Opération Z : Ne les interrompez pas

 

image_pdfimage_print

par Helmholtz Smith.

L’une des observations de Napoléon est qu’il ne faut jamais interrompre ses ennemis lorsqu’ils commettent une erreur. Les Russes le savent, notamment parce qu’ils ont pris soin de ne pas interrompre Napoléon lui-même en 1812. Poutine et son équipe ont eu de nombreuses occasions de rencontrer les dirigeants de l’OTAN, de les observer, de négocier avec eux et de les évaluer. Il est peu probable qu’ils soient très impressionnés. Mais lorsqu’ils ont lancé leur « opération militaire spéciale » en Ukraine, ils n’auraient jamais pu imaginer à quel point l’OTAN serait autodestructrice.

Quelles erreurs ? Premièrement, en fait, l’Occident ne s’est pas tiré une balle dans le pied avec ses sanctions économiques – le Hongrois Viktor Orban a raison lorsqu’il observe qu’il s’est logé une balle dans les poumons. On peut toujours boiter avec un pied cassé, mais une balle dans les poumons, c’est plutôt grave. Deuxièmement, qui, à Moscou, aurait pu imaginer que l’OTAN déverserait ses stocks de munitions et d’armes dans le trou noir ukrainien dans l’espoir que, si elle parvient à faire parvenir la dernière wonderwaffe au général Steiner, elle sera à Moscou pour Noël.

Une bonne raison pour Moscou d’y aller en douceur – laisser les erreurs se développer, s’aggraver et se métastaser. C’est en train de se produire tout seul. Naturellement, inévitablement, logiquement. Aucun effort extérieur n’est requis. Un bonus inattendu.

Ne les interrompez pas.

Prenez l’Allemagne, « le moteur de l’Europe ». Elle repose sur une chose – la réputation de l’ingénierie et de la qualité allemandes – Mercedes/Miele/Bosch, ils coûtent peut-être plus cher mais ils sont moins chers à long terme parce qu’ils sont si bien fabriqués. Aucun pays occidental ne fabrique beaucoup de choses de nos jours, mais l’Allemagne continue de le faire. En fait, seules la Corée du Sud et la Chine consacrent une part plus importante de leur économie à la fabrication. (L’Amérique, le colosse d’autrefois, représente la moitié de l’Allemagne !) Mais la fabrication nécessite de l’énergie. L’énergie allemande vient de Russie – pas en totalité – environ 20%. Mais le charbon représente 40% et le nucléaire 10% et ils doivent les réduire parce que Greta le veut, ce qui signifie qu’ils ont besoin de plus de gaz, qui est moins cher et plus « propre » et qui vient principalement de Russie, ce qui nécessite la construction d’un autre pipeline. Mais ensuite, ils décident que l’Ukraine est le grand problème moral et ferment le gazoduc et augmentent le charbon, dont ils vont se débarrasser complètement en 2030 grâce à l’énergie éolienne. Et qu’en est-il des centrales nucléaires ? Les ailes de la licorne battent. Difficile d’être écolo et de détester la Russie en même temps.

Et interdisons la potasse de Russie et de Biélorussie. C’est environ un tiers de la production mondiale. Interdisons le blé russe (c’est l’exportateur numéro 1) et le pétrole (c’est l’exportateur numéro 2).

Oh, et en confisquant les actifs russes, ils ont montré au monde entier que seul un idiot garderait sa richesse en monnaie de l’OTAN dans une banque de l’OTAN.

Et tout cela pour un pays à qui ils ont menti sur son adhésion à l’OTAN.

Ne les interrompez pas.

Scène – Bureau de Napoléon – Un laquais entre « Sire, vos ennemis ont interdit un grand exportateur d’énergie, un grand exportateur de nourriture et un grand exportateur d’engrais ». Napoléon va-t-il s’écrier « Arrêtez, mes chers ennemis, vous allez vous détruire avec l’inflation ! ». Probablement pas.

Tout le monde mange de la nourriture et tout le monde a besoin d’énergie, leurs prix vont augmenter et entraîner tous les autres prix avec eux. L’inflation européenne était de 8,8% en mai. Mais elle n’a pas encore décollé : les prix de l’énergie au Royaume-Uni devraient augmenter de 65% en octobre et de nouveau en janvier. La crise ne fait que commencer.

Des problèmes dans les rues de toute l’Europe et deux des sept plus gros bonnets disparus un mois plus tard.

Ne les interrompez pas.

Les missiles antichars Javelin étaient la wonderwaffe il y a quelques mois – à la mi-avril, l’Amérique avait envoyé un tiers de son stock. C’est trois ou quatre ans pour les remplacer. Un quart de ses stocks de Stinger. Vovan et Lexus ont fait admettre au ministre de la Défense britannique que le Royaume-Uni avait envoyé tellement de missiles antichars qu’il était en train d’en manquer. La République tchèque est presque à court de matériel à envoyer. La France a renoncé à 18 mois de production de ses canons Caesar.

Et Kiev en veut encore plus. Maintenant que les bailleurs de fonds de Kiev auprès de l’OTAN ont eu l’idée folle de donner des fusils qui ont besoin de munitions de l’OTAN, les stocks de munitions de 155 mm s’épuisent rapidement. Si l’Ukraine tire réellement 3000 obus de 155 mm par jour, la totalité de la production annuelle des États-Unis sera brûlée en quelques semaines. Et ainsi de suite. La guerre consomme des quantités stupéfiantes de munitions – les Russes le savent parce qu’ils se souviennent – ils ne sont jamais autorisés à oublier – de 1941-1945. L’OTAN pense que faire exploser, dans les guerres de son choix, à son gré, des gens dans des sandales est l’étalon-or de la réussite militaire. Je recommande à nouveau la lecture de The Return of Industrial Warfare. La Russie maintient sa production, mais l’OTAN ne le fait pas et, en l’absence d’un très long délai d’exécution (et de nombreux autres changements dont vous savez parfaitement qu’ils ne se produiront jamais dans des économies centrées sur la GUERRE), ne le peut pas.

Même The Economist l’a remarqué – l’hiver du mécontentement en Europe. (Il pense toujours que c’est Poutine qui a mis le doigt dans l’engrenage. Mais c’est The Economist qui a fait sa part pour nous amener à ce point).

Pourquoi Moscou voudrait-il que cela s’arrête bientôt ? Le temps travaille et l’ennemi fait beaucoup d’erreurs.

Ne les interrompez surtout pas.

source : Sonar 21

traduction Avic pour Réseau International