LA CHINE ET LA FIN DE L’OCCIDENT

par Karl Richter.

Le monde est en train de vivre un changement de pôle dans la répartition du pouvoir mondial : l’Occident s’en va, quelque chose d’autre arrive. En l’état actuel des choses, des puissances comme la Russie, la Chine et l’Inde jouent un rôle déterminant dans ce processus, tandis que l’Oncle Sam ne jouera plus les premiers violons à l’avenir. C’est une évolution qu’il faut soutenir à tous égards.

Lorsque quelqu’un comme le chef du PC chinois Xi Jinping, qui est en fait le chef d’État de son pays, s’exprime clairement, il faut l’écouter aussi attentivement que Poutine. Les deux ne sont pas des faiseurs de phrases et se distinguent ainsi des pompes à air de Bruxelles, Berlin et Washington. La situation pourrait maintenant devenir passionnante. La réunification de Taiwan avec la Chine ne concerne que les Chinois, a déclaré Xi lors du congrès du PCC dimanche. Dans ce contexte, Pékin a récemment exhorté tous les Chinois vivant en Ukraine à quitter le pays. Le fait que les médias de propagande occidentaux, comme le journal allemand Bild, se soient récemment déchaînés contre Xi de la même manière que contre Poutine, s’inscrit également dans cette logique. Cela signifie que l’homme fait quelque chose de bien.

Les événements se déroulent à plusieurs niveaux. Le niveau politico-militaire n’en est qu’un, le niveau économique en est un autre. Entre-temps – mais en fait depuis un certain temps déjà – on ne peut plus ignorer qu’avec le groupe BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) se forme un nouveau grand bloc économique qui se considère comme un « contre-G7 ». Les principaux participants, en particulier la Russie et la Chine, ont profité de cette période pour faire progresser l’intégration des pays participants et d’autres partenaires, y compris sur le plan technique ; en effet, l’alternative russe au système de règlement américain SWIFT, le système de paiement MIR, est désormais en place et utilisé par un nombre croissant de pays. Parallèlement, de plus en plus de partenaires abandonnent le dollar pour leurs transactions énergétiques (pétrole, gaz), ce qui le rend superflu pour une partie croissante du monde. Si l’on ajoute à cela les chocs croissants auxquels les économies occidentales sont confrontées – par leur propre faute ! – (inflation, pénurie d’énergie, etc.), tout cela tombe très mal pour l’économie mondiale en dollars de l’Occident. On peut à juste titre se demander si l’escalade flagrante à laquelle se livre l’Occident en Ukraine n’est pas une conséquence directe de l’économie financière occidentale menacée d’effondrement.

Quoi qu’il en soit, la formation du bloc BRICS prendra du temps ; il s’agit plus d’une affaire de décennies que d’années. Néanmoins, les BRICS ont le vent en poupe et sont déjà perçus comme des concurrents. La guerre en Ukraine accélère le mouvement. Pour l’Occident, le train a tendance à s’arrêter.

Taïwan : la Chine est généralement un acteur discret, qui agit avec une prudence extraordinaire. Je ne mettrais pas ma main au feu que Pékin aborde la question de Taïwan dans un avenir proche – mais je peux me tromper (et je ne m’attendais pas non plus à l’attaque russe en février). En fait, les préparatifs chinois ne sont pas encore terminés. Pour l’instant, la marine populaire chinoise manque encore d’un grand nombre de navires de débarquement et de transports de troupes nécessaires, qui ne devraient pas être disponibles avant 2027. Pour le reste, l’armement chinois, malgré des progrès considérables, est encore loin d’être prêt pour que Pékin cherche de son propre chef la confrontation avec les États-Unis.

Mais il est possible que Pékin analyse l’impact de la guerre en Ukraine sur les forces armées occidentales. Les armées de l’UE ne sont pas les seules à se « cannibaliser » dangereusement en raison des livraisons excessives d’armes à l’Ukraine. Il y a des mois, l’ex-inspecteur général de l’armée allemande, Kujat, avait déjà mis en garde contre le fait que les livraisons menaçaient massivement sa propre capacité de défense. Indépendamment de cela, le ministère allemand de la Défense a fait savoir ces derniers jours que l’armée allemande ne disposerait de munitions que pour deux jours (!!) en cas d’urgence. Mais même aux États-Unis, les avertissements concernant les stocks de munitions vides et la réduction drastique des stocks d’armes antiaériennes et antichars (Stinger, Javelin) se font de plus en plus entendre. On sait que près de 900 000 munitions pour l’obusier M777 de 155 mm ont été livrées – le Pentagone doit maintenant supplier la Corée du Sud et le Canada de reconstituer les stocks.

