vis-à-vis de son chef d'État-Major des armées18 ». Le même jour, Le Figaro publie une tribune de Pierre de Villiers dans laquelle, selon le quotidien, « il plaide […] pour le respect scrupuleux des engagements pris à l'égard du budget de la défense nationale »19.

La situation semble s'apaiser le 14 juillet, avec le traditionnel défilé où le président et le général de Villiers paradent ensemble dans le même véhicule.

Démission

Pierre de Villiers au palais de l'Élysée (14 juillet 2017).

Le soir du 14 juillet, le chef d'État-Major réitère ses critiques sur sa page Facebook en écrivant « Parce que la confiance expose, il faut de la lucidité. Méfiez-vous de la confiance aveugle ; qu’on vous l’accorde ou que vous l’accordiez. Elle est marquée du sceau de la facilité »17. Dans le Le Journal du dimanche du 16 juillet, Emmanuel Macron ouvre la porte à une possible éviction du chef d'État-Major : « La République ne marche pas comme cela. Si quelque chose oppose le chef d'état-major des armées au président de la République, le chef d'état-major des armées change »20. La question d'une démission du chef d'État-Major — acte inédit sous la Ve République21 — est posée, d'après le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner[réf. nécessaire].

Pierre de Villiers démissionne de ses fonctions le mercredi 19 juillet22 ; ce « fait sans précédent depuis 1958 » est, selon Le Monde, un événement historique23. Sa décision est annoncée par un communiqué reproduit intégralement sur le site web de FrancetvInfo24. Il publie simultanément sur internet une « lettre à un jeune engagé » dans laquelle il précise qu'il est « indéfectiblement attaché à [s]on pays et à ses armées25 ». Dans la même journée, le général François Lecointre est nommé pour le remplacer26.

Le général Pierre de Villiers quitte le ministère des Armées le jour même sous les applaudissements des fonctionnaires et militaires, lesquels forment pour l'occasion une haie d'honneur jusqu'à sa voiture27,28.

 

Le Général Pierre de VILLIERS prend la parole

 

Réactions et commentaires

Pour l'historien Philippe Vial, Emmanuel Macron « a sifflé la fin de la partie pour tout le monde, administration de Bercy, parlementaires et militaires, tous ceux qui sont entrés dans un jeu de pression ces dernières années en n’en faisant qu’à leur tête en dépit des arbitrages présidentiels »29. Selon Ouest France, en le remettant publiquement au pas, Emmanuel Macron a pris le risque de faire passer un acte d’autorité pour une humiliation et pour une limite posée au droit de s’exprimer30.

Le président de la commission des affaires étrangères du SénatChristian Cambon (LR), déplore que les propos du général de Villiers aient pu sortir de la commission de l’Assemblée nationale, où les débats sont tenus à huis clos, ce fait représentant, pour lui, un « grave risque pour la démocratie » dans la mesure où il est nécessaire que les personnalités auditionnées puissent s'exprimer librement, parler « en vérité »31. Le député Jean-Luc Mélenchon (FI) publie une vidéo dans laquelle il considère comme « incroyable » que le président « admoneste publiquement le chef d’État-major des armées alors qu'il faisait son devoir en répondant aux questions des députés » ; il ajoute que « ce n'était pas au général de Villiers de payer pour cet abus », se référant à la violation du huis clos à la suite de l'audition du général de Villiers32. Le député Olivier Faure (PS) dénonce, dans une question au gouvernement, une « violation des droits du Parlement »33Jean-Jacques Bridey, président (LREM) de la commission de la Défense — qui, selon lelab.europe1.fr« n'est « pas loin » de penser la même chose que Villiers » — affirme qu'« en aucun cas ce n'était une remise en cause ni de l'autorité ni des choix du président de la République »34. Selon L'Express« la classe politique est à l'unisson contre Macron »35.

Fin juillet 2017, la cote de popularité du président Emmanuel Macron chute de 10 points dans une enquête Ifop. La démission de Pierre de Villiers constitue le premier facteur de cette baisse de popularité pour Bruno Cautrès du CEVIPOF et pour le sondeur Bruno Jeanbart36.

 

livre pierre de villiers

 

Après son départ de l’armée

Servir

Pour expliquer sa démission, Pierre de Villiers écrit un livre, intitulé Servir (Fayard) et publié le 8 novembre 2017. Il y décrit les restructurations imposées aux armées au cours des dernières années et ses relations avec Emmanuel Macron37.

