Que sait-on d’un éventuel prolongement du confinement pour les personnes âgées ?

 

Par Vincent Coquaz

SOURCE : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/coronavirus/que-sait-on-dun-éventuel-prolongement-du-confinement-pour-les-personnes-âgées/ar-BB12KSUV?ocid=spartandhp 

EVJlrX3UYAAM0_h

Jean-Paul BELMONDO et Alain DELON seront-ils donc eux aussi contrains à rester confinés chez eux ?

Emmanuel Macron a indiqué lors de sa dernière allocution que l'exécutif demanderait aux «personnes les plus vulnérables» de rester confinées après le 11 mai.

Question posée le 15/04/2020

Bonjour,

Votre question porte sur d’éventuelles mesures qui viseront à protéger les personnes les plus à risque de faire une forme grave du Covid-19, notamment les personnes âgées, après la sortie progressive du confinement annoncée pour le 11 mai.

«Pour leur protection, nous demanderons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en situation de handicap sévère, aux personnes atteintes de maladies chroniques, de rester même après le 11 mai confinées, tout au moins dans un premier temps», a ainsi déclaré Emmanuel Macron lors de son allocution de lundi.

 

Une autre déclaration a alimenté une certaine inquiétude pour les personnes âgées et leurs proches : celle d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. Plusieurs médias français ont rapporté que cette femme politique allemande préconisait «que les personnes âgées restent confinées chez elles jusqu’à la fin de l’année 2020», comme le Figaro par exemple. Le magazine Valeurs Actuelles a même titré «Les personnes âgées vont devoir se confiner jusqu’à la fin de l’année», en s’appuyant sur ses déclarations.

Si l’on prend sa déclaration mot à mot, la présidente de la Commission n’évoque pourtant ni confinement, ni de date précise : «Sans vaccin, les contacts des personnes âgées doivent rester aussi limités que possible. Je sais que c’est dur et que la solitude est déprimante. Mais des vies sont en jeu - pas seulement les nôtres. Nous devons rester disciplinés et être très patients», avançait-elle dimanche dans les colonnes du quotidien Bild, en réponse à une question sur les restrictions de visite des maisons de retraite. A noter qu’une limitation des contacts n’est pas forcément synonyme de confinement général à la française. Surtout du point de vue de l’Allemagne, où les mesures de confinement sont moins strictes et générales qu’en France.

Elle estimait également que ce n’est que lorsqu’un vaccin serait trouvé qu’un retour à la normale sera envisageable : «Ce n’est qu’alors que nous pourrons vaincre le virus. C’est pourquoi les chercheurs du monde entier y travaillent d’arrache-pied. Deux des trois équipes les plus prometteuses sont basées en Europe. Ils prévoient de commencer bientôt des essais cliniques. Ensuite, il reste des étapes à franchir jusqu’à l’approbation et la production de masse. J’espère qu’ils auront mis au point un vaccin d’ici la fin de l’année.»

Feuille de route européenne

Depuis, Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen, Charles Michel, ont rendu public, mercredi, une «feuille de route» de préconisations sur le déconfinement à destination des pays membres, ( mais à quel titre et de quoi se mêlent-ils ?comme le rapporte Libération.

1301630-000_1pz33d

On peut effectivement y lire que les groupes les plus vulnérables identifiés (dont les personnes âgées) pourraient rester confinés plus longtemps, mais uniquement si un Etat le décide. La politique de santé publique est en effet un domaine qui relève de la compétence des états et non de l’union européenne.

Côté français, Olivier Véran est revenu sur les propos d’Emmanuel Macron mardi sur RTL. Sans donner plus de précision : «Nous n’avons pas dit, en France, que le confinement dans les Ehpad durerait jusqu’à Noël. Madame van der Leyen a évoqué cette idée-là. Nous n’avons pas dit en France que les personnes âgées devraient rester confinées jusqu’à la fin de l’année. Nous avons donné une seule date, qui est la date du 11 mai, à partir de laquelle nous voulons procéder à un déconfinement progressif tout en continuant à protéger les plus fragiles.»