En d’autres termes, l’occasion est belle. L’Occident, y compris les États-Unis, est pleinement impliqué en Ukraine et atteint déjà partiellement ses limites. Dans ces conditions, faut-il attendre que la guerre en Ukraine se termine d’une manière ou d’une autre et que l’OTAN puisse souffler un peu ? D’autant plus que l’administration Biden a fait savoir ces jours-ci qu’elle avait l’intention d’équiper Taïwan à l’aide de milliards de dollars et d’en faire un immense arsenal à l’image de l’Ukraine. La guerre en Ukraine montre clairement où cela mène si l’on en arrive là, et Pékin en tirera les leçons.

À cela s’ajoute l’atout que constitue le fait que la Chine (et la Russie à partir de novembre) possède déjà dans son arsenal des missiles hypersoniques à longue portée – qui peuvent être équipés d’armes nucléaires – alors que les États-Unis n’en disposent pas encore. Dans ces conditions, on peut se demander si Washington sortirait la carte nucléaire en cas de conflit. Le prix conventionnel d’un engagement militaire serait déjà élevé – avec ses missiles DF-21 et DF-26, considérés comme des « tueurs de porte-avions », ainsi que le glacis avancé construit ces dernières années en mer de Chine méridionale, la Chine dispose désormais de bons moyens pour tenir à distance les unités de porte-avions américaines. On peut raisonnablement se demander si Washington est prêt à prendre le risque d’une confrontation nucléaire à cause de Taïwan.

Nous entrons dans une phase intéressante de changement de pôle politique mondial. Les choses s’accélèrent maintenant. Tout porte à croire que le départ de l’Occident – y compris des régimes satrapes européens – se fera plus rapidement que beaucoup ne l’imaginent. Le plus tôt sera le mieux.

source : Euro-Synergies

 

3256196952

 

 

« Modernisation pacifique » :

 

L’offre de la Chine aux pays du Sud

 

image_pdfimage_print

par Pepe Escobar.

Xi Jinping vient d’offrir aux pays du Sud une alternative radicale à des décennies de diktats occidentaux, de guerres et de contraintes économiques. La « modernisation pacifique » permettra d’établir la souveraineté, l’économie et l’indépendance des États du monde en difficulté.

Le rapport de travail du président Xi Jinping à l’ouverture du 20ème Congrès du Parti communiste chinois (PCC), dimanche dernier à Pékin, contenait non seulement un plan de développement de l’État-civilisation, mais aussi de l’ensemble du Sud global.

Le discours de Xi, d’une durée de 1h45min, est en fait une version abrégée du rapport de travail complet – voir le PDF ci-joint – qui entre beaucoup plus dans le détail d’une série de thèmes sociopolitiques.

C’est l’aboutissement d’un effort collectif complexe qui a duré des mois. Lorsqu’il a reçu le texte final, Xi l’a commenté, révisé et édité.

En résumé, le plan directeur du PCC comporte deux volets : finaliser la « modernisation socialiste » de 2020 à 2035 et faire de la Chine – par le biais d’une modernisation pacifique – un pays socialiste moderne « prospère, fort, démocratique, culturellement avancé et harmonieux » jusqu’en 2049, date du centenaire de la fondation de la République populaire de Chine (RPC).

Le concept central du rapport de travail est la modernisation pacifique – et la manière de l’accomplir. Comme l’a résumé Xi, « elle contient des éléments communs aux processus de modernisation de tous les pays, mais elle est davantage caractérisée par des traits propres au contexte chinois ».

Très en phase avec la culture chinoise confucéenne, la « modernisation pacifique » englobe un système théorique complet. Bien sûr, il existe de multiples voies géoéconomiques menant à la modernisation – en fonction des conditions nationales de chaque pays. Mais pour le Sud global dans son ensemble, ce qui compte vraiment, c’est que l’exemple chinois rompt complètement avec le monopole occidental TINA (« il n’y a pas d’alternative ») sur la pratique et la théorie de la modernisation.

