SOURCE  : Publié par Dreuz Info le 6 juin 2018 

PM-Netanyahu-and-French-Pres

SOURCE  ; Crédit Photo : Haim Zach / GPO

Voici les remarques du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de sa rencontre avec le Président français Emmanuel Macron, mardi 5 juin 2018, à Paris :

« Merci, Président Macron, Emmanuel, pour votre chaleureuse hospitalité. Je trouve que nos conversations répétées, y compris la plus récente, ont été très utiles, très productives.

Nous ne pouvons évidemment pas discuter publiquement de tout ce dont nous avons discuté en privé, mais je pense que ces échanges sont très importants pour faire progresser la sécurité, la stabilité et la prospérité dans notre région et, évidemment, pour aider nos deux pays à progresser vers l’avenir dans des domaines tels que la technologie, la science et la culture.

Nous sommes des alliés naturels. Nous partageons les valeurs de la démocratie, de la paix et du pluralisme. Nous allons parler de culture aujourd’hui. Comme beaucoup d’Israéliens, j’ai été élevé avec Alexandre Dumas, Victor Hugo et Émile Zola – on en reparlera plus tard. Ce n’est pas étrange pour nous, cela fait partie de notre patrimoine. Nous avons un héritage commun.

La France et Israël, toutes les démocraties, partagent un défi commun – il y a deux mots – il s’appelle l’Islam radical

Nous avons une communauté – une merveilleuse communauté juive française, 200 000 d’entre eux ont émigré en Israël et forment un pont humain naturel, nous sommes donc des partenaires naturels, et nous sommes deux démocraties.

Et aujourd’hui, les démocraties, la France et Israël, toutes les démocraties, partagent un défi commun – il y a deux mots – il s’appelle l’Islam radical.

Il défie non seulement les démocraties, mais aussi les musulmans. Il tue les musulmans. Il leur fait des choses horribles. Et il a deux grandes sources d’agression : L’un d’eux est le militant sunnite, d’abord dirigé par Al-Qaida et maintenant dirigé par Daesh et qui a été en grande partie écrasé en Syrie et en Irak. Nous devons nous assurer qu’ils n’ont pas d’autres avant-postes, car c’est ici qu’ils envoient leurs tueurs pour attaquer la France, l’Europe et le reste du monde.

Vous avez dit à juste titre qu’Israël et la France coopèrent et partagent des renseignements. Je ne peux que dire aux citoyens français que je crois que ces échanges ont sauvé de nombreuses vies.

C’est très important pour nous et je crois, comme vous l’avez dit, c’est très important pour vous, alors cette coopération va s’intensifier parce qu’elle est tellement importante pour la sécurité de nos nations.

Défier Daesh est une chose, mais il y a une autre source [de danger] et l’autre source de l’islam radical sont les chiites militants dirigés par l’Iran.

Nous faisons tout ce que nous pouvons pour empêcher les desseins agressifs de l’Iran, qui finira par déstabiliser non seulement le Moyen-Orient dans ses efforts pour conquérir le Moyen-Orient, mais aussi l’Europe et le monde.

Vous avez perdu 250 personnes ici dans des attentats terroristes par le fait d’une partie de ce radicalisme. Vous ne voulez plus avoir cela.

Ainsi, en plus de lutter contre le terrorisme par le biais de la coopération en matière de renseignement, Israël mène également cette bataille au Moyen-Orient en combattant Daesh au Moyen-Orient, mais aussi en combattant l’Iran.

La plus grande menace pour le monde d’aujourd’hui est, à mon avis, les armes nucléaires entre les mains d’un régime islamique radical comme Téhéran. Les archives nucléaires que nous avons découvertes récemment ont prouvé que l’Iran a menti au monde au sujet de son programme d’armes nucléaires, et je crois que le moment est venu d’exercer le maximum de pression sur l’Iran pour s’assurer que son programme nucléaire n’ira nulle part.