«C’est pas un scoop, on continuera le confinement»... (donc nous vivons une dictature mondialiste ! )

Interrogé sur un éventuel âge «limite», Olivier Véran a rappelé que «les deux tiers des patients en réa sont âgés de plus de 60 ans. Lorsqu’on monte encore en âge, c’est là que nous avons les plus gros taux de mortalité, et d’hospitalisation en réanimation». Il a toutefois estimé qu’il «serait très difficile de déterminer un âge seuil au-delà duquel ce serait plus risque et en dessous duquel ce le serait moins. Au-delà de la question de l’âge, le président de la République a aussi parlé des fragilités : maladies respiratoires ou cardiaques sévères, qui les rendent plus fragiles par rapport au risque viral. Nous nous appuyons comme depuis le début sur les autorités scientifiques, sanitaires, pour déterminer quelles doivent être les caractéristiques les plus à même de protéger les personnes les plus fragiles. C’est ce que nous ferons dans les semaines à venir. Il n’y a pas eu jusqu’ici d’âge limite établi. Si un âge limite devait être établi ce serait sur recommandations des scientifiques, j’attends ces recommandations».

Ces autorités scientifiques semblent en tout cas convaincues de la nécessité d’un confinement étendu dans le temps pour les personnes à risque. C’est le cas notamment du Président du conseil scientifique Covid-19, Jean-François Delfraissy.

L'ENCULE DE PRESIDENT DU COMITE SCIENTIFIQUE BIDON DU DOCTEUR MICRON

Ce conseil, a été institué par Olivier Véran sur demande d’Emmanuel Macron «pour éclairer la décision publique dans la gestion de la situation sanitaire liée au coronavirus». Lors d’une audition par la commission des lois du Sénat, mercredi 15 avril, celui-ci a estimé que les «personnes les plus à risque de développer une forme grave», dont les personnes «au-dessus de 65 ou 70 ans» et toutes celles ayant des affections de longue durée, représentent environ 18 millions de personnes. «[Pour] ces 18 millions de personnes, ce n’est pas un scoop, on continuera le confinement. Dans quelles conditions et pour combien de temps, je ne sais pas», a-t-il déclaré.

jerome-salomon-300x200

Sur la forme que pourraient prendre ces mesures, Jérôme Salomon a (vaguement) esquissé une piste lors de son point quotidien, mardi. A une question portant sur l’âge des personnes et les critères de confinement après le 11 mai, le directeur général de la santé a évoqué le rôle des médecins traitants : «J’ai encouragé ces personnes [fragiles] à appeler les médecins traitants, et les médecins traitant à les appeler volontairement aussi, pour qu’elles discutent ensemble. D’une part du suivi le plus adapté à leur pathologie, et d’autre part aux conditions à respecter pour le confinement. C’est une démarche individuelle et collective, puisque le Président a été très clair : il faut que nous protégions au mieux les personnes les plus vulnérables. C’est une démarche que je souhaite de confiance entre la personne et son médecin traitant.»

Recommandation ou obligation ?

L’ensemble des déclarations du gouvernement vont plutôt dans le sens de mesures non contraignantes. «A ce stade, il s’agit d’une recommandation du chef de l’Etat vis-à-vis des personnes âgées et fragiles, a ainsi précisé la porte-parole de l’exécutif, Sibeth NDiaye. Le gouvernement n’a pas acté la mise en œuvre d’un déconfinement différencié. Des consultations auront lieu, notamment avec des épidémiologistes.»

Mais peut-on imaginer un changement de cap et que des mesures de confinement obligatoire soient prises uniquement pour certaines classes d’âge ? Et dans un tel cas de figure, de telles mesures seraient-elles constitutionnelles ? «On se pose la question depuis quelques jours, et c’est difficile à dire, estime Didier Maus, président émérite de l’Association internationale de droit constitutionnel. On a toujours le droit de différencier, mais il faut un critère objectif, ce qu’est l’âge, et que ce critère soit cohérent avec l’objectif. Là ça devient plus compliqué. Tout dépendra de ce que compte faire le gouvernement. Est-ce qu’on aura des éléments suffisants pour estimer un âge à partir duquel on a plus de chance d’être contaminé, ou juste un âge à partir duquel on meurt plus ? Ce n’est pas la même chose. Et l’âge n’est pas le seul critère : il y a d’autres populations à risque. Comment va-t-on les définir ? Le problème du risque c’est que c’est une notion difficile à cerner en droit.»