Sans compter que cela rompt avec le carcan idéologique imposé aux pays du Sud par l’autodéfinition du « milliard d’or » (dont le nombre réellement « doré » atteint à peine 10 millions). Ce que les dirigeants chinois veulent dire, c’est que le modèle iranien, le modèle ougandais ou le modèle bolivien sont tous aussi valables que l’expérience chinoise : ce qui compte, c’est de poursuivre une voie indépendante vers le développement.

Comment développer l’indépendance technologique

L’histoire récente montre comment chaque nation qui tente de se développer en dehors du consensus de Washington est terrorisée à de multiples niveaux de guerre hybride. Cette nation devient la cible de révolutions de couleur, de changements de régime, de sanctions illégales, de blocus économique, de sabotage de l’OTAN ou de bombardements et d’invasions purs et simples.

Ce que propose la Chine trouve un écho dans l’ensemble du Sud global, car Pékin est le premier partenaire commercial de pas moins de 140 nations, qui peut facilement saisir des concepts tels que le développement économique de haute qualité et l’autonomie en matière de science et de technologie.

Le rapport insiste sur l’impératif catégorique qui s’impose désormais à la Chine : accélérer l’autonomie technologique, car l’hégémon ne recule devant rien pour faire dérailler la technologie chinoise, notamment dans le domaine de la fabrication des semi-conducteurs.

Dans ce qui s’apparente à un train de sanctions de l’enfer, l’hégémon mise sur la paralysie de la volonté de la Chine d’accélérer son indépendance technologique en matière de semi-conducteurs et d’équipements pour les produire.

La Chine devra donc s’engager dans un effort national de production de semi-conducteurs. Cette nécessité sera au cœur de ce que le rapport de travail décrit comme une nouvelle stratégie de développement, stimulée par l’énorme défi que représente l’atteinte de l’autosuffisance technologique. Pour l’essentiel, la Chine s’efforcera de renforcer le secteur public de l’économie, les entreprises publiques constituant le noyau d’un système national de développement de l’innovation technologique.

« De petites forteresses aux murs élevés »

En matière de politique étrangère, le rapport de travail est très clair : la Chine est contre toute forme d’unilatéralisme ainsi que contre les blocs et les groupes exclusifs visant des pays particuliers. Pékin qualifie ces blocs, tels que l’OTAN et l’AUKUS, de « petites forteresses aux murs élevés ».

Cette perspective est inscrite dans l’accent mis par le PCC sur un autre impératif catégorique : la réforme du système actuel de gouvernance mondiale, extrêmement injuste pour le Sud global. Il est toujours crucial de se rappeler que la Chine, en tant qu’État-civilisation, se considère simultanément comme un pays socialiste et la première nation en développement du monde.

Le problème, une fois de plus, est la croyance de Pékin en la « sauvegarde du système international avec l’ONU en son centre ». La plupart des acteurs des pays du Sud savent comment l’hégémon soumet l’ONU – et son mécanisme de vote – à toutes sortes de pressions incessantes.

Il est instructif de prêter attention aux très rares occidentaux qui savent vraiment une ou deux choses sur la Chine.

Martin Jacques, jusqu’à récemment maître de conférences au département des politiques et des études internationales de l’université de Cambridge, et auteur du meilleur livre en anglais sur le développement de la Chine, est impressionné par la façon dont la modernisation de la Chine s’est produite dans un contexte dominé par l’Occident : « C’était le rôle clé du PCC. Il fallait la planifier. Nous pouvons voir à quel point elle a été extraordinairement réussie ».

L’implication est qu’en brisant le modèle TINA centré sur l’Occident, Pékin a accumulé les outils pour pouvoir aider les pays du Sud avec leurs propres modèles.

Jeffrey Sachs, directeur du Centre pour le développement durable de l’université de Columbia, est encore plus optimiste : « La Chine va devenir un leader de l’innovation. J’espère vraiment et je compte sur la Chine pour devenir un leader de l’innovation en matière de durabilité ». Cette situation contrastera avec un modèle américain « dysfonctionnel » qui devient protectionniste, même dans le domaine des affaires et des investissements.

Mikhail Delyagin, vice-président de la commission de la politique économique de la Douma d’État russe, soulève un point crucial, certainement relevé par les principaux acteurs des pays du Sud : le PCC « a été capable d’adapter de manière créative le marxisme du XIXe siècle et son expérience du XXe siècle aux nouvelles exigences et de mettre en œuvre des valeurs éternelles avec de nouvelles méthodes. C’est une leçon très importante et utile pour nous ».