Intégration d'une société de conseil

Huit mois après sa démission, le 3 avril 2018, Pierre de Villiers intègre l’américain Boston Consulting Group (BCG)38. Le BCG est une société de conseil en management qui se présente comme le leader mondial du conseil en stratégie d'entreprise. Selon BCG, Pierre de Villiers est recruté pour « sa riche expérience en matière d'analyse des situations et des risques, de transformation des organisations et d'efficacité opérationnelle »39.

Prises de position

En novembre 2018, Pierre de Villiers se déclare favorable à la création d'une armée européenne si cette armée s'appuie sur les États40,41.

Publications

Décorations

Pierre de Villiers décoré des insignes de Commandeur de la Legion of Merit des États-Unis (2017)

Notes et références

Sur les autres projets Wikimedia :

  1.  Antoine Fouchet, « Pierre de Villiers : un homme de confiance à la tête des armées » [archive] sur La Croix, 15 janvier 2014.
  2.  Thomas Hofnung, « Pierre de Villiers. L’ami «mili» », Libération.fr,‎ 17 février 2014 (lire en ligne [archive], consulté le19 juillet 2017).
  3.  Archives du capitaine Didier Hallépée.
  4. ↑ Revenir plus haut en :a b c d e f g et h Biographie du CEMA [archive], sur le site de l’état-major des armées (consulté le 26 mai 2014).
  5.  Alain Barluet, « Le général Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, a démissionné », Le Figaro,‎ 19 juillet 2017(ISSN 0182-5852lire en ligne [archive], consulté le 19 juillet 2017).
  6.  Décret du 11 mars 2010 portant affectation et élévation aux rang et appellation de général d'armée d'un officier général [archive]publié au Journal officiel du 12 mars 2010, sur Légifrance (consulté le 26 mai 2014).
  7.  Décret du 16 janvier 2014 portant affectations et élévations d'officiers généraux - M. le général d'armée De Villiers (Pierre) [archive], publié au JORF du 17 janvier 2014.
  8.  « L’armée n’envisage pas une victoire militaire contre l’EI « à court terme » » [archive], lemonde.fr, 22 novembre 2015 (consulté le 21 janvier 2016).
  9.  Pierre de Villiers, « Gagner la guerre ne suffit pas à gagner la paix » [archive], lemonde.fr, 20 janvier 2016 (consulté le21 janvier 2016).
  10.  « Le chef d’État-Major des armées réclame plus de moyens » [archive], sur franceinter.fr, 21 décembre 2016.
  11.  « Le prix de la paix, c’est l’effort de guerre » [archive], sur lesechos.fr, 20 décembre 2016.
  12.  Michel Cabirol, « Budget défense : ce que veut le général Pierre de Villiers » [archive], sur latribune.fr, 23 mars 2017 (consulté le 20 juillet 2017).
  13.  « Élection présidentielle : Le budget de la défense » [archive], sur lemonde.fr (consulté le 20 juillet 2017).
  14. ↑ Revenir plus haut en :a et b « La polémique entre Emmanuel Macron et le général Pierre de Villiers en cinq actes » [archive], sur francetvinfo.fr, 19 juillet 2017 (consulté le 19 juillet 2017).
  15.  Avec AFP, « Budget : rappelé à l'ordre, le général de Villiers va-t-il rester en fonction ? » [archive], sur challenges.fr, 14 juillet 2017 (consulté le 19 juillet 2017).
  16.  « Forces armées: Emmanuel Macron reprend la main sur le débat budgétaire » [archive], sur lexpress.fr, 13 juillet 2017.
  17. ↑ Revenir plus haut en :a et b Hadrien Mathoux, « Gros coup de pression d'Emmanuel Macron sur le chef d’État-Major des armées, le général de Villiers » [archive], sur marianne.net, 16 juillet 2017.
  18.  « Démission du général de Villiers : "Une faute politique importante" d'Emmanuel Macron » [archive], sur francetvinfo.fr, 19 juillet 2017 (consulté le 19 juillet 2017).
  19.  Pierre de Villiers, « Général d'armée Pierre de Villiers : «Soyons fiers de nos armées françaises» », Le Figaro,‎ 13 juillet 2017(ISSN 0182-5852lire en ligne [archive], consulté le 20 juillet 2017).
  20.  « Macron sur le budget des armées : "Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis." » [archive], sur lejdd.fr, 16 juillet 2017(consulté le 17 juillet 2017).