Le constitutionnaliste souligne au passage que «personne n’a contesté» la loi du 23 mars sur l’état d’urgence sanitaire, alors qu’elle posait selon lui «un certain nombre de questions de droit». «Pour des raisons politiques, personne ne voulait retarder les mesures sanitaires. Mais si le confinement se maintient dans la durée pour certains», avance Didier Maus, en mentionnant le fait que des pétitions circulent déjà contre une prolongation «du confinement pour les seniors».

Cordialement

Vincent Coquaz

***********************************************************************

Stop la tyrannie, je me déconfine !

images-3

 

SOURCE : Publié le 16 avril 2020 - par Martin Moisan

 

FacebookTwitterLinkedInVKWhatsAppSMSFacebook Messenger

 

Email

Stop l’enfumage, stop le camp de concentration mental, stop la tyrannie par la peur ! Aujourd’hui, je suis sorti de la matrice, je me suis définitivement déconfiné, mentalement et physiquement.

Parce que quoi ? Avec tous ces mensonges, tous ces contrepieds, tous ces zigzags, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on ne peut plus rien croire.

Alors moi, quand on essaye de m’embrouiller à ce point, je simplifie. Surtout quand en plus on prétend m’enfermer par la peur dans un camp de concentration mental. Ça n’est encore jamais arrivé, et celui qui pourrait me passer les fers n’est pas encore né. Et je peux vous dire que ça ne sera pas le petit jeune homme immature qui cause dans le poste.

Parce qu’à ce stade, on est tout de même sûr d’un certain nombre de choses :

 

  • On est sûr que la technostructure médicale qui coiffe le pays est vendue aux labos ;
  • On est sûr que la ministre de la Santé a démissionné en pleine crise, parce que mouillée jusqu’à l’os avec Big Pharma au comité de stratégie marketing duquel elle a siégé ;
  • On est sûr qu’au lieu de chercher des solutions, ils ont éliminé a priori et par des moyens mafieux, celle qui pouvait soigner tout de suite et à moindre coût ;
  • On est sûr qu’ils n’ont strictement rien fait en temps et heure pour nous protéger, pas de masques, pas de tests, pas de gel hydro-alcoolique ;
  • On est sûr qu’ils ont tout fait à l’envers depuis le début de la crise : frontières grandes ouvertes, pas de confinement des premiers cas, pas de confinement des premiers clusters ni des premières régions contaminées ;
  • On est sûr que deux jours avant l’annonce du confinement généralisé, ils ont passé tout le corps électoral, soit plusieurs millions de Français, dans le tambour d’une machine à laver ; plus sûr moyen de réussir un épandage maximal du virus, surtout vers le troisième âge ;
  • On est sûr que la France qui ne représente que 0,75 % de la population mondiale totalise 12,5 % du nombre de morts. Et que même en discriminant la Chine, en la sortant du compte, on reste encore largement dans le peloton de tête du reste du monde ;
  • On est sûr qu’ils ont réussi à laisser infecter l’équipage du Charles-de-Gaulle alors que le commandant avait alerté dès l’escale de Brest et que le ministère lui a intimé l’ordre de continuer sa campagne vers le Nord ;
  • On est sûr qu’ils ont laissé les intervenants de première ligne totalement démunis : soignants, policiers, gendarmes …
  • On est sûr qu’ils ont dit que les masques ne servaient à rien parce qu’ils savaient qu’on n’en avait pas ;
  • On est sûr que les vieux et les trop fragiles ne sont pas soignés et qu’ils ont libéralisé l’emploi du Rivotril pour les euthanasier ;
  • On est sûr que le pouvoir a saisi l’occasion de la crise du Covid-19 pour faire avancer son agenda vers le nouvel ordre mondial ;

      . Abrutissement des masses, dévitalisation égalitariste du baccalauréat,      nivellement définitif par le bas ;