Et c’est la valeur ajoutée d’un modèle axé sur l’intérêt national et non sur les politiques exclusivistes du Capital mondial.

La BRI ou la faillite

Tout au long du rapport de travail, il est implicitement question de l’importance du concept primordial de la politique étrangère chinoise : l’Initiative Ceinture et Route (BRI) et ses corridors de commerce et de connectivité à travers l’Eurasie et l’Afrique.

Il revenait au porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, de clarifier la direction que prend la BRI :

« La BRI transcende la mentalité dépassée des jeux géopolitiques, et crée un nouveau modèle de coopération internationale. Il ne s’agit pas d’un groupe exclusif qui exclut les autres participants, mais d’une plateforme de coopération ouverte et inclusive. Il ne s’agit pas d’un effort solitaire de la Chine, mais d’une symphonie jouée par tous les pays participants ».

La BRI est intégrée dans le concept chinois d’« ouverture ». Il est également important de rappeler que la BRI a été lancée par Xi il y a neuf ans – en Asie centrale (Astana), puis en Asie du Sud-Est (Jakarta). Pékin a tiré les leçons de ses erreurs et continue d’affiner la BRI en consultation avec ses partenaires – du Pakistan, du Sri Lanka et de la Malaisie à plusieurs nations africaines.

Il n’est pas étonnant qu’en août de cette année, les échanges commerciaux de la Chine avec les pays participant à la BRI aient atteint le chiffre impressionnant de 12 000 milliards de dollars, et que les investissements directs non financiers dans ces pays aient dépassé 140 milliards de dollars.

Wang souligne à juste titre que, grâce aux investissements dans les infrastructures de la BRI, « l’Afrique de l’Est et le Cambodge ont des autoroutes, le Kazakhstan a des ports [secs] pour les exportations, les Maldives ont leur premier pont transocéanique et le Laos, qui était enclavé, est devenu un pays connecté ».

Même face à de sérieux défis, allant de la politique zéro-Covid aux sanctions diverses et à la rupture des chaînes d’approvisionnement, le nombre de trains de fret express Chine-UE ne cesse d’augmenter ; le chemin de fer Chine-Laos et le pont de Peljesac en Croatie sont ouverts aux affaires ; et les travaux sur le chemin de fer à grande vitesse Jakarta-Bandung et le chemin de fer Chine-Thaïlande sont en cours.

Mackinder sous crack

Partout sur l’échiquier mondial extrêmement incandescent, les relations internationales sont en train d’être complètement recadrées.

La Chine – et les principaux acteurs eurasiens de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), des BRICS+ et de l’Union économique eurasiatique (UEE) dirigée par la Russie – proposent tous un développement pacifique.

En revanche, l’hégémon impose une avalanche de sanctions – ce n’est pas un hasard si les trois principaux destinataires sont les puissances eurasiennes que sont la Russie, l’Iran et la Chine -, des guerres meurtrières par procuration (Ukraine) et toutes les formes possibles de guerre hybride pour empêcher la fin de sa suprématie, qui a duré à peine sept décennies et demie, une bavure en termes historiques.

Le dysfonctionnement actuel – physique, politique, financier, cognitif – atteint son paroxysme. Alors que l’Europe plonge dans l’abîme d’une dévastation et d’une noirceur largement auto-infligées – un néo-médiévalisme dans le registre du réveil – un Empire ravagé de l’intérieur a recours au pillage, même de ses riches « alliés ».

C’est comme si nous étions tous témoins d’un scénario à la Mackinder.

Halford Mackinder, bien sûr, était le géographe britannique qui a développé la « théorie du Heartland » de la géopolitique, influençant fortement la politique étrangère des États-Unis pendant la guerre froide : « Qui dirige l’Europe de l’Est commande le Heartland ; qui dirige le Heartland commande l’île du monde ; qui dirige l’île du monde commande le monde ».

La Russie s’étend sur 11 fuseaux horaires et est assise sur un tiers des ressources naturelles du monde. Une symbiose naturelle entre l’Europe et la Russie est comme un fait de la vie. Mais l’oligarchie européenne a tout gâché.

Il n’est pas étonnant que les dirigeants chinois considèrent le processus avec horreur, car l’un des axes essentiels de la BRI est de faciliter un commerce sans faille entre la Chine et l’Europe. Le couloir de connectivité de la Russie ayant été bloqué par des sanctions, la Chine privilégiera les couloirs passant par l’Asie occidentale.