Je tiens à préciser que je n’ai pas demandé au président Macron de rompre l’accord. Je pense que les réalités économiques vont décider de cette question, donc ce n’est pas ce sur quoi nous nous sommes concentrés.

maxresdefault

Le dirigeant de l’Iran, l’ayatollah Khamenei, a dit il y a deux jours que son objectif est d’éradiquer Israël

Ce sur quoi nous nous sommes concentrés, et ce sur quoi je me suis concentré, c’est l’arrêt de l’agression iranienne dans la région. Plus précisément, l’objectif d’Israël, qui devrait être partagé par tous ceux qui recherchent la paix, la prospérité et la stabilité au Moyen-Orient – c’est une Syrie reconstruite… Je pense que le précurseur de cela, la condition préalable à cela est que l’Iran quitte la Syrie – toute la Syrie. Il n’a rien à faire là. Et nous devons bloquer les plans de l’Iran pour transporter son armée et ses armes, des armes sophistiquées et mortelles vers la Syrie, à partir de laquelle ils cherchent à attaquer Israël.

Le dirigeant de l’Iran, l’ayatollah Khamenei, a dit il y a deux jours que son objectif est d’éradiquer Israël et, à cette fin, ils veulent poursuivre leur programme nucléaire, mais aussi [développer] d’autres armes, les rapprocher d’Israël pour qu’ils puissent tirer sur nos villes et nos citoyens. Nous n’accepterons pas cela. Je tiens à dire que cette position est commune à l’heure actuelle dans tout le Moyen-Orient, mais pas seulement pour nous, Israéliens, mais aussi pour de nombreux pays arabes, qui sont eux-mêmes menacés par l’agression iranienne. La chose la plus simple, la plus directe et la plus nécessaire sur laquelle nous devons nous concentrer maintenant, c’est de faire sortir l’Iran de Syrie.

Ce que vous avez vu ces dernières semaines à Gaza ne sont pas des manifestations pacifiques. Ce sont des émeutes violentes organisées par le Hamas. Ils veulent assassiner des Israéliens

Je voudrais dire quelques mots sur Gaza.

Ce que vous avez vu ces dernières semaines ne sont pas des manifestations pacifiques. Ce sont des émeutes violentes organisées par le Hamas. Ils utilisent des boucliers humains pour déplacer leurs terroristes sur place, ils veulent enlever des Israéliens, ils veulent assassiner des Israéliens.

Ces protestations sont payées par le Hamas, organisées par le Hamas. Elles sont payées par le Hamas et elles cherchent à prendre d’assaut Israël, à capturer des civils ou des soldats juste à côté de la clôture, à quelques mètres de la clôture, de la frontière, et elles brûlent nos champs. Ce ne sont pas des civils. Et un jour, le jour qui a fait le plus grand nombre de victimes – il y a eu 62 victimes – le Hamas a déclaré ouvertement qu’il y avait 50 des 62 terroristes du Hamas [parmi les victimes]. Nous avons leurs noms, nous avons leurs photos. Donc, ce n’est pas une hypothèse.

Nous avons le droit de nous défendre. Nous exerçons ce droit. Nous cherchons à le faire par des moyens non létaux et nous ne réussissons pas parce que le Hamas veut que ces gens soient tués.

J’ai dit il y a quelques minutes : ‘imaginez que vous avez l’équivalent d’environ 20 millions de personnes qui sont gouvernées par un régime terroriste tyrannique et qui veulent prendre d’assaut la France’. Ils disent : ‘Nous voulons entrer en France, nous voulons détruire la France, nous voulons brûler Paris et quand nous traverserons la frontière française, nous tuerons tout citoyen français sur lequel nous pouvons mettre la main’. Évidemment, vous agiriez de toutes les manières possibles pour empêcher que cela se produise et c’est exactement ce que fait Israël.

Ici, je pense qu’il y a un changement d’attitude dans certaines parties du monde arabe parce qu’elles le comprennent. Ils en ont assez de cette guerre contre Israël, de cette tentative de détruire Israël. Ils comprennent qu’il existe un partenariat potentiel avec Israël pour la sécurité contre l’Iran et contre l’islam radical d’où qu’il vienne, mais aussi pour un avenir meilleur, parce qu’ils croient qu’ils peuvent… ces pays arabes croient qu’ils peuvent se joindre à la technologie israélienne pour avoir de l’eau, de l’agriculture, de l’air plus propre, des technologies de l’information et tous les services de santé.