  • Préfectures laissées ouvertes pour assurer la régularisation des immigrés et la prorogation des titres de séjour ;
  • Extension à 9 semaines du délai d’avortement ;
  • Avancée de l’euthanasie, libéralisation de l’emploi du Rivotril par les médecins de ville et dans les Ehpad ;
  • Accroissement de l’individualisation par la distanciation sociale ;
  • Avancée du projet de surveillance et de tracking de la population par smartphone ;
  • Abandon de la dette africaine ;
  • Conditionnement et mécanisation de la population, applaudissements tous les soirs à 20 heures ;
  • Libération massive de détenus ;
  • Maintien des réformes scélérates que les Français refusent ;
  • Poursuite de la casse du droit social, 35 heures, RTT, heures sup, congés payés…
  • Casse du tissu des indépendants, auto-entrepreneurs, artisans, professions libérales, TPE, PME…
  • Paupérisation de la classe moyenne, encore des millions de chômeurs ;
  • Endettement sans limite et placement de la France sous tutelle des banques ;
  • Stratégie du choc et mise en état de sidération de la population par la peur d’une épidémie dont les effets réels sont largement surévalués et surjoués ;
  • Et tout ce qu’on ne se sait pas encore…

 

le-coronavirus-accelerateur-de-la-macronie

 

Enfin, on est sûr que selon l’Insee, le nombre total de morts en mars 2020 est finalement inférieur à celui des années précédentes.

Alors quoi ? C’est quoi cette épidémie mortelle qui tue moins que d’habitude ? Stratégie du choc ? Mise en état de sidération ? Terrorisme intellectuel ? Effet d’aubaine ou crise provoquée ? Dans quel but ?

Alors, personnellement, avec ces certitudes-là et ces doutes-là, je ne crois strictement plus rien de ce qui nous est dit. Rien.

Et voilà qu’on apprend ce matin que le nommé Delfraissy, président du comité scientifique sur le Covid-19, annonce qu’il va falloir confiner tous les vieux, les trop fragiles au-delà du 11 mai, sans date de fin.

Alors vous savez quoi ? Et bien moi, justement, je suis vieux et trop fragile selon leurs critères et je sais que si j’attrape le Covid-19, on ne me soignera pas et que je serai directement orienté vers le protocole Rivotril.

Alors j’ai pris mes responsabilités. Dans ces circonstances, la désobéissance est un acte de résistance et de dignité personnelle. Je suis sorti de la matrice. D’autres l’ont fait. Ce matin il y avait du monde partout.

 

Martin Moisan

 

ob_7e20d7_mechblogchaine

 

 

***********************************************************************

Scandale : Macron veut prolonger le confinement des anciens !

Publié le 17 avril 2020 - par - 913 vues

FacebookTwitterLinkedInVKWhatsAppSMSFacebook Messenger

#dessin / Etat d’urgence : le droit mis à mal

Honte à Macron qui veut prolonger le confinement des vieux ! C’est une ignominie, une aberration, un monument d’hypocrisie pour cacher l’ahurissante incompétence de l’exécutif.

Cette mesure absurde est la preuve éclatante que Macron a très mal géré la crise. Totalement désemparé par la pénurie généralisée, sans masques, sans tests et sans moyens hospitaliers suffisants, notre orgueilleux Président qui donne des leçons au monde entier n’a plus que le confinement à opposer au Covid-19. Car la vérité est accablante :

Pendant qu’Angela Merkel, lucide et prévoyante, commandait en masse des masques et des tests dès la mi-janvier, Macron niait la gravité de la situation et se pavanait au théâtre le 7 mars, en invitant les Français à sortir !

Chaque jour, le gouvernement déclarait que la France était prête, que fermer les frontières, porter un masque ou tester massivement ne servait à rien.

ETiOWz7X0AAmyMZ

Tous les malades potentiels qui avaient des signes du Covid-19 ont été renvoyés chez eux sans test ni soins ! Le résultat est là :

4 000 morts en Allemagne et 18 000 en France. 48 morts par million d’habitants  en Allemagne et 275 en France. Dès ce lundi, l’Allemagne va commencer le déconfinement avec la réouverture de la plupart des commerces.