Pendant ce temps, la Russie achève son pivot vers l’est. Les énormes ressources de la Russie, associées à la capacité de fabrication de la Chine et de l’Asie de l’Est dans son ensemble, projettent une sphère de commerce/connectivité qui va même au-delà de la BRI. C’est ce qui est au cœur du concept russe de partenariat pour la Grande Eurasie.

Dans un autre des rebondissements imprévisibles de l’histoire, Mackinder, il y a un siècle, avait peut-être raison sur le fait que ceux qui contrôlaient le Heartland/l’île du monde contrôlaient le monde. Il ne semble pas que le contrôleur sera l’hégémon, et encore moins ses vassaux/esclaves européens.

Lorsque les Chinois disent qu’ils sont contre les blocs, l’Eurasie et l’Occident sont de facto deux blocs. Bien qu’ils ne soient pas encore officiellement en guerre les uns contre les autres, ils sont en réalité déjà en territoire de guerre hybride jusqu’aux genoux.

La Russie et l’Iran sont en première ligne, tant sur le plan militaire que sur celui de l’absorption d’une pression ininterrompue. D’autres acteurs importants des pays du Sud tentent, discrètement, de garder un profil bas ou, encore plus discrètement, d’aider la Chine et les autres à faire prévaloir le monde multipolaire sur le plan économique.

Alors que la Chine propose une modernisation pacifique, le message caché du rapport de travail est encore plus frappant. Le Sud global est confronté à un choix sérieux : choisir soit la souveraineté – incarnée dans un monde multipolaire, en voie de modernisation pacifique – soit la vassalité pure et simple.

Pepe Escobar

source : The Cradle

traduction Réseau International

 

Chine : Le parti au pouvoir exclut

 

les hauts fonctionnaires de sa direction

 

image_pdfimage_print
Parmi lesquels le Premier ministre actuel

par Abduljabbar Aburas.

Le Parti communiste chinois (PCC) a exclu le Premier ministre, Li Keqiang, ainsi que trois hauts responsables de la direction du parti, ce samedi, à l’issue de son 20ème congrès.

Li Keqiang est la personnalité numéro 2 de la Chine et il est un partisan majeur des réformes économiques du pays. Ce remaniement, prévu dimanche à la direction du parti, concerne Li Keqiang à côté de trois autres pointures, parmi les sept membres du Comité permanent du Bureau politique du Parti communiste chinois.

Li Keqiang et les trois hauts responsables étaient absents de la réunion du nouveau Comité central du Parti communiste, composé de 205 membres, dont la composition a été approuvée lors de la session de clôture du congrès du Parti, qui a duré une semaine, et qui a fixé la direction et le programme gouvernemental pour les cinq prochaines années.

Le parti a accepté aujourd’hui d’apporter des modifications à sa charte, consolidant la position centrale du président, Xi Jinping, et le rôle directeur de sa pensée politique au sein du parti, à l’issue d’un congrès, qui se tient deux fois tous les 10 ans.

Le nouveau Comité central sélectionnera, dans la journée du dimanche, le Comité permanent du Politburo, dans la perspective, largement anticipée, que Xi Jinping, 69 ans, obtienne un troisième mandat à la présidence de la Chine.

Remporter un troisième mandat de 5 ans renforcerait la position de Xi Jinping comme le dirigeant le plus puissant de Chine, depuis Mao Zedong, fondateur de la République populaire de Chine.

Les amendements apportés à la charte du Parti disposent, entre autres, que Xi Jinping est le chef « central » du Parti, établissant ses idées comme principes directeurs pour le développement futur de la Chine, et affirmant la « position centrale » de Xi au sein du Parti et du pouvoir central du Parti en Chine.

Le terme « Pensée de Xi Jinping » fait référence à son idéologie, qui a été inscrite dans la Charte du Parti, lors du précédent congrès de 2017.

Les trois autres responsables exclus du Comité permanent du Politburo du PCC sont Han Zheng, secrétaire du Comité municipal du PCC à Shanghai, Wang Yang, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, et Li Zhanshu, ancien allié de Xi Jinping et président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine.

Li Keqiang devrait maintenir son poste de Premier ministre pendant environ six mois supplémentaires, jusqu’à ce qu’une nouvelle liste de ministres du gouvernement soit établie.

source : Agence Anadolu

traduction Mounir Bennour

 

xi-jinping-parti-communiste-mondialisation