Ira-alcance-misseis-AFP

Toutes ces choses sont possibles, et je pense que vous devriez savoir qu’elles se produisent déjà sous la table. Il y a un changement. Et je crois qu’en fin de compte, c’est le plus grand espoir de paix.

Nous devons affronter les radicaux et les terroristes, mais en même temps, nous devons saisir les occasions de faire avancer un nouvel avenir, une vie meilleure, et c’est en train de se produire. C’est ce qui se passe en ce moment même où nous parlons, au Moyen-Orient.

C’est aussi vrai pour Israël et la France parce qu’en combattant les forces du passé, nous embrassons l’avenir. Et nous comprenons tous les deux la valeur de l’innovation, la valeur des technologies transformatrices comme l’intelligence artificielle, les mathématiques quantiques et l’informatique quantique – ce ne sont pas des mots étranges. Ce sont de vrais mots, ils changent fondamentalement la vie des gens. Ils créent de nouvelles opportunités.

Je pense que pour qu’ils s’épanouissent, il faut un climat économique qui récompense l’initiative, récompense l’entreprise, et je suis avec beaucoup d’admiration, Emmanuel, vos efforts, des efforts vaillants en France pour créer ces possibilités. Je connais le grand potentiel que vous avez dans ce pays, les grandes ressources disponibles – les ressources humaines. Nous pensons qu’Israël et la France peuvent faire beaucoup plus ensemble. Séparément, nous faisons beaucoup de choses, ensemble, nous pouvons réaliser des choses encore plus grandes.

Je tiens à vous féliciter pour cela, tout comme je tiens à vous féliciter pour la lutte contre l’antisémitisme. C’est une position que vous avez toujours adoptée. Je pense que c’est important parce que l’antisémitisme montre sa vilaine tête, ici, et le fait que vous prenez résolument position contre lui est important.

Vous avez dit à juste titre que l’antisionisme est de l’antisémitisme.

Vous pouvez entendre : ‘eh bien, je n’ai rien contre les Juifs, mais je ne pense pas qu’il devrait y avoir un État juif’, ce qui est essentiellement ce que les antisionistes disent. Nous comprenons qu’il s’agit d’hypocrisie, et je suis heureux que vous ayez clairement pris position contre cela.

Je veux continuer à avoir cette coopération. J’ai hâte, dans quelques minutes, de parler de notre base culturelle commune et de notre objectif commun d’innovation et de transformation, et je crois qu’ensemble, nous réussirons.

Merci pour cette réunion et merci pour cette soirée et bien d’autres soirées. Merci Emmanuel. »

*******************************************************************

maxnewsfr753297

PUBLIÉ PAR DREUZ INFO LE 11 OCTOBRE 2017

L’Iran a tenté d’obtenir des technologies illicites qui pourraient être utilisées pour des programmes militaires de missiles balistiques et nucléaires, soulevant des questions sur une éventuelle violation de l’accord de 2015 visant à empêcher Téhéran de devenir une puissance armée atomique, selon trois rapports de renseignement allemands obtenus par Fox News.

SOURCE  : Un article de Benjamin Weinthal publié sur Fox News.

Les nouvelles informations, qui citent des rapports de septembre et d’octobre dernier et qui ont été dévoilés juste avant l’annonce prévue par le président Trump sur le fait que les Etats-Unis re-certifieront l’accord iranien, révèlent que le régime iranien a « fait 32 tentatives de passation de marché… pour tenter d’acquérir des programmes de prolifération nucléaire ».

Selon le document, les 32 tentatives ont eu lieu dans l’État allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie. Le rapport affirme que l’Iran cherche à reprendre sa prolifération nucléaire, qui est définie comme « la propagation des armes atomiques, biologiques ou chimiques de destruction massive ».

Les systèmes de livraison de missiles sont également inclus dans la définition de l’activité de prolifération illicite, dans le rapport.

L’agence de Rhénanie-du-Nord-Westphalie a accusé l’Iran d’utiliser des compagnies de façade aux Émirats arabes unis, en Turquie et en Chine pour contourner les restrictions internationales sur ses programmes nucléaires et de missiles.