En Allemagne, il n’y a jamais eu de confinement aussi drastique que stupide, interdisant aux couples de s’aérer ensemble.

La Macronie n’a jamais aimé les vieux... il les hait !

Macron a d’abord augmenté la CSG pour les retraités, il a ensuite désindexé la hausse des retraites sur l’inflation. Et certains aimeraient même leur retirer le droit de vote. Vérité ou intox ? Ce qui est vrai, c’est que Macron juge les vieux comme un lourd fardeau inutile, des has been qui ont fait leur temps.

Mais les vieux ne se plieront jamais à un confinement prolongé. Ils ne sont pas des numéros. Même après 70 ans, ils ont une vie sociale. Beaucoup travaillent encore.

Qu’on interdise aux médecins de plus de 70 ans de travailler et c’est l’effondrement de la médecine de ville.

Macron veut confiner les vieux pendant de longs mois pour soi-disant les protéger, mais il laisse les banlieues  tranquilles, alors que les racailles ne respectent rien, continuent leurs trafics, agressent les forces de l’ordre et finissent par saturer les hôpitaux quand elles sont contaminées.

C’est la Seine-Saint-Denis qui est la plus touchée en Île-de-France. Mais pour ces racailles, pas de confinement. On verbalise les Gaulois solvables, pas les assistés et les trafiquants de tout poil.

 

EV0T4PRWoAAU-nf

 

Macron veut confiner les vieux pendant que sa ministre de la Justice libère 10.000 malfrats, qui étaient confinés dans leur cellule. Belle logique !

Si la Macronie veut confiner les vieux, il faudra écarter les personnalités politiques encore en exercice. Tous les Jack Lang, Jean-Claude Gaudin,  Alain Juppé, Jean-Yves Le Drian, Gérard Collomb, Jacques Attali et tant d’autres, qui ont tous plus de 70 ans.

Il faudra écarter les Cotta, Elkabbach, Duhamel, Drucker, Okrent, qui encensent  Macron à longueur d’année, tous béats d’admiration pour le plus incompétent de tous nos Présidents.

En Allemagne, deux citoyens sur trois font confiance à Angela Merkel pour gérer la crise sanitaire. On commence même à parler d’un cinquième mandat, tant sa cote de popularité remonte avec le Covid-19.

En France, la cote de confiance de Macron s’est effondrée, après tant de mensonges et de virages à 180°.

Mais c’est avec le Covid-19 que la haine et le mépris des vieux ont atteint leur apogée. Des centaines de vieux fragilisés ont été privés de soins et euthanasiés au Rivotril, piqués comme des chiens.

Et on ose nous dire que le confinement pendant des mois est une mesure de protection ! Même Ursula von der Leyen, parfait modèle de nullité absolue, met son grain de sel, voulant confiner les vieux jusqu’à l’obtention d’un vaccin !  Quel cynisme, quelle fourberie !

Ursula, fous-nous la paix et t’occupe pas de nos vieux !

ursula-vdl

Elle est où, la protection des vieux dans les Ehpad ? Macron les a laissés crever sans soins et sans même comptabiliser leur morts du Covid-19 !

La Macronie a oublié qui sont tous ces vieux qu’elle méprise.

Les VIEUX, ce sont les générations qui ont reconstruit la France après 1945. Ce sont eux les artisans des Trente Glorieuses. Ce sont eux qui ont fait de la France la deuxième puissance économique derrière les États-Unis, mais devant le Japon et l’Allemagne de 1980.

À cette époque, les Français avaient  le 5e niveau de vie au monde, derrière les États-Unis, la Suisse, le Luxembourg et  la Suède.

Ces vieux n’ont pas connu les 35 heures, ni les cinq semaines de congés payés, ni la retraite à 60 ans, ni le social démesuré que la France ruinée distribue à toute la planète.

Ce sont les vieux qui ont fait de la France effondrée de juin 1940 une puissance moderne qui sait tout faire et maîtrise toutes les technologies les plus en pointe.