  21.  « La polémique entre Emmanuel Macron et le général de Villiers en cinq actes » [archive], sur francetvinfo.fr, 17 juillet 2017(consulté le 17 juillet 2017).
  22.  AFP, Le Point, « Le chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers démissionne » [archive], sur lepoint.fr, 19 juillet 2017.
  23.  Nathalie Guibert, « Démission du chef d’État-Major Pierre de Villiers, un fait sans précédent depuis 1958 » [archive], sur lemonde.fr, 19 juillet 2017.
  24.  « Le général Pierre de Villiers, chef d'État-Major des armées, annonce sa démission » [archive], sur francetvinfo.fr, 19 juillet 2017 (consulté le 19 juillet 2017).
  25.  « Départ » [archive], sur www.facebook.com (consulté le 23 juillet 2017)
  26.  « Pierre de Villiers démissionne, le général François Lecointre le remplace » [archive], sur estrepublicain.fr, 19 juillet 2017.
  27.  BFMTV« Après sa démission, l’impressionnante salve d’applaudissements pour le général de Villiers » [archive], BFMTV (consulté le 20 juillet 2017).
  28.  « VIDÉO. "Merci" : le vibrant hommage des militaires au général de Villiers », L'express,‎ 20 juillet 2017 (lire en ligne [archive], consulté le 20 juillet 2017).
  29.  Natahalie Guibert, « Démission du général Pierre de Villiers : entre Macron et les armées, récit d’une crise historique » [archive], sur lemonde.fr, 19 juillet 2017.
  30.  « Commentaire. Le départ du général de Villiers, un couac majeur » [archive], sur ouest-france.fr, 20 juillet 2017 (consulté le20 juillet 2017).
  31.  « Cambon s'alarme sur un « risque pour la démocratie parlementaire » », Public Sénat,‎ 19 juillet 2017 (lire en ligne [archive], consulté le 20 juillet 2017).
  32.  Jean-Luc Mélenchon, « #RDLS35 : Général de Villiers, incendies, assistants parlementaires, médias » [archive], 19 juillet 2017(consulté le 23 juillet 2017).
  33.  « Olivier Faure dénonce une « violation des droits du Parlement », après la démission du général De… » [archive], sur glowbi.net (consulté le 21 juillet 2017).
  34.  « "Se laisser baiser" par Bercy : le président LREM de la commission de la Défense n'est "pas loin" de penser la même chose que Villiers » [archive], sur lelab.europe1.fr, 20 juillet 2017 (consulté le 21 juillet 2017).
  35.  « Démission du général de Villiers : la classe politique à l'unisson contre Macron », LExpress.fr,‎ 20 juillet 2017 (lire en ligne [archive], consulté le 21 juillet 2017).
  36.  Alice Bardo, « Popularité d’Emmanuel Macron : « C’est l’une des plus grosses chutes en début d’exercice » » [archive], sur publicsenat.fr, 24 juillet 2017 (consulté le 26 juillet 2017).
  37.  Le général de Villiers explique sa démission fracassante dans un livre [archive], Challenges, 8 novembre 2017
  38.  « Pierre de Villiers rejoint le géant américain Boston Consulting Group » [archive], 22 mars 2018 (consulté le 27 mars 2018)
  39.  « L'ex-chef d'état-major des armées françaises rejoint une entreprise privée » [archive], 26 mars 2018 (consulté le27 mars 2018)
  40.  « Pierre de Villiers : “On meurt pour des valeurs”, pas pour l'UE » [archive], sur Valeurs actuelles (consulté le 24 avril 2019)
  41.  « Pierre de Villiers : «Il faut construire la défense de l'Europe en s'appuyant sur les États» » [archive], sur Figaro Live (consulté le 24 avril 2019)
  42.  « Décret du 28 juin 2013 portant élévation » [archive], sur legifrance.gouv.fr, 30 juin 2013
  43.  « Le général d’armée Pierre de Villiers en visite officielle au Sénégal : entretiens officiels et rencontre avec les EFS » [archive], sur defense.gouv.fr
  44.  « Remise galon de caporal C.E.M.A. » [archive], sur Dailymotion, 8 septembre 2014 (consulté le 4 septembre 2016).
  45.  https://www.saint-cyr.org/page/prix-litteraire-de-la-saint-cyrienne [archive].

 

pierre de villiers 2

pierre de villiers 4