Le rapport des services de renseignement, qui couvre l’année 2016 – l’accord sur l’Iran a été mis en œuvre le 16 janvier 2016 – remet en question le respect de l’accord par l’Iran, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global commun ou JCPOA.

Pour l’année précédente, l’agence a recensé 141 tentatives de l’Iran d’acquérir des biens illicites à des fins de prolifération nucléaire.

Dans le deuxième rapport des services de renseignement obtenu par Fox News, l’Etat allemand de Hessen a déclaré que l’Iran, le Pakistan, la Corée du Nord et le Soudan utilisent des «universitaires invités» pour des activités illégales liées à des programmes nucléaires et autres armements. « Un exemple pour ce type d’activité s’est produit dans le secteur des technologies électroniques dans le cadre de la mise en œuvre de l’enrichissement de l’uranium », lit-on dans le document.

Les responsables du renseignement ont également cité un exemple de services de renseignement étrangers utilisant «des échanges de recherche dans les universités dans le domaine des procédures biologiques et chimiques».

Interrogé sur la question de savoir si l’Iran était impliqué dans les affaires académiques et de recherche, un porte-parole de l’agence de renseignement de Hessen a refusé de commenter.

En avril, le sénateur de la Floride Marco Rubio a déclaré à Fox News qu’il était «gravement préoccupé» par le rôle de l’Iran dans l’aide à la Syrie au développement de son programme de guerre chimique. Rubio, un Républicain, a déclaré qu’il était troublé par les informations selon lesquelles l’Iran et la Russie étaient complices du programme d’armes chimiques du président syrien Bachar al Assad.

« Le Congrès et la Maison-Blanche devraient travailler ensemble pour tenir le régime d’Assad responsable de ses crimes de guerre et imposer des sanctions sévères contre ses facilitateurs », avait déclaré Rubio à Fox News.

Un troisième rapport des renseignements, venant de l’Etat de Saxe-Anhalt, a déclaré que l’Iran travaille « sans relâche » sur son programme de missiles.

« Avec des missiles balistiques et des roquettes à longue portée, l’Iran sera en mesure de menacer l’Europe », indique-t-il.

La résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) note que les «activités avec l’Iran pour des utilisations finales civiles nucléaires et non nucléaires» devraient être envoyées à un groupe de travail technique des Nations Unies sur les achats.

Quand on leur a demandé si l’Allemagne avait dénoncé les exportations illicites et les tentatives illégales au CSNU, des diplomates allemands ont dit à Fox News :

« Nous ne voyons pas que l’Iran viole ses engagements pris par le JCPOA. Au contraire, le récent rapport 2016 de l’Office fédéral de la protection de la Constitution stipule qu’il n’y a aucune preuve que l’Iran viole le JCPOA.

Cela dit, nous restons préoccupés par le programme de missiles de l’Iran, et le rapport susmentionné, ainsi que les rapports des services de renseignements régionaux, montrent que l’Allemagne est très vigilante à cet égard et continuera de l’être. Cependant, cette question ne relève pas du JCPOA et doit être traitée séparément « .

David Albright et Andrea Stricker, deux experts du programme nucléaire iranien de l’Institut pour la Science et la sécurité internationale, basé à Washington, ont écrit en avril que le «Canal d’approvisionnement des Nations Unies est une condition de transparence et de vérification potentielle du JCPOA des produits aux programmes nucléaires autorisés de l’Iran et aux utilisations finales non nucléaires. »

Les experts ont ajouté: « Il cherche à nier les opportunités de l’Iran, ou du moins à aider à exposer tous les efforts à violer le JCPOA et à accroître la transparence des programmes nucléaires de l’Iran. »

Sigmar Gabriel, le ministre sortant des Affaires étrangères social-démocrate d’Allemagne, a effectué plusieurs voyages en Iran depuis 2015 pour stimuler le commerce avec Téhéran. Gabriel est largement considéré comme l’un des défenseurs les plus énergiques de l’accord iranien.

Il est important d’ajouter que la clause de transparence des vérifications est contredite par la clause qui stipule que l’Iran fera ses propres vérifications et que l’agence de l’ONU n’est plus autorisée à les faire.

Benjamin Weinthal

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Nurphi Sitraka Stell Randrianirainy pour Dreuz.info.