Les pays capables de construire des paquebots géants, des sous-marins nucléaires, des avions de chasse polyvalents, des fusées Ariane, des EPR, des TGV, des satellites, se comptent sur les doigts d’une seule main.

C’est tout cela que les vieux ont apporté à la France d’après-guerre.

Et vous, les mondialistes arrogants et prétentieux, les immigrationnistes inconditionnels de la diversité heureuse, quel est votre bilan ?

En une seule génération, vous avez liquidé l’héritage des Trente Glorieuses, détruisant des pans entiers de l’industrie et accumulant  + 2.500 milliards de dettes, 100 % du PIB, auxquels il faudra ajouter 500 milliards causés par la crise sanitaire.

Vous avez livré le pays à une immigration de masse qui refuse de s’intégrer et nous ruine, au point de faire de notre France millénaire un pays du tiers-monde démuni de tout face au Covid-19.

Vous avez laissé le pays s’islamiser au nom d’un prétendu multiculturalisme paradisiaque. Le résultat est une partition de la France, avec son lot de haine anti-française et une menace terroriste permanente. Louis XI, qui a consacré son règne à réunifier  la France, doit se retourner dans sa tombe…

Mais le pire de tous ces fossoyeurs de la Nation qui se sont succédé, c’est Macron, qui détient  le pompon de l’incompétence et du cynisme.

Son coup d’éclat dès son entrée en fonction fut de limoger le Cema. Monté sur ses ergots, on a vu le coquelet, rouge de colère, humilier publiquement un grand serviteur de l’État, en osant déclarer :  « Je suis votre chef » ! Difficile de faire plus grotesque.

Les crises d’autorité sont l’apanage des petits et des médiocres. Le quinquennat commençait bien !

Quant à la suite, elle est du même tonneau. Insultes multiples au Peuple français, dénigrement systématique de la France à l’étranger.

Aucun chef d’État au monde n’a humilié son pays et insulté son peuple comme l’a fait notre orgueilleux Président.

Il n’a fait que salir la fonction Présidentielle, comme lors de la fête de la Musique de 2018, où il s’extasiait devant un groupe dépoitraillé qui chantait « Suce ma bite et lèche mes boules ».

Idem à Saint-Martin, où il posait tout sourire avec deux délinquants torse nu, l’un d’entre eux faisant un doigt d’honneur devant l’objectif. La classe, la très grande classe !!

Et aujourd’hui, celui qui a tout raté, celui qui a mis les Gilets jaunes dans la rue, celui qui pactise avec les imams et les caïds des banlieues, par peur d’une révolte de type 2005 à la puissance 10, étale encore ses capacités de nuisance face à la crise sanitaire.

Quatre mois après le début de l’épidémie en Chine, la France n’a toujours pas de masques, de tests et de respirateurs en nombre suffisants pour sortir du déconfinement.

Et que nous a dit notre Président lundi dernier ? La France a su faire face, alors que le gouvernement n’a fait que compter les morts chaque soir, avec son croque-morts de service, alignant des chiffres très partiels de l’hécatombe.

Faute d’avoir anticipé, nous aurons cinq fois plus de morts qu’en Allemagne et l’effondrement économique consécutif au confinement sera deux fois plus violent chez nous que chez nos voisins. Mais Macron est satisfait !

Aucun mea-culpa !

Et c’est cette équipe de bons à rien, qui a tout saccagé et n’aspire qu’à détruire la nation avec toujours plus de mondialisme et d’immigration, qui a la prétention d’enfermer les vieux qui ont construit la France de l’après-guerre !!

Après la crise, ce sont des millions de Français qui demanderont des comptes à ceux qui auront tué des dizaines de milliers de patients par leur imprévoyance et leur incompétence.

Le monde d’après devra se faire sans Macron et ses sbires, avec de vrais patriotes qui protègent leur peuple. 

Avant la crise sanitaire, la France avait déjà davantage de dettes que ses voisins, davantage de déficits, davantage de taxes et d’impôts, davantage de chômage et davantage d’immigration extra-européenne aussi nuisible que ruineuse.

Macron est bien incapable de redresser le pays après un tel cataclysme.

Jacques Guillemain

 

2020-04-17_114926